Ligue du Sud (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ligue du Sud.
Ligue du Sud
Image illustrative de l'article Ligue du Sud (France)
Logotype officiel.
Présentation
Président Jacques Bompard
Fondation 2010
Siège 574 Clos Cavalier
84100 Orange
Vice-président Dominique Michel
Slogan « Identité, efficacité, sécurité » « Bon sens - Tradition - Enracinement » « Défendre les gens d'ici »
Positionnement Extrême droite
Idéologie Euroscepticisme
Libéral-conservatisme
Localisme
National-conservatisme
Patriotisme français
Poujadisme
Protectionnisme
Régionalisme provençal
Couleurs Rouge et or
Site web liguedusud.fr
Représentation
Députés
1 / 577
Sénateurs
0 / 348
Députés européens
0 / 72
Conseillers départementaux
4 / 4 042
Conseillers régionaux
0 / 2 040
Maires
3 / 36 635

La Ligue du Sud est un parti politique français d'extrême droite fondé par Jacques Bompard en 2010 avec plusieurs anciens membres du Front national (FN). Il est implanté en Provence-Alpes-Côte d'Azur et en particulier dans la partie nord de Vaucluse. Son principal objectif politique est la sauvegarde des intérêts provençaux. Ce dernier vise à la protection de la culture provençale et à la lutte contre la spéculation immobilière que touche la région pour favoriser le droit aux locaux de vivre chez eux. Ces idées passant par une action régionaliste afin d'obtenir davantage de pouvoir de l'État pour mieux organiser les affaires au niveau local.

Historique[modifier | modifier le code]

Jacques Bompard, maire d'Orange et conseiller général du canton d'Orange-Ouest, quitte le Front national en 2005 après avoir été l'un de ses fondateurs en 1972 et membre pendant trente-trois ans. Il devient adhérent du MPF de Philippe de Villiers en 2006. Après les européennes de 2009, le MPF rejoint le Comité de liaison de la majorité présidentielle et quelque temps plus tard, le , Jacques Bompard décide de quitter le parti[1] à cause de ce rapprochement avec l'UMP.

Il présente une liste aux élections régionales de 2010[2] qui s'appelle la Ligue du Sud[3] en référence à la Ligue du Nord en Italie. Cette liste regroupe divers groupes de la frange la plus radicale de l'extrême droite, comme le Bloc identitaire[4], le Parti de la France, le Mouvement national républicain et d'anciens membres du Front national[5].

À l'occasion des élections législatives de 2017, la Ligue du Sud noue une alliance avec les Comités Jeanne de Jean-Marie Le Pen, Civitas, le Parti de la France et le Siel[6].

Identité politique de la Ligue du Sud[modifier | modifier le code]

Identité générale[modifier | modifier le code]

La ligue du sud est une association politique qui a pour but l’enracinement local et la défense du patrimoine national[7]. Son président, Jacques Bompard œuvre pour l'union des droites[8].

Extrait du Journal officiel des Associations : « Mouvement politique qui concourt à l'expression du suffrage universel, conformément à l’article 4 de la constitution du 4 octobre 1958 ; défense, promotion et développement des régions du sud de la France, dans tous les domaines; participe aux débats politiques et électoraux dans les régions et circonscriptions électorales du sud de la France ; inscrit son action dans le cadre des institutions républicaines ; régionale, mais pas régionaliste, la Ligue du Sud entend notamment préserver l'identité régionale, développer la prospérité économique et la qualité de vie, renforcer la sécurité et la justice sociale dans les régions du sud ; rejette les racismes, l'antisémitisme et la francophobie, ainsi que l'extrémisme, qu’il soit dans les idées, les discours ou les comportements »[9].

Idées politiques[modifier | modifier le code]

Immigration[modifier | modifier le code]

La Ligue du Sud fait de la lutte contre le « Grand remplacement » une priorité validant ainsi la thèse de Renaud Camus[10]. Face au « grand remplacement », le mouvement demande la « remigration » des populations immigrées.

En novembre 2014, et à plusieurs reprises, le député Jacques Bompard, président de la Ligue du Sud, interpelle le gouvernement à l'Assemblée nationale, dont le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, au sujet du « grand remplacement »[11],[12]. Le 29 janvier 2015, il dépose à l'Assemblée une proposition de loi visant à « lutter contre le grand remplacement »[13]. Le 21 octobre 2015, Jacques Bompard invoque à nouveau le grand remplacement à l'Assemblée nationale, estimant que « la France est au point de rupture […], une rupture que l'on désigne comme insécurité culturelle, dictature du prêt à penser, grand remplacement, crise de la France périphérique, dissolution civilisationnelle », et que « l'État encourage l'islamisation de notre société ». Le président du groupe Parti socialiste à l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux, réclame alors des sanctions contre Jacques Bompard, sous l'argument que ses propos insultent une partie des citoyens et « sortent du cadre normal de la discussion parlementaire »[14].

