1994 au cinéma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Années :
1991 1992 1993  1994  1995 1996 1997

Décennies :
1960 1970 1980  1990  2000 2010 2020
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique, Amérique (Canada (Alberta, Colombie-Britannique, Île-du-Prince-Édouard, Manitoba, Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick, Ontario, Québec, Saskatchewan, Terre-Neuve-et-Labrador et Yukon) et États-Unis) et Europe (Belgique, France, Italie et Suisse)


Chronologies thématiques :
Aéronautique Architecture Astronautique Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Échecs Économie Fantasy Football Informatique Jeu Jeu vidéo Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Années du cinéma :
1991 1992 1993 - 1994 - 1995 1996 1997
Décennies du cinéma :
1960 1970 1980 - 1990 - 2000 2010 2020

Événements[modifier | modifier le code]

Principales sorties en salles en France[modifier | modifier le code]

110 films français sont sortis durant l'année, dont 29 premier longs métrages[1].

Festivals[modifier | modifier le code]

Cannes[modifier | modifier le code]

Autres festivals[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Oscars[modifier | modifier le code]

Césars[modifier | modifier le code]

Autres récompenses[modifier | modifier le code]

Box-Office[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Box-office France 1994.
Class.
Titre Pays Réalisateur Box-Office France
1. Le Roi lion États-Unis d'Amérique Rob Minkoff, Roger Allers 10 123 190 entrées
2. Un Indien dans la ville France Hervé Palud 7 947 786 entrées
3. Quatre mariages et un enterrement Flag of the United Kingdom.svg Mike Newell 5 791 528 entrées
4. Madame Doubtfire États-Unis d'Amérique Chris Columbus 4 986 892 entrées
5. Forrest Gump États-Unis d'Amérique Robert Zemeckis 3 963 919 entrées
Source :cbo-boxoffice.com

États-Unis[modifier | modifier le code]

Fréquentation[modifier | modifier le code]

En France, la fréquentation des salles en 1994 est moins bonne qu'en 1993 qui était une année record[1]. Les salles françaises reçoivent cette année de 123 millions de spectateurs, soit dix millions de moins que l'année précédente, mais c'est la deuxième meilleure année depuis 1988[1].

La part des films français sur cette année est de moins de 30%[1]. Les succès les plus importants (Léon, Grosse fatigue, Le Colonel Chabert) ont des résultat inférieurs à la fréquentation espérée[1]. La Cité de la peur est une des rares réelles réussites publiques[1]. L'année compte aussi beaucoup de cuisants échecs publics : Les Patriotes, La Machine, Montparnasse-Pondichéry, Cache cash, La Séparation, Le Sourire[1]... Ces échecs sont d'autant plus surprenants que ce sont souvent ceux de réalisateurs et d'acteurs respectés (Gérard Depardieu, Yves Robert, Claude Pinoteau, Daniel Auteuil, Isabelle Huppert, Claude Miller, Jean-Pierre Marielle[1]...)

À l'inverse, à la mesure de l'économie dans laquelle ils sont produits, des films français et étrangers comme Les Roseaux sauvages, Petits arrangements avec les morts, Délits flagrants, Regarde les hommes tomber, Veillées d'armes : histoire du journalisme en temps de guerre, Lou n'a pas dit non, Journal intime ou Ladybird ont obtenu de véritables succès publiques en France[1].

Naissances[modifier | modifier le code]

Principaux décès[modifier | modifier le code]

Premier trimestre[modifier | modifier le code]

Deuxième trimestre[modifier | modifier le code]

Troisième trimestre[modifier | modifier le code]

Quatrième trimestre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Jean-Michel Frodon, « Le bilan de la production française en 1994 nourrit inquiétudes et mécontentements. Pourtant, le millésime n'a pas été mauvais, avec 123 millions de spectateurs, mais il a mis en évidence quelques échéances cruciales », Le Monde,‎ 4 janvier 1995 (lire en ligne)