Anizy-le-Château

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Anisy (homonymie).

Anizy-le-Château
Anizy-le-Château
Église d'Anizy-le-Château.
Blason de Anizy-le-Château
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Laon
Canton Laon-1
Intercommunalité Communauté de communes Picardie des Châteaux
Commune Anizy-le-Grand
Statut Commune déléguée
Maire délégué Ambroise Centonze-Sandras
2019-2020
Code postal 02320
Code commune 02018
Démographie
Gentilé Aniziens - Aniziennes
Population 1 948 hab. (2016 en augmentation de 1,88 % par rapport à 2011)
Densité 205 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 30′ 24″ nord, 3° 27′ 05″ est
Altitude Min. 52 m
Max. 166 m
Superficie 9,49 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Anizy-le-Grand
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 15.svg
Anizy-le-Château

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 15.svg
Anizy-le-Château

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Anizy-le-Château

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Anizy-le-Château

Anizy-le-Château est une ancienne commune française, située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Elle a fusionné le avec Faucoucourt et Lizy pour former la commune nouvelle d'Anizy-le-Grand, dont elle est le chef-lieu et une commune déléguée.

Géographie[modifier | modifier le code]

Entrée d'Anizy-le-Château.

Localisation[modifier | modifier le code]

Anizy-le-Château est situé à 18 km au sud-est de Laon et 23 au nord-est de Soissons.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Avant la fusion de 2019, Anizy-le-Château était limitrophe des communes suivantes :

Communes limitrophes d’Anizy-le-Château
Brancourt-en-Laonnois Wissignicourt
Landricourt Anizy-le-Château Lizy
Vauxaillon Pinon

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La ville est traversée au sud par l'Ailette, affluent du fleuve côtier la Somme et le canal de l'Oise à l'Aisne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Villa quae dicitur Anisiacus au VIIe siècle, Anisi en 1132, Anisiacum en 1139, Anisiacum in Laudunesio en 1329.

Ce toponyme dérive probablement du cognomen latin Anitius[1].

Durant la Révolution, la commune porte le nom d'Anisy-la-Rivière[2]. Ce toponyme vient encore de Anitius (anthroponyme latin formé à l'aide du suffixe -itius[3] et peut-être de l'étymon gaulois Ana (marais).

Histoire[modifier | modifier le code]

Donné par Clovis à saint Remi, qui lui-même le donna à l'évêché de Laon[réf. nécessaire].

Comté érigé en 1397 par Charles VI en faveur de Jean de Roucy, évêque de Laon. Ces évêques y avaient un puissant château, reconstruit au XVIe siècle par le cardinal de Bourbon, remanié au XVIIIe siècle par Mgr de Rochechouart, qui fit également paver toute la ville[réf. nécessaire].

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Une motrice du tramway Tergnier à Anizy-Pinon au dépôt de Saint-Gobain

La gare d'Anizy - Pinon, située à proximité d'Anizy-le-Grand sur la ligne de La Plaine à Hirson et Anor (frontière), qui assure notamment la liaison Paris - Soissons - Laon, est mise en service en 1857.

Anizy est occupé par l'armée prussionne après a bataille de Saint-Quentin lors de la guerre franco-allemande de 1870[4]

En 1882 est mise service la ligne d'Anizy-Pinon à Chauny, qui fermera en 1937 pour les voyageurs. En 1910 ouvre le tramway de Tergnier à Anizy - Pinon[5]. Ces diverses lignes favorisent le déplacement des voyageurs et le transport des marchandises.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Anizy est occupé pendant la Première Guerre mondiale par l'armée allemande. Après la bataille de la Marne, le front se fixe sur l’Aisne. La ligne de front se fixe à proximité de la ville à partir de 1916, amenant sa destruction[4].

Pendant la première guerre mondiale, l'exploitation du tramway de Tergnier à Anizy - Pinon est arrêtée, puis la voie est déposée par l'armée allemande.

