Première expédition Charcot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wikipédia:Bons thèmes Cet article fait partie d'un « bon thème ».

La première expédition française en Antarctique conduite par Jean-Baptiste Charcot à bord du trois-mâts goélette le Français s'est déroulée du 31 août 1903 au 4 mars 1905.

Préparation et financement de l'expédition[modifier | modifier le code]

Au printemps 1903, Charcot renonce à ses projets en Arctique pour se tourner vers le continent Antarctique dont la France semble alors ne pas vouloir se soucier. L'écho de la perte de l'expédition Antarctic d'Otto Nordenskjöld joue aussi un rôle de ce changement[1], puisqu'il est décidé à essayer de lui venir en aide[2].

Il rencontre des difficultés pour réunir les fonds nécessaires et finance une importante partie du budget de l'expédition sur sa fortune personnelle[1], notamment à cause du coût du navire[2]. Il obtient toutefois des subventions du ministère de l'Instruction publique[réf. souhaitée], de la Société de géographie, de l'Académie des sciences et du Muséum national d'histoire naturelle[2]. Il lance une souscription dans le journal Le Matin qui récolte 150 000 francs-or[2]. Le succès de cette souscription donne l'envie à Charcot de renommer le navire en construction le Français en guise de reconnaissance. Le budget total s'élève à 450 000 francs-or[2].

L'expédition est patronnée par le président de la République Émile Loubet[2]. Charcot prit conseil auprès de Adrien de Gerlache de Gomery dont l'expédition avait eu lieu entre 1897 et 1899 dans l'Antarctique[2].

Objectifs scientifiques[modifier | modifier le code]

Le but de l'expédition est de procéder à l'exploration des côtes nord et nord-ouest de la terre de Graham, et de réaliser en même temps des observations scientifiques (zoologiques, météorologiques, hydrographiques, etc.) comme celle de déterminer si l'Antarctique est une île ou un archipel[2].

La liste des membres du Français[modifier | modifier le code]

Article connexe : Français (navire).

L'expédition[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Port-Charcot.
Vue d'ensemble de la baie Port Charcot.
Port Charcot et un cairn établi par Charcot sur le lieu de son hivernage.

L'expédition quitte le Havre le mais la mort accidentelle d'un des membres d'équipage, Maignan, retarde le départ au 27 août[2]. Le navire passe par Madère au Portugal, l'État du Pernambouc au Brésil et arrive le 16 novembre à Buenos Aires en Argentine avant de continuer de poursuivre sa route vers le sud[2]. Adrien de Gerlache de Gomery quitte l'expédition lors de l'escale au Brésil pour des raisons personnelles[2]. C'est à Buenos-Aires que Charcot apprend le sauvetage de l'expédition Antarctic et rencontre ses membres[2]. Otto Nordenskjöld, impressionné par son projet lui donne cinq chiens de traîneaux, des Groenlandais[2].

L'expédition continue et fait escale à Ushuaïa en Terre de Feu pour repartir le  ; décidé à explorer la partie occidentale de la péninsule Antarctique, il passe les îles Shetland du Sud le 1er février[2] et découvre Port Lockroy fin février. Le moteur du Français de 125 chevaux ne se montra pas assez puissant pour les eaux polaires[1], ce qui limita les possibilités sur place.

Jean-Baptiste Charcot a décidé d'hiverner dans une baie de 1,5 mile nautique de large au nord de l'île Booth. Ce lieu, à 62° 59′ S, 60° 33′ O, fait partie de l'archipel Wilhelm et est nommé Port-Charcot en l'honneur du père de Jean-Baptiste Charcot, le Docteur Jean-Martin Charcot, célèbre neurologiste français.

Retour et postérité[modifier | modifier le code]

Au retour, le Français, abîmé, est vendu au gouvernement argentin[1]. Charcot rentre en France et devient un héros national grâce à la publicité du Matin[1]. Sa femme utilise son absence pour demander le divorce[1].

Charcot envisage de monter une autre expédition avec un nouveau navire, plus puissant, le Pourquoi-Pas ?[1]. La Seconde expédition Charcot aura lieu entre 1908 et 1910.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Charcot, Voyage au pôle Sud (1903-1905), Librairie Gelly, 1971.
  • Serge Kahn, Jean-Baptiste Charcot explorateur des mers, navigateur des pôles, Glénat, 2006, 192 pages.
  • Voir les pages 1079 à 1081 du livre Les Explorateurs, Robert Laffont, collection Bouquins, 2004 (ISBN 2-221-10171-5)
  • Geographic Names of the Antarctic, 2e édition, United States Board on Geographic Names, 1995
  • (en) Beau Riffenburgh, Encyclopedia of the Antarctic, Routledge, (ISBN 978-0-415-97024-2)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Beau Riffenburgh, Encyclopedia of the Antarctic, p. 221
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r « Jean-Baptiste Charcot, 1867-1936 », sur south-pole.com (consulté le 7 mai 2011)
Bon thème
17 articles
           Bon article Âge héroïque de l'exploration en Antarctique - Expéditions
Amundsen Expedition at South Pole.jpg
Expédition antarctique belge (1897-1899)
Bon article Expédition Southern Cross (1898-1900)
Bon article Expédition Discovery (1901-1904)
Expédition Gauss (1901-1903)
Expédition Antarctic (1901-1903)
Bon article Expédition Scotia (1902-1904)
Première expédition Charcot (1903-1905)
Article de qualité Expédition Nimrod (1907-1909)
Seconde expédition Charcot (1908-1910)
Expédition antarctique japonaise (1910-1912)
Bon article Expédition Amundsen (1910-1912)
Expédition Filchner (1911-1913)
Expédition antarctique australasienne (1911-1914)
Article de qualité Expédition Terra Nova (1910-1913)
Article de qualité Expédition Endurance (1914-1917)
Bon article Expédition Shackleton-Rowett (1921-1922)