Sécurité[modifier | modifier le code]

Le mouvement demande un allègement du corpus juridique passant par une simplification des lois. En outre, il demande l'application des peines. En matière de réinsertion, celle-ci doit passer par un travail d’intérêt commun payé[15].

Face au terrorisme, la Ligue du Sud demande que le conseil départemental en particulier de Vaucluse supprime le RSA pour les djihadistes[16].

Relocalisation[modifier | modifier le code]

Le mouvement se montre hostile face à la mondialisation actuelle qu'il dénonce comme étant la source de destruction de la nature à travers la mobilisation à outrance des énergies fossiles et des transports. De plus, elle serait la cause de destruction des valeurs, des codes et des règles sociales. Elle serait donc responsable de la soumission des politiques à la loi du marché oubliant ainsi le sens de l’intérêt collectif et du bien commun. Enfin cette mondialisation détruirait les identités, que le mouvement souhaite reconquérir et défendre[17].

Face à la mondialisation, la Ligue du Sud propose une politique de relocalisation reposant sur le rapprochement géographique maximum pour les activités et les échanges, la recherche permanente de la diminution des transports et de leur impact, une volonté accrue d’autosuffisance énergétique et alimentaire, la réciprocité et la complémentarité dans les relations sociales et économiques[18].

Concrètement, cela se traduirait par la mise en place d'une politique de « prime à la proximité » en détaxant tant les produits que les embauches selon des critères de proximité géographique. La primauté aux circuits courts et le rapport direct entre le producteur et le consommateur en s’appuyant sur les réseaux et l’expérience des Association pour le maintien d'une agriculture paysanne[19]. Enfin l'appui et le développement des systèmes de microcrédits et d’épargne sociale et communautaire.

Pour préserver l’environnement, le mouvement demande la fin de l’« urbanisation anarchique » ainsi que le soutien aux petits commerces et aux artisans face à la grande distribution[20].

Environnement et cadre de vie[modifier | modifier le code]

Le mouvement demande que la consommation soit responsable et enracinée, à l'occasion des élections régionales de 2010, la liste menée par Jacques Bompard a proposé que la région lance un label « Produit d’ici » ainsi qu’un prix annuel, mais aussi ce qu'elle accorde son soutien aux commerces de proximité par des campagnes d’incitation et de sensibilisation.

Nationalement, le mouvement demande la création des « zones de développement régulé » sur l’ensemble du territoire, en favorisant l’accession à la propriété des familles dans leur ville ou village d’origine et en interdisant le bétonnage sauvage.

Droit de la famille[modifier | modifier le code]

Le mouvement s'est farouchement opposé à la loi sur le mariage homosexuel en France. La Ligue du Sud est présente à toutes les manifestations de La Manif pour tous, son député Jacques Bompard fut très actif lors des débats à l'Assemblée nationale[21]. Une fois la loi votée, Marie-Claude Bompard, maire de Bollène refuse de marier deux femmes dans sa mairie[22],[23] et demande l'instauration d'une clause de conscience pour les maires[24].

Il est aussi hostile à l'avortement[25], Jacques Bompard s'est à plusieurs reprises illustré à la tribune de l'Assemblée nationale pour montrer sa désapprobation face à ses avancées[26].

Le combat contre l'euthanasie est aussi une des luttes du mouvement[27],[28].

Stratégie politique[modifier | modifier le code]

L'union des droites étant la priorité de Jacques Bompard, il réunit plusieurs soutiens venant de droite lors de sa candidature aux élections législatives de 2012 dont notamment des membres du Front national, de l'UDI,de l'UMP[29].

Le parti entretient de bonnes relations avec le parti souverainiste Debout la France de Nicolas Dupont-Aignan auquel Jacques Bompard s'est rattaché pour des raisons financières. Dupont-Aignan a voulu nuancer le positionnement de cet ancien membre du bureau politique du FN : « Bompard n’est pas d’extrême droite, il est de droite »[30]. Lors des départementales de 2015, DLF et la Ligue du Sud ont présenté plusieurs binômes communs dans le Vaucluse et les Alpes-de-Haute-Provence[31].

Le député UMP de Vaucluse, Julien Aubert a estimé dans une interview au Huffington Post que « Bompard a toujours été dans la lutte contre la gauche. Il ne joue jamais à qui perd gagne, contrairement à Marion Maréchal-Le-Pen. Il faut faire une différence entre ceux qui veulent nous tuer et ceux qui ne font rien pour cela. »[32]

Structures et fonctionnement[modifier | modifier le code]

Personnalités membres de la Ligue du Sud[modifier | modifier le code]

Élus[modifier | modifier le code]

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections régionales de 2010[modifier | modifier le code]

Alors que Jacques Bompard était toujours au Mouvement pour la France (MPF), ce dernier refuse l'hypothèse d'un soutien à l'UMP. Il décide de quitter le MPF et de présenter une liste aux élections régionales de 2010.

Il obtient 39 284 voix, soit 2,69 % des suffrages de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Cependant, il obtient le score notable de 8,37 % dans le département de Vaucluse. De plus, il arrive à la première place avec 36,60 % des voix exprimées sur la ville d'Orange.

Élections cantonales de 2011[modifier | modifier le code]

Pour les élections cantonales de 2011, la Ligue du Sud présente des candidats dans le Vaucluse[34], mais aussi dans les Bouches-du-Rhône et dans le Var.

Bouches-du-Rhône[modifier | modifier le code]

La Ligue du Sud présente cinq candidats dans les Bouches-du-Rhône, dont quatre dans des cantons de Marseille et un dans le canton de Saint-Rémy-de-Provence.

Résultats des candidats de la Ligue du Sud dans le département des Bouches-du-Rhône
Canton Candidat Voix %
  Marseille-la-Capelette Michèle Carayon 75 1,13
  Marseille-Notre-Dame-du-Mont Hubert Savon 44 0,77
  Marseille-Montolivet Francis Belotti 41 0,51
  Marseille-Saint-Barthélémy Joséphine Sivkovich 35 0,58
  Saint-Rémy-de-Provence Marc-Antoine Seymard 60 1,04

Var[modifier | modifier le code]

Dominique Michel, ancien conseiller général du canton de Toulon-5 dans le Var entre 1998 et 2004 et actuel vice-président de la Ligue du Sud, va essayer de reconquérir son fief[35] qu'il avait perdu dès le 1er tour de scrutin en 2004 en faisant 4,41 %. La Ligue du Sud se présente aussi à Toulon-2 et au Muy.

Résultats des candidats de la Ligue du Sud dans le département du Var
Canton Candidat Voix %
  Le Muy Jean-Claude Chaine 201 1,92
  Toulon-2 Jean-Charles Leininger 86 1,65
  Toulon-5 Dominique Michel 45 2,55

Vaucluse[modifier | modifier le code]

La Ligue du Sud présente dix candidats sur dix des douze cantons renouvelables de Vaucluse. Elle présente notamment sa seule conseillère générale sortante, Marie-Claude Bompard, dans le Canton d'Orange-Est qui est réélue.

Résultats des candidats de la Ligue du Sud dans le département de Vaucluse
Canton Candidat 1er tour 2e tour
Voix % Voix %
  Apt Jack Ottavi 79 1,09
  Avignon-Est Xavier Fruleux 305 3,29
  Avignon-Sud Guillaume Bompard 110 2,42
  Beaumes-de-Venise André-Yves Beck 67 2,98
  Bédarrides Gaëtan Polge 270 2,22
  Cadenet Denis Raimondo 94 1,49
  Carpentras-Nord Hervé de Lépinau 716 7,91
  L'Isle-sur-la-Sorgue François Baly 120 0,84
  Malaucène Jean Vallier 114 4,42
  Orange-Est Marie-Claude Bompard 2 231 25,83 4 932 55,91

Élections législatives de 2012[modifier | modifier le code]

Jacques Bompard est élu député dans la 4e circonscription de Vaucluse avec 58,77 % des suffrages exprimés au second tour. Son suppléant est Louis Driey, maire de Piolenc. Il est à noter que Marion Maréchal-Le Pen, candidate FN dans la 3e circonscription, a pris comme suppléant un membre de la Ligue du Sud, Hervé de Lépinau[36], lequel a démissionné du mouvement après les élections sénatoriales de 2014.

