Michel Wieviorka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Michel Wieviorka est un sociologue français, né le à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Les grands-parents paternels de Michel Wieviorka, Juifs polonais, sont arrêtés à Nice pendant la Seconde Guerre mondiale et meurent à Auschwitz : le grand-père, Wolf Wiewiorka, était né le à Mińsk Mazowiecki, et la grand-mère, Rosa Feldman, le à Siedlce. Déportés le , par le convoi no 61, du camp de Drancy vers Auschwitz, ils avaient auparavant été détenus au camp de Beaune-la-Rolande[1].

Son père, réfugié en Suisse, et sa mère, fille d’un tailleur parisien, réfugiée à Grenoble, survivent à la guerre[2]. Il est le frère d'Annette, Sylvie et Olivier Wieviorka.

Il étudie les mathématiques au lycée et obtient un baccalauréat scientifique. Après des classes préparatoires économiques et commerciales, il intègre l'ESCP Business School dont il est diplômé en 1968. Il obtient ensuite un doctorat en économie à l'université Paris-Dauphine, puis un doctorat d'État en sociologie en 1975[3].

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Il enseigne au lycée d'Enghien pendant la rédaction de sa première thèse, où il enseigne pendant quatre ans l'économie et la gestion[3]. Il obtient ensuite un poste de maître de conférences à Dauphine[4].

Directeur d'études à l'EHESS, il y a dirigé de 1993 à 2009 le Centre d'analyse et d'intervention sociologiques (CADIS) fondé par Alain Touraine en 1981.

Il est président de l'Association internationale de sociologie de 2006 à 2010[5].

Depuis 2009, il est administrateur de la fondation Maison des sciences de l'homme (FMSH)[6]. Après la publication d'un rapport sévère de la Cour des comptes évoquant « une institution en crise, à la gouvernance défaillante et divisée »[7], Michel Wieviorka annonce sa démission en « en raison des désaccords existants » avec le ministère de la Recherche et le Campus Condorcet, qui regroupe désormais la recherche en sciences humaines et sociales[8]. A la suite d’une tribune de Michel Wieviorka, parue dans Libération dans laquelle il explique les raisons de sa démission de la FMSH, paraît une seconde tribune dans Libération signée par Jean-François Balaudé, président de l’établissement public Campus Condorcet, Christophe Prochasson, président de l’EHESS, Michel Deneken, président de l’université de Strasbourg, Antoine Petit, président-directeur général du CNRS et Gilles Roussel, président de la Conférence des présidents d’université. Ils estiment que « la fondation Maison des sciences de l'homme (FMSH) est une institution en difficulté depuis des années, en raison d'une gestion régulièrement jugée opaque et hasardeuse ainsi que de graves dysfonctionnements et tensions au niveau RH ». Ils déplorent que « Michel Wieviorka passe sous silence sa responsabilité dans la crise que traverse la FMSH alors qu’il en assure la direction depuis plus de dix ans. »[9]

Il est président du jury de la Bourse Michel Seurat (Cnrs) et du Conseil scientifique du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN).

Ancien membre du Conseil scientifique de la Défense, il est, par ailleurs, président à Bruxelles d'un panel du Conseil européen de la recherche (CER ou European Research Council, ERC-7e PCRD).

Il appartient depuis 2019 au conseil scientifique de la DILCRAH[10].

Travaux[modifier | modifier le code]

Sa sociologie introduit une perspective qui tient compte de la globalisation, de la construction individuelle, et de la subjectivité des acteurs. La sociologie de l'action qu'il construit depuis ses premiers travaux sur les mouvements de consommateurs dans les années 1970 l'a conduit à étudier aussi bien des mouvements sociaux que des phénomènes comme le racisme, la violence, ou l'antisémitisme.

Sa reconnaissance internationale doit beaucoup à ses travaux sur le terrorisme (prix spécial du jury européen d'Amalfi 1989 pour son livre Sociétés et terrorisme[11]) et autres conduites de haine et de violence ainsi que sur la globalisation et le multiculturalisme. Plusieurs de ses ouvrages sont traduits en anglais, en allemand, en espagnol, en portugais et en japonais.

Ses recherches sont volontiers comparatives à l'échelle internationale et il a mené des travaux dans plusieurs pays notamment en Pologne, en Espagne, aux États-Unis, en Amérique latine, en Russie.

Prises de position[modifier | modifier le code]

À la demande de Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, il a rédigé un rapport sur la diversité en France qui a été publié en 2008 chez Robert Laffont, éditeur chez lequel il anime la collection « Le monde comme il va ».

Le , lors d'une interview au journal Libération au sujet de l'identité nationale, il déclare : « L’existence d’un ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale est une catastrophe intellectuelle et politique pour l’image générale de la France[12] ». Il est proche du Parti socialiste[13].

En 2012, il signe une tribune intitulée « Pour une nouvelle république » appelant à voter pour le candidat François Hollande[14]. En il participe à un collectif de personnalités favorable à une primaire des socialistes et des écologistes[15]. D'après l'entourage de Yannick Jadot, il apporte son soutien à ce dernier lors de la primaire de l'écologie de 2016, entre les deux tours[16].

Il signe la préface du livre Antisémite de Pascal Boniface (Max Milo, éditions) paru en [17]. Dans celle-ci, il dénonce les attaques en antisémitisme dont serait victime Pascal Boniface.

En , il considère que le mouvement des Gilets jaunes a « un tropisme vers la droite dure ou extrême », dans une interview du journal Libération[18].

Lors des manifestations contre les mesures vaccinales de 2021, il pointe la visibilité décontractée de l'antisémitisme qui y resurgit comme un archaïsme, dans une absence de réaction alentour, et invite à le combattre sans complaisance[19].

Publications récentes[modifier | modifier le code]

  • « Identité nationale : quel “débat” » (avec Joël Roman), in Olivier Ferrand, L’État pyromane, Paris, Éditions Delavilla, 2010, p. 29-51, (ISBN 978-2-917986-035)
  • Pour la prochaine gauche, Paris, Robert Laffont, , 280 p. (ISBN 978-2-221-12215-0)
  • Evil, Cambridge, Polity, , 157 p. (ISBN 978-0-7456-5393-8)
  • Le Front national, entre extrémisme, populisme et démocratie, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, collection Interventions, , 88 p.
  • L’impératif numérique ou La nouvelle ère des sciences humaines et sociales ?, Paris, CNRS Éditions, coll. Débats, , 64 p.
  • L’Antisémitisme expliqué aux jeunes, Paris, Le Seuil, (ISBN 978-2-02-117809-8)
  • (coll.) Travailler au XXIe siècle. Des salariés en quête de reconnaissance, Paris, Robert Laffont, coll. « Le monde comme il va », , 316 p.
  • Retour au sens : pour en finir avec le déclinisme, Paris, Robert Laffont, coll. « Le monde comme il va », 2015, 360 p. (ISBN 978-2-221-15775-6)
  • Le Séisme. Marine Le Pen présidente, Robert Laffont, 2016.
  • (coll.) Qu'est-ce que la gauche ?, Fayard, 2017.
  • avec Benoît Hamon et Yannick Jadot, La politique est à nous, Robert Laffont, 2017.
  • Serge Klarsfeld. Le Mémorial de la déportation des Juifs de France. Beate et Serge Klarsfeld : Paris, 1978. rééd. Fils et filles de déportés juifs de France, 2012.
  • (coll.) Serge Moscovici : un regard sur les mondes communs. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019.
  • Pour une démocratie de combat, Robert Laffont, 2020.
  • Les sciences humaines et sociales françaises à l'échelle de l'Europe et du monde. Michel Wierviorka et Jacques Moret. Editions de la Maison des Sciences de l'Homme, 2017.
  • Les Juifs, les musulmans et la République. Michel Wierviorka et Farhad Khosrokhavar. Robert Laffont, 2017.
  • Racisme, antisémitisme, antiracisme : apologie pour la recherche. Rapport à Madame Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. La Boite à Pandore, Paris, 2021, (ISBN 978-2875575098)[20].

Décoration[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir, Klarsfeld, 2012.
  2. Marie-Françoise Masson, « Annette Wieviorka, historienne au nom de ses grands-parents », sur la-croix.com, La Croix, (consulté le ).
  3. a et b Michel Wieviorka et Julien Ténédos, Sociologue sous tension, Aux lieux d'être, (ISBN 978-2-916063-07-2, lire en ligne)
  4. René Girard, Violences d'aujourd'hui, violence de toujours: textes des conférences et des débats : XXXVIIes Rencontres internationales de Genève, L'AGE D'HOMME, (ISBN 978-2-8251-1451-3, lire en ligne)
  5. « Michel Wieviorka biographie », sur France Culture
  6. « Michel Wieviorka - Directeur d'études de l'EHESS », sur EHESS
  7. La Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH), ccomptes.fr, 16 avril 2020
  8. Michel Wieviorka, « Michel Wieviorka : pourquoi je démissionne de la fondation Maison des sciences de l'homme », sur Libération.fr, (consulté le )
  9. En finir avec les écrans de fumée à la fondation Maison des sciences de l'homme, Tribune, liberation.fr, 23 juillet 2020
  10. https://www.gouvernement.fr/installation-du-nouveau-conseil-scientifique-de-la-dilcrah.
  11. (en) « European Amalfi Prize », sur Université Rome la Sapienza (consulté le ).
  12. Libération : « Ce débat conforte des positions de fermeture et de xénophobie, plus que d’ouverture».
  13. Bastien Bonnefous, « Pourquoi les Indignés ne décollent pas », M, le magazine du Monde, semaine du 19 novembre 2011, page 18.
  14. Tribune. "Pour une nouvelle république", tempsreel.nouvelobs.com, 19 avril 2012.
  15. Un collectif de personnalités réclame une primaire à gauche en 2016 - article du 11/01/2016 - Le Monde.
  16. « Primaire EELV. Karima Delli soutient Yannick Jadot », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  17. http://www.bnfa.fr/livre?biblionumber=49638
  18. Alexandra Schwartzbrod, « Gilets jaunes : «Les racines de la contestation se trouvent dans l’exercice du pouvoir par le Président» », Libération,‎ (lire en ligne).
  19. Hortense de Montalivet, « Antisémitisme dans les manifestations: "Sa nouveauté, c'est sa visibilité", alerte Michel Wieviorka », sur Le HuffPost, (consulté le )
  20. https://www.franceinter.fr/societe/rapport-islamo-gauchisme-a-l-universite-michel-wieviorka
  21. Décret du 12 juillet 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :