Les Veilleurs (mouvement)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Veilleurs.
Les Veilleurs
Logo de l’association
Cadre
But Opposition au mariage homosexuel et à l'homoparentalité ; Réflexions élargies vers des sujets sociétaux.
Zone d’influence Drapeau de la France France
Fondation
Fondation avril 2013
Fondateur Axel Rokvam[1]
Identité
Méthode Enseignement, Musique, Non-violence, Témoignage, Théâtre
Site web www.les-veilleurs.frVoir et modifier les données sur Wikidata

Les Veilleurs est un mouvement de manifestations sur la voie publique, « mouvement non-formel associé » à La Manif pour tous[2],[3], apparu le 16 avril 2013[4], se réunissant sur des lieux publics pour manifester son opposition à la loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe en France et pour promouvoir une « écologie humaine »[5]. Cette opposition s'est élargie à d'autres questions de société : la gestation pour autrui, l'écologie au sens large ou la financiarisation de l'économie[6].

Le mode opératoire des veilleurs est de manifester en lisant des textes de littérature et de philosophie, en écoutant de la musique et en chantant, assis en groupe, à même le sol. Ce mouvement, qui se veut apolitique et non confessionnel, annonce défendre une « révolution calme des consciences par l'art et la culture »[3]. Qualifié par certains de « réactionnaire »[7], il serait majoritairement composé de catholiques[2], ou de « catholiques d'identité »[8], selon la majorité des enquêtes médiatiques menées sur le sujet.

En juin 2016, une tentative de participation à Nuit debout se solde par un échec[9]. La dernière veillée relevée dans la presse date du 9 mars 2018[10].

Historique[modifier | modifier le code]

Apparition en 2013[modifier | modifier le code]

Bougie et feuille de chants, symboles des veilleurs.
Veilleurs à Lyon le 19 avril 2013.
Veilleurs à Paris aux Invalides le 23 avril 2013.
Veilleurs à Strasbourg le 25 avril 2013.


Après de nombreuses manifestations, soixante-sept personnes manifestant leur soutien aux députés de l’opposition sont placées en garde à vue le 14 avril 2013. Cette garde à vue de jeunes est à l'origine de la recherche de leur part d'« un autre moyen de [se] faire entendre ». Certains tentent alors de trouver une nouvelle façon de s'opposer au projet de loi sur l'ouverture du mariage aux homosexuels[11].

À la suite du rassemblement de La Manif pour tous le dimanche 16 avril 2013, assis sur les pelouses de l’Esplanade des Invalides, un groupe de 150 jeunes brave l’ordre de dispersion et entonne des chants, l'un d'entre eux brandit même un portrait de Gandhi[12].

Le mouvement s'est répandu en France (plus de 110 villes françaises à la fin du mois de mai 2013)[13] et à l'étranger (Jérusalem, Italie[14]). Selon les organisateurs, 5 000 personnes ont participé à 50 rassemblements pour le mois d'avril 2013[15]. Certains de ces rassemblements ont fait l'objet de contre-manifestations[16],[17].

Actions postérieures à l'adoption de la loi sur le mariage pour tous[modifier | modifier le code]

Le mouvement des Veilleurs souhaite s'inscrire dans la durée, prévoyant des rassemblements jusqu'en 2017 selon l'un de ses participants[18]. Au fur et à mesure que le mouvement prend de l'ampleur[réf. nécessaire], il élargit son caractère protestataire initial centré sur la filiation et devient un lieu de réflexion plus globale sur une nouvelle pensée politique ou sociale[19].

Ce mouvement se prolonge par divers modes d'action. À l'été 2013, une « marche des Veilleurs », partie de Rochefort et de Nantes, arrive à Paris le 31 août[20] et rassemble une vingtaine de personnes, dont trois sur tout le trajet[21]. Tandis qu'à l'arrivée était prévue d'une manifestation entre la Défense et la Concorde, la préfecture de police l'interdit néanmoins, pour raisons de sécurité. Entre plusieurs centaines et plusieurs milliers de personnes (selon les organisateurs) se réunissent tout de même sans incident pour une veillée place de la Concorde[21],[22].

