Georges Cochery

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cochery.
Georges Cochery
Georges Cochery (1913), photographie de presse, agence Meurisse.
Georges Cochery (1913), photographie de presse, agence Meurisse.
Fonctions
Ministre des Finances

(1 an, 3 mois et 10 jours)
Président Armand Fallières
Gouvernement gouvernement Aristide Briand
Prédécesseur Joseph Caillaux
Successeur Louis-Lucien Klotz

(2 ans, 1 mois et 30 jours)
Président Félix Faure
Gouvernement gouvernement Jules Méline
Prédécesseur Paul Doumer
Successeur Paul Peytral
Député du Loiret
Élu dans l'arrondissement de Pithiviers

(28 ans, 8 mois et 23 jours)
Prédécesseur Jacques Charles Hyacinthe Brierre
Successeur Henri Chevrier
Conseiller général du Canton de Pithiviers

(22 ans, 2 mois et 28 jours)
Prédécesseur Jacques Charles Hyacinthe Brierre
Successeur siège vacant puis Marcel Donon
Conseiller général du Canton de Bellegarde

(8 ans, 9 mois et 1 jour)
Prédécesseur Louis Alfred Driard
Successeur Georges Sédillot
Biographie
Nom de naissance Georges Charles Paul Cochery
Date de naissance
Lieu de naissance Paris
Date de décès (à 59 ans)
Lieu de décès Paris
Nationalité Français
Père Adolphe Cochery
Profession Officier puis haut fonctionnaire

Georges Cochery est un homme politique français né le à Paris et mort le à Paris. Il est le fils de Louis-Adolphe Cochery, homme politique, et de Victorine Félicité Marcus.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études à l'École Polytechnique (promotion 1875), Georges Cochery est brièvement officier d'artillerie (de 1875 à 1877)[1]. Il devient ensuite chef de cabinet de son père, au sous-secrétariat d'État aux finances, puis au ministère des postes et télégraphes jusqu'en 1885.

Il est député du Loiret (circonscription de Pithiviers) de 1885 à 1914[2] et succède à son père à la présidence du Conseil général du Loiret de 1900 à 1912 puis de 1913 à sa mort.

En 1896, il est élu président de la commission des finances de l'Assemblée nationale.

Il occupe la fonction de ministre des Finances à deux reprises : du au dans le gouvernement Jules Méline puis du au dans le premier gouvernement Aristide Briand.

Il habite une partie de sa vie dans un hôtel particulier situé avenue d'Iéna à Paris. Il a épousé Gabrielle Hortense Marie Hunebelle, une nièce de Jules Hunebelle, maire de Clamart.

Distinctions[modifier | modifier le code]

1881 : Chevalier de la Légion d'honneur

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « CAEF - Georges COCHERY | Le portail des ministères économiques et financiers », sur www.economie.gouv.fr (consulté le 26 mai 2016)
  2. Assemblée Nationale, « Georges, Charles, Paul Cochery - Base de données des députés français depuis 1789 - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le 26 mai 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Braconne, Claudette, Famille et pouvoirs sous la IIIe République : Georges Cochery (1855-1914) Ministre des finances, D.E.A. Histoire, Université de Paris IV-Sorbonne, 1990 (Dir. Jean-Marie Mayeur).
  • « Georges Cochery », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]
  • « Georges Cochery », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Article connexe[modifier | modifier le code]