Le bourg est considéré comme détruit à la fin de la guerre[6] et a été décoré de la Croix de guerre 1914-1918, le [7].

Entre deux guerres et reconstruction[modifier | modifier le code]

Maison de la famille de Paul Doumer détruite par les Allemands lors de la Première Guerre mondiale (Anizy-le-Château, 1920).

Anizy bénéficie de l'aide du comité américain pour les régions libérées (CARD)[8] animé par Anne Morgan, fille du banquier John Pierpont Morgan, qui, sous l(égide du Ministère des régions libérées (MRL), contribue à la reconstruction des cantons d’ Anizy-le-Château, Coucy-le-Château, Soissons et Vic-sur-Aisne[9].

En 1934, la voie du tramway de Tergnier est remise en service, mais, en 1937, le trafic voyageur de la ligne d'Anizy-Pinon à Chauny est remplacé par des autocars. L'exploitation du tramway cesse pendant la seconde Guerre mondiale.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Lors de la Seconde Guerre mondiale, l'Ailette sert de ligne de démarcation entre la zone occupée et la Zone interdite[4]

Fusion de communes[modifier | modifier le code]

Une réflexion a été engagée début 2018 par le maire d'Anizy-le-Château en vue de la fusion de sa commune avec Pinon, dont elle est séparée par l'Ailette[10]. Les communes de Faucoucourt et de Lizy se sont jointes à cette réflexion[11],[12] et Pinon s'en retire.

La fusion entre Anizy-le-Château, Faucoucourt et Lizy intervient à la demande des trois conseils municipaux des 12 et , permettant la création de la commune nouvelle d'Anizy-le-Grand par un arrêté préfectoral qui prend effet le [13], dont Anizy-le-Château devient le chef-lieu et une commune déléguée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Anizy-le-Château se trouve dans l'arrondissement de Laon du département de l'Aisne. Pour l'élection des députés, il fait partie depuis 1988 de la première circonscription de l'Aisne.

Il était depuis 1790 le chef-lieu du canton d'Anizy-le-Château[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, Anizy est rattaché jusqu'à la fusion de 2019 au canton de Laon-1.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Anizy-le-Château était membre de la communauté de communes des Vallons d'Anizy, créée fin 1997.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants (sous réserve de certaines dérogations bénéficiant aux territoires de très faible densité), cette intercommunalité fusionne avec la communauté de communes du Val de l'Ailette pour former la communauté de communes Picardie des Châteaux. Anizy-le-château en a été membre jusqu'à la fusion de 2019.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1878 De Bignicourt[14]    
1879   De Bignicourt[15]    
    Édouard Régnier Rad. Conseiller général d'Anizy-le-Château (1931 → 1940)
    Alfred Moulier SFIO Commerçant
Conseiller général d'Anizy-le-Château (1945 → 1961)
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Michel Reb PS Vétérinaire à la retraite
mars 2008[16] mars 2014 Fabrice Langlet DVG  
mars 2014 décembre 2018 Ambroise Centonze-Sandras SE Ingénieur-conseil
Vice-président de la CC Picardie des Châteaux (2017 → )

Liste des maires délégués[modifier | modifier le code]

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2019[17] En cours
(au 1 janvier 2019)
Ambroise Centonze-Sandras SE Ingénieur-conseil
Maire d'Anizy-le-Grand (2019 → )
Vice-président de la CC Picardie des Châteaux (2017 → )

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[19].