Le , un groupe de Veilleurs, se rend place de la République à Paris pour tenter un rapprochement avec Nuit debout. Ils sont cependant invectivés, brutalisés et éconduits. S'étant ensuite rassemblés quai de Valmy à proximité de la place, ils sont agressés par des personnes se réclamant de Nuit debout ; au moins cinq veilleurs sont blessés, dont au moins deux sont hospitalisés[23],[24],[25],[9],[26]

Soutiens et participants[modifier | modifier le code]

Dès les premiers mois, les Veilleurs accueillent des députés de l'opposition de droite comme Hervé Mariton ou Marc Le Fur, qui jugent « totalement disproportionné » le déploiement de force policière autour des Invalides[12] et de la majorité socialiste comme Jérôme Lambert[27].

Lors d'une veillée à Versailles figurait Christine Boutin, la présidente du Parti chrétien-démocrate[28].

Frigide Barjot, l'une des porte-paroles de La Manif pour tous, intervint aussi à plusieurs veillées en 2013[29].

Lors d'un rassemblement à Versailles à l'occasion du 2e anniversaire du mouvement en 2015, la députée Marion Maréchal-Le Pen était l'invitée des Veilleurs et fit une intervention devant 300 personnes[30].

Inspiration[modifier | modifier le code]

Résistance pacifique[modifier | modifier le code]

Les Veilleurs refusent toute violence[31], se réclamant de l'enseignement de Gandhi pour son modèle de résistance non violente ou encore de Martin Luther King[29] bien que certains médias aient évoqué des accrochages[32].

Ce mouvement se revendique non confessionnel[33] bien que beaucoup des premiers participants soient catholiques. Lors de ces soirées sont lus des textes de grands auteurs, de littérature (par exemple Antigone), des discours politiques ou encore des témoignages de personnes[34].

Au-delà de l'opposition au mariage pour tous et à l'adoption par des couples homosexuels, le mouvement semble s'élargir à l'ensemble des thématiques liées à la famille et au développement de l'enfant à l'opposé des valeurs défendues par mai 68 selon certains participants[35].

Forme d'expression démocratique nouvelle[modifier | modifier le code]

Les formes des rassemblements des Veilleurs sont une occupation de l'espace public, soit par des sit-in, appelées « Veillées », où les participants déclament des textes de grands auteurs en faveur de la non-violence, des discours. Cette forme-là de protestation démocratique rapproche le mouvement des Veilleurs aux manifestations d'Occupy movement, soit par une immobilisation debout et espacée, en rangées ou non, face aux palais de justice (les « Veilleurs debout » qui se sont renommés "Sentinelles")[36]. La forme d'expression du mouvement Nuit debout apparu en avril 2016 peut-être rapprochée de celle des Veilleurs[37],[38], bien que leurs revendications et leur mode d'action diffèrent.

L'« hymne » des Veilleurs est un chant scout, L'Espérance[35],[39]. Il aurait été entonné spontanément lors des interpellations policières des premières veillées[réf. nécessaire].

Analyse[modifier | modifier le code]

Ce sont « groupes qui s'engagent dans une protestation “désobéissante”, […] les veillées mettent en scène dans l'espace public une maîtrise de soi [et] une capacité à anticiper les interactions violentes. […] Ces veillées exposent une identité religieuse pacifiée, laïque […] qui s'exprime par une attitude d'introspection (prières, lectures, chants doux) » selon Graeme Hayes (directeur de la revue Social Movement Studies) et Sylvie Ollitrault[40].

Ce mouvement a pris une forme de désobéissance civile lors de son apparition en France dans le contexte de l'opposition au mariage homosexuel. « Ce sont des jeunes qui sont persuadés que par la non-violence on peut en faire beaucoup plus, et qui avec beaucoup de courage veulent dire aux politiques ne faites pas cela » explique Xavier Lemoine du Parti chrétien-démocrate[41].

« Les Veilleurs qui se réunissent chaque soir presque partout en France dans le calme et la paix ne sont pas des délinquants[42] » selon Jean-Pierre Denis, éditorialiste de l'hebdomadaire chrétien français La Vie.

Mouvements issus des Veilleurs[modifier | modifier le code]

Le mouvement des Veilleurs s'est très vite ramifié en d'autres formes du mouvement : les Mères veilleuses (commencé le 21 avril 2013)[40], puis des Veilleurs debout (ensuite appelés Les Sentinelles, mouvement spontané né le 24 juin 2013 sur la place Vendôme[43]), où ils dénoncent, debout et immobiles[44], la loi sur le mariage homosexuel et la répression à l'égard des opposants symbolisée par Nicolas Bernard-Buss[45].

Les mères veilleuses[modifier | modifier le code]

Les mères veilleuses sont un groupe créé en avril 2013. Leur action est principalement dirigée contre l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples homosexuels[46] en « veill[ant] sur la filiation et faire en sorte que jamais nos filles et nos nièces ne louent un jour leur ventre »[47].

