Archives départementales du Cantal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Archives départementales du Cantal
Informations générales
Type Archives départementales
Création
Directrice Lucie Dorsy (depuis 2013)
Ampleur 13 km
Période XIIe-XXIe siècles
Bâtiment
Construction 1958, 1988, 2006
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Ville Aurillac
Coordonnées 44° 55′ 30″ nord, 2° 26′ 38″ est
Site web archives.cantal.fr

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Archives départementales du Cantal

Les archives départementales du Cantal sont un service du conseil départemental du Cantal (Auvergne, France).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le bâtiment[modifier | modifier le code]

Les directeurs[modifier | modifier le code]

  • 2013 - : Lucie Dorsy
  • 2004 - 2013 : Édouard Bouyé
  • 1990 - 2003 : Jean-Éric Iung, fait un effort de collecte, de classement et d'inventaire des archives publiques (notaires, communes, administrations de l'État) comme privées (Vacher de Tournemine, La Ronade, Ribier), anciennes (série H) comme modernes. L'informatisation du service, à partir de 2000, améliora la gestion des magasins et de la salle de lecture. Une active politique d'exposition et de publication augmenta le rayonnement intellectuel des Archives départementales.
  • 1982 - 1989 : Catherine Marion, fait construire de nouveaux locaux.
  • 1949 - 1979 : Léonce Bouyssou (1917-2004), bibliothécaire à la BN, puis à la bibliothèque de Carpentras. Fait construire le nouveau bâtiment des archives. Auteur de Retables de Haute-Auvergne, XVIe-XIXe siècles, Guide des archives du Cantal, Enquête sur les montagnes d'estive cantaliennes.
  • 1909 -1949 : Ernest Delmas. Commence le recueil et le classement des archives modernes (administrations du XIXe). Auteur de Le château de Carlat et le Carladès, 1977.
  • 1903 - 1909 : Gabriel Esquer, ancien secrétaire du Théâtre des Mathurins, publie l'inventaire de la série E, celui de la série C, celui des Archives communales d'Aurillac, nommé à Alger.
  • 1898 - 1903 : Roger Grand, obtient comme nouveau local l'ancienne poste. Crée la Société de la Haute-Auvergne. Auteur de La Paix d'Aurillac et de Anjony.
  • 1874 - 1898 : Charles Aubépin, fait des acquisitions comme le fonds Cambefort de Mazic. Crée la bibliothèque historique, commence l'inventaire de la série E.
  • 1872 - 1874 : Camille Rivain, nommé en 1873 après le passage de sa thèse qui porte sur le consulat d'Aurillac.
  • 1870 - 1871 : Charles Aubépin.
  • 1867 - 1870 : Émile Maupas, chartiste.
  • 1866 - 1867 : Jules Doinel, chartiste, poète, auteur de Cascatelle et des Dieux d'Aurillac.
  • 1861 - 1864 : Dacier, chartiste, prescrit l'inventaire des différents fonds, nommé dans les Deux-Sèvres.
  • 1851 1861 - Aymar : nommé à l'âge de 62 ans.
  • 1840 -1850 : Joseph-Marie Audin, imprimeur lithographe, commence la classement des archives qui sont établies dans le grenier de la préfecture.
  • Gabriel Marlhiou.
  • M. d'Ouvrier, secrétaire à la préfecture, chargé des archives.

Fonds[modifier | modifier le code]

Ensemble des documents conservés[modifier | modifier le code]

Les archives départementales du Cantal regroupaient en 2006[1], plus de 9 300 mètres linéaires de documents, plus de 15 000 ouvrages et 750 documents sonores numérisés.

