Jacques Duboin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Duboin.
Jacques Duboin
Fonctions
Député
1921-1924
1924-1928
Gouvernement IIIe République
Groupe politique RRRS
Biographie
Date de naissance
Date de décès
Résidence Haute-Savoie

Jacques Duboin, né à Saint-Julien-en-Genevois le et mort à Versailles le , est un banquier, industriel et homme politique français.

En octobre 1935[1], Jacques Duboin crée le journal de réflexion socio-économique La Grande Relève[2]. Il y présente au fil des années sa vision d'une économie de partage des richesses qu'il nomme « économie distributive » et est considéré comme l'un des tous premiers personnage politiques français à défendre l'idée d'un revenu de base[3].


L'homme politique[modifier | modifier le code]

Député, il se fit rapidement remarquer par ses interventions.

L'intervention de Jacques Duboin lors du débat du 14 mars 1922 à la chambre des députés sur les chars de combat mit en relief ses capacités d'analyses, suite aux services militaires rendus durant la guerre.

« Joseph Caillaux l'appela dans son Cabinet. Il devint alors Sous-secrétaire d'État au Trésor. Le Président Raymond Poincaré disait de lui : « C'est la meilleure tête du Parlement ».

Après sept ans d'activité parlementaire, Jacques Duboin comprit que les changements structurels nécessités par le développement des forces productives ne seraient jamais entrepris par le Parlement. Ce sont les électeurs qui nomment les parlementaires ; or ces électeurs ne sont pas en mesure, dans leur immense majorité, de comprendre que des structures économiques faites pour des temps de rareté doivent être transformées lorsque l'abondance fait son entrée dans le monde.

Jacques Duboin abandonna alors les activités politiques pour se consacrer à l'éducation économique des Français.

L'homme d'économie[modifier | modifier le code]

Dans une série d'ouvrages, il exposa que des structures échangistes s'opposent fondamentalement à l'abondance et à l'expansion, qu'il faut donc les abolir et les remplacer par des structures distributives[4].Plus précisément, que l'économie classique excellait à réguler des sociétés rurales où les coûts unitaires l'emportaient sur les frais fixes (elle dissuadait la consommation quand la production devenait coûteuse), mais créait artificiellement dans un monde de plus en plus industriel des crises par effet de retard dus aux temps d'amortissement bien plus élevé des très grosses infrastructures, sans que quiconque y gagne quoi que ce soit : il fallait donc créer aussi une consommation régulée, au fil de l'eau. Le crédit en constituait un moyen, avec un autre risque d'à-coups (crise de 1931 en Europe), mais une monnaie parallèle et non thésaurisable pouvait aboutir selon lui au même résultat, et cette fois sans risque de "bulle".

Il refusa cependant de s'aventurer sur le terrain politique de la conquête du pouvoir, laissant aux partis le soin de définir librement leur stratégie. Il se limita à déclarer que « le pouvoir politique doit être l'émanation de la nation tout entière », formule qu'il faut éclairer par le jugement qu'il portait sur l'incapacité des parlements en matière de transformation sociale.

Jacques Duboin n'ignorait pas non plus - et il le disait et l'écrivait sans cependant insister, car il parlait en économiste - que les privilégiés actuels du régime emploieraient toute leur puissance à combattre son enseignement. Ils le firent en organisant systématiquement la « conspiration du silence » autour de lui. Bientôt, et malgré les ventes très confortable de ses premiers livres, il ne trouva plus un éditeur pour les imprimer et les diffuser.

