Guerre franco-siamoise de 1893

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le Cambodge image illustrant la France image illustrant le Laos
image illustrant la mer image illustrant le domaine militaire image illustrant la Thaïlande
Cet article est une ébauche concernant le Cambodge, la France, le Laos, la mer, le domaine militaire et la Thaïlande.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (février 2014).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Guerre franco-siamoise de 1893
Description de cette image, également commentée ci-après

l'incident de Paknam.

Informations générales
Date de
à
Lieu Chine, Taïwan et Viêt Nam
Issue Victoire française : resserement de l'Entente cordiale
cession du Laos à l'Indochine
Belligérants
Drapeau de la France France
Flag of Colonial Annam.svg Indochine française
Flag of Thailand 1855.svg Siam
Commandants
Drapeau : France Auguste Pavie
Drapeau : France Jean-Marie de Lanessan
Flag of Thailand 1855.svg Rama V
Flag of Thailand 1855.svg Devawongse Varopakarn (en)
Flag of Thailand 1855.svg Phraya Chonlayutthayothin (en)

La guerre franco-siamoise opposa la France de la Troisième République au Siam en 1893.

Contexte[modifier | modifier le code]

Cet épisode militaire fait partie de la lente prise de contrôle de cette région du monde par la France et d'autres puissances européennes pendant la seconde moitié du XIXe siècle. C'est un enjeu majeur pour la politique coloniale française qui souhaitait acquérir des positions fortes au sud de la Chine.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Territoires perdus par le Siam entre 1862-1909.

En 1893, plusieurs incidents opposent le Siam et la France : cette dernière les provoque parfois ou en exagère l'importance, faisant ainsi monter la pression, jusqu’à l’envoi de deux canonnières à l’embouchure de la Chao Phraya, dont les commandants annoncent leur intention de remonter jusqu’à Bangkok.
Le Siam se met en tort en ouvrant le feu, déclenchant la guerre franco-siamoise de 1893 : le casus belli est saisi par M. Pavie, résident français à Bangkok. Il exige l’abandon de la rive orientale du Mékong ; un blocus est mis en place à l’embouchure du Chao Phraya.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le Siam cède et la France ajoute à ses exigences une zone démilitarisée large de 25 km le long de la rive occidentale du Mékong, plus les provinces de Battambang et de Siem Reap. La ville de Chanthaburi est occupée par une garnison française (traité signé le ).

Les Français renoncent à mettre le Siam sous protectorat, mais partagent le pays en zones d'influence avec les Britanniques. La France voit en outre son autorité reconnue sur les pays lao, qui sont regroupés en 1899 au sein du protectorat du Laos. En ajoutant cette entité à l'Annam, au Tonkin, à la Cochinchine déjà occupée et au Cambodge, la France achève de constituer le territoire de l'Indochine française.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]