Par séries[modifier | modifier le code]

Lettre Description Mètres linéaires
Séries anciennes (jusqu'en 1790)
A Domaine royal 2,3
B Cours et juridictions 175
C Administrations provinciales et contrôle des actes 109
D Instruction publique 1
E Titres féodaux, papiers des familles, état civil, notaires, corporations, communes 1 800
G Clergé séculier 19
H Clergé régulier 14
Séries révolutionnaires (1790-1800)
L Administration et justice 55
1Q Biens nationaux 70
Séries modernes(1800-1940)
K Lois, ordonnances, arrêtés 142
M Administration générale et économie 128
N Administration et comptabilité départementales 40
O Administration et comptabilité communales 175
P Finances, postes, eaux et forêts 225
3Q Enregistrement (jusqu'en 1972) 419
R Affaires militaires et organismes de temps de guerre 73
S Travaux publics et transports 230
T Enseignement, affaires culturelles, sports 90
U Justice 330
V Cultes 12
X Assistance et prévoyance sociale 41
Y Établissements pénitentiaires 14
Z Sous-préfectures 11
Documents contemporains (depuis 1940)
SC Série continue 1 450
W Archives contemporaines 3 282
Archives d'origine privée (documents de toutes époques)
F Dons, acquisitions et dépôts jusqu'en 1982 200
J Acquisitions par voie extraordinaire depuis 1983 201

Plus anciens documents[modifier | modifier le code]

Archives numérisées[modifier | modifier le code]

Outre la possibilité de rechercher dans ses bases documentaires, les archives donnent accès en ligne aux numérisations consultables de l'état civil[2].

Sociétés et revues liées aux archives départementales du Cantal[modifier | modifier le code]

Société des lettres, sciences et arts La Haute-Auvergne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Société de la Haute-Auvergne.

Cette société savante qui succédait à la Société cantalienne, a son siège qui est transféré depuis peu à l'ancien hôtel de Cébié, à Aurillac. Elle publie la Revue de la Haute-Auvergne.

La Photothèque cantalienne[modifier | modifier le code]

Elle a été créée vers 1956 au siège des anciennes archives d'Aurillac, avec un fichier photographique de l'habitat rural.

En 1962, la société La Haute Auvergne intègre la photothèque en constituant une nouvelle section en vue d'établir une sorte de recensement des richesses artistiques et archéologiques du département. Deux ans plus tard, la photothèque et la Société de la Haute-Auvergne se séparent, et une Association pour la photothèque cantalienne est créée. La prospection du département est entreprise en vue de constituer et de mettre à disposition des chercheurs une documentation photographique dans le domaine de l'architecture et de l'art. Son siège fut fixé aux archives départementales.

La photothèque organise des campagnes photographiques, des expositions…

La commission Auvergne de l'Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France, créée en 1971, commence ses travaux par une opération cantalienne : l'inventaire du canton de Vic-sur-Cère qui paraîtra en 1984. Un comité départemental cantalien est créé en juin 1972, et la photothèque continue à avoir pour mission de s'occuper du préinventaire en liaison avec celui-ci. Pendant cette période, les collections se sont accrues considérablement.

Le comité départemental est renouvelé une dernière fois en 1984 avant sa suppression, le préinventaire est alors retiré aux enquêteurs bénévoles.

Depuis 1993, l'association, qui a été dotée de statuts rénovés et de buts plus larges, reçoit comme nouvelle dénomination : Photothèque et archives cantaliennes qui exprime sa double vocation : d'une part la conservation et l'enrichissement de la Photothèque cantalienne, d'autre part le soutien aux archives publiques de Haute-Auvergne. Elle organise à nouveau des expositions.

Sa documentation comprend actuellement 18 000 épreuves et 12 678 clichés. Elle a été en grande partie numérisée, est consultable soit dans la salle de lecture des archives départementales, soit par internet.

L'association édite Enluminure, un bulletin annuel destiné à soutenir son action et à rendre compte de ses activités.

Associations archéologiques et culturelles[modifier | modifier le code]

Associations généalogiques[modifier | modifier le code]

Associations de valorisation et de sauvegarde du patrimoine[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives départementales du Cantal, « Plaquette de présentation » (consulté le 29 octobre 2009)
  2. Archives départementales du Cantal, « Recherches dans l'état civil » (consulté le 29 octobre 2009)