Matteo Salvini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Matteo Salvini
Matteo Salvini à Trente en 2015.
Matteo Salvini à Trente en 2015.
Fonctions
Député européen
En fonction depuis le
(3 ans et 3 mois)
Élection 6 et 7 juin 2009
Réélection 25 mai 2014
Législature 7e et 8e
Groupe politique ELD (2009-2014)
NI (2014-2015)
ENL (depuis 2015)

(2 ans, 3 mois et 18 jours)
Élection 12 et 13 juin 2004
Législature 6e
Groupe politique IND/DEM (2004-2006)
NI (2006)
Secrétaire fédéral de la Ligue du Nord
En fonction depuis le
(3 ans, 9 mois et 29 jours)
Prédécesseur Roberto Maroni
Biographie
Date de naissance (44 ans)
Lieu de naissance Milan (Italie)
Nationalité Italienne
Parti politique Ligue du Nord

Matteo Salvini (né le à Milan) est un homme politique italien. Il est député européen depuis 2004 et secrétaire fédéral de la Ligue du Nord (LN) depuis 2013.

Biographie[modifier | modifier le code]

Matteo Salvini est le fils d'un dirigeant d'entreprise et d'une femme au foyer. Il suit le programme d'études supérieures en histoire à l'université de Milan sans obtenir de diplôme[1].

En 1997, déjà membre de la Ligue du Nord depuis de nombreuses années, il mène la liste des « communistes padaniens » aux élections du Parlement de la Padanie, organe politique italien officieux créé par la Ligue du Nord. Sa liste remporte 5 des 210 sièges disponibles[2].

Il devient secrétaire de la Ligue du Nord en 2012[3], puis secrétaire fédéral après une élection interne remportée le 7 décembre 2013 avec 82 % des voix des militants, face au fondateur et chef historique de la Ligue, Umberto Bossi[4].

Député de la XVIe législature du Parlement italien, il est réélu en Lombardie le 6 mars 2013 mais démissionne le 15 mars 2013 afin d'opter pour son mandat de député européen.

Matteo Salvini est député européen de 2004 à 2006, puis de nouveau à partir de 2009. En vue des élections européennes de mai 2014, il propose un programme commun avec Marine Le Pen[5]. Il est réélu dans les trois circonscriptions où il se présente (Nord-Ouest, Nord-Est, Centre)[6]. Politico le présente en 2016 comme l'un des 40 députés européens les plus influents[7].

Positionnement politique[modifier | modifier le code]

Le politologue Jean-Yves Camus indique qu'avec son arrivée à la tête de la Ligue du Nord, l'agenda du parti « est devenu beaucoup plus national, souverainiste, anti-immigration, islamophobe, avec une récurrence très forte sur le thème de l’identité »[8]. L'historien Nicolas Lebourg remarque que Matteo Salvini a laissé de côté la Padanie, espace imaginaire de référence du parti, « pour se concentrer sur une opposition franche à l'immigration, à l'islam, à l'Union européenne, aux Roms et aux réfugiés qui débarquent dans le Sud italien depuis 2007 »[9]. Sous sa direction, la Ligue du Nord se rapproche de Frères d'Italie - Alliance nationale[10]. Les politologues Gaël Brustier et David Djaïz voient en lui et Giorgia Meloni les tenants d'« un authentique populisme de droite, identitaire et anti-élite, dénonçant le supposé risque migratoire, l'islam et les politiques économiques imposées par Angela Merkel et relayées par l'UE »[11].

En 2009, il se déclare favorable à des wagons séparés pour les Milanais de souche dans le métro de la capitale lombarde[12]. Il a décrit l'euro comme un « crime contre l'humanité »[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Italie : le populiste Matteo Salvini à la conquête du pouvoir », sur francetvinfo.fr, (consulté le 20 mai 2015).
  2. (it) Alessandro Madron, « Lega, il salto di Salvini. Dai Comunisti padani all’amicizia con l’estrema destra », sur il Fatto Quotidiano.it, (consulté le 25 mars 2016).
  3. (it) « Matteo Salvini eletto segretario della Lega », sur Rainews24.it, .
  4. (it) « Matteo Salvini è il nuovo segretario della Lega Nord : « No all'Ue, è un gulag », sur repubblica.it, (consulté le 20 mai 2015).
  5. (it) « Europee, Salvini con la Le Pen : presto programma comune », sur repubblica.it, (consulté le 20 mai 2015).
  6. (it) « Elenco in ordine alfabetico dei candidati che potrebbero risultare eletti », sur elezioni.interno.it.
  7. a et b (en) Ryan Heath, « The 40 MEPs who matter - Matteo Salvini », sur Politico.eu (consulté le 19 mai 2016).
  8. Rémi Duchemin, « Marion Maréchal-Le Pen invitée de la sulfureuse Ligue du Nord en Italie », sur Europe 1.fr, (consulté le 16 mars 2016).
  9. Nicolas Lebourg, « Les alliés du Front national au sein de l'Union européenne », Notes de la Fondation Jean Jaurès,‎ (lire en ligne).
  10. Gaël Brustier, « Voici les visages méconnus de l’extrême droite européenne », sur Slate, (consulté le 26 juillet 2016).
  11. Gaël Brustier et David Djaïz, « Vers un nouveau monde : les monstres sont dans l'isoloir (1/3) », sur lefigaro.fr, (consulté le 11 décembre 2016).
  12. Abel Mestre et Caroline Monnot, « Les réseaux du Front national : sociologie d'un parti politique », dans Sylvain Crépon, Alexandre Dézé, Nonna Mayer, Les Faux-semblants du Front national, Presses de Sciences Po, , p. 69.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :