Nissa Rebela

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Nissa Rebela
Nissa Rebela Logo.gif
Logo de Nissa Rebela
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Objet social
Défense de l'identité niçoise et européenneVoir et modifier les données sur Wikidata
Pays
Organisation
Président
Philippe Vardon (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Secrétaire général
Benoît Loeuillet (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Idéologie
Site web
Identifiants
RNA

Nissa Rebela est un mouvement politique identitaire présent à Nice et dans le Pays niçois[1] depuis 2005[2]. Issu du Bloc identitaire[2], il est généralement considéré comme un mouvement d'extrême droite.

Dirigé par Philippe Vardon jusqu'en 2015, l'ancien porte-parole des Jeunesses identitaires, il compterait environ 600 adhérents[3].

Idéologie et programme[modifier | modifier le code]

Il milite pour l'arrêt total de l'immigration extra-européenne, la promotion et la défense de l'identité niçoise, l'apprentissage de la langue niçoise, en particulier dans les écoles[4], avec la création de postes d'enseignants de niçois[5]. Il est opposé à toute construction de mosquée sur le territoire niçois et souhaite l'organisation d'un référendum local sur ce sujet[6]. Ainsi, Philippe Vardon et ses amis participent à l'occupation du toit de la mosquée de Poitiers en [7].

Concernant la question du régionalisme, Nissa Rebela n'est pas indépendantiste, mais milite pour une certaine autonomie du Pays niçois[1]. Il désapprouve notamment « le centralisme républicain et la mainmise de Marseille, Paris et Bruxelles sur la vie des Nissarts[1] ».

Activités[modifier | modifier le code]

Nissa Rebela organise chaque année dans les rues de Nice un défilé en l'honneur de Catherine Ségurane ainsi qu'une « marche de la fierté niçoise ». Ils se sont d'abord fait connaître en collant de nombreuses affiches dans la ville, dont l'une fut intitulée « Oui à la socca, non au kebab ». Le groupe met en place une distribution de soupes au lard pour en exclure les musulmans[7]. Le groupe change les noms de rues du centre-ville de Nice en « rue de la Lapidation » ou « rue de la Burqa »[8].

En , ils font pression sur les organisateurs d'un concert de rap afin d'empêcher la tenue à Nice de ce concert qui, d'après Nissa Rebela, faisait appel à des chanteurs qui appelaient à la violence et incitaient à la haine envers la France. Après de nombreux appels téléphoniques et envois de courriers et de courriels, le concert est finalement annulé[9].

En , alors que des incidents et des heurts ont lieu dans le centre-ville de Nice à l'issue d'une manifestation de soutien aux Palestiniens lors de la guerre de Gaza[10], Nissa Rebela décide d'organiser la semaine suivante, une manifestation intitulée « Maîtres chez nous : n'abandonnons pas notre ville à la racaille ! »[11]. Au même moment doit se dérouler un nouveau rassemblement de soutien aux Palestiniens[11]. Le préfet prend la décision d'interdire les deux manifestations afin d'éviter tout incident[12]. Le maire de Nice, Christian Estrosi, qualifiera alors Nissa Rebela de « mouvement complètement inacceptable dans cette ville », « ils représentent tout le contraire de ce que je peux tolérer » ajoutera-t-il[12].

En , Nissa Rebela a organisé une manifestation pour s'opposer au passage de la nouvelle ligne du tramway de Nice sur la Promenade des Anglais mettant notamment en cause la possible « défiguration » de celle-ci[13]. Il réclame la tenue d'un référendum sur cette question[13].

Leurs membres ouvrent en , au no 9 de la rue Ribotti à Nice, un local de 130 mètres carrés dénommé « Lou Bastioun » et destiné à accueillir une permanence politique, une salle de sport et de conférences ainsi qu’un bar associatif[14]. Ce lieu succède au précédent local « La Maioun » qu'ils avaient mis en place dans la même rue dès 2004[14]. Par ailleurs, ils distribuent depuis un « quatre pages », intitulé identità, contenant leurs réactions à l'actualité locale[15].

Élections[modifier | modifier le code]

Cantonales[modifier | modifier le code]

Nissa Rebela se présente pour la première fois à une élection le , lors d'une cantonale partielle dans le canton de Nice-7. À l'occasion des élections cantonales de 2008, le mouvement présente un candidat dans quatre des six cantons renouvelables de la ville de Nice et obtient des scores entre 2,22 et 5,09 %[16]. Il participe par la suite à toutes les élections cantonales partielles qui ont lieu dans le Pays niçois, recueillant de 2,2 % (Saint-Martin-Vésubie) à 7,68 % des suffrages (Nice-6). Lors des élections cantonales de 2011, il se présente dans la plupart des cantons renouvelables du Pays niçois. Dans le canton de Nice-14, il soutient l'ancien maire de Nice Jacques Peyrat qui se présente sous l'étiquette Entente républicaine. Les scores obtenus s'établissent autour d'une moyenne de 3,8 %, avec un score minimal de 1,41 % à Puget-Théniers et une pointe à Guillaumes avec 12,93 % des voix. Ces élections, où l'on note par ailleurs une forte poussée du Front national[17], marquent un arrêt dans la progression électorale de Nissa Rebela dont les résultats s'avèrent en deçà de ses ambitions initiales[18].

Élection Canton Candidat Nb de voix %
Partielle 2005[19] Nice-7 Damien Derey 85 1,9
Partielle 2007[20] Nice-11 Damien Derey 420 4,0
Cantonales 2008[21] Nice-1 Dominique Lescure 150 2,22
Nice-2 Philippe Vardon 283 4,22
Nice-6 Benoît Loeillet 467 5,09
Nice-13 Myriam Marchand 404 4,23
Partielle 2008[22] Saint-Martin-Vésubie Pierre-Antoine Plaquevent 25 2,2
Partielle 2009[23] Nice-12 Aulde Maisonneuve 174 4,9
Partielle 2009[24] Nice-6 Benoît Loeillet 273 7,68
Cantonales 2011[25] Nice-3 Philippe Vardon 394 4,44
Nice-5 Benoît Loeillet 223 3,30
Nice-7 Dominique Lescure 181 3,24
Nice-8 Éric de Linares 129 2,71
Nice-10 Roxanne Georges 275 3,84
Nice-11 Marie-Édith Cattet 336 4,51
Nice-12 Aulde Maisonneuve 173 3,50
Guillaumes Myriam Marchand 231 12,93
L'Escarène Jessica Jannuzzi 131 3,45
Lantosque Étienne Mougenot 25 1,52
Levens Benoît Vardon 391 5,34
Puget-Théniers Jérôme Guichard 25 1,41
Saint-Martin-Vésubie Guillaume Jannuzzi 21 1,61
Villars-sur-Var Thibault Martin 29 1,53
Partielle 2012[26] Levens Benoît Vardon 129 2,46

Municipales[modifier | modifier le code]

À l'élection municipale de mars 2008, la liste soutenue par Nissa Rebela et le MNR, intitulée N.I.S.S.A (Nice identité sécurité solidarité action) et conduite par Philippe Vardon, a rassemblé 3,03 % des suffrages à Nice[27].

Dans le cadre de la préparation de l'élection municipale à Nice en 2014, Philippe Vardon a quitté la présidence de Nissa Rebela et tenté d'adhérer au Rassemblement bleu Marine[28]. Mais son adhésion au RBM a finalement été refusée par la direction du mouvement lepéniste[29]. Faute d'accord avec le FN, le mouvement se présente seul à l'élection municipale de Nice et obtient 4,4 % des voix. Philippe Vardon est cependant décrit après les élections comme conseiller officieux de la conseillère municipale Marie-Christine Arnautu[7].

Législatives[modifier | modifier le code]

Lors des élections législatives de 2007, 4 candidats soutenus par Nissa Rebela se présentent dans le département des Alpes-Maritimes et obtiennent entre 2,20 % et 2,66 % des voix[30].

Circonscription Candidat Nb de voix %
1re des Alpes-Maritimes Philippe Vardon 773 2,29
2e des Alpes-Maritimes Benoit Loeuillet 938 2,66
3e des Alpes-Maritimes Myriam Marchant 963 2,50
5e des Alpes-Maritimes Pierre-Antoine Plaquevent 1195 2,20

Lors de l'élection législative partielle dans la cinquième circonscription des Alpes-Maritimes, le candidat soutenu par Nissa Rebela, Pierre-Antoine Plaquevent, réunit 4,61 % des voix[31].

En vue des élections législatives de 2012, Philippe Vardon annonce en son intention de se présenter dans la cinquième circonscription des Alpes-Maritimes, face au maire de Nice Christian Estrosi, et lance un appel au Front national afin d'obtenir son soutien[32]. Après une longue incertitude, les dirigeants de ce dernier (notamment Jean-Marie Le Pen, Louis Aliot et Lydia Schénardi) refusent et décident de présenter leur propre candidate[33]. Philippe Vardon abandonne alors sa candidature, expliquant ne pas vouloir diviser les voix de l'opposition et ainsi faciliter la réélection de Christian Estrosi[34],[35]. Dans la première circonscription des Alpes-Maritimes, Nissa Rebela décide d'apporter son soutien et de militer en faveur de Jacques Peyrat[33],[36].

