Marion Maréchal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Marion Maréchal-Le Pen)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Marion Anne Perrine Le Pen.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maréchal.

Marion Maréchal
Illustration.
Marion Maréchal en 2018.
Fonctions
Députée française

(5 ans)
Élection 17 juin 2012
Circonscription 3e de Vaucluse
Législature XIVe (Cinquième République)
Groupe politique Non-inscrits
Prédécesseur Jean-Michel Ferrand
Successeur Brune Poirson
Conseillère régionale
de Provence-Alpes-Côte d'Azur

(1 an, 6 mois et 19 jours)
Élection 13 décembre 2015
Circonscription Vaucluse
Président Christian Estrosi
Renaud Muselier
Groupe politique Front national (présidente)
Biographie
Nom de naissance Marion Jeanne Caroline Le Pen
Date de naissance (28 ans)
Lieu de naissance Saint-Germain-en-Laye
(Yvelines, France)
Nationalité Française
Parti politique FN (2008-2018)
RN (depuis 2018)
Père Samuel Maréchal
Mère Yann Le Pen
Entourage Jean-Marie Le Pen
(grand-père)
Marine Le Pen (tante)
Marie-Caroline Le Pen (tante)
Philippe Olivier (oncle)
Diplômée de Université Panthéon-Assas
Profession Directrice d'établissement d'enseignement supérieur
Religion Catholicisme
Site web marionlepen.fr

Marion Maréchal, née Le Pen le à Saint-Germain-en-Laye, est une femme politique française. Entre 2010 et 2018, elle est connue sous le nom d'usage de Marion Maréchal-Le Pen.

Entrée en politique en 2008, elle est membre du Front national (FN), dont le cofondateur et premier président, Jean-Marie Le Pen, est son grand-père, et dont la présidente suivante, Marine Le Pen, est sa tante.

En 2012, elle est élue députée dans la 3e circonscription de Vaucluse, ce qui fait d'elle la seule élue FN à l'Assemblée nationale et, à 22 ans, la plus jeune députée de l'histoire de la République française. Aux élections régionales de 2015, elle réalise le meilleur score pour une tête de liste FN en France, et prend la tête de l’opposition au conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur.

À la suite de l'élection présidentielle de 2017, alors qu'elle apparaît au sein du FN comme la tête de file du courant identitaire et libéral-conservateur, elle annonce son retrait de la vie politique. Elle crée peu après l’ISSEP, un établissement d'enseignement supérieur dont elle prend la direction générale.

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Ascendance[modifier | modifier le code]

Marion Maréchal, née Le Pen, est la fille de Yann Le Pen et de Samuel Maréchal, qui la reconnaît après avoir rencontré sa mère, alors que Marion a deux ans[1]. Elle a deux frères cadets : Romain et Tanguy[2],[3].

L'Express révèle, en 2013, que le journaliste et diplomate Roger Auque est le père biologique de Marion Maréchal ; celle-ci porte plainte contre le magazine, qui est condamné à lui verser 10 000 euros de dommages et intérêts pour atteinte à la vie privée[4],[5]. Le , Roger Auque meurt à l'âge de 58 ans, des suites d'un cancer[6]. Dans ses mémoires posthumes, Au service secret de la République, il confirme être le père biologique de Marion Maréchal, qui ne l'aurait rencontré qu'en 2002[7],[8]. Depuis cet épisode, Roger Auque écrit n'avoir cessé de voir sa fille et avoir joué un rôle de conseiller dans sa vie, plutôt « comme un parrain que comme un père »[9].

Elle est la petite-fille de Jean-Marie Le Pen, fondateur, premier président puis président d'honneur du Front national, et la nièce de Marine Le Pen, qui a succédé à Jean-Marie Le Pen à la tête du parti[10]. De sa naissance à la rencontre entre Samuel Maréchal et sa mère, cette dernière l'a élevée avec l'aide de Marine Le Pen[2]. En 1992, à l'âge de deux ans, elle apparaît dans les bras de son grand-père sur une affiche officielle de sa campagne régionale en Provence-Alpes-Côte d'Azur[11]. Elle grandit dans la demeure familiale de Montretout, à Saint-Cloud[3]. Son père estime que « Montretout a été pour Marion une vraie école de la vie politique »[12]. D'après Vanity Fair, c'est Samuel Maréchal qui « a fait l’éducation politique de Marion »[13]. En revanche, elle côtoie assez peu Jean-Marie Le Pen[14]. Elle emménage de nouveau à Montretout après la naissance de sa fille[15], puis s'installe à Garches après son retrait de la vie politique, en septembre 2017[14].

En 2009, peu après son entrée en politique, Le Monde affirme qu'elle « envisage de ne conserver à l'avenir que son célèbre patronyme maternel », « Le Pen »[16]. Mais elle choisit comme nom d'usage « Marion Maréchal-Le Pen », qu'elle qualifie de « nom politique »[17]. Elle déclare au sujet de sa candidature aux élections législatives de 2012 : « L'adossement du nom de ma mère, Le Pen, avait clairement un objectif : laver l'honneur de ce nom à Carpentras, vingt ans après la terrible affaire qui l'avait souillé »[18],[19]. Elle reprend son nom de « Marion Maréchal » en 2018[20].

Études et formation[modifier | modifier le code]

Marion Maréchal est inscrite dans une école publique jusqu'au CM1 : y recevant des menaces de mort d'après son père, Samuel Maréchal, et sur les conseils d'une enseignante qui suggère de rejoindre l'enseignement privé, elle est ensuite inscrite à l'institution traditionaliste Saint-Pie-X de Saint-Cloud, qu'elle fréquente jusqu'à la cinquième[3],[21]. Elle juge cette expérience « fondamental[e] dans [son] apprentissage »[3]. Elle y côtoie notamment Madeleine de Jessey[22].

En parallèle de ses études, elle travaille en 2011 comme serveuse à l'hôtel Pershing Hall. Son employeur la renvoie quand il découvre qu'elle est la petite-fille de Jean-Marie Le Pen[23].

En 2012, elle obtient un master 1 en droit public à l'université Panthéon-Assas[24],[25]. Elle abandonne ensuite ses études pour se consacrer pleinement à son mandat de députée[26].

Après son retrait de la vie politique en 2017, elle s'inscrit en maîtrise en administration des affaires (MBA) à l'EM Lyon Business School[27].

Vie privée et familiale[modifier | modifier le code]

Elle se marie civilement le , à Saint-Cloud, avec Matthieu Decosse, âgé de 30 ans, chef d'entreprise dans l'événementiel[28]. Le suivant, elle accouche d'une fille, prénommée Olympe (en hommage à Olympe de Gouges)[13],[N 1]. Elle se sépare de Matthieu Decosse en 2016[29],[30].

En 2017, elle entretient une relation avec Jérôme Cochet, responsable FN de Grasse[31]. En 2018, la presse indique qu'elle est en couple avec Vincenzo Sofo, un homme politique italien, membre de la Ligue du Nord[32].

Marion Maréchal se dit catholique pratiquante[3]. Petite-fille de pasteur du côté paternel, elle a fait sa première communion et sa confirmation à l'Institution Saint-Pie X de Saint-Cloud, école catholique traditionaliste où elle a effectué une partie de sa scolarité[33]. Elle participe régulièrement au pèlerinage de Chrétienté, organisé de Paris à Chartres par l'association traditionaliste Notre-Dame de Chrétienté[33], et au pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle[23].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Débuts (2008-2012)[modifier | modifier le code]

Elle explique avoir été rapidement obligée de se politiser car étant identifiée « comme petite-fille de Jean-Marie Le Pen »[34].

Au lycée, elle est d'abord proche de « certains milieux de jeunes UMP » et s'affirme « séduite par le personnage de Nicolas Sarkozy »[35],[36]. Après avoir été déçue par celui-ci[36], elle adhère à l'âge de 18 ans au Front national[24]. Elle milite alors au Front national de la jeunesse (FNJ)[37]. Marie-Christine Arnautu affirme que « si elle est revenue vers le Front national, ce n'est certainement pas sous l'impulsion de son père, de sa mère ou de son grand-père, ni même de ses amis : c'est parce qu'elle-même a décidé que c'était là que ça devait se passer »[35]. Elle entre en politique lors de l'élection municipale du à Saint-Cloud, en se présentant en septième position sur la liste FN, qui obtient 6,3 % des voix[38],[39].

Lors des élections régionales de 2010, sollicitée par Marie-Christine Arnautu, elle figure en deuxième position (non éligible)[34] sur la liste du Front national dans le département des Yvelines[40]. Alors qu'elle était candidate aux élections municipales de 2008 sous le nom de « Marion Maréchal », elle opte pour le nom d'usage « Marion Maréchal-Le Pen »[41],[42]. Lors de cette campagne, elle explique « faire ses classes » et se déclare proche de sa tante Marine Le Pen, qui n'est pas encore à la tête du parti[40]. La liste menée en région Île-de-France par Marie-Christine Arnautu obtient 9,3 % des suffrages au premier tour[43],[44].

Députée pour le Vaucluse (2012-2017)[modifier | modifier le code]

Élection[modifier | modifier le code]

Marion Maréchal-Le Pen en 2012.

Après avoir envisagé d'être candidat à l'élection législative de 2012 dans la troisième circonscription de Vaucluse, Jean-Marie Le Pen appelle sa petite-fille à s'y présenter, jugeant la circonscription gagnable et voulant effacer l'« affront » de l'affaire de Carpentras, dans laquelle le FN avait été indirectement accusé[45],[46]. En 2007, Guy Macary, candidat du Front national dans cette circonscription, avait obtenu seulement 7,8 % des voix[47]. D'abord réticente, Marion Maréchal-Le Pen accepte finalement de se porter candidate[11]. Son suppléant est Hervé de Lépinau, alors vice-président de la Ligue du Sud[48]. Selon Le Figaro, elle a bénéficié du soutien du maire d'Orange, Jacques Bompard, qui aurait mis à son service ses réseaux locaux pendant la campagne[49]. Son parachutage s'inscrit dans la tradition des figures de premier plan du FN de « chercher des terres d’élection favorables, même lorsqu’ils ont antérieurement construit un fief politique ailleurs »[50].

Le , elle arrive en tête du premier tour avec 34,6 % des suffrages exprimés, en ballottage avec le député UMP sortant, Jean-Michel Ferrand, et la socialiste Catherine Arkilovitch[51],[52]. Cette dernière se maintient en dépit de la consigne du Parti socialiste[53]. Le , au second tour, Marion Maréchal-Le Pen est élue députée avec 42,1 % des voix, dans une triangulaire face aux candidats de l'UMP (35,8 %) et du PS (22,1 %)[54],[52]. Elle crée ainsi la surprise en mettant un terme à la série de réélections de Jean-Michel Ferrand, qui était député depuis 1986[55].

Jérôme Fourquet, directeur du département opinion de l'Ifop, souligne le rôle du maintien de Catherine Arkilovitch au second tour dans l'élection de Marion Maréchal-Le Pen[56],[57]. D'après L'Express, qui cite certains élus socialistes, ce maintien a été soutenu par l'entourage de Claude Haut, président socialiste du conseil général de Vaucluse, et aurait été la contrepartie du maintien de la candidate du Rassemblement bleu Marine dans la cinquième circonscription de Vaucluse (qui n'a finalement pas eu lieu), ce qui aurait permis de favoriser le socialiste Jean-François Lovisolo. Marion Maréchal-Le Pen n'accorde aucun crédit à cette thèse et explique le maintien de Catherine Arkilovitch par les mauvais rapports entre le PS local et Jean-Michel Ferrand[58]. Christophe Borgel, secrétaire national du PS aux élections, nie tout échange de bons procédés avec le FN et affirme qu'« il n'y a ni preuve ni mobile »[59].

Son élection et l'abaissement de l'âge requis pour se présenter de 23 à 18 ans en 2011 lui permettent de devenir, à 22 ans, la plus jeune députée de l'histoire de la République française[60]. Le , lors de l'élection du président de l'Assemblée nationale, elle est secrétaire de séance en tant que benjamine des députés[61]. Elle est la seule élue à l'Assemblée nationale qui soit membre du Front national, Gilbert Collard ayant été élu député du Gard sous les couleurs du Rassemblement bleu Marine sans avoir adhéré au parti[62].

Exercice du mandat[modifier | modifier le code]

À l'Assemblée nationale, elle siège en tant que députée non-inscrite[63]. Elle est membre de la commission des Affaires étrangères[64],[65]. Son assistant parlementaire spécialisé dans les médias et la communication est un ancien membre du Groupement de recherche et d'études pour la civilisation européenne (GRECE), ancien journaliste au mensuel Le Choc du mois et ancien militant RPR puis UMP[66],[67] ; il travaille également auprès d'Aymeric Chauprade[68]. Ses deux autres assistants parlementaires sont Alexandre Heuzey (Paris) et Rémy Rayé (Carpentras) ; Victoria Dufour, ancienne trésorière du Groupe union défense à Lyon, a également été son assistante durant la première année de son mandat. Elle a confié sa communication à une entreprise lyonnaise, Janus international, dirigée par des anciens de l'Action française[67].

Un mois après leur entrée à l'Assemblée, Mediapart indique qu'elle et Gilbert Collard « se sont fixés une ligne : tenter de se montrer fréquentables et mettre en avant des « encouragements » qu'ils auraient reçus. L’application à l’Assemblée nationale de la prétendue « dédiabolisation » de Marine Le Pen ». Dans le même temps, ils tentent d'attirer l'attention des médias pour « donner l’impression qu’ils travaillent et proposent, et éviter le piège d’une fiche de député vide »[69].

Marion Maréchal-Le Pen vote pour certains textes gouvernementaux, comme la création du contrat de génération ou le projet de lutte contre la fraude fiscale[70]. En 2013, dans le cadre du projet de loi retranscrivant des directives européennes en matière environnementale, elle dépose un amendement concernant les zones industrielles à risque classées Seveso, d’abord accepté et soutenu par le rapporteur PS du texte, Philippe Plisson, — une première pour Marion Maréchal-Le Pen — et finalement rejeté au sein de la commission du Développement durable et de l'Aménagement du territoire puis dans l’hémicycle, ce qui suscite une controverse[71]. Elle signe ou cosigne une quinzaine de propositions de loi, dont une sur la reconnaissance du « génocide vendéen » en s'appuyant sur les travaux de l'historien Reynald Secher[70],[3]. Elle défend à l'Assemblée les fondamentaux du FN, comme la préférence nationale en matière de logement ou la suppression de l'Aide médicale d'État[70]. Jean-Marie Pottier de Slate relève que « si le ton ou le vocabulaire sont souvent plus policés que ceux du grand-père, les interventions moins souvent interrompues, elle ne recule pas devant les formules définitives » et se confronte plusieurs fois à Manuel Valls et Bernard Cazeneuve[70]. Jérémy Collado de Slate souligne qu'elle est « connue du grand public pour ses interventions musclées à l'Assemblée nationale » et qu'elle « se lâche encore plus lorsqu'elle revient sur ses terres d'élection, pour séduire un électorat très marqué à droite »[72].

Membre du groupe d'amitié France-Russie à l'Assemblée nationale, Marion Maréchal-Le Pen manifeste en commission un intérêt pour la question russe, critiquant notamment la non-livraison de deux BPC Mistral ou les sanctions commerciales contre la Russie, et se rend à plusieurs reprises en Russie à l'invitation des autorités (en décembre 2012, en octobre 2015 et en novembre 2016)[70],[73],[74]. Elle indique qu'elle se rend régulièrement à l'ambassade de Russie, encouragée en ce sens par Marine Le Pen[75]. Le , elle effectue une visite au Reichstag, à Berlin, à l'occasion des 50 ans du traité de l'Élysée, pour une rencontre entre les députés français et les députés allemands[76]. En mars 2016, elle répond à l'invitation de la Ligue du Nord, parti populiste italien allié au FN au sein d'Europe des nations et des libertés, groupe politique du Parlement européen[77]. En novembre 2016, elle se félicite de la victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle américaine, en raison de son « refus de l'ingérence à l'étranger » et de son engagement « pour une politique qui serait moins belliqueuse, pour discuter et travailler avec la Russie »[78]. Alors que Stephen Bannon, directeur de campagne puis conseiller en chef de Donald Trump à la Maison blanche, la qualifie d'« étoile montante » et annonce son intention d'ouvrir une antenne de son média Breitbart News en France, elle se dit prête à « travailler » avec celui-ci[79].

En août 2015, Marion Maréchal-Le Pen est invitée à prendre la parole aux universités d’été organisées par l'Observatoire socio-politique du diocèse de Fréjus-Toulon et par la Province des dominicains de Toulouse à la Sainte-Baume (Var). D'après l'hebdomadaire chrétien La Vie, c'est la première fois qu'« un élu du Front national de premier plan est invité à prendre la parole en tant que catholique lors d'une rencontre organisée par des représentants de l'Église »[80]. Jean-Pierre Denis, directeur de la rédaction de La Vie, estime à ce sujet qu'« une digue a sauté » entre l'Église et le FN, tout en considérant « qu'une majorité des évêques français doit être hostile à ce dialogue »[81]. De son côté, Jean-Michel Di Falco, évêque de Gap et d'Embrun, indique que « cette initiative ne [le] choque pas », tout en précisant qu'il « ne partage pas l’ensemble des idées de ce parti »[82]. Pour le sociologue Philippe Portier, « cette invitation est le point d’aboutissement d’une réflexion menée depuis une dizaine d’années par les catholiques »[83].

Élue dans un contexte de recomposition de la droite vauclusienne[84], elle tente elle-même de prolonger ce processus à son profit[85]. Ne souhaitant pas mener une liste aux élections municipales de 2014, elle opte pour une présence, en 10e position, sur la liste FN à Sorgues (Vaucluse) ; la liste est devancée par celle du candidat UMP sortant, qui l'emporte au premier tour[86]. Invitée en mai 2016 avec Louis Aliot et Gilbert Collard du Rendez-vous de Béziers, rassemblement de personnalités de droite et d'extrême droite organisé par Robert Ménard, elle le quitte prématurément pour manifester son désaccord avec certains propos tenus à cette occasion sur son parti, notamment par le maire de Béziers[87]. Elle destine sa réserve parlementaire à plusieurs chantiers dans sa circonscription, mais également à des communes situées en dehors de celle-ci et dirigées par le FN ou des alliés (Le Pontet, Camaret-sur-Aigues), contrairement à l'usage parlementaire[88].

Après l'attentat du 14 juillet 2016 à Nice, elle annonce qu'elle rejoint la réserve opérationnelle, rappelée à cette occasion par l'exécutif, et appelle les « patriotes » à faire de même[89]. En septembre 2016, elle dépose son dossier pour intégrer le 21e régiment d'infanterie de marine (RIMA) de Fréjus « parce que c'est une ancienne troupe coloniale et qu'il participe à de nombreuses opérations extérieures »[90]. Mais, en février 2017, l'armée ne donne pas une suite favorable à sa demande alors que plusieurs parlementaires ont déjà rejoint les rangs de la réserve opérationnelle[91]. Elle attaque en justice le ministère des Armées à ce sujet en 2018[92].

Responsabilités au Front national (2012-2017)[modifier | modifier le code]

Marion Maréchal au gala des 40 ans du FN.

Marion Maréchal-Le Pen est membre du bureau politique du FN à partir de 2012[69],[74] et secrétaire de la fédération FN de Vaucluse de 2012 à 2016[93],[94].

Au congrès du Front national de , elle arrive première du vote des militants pour le comité central du parti, devançant, avec 80 % des suffrages, Louis Aliot (76 %), Steeve Briois (70 %) et Florian Philippot (69 %), qui est régulièrement présenté comme son rival[95]. Elle n'intègre pas le bureau exécutif, la plus haute instance du parti, refusant « que Marine Le Pen se fasse reprocher le fameux « Front familial » comme on entend si souvent de façon injuste » — eu égard à la présence de Louis Aliot, compagnon de Marine Le Pen. Elle explique également ce choix par le refus de la présidente du FN de constituer des vice-présidences politiques, qui avaient fait l'objet de son intérêt[96]. Dans le nouvel organigramme du FN, rendu public par Marine Le Pen en février 2015, ses soutiens sont marginalisés au profit de ceux de Florian Philippot[97],[98].

En juillet 2016, elle relance la Fête des Bleu-blanc-rouge (BBR), dont la dernière édition avait eu lieu en 2006, avec un « rassemblement BBR Grand Sud » au Pontet sur la « thématique médiévale »[99],[100]. L'événement attire environ 1 500 militants et une centaine d'élus FN[100], ainsi que Marine Le Pen, alors que la presse évoque des tensions entre elle et Marion Maréchal-Le Pen[101]. À cette occasion, elle assure n'avoir « jamais renié la filiation politique avec Jean-Marie Le Pen » et vouloir « instaurer, à long terme, cette tradition de fête populaire autour des neuf fédérations du Grand Sud »[100]. L'historienne Valérie Igounet considère qu'en reprenant l'intitulé « BBR », « Marion Maréchal Le Pen prolonge donc la tradition FN tout comme son grand-père »[99].

Invoquant un agenda chargé, elle décline la proposition de Marine Le Pen de jouer un rôle important dans l'organigramme de sa campagne présidentielle de 2017, et en particulier le poste de porte-parole ; elle intègre le conseil stratégique avec peu de soutiens, contrairement à Florian Philippot[74],[102],[103].

Florian Philippot, rival de Marion Maréchal-Le Pen au sein du FN.

