Kunming

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kunming (homonymie).
Kunming
昆明
Localisation de la ville de Kunminget de sa préfecture (en jaune).
Localisation de la ville de Kunming
et de sa préfecture (en jaune).
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Province Yunnan
Code postal Ville : 650000[1]
Code aéroport KMG
Indicatif 0871[1]
Démographie
Population 4 000 000 hab. (2010)
Densité 1 923 hab./km2
Population préfecture 6 432 000 hab. (2010)
Densité 300 hab./km2
Géographie
Coordonnées 25° 03′ N 102° 42′ E / 25.05, 102.7 ()25° 03′ Nord 102° 42′ Est / 25.05, 102.7 ()  
Altitude 1 890 m
Superficie 208 000 ha = 2 080 km2
Superficie préfecture 2 147 300 ha = 21 473 km2
Divers
PIB total 94,2 milliards de yuans (2004)
PIB par habitant 18 773 yuans (2004)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte administrative de Chine
City locator 14.svg
Kunming

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte topographique de Chine
City locator 14.svg
Kunming

Kunming (chinois : 昆明 ; pinyin : Kūnmíng ; Wade : K'un¹-ming² ; cantonais Jyutping : Kwan¹ming⁴ ; cantonais Yale : Gwan¹ming⁴), anciennement Yunnanfu, est la capitale de la province du Yunnan, en République populaire de Chine. La ville-préfecture est située dans l'angle nord du lac Dian. La superficie de la préfecture est de 21 473 km2 et sa population était de 6,43 millions d'habitants lors du recensement de 2010. En raison de son climat tempéré tout au long de l'année, Kunming est souvent appelée la « Ville du printemps éternel » (春城).

Géographie[modifier | modifier le code]

Kunming est sur un plateau de l'est du Yunnan. L'altitude du centre-ville est de 1 894 m. Entourée de montagnes sur trois côtés et donnant sur le lac Dian (滇池) au sud, la ville jouit d'un climat tempéré tout au long de l'année.

Elle est traversée par la Panlong (盘龙江, Pánlóng Jiāng), qui se jette dans le Lac Dian.

Le lac d'Émeraude est un jardin au cœur de la ville. Le parc de Daguanlou donne sur le lac Dian au sud-ouest de la ville.

Climat[modifier | modifier le code]

La ville bénéficie d'un climat tempéré en raison de l'altitude. Les hivers sont doux et les étés chauds sans que la chaleur ne soit excessive. L'été est la période de l'année la plus arrosée en raison des pluies de mousson qui affectent toute l'Asie du sud-est. Si on se réfère à la classification de Koppen, le climat de la ville est de type Cwb (tempéré humide avec hiver sec et été tempéré)

Relevé météorologique de Kunming-1891m (période 1961-1990)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,5 2,9 5,5 9,1 13,9 16,3 16,8 15,9 14,2 11,5 6,9 2,5 9,7
Température moyenne (°C) 7,6 9,5 12,6 16,1 18,9 19,6 19,7 19,1 17,5 15 11,3 7,9 14,6
Température maximale moyenne (°C) 15,1 17,1 20,4 23,5 24,6 23,8 23,9 23,9 22,5 20,3 17,3 15 20,6
Précipitations (mm) 11,7 12,4 16,2 26,8 91,9 173,2 204,8 205,9 121,6 88,6 40,1 13,5 1 006,7
Nombre de jours avec précipitations 2,2 2,5 3 4,4 8,9 13,8 15,8 15,7 11,7 10,7 5,2 2,4
Source : Le climat à Kunming (en ° C et mm, moyennes mensuelles) Hong-Kong Observatory


Histoire[modifier | modifier le code]

Le lac Dian.

Au sud du lac Dian, en dehors donc du périmètre actuel de la ville, des traces d'habitations ont pu être datées de 279 av. J.-C., bien qu'elles relèvent d'une histoire dont nous ne savons rien par ailleurs.

En 765 de notre ère, la ville de Tuodong (拓东) est fondée.

Au XIIIe siècle, Marco Polo voyage dans la région et décrit son émerveillement. La ville de Tuodong est renommée Kunming sous la dynastie Yuan en 1276.

Au XIVe siècle, Kunming passe sous la domination des Ming, qui construisent une muraille entourant la ville actuelle. Les portes de la ville sont encore visibles sur des photographies prises par des Français au début du XXe siècle.

Au XIXe siècle, Kunming est mise à mal par le chef rebelle Du Wenxiu (杜文秀), sultan de Dali, qui attaque et assiège la ville plusieurs fois entre 1858 et 1868. Quelques dizaines d'années plus tard, Kunming commence à subir l'influence occidentale, en particulier l'influence française qui s'exerçe depuis l'Indochine. La Société des missions étrangères de Paris y ouvre une mission[2] et un consulat de France y ouvre.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Kunming est le centre interallié de commandement militaire pour le Sud-Est asiatique, qui regroupe les Américains, les Britanniques, les Chinois et les Français. On y planifie les opérations de Chine, en Birmanie et en Inde. Le détachement 101 de l'OSS (Office of Strategic Services) des États-Unis y est attaché. Le chemin de fer français du Yunnan à voie métrique relie Kunming à Hanoï (correspondance avec le Transindochinois). C'est en partie à cause de ce chemin de fer qui peut ravitailler la Chine nationaliste, que le Japon impose en 1940 au Régime de Vichy des accords permettant à l'armée japonaise la libre circulation en Indochine française et la fermeture de la frontière ferroviaire. Pour certains politologues, ces accords sont l’origine profonde du raid aéronaval sur Pearl Harbor. À la suite des accords entre l'État français et le Japon, Roosevelt impose un embargo sur le pétrole et les matériaux ferreux au Japon qui n'a plus qu'une réserve réduite. Pour s'en procurer à partir du Sud-Est asiatique protégé par les Américains, Britanniques et Néerlandais, il parut nécessaire de détruire préventivement la flotte américaine du Pacifique. À cette époque Kunming est la destination finale de la route de Ledo prolongée par la route de Birmanie qui permet de ravitailler la Chine nationaliste de manière plus économique que la voie aérienne passant au-dessus de la « bosse » (hump) himalayenne.

De Hanoï à Kunming, le chemin de fer français du Yunnan existe toujours et permet encore de descendre jusqu'au sud du Vietnam.

En février 2014, des agresseurs inconnus armés de couteaux[3] ont tué 29 personnes et blessé 130, dans la gare de Kunming[4]. Selon les autorités chinoises, l'agression est attribuée à des «  terroristes islamistes ouïghours »[5].

Article détaillé : Attentat de la gare de Kunming.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

La Panlong canalisée à Kunming (août 2003).
  • Musée provincial du Yunnan (云南省博物馆) et Musée municipal de Kunming (昆明市博物馆) : collections de bronzes, de sculptures bouddhiques, etc.
  • Temple de Yuantong (圆通寺)
  • Parc du lac d'Émeraude (翠湖公园) et parc de Daguanlou (大观楼公园)
  • Temples des Collines de l'Ouest (西山), temple d'Or (金殿, jindian), temple des Bambous (Qiongzhu Si) (筇竹寺), tous trois à l'extérieur de la ville
  • Musée et parc des minorités du Yunnan (云南民族村, 民族博物馆)
  • Lac Dianchi & Parc Daguan
  • Zoo municipal (昆明动物园)
  • Marché aux fleurs et aux oiseaux (quartier ancien encore préservé)
  • Forêt de Pierres

Universités[modifier | modifier le code]

  • Université du Yunnan (云南大学), fondée en 1922
  • Université de Kunming de science et de technologie (昆明理工大学)
  • Université agricole du Yunnan (云南农业大学)
  • Université normale du Yunnan (云南师范大学)
  • Université du Yunnan de médecine traditionnelle chinoise (云南中医学院)
  • Université du Yunnan de finance et d'economie (云南财经大学)
  • Institut des Arts et des Sciences (文理学院), fondée en 2000

Transports[modifier | modifier le code]

Plusieurs liaisons autoroutières et ferroviaires sont prévues pour relier Kunming et la Chine à la Thaïlande, au Viêt Nam ou au Laos, et donner un plus grand accès de la province aux ports maritimes de l'Asie du Sud-Est. D'autre part, les autorités économiques de Kunming participent activement au projet de coopération économique de la sous-région du Grand Mékong (GMS), qui cherche à promouvoir l'économie des six pays riverains (la Chine, le Cambodge, le Laos, la Birmanie, la Thaïlande et Viêt Nam). Dans ce cadre, le grand port de Hải Phòng, d'une importance régionale, devrait désenclaver le Yunnan.

Le chemin de fer français du Yunnan, à voie métrique, reliant Hanoi à Kunming reste un symbole et une pièce historique. Il y a aussi un fameux pont métallique de type Eiffel qui relie deux tunnels ferroviaires à travers un précipice[6].

Kunming est desservi par un aéroport international (liaisons régulières avec les principales villes d'Asie du Sud-Est et avec de nombreuses villes chinoises) et par deux gares ferroviaires.