Présidentielle de 2012[modifier | modifier le code]

Du 5 au , Nissa Rebela se prononce lors d'un vote interne des adhérents sur un éventuel soutien à un des candidats à l'élection présidentielle française de 2012[37]. Quatre choix sont proposés par le bureau du mouvement et les résultats, issus de plus de 300 personnes, sont communiqués par Philippe Vardon le [38]. Le choix de soutenir Marine Le Pen arrive en tête avec 79 % des voix, suivi par celui de ne soutenir aucune candidature (12 %), et celui de s'aligner sur le résultat de la consultation de l'ensemble des adhérents du Bloc identitaire (9 %). Le soutien à Frédéric Nihous (CPNT) ne recueille quant à lui aucune voix[37].

À l'occasion de ce vote, la direction de Nissa Rebela rappelle les divergences qui existent entre Marine Le Pen et lui, notamment sur l'Europe et les « libertés locales »[39]. Mais le mouvement justifie son soutien à Marine Le Pen par les mesures défendues par celle-ci en matière d'immigration (la suppression du droit du sol et du regroupement familial). Il énonce notamment : « Pour défendre l’identité d’un peuple, encore faut-il que ce peuple existe toujours et n’ait pas été totalement submergé »[39]. D'après le journaliste du Monde Abel Mestre, le fort soutien apporté par les adhérents du mouvement à Marine Le Pen s'explique également par la perspective d'un accord avec le Front national en vue des élections législatives de 2012[37]. Le , Philippe Vardon était assis au deuxième rang lors du meeting de Marine Le Pen au palais des congrès Acropolis[40].

Régionales de 2015[modifier | modifier le code]

En 2015, Vardon affirme avoir quitté ses responsabilités directes à Nissa Rebela[7].

Philippe Vardon est élu au conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur en 2015 sur la liste de Marion Maréchal-Le Pen : au sein de son groupe, il est chargé de la communication[41]. Il est aussi membre du bureau départemental des Alpes-Maritimes du FN chargé de la communication externe et des actions militantes[41].

