Paul Doumer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wikipédia:Articles de qualité Vous lisez un « article de qualité ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Doumer.

Paul Doumer
Illustration.
Paul Doumer en 1931.
Fonctions
Président de la République française

(10 mois et 24 jours)
Élection 13 mai 1931
Président du Conseil Pierre Laval
André Tardieu
Prédécesseur Gaston Doumergue
Successeur Albert Lebrun
Président du Sénat

(4 ans, 4 mois et 26 jours)
Réélection


Prédécesseur Justin de Selves
Successeur Albert Lebrun
Ministre des Finances

(2 mois et 21 jours)
Président Gaston Doumergue
Gouvernement Aristide Briand VIII
Prédécesseur Louis Loucheur
Successeur Raoul Péret

(11 mois et 30 jours)
Président Alexandre Millerand
Gouvernement Aristide Briand VII
Prédécesseur Frédéric François-Marsal
Successeur Charles de Lasteyrie

(5 mois et 28 jours)
Président Félix Faure
Gouvernement Léon Bourgeois
Prédécesseur Alexandre Ribot
Successeur Georges Cochery
Ministre d'État
Membre du Comité de guerre

(2 mois et 4 jours)
Avec Louis Barthou
Léon Bourgeois
Jean Dupuy
Président Raymond Poincaré
Gouvernement Paul Painlevé I
Président de la Chambre des députés

(1 an, 4 mois et 21 jours)
Réélection
Législature VIIIe
Prédécesseur Henri Brisson
Successeur Henri Brisson
Gouverneur général de l'Indochine française

(5 ans, 1 mois et 1 jour)
Prédécesseur Armand Rousseau
Successeur Paul Beau
Biographie
Nom de naissance Joseph Athanase Doumerc
Date de naissance
Lieu de naissance Aurillac (Cantal)
Date de décès (à 75 ans)
Lieu de décès Paris (8e)
Nature du décès Assassinat
Nationalité Française
Parti politique RAD puis proche de l'ARD/PRD/PRDS/AD
Conjoint Blanche Richel (1878-1932)
Enfants Huit, dont René Doumer
Profession Coursier
Ouvrier graveur
Enseignant
Journaliste
Homme d’affaires

Paul Doumer
Présidents de la République française

Paul Doumer, né Joseph Athanase Doumerc le à Aurillac (Cantal) et mort assassiné le à Paris, est un homme d'État français, président de la République du à sa mort.

Issu d'un milieu modeste, il travaille dès l’âge de douze ans, comme coursier puis ouvrier graveur. En parallèle de ces emplois, il obtient une licence en mathématiques et devient enseignant. Il est également journaliste dans l'Aisne et à Paris.

Entré en politique comme radical, il s’éloigne de la gauche à partir de la fin des années 1890. Il est élu plusieurs fois député entre 1888 et 1910, alternativement pour l’Aisne et l’Yonne. Partisan du colonialisme, il occupe de 1897 à 1902 la fonction de gouverneur général de l’Indochine française, dont il assainit les finances publiques et où il lance d’importants travaux, notamment le Transindochinois et le chemin de fer du Yunnan.

Entre 1895 et 1926, il est ministre des Finances à trois reprises. À ce titre, il porte en 1896 un projet de loi visant à instaurer l’impôt sur le revenu qui se heurte à l’opposition du Sénat, et cherche invariablement à atteindre l’équilibre budgétaire. Élu président de la Chambre des députés en 1905, il se présente sans succès à l’élection présidentielle de 1906 face à Armand Fallières. Battu aux élections législatives de 1910, il se consacre un temps au monde des affaires.

Lors de la Première Guerre mondiale, qui coûte la vie à quatre de ses fils, il dirige le cabinet civil du gouvernement militaire de Paris, puis est nommé ministre d’État et membre du comité de guerre. Ministre des Finances après la victoire alliée, il adopte une attitude intransigeante sur les réparations de guerre dues par l’Allemagne. Sénateur de la Corse à partir de 1912, il devient président du Sénat en 1927. Briguant une nouvelle fois la présidence de la République en 1931, il l'emporte sur le républicain-socialiste Aristide Briand grâce au soutien du centre et de la droite.

En tant que chef de l’État, il se montre partisan d’un renforcement de la puissance militaire française, appelle à l’unité nationale, et critique l’attitude des partis politiques. Moins d'un an après le début de son septennat, alors qu'il inaugure un salon d'écrivains anciens combattants, il est assassiné par Paul Gorgulov, un immigré soviétique aux motivations confuses.

Sommaire

Biographie[modifier | modifier le code]

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Origines modestes[modifier | modifier le code]

Joseph Athanase Doumerc naît le à Aurillac, dans le département du Cantal. Au début de sa carrière, Joseph Athanase Doumerc optera pour « Paul », prénom de son grand-père paternel ayant une consonance plus républicaine, tandis que le « c » muet de son nom de famille disparaîtra pour une raison restée inconnue[1],[2].

Baptisé le jour même de sa naissance en l'église catholique Notre-Dame-aux-Neiges d'Aurillac, il a deux sœurs aînées : Renée (née en 1854) et Thérèse (née en 1855)[1]. Originaires du Lot, ses parents sont de condition très modeste. Son père, Jean Doumerc, est employé itinérant des chemins de fer d'Orléans : poseur de rails, il participe à la construction de la ligne Paris-Aurillac lors de la naissance de son fils Joseph[3]. Sa mère, Victorine (née David), vient alors rejoindre son époux pour vivre à Aurillac. Le faible salaire de Jean Doumerc (2 à 2,5 francs par jour) lui permet difficilement de subvenir aux besoins de la famille, qui vit dans une chambre d'un logement ouvrier[4].

En , la mission de Jean Doumerc étant achevée, la famille quitte Aurillac pour Paris, comme de nombreuses autres familles ouvrières du Cantal[5]. Elle s'installe dans la commune de Montmartre[a]. Mais le mois suivant son arrivée en région parisienne, en , Jean Doumerc meurt pour une raison restée inconnue[1]. Pour assurer la survie de la famille, Victorine Doumerc travaille comme femme de ménage et couturière, et s'installe rue de Belleville[7].

Formation et ascension sociale[modifier | modifier le code]

Plaque apposée au collège Roland Dorgelès (Paris 18e).

Paul Doumer est scolarisé à l’école primaire de garçons de la rue Ramey, située dans l'actuel 18e arrondissement de Paris. Il ne bénéficie pas d'une bourse d'étude, seuls quelque 4 000 Français y ayant alors droit. Étant l’un des meilleurs élèves du quartier de Montmartre, il obtient son certificat d'études primaires (CEP) en 1870[2],[8].

À ses douze ans, en raison de la situation financière de sa famille, il doit abandonner ses études pour entrer en apprentissage ; il est alors un des rares adolescents français à bénéficier de ce type de contrat[1]. Durant six années, il est apprenti en tant que coursier, puis comme ouvrier graveur dans une fabrique parisienne de médailles[1]. En parallèle, il poursuit des études gratuites en formation continue au Conservatoire national des arts et métiers[9],[10]. Il s'intéresse notamment aux mathématiques, à la chimie, au latin et au grec[11]. En 1876, il obtient avec félicitations un baccalauréat en sciences[12].

À vingt ans, dispensé de service militaire du fait de son statut d’orphelin, Paul Doumer est nommé professeur de mathématiques au collège de Mende (Lozère)[9]. En 1878, il obtient une licence en mathématiques, condition posée par le père de Blanche Richel pour qu’il puisse épouser cette dernière[7],[b] À partir de 1879, afin d'avoir une rémunération plus importante, il enseigne au collège de Remiremont, dans le département des Vosges[15],[16]. Il devient en 1880 secrétaire de la fédération vosgienne de la Ligue de l'enseignement, qui prône le développement de l'instruction pour assurer le renforcement de la IIIe République[15] ; à ce titre, il organise des conférences sur l'histoire et les valeurs républicaines[11]. Invoquant des problèmes de santé, il quitte l'enseignement en , vexé par un rapport de l'inspection générale de l'Éducation nationale critique à son égard[11].

Dès lors, Paul Doumer s'investit davantage dans le secteur de la presse, écrivant des articles à l'occasion de séjours à Paris. Par l'intermédiaire de son beau-père, Clément Richel, il entre en contact avec plusieurs personnalités républicaines, dont les sénateurs et conseillers généraux de l’Aisne Henri Martin et William Waddington. Avec leur soutien, il devient en 1883 rédacteur en chef du journal Le Courrier de l'Aisne, à Laon, où il établit son domicile. En parallèle, il travaille comme répétiteur au collège de Laon. À la tête du journal, traditionnellement modéré, il adopte une ligne très radicale et un ton polémique. C’est pourquoi à la mort d’Henri Martin, à la fin de l’année 1883, la direction du journal l'oblige à démissionner[17].

Après son départ forcé du Courrier de l'Aisne, il fonde, avec notamment Gabriel Hanotaux, La Tribune de l'Aisne, dont il devient le premier directeur et qu'il oriente résolument à gauche. Dans le premier numéro du journal, il écrit :

« La création de La Tribune n’a pas eu et ne doit pas avoir pour effet de provoquer une scission dans le camp républicain du département de l’Aisne. Nous voulons réagir contre la méthode trop préconisée et trop suivie qui consiste à remettre les destinées de la République aux mains de ses amis de dernière heure, à ses amis les plus tièdes, les plus imbus des doctrines monarchiques. […] La grave question des rapports de l’État avec les diverses Églises est depuis longtemps pendante. L’opinion publique est insuffisamment préparée à la seule solution possible : la suppression du budget des cultes. […] »

— Paul Doumer, , La Tribune de l'Aisne[17]

Il travaille également pour les journaux parisiens Le Matin et Le Voltaire[18]. À l’instar d’autres personnalités, il se sert de ce journal, qui connaît un important succès, comme d'un tremplin pour lancer sa carrière politique[17]. Il est aussi fondateur et secrétaire de l’association républicaine du canton de Laon[17].

Sa carrière politique couronnera sa promotion sociale[19].

Vie privée et familiale[modifier | modifier le code]

Paul et Blanche Doumer (1931).

Le , à la mairie du 2e arrondissement de Paris, il épouse Blanche Richel (1859-1933), dans la famille de laquelle il logeait pendant ses études[11].

De leur mariage naissent huit enfants[20] : Fernand (1879-1972), officier et industriel, marié à Madeleine Despret ; Hélène, épouse Émery (1880-1968) ; Marcel (1886-1918), ingénieur, mort pour la France ; René (1887-1917), employé en banque, mort pour la France ; André (1889-1914), lieutenant d'artillerie, mort pour la France ; Armand (1890-1923), docteur en médecine, mort pour la France[c] ; Lucile (1893-1917), morte de chagrin après la disparition de ses frères lors de la Première Guerre mondiale ; Germaine, épouse Lemaire (1897-1985), résistante ayant abattu un sous-officier allemand en 1940[22],[23].

Ses enfants lui inspirent les ouvrages de morale Le Livre de mes fils (1906) et Le Livre de mes filles[24]. Dans le premier, il écrit : « Je souhaite qu'ils se forment une idée élevée de l'homme du vingtième siècle, du bon Français, du citoyen de notre République, et que, les yeux fixés sur ce modèle, ils s'attachent à l'imiter, à réaliser en eux-mêmes les qualités et les vertus qu'ils auront mise en lui. […] Il faut aimer la patrie jusqu’à lui tout sacrifier, ses biens, sa vie, ses enfants, mais aussi jusqu’à puiser dans cet amour d’elle la force et le courage[25],[26]. » L’ouvrage est réédité après la Première Guerre mondiale, qui tue quatre de ses cinq fils (alors qu'il avait la possibilité d'user de ses relations pour écarter ceux-ci des zones de combat)[27].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Débuts comme élu municipal à Laon (1887-1888)[modifier | modifier le code]

Avec l’appui de son journal, Paul Doumer s’implante dans le département de sa belle-famille, l’Aisne, qu’il qualifie de « pays de la loyauté »[28].

Il se présente lors de l’élection municipale d’ à Laon, où la liste sur laquelle il figure obtient la majorité face à celle soutenue par Le Courrier de l'Aisne, dirigé par William Waddington[19]. Paul Doumer devient conseiller municipal (républicain radical), étant à trente ans le benjamin du nouveau conseil municipal[17]. Deux semaines plus tard, à la suite de la démission du maire de la ville, Jean-François Glatigny, il est élu premier adjoint au nouveau maire, Charles Bonnot[29]. Pendant son mandat, le maire de Laon cherche à modérer les positions de son premier adjoint, qu'il juge excessives[30]. Membre de la commission municipale chargé de l’agriculture, de l'industrie et du commerce, Paul Doumer se montre soucieux de réaliser des investissements tout en s'assurant de l’équilibre du budget municipal. En vertu de la loi Goblet, il exige au plus tôt la laïcisation de l'école communale des garçons. Rapidement, il acquiert une réputation de grand travailleur et de connaisseur des dossiers de la commune, qui compte alors quelque 10 500 habitants[31]. Sa mesure phare est le lancement de la construction du tramway de Laon, qui permettra de relier la gare à la ville haute : mis en service en 1899, le tramway connaîtra un réel succès et fonctionnera jusqu'en 1971[28],[32].

Première élection à la Chambre des députés (1888-1889)[modifier | modifier le code]

Portrait de Paul Doumer dans les années 1880
(par Disdéri).

En 1888, Paul Doumer est investi par les radicaux à l'élection législative partielle faisant suite à la mort du député de l'Aisne Ernest Ringuier[33]. À la tête du Courrier de l’Aisne, Charles Sébline mène alors une intense campagne contre Doumer, dénonçant son manque d'expérience et son parachutage dans le département[d]. Il doit également faire face à la candidature du populaire général Boulanger dans un territoire plutôt rural et conservateur[35]. Terminant en deuxième position du premier tour, Paul Doumer bénéficie finalement du désistement de Boulanger, arrivé nettement en tête du scrutin grâce au soutien des paysans et des mineurs[36]. Le , dans un contexte de faible participation, il est élu député avec 47 % des suffrages exprimés, contre 37 % au candidat orléaniste René Jacquemart[37]. Il démissionne alors de ses mandats à Laon, et quitte la rédaction de La Tribune de l'Aisne[38].

