Gouvernement Léon Bourgeois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Gouvernement Geert Bourgeois.
Gouvernement Léon Bourgeois
Troisième République

Président de la République Félix Faure
Président du Conseil Alexandre Ribot
Formation
Fin
Durée 174 jours
Composition initiale
Représentation
majorité parlementaire
455 / 581

Précédent Gouvernement Charles Dupuy III Pays inconnu Gouvernement Jules Méline Suivant

Le gouvernement Léon Bourgeois dure du 1er novembre 1895 au 23 avril 1896.

Léon Bourgeois constitue le premier gouvernement radical homogène, avec le soutien sans participation des républicains modérés.

Composition[modifier | modifier le code]

Président du Conseil : Léon Bourgeois

Léon Bourgeois

Politique menée[modifier | modifier le code]

Ce gouvernement est pour la première fois composé de ministres exclusivement radicaux.

Il désire instaurer une politique de solidarité, issue du programme radical, dont la mise en place d’un régime de retraite pour les ouvriers. Cependant, il rencontre une forte opposition sur sa droite. La Chambre s'oppose à son projet d' impôt sur le revenu ainsi que celui sur les associations, prélude à une séparation des Églises et de l'État et le Sénat rejette ce qu'il considère comme une « inquisition fiscale ».

Fin du gouvernement et passation des pouvoirs[modifier | modifier le code]

Il démissionne le 23 avril 1896, à la suite du refus du Sénat de lui apporter des crédits pour l'expédition de Madagascar.

Le 28 avril 1896, Félix Faure nomme Jules Méline à la présidence du Conseil des ministres.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]