René Dommange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
René Dommange
René Dommange en 1932
René Dommange en 1932
Fonctions
Parlementaire français
Député 1932-1940
Gouvernement Troisième République
Groupe politique Ind. (1932-1936)
IURN (1936-1940)
Biographie
Date de naissance 18 décembre 1888
Date de décès 27 mai 1977
Résidence Seine

René Dommange, né le 18 décembre 1888 à Paris et mort le 27 mai 1977 à Avon (Seine-et-Marne), est un avocat, éditeur musical et homme politique français.

Espoir du barreau et musicien d'avant-garde[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'École libre des sciences politiques, docteur en droit, il s'inscrit en 1909 comme avocat à la Cour d'appel de Paris. En 1914, il est secrétaire de la Conférence des avocats. Il quitte le barreau malgré ces brillants débuts en 1920 pour s'orienter vers l'édition musicale. Il devient alors vice-président du Cercle de la librairie, président du Bureau international de l'édition mécanique et de la section de musique du Congrès international des éditeurs. Il est également arrangeur, musicologue et poète. Amateur de jazz et des avant-gardes musicales, il invite régulièrement dans son manoir d'Avon Camille Saint-Saëns, Gabriel Fauré, Claude Debussy et Maurice Ravel.

Député conservateur[modifier | modifier le code]

Il entre en politique en 1932 en se présentant aux élections législatives dans le 7e arrondissement de Paris en tant qu'indépendant. Élu contre un autre candidat conservateur indépendant, Henry de Kérillis, il rejoint le petit groupe parlementaire des Indépendants. En 1936, il se rapproche de la Fédération républicaine et retrouve son mandat, rejoignant alors le petit groupe nationaliste des Indépendants d'union républicaine et nationale.

Député très actif, il intervient notamment sur la question des droits d'auteurs, s'opposant à la conception « bureaucratique » du travail intellectuel qu'il attribue au ministre Jean Zay. En décembre 1935, il dépose un amendement hostile à la franc-maçonnerie lors du débat sur les ligues, voté par 91 parlementaires de droite[1].

La collaboration[modifier | modifier le code]

Il approuve la remise des pleins pouvoirs au maréchal Pétain en juillet 1940, et accepte d'être nommé au conseil municipal de Paris en 1941. Il participe aux réunions préparatoires d'un éventuel « parti unique » que Marcel Déat cherche à imposer à l'été 1940. La même année, il est également chargé de présider le Comité d’organisation des industries et commerces de la musique. Il fera également partie de ces groupes de musiciens qui, à l'instar de Florent Schmitt, comme lui aussi progressiste musicalement qu'il est réactionnaire politiquement, participent à des rencontres officielles avec des officiels nazis, et notamment à un voyage de musiciens français organisé par les services de Joseph Goebbels, à Vienne, en décembre 1941. Il se rend encore en Allemagne en 1943 et soutient Joseph Darnand. Il est décoré de la francisque.

À la Libération, il est déclaré inéligible. Le jury d'honneur refuse de lever son inéligibilité, arguant qu'il « s'est montré un partisan actif du gouvernement de Vichy qui l'a nommé conseiller municipal de Paris ; qu'il a collaboré au Cri du peuple, journal à la solde de l'ennemi ». Comme René Dommange s'insurge et nie cette dernière accusation, le rapport qu'adressent en retour les Renseignements généraux est sévère : il est écrit qu'il a appartenu au Comité d'action pour l'entraide d'hiver, qu'il a présidé les Journées du Mont-Dore, signé le manifeste anti-Laval aux côtés de Jean Luchaire, Fernand de Brinon et Jean Hérold-Paquis, qu'il a assisté à la conférence d'un collaborationniste, qu'il a été membre de la Milice française (carte n° 20780) et qu'enfin il a publié un article dans le Cri du peuple le 6 février 1941[2]. Il ne reprend pas d'activité politique après la Seconde Guerre mondiale.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean Jolly (dir.), Dictionnaire des parlementaires français, notices biographiques sur les ministres, sénateurs et députés français de 1889 à 1940, PUF, Paris, 1960
  • Olivier Wieviorka, Les orphelins de la République. Destinées des députés et sénateurs français ( 1940-1945), Seuil, Paris, 2001

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Journal officiel, séance du 28 décembre 1935, p. 2876-2977
  2. Rapport du 1er avril 1946, cité par Olivier Wieviorka, op. cit., p. 384-385