Gaucho-lepénisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

En politique, le terme de « gaucho-lepénisme » est utilisé par la sociologie électorale et les instituts de sondage pour désigner une fraction de l'électorat fondamentalement à gauche mais qui a acquis au fil du temps un rejet de l'immigration et de certaines idées progressistes pourtant chères à la gauche traditionnelle, et qui vote, occasionnellement ou systématiquement, pour le Front national[1].

Naissance et prolongement du concept[modifier | modifier le code]

Le terme est utilisé pour la première fois par le politologue Pascal Perrineau, chercheur au Centre d'étude de la vie politique française (Cevipof), dans Le vote de crise, ouvrage analysant les résultats de l'élection présidentielle française de 1995 qui voit Jean-Marie Le Pen, le candidat du Front national, recueillir le suffrage de 30 % des ouvriers (soit davantage que pour Lionel Jospin[1]) et 25 % des chômeurs ; 46 % de ses électeurs sont ouvriers ou employés[2]. Pascal Perrineau distingue « trois dimensions » dans le gaucho-lepénisme de 1995 : « C'était tout autant un gaucho-lepénisme d'origine — nombre de nouveaux électeurs frontistes venant d'un électorat de gauche déçu — qu'un gaucho-lepénisme de l'instant — certains électeurs votant Front national tout en continuant de revendiquer leur appartenance à la gauche — et un gaucho-lepénisme de destination — certains électeurs lepénistes n'hésitant pas à choisir le candidat de la gauche au second tour. Ces trois gaucho-lepénismes marquent différents degrés dans le détachement des électeurs de gauche et leur ralliement au Front national. Certains électeurs rompent totalement les amarres avec la gauche et oublient leurs choix du passé. D'autres vivent la tension entre une affiliation maintenue à la gauche et un choix électoral en faveur du Front national. D'autres enfin investissent leurs divers tropismes politiques dans un choix bifide, favorable au Front national au premier tour et orienté à gauche au second tour »[3].

L'évolution électorale a eu lieu dès les années 1980 : entre 1984 et 1988, la part des ouvriers votant FN est passée de 8 % à 19 %[4]. Depuis l'élection présidentielle de 1988, les ouvriers votent en moyenne davantage pour le FN que l’ensemble de l’électorat[5]. D'après le politologue Alexandre Dézé, « c'est à partir du huitième congrès de 1990 que les dirigeants frontistes commencent à s'intéresser à cette thématique » (le « social »)[6]. Le FN rédige en 1992 les « 51 mesures pour faire le point sur le social », qui sont d'après Alexandre Dézé « toutes passées au prisme de la préférence nationale [...], ce qui interdit par conséquent de les considérer comme relevant d'orientations de gauche (un constat qui vaut encore pour aujourd'hui). C'est également à cette époque que le FN rompt pour la première fois avec l'ultralibéralisme »[6]. Au milieu des années 1990, le FN fait de la « défense des travailleurs » l'un de ses thèmes de discours ; il met en avant le slogan « Le social, c'est le Front national », qui sera plus tard repris par Marine Le Pen[6]. Pascal Perrineau explique l'apparition de ce phénomène par l'impact de la crise des années 1990[7]. Gilles Ascaride, Judith Rouan et Thierry Blöss relèvent en 1999 que l'électorat du PS est le principal à gauche à opérer un transfert vers le vote frontiste[8].

Le transfert de l'électorat ouvrier vers la droite populiste s'observe ailleurs en Europe. Pour cette raison, le chercheur néerlandais Ian Buruma qualifiait en 2002 les forces populistes qui bénéficient de ce mouvement de « nouvelle gauche »[9].

Lors de la campagne de l'élection présidentielle de 2007, Pascal Perrineau utilise également les termes de « gaucho-sarkozysme » et de « gaucho-bayrouisme » pour évoquer la « dissonance » entre proximité partisane et choix électoral qui touche davantage la gauche que la droite, d'après la quatrième vague du Baromètre politique français (BPF). Il souligne en mars 2007 que l'électorat de gauche prêt à voter pour un candidat de droite rejoint d'abord Nicolas Sarkozy, puis François Bayrou, et seulement ensuite Jean-Marie Le Pen, tout en estimant que « l'électorat gaucho-lepéniste est assez proche, dans son profil social et politique, du gaucho-sarkozysme »[10]. Lors de cette élection, les ouvriers constituent la catégorie sociale au sein de laquelle Jean-Marie Le Pen résiste le mieux, passant de 23 % en 2002 à 16 %[4].