Député sortant : Paul Durieu (UMP)

Résultats des élections législatives des 10 et 17 juin 2012 de la 4e circonscription de Vaucluse
Candidat[37] Parti Premier tour[38] Second tour[38]
Voix % Voix %
Pierre Meffre PS 13 125 25,16 20 861 41,23
Jacques Bompard LS 12 266 23,51 29 738 58,77
Bénédicte Martin UMP 10 667 20,45
Annie-France Soulet FN 8 495 16,28
Fabienne Haloui FG (PCF) 3 369 6,46
Paul Durieu* DVD 2 180 4,18
Sylvie Tritto MoDem 724 1,39
Johannes Van Arkel PF 561 1,08
David Tricot PRD 275 0,53
Nathalie Laclau LO 219 0,42
Laurent Michel Concetti DVD 147 0,28
Jacques Fortin NPA 129 0,25
Richard Pawlowsky SE 8 0,02
Inscrits 86 087 100,00 86 180 100,00
Abstentions 33 080 38,43 33 212 38,54
Votants 53 007 61,57 52 968 61,46
Blancs et nuls 842 1,59 2 369 4,47
Exprimés 52 165 98,41 50 599 95,53
* député sortant

Élections sénatoriales de 2014 en Vaucluse[modifier | modifier le code]

Marie-Claude Bompard conduit la liste Ligue du Sud aux sénatoriales de 2014 où elle obtient 8,48 % des suffrages se classant en 5e position sur les 10 candidatures. Elle ne bénéficiera pas du soutien du Front national qui part seul de son côté[39].

Liste L'union pour le bon sens[40]
Candidats Parti Principales fonctions
01 Marie-Claude Bompard LS Maire de Bollène
02 François Vaute LS Conseiller municipal d'Avignon
03 Marie-Carmen Charlot LS Conseillère municipal de Cavaillon
04 Louis Driey LS Maire de Piolenc
05 Maryse Aumage LS Conseillère municipale de Valréas

Élections départementales de 2015[modifier | modifier le code]

Vaucluse[modifier | modifier le code]

La Ligue du Sud présente cinq binômes de candidats sur les dix-sept cantons que comporte le Vaucluse. Cependant, elle soutient des binômes Divers droite comme dans le Canton de Sorgues[41], ainsi que des binômes de Debout la France comme à Avignon 3 et à Carpentras[42].

Elle présente notamment sa conseillère départementale sortante, Marie-Claude Bompard, dans le Canton de Bollène qui est réélue.

Résultats des candidats de la Ligue du Sud dans le département de Vaucluse
Canton Candidat 1er tour 2e tour
Voix % Voix %
  Bollène Marie-Claude Bompard et Xavier Fruleux 3 812 32,66 7 154 57,83
  Orange Marie-Thérèse Galmard et Yann Bompard 3 161 26,98 4 489 50,03
  Sorgues Magali Martinez et Thierry Vermeille 805 5,87
  Vaison-la-Romaine Anne Crespo et Christian Meffre 805 6,16
  Valréas Céline Millet et Jacques Pertek 559 10,41

Alpes-de-Haute-Provence[modifier | modifier le code]

La Ligue du Sud présente deux binômes de candidats sur les quinze cantons que comporte les Alpes-de-Haute-Provence. Elle soutient le binôme Debout la France sur le Canton de Digne-les-Bains-2 et va s'allier à ce mouvement dans ce département[43].

Résultats des candidats de la Ligue du Sud dans le département de Vaucluse
Canton Candidat 1er tour 2e tour
Voix % Voix %
  Digne-les-Bains 1 Isabelle Wasicek et Lionel Thonnatte 135 3,21
  Sisteron Sylvie Tauzin et Michel Blume 853 17,56 1 208 27,85

