Élections législatives françaises de 1910

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élections législatives françaises de 1910
et
Corps électoral et résultats
Inscrits 11 058 702
Votants 8 395 820
75,92 %  −1,8
Aristide Briand Portrait.jpeg Gauche radicale – Aristide Briand
51,57 %
 +7,2
Députés élus 334  −1
Eugène Motte.jpg Républicains modérés – Eugène Motte
28,76 %
 −14,6
Députés élus 149  −25
Dubreuilh, Louis.jpg SFIO – Louis Dubreuilh
13,20 %
 +3,3
Députés élus 75  +22
Représentation de l'assemblée
Diagramme
  •      Socialistes: 107 sièges
  •      Républicain, radical et radical-socialiste: 149 sièges
  •      Républicains de gauche: 113 sièges
  •      Union républicaine: 72 sièges
  •      Libéraux: 20 sièges
  •      Conservateurs: 129 sièges
Gouvernement
Sortant Élu
Briand I
Gauche (RRRS et RI, SI, RG, UR)
Briand II
Gauche (RRRS et RI, SI, RG, UR)
Législature élue
Xe de la IIIe République

Les élections législatives de 1910 ont eu lieu en France les 24 avril et . Elles se sont déroulées au scrutin uninominal à deux tours par arrondissements (loi du 13 février 1889), comme les précédentes élections.

Contexte[modifier | modifier le code]

Depuis les précédentes élections (1906) qui ont vu la victoire de la gauche, trois gouvernements se sont succédé (gouvernements Sarrien, Clemenceau 1, Briand 1). C'est durant cette législature que la loi de séparation des Églises et de l'État entre en vigueur et que les HBM (ancêtres des HLM) sont créés. Des troubles éclatent dans le Midi (1907, révolte des vignerons) ainsi qu'au Maroc (également en 1907).

Résultats[modifier | modifier le code]

Ces élections se soldent par une victoire de la majorité de gauche, dont le nombre de sièges reste quasi stable. Mais cette majorité a perdu sa cohésion par suite de l'affaire des fiches et des inventaires; beaucoup de radicaux-socialistes sont en réalité très modérés, et le gouvernement se fait désormais au centre. Les socialistes gagnent une trentaine de sièges, la droite en perd autant. Cette baisse de la droite est due à un recul des libéraux et des nationalistes, alors que les conservateurs progressent et deviennent le deuxième groupe de la Chambre.

Corps électoral
Inscrits 11 058 702 100 %
Votants 8 395 820 75,92 %
Abstentions 2 662 882 24,08 %
Résultats finaux
Partis / Tendances Voix %
Parti républicain, radical et radical-socialiste 2 966 800 32,73 %
Républicains de gauche 1 257 714 14,74 %
Parti républicain-socialiste 345 202 4,10 %
Gauche (majorité) 4 569 716 51,57 %
Fédération républicaine 787 006 9,23 %
Conservateurs 778 692 9,13 %
Action libérale 737 616 8,65 %
Nationalistes 149 564 1,75 %
Droite 2 452 878 28,76 %
Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO) 1 110 561 13,2 %
Socialistes indépendants 345 202 4,1 %
Socialistes 1 455 763 17,3 %
Divers / Autres 49 953 0,6 %
Total 8 395 820 100,0

Composition de la Chambre des députés[modifier | modifier le code]

Répartition des députés par groupes au [1]
Groupe parlementaire Députés
PRRRS Républicains radicaux-socialistes 150
GR Gauche radicale 113
SFIO Socialiste 75
RP Républicains progressistes 75
GD Gauche démocratique 72
AL Action libérale 34
RS Républicains socialistes 30
Groupe des droites 19
IND Groupe des indépendants 20
Total des sièges pourvus 588

Xe législature[modifier | modifier le code]

Durée de la législature : - .

Président de la République : Armand Fallières (jusqu'au ), Raymond Poincaré ensuite.

Président de la Chambre des Députés : Henri Brisson (jusqu'au ), Paul Deschanel ensuite.

Liste des gouvernements successifs
Gouvernement Dates (Durée) Parti(s) Président du Conseil Composition initiale
  Aristide Briand Gouvernement Aristide Briand (1) du au (1 an et 102 jours) Radicaux-socialistes,
Radicaux indépendants,
Républicains de gauche,
Socialistes indépendants
Aristide Briand 12 ministres
4 sous-secrétaires d'État
Gouvernement Aristide Briand (2) du au (115 jours) Radicaux-socialistes,
Radicaux indépendants,
Socialistes indépendants,
Républicains de gauche,
Union républicaine
12 ministres
4 sous-secrétaires d'État
  Ernest Monis Gouvernement Ernest Monis du au (113 jours) Radicaux-socialistes,
Radicaux indépendants,
Socialistes indépendants,
Républicains de gauche,
Union républicaine
Ernest Monis 12 ministres
4 sous-secrétaires d'État
  Joseph Caillaux Gouvernement Joseph Caillaux du au (201 jours) Radicaux-socialistes,
Radicaux indépendants,
Socialistes indépendants,
Républicains de gauche,
Union républicaine
Joseph Caillaux 12 ministres
4 sous-secrétaires d'État
  Raymond Poincaré Gouvernement Raymond Poincaré (1) du au (1 an et 7 jours) Radicaux-socialistes,
Radicaux indépendants,
Socialistes indépendants,
Républicains de gauche,
Union républicaine
Raymond Poincaré 12 ministres
4 sous-secrétaires d'État
  Aristide Briand Gouvernement Aristide Briand (3) du au (28 jours) Radicaux-socialistes,
Radicaux indépendants,
Socialistes indépendants,
Républicains de gauche,
Union républicaine
Aristide Briand 12 ministres
4 sous-secrétaires d'État
Gouvernement Aristide Briand (2) du au (32 jours) Radicaux-socialistes,
Radicaux indépendants,
Socialistes indépendants,
Républicains de gauche,
Union républicaine
12 ministres
4 sous-secrétaires d'État
  Louis Barthou Gouvernement Louis Barthou du au (255 jours) Radicaux-socialistes,
Radicaux indépendants,
Socialistes indépendants,
Républicains de gauche,
Union républicaine
Louis Barthou 12 ministres
4 sous-secrétaires d'État
  Le gouvernement Doumergue sur le perron d'un ministère, en 1913. Gouvernement Gaston Doumergue (1) du au (182 jours) Radicaux-socialistes,
Radicaux indépendants,
Socialistes indépendants,
Républicains de gauche,
Union républicaine
Gaston Doumergue 12 ministres
4 sous-secrétaires d'État

Femmes[modifier | modifier le code]

La féministe Marguerite Durand lance l'idée d'organiser des candidatures féminines aux élections législatives de 1910 et se présente dans le 9e arrondissement de Paris, mais sa candidature est rejetée par le préfet de la Seine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Mayeur, La vie politique sous la Roisième République 1870-1940, Paris, Le Seuil, 1984, p. 222

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]