Gouvernement Léon Bourgeois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Gouvernement Geert Bourgeois.
Gouvernement Léon Bourgeois

Troisième République

Description de cette image, également commentée ci-après
Président de la République Félix Faure
Président du Conseil Léon Bourgeois
Formation
Fin
Durée 5 mois et 22 jours
Composition initiale
Représentation
majorité parlementaire
455 / 581

Le gouvernement Léon Bourgeois est le gouvernement de la Troisième République en France du 1er novembre 1895 au 23 avril 1896.

Léon Bourgeois constitue le premier gouvernement radical homogène, avec le soutien sans participation des républicains modérés.

Composition[modifier | modifier le code]

Président du Conseil : Léon Bourgeois

Politique menée[modifier | modifier le code]

Ce gouvernement est pour la première fois composé de ministres exclusivement radicaux.

Il désire instaurer une politique de solidarité, issue du programme radical, dont la mise en place d’un régime de retraite pour les ouvriers. Cependant, il rencontre une forte opposition sur sa droite. La Chambre s'oppose à son projet d'impôt sur le revenu ainsi que celui sur les associations, prélude à une séparation des Églises et de l'État et le Sénat rejette ce qu'il considère comme une « inquisition fiscale ».

Fin du gouvernement[modifier | modifier le code]

Il démissionne le 23 avril 1896, officiellement en raison du refus du Sénat de lui apporter des crédits pour l'expédition de Madagascar mais en réalité du fait du refus de Paul Doumer de retirer son projet d’impôt sur le revenu et en raison également de la volatilité de sa majorité à la Chambre des députés[1],[2]. Le 28 avril 1896, le président Félix Faure nomme Jules Méline à la présidence du Conseil des ministres.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Amaury Lorin (préf. Jean-Pierre Bel), Une ascension en République : Paul Doumer (1857-1932) d'Aurillac à l'Élysée, Paris, Dalloz (premier prix de thèse du Sénat 2012), coll. « Bibliothèque parlementaire et constitutionnelle », , 601 p. (ISBN 978-2247126040), p. 61-77.
  2. « La carrière du nouveau président », Le Petit Journal, , p. 2. Consultable sur gallica.bnf.fr, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France (consulté le ).