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Orange: Jacques Bompard quitte le MPF », sur .europe1.fr, .
  2. « Régionales PACA: Jacques Bompard (MPF) conduira une liste "Ligue du Sud" », sur leparisien.fr, .
  3. « Jacques Bompard, le flou allié de l’UMP », sur liberation.fr, .
  4. « Régionales 2010 : Bompard récupère les ultras de l'extrême droite », sur laprovence.com, .
  5. « Dissidents, exclus et déçus du FN se rassemblent pour les régionales », sur lemonde.fr, .
  6. Rodrigue Jamin, « Les bannis du FN font listes communes pour les législatives », sur StreetPress, (consulté le 26 avril 2017).
  7. « Notre Projet | Ligue Du Sud » (consulté le 28 mai 2015).
  8. « Jacques Bompard: "Il faut que la droite s'unisse" » (consulté le 28 mai 2015).
  9. « Consulter les annonces du JO Association< », sur www.journal-officiel.gouv.fr (consulté le 5 juin 2015).
  10. « Jacques Bompard propose une loi sur le » (consulté le 10 juin 2015)
  11. Jacques Bompard, « Vidéo: Jacques Bompard sur la mission immigration » [vidéo], (consulté le 19 novembre 2014) : « Verbatim ».
  12. Jacques Bompard, « Crédit 2015 : immigration, asile et intégration » [vidéo], (consulté le 19 novembre 2014) : « Verbatim ».
  13. Sébastien Tronche, « Le député d’extrême droite Jacques Bompard fait entrer la théorie du « grand remplacement » à l’Assemblée nationale », Le Lab,‎ (lire en ligne).
  14. Marc de Boni, « Bompard menacé de sanctions pour avoir évoqué le « grand remplacement » à l'Assemblée », sur Le Figaro.fr, (consulté le 22 octobre 2015).
  15. « | Ligue Du Sud », sur Ligue Du Sud (consulté le 28 mai 2015).
  16. « Supprimons le RSA pour les djihadistes | Ligue Du Sud » (consulté le 10 juin 2015).
  17. « Gros plan sur la « Ligue du Sud » avec sa méthode Bompard à succès: national, régional, départemental, municipal » (consulté le 28 mai 2015).
  18. « Régionales Jacques Bompard (Ligue du Sud) : « L'efficacité, c'est nous ! » », sur www.nicematin.com (consulté le 28 mai 2015).
  19. « Repères méditerranéens - Les AMAP (Association Pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne) - Ina.fr », sur Repères méditerranéens (consulté le 28 mai 2015).
  20. « Jacques Bompard déplore la mise aux normes européennes de bien-être des poules pondeuses | Politique & animaux », sur www.politique-animaux.fr (consulté le 28 mai 2015).
  21. « Mariage pour tous: les amendements provoc de Jacques Bompard » (consulté le 28 mai 2015).
  22. « Marie-Claude Bompard, maire d'extrême droite de Bollène, refuse de marier deux femmes », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 28 mai 2015).
  23. « Une maire d'extrême droite refuse de marier deux femmes », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  24. « Mariage pour tous : Marie-Claude Bompard envisage de saisir la justice européenne » (consulté le 28 mai 2015).
  25. « La tirade anti-IVG de Jacques Bompard » (consulté le 28 mai 2015).
  26. Le Canards, « Bompard, le député de l’extrême-droite de la Ligue du Sud, parle d’attentat concernant l’’IVG - Le Kiosque aux Canards » (consulté le 28 mai 2015).
  27. « Jacques Bompard : "le gouvernement s’apprête à légaliser le suicide" | Valeurs actuelles », sur www.valeursactuelles.com (consulté le 28 mai 2015).
  28. « Le Salon Beige - blog quotidien d'actualité par des laïcs catholiques: Euthanasie : Jacques Bompard interpelle le ministre », sur lesalonbeige.blogs.com (consulté le 28 mai 2015).
  29. « Législatives: à Orange, Bompard a recomposé la droite à son profit » (consulté le 28 mai 2015).
  30. Laure Equy, « Pourquoi Bompard est-il rattaché au parti de Dupont-Aignan à l'Assemblée ? », liberation.fr, 5 décembre 2014.
  31. Laurent de Boissieu, « Debout la France - Ligue du Sud: le paradoxe de Nicolas Dupont-Aignan », ipolitique.fr, 13 mars 2015.
  32. « Vaucluse: UMP et Ligue du Sud, les liaisons dangereuses », sur Le Huffington Post (consulté le 5 juin 2015).
  33. « L'élu ex-FN Yann Farina rejoint la Ligue du Sud » (consulté le 12 juin 2015).
  34. « http://www.liguedusud.com/cantonales-mars-2011-la-ligue-du-sud-presente-ses-candidats-dans-le-vaucluse/ »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  35. « http://www.liguedusud.com/ligue-du-sud-dominique-michel-pour-le-canton-du-centre-var-matin/ »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  36. « Mme Marion Maréchal-Le Pen - Vaucluse (3e circonscription) - Assemblée nationale », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 7 décembre 2015).
  37. Candidatures officielles de la 4e circonscription, sur le site du ministère de l'Intérieur.
  38. a et b Résultats officiels du premier tour, sur le site du ministère de l'Intérieur.
  39. « le FN refuse de soutenir la candidature de Marie-Claude Bompard | la Flamme », sur la-flamme.fr (consulté le 8 juin 2015).
  40. Candidatures officielles sur le site du ministère de l'Intérieur.
  41. « Sorgues : le binôme Ligue du Sud et Debout la France » (consulté le 28 mai 2015).
  42. « Départementales : Dupont-Aignan s’allie à Bompard » (consulté le 28 mai 2015).
  43. « Alpes de Haute-Provence : la Ligue du Sud et Debout la France font alliance pour les départementales », sur alpesdusud.alpes1.com (consulté le 28 mai 2015).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]