Coolie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Coolie vers 1900 à Zhenjiang en Chine. Le bâton en bambou posé sur son épaule servait à hisser et transporter les paquets tels que celui qui est à ses pieds: le coolie plaçait sur son épaule le bâton au bout duquel était suspendu le paquet, qui reposait ainsi contre son dos. Sur le côté gauche de l'image, on distingue un autre porteur qui se déplace en utilisant cette technique.

Coolie (également Cooly, Kuli, ’Quli, Koelie…) (chinois simplifié : 苦力) est un terme désignant au XIXe siècle les travailleurs agricoles d'origine asiatique. Le mot est aujourd'hui employé dans les pays anglophones dans un sens péjoratif.

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'étymologie du terme reste incertaine[1]. Selon le CNRTL, le mot est « peut-être à identifier avec le goujrati-marathe kūlī, nom d'une peuplade du Goudjerate [sic] au nord de Bombay, dont les membres, pauvres paysans, étaient réputés comme pillards et voleurs de grands chemins ». Et les auteurs du CNRTL ajoutent que « les Portugais qui attestent le mot [colles] depuis 1554 comme ethnique et 1581 au sens de « portefaix » l'ont véhiculé dans le Sud de l'Inde et en Chine, parages où il a peut-être été emprunté par l'anglais (...). La forme colles 1638 est portugaise. Les formes françaises ultérieures sont peut-être empruntées par l'intermédiaire de l'anglais. »

Tout en soulignant qu'une origine liée au liée aux gujarati Kuli est la plus probable, Yule et Burnell relèvent également que le mot pourrait venir d'un terme tamoul signifiant « salaire » ou « engagement » (d'une personne)[2]. Les mêmes auteurs relèvent par ailleurs qu'on trouve en turc ottoman les mots kol (esclave) et kuleh (esclave masculin), et même en tibétain le terme kohl (serviteur ou esclave). Mais, ajoutent-ils, « le mot indien ne semble pas avoir de lien avec ces termes »[2]. Par la suite, le mot s'est étendu aux Établissements des détroits, ainsi qu'à Java, à la Chine et aux colonies subtropicales ou situées à la hauteur des tropiques, qu'elles soient anglaises ou non.[2].

On peut encore relever que le mot se retrouve dans d'autres langues[3]:

Historique[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, plusieurs pays avaient aboli l'esclavage, mais leur agriculture nécessitait une main-d'œuvre importante. Pour répondre à ces besoins, on fit venir en masse des travailleurs d'Inde et de Chine — surtout entre 1838 et 1917 — essentiellement vers l'île Maurice, La Réunion, l'Afrique de l’Est et du Sud, Fidji, les Antilles, Cuba, le Pérou, les États-Unis et la Guyane. Ainsi entre 1847 et 1870, quelque 250 000 coolies chinois ont été déportés à Cuba ou au Pérou. Ces coolies avaient été enlevés ou trompés sur les conditions de travail, embarqués sur des navires où ils s'entassaient dans les cales pour être finalement vendus sur les marchés d'Amérique. Beaucoup moururent avant d'atteindre les plantations, les autres furent contraints de travailler dans des conditions épouvantables[4].

En Afrique du Sud, des gisements de diamants et d'or sont découverts à la fin du XIXe siècle : on fait venir quelque 64 000 Chinois entre 1904 et 1907 pour travailler dans les mines[5]. Entre 1866 et 1911 l’Afrique du Sud accueille 150 000 travailleurs indiens sous contrat dont les 2/3 restent sur place après la fin de leur contrat[6]. La plupart travaillent dans l'agriculture.

La Martinique et la Guadeloupe ont célébré le 150e anniversaire du début de l'immigration indienne en 2003 et 2004.

Au début des années 1830, on construisit sur l'île Maurice un débarcadère pour les coolies appelé coolie ghat, et qui a été rebaptisé Aapravasi Ghat (ghat de l'immigré) dans les années 1970. Cet endroit accueillit les premiers coolies, surtout à la suite de l'abolition de l'esclavage. Les vestiges du site ont été classés par l'Unesco en 2006 au Patrimoine mondial. Ce lieu célèbre tous les immigrés qui y ont débarqué, venant de divers contrées et pays.