En 2016, la commune comptait 1 948 habitants[Note 1], en augmentation de 1,88 % par rapport à 2011 (Aisne : -0,95 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0179771 0081 0431 0011 0731 0441 1131 150
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9981 0301 1161 0841 1271 2171 1401 1001 108
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1061 1301 0866948861 0131 0309961 164
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 5261 7131 7881 9261 8961 9031 9001 9001 899
2013 2016 - - - - - - -
1 9481 948-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Sainte-Geneviève, détruite pendant la Première Guerre mondiale, est reconstruite en 1929. Elle renferme la dalle funéraire de Claude Allongé, comte d'Anizy, receveur de l'épiscopat, mort en 1724. Cette sculpture fait l'objet d'un classement au titre objet des monuments historiques depuis 1911[21].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
La commune d'Anizy-le-Château porte :
d'azur semé de fleurs de lys d'or à la croix d'argent chargée d'une crosse abbatiale de gueules surchargée en chef d'un petit écusson d'azur à une fleur de lys d'or, aux deux clefs d'azur passées en sautoir brochant sur le tout.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Carte spéciale des régions dévastées : 22 SE, Laon [Sud-Est], Service géographique de l'armée, (lire en ligne) sur Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre -Toponymie générale de la France - Volume 1 - Page 536.
  2. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Selon Jacques Chaurand et Maurice Lebègue Noms de lieux de Picardie, Bonneton.
  4. a b et c « Histoire d'Anizy-le-Château », Cadre de vie, sur http://anizylechateau.com (consulté le 13 janvier 2019).
  5. Olivier de Saint-Riquier, « L'histoire oubliée du tramway reliant Yergnier à Pinon : Au début du XXe siècle, il était possible d'aller de Tergnier à Pinon, puis de Tergnier à Charmes en tramway électrique. Mais les guerres ont eu raison de l'exploitation. Embarquons vers le passé », L'Aisne nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le 13 janvier 2019).
  6. Carte spéciale des régions dévastées, document mentionné en liens externes, 1920.
  7. Journal officiel du 21 octobre 1920, p. 16151.
  8. Le CARD est déclaré d’utilité publique le 4 novembre 1918.
  9. Emmanuel Veziat, « La reconstruction dans le département de l'Aisne après la Grande Guerre », Mémoires de la fédération des Sociétés d'Histoire et d'Archéologie de l'Aisne, t. 46,‎ , p. 127-180 (lire en ligne [PDF], consulté le 13 janvier 2019).
  10. Philippe Robin et Paul Lefèvre, « Anizy-le-Château et Pinon : la fusion ... dans les têtes : Officiellement, on ne parle pas de fusion entre les deux communes. Mais, lors des vœux, le maire anizien a dit tout le bien qu'il pense de cette idée », L'Aisne nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le 13 janvier 2019).
  11. « La fusion crée de l’inquiétude à Lizy », L'Aisne nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le 13 janvier 2019).
  12. « Trois collectivités qui vont faire cause commune », L'Union (journal français),‎ (lire en ligne, consulté le 13 janvier 2019).
  13. « Arrêté préfectoral en date du 22 octobre 2018, portant création de la commune nouvelle d'Anizy-le-Grand », Recueil des actes administratifs de la préfecture de l'Aisne, no Partie 1,‎ , p. 1995-1998 (lire en ligne [PDF], consulté le 13 janvier 2019).
  14. Almanach historique administratif et commercial de la Marne de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, 1878, p241.
  15. Almanach historique administratif et commercial de la Marne de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, 1879, p223.
  16. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  17. « La nouvelle commune d’Anizy-le-Grand a élu son premier maire : Ambroise Centonze-Sandras est le premier maire de la commune née le 1er janvier. », L'Aisne nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le 14 janvier 2019) « a commune nouvelle d’Anizy-le-Grand est administrativement née avec 2019 (...) Seul candidat déclaré, Ambroise Centonze-Sandras est élu maire d’Anizy-le-Grand. Il a immédiatement été installé dans ses fonctions et propose la création de onze postes d’adjoints, soit trois de plus que la somme des nombres d’adjoints des trois communes fusionnées (...) Philippe Carlier, ancien maire de Faucoucourt et Jean-Pierre Pasquier, ancien maire de Lizy sont nommés maires-délégués de leur ancienne commune et sont appelés à exercer les fonctions d’adjoints au maire de la commune nouvelle ».
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  21. Notice no PM02000025, base Palissy, ministère français de la Culture