Homme d'État

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le qualificatif d'homme d'État — au féminin, femme d'État — distingue, parmi les responsables politiques d'un pays, ceux qui dirigent l'État et détiennent la réalité du pouvoir exécutif, soit le chef de l'État en titre (pour peu que ses fonctions ne soient pas de pure représentation à l'image de celles de beaucoup de monarques constitutionnels), le chef du gouvernement et ses ministres, tout particulièrement les détenteurs de fonctions régaliennes[réf. nécessaire]. Le terme peut également désigner les personnalités politiques ne dirigeant pas effectivement l'État, mais réputées avoir la capacité de le faire en cas d'accès au pouvoir.

Ce qualificatif peut avoir un aspect mélioratif, et viser à souligner la capacité du personnage d'État à s'élever au-dessus des divisions partisanes pour rechercher le seul bien commun, ainsi que l'acuité de sa conscience de ses propres responsabilités.

Pour Jean Serisé, les hommes et femmes d'État se caractérisent par plusieurs traits : ne pas s'enrichir grâce à leur situation, assimiler des faits rapidement, s'adapter aux circonstances, s'élever au-dessus des événements et creuser leur propre tombe. Sur ce dernier point, l'auteur note : « L'homme d'État prend sans y être contraint des décisions dont il sait qu'elles le conduiront à sa perte. Il leur est impossible de faire autre chose que ce qu'ils croient devoir faire », comme Charles de Gaulle avec le référendum sur le Sénat ou Valéry Giscard d'Estaing avec l'avortement, le droit de vote à 18 ans ou l'impôt sur les plus-values[1].

La figure de l'homme d'État dans l'Antiquité[modifier | modifier le code]

Platon[modifier | modifier le code]

Platon, comme Socrate, est très critique à l'endroit des hommes d'État. Dans le Gorgias, il compare les hommes d'État de son époque à de mauvais cuisiniers[2] : ils auraient « régalé les Athéniens en leur servant tout ce qui flattait leurs désirs »[3]. La critique de Platon repose sur l'idée que « ces hommes d'État tant vantés ont été incapables d'enseigner leur propre valeur politique »[4], et qu'en conséquence ils ne les posséderaient pas réellement.

Aristote[modifier | modifier le code]

Selon Aristote, « si le premier devoir de l'homme d'État est de connaître la constitution qui doit généralement passer pour la meilleure que la plupart des cités puissent recevoir, il faut avouer que le plus souvent les écrivains politiques, tout en faisant preuve d'un grand talent, se sont trompés sur les points capitaux. Il ne suffit pas d'imaginer un gouvernement parfait ; il faut surtout un gouvernement praticable, d'une application facile et commune à tous les États. »[5]

La figure de l'homme d'État face à celle du simple homme politique[modifier | modifier le code]

Selon James Freeman Clarke, la différence entre le simple homme politique et l’homme d’État est que le premier cherche à gagner les prochaines élections alors que le second songe à l’intérêt des prochaines générations[6],[7],[8],[9].

Les principales caractéristiques de l'homme d'État[modifier | modifier le code]

Selon le doctorant au département de philosophie à l’Université de Montréal Antoine Dionne Charest, il y a au moins deux choses qui caractérisent un homme d'État : la représentation et le service. En tant que représentant, l'homme d'État représente non seulement les institutions étatiques auprès des citoyens et de la société mais aussi, (puisque l'État y est habituellement attaché), la nation, soit un territoire commun, une langue et une culture commune, une histoire commune. En tant que serviteur, il sert à la fois les citoyens, la société, l'État et la nation et il fait passer le bien commun avant ses intérêts personnels[10].

D'après Antoine Dionne Charest, la priorité du bien commun est le premier devoir de tout homme d'État[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. François d'Orcival, « Qu'est-ce qu'un homme d'État ? », Le Figaro Magazine, semaine du 20 mars 2015, page 142.
  2. Gorg., 518 e-519 b
  3. Jean Luccioni, La pensée politique de Platon, Ayer Publishing, 1979, p. 31
  4. Jean Luccioni, 1979, p. 32
  5. Politique, Livre 6, chap. 1, § 3.
  6. Antoine Messarra, « Honte et pénurie d’hommes d’État », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le 8 juin 2021)
  7. Shérazade Zaiter, « Les liens de la corruption et de la criminalité environnementale », sur www.lemondedudroit.fr, (consulté le 8 juin 2021)
  8. Hamadoun Touré, « Contribution: Pouvoir et panthéon » [archive du ], sur L'ESSOR, (consulté le 8 juin 2021)
  9. « La différence entre le politicien et l’homme d’Etat est la suiva », sur Evene.fr (consulté le 8 juin 2021)
  10. a et b Antoine Dionne Charest, « Qu’est-ce qu’un homme d’État? », sur HuffPost Québec, (consulté le 7 juin 2021)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]