Alain Poher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alain Poher
Illustration.
Alain Poher en 1969.
Fonctions
Président de la République française
(par intérim)

(1 mois et 25 jours)
Premier ministre Pierre Messmer
Prédécesseur Georges Pompidou
Successeur Valéry Giscard d'Estaing

(1 mois et 23 jours)
Premier ministre Maurice Couve de Murville
Prédécesseur Charles de Gaulle
Successeur Georges Pompidou
Président du Sénat français

(23 ans, 11 mois et 28 jours)
Élection
Réélection





Prédécesseur Gaston Monnerville
Successeur René Monory
Président du Parlement européen

(3 ans et 4 jours)
Prédécesseur Victor Leemans
Successeur Mario Scelba
Secrétaire d'État au Budget

(2 mois et 9 jours)
Président Vincent Auriol
Président du Conseil Henri Queuille
Gouvernement Queuille I
Secrétaire d'État aux Finances

(6 jours)
Président Vincent Auriol
Président du Conseil Robert Schuman
Gouvernement Schuman II
Sénateur français

(43 ans, 4 mois et 13 jours)
Élection
Réélection



Circonscription Seine-et-Oise (1952-1968)
Val-de-Marne (1968-1995)
Groupe politique MRP
UCDP/UC

(1 an, 10 mois et 30 jours)
Élection 8 décembre 1946
Circonscription Seine-et-Oise
Groupe politique MRP
Biographie
Nom de naissance Alain Émile Louis Marie Poher
Date de naissance
Lieu de naissance Ablon-sur-Seine (France)
Date de décès (à 87 ans)
Lieu de décès Paris (France)
Nature du décès Cancer
Sépulture Ablon-sur-Seine (France)
Nationalité Français
Parti politique MRP (1946-1966)
CD (1966-1976)
CDS (1976-1995)
UDF (1978-1996)
Conjoint Henriette Tugler
Diplômé de École nationale supérieure des mines
École libre des sciences politiques
Profession Ingénieur
Haut fonctionnaire
Religion Catholicisme

Alain Poher Alain Poher
Président du Parlement européen
Président du Sénat
Présidents de la République française

Alain Poher, né le à Ablon-sur-Seine (Seine-et-Oise) et mort le à Paris, est un homme d'État français.

Après avoir été engagé dans la Résistance, il adhère au MRP et devient sénateur en 1946. Il est ensuite nommé secrétaire d'État chargé des Finances dans le deuxième gouvernement Robert Schuman puis du Budget au sein du gouvernement Henri Queuille. Proche de Robert Schuman, il préside le Parlement européen de 1966 à 1969.

Président du Sénat de 1968 à 1992, il assure en cette qualité la fonction de président de la République française par intérim pendant un total de trois mois : une première fois en 1969, à la suite de la démission de Charles de Gaulle, puis en 1974, après la mort de Georges Pompidou. Candidat du Centre démocrate à l'élection présidentielle de 1969, il est battu au second tour par Georges Pompidou.

Il reste aujourd'hui le titulaire du plus grand nombre de mandats de président du Sénat (huit, soit 24 ans) et le seul président du Sénat à avoir exercé la fonction de président de la République par intérim.

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Alain Poher, fils unique d'Ernest Poher, ingénieur des chemins de fer (1875-1936), et de Louise Souriau (1872-1960), est issu d'une famille originaire du Morbihan (Bretagne).

Il est ingénieur civil diplômé de l'École nationale supérieure des mines de Paris et de l'École libre des sciences politiques. Lors de ses études, il est membre de la Conférence Olivaint.

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Alain Poher se marie à La Baule-Escoublac en 1938[1] à Henriette Tugler (Cahors, Lot, 1907-Ablon-sur-Seine, 2004)[2], fille d'un inspecteur principal de l'exploitation des chemins de fer, chevalier de la Légion d'honneur. Le couple a deux filles : Marie-Agnès Poher (1940), veuve de Jean-Pierre Joussain, et Marie-Thérèse Poher (1944-2002). Ils ont trois petits-enfants, qui ont relevé le nom de famille de leur grand-père Poher.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Alain Poher en 1949.

Débuts et Résistance[modifier | modifier le code]

En 1938, Alain Poher entre au ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie et est rédacteur de troisième classe.

Durant la guerre, il est mobilisé, participant aux combats du printemps 1940. Blessé, et ayant échappé à l'opération Dynamo à Dunkerque, il rejoint dès 1941 le groupe Libération Nord, qu'il anime au sein du ministère des Finances.

Le , il est nommé président du comité de Libération du ministère et commandant des FFI. En 1945, il dirige les services sociaux du ministère des finances. Il reçoit à ces titres la croix de guerre 1939-1945 et la médaille de la Résistance française.

Chef des services sociaux du ministère de l'Économie à la Libération, il rejoint Robert Schuman, dont il devient le directeur du cabinet. Il travaille dès lors sur les questions européennes. De 1948 à 1952, il est commissaire général aux affaires allemandes et autrichiennes. De 1950 à 1952, il préside également l'Autorité internationale de la Ruhr. À partir de 1952, il siège à l'Assemblée commune de la Communauté européenne du charbon et de l'acier. Il devient également responsable de la commission préparatoire du Marché commun.

Premiers mandats locaux[modifier | modifier le code]

En 1945, Alain Poher est élu maire de sa ville natale, Ablon-sur-Seine, située dans le département de Seine-et-Oise puis dans le Val-de-Marne après la réforme de 1964. Dans ce nouveau département contrasté, il incarne le Val-de-Marne d'essence provinciale, « versaillaise », comme il dit[3], par opposition à l'« autre Val-de-Marne », le Val-de-Marne « parisien », qui se situe dans une dynamique d'intégration métropolitaine.

Président du groupe sénatorial centriste[modifier | modifier le code]

En 1946, Alain Poher est élu au Conseil de la République. Hormis un intermède entre 1948 – lorsqu'il entre au gouvernement – et 1952, il siège sans discontinuer à la haute assemblée jusqu'en 1995.

Il est président du groupe Mouvement républicain populaire (MRP), puis rejoint le groupe Union centriste des démocrates de progrès (UCDP), qui devient ensuite le groupe Union centriste (UC).

Secrétaire d'État et engagements européens[modifier | modifier le code]

Entre et , Alain Poher est secrétaire d'État au Budget dans le deuxième gouvernement Schuman puis le premier gouvernement Queuille. De à , il est également secrétaire d'État aux Forces armées (Marine) dans le gouvernement Félix Gaillard, qui tombe avec la crise de mai 1958 allant conduire au retour au pouvoir de Charles de Gaulle et à l’instauration de la Cinquième République.

Première élection à la présidence du Sénat[modifier | modifier le code]

Alain Poher échangeant avec son prédécesseur Gaston Monnerville, en 1969.

Le , bien qu'il ne s’était pas initialement porté candidat, Alain Poher est élu président du Sénat — chambre haute du Parlement français — à l'issue du troisième tour de scrutin, par 135 voix contre 107 à Pierre Garet et 22 à Georges Cogniot. Il devient ainsi le deuxième personnage de l'État dans l'ordre constitutionnel, après le président de la République, le général de Gaulle. De 1972 à 1989, son directeur de cabinet est Bernard Guyomard[4].

Président de la République à titre intérimaire[modifier | modifier le code]

En 1969, il fait activement campagne pour le « non » au référendum constitutionnel proposant notamment d’attribuer au Sénat un simple rôle consultatif. Le « non » l’ayant emporté, le général de Gaulle démissionne de l’Élysée au lendemain du scrutin, le . En vertu de l’article 7 de la Constitution, Alain Poher est ainsi chargé d'exercer la fonction de président de la République à titre intérimaire. Il décide alors de se porter candidat à la succession du fondateur de la Cinquième République avec le soutien de la droite non gaulliste et de nombreux centristes[5].