À la Réunion, dans le village de la Grande Chaloupe situé entre Saint-Denis et la Possession, on peut aussi voir les vestiges des bâtiments qui accueillaient ces migrants lors de leur mise en quarantaine. Un des deux lazarets, restauré, accueille une exposition permanente sur ce thème, Quarantaine et engagisme.

Imaginaire[modifier | modifier le code]

Dans la littérature coloniale, le coolie est un portefaix ou porteur, généralement dans les gares ou les ports, métier encore en vigueur dans des pays d'Asie et du golfe Persique.

Le dérivé moderne du mot « coolie » est coolitude, néologisme créé 1992 par Khal Torabully dans son recueil de poèmes intitulé Cale d'étoiles, coolitude. Le mot coolitude désigne un concept de diversité culturelle né de la mise en relation des Indes avec d'autres espaces culturels et des imaginaires du Divers, à la suite de l'abolition de l'esclavage. Dans l'esprit de l'UNESCO —qui a classé au Patrimoine mondial l’ancien coolie ghat — le concept de coolitude ouvre l'expérience du coolie ou de l'engagé à la diversité culturelle et opère la conjonction de la route de l'esclave et de la route du coolie ou de l'engagé, parmi d'autres mises en relation avec les « récits à partager » (Paul Ricœur). En même temps qu'il forge le terme coolitude, Khal Torabully invente une étymologie nouvelle pour le mot coolie. D'après cette vision, rejetée par des linguistes qui n'interrogent pas assez ses potentialités transculturelles[réf. nécessaire], le Coolie est le Kuli, l'habitant du Kula, région de la vallée du Gange, issu de peuples semi-nomades habitués aux travaux des champs d'indigotiers, ce qui faisait de lui un candidat tout désigné pour l'exode au lendemain de l'abolition de l'esclavage. [réf. souhaitée]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Coolie », sur cnrtl.fr (consulté le 25 février 2020)
  2. a b et c (en) « Cooly » in Henri Yule and A.C. Burnell, Hobson-Jobson. The definitive glossary of British India, Selected with an introduction an notes by Kate Teltscher, Oxford University Press, « Oxford World's Classics paperbacks », 2015 [1886], p. 173.
  3. Mais il reste à préciser s'il s'agit là d'hypothèses sur l'origine du mot, ou simplement de constats que le mot « coolie » a passé dans les langues mentionnées.
  4. Geneviève Clastres, « Les Enfers vivants. Ou la tragédie illustrée des coolies chinois à Cuba et au Pérou », sur Le Monde diplomatique, (consulté le 27 janvier 2020)
  5. François-Xavier Fauvelle-Aymar, Histoire de l'Afrique du Sud, Paris, Seuil, 2006 (ISBN 2020480034), p. 153
  6. F.-X. Fauvelle-Aymar, Histoire de l'Afrique du Sud, 2006, p. 155

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) P. C. Campbell, Chinese Coolie Emigration to Countries within the British Empire, 1923.
  • Pierre-Emmanuel Roux, Les Enfers vivants. Ou la tragédie illustrée des coolies chinois à Cuba et au Pérou, Hémisphères Éditions, 2018, 278 p.
  • Jean-Samuel Sahaï, Adagio pour la Da. Les Indiens des Antilles de Sidambarom à Aimé Césaire, Atramenta, 2013.
  • (en) Cooly in Henri Yule and A.C. Burnell, Hobson-Jobson. The definitive glossary of British India, Selected with an introduction an notes by Kate Teltscher, Oxford University Press, « Oxford World's Classics paperbacks », 2015 [1886], p. 172-174 [Concerne essentiellement l'étymologie].
  • Khal Torabully, Cale d'étoiles - Coolitude, Azalées Éditions, 1992.
  • Khal Torabully, Chair corail : fragments coolies, Petit-Bourg (Guadeloupe), Ibis rouge, 1999.
  • Khal Torabully, Arbres et Anabase : poésie, Petit-Bourg (Guadeloupe), Ibis rouge, , 110 p. (ISBN 2-84450-271-7)
  • (en) Khal Torabully et Marina Carter, Coolitude : An Anthology of the Indian Labour Disapora, Anthem Press, (ISBN 1-84331-003-1)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :