Laïcisation en France au XIXe siècle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Au XIXe siècle, la France change. Des courants de pensées traversent le pays, la vision des hommes change. La révolution industrielle et d'autres événements ont joué un grand rôle dans ce siècle de bouleversements, où l'Église eut du mal à prendre ses marques, à l'image d'un pape réputé conservateur, Pie IX.

Le recul des pratiques religieuses : déchristianisation et sécularisation[modifier | modifier le code]

Après la Révolution, l'Église catholique romaine perd de son emprise, bref, il y a un net déclin des pratiques religieuses en France. Les fidèles sont moins nombreux aux offices, de plus, l'Église doit faire face à une chute des vocations.

Les États mettent de l'huile sur le feu, en menant une politique de laïcisation et de sécularisation (séparation de l'Église et de l'État, comme la loi de 1905 en France). Enfin, l'État tente de soustraire l'école à l'influence de l'Église (lois scolaires de Jules Ferry).

L'Église face aux courants de pensée du XIXe siècle : positivisme et rationalisme[modifier | modifier le code]

Le XIXe siècle est influencé par le rationalisme et le positivisme. Le rationalisme, c'est croire que tout ce qui existe peut s'expliquer par la raison. Le positivisme, c'est la doctrine d'Auguste Comte : on ne peut considérer comme vérité scientifique que ce qui est vérifié par l'expérimentation. Saint-Simon critique l'Église dans le Nouveau christianisme (1825), l'accusant d'avoir privilégié, depuis la fin du XIVe siècle, l'« aristocratie de la naissance » par rapport à l'« aristocratie des talents ». Une confiance en la puissance de la science menace donc l'influence de la religion sur les comportements.

La réaction de l'Église[modifier | modifier le code]

Les évêques se méfient extrêmement de ce monde moderne, et veulent conserver leurs traditions. Se croyant menacée, la papauté se met sur la défensive : le souverain pontife de l'époque, le pape Pie IX, condamne la pensée moderne dans le Syllabus en 1864, et diverses formes de libertés dans son encyclique Quanta Cura.

Finalement, l'Église se fait une raison : il faut s'ouvrir au monde moderne ; ce que n'avait pas compris Pie IX, pape conservateur. Son successeur, Léon XIII, est beaucoup plus ouvert : il soutient le catholicisme social. Dans son encyclique Rerum Novarum, il dénonce le socialisme, mais insiste sur les devoirs que se doivent réciproquement patrons et ouvriers.

Les mesures de laïcisation décidées dans la première décennie du XXe siècle, notamment par le gouvernement Combes, en particulier la Loi sur les congrégations en 1903, la rupture des relations diplomatiques avec le Vatican en 1904, la Loi de séparation des Églises et de l'État en 1905 et l'inventaire des biens d'église en 1906 suscitent en maints endroits des protestations parfois violentes de la part du clergé et de fidèles.

Enfin, dans les années 1920, l'Église accepte les règles du jeu démocratique, et encourage les partis démocrates-chrétiens, qui tentent de concilier les valeurs chrétiennes avec les idées libérales et démocratiques. C'est ce que s'efforceront de faire les membres du Sillon (parti démocrate-chrétien) et leur chef, Marc Sangnier. L'Église encourage l'émergence d'un syndicalisme chrétien.

La révolution industrielle et ses conséquences[modifier | modifier le code]

La première révolution industrielle est construite sur l'exploitation du fer, l'extraction de la houille. Cela permet le développement de la vapeur et de l'industrie textile. Ainsi, les villes s'accroissent : le centre du « quartier » n'est plus l'église ou la chapelle, mais l'école ou la mairie. L'homme important de la ville ou du village n'est plus le curé, mais le maire. Il est indéniable que la révolution industrielle a modifié les hiérarchies sociales ; tout du moins cette révolution doit être prise en compte comme un des facteurs expliquant les mutations caractérisant les rapports sociaux, changeant au XIXe siècle.

Relativisons cependant le déclin de l'Église : la révolution industrielle n'a pas uniquement joué en la défaveur de celle-ci. Les nouveaux transports dus au développement de la vapeur permettent aux gens d'effectuer des pèlerinages (Lourdes attire des foules massives et nombreuses) : une nouvelle forme de piété voit le jour.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]