La chercheuse Nonna Mayer relève que lors de l'élection présidentielle de 2012, Marine Le Pen attire certes « des électeurs de toutes sensibilités politiques » mais les gaucho-lepénistes « sont minoritaires » au sein de son électorat (« seulement 10 % » se situent à gauche sur l'échiquier politique) : par rapport à la candidature de son père en 2007, « Marine Le Pen dépasse sa moyenne nationale chez les électeurs classés au centre-droit et à droite, [...] et puise plus largement dans le vivier électoral des « ni gauche ni droite ». Mais elle ne décolle pas à gauche »[11].

En 2016, Annick Girardin, ministre de la Fonction publique, réunit des politologues et des spécialistes du FN pour recueillir leurs conseils face à la montée de ce parti au sein de la fonction publique, perçue comme un « fief traditionnellement acquis à la gauche »[12].

Évoquant l'élection présidentielle de 2017, Pascal Perrineau souligne que « le FN a obtenu une majorité absolue seulement dans deux départements : le Pas-de-Calais et l'Aisne », « deux départements où voter à gauche est une tradition historique » ; il relève également que les électeurs du FN désignent majoritairement Jean-Luc Mélenchon comme second choix[13]. Le départ de Florian Philippot en septembre 2017 est perçu comme « un coup d’arrêt à la dynamique du « gaucho-lepénisme » amorcée dès 1995 »[14].

Un terme débattu en sciences politiques[modifier | modifier le code]

Le politologue Pierre Martin réfute l'analyse de Pascal Perrineau en invoquant une droitisation globale du vote ouvrier entre 1988 et 1995, et le simple maintien en 1995 d’une prédominance du Front National sur le vote ouvrier de droite déjà acquise en 1988[15]. En 1997, la politologue Nonna Mayer estime que le gaucho-lepénisme, défini comme « l'attraction exercée par le FN sur la partie de l'électorat de la gauche, restée attachée à certaines valeurs de la gauche », « correspond incontestablement à la réalité », tout en jugeant l'expression « discutable, suggérant à tort une synthèse idéologique entre extrémisme de gauche et de droite » ; elle souligne également que les électeurs gaucho-lepénistes « ne sont même pas des "lepénistes" stricto sensu puisque, interrogés sur les raisons de leur vote présidentiel de 1995, ils sont les moins nombreux à mettre en avant la personnalité de leur candidat » ; et que « ce n'est pas dans les rangs de la gauche que le FN recrute d'abord ses partisans, c'est plutôt à droite et plus encore, chez ceux qui n'appartiennent à aucun des deux camps »[16].

La chercheuse Nonna Mayer privilégie le terme d'« ouvriéro-lepénisme » à celui de « gaucho-lepénisme ».

Dans son ouvrage Ces Français qui votent FN (1999)[17], Nonna Mayer utilise le terme d'« ouvriéro-lepénisme » pour désigner la tentative de Bruno Mégret de développer des réseaux syndicaux FN dans le petit patronat et les administrations publiques[18]. Ce terme a la préférence d'Alexandré Dézé, estimant que « ce sont toujours moins des électeurs de gauche que des ouvriers (anciennement abstentionnistes ou de droite) qui votent pour le FN »[19]. Blaise Magnin, reprenant les avertissements formulés par la politiste Annie Collovald[réf. nécessaire], rejoint cette analyse, qualifiant le gaucho-lepénisme de « fantasme inlassablement rabâché » : « d'une part, la plupart des ouvriers qui votent aujourd’hui pour le FN sont d’anciens électeurs de droite radicalisés ; d’autre part, le premier “parti” ouvrier est celui de l’abstention »[20]. Jérôme Sainte Marie, politologue et sondeur français, juge pour sa part que « la théorie du “gaucho-lepénisme” » s'est appuyée sur différents argumentaires successifs, dont il relativise la portée :

  • « le transfert d’électeurs communistes vers le vote frontiste, phénomène réel mais largement exagéré » ;
  • « un parallélisme entre les discours d’Olivier Besancenot ou de Jean-Luc Mélenchon d’une part, et de Marine Le Pen d’autre part, entreprise hasardeuse et sans écho dans les sondages réalisés auprès des électeurs concernés » ;
  • « montrer que le Front national progresse, ou progressera, par la gauche plutôt que par la droite, ce qui paraît douteux »[21].

À la lumière de sondages réalisés lors des élections présidentielles de 2007 et 2012, Nonna Mayer assimile l'« ouvriéro-lepénisme » à un « droito-lepénisme » et précise : « En 2012, ce ne sont pas les ouvriers précaires qui ont voté pour Marine Le Pen : eux ont préféré François Hollande dès le premier tour, quand ils ne se sont pas abstenus. En revanche les ouvriers non précaires ont voté à 36 % pour Marine Le Pen. Qui sont-ils ? Ceux qui ont peur de tomber : ils sont plus catholiques, ont un plus fort taux d’équipement des ménages, habitent davantage hors des grandes villes, ont un petit diplôme, un petit quelque chose qu’ils ont peur de perdre »[5].

