François Piétri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pietri.
François Pietri
François Pietri, député de Corse (1929).
François Pietri, député de Corse (1929).
Fonctions
Député 1924-1940
Gouvernement IIIe République
Groupe politique RDG (1924-1936)
ARGRI (1936-1940)
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 84 ans)
Résidence Corse

François Pietri est un homme politique français né le 8 août 1882 à Bastia (Haute-Corse) et mort le 17 août 1966 à Sartène (Corse-du-Sud).

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'Antoine-Jourdan Piétri (Sartène, Corse-du-Sud), descendant également de l'importante famille politique Gavini (Campile, Haute-Corse) par sa mère Clorinde Gavini.

Né à Bastia, François Piétri passe son enfance à Alexandrie, en Egypte, où son père exerce les fonctions de conseiller légal du gouvernement égyptien. Poursuivant ses études au collège Stanislas à Paris de 1895 à 1899, il est lauréat du concours général en 1897 et 1898. Licencié ès lettres en 1900, docteur en droit et diplômé des sciences politiques en 1903, il couronne ces très brillantes études en réussissant, en 1906, au concours de l'inspection des finances.

Source : site de l’Assemblée nationale, citant une biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (J. Joly) – cf. http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/5924

François Piétri a été député de Corse de 1924 à 1940. MANDATS À LA CHAMBRE DES DÉPUTÉS :

11/05/1924 - 31/05/1928 : Corse - Républicains de gauche

22/04/1928 - 31/05/1932 : Corse - Républicains de gauche

01/05/1932 - 31/05/1936 : Corse - Républicains de gauche

26/04/1936 - 31/05/1942* : Corse - Alliance des républicains de gauche et des radicaux indépendants

* : Un décret de juillet 1939 a prorogé jusqu'au 31 mai 1942 le mandat des députés élus en mai 1936.

Source : site de l’Assemblée nationale – cf. http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/5924

Plusieurs années président du Conseil général de la Corse sur cette période (1924 à 1940), François Piétri a été plusieurs fois ministre dans l'entre-deux-guerres :

Il a été également directeur des finances du protectorat au Maroc au temps de Lyautey, ambassadeur du gouvernement de Vichy en Espagne en 1940 jusqu'à 1944. C'est à ce titre qu'il fut condamné par la Haute Cour de justice à cinq ans d'indignité nationale, le 4 juin 1948. Le 31 janvier 1950, une mesure de relèvement est prononcée par le Conseil supérieur de la magistrature en faveur de François Pietri. (source : http://www.resistance-corse.asso.fr/fr/histoire/histoire-de-la-resistance/doctobre-1943-mai-1945/l_epuration/ encore le 15 août 2016)

Il était un écrivain d'essais politiques et historiques. Il reçut, en 1956, le Grand prix Gobert de l'Académie française pour l'ensemble de son œuvre historique. Sa veuve, mère d'Edmond Barrachin, est décédée en 1978 à 102 ans.

Homme politique et écrivain, François Piétri était également un sportif accompli - il est même international à l'épée en 1921-1922, ce qui lui vaut par la suite de présider la Fédération nationale d'escrime et de faire partie du Comité international olympique.

Source : site de l’Assemblée nationale, citant une biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (J. Joly) – cf. http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/5924

cf. aussi l'éloge biographique publié par M. Armand Massard, vice-président du C.I.O., président du Comité olympique français, au moment du décès de François Piétri : http://library.la84.org/OlympicInformationCenter/RevueOlympique/1966/BDCF96/BDCF96k.pdf

François Piétri philosémite actif :

François Piétri faisait partie de ceux que l’on appelait à l’époque les "philosémites" (à l'instar de Charles Péguy - l’adjectif est peu employé de nos jours).

Il était notoirement dreyfusard, depuis sa jeunesse, dans un milieu social qui très fréquemment ne l’était pas.

Au début des années 30 :

- il était membre du "Comité national de secours aux réfugiés allemands victimes de l'antisémitisme" ;

- il avait créé le « Comité français pour la protection des intellectuels juifs persécutés », dont il a été ensuite été président d'honneur.

Au cours de ses années à Madrid comme ambassadeur de France pendant la guerre, il a aidé de nombreux Juifs à fuir de France vers la zone libre d’Afrique du Nord via l'Espagne, notamment en en hébergeant momentanément à l'ambassade.

Il faut mentionner que pas un seul Juif n'est parti de Corse pour les camps de concentration, de sorte qu'au début des années 2010, des Juifs corses avaient introduit la cause de l'île auprès du comité décernant le label de "Juste" comme certaines personnes ont été déclarées "Justes". Mais le Comité chargé de décerner cette distinction a jugé qu'elle ne pouvait être accordée qu'à des personnes physiques (il semble qu’au moins une exception ait été faite, pour une commune, Le Chambon-sur-Lignon, en Haute-Loire). Cf. http://www.corsematin.com/article/corse/histoire-la-corse-sera-bientot-reconnue-comme-une-%C2%AB-ile-juste-%C2%BB-parmi-les-nations.4361.html

Quelques sources :

a) Un extrait du livre « Les dreyfusards sous l'Occupation » (Albin-Michel, 2001) pages 116 à 118, de M. Simon Epstein, Directeur du Centre international de recherche sur l’antisémitisme à l'Université hébraïque de Jérusalem.

b) Le discours de François Piétri en mars 1933 au Trocadéro qui est mentionné notamment dans ces pages, que l’on trouve par exemple dans un recueil de discours que François Piétri a publiés dans son livre intitulé « Hors du forum » (Editions de Paris, 1er trimestre 1957), discours très remarqué, vivement hostile aux nazis qui progressaient très dangereusement en Allemagne.

Par ailleurs, en partie grâce à l'action diplomatique de François Piétri à son poste d’ambassadeur de France à Madrid, l'Espagne est restée neutre pendant toute la Seconde guerre mondiale, ce qui a compliqué singulièrement la tâche des Allemands et ce qui a permis à la France et aux Alliés de disposer d'une bonne base militaire en Afrique du Nord pour la reconquête du territoire national.

Ses œuvres[modifier | modifier le code]

  • L'antagonisme du Nord et du Sud de l'Italie, Paris, Chevalier & Rivière, 1906
  • Le Bilan de la Pacification marocaine, Paris, E.S.P., 1922
  • Finances et monnaies coloniales, Paris, Alcan, 1924
  • La Querelle du Franc, Paris, Hachette, 1928
  • Le Financier, Paris, Hachette, 1931
  • Justice et injustice fiscale, Paris, Tallandier, 1933
  • La Réforme de l’État au XVIIIe siècle, Paris, Éditions de France, 1935 — Il y en eut une édition espagnole : Barcelone, Juventud, 1944
  • Veillons au salut de l'Empire, Paris, Éditions de France, 1937
  • Lucien Bonaparte, Paris, Plon, 1939 — Prix Thiers de l'Académie française — Il y en eut une traduction espagnole : Barcelone, Juventud, 1942
  • La France et la mer, Paris, Flammarion, 1940
  • Lucien Bonaparte à Madrid, Paris, Grasset, 1951 — Cet ouvrage fut préalablement publié en espagnol : Un Caballero en el Escorial, Madrid, Espasa Calpe, 1947
  • Mes années d'Espagne : 1940-1948, Paris, Plon, 1954
  • Napoléon et le Parlement ou, La dictature enchainée, Paris, Fayard, 1955
  • Hors du forum, Editions de Paris, Paris, 1957
  • L'Espagne du Siècle d'Or, Paris, Fayard, 1959
  • Pierre le Cruel : le vrai et le faux, Paris, Plon, 1961
  • Chronique de Charles le Mauvais, Paris, Berger-Levrault, 1963
  • Napoléon et les Israélites, Paris, Berger-Levrault, 1965

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • « François Piétri », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Sur les autres projets Wikimedia :