Pendant la campagne présidentielle, elle tient de nombreuses réunions publiques, mais celles-ci ne sont pas relayées par l'appareil du FN[104]. Marine Le Pen lui refuse par ailleurs une invitation de France 2 dans L'Émission politique[105] et la qualifie publiquement de personne « assez raide » et « inexpérimentée »[106],[107],[108]. Alors que les vues de Florian Philippot sont privilégiées au sein du parti depuis 2012[109],[110],[111], la ligne libérale-conservatrice défendue par Marion Maréchal-Le Pen apparaît majoritaire au sein de l'électorat frontiste[112],[113],[114],[115],[116]. Marion Maréchal-Le Pen et Florian Philippot affichent publiquement leurs différends durant la campagne[116].

En particulier après le déclenchement de l'affaire Fillon, les positions de Marion Maréchal-Le Pen sont plusieurs fois mises en avant, grâce notamment à l'influence dans l'appareil de campagne de Philippe Olivier, son oncle par alliance, et de Philippe Vardon, un de ses proches[117],[118]. Avant le premier tour, elle se réjouit du virage « identitaire / sécuritaire » pris par Marine Le Pen[13]. Vanity Fair indique que « sa mission non officielle est d'aller à la pêche aux députés de droite fronto-compatibles »[13]. L'accord d'entre-deux-tours de la présidentielle avec Nicolas Dupont-Aignan est ainsi perçu comme étant favorable à ses orientations[119],[120]. Si les médias lui attribuent des critiques implicites à l'égard de la campagne de sa tante, elle met en cause, après l'élection d'Emmanuel Macron, « un traitement médiatique particulièrement injuste », et « rejette fermement toute tentative médiatique qui voudrait [la] jeter contre Marine le Pen dans les jours à venir »[121],[122].

Conseillère régionale de PACA (2015-2017)[modifier | modifier le code]

Marion Maréchal-Le Pen à Carpentras, en novembre 2015.
Panneaux électoraux à Saint-Didier (Vaucluse), en vue du premier tour des élections régionales.

En , après l'annonce du retrait de la candidature de Jean-Marie Le Pen, au cœur d'une polémique en raison de certains de ses propos, elle est désignée tête de liste FN aux élections régionales de décembre en Provence-Alpes-Côte d'Azur[123]. Tout en se déclarant « en désaccord sur le fond » avec les déclarations de son grand-père[124], elle se prononce contre l'exclusion de celui-ci du FN[125]. D'après le politiste Joël Gombin, cette prise de position minoritaire s'explique par le fait qu'elle est la seule à disposer au FN d'une double légitimité (à la fois « charismatique », en raison de son patronyme, et « politique », avec son mandat de députée) et par le fait qu'elle propose une « vision plus classique du FN »[126].

Elle propose notamment le développement d'un patriotisme économique régional en donnant la priorité aux entreprises régionales pour les marchés publics, la réorganisation de la formation professionnelle en investissant en priorité le domaine des nouvelles technologies de l’information et de la communication et la mise en place d'une police régionale dans les TER[127]. Lors de la campagne, elle reprend principalement les thèmes de prédilection du Front national, en particulier les questions identitaires et d'immigration[128] : elle déclare ainsi refuser que la région « passe de la Riviera à la favela »[129]. Au fil des mois, elle obtient le ralliement de plusieurs élus de droite, notamment d'Olivier Bettati, conseiller municipal divers droite à Nice et ancien adjoint de Christian Estrosi, qui est désigné tête de liste FN dans les Alpes-Maritimes[130],[131], ainsi que de Philippe Vardon, fondateur du mouvement identitaire Nissa Rebela[132].

Durant cette campagne, elle est la seule tête de liste du FN à ne pas avoir pas souscrit aux crédits obligatoires du micro-parti Jeanne, géré par des proches de Marine Le Pen, ce qui la met à l'abri des poursuites judiciaires lancées dans le cadre de l'« affaire Jeanne »[133].

À l'issue du premier tour, le , la liste qu'elle conduit arrive en tête, avec 40,6 % des voix, devant la liste de droite menée par le député et maire de Nice, Christian Estrosi (26,5 %), et la liste du député socialiste Christophe Castaner (16,6 %)[134]. Ce dernier se retire du second tour et apporte son soutien à Christian Estrosi pour faire barrage à Marion Maréchal-Le Pen[135]. Le 13 décembre 2015, au second tour, la liste de Christian Estrosi obtient 54,78 % des suffrages contre 45,22 % pour celle de Marion Maréchal-Le Pen[134]. Il s'agit du meilleur score obtenu dans une région par le Front national lors de ces élections, Marine Le Pen obtenant trois points de moins en Nord-Pas-de-Calais-Picardie et Florian Philippot neuf points de moins en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine[136],[137]. Le FN réalise par ailleurs le meilleur résultat de son histoire en Provence-Alpes-Côte d'Azur, obtenant 42 élus dans le nouveau conseil régional[134],[138].

Élue conseillère régionale pour le département de Vaucluse, elle prend ses fonctions le suivant et devient présidente du groupe FN[139].

En retrait de la vie politique (depuis 2017)[modifier | modifier le code]

Annonce du retrait[modifier | modifier le code]

Après l'échec de Marine Le Pen (photo) à l'élection présidentielle de 2017, Marion Maréchal-Le Pen se retire de la vie politique.

Dès 2013, Marion Maréchal-Le Pen confie ne pas vouloir faire de la politique toute sa vie et exprime son souhait de travailler un jour dans le secteur privé[140],[141],[142].

Le , à la surprise générale, Marion Maréchal-Le Pen annonce qu'elle renonce à briguer un nouveau mandat de députée aux élections législatives (pour lequel elle était pourtant donnée favorite)[143],[144]. Le 29 mai 2017, elle assiste à sa dernière séance plénière du conseil régional, dont elle démissionne peu après[145],[146]. Lors des législatives du mois suivant, son suppléant à l'Assemblée nationale, Hervé de Lépinau, échoue de justesse à maintenir la circonscription dans le giron FN[147].

Pour justifier son retrait, Marion Maréchal-Le Pen met en avant des « raisons personnelles et politiques »[148]. Sur le plan personnel, elle invoque son souhait de s'occuper davantage de sa fille et sa volonté de découvrir le monde de l'entreprise[149],[150]. D'autres facteurs sont avancés, notamment ses désaccords avec Florian Philippot et Marine Le Pen[151],[152],[153] et la mauvaise prestation de cette dernière lors du débat d'entre-deux-tours[154]. Dans un entretien à Valeurs actuelles présenté comme son « testament politique », Marion Maréchal-Le Pen affirme qu'elle appartient « à la droite Buisson » et que « la stratégie victorieuse réside dans l’alliance de la bourgeoisie conservatrice et des classes populaires » au moyen de « la question identitaire »[155],[156]. Elle est d'ailleurs présentée comme une des plus ferventes partisanes de l'union des droites alors que Marine Le Pen prône le « ni-droite, ni-gauche »[157],[158],[159],[160],[161].

Création de l'Institut des sciences sociales, économiques et politiques (ISSEP)[modifier | modifier le code]

Elle annonce en mai 2018 la création d'un établissement d'enseignement supérieur privé, l'Institut des sciences sociales, économiques et politiques (ISSEP), devant ouvrir ses portes en septembre et dont elle assurera la direction générale[162]. L'établissement, basé à Lyon, est conçu pour que sa « famille de pensée investisse davantage le champ de la métapolitique » dans sa conquête du pouvoir[163],[164]. L’organigramme de l'établissement, dans lequel figurent Jacques de Guillebon, Patrick Louis, Pascal Gauchon, Yves-Marie Adeline, Thibaud Collin ou encore Guillaume Drago, est notamment alimenté par les réseaux de Charles Millon[165]. Il compte également des personnalités étrangères telles que Paul Gottfried (en) et Raheem Kassam (en)[166]. Fruit d'une fusion du projet d'école de commerce monté à l'origine par Marion Maréchal, avec celui de Thibaud Monnier, conseiller régional FN en Auvergne-Rhône-Alpes, il dispense à la fois un enseignement de type école de commerce, des sciences politiques et de la culture générale[166]. Il accueille également des conférences, dont les premiers invités sont Laurent Obertone, Éric Zemmour et François Bousquet[167].

En 2018, elle crée également une société de conseil, Idées'O[168].

Influence persistante dans la vie politique française[modifier | modifier le code]

Alors que Marine Le Pen est affaiblie par la campagne présidentielle de 2017 et se dit prête à ne pas se présenter à nouveau si une personnalité de sa famille politique venait à être mieux placée qu'elle, le retour en politique de Marion Maréchal-Le Pen est régulièrement envisagé, en particulier en vue de l'élection présidentielle de 2022[169],[170],[171],[172]. Lancé en septembre 2017, le magazine L'Incorrect est dirigé par certains de ses anciens collaborateurs et présenté comme l'organe de presse de ses partisans[173],[174].

À l'issue du congrès du Front national de mars 2018, les médias relèvent sa popularité persistante auprès des militants[175],[176], et plusieurs études d'opinion lui accordent une popularité supérieure à celle de Marine Le Pen, notamment auprès des sympathisants de droite[177],[178],[179]. Le Figaro relève alors que la nouvelle ligne du FN « se confond avec la sensibilité qu'incarnait la députée du Vaucluse » à travers l'abandon de la sortie de l'euro comme priorité du parti, ou la nouvelle politique d'ouverture vis-à-vis d'autres partis, surtout à droite : « son départ avec fracas au mois de septembre a laissé place nette aux tenants de sa ligne politique »[180]. Si ses soutiens s'estiment écartés des instances dirigeantes du parti[181], une dizaine des quarante membres du nouveau bureau national se réclament ou se disent proches de sa ligne : Le Figaro indique que « ces aficionados, à l'influence très inégale, siègent en majorité pour la première fois à la direction du parti » avec Julien Sanchez, Philippe Vardon ainsi que les conseillères régionales Muriel Coativy, Edwige Diaz, Mathilde Paris et Sophie Robert ; Philippe Olivier, plume et proche conseiller de Marine Le Pen, est également proche de sa ligne[180].

Interventions à l'étranger[modifier | modifier le code]

Marion Maréchal-Le Pen à la Conservative Political Action Conference de 2018.

En , elle est, avec Nigel Farage, la seule personnalité européenne à intervenir au congrès des conservateurs américains (CPAC), juste après le vice-président des États-Unis, Mike Pence[182],[183]. Son invitation est mal perçue par certaines personnalités de la droite américaine, notamment par des disciples de Ronald Reagan, qui la qualifient de socialiste, d'autres vantant au contraire son libéral-conservatisme[184],[185]. The Washington Post estime que « la rhétorique de Marion Maréchal-Le Pen sur l’immigration est similaire à celle de Trump mais en langage plus grossier »[N 2]. Devant les conservateurs américains, elle prononce en anglais un discours de dix minutes, dans lequel elle déclare notamment que la France, « fille aînée de l’Église catholique », est en train de « devenir la petite-nièce de l’islam »[186].

Alors que Marion Maréchal cherche à nouer des partenariats entre son école et plusieurs facultés italiennes, elle et Jacques de Guillebon participent en juillet 2018 à une conférence organisée par une association proche de la Ligue à Montemarcello en Italie pour présenter l'ISSEP, aux côtés de Giovanni Toti (Forza Italia), président de la région Ligurie, et d'Edoardo Rixi (Ligue), secrétaire d'État aux Transports[187]. Quelques jours plus tôt, lors du rassemblement annuel de la Ligue à Pontida, des panneaux avaient affiché le slogan « À Macron, nous préférons Marion » (A Macron, noi preferiamo Marion)[187].

Changement de nom d'usage[modifier | modifier le code]

En mai 2018, elle modifie l'intitulé de ses pages sur les réseaux sociaux de « Marion Maréchal-Le Pen » en « Marion Maréchal ». Ses proches indiquent que ce dernier nom est celui de son état civil[188]. Elle annonce peu de jours après qu'elle utilisera désormais ce seul nom, actant par là son « passage à la vie civile »[189].

Opinions et prises de position[modifier | modifier le code]

Ligne politique[modifier | modifier le code]

Un temps séduite par Nicolas Sarkozy, Marion Maréchal-Le Pen déclare, en 2012, ne pas être d'extrême droite, et se montre favorable à l'« union des droites »[190],[36], depuis la droite nationale jusqu'à l'extrême droite radicale[126]. Elle se définit en 2016 comme une « femme de droite, souverainiste et identitaire »[191]. Reprenant la thèse de la tripartition des droites de René Rémond, elle dit se situer « à la confluence de la droite légitimiste et de la droite bonapartiste », et dit être marquée par La Cause du Peuple de Patrick Buisson, ouvrage dans lequel elle a vu « exposés de manière claire, les fondements de [sa] droite nationale, identitaire, et sociale »[192]. Qualifiée dans la presse de « libérale-conservatrice »[193],[194] ou de « catholique conservatrice », elle représente l'aile droite du FN[67], sans avoir néanmoins de courant réellement structuré autour d'elle[180]. Pour le journaliste Laurent de Boissieu, Marion Maréchal-Le Pen incarne au sein du FN « une opposition officieuse, se revendiquant de droite, économiquement nationale-libérale […] et sociétalement conservatrice »[195]. Joël Gombin estime que « sur un plan stratégique, c’est Marion, et non Marine, la vraie héritière de Jean-Marie Le Pen »[126]. Ce dernier considère que « Marine est comme un médecin : elle est généraliste. Marion est plus tranchée : c’est une catholique nationaliste ; elle incarne le vrai Front »[13].

Elle est une admiratrice de Napoléon Bonaparte à travers notamment la biographie que lui a consacrée Jacques Bainville ; elle indique cependant ne pas être monarchiste[67]. Elle fonde sa doctrine sur les lectures d'Ernest Renan, de Maurice Barrès et de Jacques Bainville[65]. Pour l'historien Laurent Joly, elle « incarne l’héritage maurrassien », notamment à travers ses « propos ouvertement contre-révolutionnaires »[196]. Selon L'Express, « son catholicisme structure sa pensée et ses relations »[3]. Le politologue Jean-Yves Camus souligne cependant la modération de son affirmation catholique doctrinale par rapport à une ancienne branche traditionaliste du FN incarnée par Bernard Antony[197]. Le politiste Joël Gombin observe sous son égide « le rapprochement entre les nationaux-catholiques et les identitaires, qui viennent de deux familles idéologiques, et sont en voie de fusion autour [d'elle] »[198].

Pour Jean-Yves Camus, Marion Maréchal-Le Pen représente un électorat « méridional, héritier du poujadisme : des artisans, commerçants et classes moyennes sensibles à l'idée de libérer les énergies productives »[199]. Pour son confrère Sylvain Crépon, elle développe un discours « sensible à la question identitaire, à l’immigration, ce qui correspond aux attentes de son électorat du sud-est, et pas seulement pied-noir »[200]. Cette ligne politique et son ancrage territorial la distinguent de certains cadres du FN, de Marine Le Pen et Florian Philippot en particulier[199],[200],[201].

Jérôme Fourquet, de l'Ifop, estime, en août 2015, que « le positionnement plus libéral et droitier de la députée de Vaucluse ne se traduit pas par une prime pour celle-ci parmi les CSP+ ou dans l’électorat de Nicolas Sarkozy à la présidentielle de 2012 ». Selon lui, la similarité des cotes de popularité de Marion Maréchal-Le Pen et de Marine Le Pen dans différents segments de la population française « semble indiquer que pour réelles que soient les différences de tonalités des deux discours, la puissance des marques « FN » et « Le Pen » pèse bien plus lourd »[201]. Pour le journaliste Laurent de Boissieu, « si la ligne officielle du FN est effectivement celle de Marine Le Pen, les militants et les cadres semblent, à des degrés certes variables selon les thématiques, bien plus sur la ligne de Marion Maréchal-Le Pen »[202]. En janvier 2017, un sondage indique que 52 % des sympathisants du Front national se disent plus proches des idées portées par Marion Maréchal-Le Pen que de celles soutenues par Florian Philippot (29 %) ; cette avance est encore plus prononcée chez les jeunes de 18 à 24 ans (66 % contre 8 %)[203].

Société[modifier | modifier le code]

Marion Maréchal-Le Pen en 2012.

Contrairement à d'autres membres du Front national, dont Marine Le Pen, elle se prononce contre le rétablissement de la peine de mort en France[21], privilégiant la « perpétuité réelle »[204]. Joël Gombin explique cette position par son catholicisme et son attachement au droit à la vie[205].

Favorable au droit à l'avortement, elle critique néanmoins les recours excessifs à cette pratique et se prononce pour son déremboursement par la Sécurité sociale, déclarant que « ce n'est pas à l'État de réparer les inattentions de certaines femmes »[206],[207],[208],[190]. Cette position l'oppose en 2016 à Marine Le Pen et à Florian Philippot : elle s'en étonne alors, affirmant que le programme présidentiel de Marine Le Pen en 2012 était sur cette ligne[209],[210]. L'historienne Valérie Igounet note qu'au vu des soutiens qui s'expriment alors à son endroit, « elle semble loin d’être « minoritaire » et « isolée » sur cette question… pour reprendre les termes de Florian Philippot »[211]. À l'Assemblée, elle critique, concernant l'extension du délit d'entrave à l'IVG, « un véritable féminisme patriarcal » qui semble voir les femmes comme « des êtres complètement stupides »[70].

Elle s'oppose à la loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe, défilant plusieurs fois dans les rues de Paris, entourée de cadres du parti et de sympathisants, mais sans Marine Le Pen, qui se montre plus réservée sur le sujet[212],[213]. Elle soutient à cette occasion le Printemps français[214] et envisage une possible « alliance » avec le mouvement Sens commun, courant des Républicains issu de la contestation[215]. Elle participe également à un rassemblement des Veilleurs en 2015[216]. Pour la journaliste Marie-Pierre Bourgeois, « c'est La Manif pour tous qui fait véritablement naître politiquement Marion Maréchal-Le Pen »[217]. À l'Assemblée, elle dénonce les méthodes du gouvernement face à « la vaste mobilisation populaire contre le mariage et l’adoption homosexuels : publication de chiffres falsifiés, propagande antifasciste, répression lors de manifestations, prisonniers politiques »[70]. En 2013, elle signe, avec Gilbert Collard et Jacques Bompard, une vingtaine d'amendements — tous rejetés — sur le projet de loi, pour vider le projet de sa substance, reconnaître une clause de conscience pour les maires, empêcher l'« immigration nuptiale » depuis les pays où le mariage entre personnes de même sexe n'est pas reconnu, interdire l'adoption ou la procréation médicalement assistée (PMA) pour les unions homosexuelles ou obtenir « un état des lieux de l’application de la théorie du gender en France »[70]. Lors de la campagne pour les élections régionales de 2015 en Provence-Alpes-Côte d'Azur, elle annonce sa volonté de stopper les subventions du conseil régional de PACA aux plannings familiaux et aux associations LGBT, qu'elle juge trop politisées[218],[219]. Pour Sébastien Chenu, élu FN homosexuel, « Maréchal-Le Pen n'a pas tenu de propos homophobes, mais a juste eu des prises de position pas très gay friendly »[220].

Sur Radio Courtoisie, en octobre 2015, elle s'étonne, concernant le mariage civil, qu'il faille « demander l’autorisation à la République française » pour recevoir un sacrement. Elle se dit favorable à la laïcité en tant qu'« outil utile contre la propagation […] des revendications de certains musulmans », mais contre « le laïcisme, c’est-à-dire la religion de la laïcité, qui voudrait que l’on rejette la religion de toute sphère publique »[221]. Dans un entretien au quotidien Présent, elle estime que les musulmans « ne peuvent avoir exactement le même rang que la religion catholique » en France, tout en jugeant qu'« il n'y a aucun phénomène d'islamophobie en France »[222]. Elle demande la dissolution de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF)[223]. En juillet 2015, elle présente ses excuses aux protestants, en rappelant que son grand-père fut pasteur, après avoir salué « l’esprit de Résistance » des habitants de la Provence établissant un parallèle entre la lutte contre la Réforme et celle contre l’occupation allemande[224].

Marion Maréchal-Le Pen, contrairement à Marine Le Pen ou à Florian Philippot, adhère à la théorie du grand remplacement et affirme qu'« il y a aujourd'hui un effet de substitution sur certaines parties du territoire de ce qu'on appelle les Français de souche par une population nouvellement immigrée »[225]. Au cours de la campagne des élections régionales de 2015, elle déclare déplorer « le remplacement continu d’une population par une autre, qui apporte avec elle sa culture, ses valeurs et sa religion »[226]. Estimant « urgent de rétablir nos frontières », elle appelle notamment à la suspension provisoire de la convention de Schengen[227],[223]. Elle se prononce pour la fin de la double nationalité, du droit du sol et du regroupement familial[228] et pour l'expulsion immédiate des étrangers condamnés pour crimes et délits[223].

Économie[modifier | modifier le code]

Sur le plan économique, elle déclare : « L'État a fait la France, l'étatisme l'a tuée. Ma génération critique fortement l'assistanat. Il faut remettre le goût du travail, réformer la protection sociale[66]. » Lors d'un bureau politique du FN, elle a notamment contesté la priorité donnée, selon elle, à l'économique et au social plutôt qu'à la sécurité et à l'immigration au sein de son parti : « Sinon on fait du sous-Chevènement ou du sous-Mélenchon[11]. »

En février 2016, elle mentionne les mesures économiques structurelles qu'elle juge prioritaires : « le rétablissement des comptes publics, la réforme du droit du travail, la réforme du statut des fonctionnaires, la réforme fiscale, la simplification administrative »[229]. Elle déclare que c'est seulement une fois ces réformes réalisées qu'il doit être question de l'avenir de la France dans la zone euro, avec l'engagement de négociations entre la France et les autorités européennes[229]. Les marges de progression électorales du Front national se situent selon elle, en particulier sur les questions économiques, « sur l'électorat de droite »[229]. En septembre 2016, après l'annonce de la fermeture du site d'Alstom à Belfort, elle déclare que la nationalisation de l'entreprise « peut être une solution, mais une solution ultime », estimant que l'entreprise « touche à l'indépendance française et à un savoir-faire » et regrettant qu'il n'y ait pas eu de « traitement économique en amont, avec un patriotisme économique »[230]. Durant la campagne présidentielle de 2017, elle affirme que le Front national souhaite « évidemment remettre en cause les régimes spéciaux » de retraite avant d'être contredite par sa tante[231].

