L'Écho d'Alger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Écho d'Alger
Pays Algérie[1],[2]
Langue français
Périodicité quotidien
Fondateur Étienne Baïlac[3]
Date de fondation 1912[3]
Date du dernier numéro 1961
Ville d’édition Alger

Propriétaire 1912-1927 : Étienne Baïlac[3]
1927-1942 : Jacques Duroux[3]
1942 : Jean Duroux[3]

L'Écho d'Alger est un quotidien français indépendant qui parut en Algérie entre 1912 et 1961.

Histoire

L'Écho d'Alger est fondé en 1912 par Étienne Baïlac[3], un journaliste né en 1875 à L'Arba[4]. Son premier numéro paraît le [5]. En 1926, il participe à la campagne de presse contre Maurice Viollette[6]. Bailac reste son propriétaire jusqu'en 1927 et son rachat par Jacques Duroux[3], un important colon de Maison-Carrée, sénateur et propriétaire de minoteries, vignes , etc. En 1942, Duroux le cède à son fils Jean[3].

C'est le premier journal qui a introduit la photographie de presse en Algérie. Il disposait de correspondants dans les villes les plus importantes du Maghreb et de bureaux à Paris.

L'Écho d'Alger fut pendant longtemps le journal de la gauche radicale qui prônait le dialogue entre le patronat et la classe ouvrière. Plus tard, pendant la guerre d'Algérie, il devint le farouche défenseur de l’Algérie française. Si ces deux positions peuvent paraître contradictoire à première vue, elles s’expliquent en fait par l’orientation de gauche de la majorité des électeurs algériens.

Après avoir soutenu le retour du général de Gaulle au pouvoir en le présentant comme le sauveur de l'Algérie française, le journal passe ensuite à l'opposition quand il apparaît que de Gaulle penche pour le renoncement à l'Algérie. L'Écho d'Alger devient le porte-parole des généraux putschistes en avril 1961, avant d'être censuré puis interdit de parution par le tribunal d'Alger. Alain de Sérigny, son directeur, est poursuivi en justice puis relaxé quelques années plus tard[7]. Le 17699e et dernier numéro[3] de L'Écho d'Alger paraît le [5]. Le , un décret interdit son impression, sa publication et sa diffusion ainsi que l'utilisation de son titre[8]. Le , le Conseil d'État confirme la légalité de ce décret[9].

Chronologie

  • 18 mars 1912 : première parution du nouveau quotidien algérois L'Écho d'Alger. À cette époque le journal ne comportait qu'une feuille de papier de piètre qualité imprimée sur les deux faces, en recto-verso. Le tirage de ce journal est de 15 000 exemplaires.
  • 1927 : rachat du journal par Jacques Duroux, grand propriétaire viticole et sénateur radical-socialiste[10].
  • 1942 : Jacques Duroux nouveau propriétaire du journal, confie la direction à son beau-frère Alain de Sérigny, pied-noir d'adoption. Le journal devient le quotidien le plus lu et le plus influent d’Algérie. C'était pour le Gal de Gaule "La Bible des Français d'Algérie".
  • 1945 : le journal devient après les massacres de mai 1945 et pendant la guerre d'indépendance algérienne (1954-1962) un fervent défenseur de "l'Algérie française"
  • 1961 : L'Écho d'Alger est interdit par le gouvernement français le 24 avril 1961, après le putsch des généraux.

Collaborateurs

Roger Frison-Roche grand reporter français a travaillé pendant plus de 15 ans à L’Écho d'Alger en assurant des reportages en Afrique, au Moyen-Orient et en Europe.

Jacques Chevallier maire libéral d'Alger entre 1953 et 1958 a contribué à la fin des années 1940 à L’Écho d'Alger.

Voir aussi

Bibliographie

  • Idir Bouaboud, L'Écho d'Alger, cinquante ans de vie politique française en Algérie 1912-1961 (thèse de doctorat en histoire sociale des idées, des sciences, des cultures et des économies, préparée sous la direction d'Henri Lerner et soutenue en 1998 à l'université Paris-XII), Villeneuve-d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Thèse à la carte », , 516 p., 24 cm (ISBN 2284011403 et 9782284011408, présentation en ligne). http://www.histoiredesmedias.com/L-Echo-d-Alger-cinquante-ans-de.html
  • Gilles Kraemer, Trois siècles de presse francophone dans le monde: Hors de France, de Belgique, de Suisse et du Québec, L'Harmattan- 1995, p. 149, 2-7384-3969-1
  • Philippe Baudorre, La plume dans la plaie: les écrivains journalistes et la guerre d'Algérie, Presses Univ de Bordeaux, 2003; 2867813107, 9782867813108

Archives

Liens externes

Notes et références

  1. Gilles Kraemer- "Trois siècles de presse francophone dans le monde: Hors de France, de Belgique, de Suisse et du Québec" - L'HARMATTAN - 1995 - pp.149
  2. Patrizia Manduchi- Per una storia della stampa inAlgeria: da "l'Estafette d'Alger" (1830) al Giornali della Repubblica Algerina popolare e democratica, (1989)- Oriente Moderno, Anno 9(70), 7/12, 1990, pp.223-244
  3. a, b, c, d, e, f, g, h et i Bouaboud 1999, résumé.
  4. « Étienne Bailac », Notice biographique, Médias19 (consulté le 9 juillet 2016).
  5. a et b Notice BnF no FRBNF327596899 (consulté le 6 juillet 2016).
  6. Jacques Cantier, « Les gouverneurs Viollette et Bordes et la politique algérienne de la France à la fin des années vingt », Revue française d'histoire d'outre-mer, vol. 84, no 314,‎ , p. 25-49 (DOI 10.3406/outre.1997.3507, lire en ligne [fac-similé]).
  7. https://books.google.fr/books?id=J-rdFNbcKG4C&lpg=PA62&ots=wPXhwCHJqh&dq=L'Écho%20d'Alger%20porte-parole%20putschistes&hl=fr&pg=PA61#v=onepage&q=L'Écho%20d'Alger%20porte-parole%20putschistes&f=false
  8. Décret no 61-426 du 4 mai 1961 relatif à certaines mesures exceptionnelles concernant la presse en Algérie, dans Journal officiel de la République française. Lois et décrets, , p. 4148 [fac-similé (page consultée le 8 juillet 2016)].
  9. Conseil d'État, 2 / 1 SSR, du 1 février 1967, req. nos 54680, 54681 et 54719, mentionné aux tables du recueil Lebon (consulté le 8 juillet 2016).
  10. La plume dans la plaie : les écrivains journalistes et la guerre d'Algérie - Sémaphores (Talence) - Auteur : Philippe Baudorre - Éditeur : Presses Univ de Bordeaux, 2003 - Page 60 - ISBN 2867813107, 9782867813108