À la Chambre des députés, où ont encore lieu de vifs débats entre partisans de la monarchie et de la république, il fait partie des rares élus issus de la classe ouvrière[39]. Durant ses dix-huit mois de mandat, pendant lesquels il siège au sein du groupe de la Gauche radicale, il se montre très actif, rédigeant plusieurs rapports, notamment sur les finances, l'armée et la marine. Il vote contre le projet de loi Lisbonne visant à réduire la liberté de la presse et en faveur de l’abandon du scrutin de liste au profit du scrutin d'arrondissement. Avec le dirigeant radical Léon Bourgeois, il milite pour le développement des sociétés coopératives ouvrières de production afin de réduire l'influence de ses adversaires socialistes, étant rapporteur de la loi sur le sujet[40]. Ses relations avec le général Boulanger se dégradent lorsqu'il se prononce contre la proposition de celui-ci de réviser les lois constitutionnelles, puis lorsqu'il vote pour les poursuites contre le général et trois députés issus de la Ligue des patriotes[7],[40].

Candidat à sa réélection lors des élections législatives de 1889 dans la nouvelle seconde circonscription de Laon, il est battu dès le premier tour par le candidat boulangiste, André Castelin[29].

Chef de cabinet de Charles Floquet et député de l’Yonne (1889-1896)[modifier | modifier le code]

Grâce à son travail législatif et à ses relations au sein de la franc-maçonnerie, il devient chef de cabinet du président de la Chambre des députés, Charles Floquet, en [40].

En 1891, à la suite de la mort du député René Laffon et avec l'aide de Floquet, il se porte candidat à un scrutin législatif partiel dans la première circonscription d'Auxerre, dans l'Yonne[41]. Malgré la campagne hostile conduite à son égard par L’Estafette de Jules Ferry, il est élu au second tour avec 59 % des voix exprimées[42]. Il quitte alors la tête du cabinet de Charles Floquet[43]. Le , dans son premier grand discours à la Chambre, il appelle à une augmentation de l'impôt sur les successions et à l'instauration d'un impôt corrélé aux ressources des citoyens, qui sera par la suite appelé impôt sur le revenu. Faisant de cette dernière idée son combat principal dans un système fiscal qu'il juge très inégalitaire, il s'attire les critiques de la droite et d'une partie de la presse, notamment Le Figaro[43]. En , aux côtés de Godefroy Cavaignac, il porte une proposition d'impôt progressif sur le revenu qui fait notamment face à l'opposition de Raymond Poincaré : la Chambre repousse alors le texte par 267 voix contre 236[19],[43].

Paul Doumer est réélu aux élections législatives de 1893 dès le premier tour de scrutin avec 56 % des suffrages exprimés[43]. À l'ouverture de la nouvelle législature, il obtient que chaque séance du vendredi soit consacrée au travail et à la condition des ouvriers[43]. En plus de la fiscalité, il travaille essentiellement sur les colonies françaises, quelques années après le « tournant colonial » pris par la IIIe République. En 1893, il est rapporteur d’une proposition de loi de Joseph Reinach visant à instaurer un ministère des Colonies de plein exercice, ce qui est acté l’année suivante[44]. En tant que rapporteur du budget des Colonies, il intervient en 1895 dans le cadre du projet de loi ayant pour objet le règlement provisoire de la situation financière du protectorat de l'Annam et du Tonkin et des dépenses de l'expédition du Siam ; il est alors pressenti pour remplacer le gouverneur général de l'Indochine française, Armand Rousseau, malade[7].

Premier passage au ministère des Finances (1895-1896)[modifier | modifier le code]

Le , à trente-huit ans, bénéficiant de sa réputation d'expert des questions financières et fiscales, il est nommé ministre des Finances par Léon Bourgeois, qui forme le premier gouvernement radical homogène de l’histoire[45]. Cherchant à allier équilibre des finances publiques et justice sociale, il conduit une politique de rigueur, avec notamment un plan d'économies et l’augmentation de l’impôt sur les successions. Il revient également sur la décision de réduire le périmètre de contrôle financier du gouverneur général de l'Indochine française[10].

À l’instar des projets qu’il avait précédemment défendus en tant que député, il prône la mise en place d'un impôt global et progressif sur le revenu. Devant remplacer la contribution personnelle et mobilière et l'impôt sur les portes et fenêtres, ce projet de prélèvement visant à s'appliquer aux revenus supérieurs à 2 400 francs suscite l’opposition de la droite et d'une partie de la majorité, effrayées par la personnalisation de la fiscalité directe, la progressivité et la déclaration de revenus. Le ministre des Finances leur répond que le système fiscal français fait davantage reposer l’impôt « sur le pauvre que sur le riche », et que la mesure, déjà adoptée par la Prusse, permettrait d’accroître les rentrées fiscales dans la perspective d'un nouveau conflit militaire[44]. Avec le soutien des socialistes, le principe de l’impôt sur le revenu est approuvé par la Chambre des députés, ce qui constitue une première, les projets similaires précédents ayant tous été repoussés par l’assemblée[44].

Mais Paul Doumer se heurte à l’hostilité du Sénat, plus conservateur que la chambre basse, et doit faire face à des appels de membres de sa majorité à retirer son projet s’il ne veut pas faire chuter le gouvernement. Le ministre des Finances ne renonçant pas, le Sénat contraint le cabinet Bourgeois à la démission, le [46]. Après cet échec, Paul Doumer se voit tenu pour responsable du renversement du gouvernement. Redevenu simple député, il propose une nouvelle fois la mise en place de l’impôt sur le revenu en [44]. Cet impôt sera finalement instauré en 1914, en raison de la nécessité d’accroître les recettes de l’État à l’aube de la Première Guerre mondiale[47],[48].

Gouverneur général de l'Indochine française (1897-1902)[modifier | modifier le code]

Le Petit Journal faisant état d’une visite de Paul Doumer au Siam (actuelle Thaïlande), en 1899.

À la fin de l’année 1896, après la mort d'Armand Rousseau, le président du Conseil, Jules Méline, lui propose le poste de gouverneur général de l'Indochine française[12]. Paul Doumer répond positivement à l’offre du chef de gouvernement de droite, ce qui est considéré comme une trahison par les radicaux[49]. Les détracteurs de Doumer l’accusent d'avoir accepté la fonction afin de bénéficier d'une rémunération conséquente alors qu'il est de notoriété publique qu'il est endetté[49]. Il devient gouverneur général le , étant remplacé à la Chambre des députés par Jean-Baptiste Bienvenu-Martin[9].

Doté d'importants pouvoirs, Paul Doumer est chargé de réorganiser l'Indochine française, qui connaît alors une grave crise[50]. Marquées par l'affaire du Tonkin, l'opinion publique et la classe politique se montrent méfiantes à l'égard du territoire, qui est largement déficitaire et pour lequel d'importantes dépenses sont régulièrement engagées[51]. Dans ce contexte, pendant les premiers temps de sa fonction, Paul Doumer ne bénéficie pas de nouveaux crédits pour l'Indochine[49]. Chargé avant tout de redresser cette situation financière, il s'entoure d'un cabinet restreint, composé d'hommes venus avec lui de métropole[49]. Il réprouve la politique de ses prédécesseurs, qui n'étaient selon lui que de simples « administrateurs », adoptant pour leitmotiv « gouverner partout, n'administrer nulle part »[52]. À l'inverse des précédents gouverneurs généraux, il se rend régulièrement sur le terrain et bénéficie d'une réputation d'ubiquité[49].

L'Indochine française — qui comprend la colonie de Cochinchine et les protectorats de l'Annam, du Tonkin, du Cambodge et du Laos — doit selon Paul Doumer être gérée par un pouvoir central fort[53]. Estimant que la conquête coloniale par étapes a conduit à un morcellement et jugeant insuffisante l'Union indochinoise, Paul Doumer entreprend une refonte administrative visant à unifier les différents territoires de l’Indochine. En 1899, sur le modèle de l'Indian Civil Service, il crée un corps unique des services civils dont il confie la surveillance à des inspecteurs chargés principalement de lutter contre la corruption et l’arbitraire[54]. Appelant à un véritable État doté d'un appareil administratif et budgétaire performant, il met en place des organes centralisateurs. Mais rapidement, l’organisation initiée par Paul Doumer — surnommé le « Colbert de l’Indochine » — compte un très grand nombre de fonctionnaires et présente d'importantes rigidités[55].

Souhaitant renforcer le gouvernement général, il réduit l'influence de la dynastie Nguyễn, et fait supprimer la fonction de kinh luoc, qui maintenait une forme de liaison entre le Tonkin et la cour impériale de Hué, au profit du résident supérieur français[56]. Jugeant les Européens plus aptes à décider que les indigènes, il affaiblit ainsi considérablement le gouvernement impérial[52]. Dans un article publié en 1909, il énumère les caractéristiques des races supérieures : propension au travail, patriotisme, amour de la culture, courage et force morale ; dans cette optique, il estime que les Annamites sont supérieurs aux populations voisines en raison de leur intelligence et de leur discipline[57]. Afin de renforcer la connaissance des Français pour les particularités de cette région d'Asie, il crée l'École française d'Extrême-Orient, qui attire nombre de savants[58]. Sa politique mêle ainsi des éléments d'assimilation et d'association[59].

Sur le plan financier, confronté à une situation économique difficile et aux contraintes budgétaires imposées par la métropole, il renforce la lutte contre la fraude, instaure de nouveaux prélèvements obligatoires et augmente ceux déjà existants. L'institution en 1899 d'un budget général se fait au détriment des budgets locaux et notamment de la Cochinchine, principal moteur économique de l’Indochine étant parvenu jusque-là à conserver une forte indépendance. Cette dernière mesure attire à Paul Doumer de vives critiques de la presse et des figures de la Cochinchine, notamment de Paul Blanchy et Charles Le Myre de Vilers, qui affirment qu'il souhaite faire payer la colonie pour les protectorats[54]. Grâce notamment aux droits de douane et à la mise en place — très contestée par la population — des régies (sur le sel, l'opium[e] et l'alcool de riz), le gouvernement général parvient rapidement à dégager des excédents budgétaires[54].

Si elles appauvrissent et révoltent les populations indigènes, ces nouvelles recettes permettent à Paul Doumer d'obtenir le soutien de la Banque de l'Indochine et de lancer plusieurs grands projets d’infrastructures (chemins de fer, routes, ponts, ports, etc.) utilisant les techniques et le savoir-faire européens[60]. C'est en particulier le cas à Hanoï, où sont notamment construits le Grand Palais et le pont Paul-Doumer, qui s'étend sur une longueur de 1 670 mètres au-dessus du Fleuve Rouge[61]. Paul Doumer organise dans la ville une exposition mondiale, qui se déroule en 1902 et 1903, afin de présenter la modernisation en cours en Indochine ; le coût élevé de cet événement, pénalisé par la démission de Doumer, laisse le budget de la ville en déficit pendant une décennie[62],[61]. Il se fait également construire la Villa Blanche — du nom de sa femme — au cap Saint-Jacques, lieu de villégiature prisé des coloniaux de Cochinchine française[63]. En matière agricole, il permet la répartition des terres en faveur des colons et grandes entreprises françaises[54].

Considérant que « la civilisation suit la locomotive », il est un ardent partisan de la construction d’un chemin de fer traversant tout le territoire, le « Transindochinois », dont le plan du réseau avait commencé à être dressé par son prédécesseur, Armand Rousseau[12],[64]. Ce chemin de fer, construit par des « coolies » dans des situations précaires, sera achevé en 1936[12]. Pour la réalisation de la ligne du Yunnan, il obtient un emprunt de deux-cents millions de francs-or[65]. Les services de Paul Doumer font également terminer les travaux du port d'Haïphong, commencés sous le mandat de Paul Bert par le groupe lyonnais d’Ulysse Pila[66]. Il transfère le gouvernement à Hanoï, où il fait construire une nouvelle résidence pour les gouverneurs généraux et qu'il désigne comme capitale de l’Indochine en 1902 en remplacement de Saïgon[54]. En collaboration avec le médecin Alexandre Yersin, Paul Doumer ordonne aussi la construction de la ville de Dalat, afin que les travailleurs européens puissent profiter d'un sanatorium et récupérer ainsi du climat torride de l’Annam[67]. À la suite de l'agronome Auguste Chevalier et de l'économiste Henri Brenier, Paul Doumer se montre favorable à l'acclimatation de l'hévéa, dont la culture est déjà importante en Malaisie britannique et aux Indes néerlandaises, dans les terres récemment conquises de Sumatra[68]. Il est également à l'origine de l'université de médecine de Hanoï[58].

Paul Doumer, inquiet de l'avancée en Asie de la Russie et de l’Angleterre, semble être favorable à une colonisation de la Chine par la France[58]. Sans en informer Paris, il fait en sorte de créer une situation de fait devant conduire à l'annexion de la prospère province du Yunnan, dans le sud-est du pays[58]. À ce titre, il visite en la capitale de la région, Kunming, où il fait face au refus du vice-roi de satisfaire sa demande d'obtention d'un terrain destiné à construire une gare ferroviaire. Cet incident diplomatique conduit à un soulèvement d'habitants du xian de Mengzi redoutant l'achat de leurs mines d'étain par les Français[58]. Le ministre français des Affaires étrangères, Théophile Delcassé, intervient alors pour réfuter auprès de la Chine et de l’Angleterre toute volonté d'annexer le Yunnan[69]. Quelques mois plus tard, éclate contre les colons la révolte des Boxers, lors de laquelle Paul Doumer fait envoyer des troupes d'Indochine pour soutenir les légations étrangères[59],[70]. Dans le même temps, ses relations avec l’armée coloniale sont tendues, cette dernière n'acceptant pas l'ingérence du gouvernement général dans ses prérogatives[59].

