Édouard-Jean Niermans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Niermans.
Édouard-Jean Niermans
Image illustrative de l'article Édouard-Jean Niermans
Édouard-Jean Niermans
Présentation
Nom de naissance Eduard Johan Niermans
Naissance
Enschede (Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas)
Décès 19 octobre 1928 (à 69 ans)
Montlaur (Aude)
Nationalité Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Drapeau de la France France à partir de 1895
Diplôme 1883
Formation École polytechnique de Delft
Œuvre
Réalisations Moulin Rouge
Théâtre des Capucines
Hôtel Negresco
Entourage familial
Famille Jean Niermans (fils)

Édouard-Jean Niermans (né le à Enschede et mort le à Montlaur, Aude) (Eduard Johan Niermans en néerlandais) est un célèbre architecte français d'origine néerlandaise de la Belle Époque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né au sein d'une famille bourgeoise. Fils de l'architecte Gerrit Doorwaart Niermans, il fait des études à l'École polytechnique de Delft dont il est diplômé en 1883.

Par goût pour la culture française, il s'installe au no 41 quai d'Anjou à Paris où il pense acquérir une certaine notoriété, ce qui, dans un premier temps, fut le cas en tant que dessinateur de mobilier, ornemaniste et architecte d'intérieur décorateur. Choisi grâce à son appartenance à la communauté néerlandaise de Paris pour bâtir le pavillon néerlandais de l'Exposition universelle de Paris de 1889, il est décoré de la Légion d'honneur pour cette prestation remarquée.

Il revient définitivement à l'architecture en 1891 en s'intéressant au décor et à la construction de brasseries et théâtres dont la brasserie Mollard, la taverne Pousset, le Casino de Paris, les Folies Bergère, le Moulin Rouge à Paris ainsi que d'hôtels comme le Palace Hôtel à Ostende en Belgique et la reconstruction de l'hôtel du Palais (villa Eugénie) à Biarritz.

En 1894, son style se dégage de l'influence hollandaise pour lui devenir propre. Il est basé sur une grande connaissance des styles du passé et des attentes du public. Les matériaux modernes lui permettent de marier goût du passé et confort moderne pour les clients. Naturalisé Français en 1895, il entre à la Société centrale d'architecture, parrainé par le célèbre architecte Charles Garnier.

La modernisation des salons du Casino municipal de Nice marque le début d'une nouvelle carrière sur la Côte d'Azur où il s'installe en 1909. Il se lie avec de nombreux artistes dont Jules Chéret et Ziem, rencontre Auguste Renoir. Deux artistes de moindre importance deviennent des familiers de sa maison : Gervais et Lucas (qui exécutèrent les peintures du déambulatoire de l'hôtel Negresco). Entre 1910 et 1914, l'activité de Niermans est immense, il fait les plans du Palace Hôtel de Madrid, agrandit le casino de Châtel-Guyon en Auvergne, édifie plusieurs villas et effectue plusieurs études pour Henri Négresco qui aboutiront en 1912 à la création de l'hôtel Negresco sur la promenade des Anglais de Nice[1].

Après la Première Guerre mondiale, il collabore avec les architectes Émile Molinié (1877-1964), Charles Nicod, Prix de Rome en 1907), Albert Pouthier, tous 3 associés par ailleurs, puis avec ses deux fils Édouard (1904-1984) et Jean (1897-1989, Prix de Rome en 1929), eux-mêmes architectes.

Il meurt le 19 octobre 1928 dans sa propriété viticole du château de Montlaur dans l'Aude pour laquelle il se passionne les dernières années de sa vie. Le domaine de Montlaur est aujourd'hui la propriété de ses petits enfants.

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Hôtel Negresco fondé par Henri Négresco et réalisé par Édouard Niermans en 1912 sur le promenade des Anglais à Nice.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-François Pinchon, Edouard-Jean Niermans 1859-1928, thèse de doctorat de 3e cycle, Université Paris IV-Sorbonne, 1987, 2 vol., 560 p.
  • Jean-François Pinchon, Edouard Niermans, architecte de la Café-Society, éd. IFA - Mardaga, coll. « Architectes », 1991
  • Marianne Niermans, "Brasseries parisiennes", Monuments historiques, no 131, fév.-mars 1984

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Site de l'Hôtel Négresco

Liens externes[modifier | modifier le code]