Leur mode opératoire se caractérise par une chaîne de sit-in sur le Champ-de-Mars, à Paris, par groupe d'une dizaine de mères de familles portant comme signe distinctif un ruban blanc en écharpe[48].

Le 9 décembre 2013, dans le cadre d'une manifestation pacifique et autorisée, 80 mères de famille sont victimes d'un usage « disproportionné » de la force policière[49], condamné le 25 novembre 2015 par le Défenseur des droits[50],[51].

Les Sentinelles[modifier | modifier le code]

Les Sentinelles forment un mouvement né de la Manif pour tous. Ils se sont appelés initialement Veilleurs debout[52].

Leur mode opératoire se caractérise par une longue station debout et silencieuse face à un bâtiment public. Leur méthode s'est inspirée de la protestation du chorégraphe turc Erdem Gunduz[53]. Ce mouvement est né à la suite de l'incarcération d'un jeune veilleur et manifestant de la Manif pour Tous[54], mais une fois celui-ci libéré, les Sentinelles ont poursuivi leur action[55]. À Paris, le lieu principal de veille est place Vendôme face au ministère de la justice[56]. Ce mode d'action s'est répandu en région[57].

Les réactions policières ont été parfois de disperser et d'évacuer par la force les Sentinelles[58]. Alliance, syndicat de police de droite, a dénoncé en 2013 la mobilisation jugée excessive d'équipes de CRS face à « une poignée d'individus » selon Le Figaro[59].

Présenté par la Manif pour Tous comme un mouvement encore actif[60], la dernière attestation dans la presse date de mai 2016 (une dizaine de personnes rassemblées à Pau)[61].

Sentinelle in piedi[modifier | modifier le code]

Les Sentinelle in piedi est un mouvement inspiré des Sentinelles et se réunissant en Italie contre le projet d'union civile, devenu loi en juin 2016, et le projet de loi Scalfarotto[62],[63].

Impact[modifier | modifier le code]

Trois semaines après leur première veillée à Paris, les Veilleurs recensent plus d'une centaine de rassemblements analogues de Veilleurs en France[64] et à l'étranger[65]. Les différents rassemblements se constituent sur les réseaux sociaux.

Ce mouvement se qualifie de « pacifiste » et « déterminé »[66], prévoyant des rassemblements jusqu'en 2017 selon l'un de ses participants[67]. En Italie, s'est créé l'équivalent des Veilleurs debout, les Sentinelle in Piedi[68] qui ont connu une forte répercussion médiatique dans le pays[réf. nécessaire].

Plusieurs initiatives ont été lancées par des personnes issues des Veilleurs, dont le courant « Sens commun », à l'intérieur de l'UMP[69] et la revue Limite[70]. En avril 2016, Gaël Brustier a noté des similitudes avec le mouvement Nuit debout lancé pour protester contre la loi travail de Myriam El Khomri[71]. Axel Rokvam, le fondateur des Veilleurs, affirme cependant qu'il y a une différence de fond et de forme entre les deux mouvements bien qu'ils partagent une même volonté de résistance[72]. Le à Paris, les membres des Veilleurs qui voulaient participer place de la République au mouvement Nuit debout sont pris à partie et chassés par les occupants de la place[24],[73].

Personnalités issues ou ayant participé au mouvement[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2014/04/07/31003-20140407ARTFIG00331-quand-le-fondateur-des-veilleurs-revient-sur-un-an-de-mobilisation.php
  2. a et b Sylvain Mouillard, « Des veilleurs bien allumés », sur Libération.fr (consulté le 16 avril 2016)
  3. a et b Delphine de Mallevoüe, « Manif pour tous : le mouvement des Veilleurs en plein essor », sur Le Figaro (consulté le 16 avril 2016)
  4. Veiller dans la paix pour la famille - Questions de société, Conférences des Evêques de l'Église Catholique en France, publié le 7 mai 2013 consulté le 8 mai 2013.
  5. Voir sur bastamag.net.
  6. « 2. Les veilleurs : enquête sur une résistance », sur rfi.fr (consulté le 16 avril 2016)
  7. Comme par Alain Finkielkraut, invité des Matins de France Culture, où il compare la Nuit debout au mouvement bien plus « réactionnaire » des Veilleurs, " sur franceculture.fr.
  8. « Les catholiques d'identité, le courant conservateur désormais dominant », sur L'Express (consulté le 17 avril 2016)
  9. a et b « Veilleurs contre Nuit debout : récit d'un fiasco écrit d'avance », L'Obs, 9 juin 2016.
  10. Clémence Barral, Les Veilleurs, un état d'esprit qui perdure, Famille chrétienne n°2104 du 12 au 18 mai 2018, p. 21
  11. Anne-Laure Filhol, « Mariage pour tous : une soirée avec les Veilleurs », La Vie,‎ (lire en ligne)
  12. a et b Alain Auffray, « Mariage pour tous : la droite, les CRS et la ballerine », Libération - Politiques,‎ (lire en ligne)
  13. Stéphane Kovacs, « Dimanche soir, les Veilleurs résisteront pacifiquement », sur Le Figaro.fr, (consulté le 17 décembre 2013).
  14. Manuella Affejee, « Reportage au cœur du mouvement des « Veilleurs » à Rome », sur News.va, (consulté le 17 décembre 2013).
  15. Anne-Claire Huet, « Mariage gay : qui sont les « veilleurs », ces opposants qui n'abandonnent pas ? », sur LCI.TF1.fr, (consulté le 17 décembre 2013).
  16. Emmanuel Coupaye, « La veillée des anti-mariage gay sous protection policière », sur La Nouvelle République.fr, (consulté le 17 décembre 2013).
  17. A. D., « Chahutés mardi soir, les veilleurs lillois portent plainte », sur La Voix du Nord.fr, (consulté le 17 décembre 2013).
  18. « Les Veilleurs veulent se réunir chaque semaine jusqu’en 2017 », sur www.leprogres.fr (consulté le 20 avril 2016)
  19. « 2. Les Veilleurs : enquête sur une résistance », sur rfi.fr (consulté le 20 avril 2016)
  20. lefigaro.fr, « Les « veilleurs » partent à la rencontre des Français », sur Le Figaro (consulté le 20 avril 2016)
  21. a et b Claire Colnet, « Mariage gay : la marche des veilleurs », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  22. lefigaro.fr, « Mariage gay: les Veilleurs à la Concorde », sur Le Figaro (consulté le 26 avril 2016)
  23. « Les Veilleurs chassés par Nuit Debout », sur La Croix, .
  24. a et b lefigaro.fr, « Les Veilleurs chassés par des militants de Nuit Debout », sur Le Figaro (consulté le 9 juin 2016).
  25. « VIDÉO. Les Veilleurs expulsés de la place de la République par des militants se réclamant de Nuit Debout », sur Huffington Post, .
  26. « La nuit nous appartient : Nuit Debout et les Veilleurs », France Culture, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  27. « Le député PS Jérôme Lambert apporte de nouveau son soutien à la Manif pour Tous - Le Lab Europe 1 », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  28. « Anti-mariage pour tous : Boutin et 800 veilleurs sur la place d'Armes à Versailles », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  29. a et b « Mariage gay : "Veilleurs" et mères veilleuses", la "force paisible" », Le Point,‎ (lire en ligne)
  30. « Versailles : Marion Maréchal Le Pen en communion avec les Veilleurs », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  31. Voir sur religion.blog.lemonde.fr.
  32. « Mariage gay : nouvelle mobilisation des Veilleurs », DirectMatin.fr,‎ (lire en ligne)
  33. BFMTV, « Manif anti-mariage pour tous : qui sont les « veilleurs » qui défient les CRS ? », 21 avril 2013, Lire et écouter en ligne, consulté le 26 mai 2013.
  34. Marie Tranchant, « Manif pour tous : la flamme des « veilleurs » entretient l'espoir », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  35. a et b Voir sur lci.tf1.fr.
  36. « Libération de Nicolas Bernard-Buss : les «veilleurs» restent debout », sur lefigaro.fr [date=9 juillet 2013.