Souhaitant revenir en métropole pour briguer un nouveau mandat de député aux élections législatives, Paul Doumer démissionne de sa fonction de gouverneur général en [12]. Il est remplacé en octobre suivant par Paul Beau, réputé plus consensuel que lui[71],[72]. Avec plus de cinq années passées en Indochine, Paul Doumer est l’un des gouverneurs généraux du territoire à la longévité la plus importante, la plupart de ses prédécesseurs ayant occupé le poste pendant un ou deux ans[73],[74]. Il est également considéré comme ayant été l'un des gouverneurs du protectorat les plus actifs[45]. Face aux critiques dont il fait l’objet à son retour en métropole, notamment sur la question indigène, il publiera en 1905 un ouvrage de souvenirs d'Indochine, qui servira de référence à plusieurs responsables militaires pendant la guerre d'Indochine[75],[76]. Ayant permis un redressement de la situation financière et administrative de l'Indochine et renforcé la position de la France face à l'Angleterre, son action lui servira de tremplin pour la suite de sa carrière politique[77]. Ses successeurs inscriront d'ailleurs leur politique dans la continuité de celle de Paul Doumer, qui sera classé par le général de Gaulle parmi les meilleurs « proconsuls » de l'histoire de France[78].

Le Grand Palais, construit à Hanoï à l'initiative de Paul Doumer. 
Le pont Paul-Doumer, rebaptisé par la suite pont Long Biên, à Hanoï. 
La Villa Blanche de Paul Doumer à Vũng Tàu (anciennement Cap Saint-Jacques) en 2013. 

Retour en France et présidence de la Chambre des députés (1902-1906)[modifier | modifier le code]

De retour en métropole le , Paul Doumer décide de reprendre une carrière politique dans l'Aisne, et acquiert fin 1904 une vaste propriété à Anizy-le-Château[29]. Aux élections législatives, il se présente à nouveau dans la seconde circonscription de Laon, en tant que candidat radical pour le bloc des gauches. Après le désistement d’André Castelin, il l'emporte au premier tour, avec 98 % des suffrages exprimés, contre un socialiste indépendant[79]. Il entre dans le même temps en contact avec l'historien André Lichtenberger, qui devient son assistant[f].

Sous la VIIIe législature, il accède en 1903 à la présidence de la commission du Budget de la Chambre, battant le radical-socialiste Fernand Dubief ; il est réélu en 1904 à une très large majorité[7]. À la tête de la prestigieuse commission, il appelle à la réduction des fonds secrets du ministère de l’Intérieur, qui constituent selon lui un moyen de corruption[81]. Dans le même temps, il continue à prendre ses distances avec sa famille politique d'origine, une évolution qui était déjà perceptible lors de ses responsabilités en Indochine française[82]. Comme les radicaux modérés Jean-Marie de Lanessan et Édouard Lockroy, il s'oppose au ministre Camille Pelletan sur la situation de la Marine nationale, et plus généralement au gouvernement Combes[83]. Indigné par le rôle de la franc-maçonnerie et du Gouvernement — notamment du général André — dans l'affaire des fiches, il dénonce des « procédés de basse police »[84],[85]. Dans ce contexte, il s'oppose à la politique anticléricale du cabinet Combes, qu'il qualifie de « sectaire » et dont il critique les méthodes[86].

Paul Doumer en 1905.

En 1904, il est élu conseiller général de l'Aisne dans le canton d'Anizy-le-Château, un mandat qu’il détient jusqu’à son élection à la présidence de la République : une telle longévité est exceptionnelle pour cette époque, les personnalités de la IIIe République n'accordant qu'une faible importance à l'échelon départemental[82]. Au conseil général de l’Aisne, dont il prendra la tête par la suite, l'une de ses premières actions est de faire repousser une proposition de motion félicitant le président du Conseil, Émile Combes, pour son action anticléricale[38]. Pendant ses différents mandats, Paul Doumer s'implique principalement sur les questions de transports : il fait notamment voter, sur le modèle de sa réalisation à Laon, la construction d'un tramway à traction électrique reliant Anizy-le-Château à Tergnier, et porte plusieurs projets de lignes de chemin de fer[82].

Lors de l’élection à la présidence de la Chambre des députés du , il présente sa candidature, qui reçoit le soutien de députés radicaux dissidents, du centre et de la droite appréciant son opposition au cabinet Combes. Avec 265 voix, il remporte le scrutin face au président sortant, le radical Henri Brisson, qui obtient 25 suffrages de moins[87]. C'est la première fois qu'un candidat est élu à la présidence de la chambre basse grâce à un mélange de voix de gauche et de droite[88]. Cette élection fragilise le gouvernement et la majorité du bloc des gauches, qui commence à se déliter. Violemment conspué lors de son discours de remerciement, il fait notamment l'objet de critiques de Jean Jaurès, qui écrit dans L'Humanité : « Ainsi a été élevé sur le pavois l'homme qui, ayant demandé à une première désertion le proconsulat de l’Indochine, obtient la présidence de la Chambre d'une deuxième félonie »[89].

Au « perchoir », quelques jours après son élection, Paul Doumer est considéré comme étant le principal responsable de la chute du cabinet Combes, ses adversaires parlant alors à son sujet de « boulangisme civil »[88]. À la fin de l'année 1905, conformément à la tradition en vigueur pour le président de la Chambre, il s'abstient lors du vote de la loi de séparation des Églises et de l'État[88]. S'il est critique envers l’absentéisme des députés et n'hésite pas à multiplier les séances de nuit, il ne se montre pas particulièrement assidu pour présider les débats de la chambre basse[88]. Le , après avoir contribué au rejet d'une résolution prévoyant l'élection du président de la Chambre au scrutin public et non plus secret, il est réélu avec 287 suffrages contre 269 au candidat de gauche, Ferdinand Sarrien[90].

Défaite à l’élection présidentielle et traversée du désert (1906-1912)[modifier | modifier le code]

Au début de l’année 1906, après avoir publié Le Livre de mes fils, Paul Doumer se porte candidat à la présidence de la République pour succéder à Émile Loubet. Soutenu par les cléricaux, il reçoit l'appui financier de riches commerçants et hommes d'affaires, tandis que Jean Jaurès fait partie de ses plus farouches opposants[88]. Le , avec 371 voix (43,8 %), il est battu au premier tour par le président du Sénat et candidat du bloc des gauches, Armand Fallières, qui réunit 449 voix (52,9 %). Plus clivant que son adversaire, Paul Doumer a souffert auprès de la gauche de son rapprochement avec les conservateurs, de sa contribution à la chute du gouvernement Combes et de son souhait de renforcer la fonction présidentielle[83].

Réélu confortablement député de l’Aisne aux élections législatives de 1906 (63 % des voix au premier tour), il quitte le « perchoir » après seize mois de mandat, le , Henri Brisson lui succédant à l'ouverture de la IXe législature. Dans le même temps, il est évincé du groupe de la Gauche radicale, et semble particulièrement isolé[27]. Siégeant sans étiquette à la Chambre, il est rapporteur général du budget, et défend la colonisation et le réarmement du pays[91]. Le , il est reçu à Saint-Pétersbourg par le tsar Nicolas II, qui souhaite l'interroger sur son action en Indochine, ainsi que sur des questions liées aux finances et aux travaux publics[91]. En parallèle, Paul Doumer écrit des articles dans le journal Le Petit Parisien[91]. Lors des élections législatives de 1910, abandonné par la gauche et laissant sceptiques certains conservateurs, il perd son siège de député, recueillant 47 % des voix au second tour face à André Castelin, qui l'avait déjà battu en 1889 et qui se présentait cette fois comme candidat républicain indépendant[7],[92]. Plusieurs commentateurs annoncent alors la fin de sa carrière politique[93].

Pendant les deux années qui suivent son échec, bénéficiant de son parcours politique et de son expertise en matière financière, Paul Doumer se consacre au monde des affaires. Il préside de nombreux conseils d'administration, notamment celui de la Compagnie générale d'électricité (CGE), celui de la Chambre syndicale des fabricants et constructeurs de matériel pour chemins de fer et tramways et celui de l'Union minière et métallurgique de Russie[94]. À la tête de la CGE, à laquelle il accède alors qu'il n'avait aucun lien avec elle, il préside un temps les filiales Compagnie nationale du Rhône et Energía Eléctrica de Cataluña ; il conservera cette fonction dans l'entreprise jusqu'en 1927, démissionnant seulement lors de ses nominations au Gouvernement[94]. Jusqu'en 1914, il est également vice-président de l'Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM). Ces multiples fonctions, qui lui assurent de confortables revenus alors qu'il était jusque-là toujours endetté, lui attirent les critiques de la presse et d'opposants, qui le jugent affairiste[94].

En 1910, avec André Lichtenberger, il lance l'hebdomadaire L'Opinion : très en vogue à Paris, dirigé par l'homme politique Maurice Colrat, le journal est apprécié de la droite libérale[94]. Paul Doumer préside en outre l'Office national des universités et écoles françaises, lancé par Léon Bourgeois et Paul Deschanel afin de créer des liens entre les établissements d'enseignement français et étrangers. Il contribue ainsi au lancement et au développement de l'Institut français de Florence et de l'Institut français de Saint-Pétersbourg, avec notamment le soutien de Pierre Loti[94].

Une du Grand illustré du présentant les possibles candidats à l'élection présidentielle de 1906
Les parlementaires prenant part au scrutin présidentiel de 1906 (d'après une gravure du supplément illustré du Petit Journal). 
Paul Doumer aux côtés de son adversaire à l'élection présidentielle, Armand Fallières, et du président sortant, Émile Loubet

Élections au Sénat et Première Guerre mondiale (1912-1921)[modifier | modifier le code]

Aux élections sénatoriales de 1912, alors qu'il est rejeté par les radicaux de l'Aisne, notamment par le député Pascal Ceccaldi, il opte pour une candidature en Corse, après avoir sans succès tenté de se présenter dans son départemental natal du Cantal. Il reçoit alors le soutien du Parti républicain démocratique (PRD), classé au centre droit de l’échiquier politique[95]. À cette époque, une entrée au Sénat est plus prestigieuse qu'une élection comme député[95]. Pendant la campagne, Bastia-Journal le décrit comme un « histrion d'Indochine, vautour d'Auvergne, traître à son parti, brûlé partout »[95]. Malgré l’hostilité des franc-maçons, du gouvernement Caillaux et du Parti radical, il l'emporte au premier tour de scrutin, le , avec 59 % des suffrages exprimés, ce qui en fait le mieux élu des trois sénateurs du département[g],[97]. Au début de l’année 1913, Paul Doumer adhère au groupe de l'Union républicaine du Sénat, alors que les radicaux se réunissent au sein de la Gauche démocratique radicale et radicale-socialiste[95].

Paul Doumer en 1913.

Comme à la chambre basse, Paul Doumer apparaît comme un expert des thématiques financières et militaires : il siège ainsi à la commission des Finances et à celle de l’Armée, dont il est rapporteur alors que le coup d'Agadir laisse présager une nouvelle guerre avec l’Allemagne[18]. Dénonçant depuis des années un manque de préparation de la France face à un éventuel conflit militaire, il fait en sorte d'augmenter les effectifs de l’armée, notamment en accélérant l’adoption du projet de loi consacrant le retour au service militaire de trois ans (au lieu de deux), s'opposant ainsi vivement à Édouard Herriot[98]. Il continue à prôner un important réarmement de la France, écrivant dans son ouvrage La Métallurgie du fer (1912) que « c'est par l'acier qu'on sauvegarde l’indépendance d'un peuple »[99]. Début 1914, il est nommé membre du Conseil supérieur aéronautique militaire[7].

Lors du déclenchement de la Première Guerre mondiale, il décide de rester à Paris alors que les autorités politiques se replient à Bordeaux[100]. Sur sa demande, il devient chef du cabinet civil du gouvernement militaire de Paris, conduit par le général Gallieni[4]. Cette nomination rencontre l'opposition du président du Conseil, René Viviani, et de personnalités politiques, qui font circuler la rumeur que Doumer et le général fomentent un coup d'État[100]. Entre septembre et , finalement nommé en raison de l'insistance de Gallieni, Paul Doumer assure la liaison entre l’état-major et le gouvernement Viviani, qui se trouve à Bordeaux. Il travaille sur les travaux de fortifications de Paris — dont il est un fervent partisan, s'opposant à l'idée de laisser les forces allemandes pénétrer dans la capitale —, mais aussi sur l’acheminement des fabrications de guerre et sur la fourniture des services publics[7],[15]. Alors que l'état de siège est déclaré, il préside la commission chargée d'organiser les secours volontaires, et assiste le général Gallieni dans sa décision de réquisitionner plus d'un millier de taxis parisiens dans le cadre de la bataille de la Marne[100]. Étant le parlementaire occupant la position civile la plus élevée, Paul Doumer relègue au second plan le préfet de la Seine et le préfet de police de Paris[101]. Lors de la reprise des travaux parlementaires, le , le cabinet civil du gouvernement militaire est supprimé[102].

Maison de la famille Doumer détruite par les Allemands lors de la Première Guerre mondiale (Anizy-le-Château, 1920).

Vice-président de la commission de l'Armée du Sénat à partir de , Paul Doumer continue à appeler à l'augmentation des effectifs militaires, à prôner le refus de tout passe-droit pour les fils issus de familles aisées, et à assurer ses prérogatives de contrôle sur le Gouvernement et l’armée, ce qui génère de vifs conflits entre lui et le général Joffre[h]. En , Paul Doumer part en mission à Pétrograd pour négocier avec l'empereur Nicolas II l'envoi en France de troupes russes[19]. Il effectue de nombreuses visites sur le front, où il relève des erreurs commises par les autorités, à qui il reproche un manque d'organisation, notamment lors de la bataille du Chemin des Dames[26]. La guerre le touche personnellement, puisqu’elle coûte la vie à quatre de ses fils[25],[103]. Sa propriété d'Anizy-le-Château est en outre détruite par les Allemands[82],[19]. Dans ce contexte, devenu une figure très respectée, Paul Doumer se fera un ardent défenseur de la cause des anciens combattants[104].

Le , dans le gouvernement de Paul Painlevé, il devient ministre d’État et membre du Comité de guerre, où siègent également Louis Barthou, Léon Bourgeois et Jean Dupuy[105]. Cette nomination est en partie due à la volonté du nouveau président du Conseil d'apaiser les relations du pouvoir exécutif avec le Sénat alors que la commission sénatoriale de l’Armée s'est montrée particulièrement virulente à l’égard du précédent gouvernement[26]. Travaillant avec Léon Bourgeois, Paul Doumer forme un comité économique coordonnant les efforts des finances, du commerce de l’armement, du ravitaillement et des travaux publics[15],[19]. Il fait notamment adopter un projet de loi sur le recrutement de l'intendance militaire[26]. Mais le cabinet Painlevé tombe le , seulement deux mois après sa formation[106]. Nommé chef du Gouvernement, Georges Clemenceau ne reconduit pas Paul Doumer, qu'il respecte mais avec qui ses relations sont tendues[107],[108].