Au premier tour de l'élection présidentielle anticipée, il arrive en deuxième position avec 23,3 % des suffrages exprimés, derrière l'ancien Premier ministre du général de Gaulle Georges Pompidou. Dans l'entre-deux-tours, il reçoit le soutien de la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO)[6]. Le candidat du Parti communiste français, Jacques Duclos, arrivé seulement deux points derrière le président du Sénat, refuse quant à lui de choisir entre « bonnet blanc et blanc bonnet ». Le , dans un contexte d’abstention inhabituelle en France, Alain Poher est nettement battu par Pompidou, recueillant 41,8 % des voix. Le suivant, il transmet le pouvoir au nouveau président de la République.

Le , il est de nouveau appelé à assumer l'intérim présidentiel, après la mort du président Pompidou. Il ne se présente pas à l’élection présidentielle anticipée et assure l’intérim jusqu'à l'élection du centriste Valéry Giscard d'Estaing à l'Élysée. Au total, Alain Poher a assuré la fonction de chef de l’État intérimaire pendant 108 jours (53 jours en 1969 et 55 en 1974).

Record de longévité au « plateau »[modifier | modifier le code]

Entre 1971 et 1992, à l'issue des renouvellements sénatoriaux par tiers — qui reconduisent systématiquement la majorité de la droite et du centre —, Alain Poher est réélu président de la haute assemblée.

Alain Poher s’entretenant avec Rafael Caldera (1981).

Sous les présidences Pompidou et Giscard d’Estaing, il loue la modération du Sénat. Mais à partir de 1981, avec l’arrivée au pouvoir des socialistes conduits par François Mitterrand, les échanges à la chambre haute sont plus conflictuels, principalement en raison de l’accroissement du groupe gaulliste du RPR, alors présidé par Charles Pasqua. C’est notamment le cas lors des débats autour du projet de loi Savary et du projet d'extension du champ du référendum. D’une façon générale, la majorité sénatoriale s’oppose de façon quasi-systématique aux propositions émanant de la gauche[7].

En vue de l’élection à la présidence du Sénat de 1989, une majorité de sénateurs UDF votent contre une nouvelle candidature d’Alain Poher, âgé de 80 ans et physiquement affaibli. Le groupe du RDE refuse également de lui apporter son soutien[a]. Cependant, Charles Pasqua, qui souhaite maintenir son influence sur le « plateau » mais se pense trop clivant pour y être élu avant 1992, fait pression pour que le président sortant se représente ; celui-ci se défend alors des accusations selon lesquelles il serait « l'homme de Pasqua »[8]. Pour la première fois, Alain Poher est ainsi mis en difficulté : s’il reçoit l’appui de quelques sénateurs centristes[b], il n’est officiellement soutenu que par le groupe RPR. Au premier tour de scrutin, il recueille 115 suffrages, loin des 159 requis pour la majorité absolue. Au second tour, alors que les centristes ont décidé de soutenir René Monory (UDF-CDS, comme lui), il perd sept voix. À l'issue du troisième vote, il parvient finalement à être réélu, avec une majorité relative de 127 voix, contre 111 à Pierre-Christian Taittinger (UDF-PR)[9].

Le huitième et dernier mandat d’Alain Poher, lors duquel il tombe malade, est considéré comme étant celui de trop. Le journaliste Renaud Dély estime ainsi qu’il « laissa le Sénat s'assoupir avec lui »[7]. À la suite du renouvellement de 1992, René Monory est élu à la présidence du Sénat après être parvenu à devancer Charles Pasqua au premier tour. Alain Poher lui cède alors son siège, qu’il détenait depuis vingt-quatre années. Il quitte le Sénat en 1995, ne briguant pas un nouveau mandat parlementaire, et meurt l’année suivante des suites d'un cancer, à 87 ans.

Prises de position[modifier | modifier le code]

Alain Poher en 1968.

Durant toute sa carrière, Alain Poher défend vigoureusement le Sénat, dont l’intérêt est souvent discuté dans le débat public. Il présente cette assemblée comme une « chambre de réflexion et de dialogue » par opposition à l'Assemblée nationale[7].

