Armand Martial

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Armand Martial
Naissance
Décès
(à 75 ans)
Paris
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Distinctions
premier prix de Rome en 1913

Armand Martial, né à Paris le [1], et mort à Paris le , est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études à l'École des beaux-arts de Paris dans l'atelier de Jules Coutan, Armand Martial obtient le premier grand prix de Rome en 1913. Son séjour romain à la villa Médicis est interrompu par la Première Guerre mondiale, où il frôle la mort. Gravement atteint, il est affecté à la poudrerie de Toulouse.

La guerre terminée, il retrouve la lumière de Rome et la familiarité avec la statuaire antique qu'il vénère et qu'il va admirer aussi en Grèce avec les amis de l'École française d'Athènes. La villa Médicis est aussi un lieu de rencontres ; ses compagnons y sont Jean Dupas, peintre fresquiste, Michel Roux-Spitz, architecte, Henri Dropsy, sculpteur graveur de médailles, Paul Paray, compositeur, Marcel Dupré, organiste compositeur, Albert Decaris, architecte, Claude Delvincourt, pianiste compositeur, et Jacques Ibert, compositeur. C'est aussi à Rome encore qu'il rencontre Marie-Louise Dardun, professeur de français, qu'il épouse en 1921[2].

Avec l'architecte Michel Roux-Spitz, il réalise sa première œuvre monumentale : un grand vase décoratif en bronze et pierre, primé à l'Exposition internationale des Arts décoratifs en 1925, et encore des caryatides, les Canéphores, acquises par l'État et offertes au musée des beaux-arts de Nice lors de son inauguration. C'est cet esprit monumental qui ne cesse de s'affirmer avec un certain nombre de commandes de l'État.

À Pierrefeu, il érige le Monument aux fusiliers marins du “Dixmude”. La mairie du Xe arrondissement à Paris conserve sa statue de L'Artisan qui obtint le grand prix de l'Exposition internationale des Arts décoratifs de 1925.

Armand Martial conçoit le Monument aux morts de Gerardmer.

Il crée quatre boucliers d'airain pour la Tour de bronze et des bas-reliefs pour le pavillon central l'Exposition coloniale de 1931 à Paris.

En 1936, après un concours national, il emporte la réalisation de sa plus grande œuvre : le Monument à Albert Ier, statue équestre qui se dresse à l'entrée du cours la Reine, près de la place de la Concorde à Paris, sur un haut piédestal où deux bas-reliefs évoquent la Belgique et la guerre.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Armand Martial ne réalise que quelques bustes et se consacre à l'enseignement à l'École des beaux-arts.

L'aérogare du Bourget ayant été largement endommagée par les bombardements, elle est reconstruite par le même architecte, Georges Labro. Pour la partie centrale, en avancée, Armand Martial sculpte trois grandes statues symbolisant les continents.

Pour le ministère des Postes à Paris, il réalise un haut-relief, La Résistance.

Au palais Bourbon à Paris, une grande figure féminine symbolise La République.

Il élève un Monument à Louis Pasteur à Bollène par souscription nationale.

Armand Martial est élu membre de l'Institut en 1951, il est aussi officier de la Légion d'honneur, président de plusieurs sociétés et associations.

Décédé à Paris, Armand Martial est inhumé à Sainte-Colombe-des-Bois (Nièvre).

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Récompenses et décorations[modifier | modifier le code]

  • 1925 : grand prix de l'Exposition des Arts décoratifs pour la statue L'Artisan ; prix de l'Exposition des Arts décoratifs pour le grand vase en bronze et pierre ;
  • Grand prix de l'Exposition internationale de Liège ;
  • Grand prix de l'Exposition internationale de Barcelone ;
  • Médaille d'honneur du Salon des artistes français ;
  • Officier de la Légion d'honneur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Figaro, no 207, 25 juillet 1912.
  2. Leurs enfants, Jacqueline, qui avait fait ses premiers pas dans les jardins de la villa Médicis, fit une carrière de conservateur de musée. Cécile, lauréate de la Casa de Velasquez à Madrid, est artiste-peintre.