Le , Philippe Vardon est condamné à six mois de prison ferme en première instance, pour une bagarre survenue le au soir, avec trois jeunes maghrébins[42]. Selon l'élu, qui était accompagné de sa femme et de ses deux enfants, ceux-ci, l’ayant reconnu, l’auraient alors « pris à partie avec un cric, une manivelle et un démonte-pneu »[42]. Les trois jeunes maghrébins indiquent quant à eux avoir été victimes d’injures racistes[42]. Philippe Vardon a fait appel de la décision[42] et n'a été condamné en appel que pour violences, à une amende, en l'absence de preuve d'utilisation d'une arme en début de l'altercation[43].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Présentation du site officiel de Nissa Rebela » (consulté le ).
  2. a et b Structure du Bloc identitaire, site officiel du Bloc identitaire. Consulté le 28 décembre 2008.
  3. Jean-Marie Godard et Antoine Dreyfus, La France qui gronde, Flammarion, 383 p. (lire en ligne), p. 143
  4. « Dans le labo des identitaires », Metro, . Consulté le 12 juin 2008.
  5. [PDF] Tract de Nissa Rebela lors de l'élection municipale de 2008. Consulté le 24 janvier 2009.
  6. « Nissa Rebela part en campagne », Nice-Matin,
  7. a b c et d Dominique Albertini, « Rassemblement brun Marion », Libération, (consulté le )
  8. « RN : Vardon, un «nerveux en bomber» devenu candidat niçois - Œil sur le front », sur Libération (consulté le ).
  9. « Des rappeurs furieux contre l'extrême droite après l'annulation d'un concert à Nice », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. « La manifestation pro-palestinienne dégénère », Nice-Matin, . Consulté le 24 janvier 2009.
  11. a et b « Manifestations à Nice : le samedi de tous les dangers ? », Nice-Matin, . Consulté le 24 janvier 2009.
  12. a et b « Le préfet interdit deux des trois manifs prévues aujourd'hui à Nice », Nice-Matin, . Consulté le 24 janvier 2009.
  13. a et b Reproduction de l'article de Nice-Matin : « Nissa Rebela contre le tramway sur la Prom », site officiel de Nissa Rebela, . Consulté le 11 juin 2009.
  14. a et b Présentation, site officiel du Bastioun. Consulté le 17 février 2010.
  15. [PDF] Exemplaire de la première édition d'identità, .
  16. Cantonales 2008 les résultats, Le Journal du dimanche. Consulté le 12 juin 2008.
  17. « Cantonales : le FN disputera 14 "duels" dans les Alpes-Maritimes », Nice-Matin, .
  18. « Une élection explosive qui s'achève de manière conventionnelle », Nice-Matin, .
  19. [PDF] Élection cantonale partielle des 12 et 19 juin 2005 - Canton de Nice VII sur interieur.gouv.fr, le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 8 janvier 2011.
  20. [PDF] Élection cantonale partielle du 10 juin 2007 - Canton de Nice XI sur interieur.gouv.fr, le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 8 janvier 2011.
  21. Résultats des élections cantonales de 2008 - Alpes-Maritimes sur interieur.gouv.fr, le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 8 janvier 2011.
  22. [PDF] Élection cantonale partielle du 7 décembre 2008 - Canton de Saint-Martin-Vésubie sur interieur.gouv.fr, le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 8 janvier 2011.
  23. [PDF] Élection cantonale partielle des 3 et 10 mai 2009 - Canton de Nice-XII sur interieur.gouv.fr, le site du ministère de l'Intérieur, . Consulté le 8 janvier 2011.
  24. [PDF] Élection cantonale partielle des 6 et 13 septembre 2009 - Canton de Nice-VI sur interieur.gouv.fr, le site du ministère de l'Intérieur, . Consulté le 8 janvier 2011.
  25. Résultats des élections cantonales de 2011 - Alpes-Maritimes sur interieur.gouv.fr, le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 8 janvier 2011.
  26. [PDF] Élection cantonale partielle des 9 et 16 septembre 2012 - Canton de Levens sur interieur.gouv.fr, le site du ministère de l'Intérieur, . Consulté le 13 octobre 2012.
  27. Résultats des élections municipales 2008 - Nice, Le Figaro. Consulté le 12 juin 2008.
  28. Olivier Faye, Abel Mestre et Caroline Monnot, « Philippe Vardon rejoint le Rassemblement bleu Marine », sur Lemonde.fr, .
  29. Sylvain Mouillard, « La vraie-fausse adhésion d'un identitaire au Rassemblement Bleu Marine », Libération,‎ (lire en ligne).
  30. « Élections législatives 2007 - Résultats - ALPES-MARITIMES », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le )
  31. « Nice : Christian Estrosi en tête au premier tour », Le Nouvel Observateur, . Consulté le 12 juin 2008.
  32. Législatives 2012 : Philippe Vardon sera candidat dans la 5e circonscription, sur nissarebela.com, le site officiel de Nissa Rebela, . Consulté le 25 mai 2012.
  33. a et b Abel Mestre, « A Nice, les allers-retours de Jacques Peyrat, du FN au FN », sur lemonde.fr, le site du Le Monde, . Consulté le 26 mai 2012.
  34. « Législatives 5e : Nissa Rebela jette l'éponge face à Estrosi », sur nicematin.com, le site de Nice-Matin, . Consulté le 25 mai 2012.
  35. « Philippe Vardon ne sera pas candidat dans la 5e circonscription », sur nissarebela.com, le site officiel de Nissa Rebela, . Consulté le 25 mai 2012.
  36. Avec Jacques Peyrat !, sur nissarebela.com, le site officiel de Nissa Rebela, . Consulté le 25 mai 2012.
  37. a b et c Abel Mestre, « Les Identitaires niçois en soutien de Marine Le Pen », Droite(s) extrême(s), .
  38. « Les identitaires niçois soutiennent Marine Le Pen à la présidentielle » sur lci.tf1.fr, le site de LCI, . Consulté le 7 janvier 2012.
  39. a et b Présidentielles 2012 : Nissa Rebela consulte ses adhérents sur nissarebela.com, le site officiel de Nissa Rebela, . Consulté le 7 janvier 2012.
  40. Abel Mestre, « Marine Le Pen veut prévenir un éventuel "vote utile" à droite pour Nicolas Sarkozy », Le Monde, .
  41. a et b Gaël Brustier, « Voici les visages méconnus de l’extrême droite européenne », sur Slate, (consulté le ).
  42. a b c et d « L'élu FN Philippe Vardon condamné à six mois de prison ferme après une rixe » (consulté le )
  43. Le Parisien avec AFP, « Violences : l’élu RN Philippe Vardon condamné à 750 euros d’amende », Le Parisien,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]