Charles de Lasteyrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de Lasteyrie.

Charles de Lasteyrie
Illustration.
Charles de Lasteyrie, député de la Seine (1933).
Fonctions
Député de la Corrèze
Élection
Ministre des finances
Prédécesseur Paul Doumer
Successeur Frédéric François-Marsal
Député de la Seine
Biographie
Nom de naissance Charles de Lasteyrie du Saillant
Date de naissance
Lieu de naissance Paris
Date de décès (à 58 ans)
Lieu de décès Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Parti politique Fédération républicaine
Diplômé de École nationale des chartes
Profession banquier

Charles de Lasteyrie du Saillant (Paris, - id., ) est un banquier, historien et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le comte Charles de Lasteyrie est, comme son père, Robert de Lasteyrie, élève de l'École nationale des chartes. Il y obtient le diplôme d'archiviste paléographe avec une thèse[1] intitulée « L'abbaye Saint-Martial de Limoges » (1899).

Il est reçu en 1902 au concours de l'inspection des finances, puis entre dans la banque en 1909.

Pendant la Grande Guerre, il sert comme officier de liaison à l'état-major de la région du Nord, puis est nommé chef de cabinet de Denys Cochin, qu'il suit dans ses fonctions ministérielles successives. Il participe ensuite à la préparation du traité de Versailles comme délégué financier du gouvernement français à la commission d'armistice, puis comme secrétaire général de la commission des réparations.

Élu député de la Corrèze en 1919, il devient député de la Seine en 1928, réélu en 1932 et 1936.

Charles de Lasteyrie est ministre des Finances du au dans le gouvernement Raymond Poincaré (2).

Hommages[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Charles de Lasteyrie », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Note[modifier | modifier le code]

  1. Publiée à Paris chez Picard en 1901. Voir sur le site de l'École des chartes.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]