Marion Maréchal-Le Pen est à l'origine du cercle frontiste Cardinal (dont Axel Loustau prend la tête), destiné à rassembler des patrons de petites et moyennes entreprises, afin de faire remonter leurs doléances à Marine Le Pen[232]. En juin 2016, celle-ci enjoint à Marion Maréchal-Le Pen de retirer des amendements déposés à l'Assemblée nationale dans le cadre du projet de loi travail, les jugeant trop libéraux[233],[234].

Institutions[modifier | modifier le code]

Tout en défendant la Cinquième République et en s'inscrivant dans le « camp républicain », elle déplore une « obsession pour la République », estimant que celle-ci « ne prime pas sur la France », qui a connu de « nombreux autres régimes politiques » au cours de son histoire[235],[236]. Elle précise être « d'une génération un peu saoulée par les « valeurs de la République », qu'on nous sert en permanence et dont on ne sait pas ce qu'elles recouvrent, ce qui évite d'aller sur le fond des idées »[237].

En 2016, elle est chargée au Front national de la direction d'un groupe de travail sur les institutions. Elle appelle notamment à un renforcement des moyens de démocratie directe (référendum d'initiative populaire sur tous les sujets, obligation de référendum pour toute réforme constitutionnelle), à la mise en place du scrutin proportionnel pour toutes les élections, à la réduction du nombre de parlementaires et à l'instauration d'un septennat non renouvelable pour le président de la République[238],[239].

Marion Maréchal-Le Pen souhaite négocier des clauses de non-participation de la France à certaines politiques européennes, qui bénéficient déjà à plusieurs États membres de l'Union européenne (Royaume-Uni, Irlande, Danemark, Pologne)[240]. Elle se prononce pour la primauté réelle de la Constitution française sur les traités européens[238] et pour le retrait de la France de l'Union européenne[13]. Le Monde indique que lors des débats parlementaires sur la loi organique qui garantit l'application du pacte budgétaire européen en France, « Marion Maréchal-Le Pen passa presque inaperçue. Qu'elle s'exprime à la tribune en discussion générale dans un silence indifférent ou qu'elle défende deux amendements pas particulièrement partisans, la jeune élue semblait n'avoir de frontiste que le nom »[241].

Favorable à la sortie de la France de la zone euro, elle se montre cependant plus mesurée sur ce point que d'autres membres du Front national, estimant que l’euro « n’est pas le seul problème de compétitivité » en France[242]. Si Florian Philippot assure que la France peut sortir de la zone euro dans un délai de six mois après une victoire du FN à l'élection présidentielle, Marion Maréchal-Le Pen juge cette prévision peu crédible[243].

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Dans le tome 1 de la bande dessinée de François Durpaire et Farid Boudjellal, La Présidente, où Marine Le Pen gagne l’élection présidentielle de 2017, Marion Maréchal-Le Pen devient ministre de l'École et des Savoirs fondamentaux[244]. Elle est élue présidente de la République le 5 juin 2022 dans le tome 2, Totalitaire[245].

Dans le roman de politique-fiction de Michel Wieviorka, Le séisme. Marine Le Pen présidente (2016), avec un scénario similaire, elle devient ministre de la Culture et de l'Identité nationale[246].

En 2015, le rappeur Kaaris cite son nom dans une chanson intitulée Briller[247]. L'année suivante, c'est le chanteur Black M qui l'interpelle dans un morceau intitulée Je suis chez moi. En 2017, le rappeur Sofiane lui dédie un morceau qui porte son nom, et le rappeur Orelsan la mentionne dans sa chanson Christophe.

Ouvrage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le journal Minute annonce, en avril 2014, qu'elle est enceinte, ce qu'elle confirmera quelques jours plus tard, tout en portant plainte contre ce journal. Cf. « Marion Maréchal-Le Pen enceinte: elle confirme sa grossesse et maintient sa plainte contre Minute », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  2. The Washington Post juge en outre « frappant » que « la même conférence où Trump pensait qu’il serait considéré comme trop extrême il y a deux ans est prête à accueillir Maréchal-Le Pen [aujourd'hui]. Le changement est un autre témoignage de l’altération du Parti républicain ». Cf. « La presse souligne l’émoi d’une partie de la droite américaine face à une intervention de Marion Maréchal-Le Pen », sur lemonde.fr, (consulté le 22 février 2018).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Isabelle Leouffre, « SAS chez Le Pen », sur Parismatch.com, (consulté le 12 juillet 2017).
  2. a et b Olivier Beaumont, Dans l'enfer de Montretout, Flammarion, , 357 p. (lire en ligne).
  3. a, b, c, d, e, f et g Tugdual Denis, « Marion Maréchal-Le Pen, l'effrontée nationale », sur lexpress.fr, (consulté le 27 mars 2015)
  4. Marion Maréchal-Le Pen porte plainte, France Télévisions
  5. « L'Express condamné pour avoir dévoilé l'identité du père biologique de Maréchal Le Pen », publicsenat.fr, 15 avril 2015.
  6. « Le journaliste et diplomate Roger Auque est mort », sur Libération.fr, (consulté le 6 février 2015)
  7. « Les confidences posthumes de l'ex-otage au Liban Roger Auque », Le Figaro, 6 février 2015.
  8. « Marion Le Pen : à la découverte du père », sur LExpress.fr (consulté le 28 février 2016)
  9. « Les confidences posthumes de Roger Auque », sur ParisMatch.com, (consulté le 6 février 2015)
  10. Guillemette Faure, « Portrait de Marine Le Pen en fille de sa mère », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne)
  11. a, b et c Renaud Dély et Maël Thierry, Marine - Marion : "Dallas" chez les Le Pen, Le Nouvel Observateur, 23 juin 2013
  12. Olivier Beaumont, Dans l'enfer de Montretout, Flammarion, , 357 p. (lire en ligne)
  13. a, b, c, d, e et f Marion Van Renterghem, « Marion Maréchal-Le Pen, la plus lepéniste des Le Pen », Vanity Fair, no 45,‎ (lire en ligne)
  14. a et b Marie-Christine Tabet, « La nouvelle vie de Marion Maréchal-Le Pen », sur lejdd.fr, (consulté le 14 novembre 2017).
  15. Tugdual Denis, « Ça déménage chez les Le Pen », sur lexpress.fr, (consulté le 25 juillet 2016).
  16. « La petite-fille de Jean-Marie Le Pen se lance en politique », sur Le Monde.fr (consulté le 27 mai 2018)
  17. https://www.francetvinfo.fr/politique/front-national/marion-marechal-explique-pourquoi-elle-abandonne-le-nom-le-pen_2768169.html
  18. Marion Maréchal, « Transmettre la culture, le savoir, nos valeurs civilisationnelles ne peut se faire uniquement par le biais électoral ! », sur Boulevard Voltaire, .
  19. http://www.lepoint.fr/politique/marion-marechal-je-n-aurai-jamais-honte-du-nom-le-pen-24-05-2018-2221035_20.php
  20. https://www.lejdd.fr/politique/avant-marion-marechal-jean-marie-et-marine-le-pen-avaient-deja-change-didentite-3661865
  21. a et b Maël Thierry, « Ce poison nommé “Marion” », L'Obs, no 2666,‎ , p. 37
  22. « Madeleine Bazin de Jessey, sainte-y-touche », sur liberation.fr,
  23. a et b Guyonne de Montjou, « La nouvelle vie de Marion Maréchal », Le Figaro Magazine, semaine du 19 mai 2017, pages 54-56.
  24. a et b Chloé Woitier, « Marion, le nouveau visage du clan Le Pen », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  25. « Marine et Marion Le Pen : le choc des ambitions », Paris Match, 18 octobre 2012.
  26. Paul Larrouturou, « Pourquoi Marion Maréchal-Le Pen a arrêté ses études », in lelab.europe1.fr, 13 décembre 2012.
  27. « FN : “Je leur manque à ce point-là ?”, ironise Marion Maréchal-Le Pen », Le Parisien, 19 novembre 2017.
  28. C. B., « Exclusif : Marion Maréchal-Le Pen se marie demain », Laprovence.com,‎ (lire en ligne)
  29. Anne-Yasmine Machat, Marion Maréchal-Le Pen a souffert après sa séparation, sur closermag.fr du 20 février 2017 (consulté le 11 mai 2017).
  30. Virginie Le Guay, « Front national: Marion Maréchal-Le Pen volontairement en retrait », sur Paris Match.com, (consulté le 18 janvier 2017).
  31. « Marion Maréchal Le Pen a retrouvé l'amour », sur atlantico.fr, (consulté le 26 juillet 2018)
  32. Le Point, magazine, « Marion Maréchal et son nouveau compagnon affolent la presse italienne », Le Point,‎ (lire en ligne)
  33. a et b Laurent de Boissieu, Anne-Bénédicte Hoffner, Gauthier Vaillant, « Avec le FN, le diocèse de Toulon fait le choix du dialogue », sur La Croix, (consulté le 27 août 2015)
  34. a et b « Je ne suis la marionnette de personne », sur revuecharles.fr, (consulté le 23 juin 2016).
  35. a et b « VIDEO. Envoyé spécial. Marion Maréchal-Le Pen, la nouvelle héritière », sur francetvinfo.fr, (consulté le 23 juin 2016). À partir de 11:20.
  36. a, b et c « Marion Maréchal-Le Pen dit avoir été attirée par Sarkozy », sur LExpress.fr (consulté le 28 février 2016)
  37. Marine Turchi, « David Rachline, une victoire pour la «GUD connection» », sur Mediapart, (consulté le 18 septembre 2016).
  38. « Marion Maréchal-Le Pen, égérie frontiste et plus jeune députée de l'histoire politique française », France Télévisions – Législatives 2012, 17 juin 2012.
  39. Résultats des municipales de 2008, Le Parisien.
  40. a et b « Dans la famille Le Pen, voici la petite fille », L'Express, 4 décembre 2009.
  41. https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__municipales_2008/(path)/municipales_2008/092/92L064002.html
  42. https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Regionales/elecresult__regionales_2010/(path)/regionales_2010/011/C1011L002.html
  43. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections régionales 2010 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 28 février 2016)
  44. Résultats des élections régionales 2010 - Île-de-France - Yvelines (78), sur interieur.gouv.fr, le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le juin 2012.
  45. Jean-Marie Pottier, « Législatives: Jean-Marie Le Pen prêt à se parachuter dans le Vaucluse? », sur Slate, (consulté le 6 septembre 2016).
  46. David Doucet, « Marion Maréchal-Le Pen, la jeune pousse de la dynastie FN », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne)
  47. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Legislatives/elecresult__legislatives_2007/(path)/legislatives_2007/084/circons03.html
  48. Romain Cantenot, « Législatives : Marion Le Pen veut casser son image de parachutée », La Provence,‎ (lire en ligne)
  49. « Jacques Bompard, chaperon de Marion Maréchal-Le Pen - Le Lab Europe 1 » (consulté le 5 juin 2015)
  50. Joël Gombin, « Les trois visages du vote FN », Le Monde diplomatique,‎ , p. 1 et 6 (lire en ligne).
  51. « Marion Maréchal-Le Pen en tête dans le Vaucluse », Le Nouvel Observateur,‎ (lire en ligne)
  52. a et b Résultats des élections législatives 2012 - Vaucluse (84) - 3e circonscription, sur interieur.gouv.fr, le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 18 juin 2012.
  53. « Contre l'avis du parti, la candidate PS se maintient contre Marion Le Pen », sur europe1.fr, le site d'Europe 1, . Consulté le 18 juin 2012.
  54. « Marion Le Pen, plus jeune députée de l'histoire de la République », Le Journal du dimanche,‎ (lire en ligne).
  55. « Le Vaucluse, terre d’espoir pour Marion Maréchal-Le Pen », sur france24.com, (consulté le 6 septembre 2016).
  56. « En « figeant » près de 10 000 voix, qui ne se seraient certes pas toutes reportées sur le candidat de droite si la candidate du PS s’était retirée, elle a fortement contribué à la victoire de Marion Maréchal-Le Pen qui n’a devancé l’UMP « que » de 2 800 voix, cet écart représentant moins du tiers des voix de gauche au second tour. »
  57. Jérôme Fourquet, « « Retrait républicain » ou maintien de la gauche au 2nd tour : quels enseignements tirer des précédents scrutins ? », IFOP Focus, no 132,‎ (lire en ligne)
  58. Tugdual Denis, « Comment le PS du Vaucluse a sciemment fait élire Marion Maréchal-Le Pen », sur www.lexpress.fr, L'Express, (consulté le 11 décembre 2015).
  59. Caroline Vigoureux, « Vaucluse : les socialistes démentent tout accord avec le FN », sur www.lejdd.fr, Le Journal du dimanche, (consulté le 11 décembre 2015).
  60. Sophie Huet, « L'âge de l'éligibilité à l'Assemblée abaissé à 18 ans », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne)
  61. « Les députés votent pour élire leur président à l'Assemblée nationale », BFM TV, 26 juin 2012.
  62. « Deux élus pour le FN, qui retrouve l'Assemblée mais sans Marine Le Pen », AFP, sur 20minutes.fr, le site de 20 minutes, . Consulté le 18 juin 2012.
  63. « XIVe législature : la composition des six groupes politiques de l'Assemblée », lelab.europe1.fr, 27 juin 2012.
  64. « Mme Marion Maréchal-Le Pen », sur assemblee-nationale.fr, le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 25 juin 2012.
  65. a et b Olivier Beaumont, « FN : ce que Marion Maréchal-Le Pen a derrière la tête », sur Le Parisien.fr, (consulté le 14 mars 2016).
  66. a et b Marion Maréchal-Le Pen cherche la différence, Le Monde, 29 avril 2013
  67. a, b, c et d Abel Mestre, « Marion Maréchal, à la droite des Le Pen », Le Monde, 24 novembre 2014
  68. « Marion Maréchal-Le Pen défie la présidente du FN sur Twitter », (consulté le 21 janvier 2015)
  69. a et b Marine Turchi, « Le FN à l'Assemblée ou comment « exister » par tous les moyens », sur Mediapart, (consulté le 20 mars 2018).
  70. a, b, c, d, e, f, g et h Jean-Marie Pottier, « La saga des députés Le Pen, une histoire du Front national », sur Slate, (consulté le 21 juin 2017)
  71. Sébastien Tronche, « Quand un amendement de Marion Maréchal-Le Pen fait cafouiller la majorité à l'Assemblée », sur Le Lab, (consulté le 21 juin 2017)
  72. Jérémy Collado, « Marion Maréchal-Le Pen, com' travaillée et idées décomplexées », sur Slate, (consulté le 17 juillet 2017).
  73. « Marion Maréchal-Le Pen à Moscou à un forum organisé par la Douma », sur 20minutes.fr (consulté le 7 décembre 2013)
  74. a, b et c Marine Turchi, « Marine Le Pen dévoile son équipe de campagne, sa nièce part en Russie », sur Mediapart, (consulté le 12 novembre 2016).
  75. Vincent Jauvert, « Poutine et le FN : révélations sur les réseaux russes des Le Pen », sur http://tempsreel.nouvelobs.com/, (consulté le 11 mars 2016).
  76. « Marion Maréchal-Le Pen, la « paria » fait front au Reichstag », sur Berlin-Paris (consulté le 7 décembre 2013)
  77. Rémi Duchemin, « Marion Maréchal-Le Pen invitée de la sulfureuse Ligue du Nord en Italie », sur Europe 1.fr, (consulté le 16 mars 2016).
  78. « Maréchal-Le Pen sur Trump: "Une bonne chose pour l'équilibre du monde" », sur bfmtv.com, (consulté le 22 novembre 2016).
  79. Thierry Noisette, « Breitbart, ce site facho dont le patron conseille Trump et vise la France », sur Rue89, (consulté le 22 novembre 2016).
  80. Henrik Lindell, « Faut-il inviter Marion Maréchal-Le Pen à débattre dans une université d'été catholique ? », sur La Vie, (consulté le 27 août 2015)
  81. « Marion Maréchal-Le Pen invitée par le diocèse du Var : "Une digue a sauté", dit Jean-Pierre Denis », sur RTL (consulté le 27 août 2015)
  82. « L’Eglise et le FN, le temps du dialogue ? », sur Europe 1 (consulté le 27 août 2015)