Alain Poher est notamment influencé par le personnalisme d'Emmanuel Mounier.

Dès le début de son parcours, Alain Poher manifeste de très fortes convictions européennes. Il tente de convaincre de Gaulle de renoncer au référendum sur la réforme du Sénat en 1969. Il saisit le Conseil constitutionnel qui annule la loi sur la liberté d'association de Raymond Marcellin et René Pleven en 1971. Cet événement marque « la seconde naissance » de l’institution, selon les termes du professeur Pierre Avril.

Il profite de son second intérim à la présidence de la République pour déposer les instruments de ratification de la Convention européenne des droits de l'homme. Cette convention signée par la France en 1950, n'avait jamais été ratifiée par le pouvoir gaulliste. C'est avec en mémoire la conviction de son mentor, Robert Schuman, qu'Alain Poher a ratifié, en qualité de président du Sénat chargé d'exercer provisoirement les fonctions de président de la République, la Convention européenne des droits de l'homme. Il vient symboliquement en témoigner lors des 25 ans du Conseil de l'Europe le . Il veille à la régularité des opérations électorales de 1974 dans la France d'outre-mer qui pouvait jouer un rôle décisif pour départager Valéry Giscard d'Estaing et François Mitterrand lors de l'élection présidentielle. Il préside les cérémonies marquant le centenaire du Sénat en 1975. Avec la gauche au pouvoir dès 1981, il s'efforce au dialogue mais en 1984, il rejette la révision constitutionnelle sur les libertés proposée par Laurent Fabius.

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

À la présidence de la République[modifier | modifier le code]

  • Chargé des fonctions de président de la République par intérim du au et du au .

Au gouvernement[modifier | modifier le code]

Au Sénat[modifier | modifier le code]

Au niveau local[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Synthèse des résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élection présidentielle[modifier | modifier le code]

Année Parti Premier tour Second tour
Voix % Rang Voix % Issue
1969 CD 5 268 651 23,31 2e 7 943 118 41,79 Battu

Distinctions et postérité[modifier | modifier le code]

Malgré son long parcours politique et les hautes responsabilités qu’il a exercées, Alain Poher est considéré comme une figure discrète[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Alors que seul Louis Brives, sénateur du Tarn, se prononce en faveur d’Alain Poher, le RDE choisit de présenter Étienne Dailly à la présidence du Sénat[8].
  2. Alain Poher bénéficie notamment du soutien public de Jean Cluzel, sénateur de l’Allier, et d’André Fosset, élu dans les Hauts-de-Seine[8].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mention en marge de l'acte de naissance d'Alain Poher.
  2. Informations tirées du fichier des décès de l'INSEE.
  3. Film documentaire en ligne, sur le Val-de-Marne, réalisé à l'occasion de la parution du livre "Val-de-Marne : Anthologie 1964 - 2014" paru aux éditions de l'Atelier en 2014 et dirigé par Emmanuel Bellanger (chercheur CNRS) et Julia Moro (Archives départementales du Val-de-Marne). La personnalité d'Alain Poher, qui incarne le Val-de-Marne d'essence provinciale y est cité à plusieurs reprises.
  4. « Bernard Guyomard », sur whoswho.fr (consulté le 4 octobre 2020).
  5. Jean-Jérôme Bertolus, Frédérique Bredin, Tir à vue - la folle histoire des présidentielles, éditions Fayard, 2011, p. 311.
  6. « Une année, une présidentielle : 1969, l'ombre du général » [vidéo], sur ina.fr (consulté le 30 septembre 2020).
  7. a b c et d Renaud Dély, « Alain Poher, mort de l'intérimaire », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 3 octobre 2020).
  8. a b et c « La bataille pour la présidence du Sénat M. Alain Poher n'est soutenu que par le RPR », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 4 octobre 2020).
  9. « 2-3 octobre 1989 : réélection d'Alain Poher à la présidence du Sénat », sur universalis.fr (consulté le 4 octobre 2020).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]