Eugène Pirou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pirou.
image illustrant un photographe image illustrant français
image illustrant un réalisateur image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un photographe français et un réalisateur français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Pour plus d’informations, voyez le projet associé.

Eugène Pirou
Eugène Pirou autoportrait.jpg

Autoportrait vers 1906.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
ChavilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Photographe, cinéphileVoir et modifier les données sur Wikidata

Louis Eugène Pirou, né le à Tuboeuf (Orne), mort le à Chaville (Hauts de Seine), est un photographe et cinéaste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

La photographie[modifier | modifier le code]

Comme photographe, Eugène Pirou est connu pour ses portraits de célébrités et pour avoir photographié les événements de la Commune de Paris.

Il a possédé plusieurs ateliers à Paris : au no 1 boulevard Saint-Germain vers 1864-1865, puis au no 3 de la même rue vers 1876 et, de 1880 à 1923, un studio au no 5 de la même rue puis un autre quelque temps au no 23 rue Royale, dans une salle désaffectée des Missions évangéliques.

En 1889, il vend l'atelier de la rue Royale à Arthur Herbert avec l'autorisation d'utiliser son nom. Ce dernier le cède ensuite en 1898 aux frères Georges et Oscar Mascré, mais ces derniers exploitent illégalement la notoriété de Pirou contre sa volonté, signant leurs photos « Eugène Pirou », publiant des publicités mensongères entretenant la confusion, si bien que Pirou leur intente un procès mais le perd, n'obtenant que la mention obligatoire de « Pirou, Mascré successeur ». Par la suite, Oscar Mascré continue à entretenir la confusion en créant un atelier Otto-Pirou dans lequel Otto Wegener (mort en 1924) n'a lui aussi rien à voir[1].

Sa première femme meurt en 1881, sa seconde femme en janvier 1899[2].

Le cinématographe[modifier | modifier le code]

Ami d'Antoine Lumière et de Clément Maurice, Pirou s'intéresse activement au cinématographe naissant. Dès l'été 1896, il achète du matériel et fait filmer par son employé Albert Kirchner diverses scénettes ou événements parisiens, puis organise des projections du « Cinématographe Eugène Pirou » dans les sous-sols du café de la Paix, place de l'Opéra à Paris.

Il est renommé comme avoir exploité l'un des premiers films érotiques en 1896 (Le Coucher de la mariée, d'Albert Kirchner), ainsi qu'un film sur la visite du tsar Nicolas II à Paris en 1897[1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Publication[modifier | modifier le code]

  • Nos actrices chez elles, Paris, Fayard

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Le Bain de la Parisienne

Dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Camille Blot-Wellens, « Eugène Pirou, portraitiste de la Belle Époque », in Revue de la Bibliothèque nationale de France, n° 50, 24 septembre 2015, p. 87-93.
  2. Le Figaro, 8 janvier 1899, page 2 [lire en ligne] sur le site Gallica.fr.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]