Paul Doumer avec ses cinq fils, dont quatre mourront pour la France
(Nadar, 1905).

Bénéficiant d’un grand prestige moral — notamment à droite — en raison de son rôle pendant le conflit mondial, Doumer est un temps considéré comme un possible successeur du président de la République, Raymond Poincaré[27]. Après l'armistice, il participe à l'élaboration de la « Charte des sinistrés » et à la mise en place d'une commission d'enquête sur les faits de guerre[109]. Au conseil général de l’Aisne, il plaide pour que la commune de Coucy-le-Château ne soit pas reconstruite, afin de laisser visible la « destruction sauvage » des Allemands[38]. Toujours impliqué dans les thématiques coloniales, il est membre de la commission du Sénat chargée de procéder à une étude économique sur les moyens d'accroître les efforts de production des colonies françaises, alors que la métropole est détruite. Le sénateur de la Corse continue également de s'intéresser aux questions financières, notamment à l’impôt sur le revenu, qui a été mis en place en 1914, et à la refonte du système fiscal pour réduire l'important déficit public de la France[26]. Élu rapporteur général du budget en , il s'oppose sur plusieurs sujets au ministre des Finances, Frédéric François-Marsal[110]. Il est alors vu comme ayant davantage d’influence qu'un ministre[110].

Neuf ans après avoir refusé son parachutage, les radicaux du Cantal lui proposent une investiture aux élections sénatoriales de 1921, mais Paul Doumer décline l'offre[110]. Proche de l'Alliance républicaine démocratique (ARD), seul représentant de la droite gaviniste, il est réélu sénateur de la Corse au second tour avec 52 % des suffrages exprimés, un score inférieur de sept points à celui qu'il avait obtenu dès le premier tour en 1912[111]. Bien qu'il ait utilisé ses relations parisiennes pour améliorer significativement les infrastructures de l'île — dont il dit qu'elle est « encore presque dans le même état où Jules César a trouvé la Gaule » —, il est desservi par les « ambitions continentales » qui lui sont prêtées et par son manque de présence sur le terrain pendant son mandat[110].

Retour au Gouvernement et commission des Finances (1921-1926)[modifier | modifier le code]

Le , vingt-cinq ans après sa première nomination, Paul Doumer retrouve le portefeuille de ministre des Finances, dans le septième gouvernement Briand. Il doit principalement gérer les conséquences de la guerre. Dans un contexte économique difficile, il mène une politique protectionniste en relevant les tarifs douaniers à l'importation, organise les sociétés coopératives de reconstruction et définit les modalités d'indemnisation des dommages de guerre. Lors de la conférence de Londres de 1921, il négocie le montant des réparations dues par l’Allemagne, puis s’oppose au projet de moratoire proposé par Aristide Briand, qui a selon lui « la main molle »[112]. Confronté à la baisse des rentrées fiscales alors qu'il reste attaché au principe d'équilibre budgétaire, il initie une réforme du système fiscal avec la mise en place d'un comité consultatif des impôts et revenus publics[10]. Il fait passer le budget français de 28 à 20 milliards de francs, notamment en diminuant les dépenses de fonctionnement de l'État et privilèges des ministères[112].

Alors qu'il affiche régulièrement des divergences avec les autres ministres et que plusieurs de ses propositions font polémique ou sont rejetées par la Chambre (en particulier celle d'augmenter la taxe sur le chiffre d'affaires), l'hypothèse de sa démission pour devenir gouverneur général de l'Algérie est envisagée[113]. Sa politique de diminution des crédits suscite d'importantes oppositions — comme celle du maréchal Lyautey concernant le Maroc — et il ne parvient pas à freiner la chute du franc[112]. Malgré son impopularité, Paul Doumer fait voter le budget pour 1922 avant le début de la nouvelle année, évitant ainsi le recours à la technique dite des « douzièmes provisoires », qui était utilisée depuis trente ans[112],[114]. Il demeure finalement ministre jusqu’à la fin du cabinet Briand, le , en plein scandale de la Banque industrielle de Chine, que Paul Doumer — très lié à sa concurrente, la Banque de l'Indochine — a refusé de faire refinancer par l’État[112],[115].

Paul Doumer à l’hôtel de Lassay (1925).

Au Sénat, il quitte en 1924 le groupe de l’Union républicaine pour rejoindre le groupe de la Gauche démocratique radicale et radicale-socialiste, présidé par Jean-Baptiste Bienvenu-Martin. Devenu la même année vice-président de la commission des Finances, il est élu à la présidence de cette commission en . Il démissionne cinq mois plus tard pour devenir pour la troisième fois ministre des Finances, malgré l’opposition du cartel des gauches, dans le huitième gouvernement Briand. En allusion au précédent passage de Paul Doumer rue de Rivoli, Aristide Briand précise alors que la politique financière ne sera plus « celle d'un homme » mais « celle du gouvernement tout entier »[21]. Dans une période de grande fébrilité des marchés financiers, Paul Doumer tente une nouvelle fois, sans succès, de stopper la chute du franc et de réduire le déficit public ; il instaure une banque d'émission à Madagascar et réorganise le Crédit maritime[10],[116]. Le cabinet est renversé en , à la suite d’un vote de la Chambre sur la taxe sur les paiements, et Paul Doumer n’est pas reconduit dans le neuvième gouvernement Briand[117].

Durant l’été 1926, le président de la République, Gaston Doumergue, le charge de former un gouvernement, mais, ne disposant pas d’une majorité et refusant tout compromis sur la question des réparations de guerre, Paul Doumer renonce à briguer la présidence du Conseil[21]. Nommé à la tête du Gouvernement et aux Finances, Raymond Poincaré mettra finalement en place plusieurs mesures préconisées par Doumer[14]. Celui-ci retrouve en la présidence de la commission des Finances du Sénat, où il se fait assister d’Henry Chéron et de Jules Jeanneney[21],[118]. Bien que sénateur de la Corse, il reste conseiller général de l’Aisne, et préside le conseil général du département à deux reprises entre 1924 et 1931[119] ; les Axonais lui sont notamment reconnaissants d’avoir œuvré à la reconstruction de l'Aisne, qui était le département le plus sinistré du pays à l’issue de la guerre[110].

Président du Sénat et accession à l’Élysée (1927-1931)[modifier | modifier le code]

Lors des élections sénatoriales de 1927, le président sortant du Sénat, Justin de Selves, est battu dans son département de Tarn-et-Garonne[120]. Pour lui succéder, le groupe de la Gauche démocratique radicale et radicale-socialiste décide de présenter la candidature de Paul Doumer, qui bénéficie des retraits en sa faveur des candidats investis par l’Union républicaine, Albert Lebrun et Henri Chéron[121]. Le , sans concurrent, Paul Doumer est élu à la présidence du Sénat par 238 voix sur 273 votants ; avant lui, seul Antonin Dubost avait obtenu un nombre de voix aussi important[122]. Son chef de cabinet est Gaëtan Pirou[38].

Réélu sénateur de la Corse avec seulement cinq voix de majorité en 1929[123], Paul Doumer est reconduit à la tête de la chambre haute les [124], [125], [126] et [127]. Au « plateau », il appelle à la poursuite de l’Union sacrée et maintient sa volonté de faire payer l’Allemagne pour les réparations de guerre[121]. À la suite de la mort de Georges Clemenceau, il prononce en tant que président du Sénat un vibrant discours d’hommage à celui-ci, qu'il admirait malgré leurs désaccords politiques[121]. Continuant son évolution à droite, il quitte en le groupe de la Gauche démocratique radicale et radicale-socialiste[21].

À l’approche de la fin de son septennat présidentiel, Gaston Doumergue annonce qu'il n’entend pas briguer un second mandat. Alors que le président du Sénat est par tradition souvent amené à devenir président de la République, Paul Doumer est longtemps donné favori pour succéder à Doumergue, 25 ans après son échec face à Armand Fallières. Mais, considéré comme nationaliste et belliqueux par beaucoup de parlementaires de gauche, il doit faire face à la candidature de dernière minute de l'un des hommes politiques les plus en vue du moment, Aristide Briand, connu pour son pacifisme[128]. Le , grâce à l'appui du centre et de la droite, Paul Doumer arrive en tête du premier tour avec 442 voix (49,3 %) contre 401 (44,7 %) à Briand, qui se retire aussitôt[129]. Au second tour, pour remplacer la candidature de ce dernier, les radicaux présentent l'ancien ministre Pierre Marraud. Paul Doumer est élu président de la République avec 504 voix sur 883 suffrages exprimés (57,1 %)[130]. Saluée par la majorité de la presse et des milieux d’affaires, son élection provoque la colère des députés de gauche et d’extrême gauche ; la tension est telle qu'Anatole de Monzie déclare que « c’est l’affaire Dreyfus qui recommence »[121]. Quelques jours avant son entrée à l’Élysée, Paul Doumer quitte ses différents mandats électoraux[131].

Président de la République (1931-1932)[modifier | modifier le code]

Article connexe : présidence de Paul Doumer.
Portrait officiel de Paul Doumer (1931).

Paul Doumer prend ses fonctions de président de la République le [132]. Il décide de résider au palais de l'Élysée, avec son épouse, sa plus jeune fille, Germaine, et son gendre. À soixante-quatorze ans, il est le président de la République à entrer en fonction à l’âge le plus avancé depuis Jules Grévy[133].

Lors de la cérémonie d'investiture, le président sortant, Gaston Doumergue, fait l’éloge du patriotisme de son successeur. Dans son discours, celui-ci dénonce « les crises politiques qui tiennent aux rivalités des partis »[134]. Première personnalité issue d’un milieu ouvrier à accéder à une telle fonction, il indique dans son message au Parlement : « Je veillerai au maintien et au perfectionnement de nos institutions démocratiques, auxquelles le pays est ardemment attaché. L'instruction, libéralement dispensée, doit permettre aux travailleurs sans distinction de gravir l'échelle sociale, suivant leurs mérites et leurs aptitudes. La démocratie n'admet ni privilèges, ni castes, et elle a le devoir d'assurer à tous les citoyens une égale liberté[74],[135]. »

Le jour même de son entrée en fonction, il investit le deuxième gouvernement Laval[136]. Toujours très critique envers les partis politiques, il doit gérer plusieurs crises ministérielles[45]. En , après la chute de Pierre Laval, il fait appel à Paul Painlevé pour la présidence du Conseil, mais celui-ci entend former un cabinet orienté à gauche alors que le président souhaite un gouvernement d'unité nationale. Contrairement à la tradition, Paul Doumer essaie ainsi d'influencer de façon significative la composition du ministère[137]. À la suite de l'échec de Painlevé, il nomme André Tardieu, qui propose un gouvernement de centre droit, dans la formation duquel le chef de l’État intervient pour faire intégrer Pierre-Étienne Flandin et Pierre Perreau-Pradier aux Finances[138],[139].

Pour le reste, même s'il est difficile de tirer les conclusions d'une présidence n'ayant duré que dix mois, Paul Doumer semble exercer son mandat d'une manière assez peu éloignée de la pratique en vigueur sous la IIIe République : contrairement à l’intention qu’il avait exprimée lors de la campagne électorale pour l'élection présidentielle de 1906, il n'hésite pas à « représidentialiser » la fonction en jouant un rôle honorifique[133],[140]. Il reçoit ainsi des personnalités et délégations, inaugure des expositions et préside des manifestations publiques[133]. Albert Thibaudet affirme à son sujet qu'il est « un président dont on a pu dire à la fois qu'il est sorti du rang et resté dans le rang »[137]. Continuant à s’intéresser aux thématiques financières bien qu’il ne puisse prendre position sur ce sujet, qui relève du Gouvernement, Paul Doumer prône à nouveau son attachement au principe d’orthodoxie financière, réduisant les dépenses de fonctionnement et le nombre de réceptions à l’Élysée[141]. Passionné de sciences, il œuvre à la création du parc zoologique du Bois de Vincennes, qui sera inauguré par son successeur[141].

Paul Doumer remettant la coupe de France de football 1932 au capitaine de l'équipe de Cannes.

Sur les questions de politique internationale et de défense nationale, qui suscitent son intérêt dans un contexte mondial tendu, il se montre résolument anglophile : s’entretenant à de nombreuses reprises avec l’ambassadeur de Grande-Bretagne en France, il défend une alliance avec le Royaume-Uni sur le modèle de l’Entente cordiale, dont il était un fervent partisan en 1904. Opposé à toute amitié franco-allemande, il refuse de recevoir des officiels allemands au palais de l’Élysée, au nom de ses fils morts pour la France. En prévision d'un nouveau conflit mondial, il appelle régulièrement au renforcement du système de défense français, qu'il juge insuffisant et inadapté par rapport à ceux d’autres pays[141]. En tant que chef de l’État, il réaffirme son attachement au colonialisme, en particulier à l’occasion de l’Exposition coloniale internationale, qui se tient de mai à à Paris. Faisant fi des critiques sur le sujet, il n'évoque jamais une possible réforme de l’Empire colonial français, craignant qu’une telle initiative ne débouche sur une perte d’influence de la France dans le monde[i],[141].

Durant sa présidence, l’une des plus courtes de l’histoire, Paul Doumer est d’abord perçu comme une personne très austère, mais voit sa popularité augmenter au fil des mois, notamment en raison de sa sobriété et de son patriotisme affiché[7]. Après avoir exprimé à l'issue de l'élection présidentielle de 1931 son intuition qu'il n'achèverait pas son septennat, le président Doumer est victime en d'une tentative d’empoisonnement qui manque de peu de l’emporter[141]. En , en inaugurant une exposition sur l'aviation en Seine-et-Marne, il s’étonne de l’importance du dispositif de sécurité mis à sa disposition, et confie à Léon Noël : « À mon âge, ce serait une belle fin de mourir assassiné »[7],[74],[139]. Malgré les mises en garde des responsables de sa sécurité, le chef de l’État continue de se mêler aux foules lors des manifestations auxquelles il participe[139].

Assassinat et funérailles (1932)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Assassinat de Paul Doumer.
Reconstitution de l’assassinat (supplément illustré du Petit Journal, ).

Dans l’après-midi du , deux jours avant le second tour des élections législatives, Paul Doumer se rend à l'hôtel Salomon de Rothschild, à Paris, pour inaugurer le salon annuel des écrivains anciens combattants, organisé par l'Association des écrivains combattants[143]. Alors qu'il échange avec l'écrivain Claude Farrère en compagnie du ministre François Piétri, il reçoit deux balles d'un pistolet Browning S 15cm[j] : une à la base du crâne (sortie au niveau de la pommette droite) et une autre au niveau de l'aisselle droite (sortie derrière l’épaule)[143]. Le tireur, Paul Gorgulov, un Soviétique, est déstabilisé par Farrère, qui est lui-même touché au bras. Finalement maîtrisé par les inspecteurs de la sûreté, l’agresseur manque de se faire lyncher par l’assistance[145].

Après s’être écroulé dans les bras du sportif Roger Labric, Paul Doumer est transporté à l'hôpital Beaujon, situé à proximité du lieu de l'agression[146]. Victime d'une importante hémorragie en raison de la section de l’artère axillaire, il est opéré et subit plusieurs transfusions[147]. Alors qu’aucune des blessures n'est a priori mortelle, le président de la République est mal soigné, la ligature de l’artère étant pratiquée trop tardivement par l’interne de garde[140]. Présentant des signes de conscience, Paul Doumer demande si son agresseur est un Français et se voit indiquer qu'il a été victime d'un simple accident[143]. Le lendemain, le , il tombe dans le coma, puis meurt à l'aube, à l'âge de 75 ans[148].

Les circonstances de sa mort suscitent émotion et indignation dans le pays ainsi qu'à l’international[148]. Les autorités proposent à Blanche Doumer d'inhumer son mari au Panthéon, mais celle-ci s’y oppose en ces termes : « Ils me l'ont pris toute sa vie, ils me l’ont tué. Je veux au moins être avec lui dans la mort[140] ». Le corps est exposé au palais de l'Élysée et des obsèques nationales sont organisées à la cathédrale Notre-Dame de Paris et au Panthéon[149]. Il est inhumé dans le caveau familial du cimetière de Vaugirard[140]. Jugé après une instruction de seulement un mois, Paul Gorgulov se montre incohérent et agité, mais voit sa responsabilité pénale être retenue ; affirmant avoir agi seul alors que circule avec insistance la thèse d'un complot visant à stopper les projets de remilitarisation de Paul Doumer, Gorgulov donne notamment pour mobile une prétendue complaisance de la France avec les bolcheviks[150]. Condamné à mort par la cour d’assises de la Seine, il est guillotiné en public le [151].

Dans l’éloge funèbre qu’il prononce lors des funérailles nationales, le président du Conseil souligne :

« Pour la seconde fois en soixante-et-un ans, la République a la douleur de conduire au tombeau son chef assassiné. […] Paul Doumer, pour trois quarts de siècle, fut le vivant témoignage de ce qu'est et de ce que peut la démocratie. Fils du peuple, c'est le peuple entier qu'il représentait. Et c'est aussi le peuple entier qu'ont frappé les balles qui l'ont tué. Des rigueurs, que la vie inflige à tous les hommes, et celles aussi qu'elle réserve aux humbles, il n'a rien ignoré. […] Patriote, au sens plein du mot, il l'était dans les fibres de son être. Son intimité de jeunesse avec ce grand historien de la France que fut Henri Martin, suffirait à le prouver, si l'histoire de sa vie n'en apportait l'éclatante démonstration. […] Pour assurer le succès des solutions qu’il croyait sages, il n’hésitait pas à sortir des traditions et des rites. »

— André Tardieu, [152]


Paul Doumer évacué de l'hôtel Salomon de Rothschild après s'être fait tirer dessus. 
Paul Gorgulov, immigré soviétique, assassin du président Doumer. 

Positionnement et idéologie[modifier | modifier le code]

Personnalité atypique se présentant durant toute sa carrière comme indépendant des partis politiques bien qu'il ne puisse totalement s'en écarter, Paul Doumer est initialement vu davantage comme un « technicien » pragmatique — traitant surtout de thématiques financières — que comme un « politique » ou un théoricien[153]. Entré en politique comme radical, il s’éloigne progressivement de la gauche pour rejoindre le centre et la droite au début des années 1900[154].

Troisième voie[modifier | modifier le code]

À ses débuts, il se montre favorable à une troisième voie, entre libéralisme et socialisme. En tant que radical, il prône la séparation des Églises et l'État, un protectionnisme économique et des mesures sociales (renforcement des droits des travailleurs, création des sociétés coopératives ouvrières de production, développement des systèmes de mutualisme et de prévoyance, etc.)[34]. D’après lui, « un pays dans lequel les inégalités sociales progressent est un pays qui régresse »[139]. Sa défense de l’impôt sur le revenu l’inscrit pleinement dans la lignée du courant solidariste, théorisé par Léon Bourgeois[44]. Il se distingue des socialistes en refusant toute nationalisation des moyens de production, et en se posant en soutien de la petite propriété et de l’orthodoxie financière — il prône une gestion de « bon père de famille »[14].

Son passage dans le secteur privé au début des années 1910 le rapproche des milieux d'affaires au point que le périodique Le Crapouillot le classe dans sa liste des politiques les plus engagés en faveur de la défense des intérêts du capital dans les années 1920[155]. Son biographe Amaury Lorin indique à ce sujet : « Ardent promoteur d'un impôt sur le revenu refusé par les conservateurs, craignant qu'il ne risque d'entraver la bonne marche des affaires, Paul Doumer participe pourtant massivement, à gauche, à l'émergence progressive d'un affairisme sur le point de triompher parmi le personnel politique républicain. […] Il s'agit, pour l'intéressé, d'acquérir pour un temps des positions hautement rémunératrices. Celles-ci lui permettront en particulier de redémarrer brillamment une « deuxième carrière parlementaire », au Sénat[94]. »

Patriotisme et colonialisme[modifier | modifier le code]

Paul Doumer le jour de son investiture à la présidence de la République.

Dénonçant la recherche perpétuelle des « jouissances matérielles de la vie », il ne considère pas uniquement l'économie et le social[27]. En raison notamment de son amitié avec des historiens comme Henri Martin, il se dit résolument patriote et admirateur de Jeanne d'Arc[17],[102]. Spécialiste des question de défense, il considère la puissance militaire comme le seul moyen de sauvegarde de la sécurité nationale : selon lui, « du jour où les fils de France cesseraient d'être de vaillants soldats, ils pourraient s'attendre à voir leur pays rayé de la carte du monde »[140]. Il est également un fervent partisan du colonialisme, contribuant à la fondation d’une école coloniale à Paris (1889) et de l’Académie des sciences coloniales (1922), et appartenant à la Chambre des députés au « groupe colonial », qui invoque la « mission civilisatrice » de la République française[156],[157]. Ses réseaux coloniaux, qui regroupent à la fois des personnalités de gauche et de droite, sont déterminants dans son ascension politique[158]. Il est également président de l’Alliance française, chargée de développer la langue et la culture françaises à l’international[121].

Rapprochement de la droite[modifier | modifier le code]

En Indochine, Paul Doumer modère ses opinions de radical et commence à prendre ses distances avec sa famille politique. Le radical Arthur Ranc déclare en 1900, au sujet d’un article d'un journal conservateur : « Le Gaulois pose la candidature de M. Doumer à la présidence de la République clérico-nationaleuse »[159],[160]. Dès 1902, bien que réélu député sous l'étiquette radicale, Paul Doumer noue des alliances avec la droite. Jean Bepmale réclame alors, sans succès, son exclusion du Parti radical[161]. Doumer dénonce la politique anticléricale du gouvernement Combes — formé d'une majorité de radicaux dans le cadre du bloc des gauches —, s'inquiétant d'une possible réduction des libertés publiques et critiquant les gages donnés par le cabinet aux socialistes[162]. Il devient ainsi le principal dirigeant des radicaux hostiles au combisme, alors même qu'il s'était montré résolument anticlérical par le passé[163]. Ayant formellement rompu avec le Parti radical en 1905, Paul Doumer est considéré comme étant un candidat de centre droit à l'élection présidentielle de 1906, où il reçoit l'appui d'une partie du clergé et de l'armée[91],[164]. Sur le plan institutionnel, il semble partisan d'un régime présidentiel en prônant un renforcement des pouvoirs du Parlement, notamment des commissions parlementaires, et de ceux du président de la République[102].

En raison de cette évolution, il fait l’objet de vives attaques de l’extrême gauche, des radicaux restés à gauche et des franc-maçons[83],[105]. Ceux-ci le qualifient d'opportuniste, et lui reprochent sa bienveillance supposée à l’égard de l’Église (il vote pour la loi du 13 avril 1908, qui précise et assouplit celle de 1905) et des anti-dreyfusards (gouverneur général de l'Indochine lors de l'affaire, il ne prend pas position sur les accusations visant le capitaine juif)[59],[165]. Le qualifiant de « traître », le socialiste Jean Jaurès l'accuse un temps de préparer un coup d'État avec l'aide de militaires et de colonialistes[93],[166]. Georges Clemenceau le décrit comme le « candidat de l’Église et de la monarchie » à l'occasion de l’élection présidentielle de 1906[167]. Après la Première Guerre mondiale, Paul Doumer continue de se rapprocher de la droite, d’autant plus que le clivage gauche-droite dans l’entre-deux-guerres s'organise autour du nationalisme, dont Doumer est un partisan, et des relations avec l’Allemagne, envers laquelle il se montre inflexible[21]. Les élus centristes et de droite lui permettent ainsi d'accéder à la présidence de la République en 1931[90].

Caractérisation du doumérisme[modifier | modifier le code]

Tentant de résumer sa doctrine, Amaury Lorin écrit : « Le doumérisme renvoie non seulement à un corpus idéologique (l’impôt, les chemins de fer, l'interventionnisme, la défense et la paix par l’armement, l’expansion coloniale), mais, bien plus, à une manière de faire de la politique […] : rigueur budgétaire et rectitude morale sur les principes du modèle républicain. […] Sa volonté l’amène à soutenir des positions parfois difficiles, éventuellement impopulaires. En particulier, l’impôt sur le revenu et le réarmement ne suscitent guère l’enthousiasme dans l’insouciante France de la Belle Époque[77]. »

Franc-maçonnerie[modifier | modifier le code]

Initiation et ascension[modifier | modifier le code]

Henri Martin et William Waddington, à l'origine de l’initiation de Paul Doumer à la franc-maçonnerie.

Sous la IIIe République, l'appartenance à la franc-maçonnerie est fréquente chez les personnalités politiques, notamment au Parti radical[168].

Le , à 22 ans, sur recommandation d'Henri Martin et William Waddington, Paul Doumer est initié franc-maçon par la loge parisienne l’Union fraternelle, dont il devient compagnon et maître l'année suivante[163]. Sur désignation de l’Union fraternelle, il siège au convent de l'obédience libérale le Grand Orient de France (GODF) de 1884 à 1888, puis au conseil de l'ordre de celle-ci de 1888 à 1895. Il fait partie de ceux qui écartent les francs-maçons s'étant montrés favorables au coup d'État du général Boulanger, et devient secrétaire de l'obédience en 1892[163]. Contrairement à d'autres hommes politiques, il refuse de se mettre en retrait de la franc-maçonnerie lorsqu'il devient parlementaire. Il est alors également affilié à deux loges dans l'Aisne[k], à la loge Alsace-Lorraine, ainsi qu'à la loge Voltaire, dont il est cofondateur et « vénérable maître » pendant plusieurs années[l]. Devenu parlementaire de l’Yonne, il rejoint la loge Le Réveil de l’Yonne[163].

Influence sur sa carrière politique[modifier | modifier le code]

La franc-maçonnerie lui permet de nouer des relations avec des personnalités politiques, notamment Léon Bourgeois[169]. Se montrant partisan de l'intervention de la franc-maçonnerie dans le champ politique, il défend au sein de son obédience un vif patriotisme, l'anticléricalisme et une réforme du système fiscal, avec notamment l'instauration de l'impôt sur le revenu[163],[170]. En tant que ministre des Finances, en 1895-1896, il reprend les travaux effectués au Grand Orient sur l'impôt sur le revenu[163]. Il entretient par la suite des liens avec des loges présentes en Indochine française, lorsqu'il est gouverneur général, mais refuse d'aider celles-ci à entraver l’action des missionnaires chrétiens[163]. À son retour en métropole, il retrouve un rôle au sein du Grand Orient[163].

Rupture lors de l’affaire des fiches[modifier | modifier le code]

En 1905, dans le cadre de l'affaire des fiches, il se montre très critique envers son obédience et le Gouvernement, qui ont participé au fichage de militaires afin de « républicaniser » l'armée[171],[172]. Il écrit : « Quand j'entrai dans la franc-maçonnerie, je savais m'affilier à des partisans d'une politique de progrès et de liberté. Peu après, une transformation pernicieuse s'opéra. La franc-maçonnerie est devenue une coterie d'où partit la délation, le bas régime du mouchardage, du favoritisme, de l'internationalisme. »[82]. Il est alors exclu de la loge La Libre Pensée, écarté du GODF, et perd l'élection présidentielle de 1906 en partie en raison de l'hostilité des francs-maçons[163]. Cependant, il est membre honoraire de l'Union fraternelle jusqu'à la fin de sa vie[163].

Profil et particularités[modifier | modifier le code]

Paul Doumer dans son bureau
(date inconnue).

Interrompu par son assassinat, le parcours politique de Paul Doumer s'étend sur près d'un demi-siècle, ce qui constitue une longévité exceptionnelle sous la République[173]. Il a en effet accédé très jeune à des responsabilités nationales (député à 31 ans, ministre à 38, gouverneur général de l'Indochine française à 39)[m].

Plusieurs fois annoncée terminée à la suite de ses différents échecs électoraux, sa carrière politique présente plusieurs originalités. Ainsi, il n'a jamais été président du Conseil ou dirigeant d'un mouvement politique, contrairement à beaucoup de figures de son importance, sans doute du fait d'une intransigeance assumée. Paul Doumer a en outre présidé les deux chambres du Parlement français, ce qui n'est pas commun[173]. Dans un régime où les parachutages sont mal vus par la population et les changements de départements très peu fréquents, il se fait alternativement élire parlementaire dans l’Aisne, dans l’Yonne et en Corse[43]. Cette démarche tend à illustrer le caractère de plus en plus national que présentent les parlementaires français[34]. Cependant, il reste particulièrement attaché à sa première terre d’élection, l'Aisne, dont il est conseiller général pendant 27 ans (il est plusieurs fois élu dans son canton axonais avec plus de 90 % des voix) et dont il défend activement les intérêts depuis Paris ; c’est d’ailleurs dans ce département qu’il effectue son premier déplacement présidentiel[133]. Se présentant volontiers comme « provincial », il se montre favorable à la décentralisation territoriale et au principe de subsidiarité : en 1900, il participe ainsi à la fondation du Groupe régionaliste[110].

L’ascension sociale de Paul Doumer n’a aucun équivalent dans l’histoire de France[154]. Il est élu à une époque où il fallait généralement une manne financière personnelle considérable pour pouvoir faire de la politique[174]. En particulier aux débuts de la IIIe République, les hommes s'étant élevés socialement grâce à leurs seules études sont très peu nombreux[39]. Albert Thibaudet relève que les enseignants, dont fait partie Paul Doumer, sont quasiment la seule catégorie professionnelle aux revenus limités à s'engager en politique[175]. De par son parcours, Paul Doumer est ainsi considéré comme l’illustration de l’idée selon laquelle l’instruction et le mérite jouent un rôle déterminant dans la promotion sociale, même s'il a également profité de ses relations, notamment franc-maçonnes et coloniales[11].

Reconnu pour son importante capacité de travail, dormant peu, il est vu comme un homme modeste et cordial, mais aussi arriviste et parfois autoritaire, notamment lors de son mandat en Indochine française[77]. Le terme de « boulangisme civil » a ainsi pu être utilisé à son sujet par ses adversaires de gauche[176]. Sa formation en mathématiques le sert indéniablement dans ses fonctions et mandats électoraux, notamment sur les questions financières et fiscales, dont peu d'élus sont spécialistes ; cette compétence reconnue lui vaut le respect des parlementaires issus de tout bord politique et le conduit à être appelé à trois reprises au ministère des Finances, notamment dans la délicate période de l'entre-deux-guerres[153].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Présidence de la République[modifier | modifier le code]

Gouvernement[modifier | modifier le code]

Sénat[modifier | modifier le code]

  •  : président du Sénat
  •  : président de la commission des Finances
  •  : président de la commission des Finances
  •  : vice-président de la commission des Finances
  •  : sénateur de la Corse

Chambre des députés[modifier | modifier le code]

Niveau local[modifier | modifier le code]

  •  : président du conseil général de l'Aisne
  •  : président du conseil général de l'Aisne
  •  : conseiller général de l'Aisne, élu dans le canton d'Anizy-le-Château
  •  : gouverneur général de l'Indochine française
  •  : premier adjoint au maire de Laon (Aisne)
  •  : conseiller municipal de Laon

Autres[modifier | modifier le code]

Postérité et hommages[modifier | modifier le code]

Alexandre Descatoire terminant un buste de Paul Doumer.

Alors qu'il est gouverneur général de l'Indochine, Paul Doumer fait construire un pont à son nom, qui est par la suite renommé « pont Long Biên »[177]. En 1906, après avoir effectué sa première expédition en Antarctique, son ami l'explorateur Jean-Baptiste Charcot nomme un territoire de l'archipel Palmer « île Doumer »[178].

L'assassinat de Paul Doumer lui permet de bénéficier d’une image consensuelle au sein de l’opinion publique française, qui salue son engagement républicain, son patriotisme et son ascension sociale[140]. Sa disparition marque la fin d'un « cycle républicain », la présidence de son successeur, Albert Lebrun, voyant la montée de l'antiparlementarisme, l'éclatement de la Seconde Guerre mondiale et l’instauration du régime de Vichy[137]. Dans les décennies qui suivent sa mort, Paul Doumer est davantage connu en raison de sa fin tragique — il est l’unique président de la République française assassiné au XXe siècle — que de sa carrière politique, pourtant très longue[14]. C'est seulement en 2013 qu'une biographie publiée à compte d'éditeur lui est consacrée (Amaury Lorin, Une ascension en République : Paul Doumer (1857-1932) d'Aurillac à l'Élysée, Dalloz, premier prix de thèse du Sénat en 2012)[179].

Il fait cependant partie des chefs de l’État les plus honorés en France de par les voies de circulation, établissements scolaires, monuments ou plaques qui lui sont consacrés : selon une estimation de 2007 de l'Association des maires de France, quelque 25 000 voies de circulation portent ainsi son nom[173]. Une loi promulguée le dispose qu’il « a bien mérité de la patrie »[180]. L'année suivante, le paquebot à moteurs Le Président-Doumer est lancé à La Ciotat par la Compagnie des messageries maritimes, tandis que l'avenue Paul-Doumer est inaugurée par le président Lebrun dans le 16e arrondissement de Paris[181],[182]. En 1934, un monument sculpté par Armand Martial est érigé en son honneur dans sa commune natale d’Aurillac, et un timbre à son effigie est émis par La Poste[137]. Enfin, pendant plusieurs décennies, l'ancien collaborateur de Paul Doumer à l'Élysée Jean Perreau-Pradier, accompagné d'anciens combattants, organisent des événements lui rendant hommage[137].


Sépulture de Paul Doumer au cimetière de Vaugirard (Paris 15e). 
Rue Paul-Doumer à Laon
(Aisne, Picardie). 


Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Ouvrages de Paul Doumer[modifier | modifier le code]

Si Paul Doumer n'a pas procédé à la rédaction de mémoires et a laissé plusieurs projets à l’état d'ébauche, il a préfacé et rédigé des ouvrages, notamment de morale. Les plus connus sont Le Livre de mes fils — qui est réédité et utilisé comme référence par les patriotes après que la Première Guerre mondiale a coûté la vie à quatre de ses enfants — et ceux sur son expérience en Indochine française[20]. Durant sa carrière, il fait publier les ouvrages suivants :

  • Situation de l'Indo-Chine (1897-1901) : rapport, Hanoï, F.-H. Schneider, (lire en ligne).
  • L'Indo-Chine française : souvenirs, Paris, Vuibert et Nony, , 392 p. (notice BnF no FRBNF34137199, lire en ligne) – médaille d'or de la Société de géographie[38].
  • Le Livre de mes fils, Paris, Vuibert et Nony, , 344 p. (notice BnF no FRBNF30351875, lire en ligne). 
  • Le Livre de mes filles, Paris, Vuibert et Nony, , 356 p.
  • La Métallurgie du fer, Paris, Vuibert, , 247 p. 
  • Paroles humaines, Paris, Eugène Figuière, coll. « Paroles du XXe siècle », , 238 p.

Ouvrages traitant de Paul Doumer[modifier | modifier le code]

  • Albert Thibaudet, La République des Professeurs, Hachette, (1re éd. 1927), 284 p. (ISBN 978-2012793095). 
  • Charles Westercamp, Le Laonnois pittoresque : Laon, t. 1, Laon, Tablettes de l'Ain, , 351 p., « Biographie de Paul Doumer ». 
  • Henri Pellier, Paul Doumer, Paris, Larousse, coll. « Les livres roses pour la jeunesse » (no 553), .
  • Valentine Adam de Villiers, Paul Doumer parle, Paris, Tallandier, . 
  • Jean Rupied, Élysée (1928-1934) : anecdotes et souvenirs, Paris, Peyronnet, .
  • Jean Jolly, Dictionnaire des parlementaires français : notices sur les ministres députés et sénateurs français de 1889 à 1940, Paris, PUF, 1960-1977. 
  • (en) Robert S. Lee, France and the Exploitation of China, 1885-1901 : A Study in Economic Imperialism, Oxford University Press, , 372 p. (ISBN 978-0195827088).
  • Charles Fourniau, Histoires d'outre-mer : mélanges en l'honneur de Jean-Louis Miège, t. 1, Aix-en-Provence, PUP, , 714 p. (ISBN 978-2853992916), « Politique coloniale ou « politique mondiale » : Doumer et le Yunnan », p. 49-72. 
  • Jacques Chauvin, Paul Doumer, le président assassiné, Paris, éditions du Panthéon, , 196 p. (ISBN 978-2840940777) — ouvrage réalisé sans recherches archivistiques, dépourvu de notes et publié à compte d'auteur[14].
  • (ru) Serguei Koudriavtsev, Une Version de l'affaire Gorguloff, Moscou, Gileia,
  • Amaury Lorin, Paul Doumer, gouverneur général de l'Indochine (1897-1902) : le tremplin colonial, Paris, L'Harmattan, coll. « Recherches asiatiques », , 250 p. (ISBN 978-2747569545). 
  • Denis Rolland et al., Les Républiques en propagande (XIXe-XXIe siècles), Paris, L'Harmattan, , 484 p. (ISBN 978-2296017818), « La propagande coloniale de la IIIe République : Paul Doumer, gouverneur général de l'Indochine (1897-1902) », p. 173-186.
  • Hugues Tertrais (dir.), Angkor (VIIIe-XXIe siècles) : mémoire et identité khmères, Paris, Autrement, , 236 p. (ISBN 978-2746710764), « La « découverte » française du site : autour de Paul Doumer et de la fondation de l'École française d'Extrême-Orient », p. 110-123.
  • Samya El Mechat (dir.), Les Administrations coloniales (XIXe-XXe siècles) : esquisse d'une histoire comparée, Rennes, PUR, coll. « Histoire », , 265 p. (ISBN 978-2753509535), « « Gouverner partout, n'administrer nulle part » : Paul Doumer, « Colbert de l'Indochine » (1897-1902) », p. 25-32. 
  • Anne Dulphy (dir.), Robert Frank, Marie-Anne Matard-Bonucci et al., Les Relations culturelles internationales au XXe siècle : de la diplomatie culturelle à l'acculturation, Bruxelles, European Interuniversity Press, coll. « Enjeux internationaux », , 693 p. (ISBN 978-9052016610), « L'École française d'Extrême-Orient, création de Paul Doumer, gouverneur général de l'Indochine (1898) : un acte politique », p. 339-345. 
  • Monique Cara, Jean-Marc Cara et Marc de Jode, Dictionnaire universel de la franc-maçonnerie, Larousse, , 640 p. (ISBN 978-2035848406), « Paul Doumer ». 
  • Amaury Lorin (préf. Jean-Pierre Bel), Une ascension en République : Paul Doumer (1857-1932) d'Aurillac à l'Élysée, Paris, Dalloz (premier prix de thèse du Sénat 2012), coll. « Bibliothèque parlementaire et constitutionnelle », , 601 p. (ISBN 978-2247126040, notice BnF no FRBNF43565287N). 
  • Christine de Gemeaux (dir.), Jean-Jacques Tatin-Gourier (dir.) et al., L'Autorité coloniale en Indochine : de la pacification au « malaise indochinois » des années 1930, Paris, Le Manuscrit-Savoirs, coll. « Carrefours d’empires », , 198 p. (ISBN 978-2304044867), « L’autoritarisme colonial sous la IIIe République : Paul Doumer, de l’Indochine à l’Élysée (1897-1932) », p. 65-83.
  • Florence Descamps (dir.), Laure Quennouëlle-Corre (dir.) et al., Finances publiques en temps de guerre : déstabilisation et recomposition des pouvoirs, Paris, Comité pour l'histoire économique et financière, coll. « Histoire économique et financière de la France », , 278 p. (ISBN 978-2111294042), « Paul Doumer, « grand argentier » de la IIIe République, et les « finances de guerre » (1914-1918) : un nouvel âge des finances publiques ? », p. 33-48. 

Articles consacrés à Paul Doumer[modifier | modifier le code]

Sur son action en tant que gouverneur général de l'Indochine française

  • Michel Bruguière, « Le Chemin de fer du Yunnan : Paul Doumer et la politique d’intervention française en Chine (1889-1902) », Revue d’histoire diplomatique,‎ janvier-mars 1963, p. 23-61. 
  • Chantal Descours, « Paul Doumer et l'établissement de la régie générale de l'opium en Indochine », Études & documents,‎ , p. 273-291. 
  • Amaury Lorin, « L'ambitieuse Indochine de Paul Doumer », Aventures et dossiers secrets de l'histoire,‎ , p. 60-77.
  • Amaury Lorin, « « La civilisation suit la locomotive » : le credo ferroviaire de Paul Doumer, gouverneur général de l’Indochine (1897-1902) », Revue d'histoire des chemins de fer, no 35,‎ , p. 41-54 (ISSN 0996-9403, lire en ligne, consulté le 11 mars 2019). 
  • Amaury Lorin, « Dalat, « station d'altitude » : fondation ex nihilo de Paul Doumer, gouverneur général de l'Indochine (1898) », Péninsule, no 52,‎ , p. 225-234.
  • Amaury Lorin, « Le grand tournant : Paul Doumer, « démiurge de l'Indochine française » (1897-1902) », Ultramarines : archives d'outre-mer, histoire des civilisations, no 27,‎ , p. 14-21.
  • Amaury Lorin, « Paul Doumer, archétype du grand administrateur colonial français de la IIIe République », Questions internationales (La Documentation française), no 46,‎ novembre-décembre 2010, p. 112-119.
  • Amaury Lorin, « Un présidentiable formé par « l'école des colonies » : Paul Doumer en Indochine (1897-1902) », Outre-mers, revue d'histoire, no 372,‎ 2e semestre 2011, p. 195-204.
  • Thi Hoai Trang Phan, « Paul Doumer : aux origines d'un grand projet, le chemin de fer transindochinois », Histoire, économie & société, no 3,‎ , p. 115-140. 

Sur sa carrière politique en métropole

  • Amaury Lorin, « Paul Doumer et l'association des écrivains combattants (1919-1939) », L'Écrivain combattant, no 115,‎ , p. 12.
  • Amaury Lorin, « Paul Doumer, sénateur de Corse (1912-1931) : du parachutage à l'acclimatation », Études corses, no 71,‎ , p. 67-88.
  • Amaury Lorin, « Mai 1931 : un fils d'ouvrier à l'Élysée », L'Histoire, no 364,‎ , p. 34-35.
  • Amaury Lorin, « Paul Doumer (1857-1932), « bienfaiteur de l'Aisne » : histoire d'une adoption », Mémoires de la fédération des sociétés d'histoire et d'archéologie de l'Aisne, no LVI,‎ , p. 203-224. 
  • Amaury Lorin, « Agrarisme et politique sous la IIIe République : Paul Doumer (1857-1932), le Cantal et l'Auvergne », Revue de la Haute-Auvergne, no 74,‎ janvier-mars 2012, p. 45-60.
  • Amaury Lorin, « Paul Doumer et l’Académie des sciences coloniales (1922-1932) », Mondes et cultures : compte-rendu annuel des travaux de l’Académie des sciences d’outre-mer, vol. 1, no LXXII,‎ , p. 291-298.
  • Amaury Lorin, « La franc-maçonnerie sous la IIIe République : Paul Doumer (1857-1932) et le Grand Orient de France », Chroniques d’histoire maçonnique, no 71,‎ , p. 50-66. 

Sur son assassinat et Paul Gorgulov

  • Adrien Dansette, « Il y a vingt-cinq ans : le président Doumer était assassiné », Historia, no 126,‎ , p. 412-418.
  • Monique Moncel, « Il y a cinquante ans : le docteur Gorguloff, l'étrange assassin du président Doumer », Historia, no 426,‎ , p. 86-95.
  • Karelle Vincent, « Le régicide en République : Sadi Carnot, 24 juin 1897-Paul Doumer, 6 mai 1932 », Crime, histoire et sociétés, vol. 3, no 2,‎ , p. 73-93. 
  • Sophie Cœuré et Frédéric Monier, « Paul Gorguloff, assassin de Paul Doumer (1932) », Vingtième siècle, revue d'histoire, no 65,‎ janvier-mars 2000, p. 35-46.
  • Dimitri Vicheney, « Le tragique destin de Paul Doumer », Bulletin de la Société historique et archéologique du XVe arrondissement de Paris, no 28,‎ , p. 50-65.
  • Amaury Lorin, « Un paranoïaque abat le président Doumer », Historia, no 747,‎ , p. 25-27.
  • Katherine Foshko, « The Paul Doumer Assassination and the Russian Diaspora in Interwar France », French History, vol. 23, no 3,‎ , p. 383-404.
  • Amaury Lorin, « Un « régicide républicain » : Paul Doumer, le président assassiné (6 mai 1932) », Criminocorpus : histoire de la justice, des crimes et des peines,‎ (lire en ligne, consulté le 14 mars 2019). .
  • Amaury Lorin, « On a tué le président ! », L’Histoire, no 375,‎ , p. 32-33. 

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La commune de Montmartre sera en 1860 intégrée à Paris (18e arrondissement)[6].
  2. Contrairement à ce qu'indiquent certaines sources, Paul Doumer ne possède pas, outre sa licence en mathématiques, une licence en droit[13],[14].
  3. Armand Doumer meurt d’une maladie contractée pendant la guerre, après avoir respiré des gaz asphyxiants en secourant des blessés sur le front[21].
  4. Lors de l’élection législative partielle de 1888, Paul Doumer réside dans l’Aisne depuis cinq années[34].
  5. Paul Doumer légalise le monopole de l'opium, très rentable pour le budget de l'Indochine française[54].
  6. André Lichtenberger est son chef de cabinet quand Paul Doumer est président de la Chambre des députés. Ils fondent ensemble un périodique appelé L'Opinion[80].
  7. Outre Paul Doumer, Antoine Gavini et Thadée Gabrielli sont élus lors des élections sénatoriales de 1912 en Corse[96].
  8. Pendant la Première Guerre mondiale, la commission sénatoriale de l’Armée procède à quelque 125 auditions de membres du Gouvernement[102].
  9. André Tardieu indique, lors de son éloge funèbre : « Cette présidence si courte fut éclairée d'une grande joie, l'Exposition coloniale. […] Le président Paul Doumer aimait à s'y dépouiller des obligations officielles de sa charge. Il y venait en expert, en ami. L'expression éclatante et concrète donnée à la France d'outre-mer, qu'il avait contribué à fonder, réjouissait son esprit et réchauffait son cœur au contact des souvenirs et des espérances[142]. »
  10. Le pistolet est conservé au musée de la préfecture de police de Paris[144].
  11. Dans l'Aisne, Paul Doumer est membre de la loge Patrie et humanité — dont il devient le vénérable maître —, à Soissons, et de la loge Les Frères du Mont laonnois, à Laon[163].
  12. Paul Doumer fonde la loge Voltaire en 1890, avec Léon Bourgeois, Camille Chautemps et Charles Floquet. Il en est élu vénérable maître en 1890, 1891 et 1892. Très connue, la loge adopte des positions libérales[169].
  13. Sous la IIIe République, seuls 17 % des députés sont élus pour la première fois à moins de 34 ans. Lors de la IVe législature (1885-1889), Paul Deschanel, Stephen Pichon et Alexandre Millerand font partie de la même génération que Paul Doumer[34].

Références[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cet article proviennent de l'ouvrage d'Amaury Lorin Une ascension en République : Paul Doumer (1857-1932) d'Aurillac à l'Élysée, Dalloz, , premier prix de thèse du Sénat en 2012.