Économie[modifier | modifier le code]

En 1992, Kunming était au quatorzième rang des villes chinoises pour son économie. Les mines de sel et de phosphate autour de la ville comptent parmi les meilleures de Chine. En raison de sa situation isolée au sud-ouest de la Chine, Kunming a d'une manière générale été laissé de côté par la rapide croissance économique du pays.

En 2004, le PIB total a été de 94,2 milliards de yuans, et le PIB par habitant de 18 773 yuans[7].

Subdivisions administratives[modifier | modifier le code]

La ville-préfecture de Kunming exerce sa juridiction sur quatorze subdivisions - cinq districts, une ville-district, cinq xian et trois xian autonomes :

  • le district de Panlong - 盘龙区 Pánlóng Qū ;
  • le district de Wuhua - 五华区 Wǔhuá Qū ;
  • le district de Guandu - 官渡区 Guāndù Qū ;
  • le district de Xishan - 西山区 Xīshān Qū ;
  • le district de Dongchuan - 东川区 Dōngchuān Qū ;
  • la ville d'Anning - 安宁市 Ānníng Shì ;
  • le xian de Chenggong - 呈贡县 Chénggòng Xiàn ;
  • le xian de Jinning - 晋宁县 Jìnníng Xiàn ;
  • le xian de Fumin - 富民县 Fùmín Xiàn ;
  • le xian de Yiliang - 宜良县 Yíliáng Xiàn ;
  • le xian de Songming - 嵩明县 Sōngmíng Xiàn ;
  • le xian autonome yi de Shilin - 石林彝族自治县 Shílín yízú Zìzhìxiàn ;
  • le xian autonome yi et miao de Luquan - 禄劝彝族苗族自治县 Lùquàn yízú miáozú Zìzhìxiàn ;
  • le xian autonome hui et yi de Xundian - 寻甸回族彝族自治县 Xúndiàn huízú yízú Zìzhìxiàn.

Jumelage et partenariats[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Auguste François, consul de France à Yunnanfu de 1898 à 1904, a écrit un livre de souvenirs[8]. Ses photographies et certains de ses écrits ont été publiés dans L'œil du consul en 1989[9].
  • Lucien Bodard, dans son roman Monsieur le Consul, met en scène un consul imaginé, qui aurait été en poste à Yunnanfu à la place d'Auguste François. Le chemin de fer Kunming-Hanoï y apparaît, parmi les rêves d'opium du consul.
  • George Soulié de Morant, sinologue, fut membre du consulat de France à Kunming (à l'époque Yunnanfu), et entama dans cette ville des travaux qui lui permirent d'introduire l'acupuncture dans le monde occidental. La valeur de ses travaux sera attestée en Chine même lors de l'inauguration d'une salle Soulié de Morant au sein du Musée de la Médecine Traditionnelle Chinoise de Kunming. Des objets lui ayant appartenu y seront exposés.[Quand ?]

Art[modifier | modifier le code]

  • Kunwu Li (né en 1955 est un dessinateur de presse de Kunming (journal Yúnnán Rìbào, Yúnnán Daily). Auteur, avec le français Pierre Ôtié, de la bande dessinée autobiographique Une vie chinoise[10], il y illustre notamment la vie quotidienne à Kunming et les transformations architecturales de la ville depuis les années 1950.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Codes postaux et téléphoniques du Yunnan, (en) China Zip Code/ Telephone Code, ChinaTravel
  2. Archives des missions étrangères de Paris
  3. 27 morts et 109 blessés dans des attaques dans une gare en Chine Liberation, 1 mars 2014
  4. Xi Jinping s'engage à punir les terroristes et à porter secours aux victimes Radio Chine International, 2 mars 2014
  5. Chine : des arrestations après le carnage de la gare de Kunming Libération,
  6. Voir http://belleindochine.free.fr/images/Cabaton/111CheminFerYunnan.jpg et http://www.routard.com/pages_spe/carnets/yunnan/5.asp
  7. (en) Market Profiles on Chinese Cities and Provinces (actualisation 08/2006)
  8. Le Mandarin blanc, Souvenirs d'un consul en Extrême-Orient 1896-1904, l'Harmattan, 2006, ISBN 2-296-00291-9
  9. L'œil du consul, textes et photographies d'Auguste François édités par Pierre Seydoux, Le Chêne, 1989, ISBN 978-2-85108-607-5
  10. Une vie chinoise, 3 tomes, éditions Kana (coll. Made In), 2009-2010 ; t. 1, Le temps du père, ISBN 978-2-505-00608-4 ; t. 2, Le temps du Parti, ISBN 978-2-505-00761-6 ; t. 3, Le temps de l'Argent, ISBN 978-2-505-00882-8.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]