Paul Laffont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Paul Laffont
Illustration.
Paul Laffont en 1921
Fonctions
Président du conseil général de l'Ariège
Prédécesseur Gaston Valette
Successeur Henri Assaillit
Sénateur
Gouvernement IIIe République
Groupe politique GD
Député
Gouvernement IIIe République
Groupe politique Radical-socialiste
Sous-secrétaire d’État aux Travaux publics chargé des Postes, Télégraphes et Téléphones
Président Alexandre Millerand
Président du Conseil Aristide Briand
Raymond Poincaré
Gouvernement Briand VII
Poincarré II
Maire de Rimont
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 59 ans)
Nationalité Française
Parti politique Radical-socialiste
Résidence Rimont, Ariège

Paul Laffont Paul Laffont
Maires de Rimont
Présidents du conseil général de l'Ariège

Paul Laffont, né le au Mas-d'Azil (Ariège) et mort assassiné le à Rimont (Ariège), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Docteur en droit, avocat au barreau de Toulouse et maire de Rimont, il est élu député radical-socialiste de l'Ariège en 1914, dans la circonscription de Saint-Girons. Durant la Première Guerre mondiale, engagé dans l'aviation, lieutenant pilote dans une escadrille[1], il est blessé en octobre 1916. Réélu député en 1919, il est aussi élu conseiller général du canton de Castillon-en-Couserans de 1919 à 1940.

En il est nommé sous-secrétaire d'État aux Postes, Télégraphes et Téléphones (PTT). Il reste plus de trois ans dans cette fonction et entreprend plusieurs réformes importantes de cette Administration[2]. La loi de finances du instaure le Budget annexe des PTT et crée un Conseil supérieur des Postes, Télégraphes et Téléphones, dont un décret, le règle l'organisation et le fonctionnement[3]. Enfin le décret du organise la nouvelle comptabilité. Dans ses grandes lignes cette organisation perdure jusqu'à la réforme des PTT de 1990.

Sénateur depuis 1930, président du conseil général de l'Ariège en 1939, il vote les pleins pouvoirs au maréchal Pétain, mais s'engage peu après dans la Résistance. Il est assassiné par des collaborateurs-miliciens membres du Parti populaire français le [4].

Mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sa notice sycomore.
  2. Louis Cumin, Les Postiers, éditions universitaires, Paris, 1984, p. 163-168.
  3. Claude Pérardel (dir.), Postes et Télécommunications françaises. Une chronique du 20e siècle, FNARH, Nancy, 2004, p. 145-156.
  4. E.D., « Foix. Paul Laffont paya son engagement de sa vie », La Dépêche du midi,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]