Pour le chercheur Florent Gougou, le score du FN chez les ouvriers s'explique de trois manières : « un rapport de force à l’intérieur de l’électorat ouvrier de droite, plus favorable à l’extrême droite qu’à la droite modérée » lors la percée du FN dans les années 1980 ; une « tendance sur le long terme à un recul du vote de gauche des ouvriers depuis les années 1970 » ; et le renouvellement des générations chez l'électorat ouvrier. Il relativise également l'importance de la part des ouvriers dans l'électorat du FN, soulignant qu'elle s'élevait à 50 % pour le Parti communiste français à son apogée en 1967 et 1978, contre 30 à 35 % pour le FN depuis 1988[5]. Plus globalement, Florent Gougou estime que « la thèse du gaucho-lepénisme pose problème en ce qu’elle part du principe qu’un ouvrier devrait naturellement voter à gauche »[22].

Dans La France au front (Fayard, 2014), Pascal Perrineau affirme que le gaucho-lepénisme « est resté une réalité, même si nombre d'analystes ont du mal à le penser en raison de son atypie. [...] La même réticence intellectuelle, les mêmes tabous, existaient dans les années 1950 et 1960 à propos des analyses mettant au jour des ressorts communs entre les totalitarismes communiste et fasciste. C'était encore le cas dans les années 1970, lorsque Jean-Pierre Faye analysait les langages totalitaires et montrait, à travers sa «théorie du fer à cheval », la manière dont les extrêmes partisans s'étaient rejoints dans l'Allemagne de 1932 »[23].

Dans ce même ouvrage, Pascal Perrineau estime que le gaucho-lepénisme, qui a d'abord connu « une dynamique longtemps marginale et contenue », fait l'objet d'une « accélération ». Il identifie plusieurs facteurs pour expliquer celle-ci :

  • le rapprochement d'électeurs de la gauche et du Front national « autour d'un ensemble de préoccupations nationales et sociales », « notamment lors des référendums sur la question européenne, et particulièrement lors de celui de 2005 sur le traité constitutionnel européen, où un même tropisme social-nationaliste les a réunis un temps » ;
  • l'investissement par Marine Le Pen de « thématiques de gauche — la République, la laïcité, l'État et les services publics » et « la dimension antieuropéenne de son discours » ;
  • « la crise économique et financière de 2008 et ses effets sociaux [qui] ont pu unir dans une même colère des électeurs issus d'horizons politiques différents. Ce ressentiment est particulièrement susceptible de s'étendre dans les moments de crise et dans les sociétés démocratiques où la valeur d'égalité reste centrale, comme c'est le cas en France » ;
  • des « ruptures dans la transmission intergénérationnelle des systèmes d'orientation politique », un approfondissement de l'« écart entre le peuple de gauche et les élites qui le représentent » sur « l'immigration, les valeurs d'ordre et d'autorité, la valorisation nationale par rapport à des «outgroups » plus ou moins stigmatisés », et « tout un encadrement institutionnel, syndical et partisan qui a peu ou prou disparu de certains quartiers ou de certaines régions »[24].

En 2017, Pascal Perrineau publie un nouvel ouvrage consacré au sujet, dans lequel il réaffirme la validité du concept de gaucho-lepénisme[25].

Usage et commentaire dans le discours politique[modifier | modifier le code]

Le terme est diversement apprécié et utilisé par les responsables politiques :

  • Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche) déclare en juin 2011, réagissant à un sondage Harris Interactive : « Le gaucho-lepénisme n’existe que dans la bouche des persifleurs. Je vois bien qu’il y a une bonne société qui aimerait bien mettre dans le même sac tous les extrêmes ». À cette occasion, il met en avant ses différences avec Marine Le Pen[26].
  • Carl Lang (Parti de la France) affirme en mars 2012 qu'« aujourd'hui, Mme Le Pen est la représentante du gaucho-lepénisme » mais « pas de la droite nationale ». Ancien cadre du FN, il avait quitté le parti en 2009, en conflit ouvert avec Marine Le Pen[27].
  • Xavier Bertrand (UMP) déclare en mai 2013 : « La montée de madame Le Pen s'explique par les nombreux déçus de François Hollande qui la rejoignent, très en colère d'avoir été bernés. Une forme de gaucho-lepénisme est en train de se mettre en place. C'est quand la gauche est au pouvoir que le populisme monte le plus : c'est le prix du mensonge »[28].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jocelyn Evans, « Le vote gaucho-lepéniste. Le masque extrême d'une dynamique normale », Revue française de science politique, vol. 50, no 1, février 2000, p. 21-51.
  2. Éric Conan et Romain Rosso, « Front national : ce qu'on n'ose pas vous dire », L'Express, 11 avril 1996.
  3. Perrineau 2014, p. 184-185
  4. a et b Nicolas Lebourg, « Pourquoi Marine Le Pen parle-t-elle le 1er-Mai? », Slate, 1er mai 2014
  5. a, b et c Mathieu Dejean, « Le FN, parti des ouvriers ? », Les Inrockuptibles, 27 février 2014
  6. a, b et c Alexandre Dézé, « La « dédiabolisation » », dans Sylvain Crépon, Alexandre Dézé, Nonna Mayer, Les Faux-semblants du Front national : sociologie d'un parti politique, Presses de Sciences Po, , p. 36
  7. « Pascal Perrineau : "l'OPA idéologique du FN a en partie réussi" », MyBoox, 5 mars 2014
  8. Gilles Ascaride, Judith Rouan et Thierry Blöss, Le vote Front national dans les Bouches-du-Rhône : « Laboratoire » de l'alliance entre la droite et l'extrême droite ?, Revue française de science politique, 1999, vol. 49, no 2, p. 302
  9. Dominique Reynié, « Une mutation qui arrive trop tard », lemonde.fr, 21 février 2014, disponible en ligne sur le site de la Fondapol
  10. Pascal Perrineau, « Les électeurs infidèles, une des clés du scrutin », Le Monde, 13 mars 2007.
  11. Nonna Mayer, « Le plafond de verre électoral entamé, mais pas brisé », dans Sylvain Crépon, Alexandre Dézé, Nonna Mayer, Les Faux-semblants du Front national, Presses de Sciences Po, , p. 302-303
  12. Charles Sapin, Henri Vernet, Gaëtane Morin, « Présidentielle : Hollande perd son électorat au profit du FN », sur leparisien.fr, (consulté le 15 septembre 2016).
  13. « Pascal Perrineau : "C'est la ligne Philippot qui a fait décoller le FN" », sur lepoint.fr, (consulté le 8 juillet 2017)
  14. « Pascal Perrineau: «Sans Florian Philippot, le FN va au-devant de grandes difficultés », sur L'Opinion.fr, (consulté le 27 septembre 2017).
  15. « L'électorat du Front national. Droitisation du vote ouvrier ou “gaucho-lepénisme” : une diversité d'analyses pour un même fait », Les Notes de la Fondation Jean-Jaurès, no 5, juin 1997
  16. Nonna Mayer, « Du vote lepéniste au vote frontiste », Revue française de science politique, vol. 47, nos 3-4,‎ , p. 438-453 (lire en ligne)
  17. Nonna Mayer, Ces Français qui votent FN, Flammarion, « Documents », 1999 (ISBN 978-2080673237)
  18. Grégory Marin, « La résistible progression du lepéno-syndicalisme », L'Humanité, 30 janvier 2014.
  19. « “Il faut relativiser la victoire du FN à Brignoles” », entretien recueilli par David Doucet, Les Inrockuptibles, 14 octobre 2013.
  20. Blaise Magnin, « Les urnes et le peuple », Le Monde diplomatique, septembre 2011.
  21. « Regards présents sur l’état de l’opinion - Entretien croisé avec Gérard Le Gall, Politologue et Jérôme Sainte Marie, Directeur général adjoint de l’Institut CSA », Revue politique et parlementaire, 9 janvier 2014.
  22. « Les ouvriers ne votent pas «naturellement » à gauche... ni à droite !, Entretien avec Florent Gougou », recueilli par Nicolas Dutent, blog Mediapart de La Revue du Projet, 9 mars 2014
  23. Perrineau 2014, p. 185-186
  24. Perrineau 2014, p. 187-191
  25. Olivier Faye, « « Gaucho-lepénisme », un mythe? », sur lemonde.fr, (consulté le 8 juillet 2017)
  26. « Mélenchon : “Marine Le Pen a capitulé” (E1) », Europe 1, 26 juin 2011.
  27. « Extrême droite : Carl Lang annonce 380 parrainages, “ce sera très dur” », 20 minutes, 3 mars 2012.
  28. « Bertrand : “Un gaucho-lepénisme se met en place” », entretien recueilli par Bruno Jeudy et Soazig Quéméner, Le Journal du dimanche, 21 mai 2013.

Bibliographie[modifier | modifier le code]