  1. a b c d et e Lorin 2013, p. 16-22.
  2. a et b Henri Pellier, Paul Doumer, Paris, Larousse, coll. « Les livres roses pour la jeunesse » (no 553), , p. 2-10.
  3. Michel Sementéry, Les Présidents de la République française et leur famille, Christian, , 375 p. (ISBN 978-2864960096), p. 256.
  4. a et b « La vie de M. Paul Doumer », Le Temps,‎ (lire en ligne).
  5. Roger Girard, Quand les Auvergnats partaient conquérir Paris, Fayard, coll. « Histoire », , 276 p. (ISBN 978-2213007830).
  6. Jean-Baptiste Duvergier, Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements et avis du Conseil d'État : année 1859, t. 59, Paris, éditions officielles, , 571 p. (ISBN 978-0260203410, lire en ligne), p. 378.
  7. a b c d e f g h i et j « Doumer Paul - Ancien sénateur de la Corse », sur senat.fr (consulté le 27 mars 2019)
  8. Jean-François Sirinelli, « Des boursiers conquérants ? : École et « promotion républicaine » sous la IIIe République », Le modèle républicain, Paris, Presses Universitaires de France,‎ , p. 243-262 (lire en ligne, consulté le 12 février 2019).
  9. a b et c « Paul Doumer », Assemblée nationale, base de données historique des anciens députés, notice biographique (consulté le 14 mai 2015).
  10. a b c et d « Paul Doumer », Centre des archives économiques et financières (consulté le 14 mai 2015).
  11. a b c d et e Lorin 2013, p. 24-30.
  12. a b c d et e Thi Hoai Trang Phan, « Paul Doumer : aux origines d'un grand projet, le chemin de fer transindochinois », Histoire, économie & société, no 3,‎ , p. 115-140 (lire en ligne, consulté le 15 février 2019).
  13. « Les présidents depuis 1848 : Paul Doumer (1931-1932) », présidence de la République (consulté le 14 mai 2015).
  14. a b c d e et f Lorin 2013.
  15. a b c et d [PDF] « Fonds Paul Doumer (1877-1957). Répertoire numérique détaillé de la sous-série 724AP (724AP/1-724AP/20) », Archives nationales, 2015 (consulté le ).
  16. « Le Val-d’Ajol : la sépulture d’Armand Doumer bichonnée par les bénévoles de l’amicale des médaillés militaires », Vosges Matin,‎ (lire en ligne, consulté le 13 février 2019).
  17. a b c d e et f Lorin 2013, p. 37.
  18. a et b «  Paul Doumer (1857-1932) », sur senat.fr (consulté le 23 janvier 2019).
  19. a b c d e et f « La carrière du nouveau président », Le Petit Journal,‎ , p. 2 (lire en ligne, consulté le 15 février 2019).
  20. a et b Lorin 2013, p. 505-550.
  21. a b c d e et f Lorin 2013, p. 245-262.
  22. « Armand Doumer (1890-1923) », sur data.bnf.fr (consulté le 22 février 2019).
  23. Olivier Wievorka et Christophe Prochasson, « Questions sur l'armée des ombres », Les Collections de l'histoire, no 37,‎ , p. 53.
  24. Paul Doumer, Livre de mes fils, Contreforts, (1re éd. 1906), 320 p. (ISBN 979-1095509035).
  25. a et b « Quatre des cinq fils du président Doumer morts pour la France », La Montagne,‎ (lire en ligne, consulté le 21 février 2019).
  26. a b c d et e Lorin 2013, p. 197-205.
  27. a b c et d Lorin 2013, p. 209-216.
  28. a et b « Paul Doumer en Picardie », Sur les chemins du Laonnois, Syndicat d’initiative du canton d'Anizy-le-Château, no 7,‎ .
  29. a b et c Mémoires, t. 18, Laon, Fédération des sociétés d'histoire et d'archéologie de l'Aisne, (lire en ligne), p. 36-37.
  30. Lorin 2013, p. 40-41.
  31. Jocelyne George (préf. Maurice Agulhon), Histoire des maires (1789-1939), Paris, Plon, , 285 p..
  32. « Nouvelles dégradations sur l’ancien tramway de Laon », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le 14 février 2019).
  33. « Bulletin du jour : France », Journal des débats politiques et littéraires,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 23 mars 2019).
  34. a b c et d Lorin 2013, p. 45-49.
  35. Jean Garrigues, « Boulanger, ou la fabrique de l'homme providentiel », Parlement[s], Revue d'histoire politique, no 13,‎ , p. 8-23.
  36. « Élections législatives - Aisne », Le Figaro,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 14 février 2019).
  37. « Élections législatives - Aisne », Le Figaro,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 14 février 2019).
  38. a b c d et e Lorin 2013, p. 489-504.
  39. a et b Jean Bécarud, « Noblesse et représentation parlementaire : les députés nobles de 1871 à 1968 », Revue française de science politique, no 5,‎ , p. 972-993 (lire en ligne, consulté le 14 février 2019).
  40. a b et c Lorin 2013, p. 51-53.
  41. « Informations politiques et parlementaires : l'élection d'Auxerre », Le Petit Parisien,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 15 février 2019).
  42. « Élections législatives - Yonne », Le Figaro,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 15 février 2019).
  43. a b c d e et f Lorin 2013, p. 54-57.
  44. a b c d et e Lorin 2013, p. 61-77.
  45. a b et c (en) « Paul Doumer President of France », sur britannica.com (consulté le 24 janvier 2019).
  46. « La chute de M. Bourgeois », Le Figaro,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 15 février 2019).
  47. « Institution de l’impôt sur le revenu », sur assemblee-nationale.fr (consulté le 12 mars 2019).
  48. « Le budget de 1914 », Les Nouvelles,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 22 mars 2019).
  49. a b c d et e Lorin 2013, p. 86-95.
  50. « La carrière de M. Paul Doumer », Le Journal,‎ , p. 5 (lire en ligne, consulté le 15 février 2019).
  51. Pierre Lyautey, « L'Empire colonial français », Vu, no 166,‎ , p. 28.
  52. a et b Lorin 2013, p. 96-99.
  53. Maurice Riedinger, « L'Œuvre de Paul Doumer en Indochine », Encyclopédie mensuelle d'Outre-mer, no 23,‎ , p. 219.
  54. a b c d e et f Lorin 2013, p. 100-106.
  55. Amaury Lorin (dir. Samya El Mechat), Les Administrations coloniales (XIXe-XXe siècles) : esquisse d'une histoire comparée, Rennes, PUR, , 265 p., « « Gouverner partout, n'administrer nulle part » ».
  56. Emmanuel Poisson, Mandarins et subalternes au nord du Vietnam : une bureaucratie à l'épreuve (1820-1918), Paris, Maisonneuve & Larose, coll. « L'Asie en perspective », , 356 p. (ISBN 978-2706817106).
  57. Carole Reynaud-Paligot, La République raciale (1860-1930), PUF, coll. « Science, histoire et société », , 368 p. (ISBN 9782130549758), p. 215-216.
  58. a b c d et e Lorin 2013, p. 108-115.
  59. a b c et d Lorin 2013, p. 116-124.
  60. Amaury Lorin, « La route est toute tracée », Historia, no 754,‎ , p. 25-27.
  61. a et b William Stewart Logan, Hanoi: Biography of a City (lire en ligne), p. 93
  62. Huan Do, Hanoi Colonial Buildings
  63. Patrick de Gmeline, Nouvelle histoire de la Légion étrangère, Perrin, , 500 p. (ISBN 978-2262068295).
  64. Amaury Lorin, « « La civilisation suit la locomotive » : le credo ferroviaire de Paul Doumer, gouverneur général de l’Indochine (1897-1902) », Revue d'histoire des chemins de fer, no 35,‎ , p. 41-54 (ISSN 0996-9403, lire en ligne, consulté le 6 mars 2019).
  65. Charles Fourniau, Histoires d'outre-mer : mélanges en l'honneur de Jean-Louis Miège, t. 1, Aix-en-Provence, PUP, , 714 p. (ISBN 978-2853992916), « Politique coloniale ou « politique mondiale » : Doumer et le Yunnan », p. 49-72.
  66. Jean-François Klein, Un Lyonnais en Extrême-Orient : Ulysse Pila, vice-roi de l'Indochine, 1837-1909, Éditions lyonnaises d'art et d'histoire, (ISBN 978-2841470181).
  67. (en) Eric T. Jennings, Imperial Heights : Dalat and the Making and Undoing of French Indochina, University of California Press, coll. « From Indochina to Vietnam: Revolution and War in a Global Perspective », , 376 p. (ISBN 978-0520272699).
  68. Marianne Boucheret, Les Plantations d'hévéa en Indochine (1897-1954), Paris, , 1146 p..
  69. Laurent Villate, La République des diplomates : Paul et Jules Cambon (1843-1935), Science infuse, , 415 p..
  70. Lanxin Xiang, The Origins of the Boxer War : A Multinational Study, Routledge, , 400 p. (ISBN 978-0700715633).
  71. Commission française du Guide des sources de l'histoire des nations, Sources de l'histoire de l'Asie et de l'Océanie dans les archives et bibliothèques françaises, K.G. Saur, , 622 p. (ISBN 978-9028605008), Annexes – « Indochine : gouverneurs généraux et hauts-commissaires ».
  72. Commission française du Guide des sources de l'histoire des nations, Sources de l'histoire de l'Asie et de l'Océanie dans les archives et bibliothèques françaises, K.G. Saur, , 622 p. (ISBN 978-9028605008, lire en ligne), p. 549.
  73. «  Doumer Paul (1857-1932)  », sur universalis.fr (consulté le 22 janvier 2019).
  74. a b et c Paul Doumer, le Président oublié, Franck Ferrand (présentateur), dans Au cœur de l'histoire  sur Europe 1 () Consulté le .
  75. Paul Doumer, L’Indo-Chine française : souvenirs, Paris, Vuibert et Nony, , 392 p. (notice BnF no FRBNF34137199, lire en ligne).
  76. Jean-Christophe Notin, Leclerc, Perrin, , 624 p. (ISBN 978-2262021733), p. 353.
  77. a b et c Lorin 2013, p. 352-356.
  78. Charles de Gaulle, Mémoires d'espoir – Intégrale, Plon, (1re éd. 1970), 1163 p., « L'outre-mer »
  79. « Élections législatives du 27 avril 1902 », Le Petit Journal,‎ , p. 2 (lire en ligne, consulté le 15 février 2019).
  80. Marguerite Lichtenberger, Le Message d'André Lichtenberger, Paris, Calmann-Lévy, , 225 p., p. 23.
  81. Lorin 2013, p. 132-.
  82. a b c d et e Lorin 2013, p. 126-130.
  83. a b et c Jean-Marie Mayeur, La Vie politique sous la Troisième République (1870-1940), Seuil, coll. « Points Histoire », , 445 p. (ISBN 978-2020067775), p. 189-211.
  84. Lorin 2013, p. 130 et s..
  85. Pierre Buisseret et Jean-Michel Quillardet, Initiation à la franc-maçonnerie, Marabout, coll. « Vie quotidienne », , 252 p. (ISBN 978-2501049436), p. 53.
  86. Jean-Baptiste Bidegain, Une conspiration sous la Troisième République : la vérité sur l'affaire des fiches, Hachette, coll. « Histoire », , 248 p. (ISBN 978-2012862142).
  87. Gilles Candar et Vincent Duclert, Jean Jaurès, Paris, Fayard, , 688 p. (ISBN 978-2-213-63336-7), « Recompositions à gauche : laïcité et ordre social (1905-1907) ».
  88. a b c d et e Lorin 2013, p. 134-142.
  89. Jean Jaurès, « Victoire de la trahison », L'Humanité,‎ .
  90. a et b « Chambre des députés : l’élection du président », L'Ouest-Éclair,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 16 mars 2019).
  91. a b c et d Lorin 2013, p. 144-148.
  92. Pierre Georget La Chesnais et Georges Lachapelle, Tableau des élections législatives des 24 avril et 8 mai 1910 : suivi d'une application de la représentation proportionnelle, système rationnel et système d'Hondt, Nabu Press, , 268 p. (ISBN 978-1245157803).
  93. a et b Rémy Pech, Rémy Cazals, Jean Faury et al., Jaurès, l'intégrale des articles de 1887 à 1914 publiés dans La Dépêche, Privat, coll. « HC SCIENC HUMAI », , 939 p. (ISBN 978-2708969001), p. 669-677.
  94. a b c d e et f Lorin 2013, p. 150-158.
  95. a b c et d Lorin 2013, p. 160-174.
  96. « Les élections sénatoriales », Le Figaro,‎ , p. 2 (lire en ligne, consulté le 20 février 2019).
  97. « Le renouvellement triennal du Sénat », Le Journal,‎ , p. 1-2 (lire en ligne, consulté le 22 mars 2019).
  98. « Loi des trois ans », sur assemblee-nationale.fr (consulté le 7 mars 2019).
  99. Paul Doumer et al., La Métallurgie du fer, Paris, Vuibert, , 247 p., p. 1-10.
  100. a b et c Lorin 2013, p. 177-185.
  101. Marc Michel, Gallieni, Fayard, , 363 p. (ISBN 978-2213023687), p. 284.
  102. a b c et d Lorin 2013, p. 186-194.
  103. Meddy Mensah, « Les ancêtres Poilus des hommes politiques » [php], sur Le Figaro, (consulté le 15 novembre 2014).
  104. Antoine Prost, Les Anciens Combattants (1914-1940), Gallimard, coll. « Folio Histoire », (1re éd. 1977), 336 p. (ISBN 978-2070456482).
  105. a et b Service interministériel des archives de France, « Les archives de Paul Doumer retrouvées » [PDF], sur francearchives.fr, (consulté le 15 février 2019).
  106. « Le ministère renversé », Le Figaro,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 20 mars 2019).
  107. « Le cabinet Clemenceau est fait », Le Petit Parisien,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 20 mars 2019).
  108. « Les Gouvernements de la IIIe République », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 21 février 2019).
  109. « Les figures marquantes du radicalisme au Sénat », sur senat.fr (consulté le 20 mars 2019).
  110. a b c d e et f Lorin 2013, p. 220-231.
  111. « Les résultats - Corse », Le Petit Parisien,‎ , p. 2 (lire en ligne, consulté le 22 février 2019).
  112. a b c d et e Lorin 2013, p. 235-245.
  113. « Remaniement ministériel ? », Le Figaro,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 22 février 2019).
  114. « Les dépenses recouvrables », L'Ouest-Éclair,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 22 février 2019).
  115. « M. Poincaré constitue son ministère », La Presse,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 22 février 2019).
  116. Dictionnaire des ministres (1789-1989), Paris, Perrin, , 1028 p. (ISBN 978-2262007102), p. 441.
  117. « M. Raoul Péret, nouveau ministre des Finances », Le Petit Journal,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 27 février 2019).
  118. « Le Sénat a nommé sa commission des Finances : M. Doumer élu président », Le Petit Parisien,‎ , p. 2 (lire en ligne, consulté le 22 février 2019).
  119. « Aperçus politiques sur le XXe siècle », Cahiers Jaurès, vol. 198, no 4,‎ , p. 153-172 (lire en ligne, consulté le 15 février 2019).
  120. « De Selves Justin », sur senat.fr (consulté le 23 février 2019).
  121. a b c d et e Lorin 2013, p. 265-280.
  122. « M. Paul Doumer, président du Sénat », Le Petit Parisien,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 15 février 2019).
  123. « Les résultats - Corse », Le Journal,‎ , p. 4 (lire en ligne, consulté le 23 février 2019).
  124. « M. Paul Doumer est réélu président du Sénat », L'Ouest-Éclair,‎ , p. 2 (lire en ligne, consulté le 7 mars 2019).
  125. « M. Paul Doumer est réélu président du Sénat », Le Journal,‎ , p. 2 (lire en ligne, consulté le 8 mars 2019).
  126. « M. Paul Doumer est réélu président du Sénat par 177 voix sur 254 votants », Le Petit Journal,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 8 mars 2019).
  127. « M. Paul Doumer est réélu président du Sénat », Le Petit Parisien,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 8 mars 2019).
  128. Gilbert Merlio, « Le pacifisme en Allemagne et en France entre les deux guerres mondiales », Les Cahiers Irice, vol. 8, no 2,‎ , p. 39-59 (lire en ligne, consulté le 17 mars 2019).
  129. « M. Doumer est élu président de la République », Le Journal,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 15 février 2019).
  130. « M. Doumer est élu au deuxième tour par 504 voix contre 334 à M. Marraud », Le Figaro,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 15 février 2019).
  131. « M. Paul Doumer se démet de ses fonctions de président du Sénat et de son mandat de sénateur », Le Journal,‎ , p. 4 (lire en ligne, consulté le 15 février 2019).
  132. « M. Paul Doumer, à l'Élysée, reçoit les pouvoirs présidentiels des mains de M. Doumergue », Le Journal,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 15 février 2019).
  133. a b c et d Lorin 2013, p. 285-295.
  134. « La transmission des pouvoirs présidentiels », L’Ouest-Éclair,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 23 février 2019).
  135. « Le message du président de la République aux chambres », Le Figaro,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 23 février 2019).
  136. « M. Paul Doumer à l’Élysée, le cabinet Laval maintenu dans ses fonctions », Le Journal,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 23 février 2019).
  137. a b c d et e Lorin 2013, p. 340-350.
  138. « M. Tardieu a constitué le nouveau ministère », Le Petit Journal,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 23 février 2019).
  139. a b c et d Lorin 2013, p. 307-311.
  140. a b c d e et f Lorin 2013, p. 314-339.
  141. a b c d et e Lorin 2013, p. 298-306.
  142. « M. Tardieu glorifie Paul Doumer », La Croix,‎ , p. 5 (lire en ligne, consulté le 23 février 2019).
  143. a b et c Véronique Laroche-Signorile, « Il y a 85 ans, l'assassinat du Président Paul Doumer », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 24 février 2019).
  144. (en) Syed Ramsey, Tools of War : History of Weapons in Early Modern Times, Alpha, , 308 p. (ISBN 978-9386101679), « FN MODEL 1910 ».
  145. Arnaud Folch, Guillaume Perrault, Les Présidents de la République pour les Nuls, Éditions Générales First, , 375 p. (ISBN 978-2754020664).
  146. 48° 52′ 32″ N, 2° 18′ 17″ E.
  147. « M. Paul Doumer est victime d'un attentat », Le Petit Parisien,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 15 février 2019).
  148. a et b « La France porte le deuil du président », Le Petit Journal,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 15 février 2019).
  149. « Les obsèques nationales de M. Paul Doumer », L'Écho d'Alger,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 24 février 2019).
  150. Sophie Cœuré et Frédéric Monier, « Paul Gorgulov, assassin de Paul Doumer (1932) », Vingtième Siècle : Revue d'histoire, no 65,‎ , p. 35-46.
  151. « Gorguloff est exécuté ce matin », Le Petit Journal,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 24 février 2019).
  152. « Aux obsèques du Président Doumer : Le discours de M. André Tardieu », Le Figaro,‎ , p. 6 (lire en ligne)
  153. a et b Lorin 2013, p. 31.
  154. a et b Serge Berstein, Chef de l'État : L'histoire vivante des 22 présidents à l'épreuve du pouvoir, Armand Colin, coll. « L'histoire au présent », , 272 p. (ISBN 978-2-200-26245-7).
  155. Jean Garrigues, Les Patrons et la politique : de Schneider à Seillière, Paris, Perrin, , 335 p. (ISBN 978-2262018146), p. 155-162.
  156. Lorin 2013, p. 59-60.
  157. Guy Rossi-Landi, Les Hommes qui ont fait la République depuis 1870, Nathan, , 191 p. (ISBN 978-2092936139), p. 45.
  158. Lorin 2013, p. 80.
  159. Claude Baron, « La question Doumer : conflit aigu », Le Gaulois,‎ , p. 1.
  160. Arthur Ranc, « M. Doumer », Le Radical,‎ , p. 1.
  161. Le Gaulois, 11 octobre 1902, p. 1.
  162. Le Gaulois, 16 mai 1904, pp. 1-2.
  163. a b c d e f g h i j et k Monique Cara, Jean-Marc Cara et Marc de Jode, Dictionnaire universel de la franc-maçonnerie, Larousse, , 640 p. (ISBN 978-2035848406), « Paul Doumer ».
  164. L'Aurore, , p. 3.
  165. Joseph Reinach, Histoire de l'affaire Dreyfus, t. 6, Paris, Fasquelle, , p. 418.
  166. Gilles Candar et Vincent Duclert, Jean Jaurès, Paris, Fayard, , 688 p. (ISBN 978-2-213-63336-7), « Les inventaires et l’entrée au gouvernement de Briand ».
  167. L'Aurore, , p. 1.
  168. Vincent Nouzille, « Les secrets des francs-maçons », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 13 février 2019).
  169. a et b Lorin 2013, p. 34-36.
  170. Pierre Chevallier, Histoire de la franc-maçonnerie française : La maçonnerie, église de la République (1877-1944), t. 3, Fayard, , 479 p. (ISBN 978-2213001623), p. 145.
  171. Dominique Lejeune, La France de la Belle Époque : 1896-1914, Armand Colin, , 240 p. (ISBN 978-2200248925), p. 58.
  172. Claude Gendere, La Franc-Maçonnerie, mère du colonialisme : le cas du Vietnam, L'Harmattan, , 161 p. (ISBN 978-2296565005), p. 98.
  173. a b et c Lorin 2013, p. 1-11.
  174. Christophe Charle, Les Élites de la République (1880-1900), Fayard, , 280 p. (ISBN 978-0745690360), « Le modèle des notables ».
  175. Albert Thibaudet, La République des Professeurs, Hachette, (1re éd. 1927), 284 p. (ISBN 978-2012793095), p. 82.
  176. Lorin 2013, préface.
  177. Sébastien Falletti, « Le pont Paul-Doumer, symbole de l'Indochine, enjeu de la guerre du Vietnam », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 25 avril 2019).
  178. « L'île Doumer », L'Ouest-Éclair, no 3368,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 25 avril 2019).
  179. Lorin 2013, mot de l’éditeur.
  180. « Loi déclarant que M. Paul Doumer, ancien président de la République, a bien mérité de la patrie », Journal officiel de la République française,‎ , p. 2 (lire en ligne, consulté le 4 mars 2019).
  181. « Lancement du Président-Doumer », Le Figaro,‎ , p. 4 (lire en ligne).
  182. « L'inauguration de l’avenue Paul-Doumer », La Croix,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 26 février 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 25 avril 2019 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 25 avril 2019 de cet article a été reconnue comme « article de qualité », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.