  37. « Valls couché et Nuit debout », Valeurs Actuelles, 15 avril 2016.
  38. « Dans la pénombre de la Nuit debout », Famille Chrétienne, 19 avril 2016.
  39. Mathilde Carton, « A Tours, les « anti-mariage pour tous » veillent dans le calme », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  40. a et b Graeme Hayes, Sylvie Ollitrault, La désobéissance civile, Presses de Sciences Po (ISBN 9782724614282). Pages concernant les Veilleurs sur books.google.fr
  41. « Mariage pour tous : qui sont les "veilleurs" qui défient les CRS ? », 21 avril 2013, sur la chaîne YouTube de BFMTV.
  42. Jean-Pierre Denis, « Casseurs et veilleurs », La Vie,‎ (lire en ligne)
  43. « Lumière sur "les Veilleurs debout" soutenant Nicolas Bernard-Buss » - Film réalisé par Media-investigation.com, 27 juin 2013 (5 min).
  44. JT France3, Les Veilleurs debout sur YouTube.
  45. « Nicolas Bernard-Buss, ce prisonnier qui dérange », Le Figaro, .
  46. lefigaro.fr, « 10 'mères veilleuses' contre la PMA », sur Le Figaro (consulté le 30 avril 2016)
  47. « Dix "Mères veilleuses" opposées à la PMA », sur www.europe1.fr (consulté le 30 avril 2016)
  48. Le Point, magazine, « Mariage gay : "Veilleurs" et mères veilleuses", la "force paisible" », sur Le Point, (consulté le 30 avril 2016)
  49. « Manif Pour Tous : l'acharnement de la Préfecture de Police », Valeurs Actuelles, 16 décembre 2013.
  50. « Nouvelle victoire juridique pour la Manif pour tous », Le Figaro, 31 décembre 2015.
  51. La-Croix.com, « Manif pour tous, le Défenseur des droits dénonce la répression contre des « veilleurs » », sur La Croix (consulté le 30 avril 2016)
  52. Henrik Lindell, Les Veilleurs, Salvator, (ISBN 9782706711213), p 27-29
  53. Causeur.fr, « Veilleurs debout ! - Causeur » (consulté le 22 août 2016)
  54. « Le journal de 13h - Mariage pour tous : des veilleurs debout soutiennent le militant rejugé », sur MYTF1NEWS, (consulté le 4 mai 2016)
  55. lefigaro.fr, « Libération de Nicolas Bernard-Buss : les «veilleurs» restent debout », sur Le Figaro (consulté le 4 mai 2016)
  56. « «Manif pour Tous» : des anti-Taubira devant le ministère de la Justice », sur leparisien.fr (consulté le 30 avril 2016)
  57. « Pau : le mariage pour tous a refait surface », sur SudOuest.fr (consulté le 4 mai 2016)
  58. « «Manif pour Tous» : des anti-Taubira devant le ministère de la Justice », sur leparisien.fr (consulté le 7 mai 2016)
  59. lefigaro.fr, « Manif pour tous : les CRS se rebiffent », sur Le Figaro (consulté le 7 mai 2016)
  60. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées :0
  61. « Gestation pour autrui : face à face sur les marches du palais de justice de Pau », sur La-R%C3%A9publique-des-Pyr%C3%A9n%C3%A9es (consulté le 11 mai 2016)
  62. Rome, « DROITS HOMOSEXUELS – Les "Sentinelle in piedi" manifestent le même jour que la Manif pour Tous », sur www.lepetitjournal.com (consulté le 30 avril 2016)
  63. « Sentinelle in piedi, chi sono e cosa fanno i nuovi guardiani dei valori cattolici », sur l'Espresso, (consulté le 30 avril 2016)
  64. Une centaine de Villes Veilleuses sur Google Maps
  65. « Reportage au cœur du mouvement des « Veilleurs » à Rome », Radio Vatican,‎ (lire en ligne)
  66. Contre le Mariage pour Tous, les Veilleurs prônent une résistance pacifique, La Croix, 22 avril 2013, consulté le 6 mai 2013.
  67. « Les Veilleurs veulent se réunir chaque semaine jusqu’en 2017 », Le Progrès,‎ (lire en ligne)
  68. (it)Site des Sentinelle in Piedi en Italie.
  69. Eugénie Bastié, « Qui sont les leaders du mouvement politique Sens commun ? », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  70. Gaël Brustier, « LIMITE, la nouvelle revue des jeunes conservateurs », Slate,‎ (lire en ligne).
  71. « NuitDebout : Indignados à la française ou Veilleurs de gauche ? », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  72. Boulevard Voltaire, « Axel Rokvam », sur YouTube.
  73. libération.fr, « Clashs entre Veilleurs et Nuit debout », sur Libération.fr (consulté le 10 juin 2016).
  74. Analyse sur France-Catholique.fr par Philippe Ariño.
  75. Description sur editionsdujubile.com.
  76. Chapitre reprenant un texte initialement publié sur son blog et diffusé : « À vous, les veilleurs » sur lesveilleursnantais.fr.
  77. « Message du père Daniel-Ange aux veilleurs » sur lesveilleursnantais.fr.