En 1935, les éditions Fustier publièrent en deux volumes le livre de Jacques Duboin intitulé : En route vers l'abondance. En fin de cet ouvrage, l'auteur reproduisit le « Manifeste-Programme » de la « Ligue pour le Droit au Travail et le Progrès Social » qu'il venait de fonder et qu'il présidait. Ce texte, écrit par lui, parle en ces termes du pouvoir politique :

« [...] un gouvernement issu de tous qui, engageant sa responsabilité pleine et entière, assurera d'abord la période transitoire puis réalisera dans le moindre temps et pour le bien de tous, l'organisation de l'abondance. »

Il qualifiait cette organisation de socialiste. Il l'opposait au « socialisme de la rareté » professé alors par tous les partis politiques et par tous les syndicats se réclamant du socialisme. Il espérait que peu à peu ils finiraient par comprendre la nécessité de l'économie distributive...

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1923 : Réflexions d'un « Français moyen » (Payot, éd.)
  • 1925 : la Stabilisation du franc (Rivière, éd.)
  • 1931 : Nous faisons fausse route (Éditions des portiques)
  • 1932 : la Grande Relève des hommes par la machine (Les Éditions Nouvelles, 16 rue de la Sorbonne, Paris.) Disponible en PDF.
  • 1934 : Ce qu'on appelle la crise (recueil d'articles parus dans « l'Œuvre »)
  • 1934 : la Grande Révolution qui vient (les Éditions nouvelles)
  • 1935 : Kou l'ahuri (Fustier, éd.)
Disponible en Pdf (page consultée le 10 juin 2007) : http://www.economiedistributive.fr/spip.php?article30
  • 1935 : En route vers l'abondance (Fustier, éd.)
  • 1937 : Lettre à tout le monde (Fustier, éd.)
  • 1937 : Libération (Grasset, éd.)réédité en 1946 sous le titre Libération - des bras à la machine, de la rareté à l'abondance, de l'échange à la distribution (Ocia, ed. ) cfr mcroisier.be/index html L'économie qui doit être.Justification rationnelle de l'économie distributive de l'abondance de Jacques Duboin. présenté comme travail de fin d'études pour l'obtention du grade de licencié en sciences commerciales et financières et accepté par le Jury de l'Institut Supérieur de Commerce Saint Louis de Bruxelles. (Auteur : Maurice Croisier)
Disponible en Pdf (page consultée le 10 juin 2007) : http://www.economiedistributive.fr/spip.php?article28
  • 1938 : Égalité économique (Grasset, éd.)
  • 1940 : Demain ou le Socialisme de l'abondance (Ocia, éd.)
  • 1944 : Rareté et Abondance (Ocia, éd.)
  • 1945 : Économie distributive de l'abondance (Ocia, éd.)
Disponible en Pdf (page consultée le 27 novembre 2009) : http://www.scribd.com/doc/23231399/Duboin-Jacques-L-economie-distributive-de-l-abondance - Lien mort (juillet 2015) from scribs.com "this document has been deleted"
  • 1947 : Les hommes sont-ils naturellement méchants ? (Ocia, éd.)
  • 1948 : l'Économie distributive et le Péché originel (Ocia, éd.)
  • 1950 : L'économie distributive s'impose (Ledis, éd.)
  • 1951 : l'Économie politique de l'abondance (Ledis, éd.)
  • 1955 : les Yeux ouverts (Jeheber, éd.)
Disponible en Pdf (page consultée le 10 juin 2007) : http://www.economiedistributive.fr/spip.php?article29
  • 1961 : Pourquoi manquons-nous de crédits ? (Ledis, éd.)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Premier numéro de La Grande Relève, site de la revue www.economiedistributive.fr, octobre 1935, (page consultée le 30 octobre 2014)
  2. La Grande Relève, site de la revue www.economiedistributive.fr, (page consultée le 30 octobre 2014)
  3. http://revenudebase.info/2014/08/08/jacques-duboin-abondance/
  4. O. DARD, « Sortir de la crise par la technique et par la science ? Les réponses de l’abondancisme de Jacques Duboin », in O. DARD, Claude DIDRY, Florent LE BOT, Cédric PERRIN, « Les mille peaux du capitalisme », L’homme et la société, seconde partie, n° 195-196, 2015/1-2, p. 127-146.