  83. Thibaut Le Gal, « Invitation de Marion Maréchal-Le Pen: «Il y a une sorte d’acceptation du FN de la part de l’Église» », sur 20 Minutes, (consulté le 27 août 2015)
  84. Jean-Laurent Cassely, Grégoire Fleurot et Jean-Marie Pottier, « Les dix paris des lieutenants de Marine Le Pen, hors Hénin-Beaumont », sur Slate, (consulté le 6 septembre 2016).
  85. Abel Mestre et Joël Gombin, « Vaucluse : « Marion Maréchal-Le Pen réorganise la droite locale autour d’elle » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  86. « Marion Maréchal-Le Pen envisage des "alliances de circonstance" avec l'UMP », lemonde.fr, 17 mars 2013.
  87. Emmanuel Galiero, « Marion Maréchal Le Pen: «Ils ne comprennent pas que le Front national est incontournable» », sur lefigaro.fr, (consulté le 28 mai 2016).
  88. Laure Equy, « La réserve parlementaire sans frontières de Marion Maréchal-Le Pen », sur liberation.fr, (consulté le 13 août 2017).
  89. Claude Askolovitch, « Marion Maréchal-Le Pen la joue comme Papy », sur Slate, (consulté le 28 juillet 2016).
  90. Orange avec AFP, « Réserve militaire : Marion Maréchal-Le Pen a déposé son dossier », sur http://actu.orange.fr/, (consulté le 14 septembre 2016).
  91. http://www.lci.fr/politique/marion-marechal-le-pen-recalee-par-l-armee-elle-accuse-le-ministere-de-la-defense-2024688.html
  92. https://www.leprogres.fr/rhone-69-edition-lyon-metropole/2018/09/26/marion-marechal-attaque-en-justice-le-ministere-desarmees
  93. Virginie Le Guay, « Marine et Marion Le Pen : le choc des ambitions », sur parismatch.com, (consulté le 23 janvier 2016)
  94. « Marion-Maréchal Le Pen [sic] va quitter la présidence du FN en Vaucluse », sur France Bleu (consulté le 28 février 2016).
  95. http://lelab.europe1.fr/Florian-Philippot-loin-derriere-Marion-Marechal-Le-Pen-pour-l-election-au-comite-central-du-FN-18998
  96. FN: Maréchal-Le Pen espère avoir désormais «sa propre légitimité», Libération, 30 novembre 2014.
  97. Nicolas Lebourg, « Les alliés du Front national au sein de l'Union européenne », Notes de la Fondation Jean Jaurès,‎ (lire en ligne)
  98. Marine Turchi, « Comment Marine Le Pen prépare sa campagne présidentielle », sur Mediapart, (consulté le 17 octobre 2016).
  99. a et b Valérie Igounet, « Comme un air de déjà vu ? », sur blog.francetvinfo.fr/derriere-le-front, France Télévisions, (consulté le 7 juillet 2016).
  100. a, b et c Emmanuel Galiero, « Marion Maréchal Le Pen : «Je veux instaurer une grande fête populaire dans le Sud» », sur lefigaro.fr, (consulté le 10 juillet 2016).
  101. Olivier Beaumont, « Marine Le Pen vole la vedette à sa nièce Marion à la fête Bleu Blanc Rouge », sur leparisien.fr, (consulté le 10 juillet 2016).
  102. Virginie Le Guay, « FN : Marion ne sera pas la porte-parole de Marine », sur parismatch.com, (consulté le 16 juin 2016).
  103. AFP, « Marion Maréchal-Le Pen, un pied dans la campagne, un pied dehors », sur leparisien.fr, (consulté le 17 novembre 2016).
  104. Marie-Christine Tabet, « La campagne parallèle de Marion Maréchal-Le Pen », sur lejdd.fr, (consulté le 10 avril 2017).
  105. Romain Herreros, « Marion Maréchal privée d'Émission politique par Marine Le Pen », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 20 mars 2018).
  106. http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/03/28/35003-20170328ARTFIG00304-les-reserves-de-marine-le-pen-a-l-egard-de-sa-niece.php
  107. http://www.lejdd.fr/Politique/La-campagne-parallele-de-Marion-Marechal-Le-Pen-857789
  108. http://www.lesinrocks.com/2017/03/news/marine-le-pen-trouve-sa-niece-trop-raide-et-trop-inexperimentee/
  109. https://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/030594724490-florian-philippot-le-souverainiste-dechu-du-fn-2116058.php
  110. http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/philippot-le-gourou-venu-de-la-gauche-15-05-2015-4772085.php
  111. http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170507.OBS9094/marine-le-pen-battue-la-strategie-et-philippot-peuvent-etre-remis-en-cause.html
  112. http://rmc.bfmtv.com/emission/marion-marechal-le-pen-est-la-releve-du-fn-marine-fait-peur-par-sa-violence-et-ses-mensonges-1159616.html
  113. https://www.challenges.fr/election-presidentielle-2017/contre-marine-le-pen-marion-marechal-le-pen-generation-macron_472423
  114. http://www.lci.fr/politique/fn-les-sympathisants-preferent-largement-marion-marechal-le-pen-a-florian-philippot-2022540.html
  115. https://www.lesechos.fr/05/11/2015/lesechos.fr/021457355031_popularite---l-ascension-de-marion-marechal-le-pen.htm
  116. a et b http://www.lepoint.fr/politique/marion-marechal-le-pen-a-philippot-on-ne-definit-pas-la-ligne-du-fn-seul-sur-bfm-tv-11-12-2016-2089563_20.php
  117. Hugo Domenach, « FN : Philippot a-t-il perdu la bataille face à Marion Maréchal-Le Pen ? », sur lepoint.fr, (consulté le 11 décembre 2016).
  118. Marie-Christine Tabet, « Front national : Florian Philippot perd de son influence », sur lejdd.fr, (consulté le 23 octobre 2017).
  119. Laurent de Boissieu, « Le FN est-il un parti comme les autres ? », sur La Croix.com, (consulté le 1er mai 2017).
  120. Marie Guichoux, « Alliance avec Dupont-Aignan : Marine Le Pen recule sur la sortie de l'euro », sur tempsreel.nouvelobs.com, (consulté le 2 mai 2017).
  121. « Les "regrets" de Marion Maréchal-Le Pen après le débat présidentiel », sur bfmtv.com, (consulté le 20 mars 2018).
  122. « VIDEO. Résultat présidentielle: Marion Maréchal-Le Pen fait part de sa déception », sur 20minutes.fr, (consulté le 20 mars 2018).
  123. « Marion Maréchal-Le Pen investie par le FN en PACA pour les régionales », Le Monde, 17 avril 2015
  124. « Exclusif. Marion Maréchal-Le Pen désavoue son grand-père sur « les chambres à gaz » », sur valeursactuelles.com, (consulté le 19 avril 2015)
  125. « Marion Maréchal-Le Pen : « J’étais contre l’exclusion de mon grand-père » », sur Le Monde, (consulté le 22 août 2015)
  126. a, b et c Thomas Wieder, « C'est Marion, et non Marine, la vraie héritière de Jean-Marie Le Pen », Le Monde, no 21960,‎ (lire en ligne)
  127. Marie-Pierre Haddad, « Élections régionales 2015 en PACA : ce que propose Marion Maréchal-Le Pen », sur www.rtl.fr, RTL, (consulté le 11 novembre 2015).
  128. Ellen Salvi, « Région Paca: les attentats renforcent la tentation FN », sur Mediapart, (consulté le 27 novembre 2015).
  129. « Régionales : Marion Maréchal-Le Pen pour une Paca "bleu, blanc, rouge" », sur europe1.fr (consulté le 28 février 2016)
  130. « Un ancien colistier de Christian Estrosi rejoint Marion Maréchal-Le Pen », sur archives.nicematin.com (consulté le 28 février 2016)
  131. Olivier Faye, « Régionales : un ancien adjoint d’Estrosi investi tête de liste du FN dans les Alpes-Maritimes », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  132. Nicolas Prissette, « Philippe Vardon, la sulfureuse recrue de Marion Maréchal-Le Pen », sur www.lejdd.fr, Le Journal du dimanche, (consulté le 2 décembre 2015)
  133. https://www.marianne.net/politique/comment-marion-marechal-le-pen-decide-de-lacher-le-fn-apres-le-debat-catastrophique-de-sa
  134. a, b et c Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections régionales de 2015 en Provence-Alpes-Côte d'Azur », sur interieur.gouv.fr (consulté le 28 février 2016)
  135. « En Paca, la «décision lourde et difficile» de Castaner », sur Libération.fr (consulté le 28 février 2016)
  136. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections régionales de 2015 en Nord-Pas-de-Calais - Picardie », sur interieur.gouv.fr (consulté le 28 février 2016)
  137. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections régionales de 2015 en Alsace - Champagne-Ardenne - Lorraine », sur interieur.gouv.fr (consulté le 28 février 2016)
  138. « Élections régionales 2010 2004 1998 1992 1986 », sur www.france-politique.fr (consulté le 28 février 2016)
  139. « Estrosi, un président de région face à une opposition monocolore FN », sur Libération.fr (consulté le 28 février 2016)
  140. Olivier Beaumont, « Front national : pourquoi Marion Maréchal-Le Pen a choisi de faire une pause », sur leparisien.fr, (consulté le 6 avril 2018).
  141. Sylvain Chazot, « Les interrogations de Marion Maréchal - Le Pen sur son avenir en politique », sur Le Lab, (consulté le 6 avril 2018).
  142. « Snobée par les autres députés, Marion Maréchal-Le Pen n'est pas sûre de revenir à l'Assemblée », sur lci.fr, (consulté le 6 avril 2018).
  143. https://www.lopinion.fr/edition/politique/fn-dresse-top-14-circonscriptions-gagnables-aux-legislatives-100126
  144. Emmanuel Galiero, « FN : Marion Maréchal-Le Pen va se retirer de la vie politique », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne).
  145. PACA: Renaud Muselier élu président de la région, dernier tour de piste pour Marion Maréchal-Le Pen
  146. « Paca: nouveau président du groupe FN », sur lefigaro.fr, (consulté le 12 juillet 2017)
  147. http://elections.interieur.gouv.fr/legislatives-2017/084/08403.html
  148. http://www.ledauphine.com/vaucluse/2017/05/09/pourquoi-j-arrete-marion-marechal-le-pen-s-explique-dans-un-courrier-transmis-a-notre-redaction
  149. http://www.laprovence.com/actu/en-direct/4441423/marion-marechal-le-pen-arrete-pour-des-raisons-personnelles-et-politiques.html
  150. https://www.huffingtonpost.fr/2017/05/09/j-ai-beaucoup-manque-a-ma-petite-fille-marion-marechal-le-pen_a_22078046/
  151. https://www.lopinion.fr/edition/politique/cadeau-empoisonne-marion-marechal-pen-126447
  152. http://www.liberation.fr/france/2017/05/10/marion-marechal-le-pen-un-retrait-trop-prive-pour-etre-vrai_1568643
  153. http://www.europe1.fr/emissions/l-edito-politique2/le-retrait-de-marion-marechal-le-pen-3325595
  154. Jean-Claude Jaillette, « Comment Marion Maréchal-Le Pen a décidé de lâcher le FN, après le débat "catastrophique" de sa tante », sur marianne.net, (consulté le 17 juillet 2017).
  155. https://www.valeursactuelles.com/politique/exclusif-le-testament-politique-de-marion-marechal-le-pen-83421
  156. Olivier Faye, « Marion Maréchal-Le Pen : « On aurait des choses à faire avec Laurent Wauquiez » », sur lemonde.fr, (consulté le 17 mai 2017).
  157. https://www.nouvelobs.com/politique/20171030.OBS6718/marion-marechal-le-pen-ce-fantome-qui-hante-la-droite-et-l-extreme-droite.html
  158. https://www.challenges.fr/tag_personnalite/marion-marechal-le-pen_750/
  159. http://www.liberation.fr/france/2018/03/09/marion-marechal-le-pen-loin-des-yeux-pres-du-coeur-des-militants-du-fn_1634915
  160. http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2018/02/23/25001-20180223ARTFIG00226-pour-marine-le-pen-la-droite-hors-les-murs-a-echoue.php
  161. https://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/01/04/pour-marine-le-pen-l-union-des-droites-est-un-fantasme_5057417_4854003.html
  162. « Ecole de science politique de Marion Maréchal: un «beau projet» (Marine Le Pen) », sur lefigaro.fr,
  163. BFMTV, « Marion Maréchal-Le Pen veut créer une « académie de sciences politiques » », sur BFMTV (consulté le 8 juillet 2018)
  164. « L'école de sciences politiques de Marion Maréchal se dévoile sur internet », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  165. Lucie Delaporte, « Millon et Bannon, les deux fées de la «Marion Maréchal Académie », sur Mediapart, (consulté le 23 mai 2018).
  166. a et b Catherine Lagrange, « L'école de Marion Maréchal : du business et de la culture (très à droite) », sur lepoint.fr, (consulté le 22 juillet 2018).
  167. Paul Laubacher, « Eric Zemmour atterrit chez Marion Maréchal », sur nouvelobs.com, (consulté le 16 octobre 2018).
  168. Virginie Le Guay, « Marion Maréchal : Ne l'appelez plus jamais Le Pen », Paris Match, semaine du 7 au 13 juin 2018, p. 48-49.
  169. Thierry Richard, « Le retour programmé de Marion Maréchal-Le Pen », sur ouest-france.fr, (consulté le 1er mars 2018).
  170. Hubert Huertas, « Marion Maréchal-Le Pen: une primaire à l’extrême droite », sur Mediapart, (consulté le 1er mars 2018).
  171. https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/02/15/presidentielle-2022-marine-le-pen-se-dit-prete-a-soutenir-un-autre-candidat-fn_5257446_823448.html
  172. http://www.europe1.fr/politique/la-nouvelle-vie-de-marion-marechal-le-pen-loin-de-la-politique-3433718
  173. Nicolas Lebourg, « L'Incorrect», un nouveau mensuel pour réorienter les droites? », sur Slate, (consulté le 12 septembre 2017).
  174. Olivier Faye, « L’Incorrect », un nouveau mensuel qui veut faire la passerelle entre les droites », sur droites-extremes.blog.lemonde.fr, (consulté le 11 novembre 2017).
  175. Arnaud Focraud, « Marion Maréchal-Le Pen, une absente très présente au congrès du Front national », sur lejdd.fr, (consulté le 13 mars 2018).
  176. AFP, « Marion Maréchal-Le Pen, loin des yeux, près du coeur des militants du FN », sur lepoint.fr, (consulté le 13 mars 2018).
  177. http://www.ipsos.fr/decrypter-societe/2017-07-26-barometre-politique-apres-deux-mois-d-attentisme-bienveillant-jugements-francais-l-egard-couple
  178. http://www.bfmtv.com/politique/sondage-marechal-le-pen-plutot-un-atout-pour-le-fn-le-pen-plutot-un-handicap-1251886.html
  179. http://www.parismatch.com/Actu/Politique/Sondage-Ifop-Marion-Marechal-Le-Pen-bat-Marine-Le-Pen-1478933
  180. a, b et c Charles Sapin, « L'influence toujours bien présente de Marion Maréchal-Le Pen au FN », Le Figaro,‎ , p. 6 (lire en ligne).
  181. Romain Herreros, « Les soutiens de Marion Maréchal-Le Pen nous racontent comment ils ont été écartés du Congrès et de la direction », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 13 mars 2018).
  182. http://www.leprogres.fr/france-monde/2018/02/20/marion-marechal-le-pen-va-s-exprimer-sur-la-meme-scene-que-trump
  183. https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/02/21/le-pere-la-niece-et-le-bras-droit-marine-le-pen-attaquee-par-son-clan_5260057_823448.html
  184. « Conférence CPAC: Les conservateurs américains divisés sur la participation de Marion Maréchal Le Pen », sur 20minutes.fr, (consulté le 21 février 2018).
  185. « Une Le Pen à la conférence annuelle des conservateurs américains », Courrier international, 20 février 2018
  186. « Aux États-Unis, Marion Maréchal-Le Pen veut « make France great again », Le Monde, 22 février 2018
  187. a et b Charles Sapin, « Marion Maréchal en Italie pour parler « invasion barbare, souveraineté et pouvoir », sur lefigaro.fr, (consulté le 22 juillet 2018).
  188. BFMTV, « Marion Maréchal-Le Pen se fait désormais appeler Marion Maréchal », sur BFMTV (consulté le 8 juillet 2018)
  189. « VIDEO. Marion Maréchal explique pourquoi elle ne porte plus le nom Le Pen », sur www.20minutes.fr (consulté le 8 juillet 2018)
  190. a et b « Marion Maréchal-Le Pen sur RTL : “Je ne suis pas d'extrême droite” », sur www.rtl.fr, RTL, (consulté le 12 novembre 2012)
  191. Olivier Faye, « Au FN, le sujet de l’identité creuse le fossé entre Marion Maréchal-Le Pen et Florian Philippot », "Le Monde", 10 juin 2016
  192. Geoffroy Lejeune, « Le testament politique de Marion Maréchal-Le Pen », "Valeurs Actuelles", 17 mai 2017
  193. Abel Mestre, « Congrès du FN : derrière l’unité affichée, des luttes intestines », Le Monde, 28 novembre 2014
  194. Louis Hausalter, « Au Front national, une chef mais deux courants », Europe 1, 28 novembre 2014
  195. Laurent de Boissieu, « Qu’est la génération « Manif pour tous » devenue ? », Le Débat, vol. 4, no 191,‎ septembre-octobre 2016 (lire en ligne).
  196. « Le FN, Marion Maréchal-Le Pen, Villiers, Zemmour... Ce qu'ils doivent à l'Action française », sur bibliobs.nouvelobs.com, L'Obs, (consulté le 6 décembre 2015).
  197. Pascale Tournier, « Eglise catholique et extrême droite : des relations parfois troubles », sur www.lavie.fr, La Vie, (consulté le 6 novembre 2015).
  198. Marine Turchi, « Joël Gombin: «Le FN rallie peu de figures de premier plan de la droite» », sur Mediapart, (consulté le 15 octobre 2015).
  199. a et b Ariane Nicolas, FN : jusqu'où ira Marion Maréchal-Le Pen ?, France TV Info, 28 novembre 2014
  200. a et b FN : "Florian Philippot et Marion Maréchal-Le Pen incarnent deux tendances", L'Obs, 28 novembre 2014
  201. a et b Jérôme Fourquet, « L’évolution de la popularité des chefs de file du Front National », IFOP Focus, no 130,‎ (lire en ligne)
  202. Laurent de Boissieu, « FN light pour les timides ou FN de demain : où en est le Rassemblement Bleu Marine ? », sur Atlantico, (consulté le 30 avril 2016).
  203. Emmanuel Galiero, « Marine Le Pen face aux deux lignes du Front national », sur lefigaro.fr, (consulté le 24 janvier 2017).
  204. « Peine de mort : Marion Maréchal-Le Pen dit non », 20 minutes, 11 octobre 2012.
  205. « VIDEO. Envoyé spécial. Marion Maréchal-Le Pen, la nouvelle héritière », sur francetvinfo.fr, (consulté le 23 juin 2016). À partir de 25:30.
  206. IVG : la charge de Marion Maréchal Le Pen sur leparisien.fr du 12 octobre 2012
  207. « Marion Maréchal-Le Pen », sur mouv' (consulté le 28 février 2016)
  208. « Marion M. Le Pen sur les IVG : « l'État n'a pas à rembourser l'inattention de certaines femmes » », sur ladepeche.fr (consulté le 28 février 2016)
  209. Le Monde.fr avec AFP, « « On ne définit pas la ligne du FN seul », lance Mme Marion Maréchal-Le Pen à Florian Philippot », sur leparisien.fr, (consulté le 11 décembre 2016).
  210. https://www.marianne.net/derembourser-ivg-marion-marechal-pen-renvoie-marine-pen-ses-promesses-2011-100248547.html
  211. Valérie Igounet, « Retour sur le passé: le FN, défenseur des droits des femmes? », sur Mediapart, (consulté le 12 décembre 2016).
  212. « Marion Maréchal Le Pen agite l'argument de la polygamie », déclaration sur LCI, reprise par Europe 1, 29 novembre 2012.
  213. Abel Mestre, « FN : la renaissance de Bruno Gollnisch, l'émergence de Marion Maréchal », Le Monde, 14 janvier 2013.
  214. Nicolas Lebourg, « Le Front national et la galaxie des extrêmes droites radicales », dans Sylvain Crépon, Alexandre Dézé, Nonna Mayer, Les Faux-semblants du Front national : sociologie d'un parti politique, Presses de Sciences Po, , p. 128
  215. Eugénie Bastié, « Marion Maréchal-Le Pen évoque une possible «alliance» avec Sens Commun », sur lefigaro.fr, (consulté le 25 novembre 2016).
  216. « Versailles : Marion Maréchal Le Pen en communion avec les Veilleurs », sur leparisien.fr, (consulté le 11 novembre 2017).
  217. Sirine Azouaoui, Marie-Pierre Bourgeois, « “Le Front national a un double visage sur l’homosexualité” », sur http://www.lesinrocks.com/, (consulté le 12 avril 2016).
  218. « PACA : Maréchal Le Pen veut supprimer les aides du planning familial », sur www.lesnouvellesnews.fr, (consulté le 27 novembre 2015).
  219. BFMTV, « Marion Maréchal-Le Pen veut supprimer les aides aux plannings familiaux et aux associations LGBT », sur BFMTV (consulté le 28 février 2016)
  220. https://www.francetvinfo.fr/politique/marine-le-pen/le-front-national-est-il-vraiment-devenu-gay-friendly_2061745.html
  221. Musulmans et laïcité: le troublant intégrisme de Marion Maréchal-Le Pen, Challenges, 23 novembre 2015
  222. Marion Maréchal-Le Pen estime que les musulmans "ne peuvent avoir exactement le même rang" que les chrétiens, Huffington Post, 21 novembre 2015
  223. a, b et c Thierry Prudhon, « Lutte contre le terrorisme: les propositions radicales de Marion Maréchal-Le Pen », sur nicematin.com (consulté le 31 juillet 2016).
  224. Isabelle de Gaulmyn, « Marion Maréchal-Le Pen et les protestants: des propos pas si anodins », sur religion-gaulmyn.blogs.la-croix.com, La Croix, (consulté le 26 novembre 2015).
  225. Marion Maréchal-Le Pen valide la théorie du «grand remplacement» sur lefigaro.fr du 4 février 2015
  226. Pour les régionales, Marion Maréchal-Le Pen met la pression sur Christian Estrosi sur lemonde.fr du 5 juillet 2015
  227. BFMTV, « Marion Maréchal-Le Pen estime « urgent » de « rétablir nos frontières » », sur BFMTV (consulté le 28 février 2016)
  228. http://video.lefigaro.fr/figaro/emissions/le-talk/1629135879001/
  229. a, b et c Emmanuel Berretta, « Marion Maréchal-Le Pen : "Sur l'euro, on ne va pas tout casser du jour au lendemain" », sur Le Point (consulté le 28 février 2016)
  230. « VIDEO. La nationalisation d'Alstom peut être "une option", selon Marion Maréchal-Le Pen », sur francetvinfo.fr, (consulté le 14 septembre 2016).
  231. Emmanuel Galiero, « Marion Maréchal-Le Pen affirme à nouveau ses divergences avec Marine Le Pen », sur lefigaro.fr, (consulté le 10 avril 2017).
  232. Abel Mestre & Caroline Monnot, « Le « cardinal » Axel Loustau à la tête d’un cercle patronal du FN », blog "Droite(s) extrême(s) de journalistes au Monde, 14 octobre 2014
  233. https://www.marianne.net/loi-travail-marine-pen-bannit-les-amendements-trop-liberaux-marion-marechal-100243847.html
  234. http://lelab.europe1.fr/marion-marechal-le-pen-assume-parfaitement-les-amendements-quelle-a-deposes-sur-la-loi-travail-et-retires-a-la-demande-de-marine-le-pen-2783323
  235. « Marion Maréchal-Le Pen «saoulée par les valeurs de la République» », sur 20minutes.fr, (consulté le 28 avril 2016).
  236. Interview de Marion Maréchal-Le Pen dans la Team Toussaint, la matinale info, sur I-Télé, le 27 avril 2016, 16e-17e minutes.
  237. « M. M-Le Pen est d'une "génération un peu saoulée par les valeurs de la République" » sur valeursactuelles.com du 27 avril 2016.
  238. a et b Interview de Marion Maréchal-Le Pen dans la Team Toussaint, la matinale info, sur I-Télé, le 27 avril 2016, 14e-15e minutes.
  239. http://www.lci.fr/elections/marine-le-pen-a-devoile-ses-144-engagements-presidentiels-ce-qu-il-faut-en-retenir-2024745.html.
  240. Laurent de Boissieu, « FN-Farage contre FN-Cameron », sur http://www.ipolitique.fr/, (consulté le 27 février 2016).
  241. Hélène Bekmezian, « Traité européen : les députés clôturent sans enthousiasme les débats sur la loi organique », sur lemonde.fr, (consulté le 21 juin 2017)
  242. « Maréchal-Le Pen(FN): l’euro «n’est pas le seul problème de compétitivité» », sur Libération.fr (consulté le 28 février 2016).
  243. Olivier Faye, « En direct : l’Europe sous le choc après le vote des Britanniques en faveur du « Brexit » », sur lemonde.fr, (consulté le 24 juin 2016).
  244. François Durpaire et Farid Boudjellal, La Présidente, Les Arènes, 2015, page 55.
  245. François Durpaire et Farid Boudjellal, La Présidente, t. 2 : Totalitaire : il est encore temps d'éviter le pire, Paris, éd. Les Arènes et Démopolis, coll. « Les Arènes BD », , [120] p., 30 cm (ISBN 978-2-35204-545-8, notice BnF no FRBNF45147427).
  246. Michel Wieviorka, Le séisme. Marine Le Pen présidente, Robert Laffont, 2016, pages 66-70.
  247. « Le rappeur Kaaris invite Marion Maréchal-Le Pen à "twerker" dans un de ses clips », Franceinfo,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Henry, La Nièce : le phénomène Marion Maréchal-Le Pen, Le Seuil, 2017.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :