Hôtel du ministre des Affaires étrangères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel du ministre des Affaires étrangères
Ministère français des Affaires Etrangères et Européennes Quai d'Orsay Paris.jpg
L'hôtel du ministre des Affaires étrangères côté Seine.
Présentation
Destination initiale
Destination actuelle
Construction
Occupant
Statut patrimonial
Site web
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg
Localisation sur la carte du 7e arrondissement de Paris
voir sur la carte du 7e arrondissement de Paris
Red pog.svg

L'hôtel du ministre des Affaires étrangères est le bâtiment officiel construit entre 1844 et 1856 au 37, quai d'Orsay à Paris, pour héberger le ministère des Affaires étrangères. Depuis le milieu du XIXe siècle, le ministère des Affaires étrangères occupe ces locaux, et c'est à cette stabilité que l'on doit l'expression « Quai d'Orsay » pour désigner ce ministère.

Situation[modifier | modifier le code]

Ce site est desservi par les stations de métro Assemblée nationale, Concorde et Invalides.

L'hôtel est mitoyen du palais Bourbon siège de l’Assemblée nationale, ainsi que de l'hôtel de Lassay, résidence officielle du président de cette dernière, mais les deux ensembles architecturaux ne communiquent pas.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le projet de construction d'un bâtiment officiel pour héberger l'activité diplomatique — il s'agit du premier bâtiment officiel de la République française construit volontairement pour abriter les services d'un ministère précis, celui chargé de la politique diplomatique — a été décidé à l'initiative de Guizot, ministre des Affaires étrangères, en 1844. La première pierre est posée en 1845 en présence de ce dernier, ainsi que de l'architecte Jacques Lacornée et du ministre des travaux publics Pierre Sylvain Dumon. Après avoir été freinés par la révolution de 1848, les travaux sont repris à l'instigation de Napoléon III pour être achevés en 1856. La pierre utilisée dans la construction est du cliquart qui provient des carrières de Fleury à Clamart[2].

Destiné à accueillir les souverains et diplomates étrangers, une grande attention a été consacrée à sa décoration intérieure et extérieure. Les travaux de décoration extérieure ont été confiés à des sculpteurs expérimentés qui avaient déjà participé à la restauration de châteaux et d'églises. Pour la décoration intérieure, on fit appel à des artistes connus tels que Séchan, Nolau et Rubé, Molknecht, Lavigne, Liénard, Hippolyte Adam, les frères Huber, Paillard, etc. Conçu pour impressionner le visiteur et souligner la fonction d’apparat du bâtiment, il mêle de façon composite des éléments inspirés de l’Antiquité, de la Renaissance et de l’époque classique.

L'ensemble est de style Napoléon III à l'exception des salles de bains royales créées en 1938 pour la venue en France du roi George VI et de son épouse la reine Elizabeth. C'est un chef-d'œuvre de l'architecture d'intérieur de l'Art déco influencée par l'architecture de luxe des transatlantiques, grâce à Auguste Labouret, mosaïste et verrier et aux meubles de Jacques Adnet.

Lieu de mémoire, l’hôtel du ministre des Affaires étrangères est, depuis plus d’un siècle et demi, le cadre de grandes négociations internationales comme celle du traité de Paris de 1856 qui mit un terme à la guerre de Crimée ou celle du traité de Versailles de 1919 qui conclut la Première Guerre mondiale. C’est également dans ce palais, dans le salon de l’horloge[3], que Robert Schuman, alors ministre des Affaires étrangères, prononça le sa fameuse déclaration Schuman qui est considérée comme fondatrice du processus de l’unité européenne[4].

Des soldats sont morts pour la libération du de l'hôtel, le 25 août 1944. Une inscription et une plaque leur rendent hommage au n°1 rue Robert-Esnault-Pelterie, qui longe l'hôtel sur son côté ouest.

En 2018, il est annoncé que le site doit être modernisé et agrandi d'ici 2022 de façon que le Ministère ne garde plus que trois sites (avec Convention et les Archives diplomatiques à La Courneuve). Le projet des architectes Jean-Marc Ibos et Myrto Vitart crée un nouveau bâtiment doté d'une large verrière avec 600 postes de travail modulables, des espaces communs (salles de formation et de réunion, cafétéria, bibliothèque) et doit d’améliorer l’accueil et la circulation des personnes sur le site[5].

Galerie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Lien externe

Filmographie

  • Quai d'Orsay, le film a été en partie tourné au ministère des Affaires étrangères[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Quai d’Orsay », sur www.diplomatie.gouv.fr (consulté le 3 novembre 2013)
  2. Répertoire des carrières de pierre de taille exploitées en 1889, Librairie Polytechnique Baudry et Cie, 1890, p.254-255. Lire en ligne.
  3. Par ses dimensions et sa communication avec la galerie de la Paix, il est la pièce de réception par excellence (primitivement destinée aux bals et concerts). Appelé Salon de l'Empereur, salon des Fêtes ou salon des Concerts, puis salon de la Paix jusqu'à la Première Guerre mondiale, il prend le nom de salon de l'Horloge en référence à l'œuvre du sculpteur Victor Paillard. Cf. Marie Hamon-Jugnet, Catherine Oudin-Doglioni, Le Quai d'Orsay: l'hôtel du ministre des Affaires étrangères, Éditions du Félin, , p. 66.
  4. Grégoire Eldin, L'Europe de Robert Schuman, Presses Paris Sorbonne, , p. 36-37.
  5. Ministère – Projet de modernisation architecturale du site du Quai d’Orsay « QO 21 » (30.03.18), diplomatie.gouv.fr, (lire en ligne).
  6. « Making-of du tournage du film "Quai d’Orsay" », sur www.diplomatie.gouv.fr (consulté le 3 novembre 2013)