Sarah Knafo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sarah Knafo
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Auditrice à la Cour des comptes
depuis
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Religion
Partis politiques
Distinction

Sarah Knafo, née en 1994 aux Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), est une haut fonctionnaire, magistrate à la Cour des comptes, et femme politique française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et formation[modifier | modifier le code]

Issue d'une famille juive séfarade, Sarah Knafo suit une scolarité au lycée de l'Alliance, un établissement privé juif sous contrat, appartenant au réseau de l'Alliance israélite universelle, où elle obtient un baccalauréat en 2011[1]. Elle déclare en 2016 : « Je suis de confession juive, mais je me sens de culture chrétienne. Chez moi, Charles Péguy est aussi important que la Torah »[2].

Après avoir effectué une classe préparatoire économie, méthodes quantitatives et gestion au lycée Turgot, elle intègre en 2013 l'Institut d'études politiques de Paris, où elle est admise au sein du master affaires publiques. Elle obtient également une double licence d'économie et de science politique à l'université Panthéon-Sorbonne en 2014[3],[4].

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

En 2017, Sarah Knafo est reçue au concours d'entrée de l'École nationale d'administration (ENA), intégrant la promotion Molière (2018-2019)[5].

Au cours de sa scolarité à l'ENA, en 2018, elle effectue un stage à l’ambassade de France en Libye, où elle travaille notamment sur les routes migratoires, expérience qu’elle fait ensuite valoir lors d'un second stage à la direction générale des étrangers en France. C’est dans le cadre de ces stages qu’elle rédige, selon L'Express, un « guide pratique » à destination de l’administration centrale, destiné à faciliter les procédures d’expulsion des clandestins[2]. Enfin, au printemps 2020, elle intervient à la préfecture du département de Seine-Saint-Denis en tant que « haut fonctionnaire en renfort Covid-19 », service volontaire pour lequel elle est décorée de la médaille d’honneur pour acte de courage et de dévouement sur décision du préfet Georges-François Leclerc[6].

En 2019, à la fin de ses études à l'ENA, elle sort dans la « botte », c’est-à-dire parmi les premières places du classement, qui ouvrent la porte aux grands corps de l’État[7]. Elle choisit d'intégrer la Cour des comptes[8], dont elle devient auditrice.

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Durant sa scolarité à Sciences Po, elle co-fonde l'association étudiante « Critique de la raison européenne » (CRE), qui défend des positions souverainistes et eurosceptiques[9]. Dans ce cadre, elle rencontre Hubert Védrine, Jean-Pierre Chevènement, Régis Debray, Alain Finkielkraut et surtout Marie-France Garaud, dont elle devient très proche. C'est également ainsi qu'elle rencontre et se lie d'amitié avec Henri Guaino, alors député, dont elle est brièvement la collaboratrice parlementaire stagiaire.

En 2015, alors adhérente de l'UMP, elle se déclare favorable à la création d’une section étudiante du Front national à Sciences Po. Lors de la primaire française de la droite et du centre de 2016, elle est responsable des « Jeunes avec Henri Guaino », qui ne sera finalement pas candidat.

Au début de l’année 2021, L'Express indique qu’elle est depuis plusieurs années conseillère d'Éric Zemmour, un ami de sa famille, dans l'éventualité d'une candidature à l'élection présidentielle de 2022[2],[10]. En septembre 2019, elle est avec Jacques de Guillebon l'un des principaux organisateurs de la « Convention de la droite », dont Marion Maréchal et Éric Zemmour sont les têtes d'affiche, et qui vise à favoriser l'union des droites[11].

Selon L'Obs, elle organise dans son appartement du Quartier latin des rencontres entre Éric Zemmour et Nicolas Dupont-Aignan pour évoquer une potentielle candidature du premier à la présidentielle. Elle aurait également organisé des entrevues avec Marion Maréchal et Laurent Wauquiez[12].

Activités associatives[modifier | modifier le code]

En 2021, elle co-fonde avec le romancier Alexandre Galien, l'association « Alexandre & Aristote », dont l'objet est de « diffuser la culture notamment en donnant des conseils de lecture personnalisés »[13] au travers d'un algorithme d'intelligence artificielle. La plateforme propose des conseils de lecture personnalisés[14]. Le nom de l'association fait référence à une citation de Charles de Gaulle dans son ouvrage Vers l'armée de métier : « Au fond des victoires d'Alexandre on retrouve toujours Aristote »[15]. L'association tisse notamment un partenariat avec la médiathèque du Blanc-Mesnil[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Plaquette d'information de l'Alliance israélite universelle », sur aiu.org, (consulté le 9 avril 2021).
  2. a b et c « Eric Zemmour, la tentation présidentielle (3/3) : Knafo, la conseillère de l'ombre », sur lexpress.fr, (consulté le 10 avril 2021).
  3. « Mme Sarah KNAFO - auditrice de 2e classe à la Cour des comptes », sur lesbiographies.com (consulté le 10 avril 2021).
  4. (en) « Sarah Knafo's Email & Phone - Préfecture de la Seine-Saint-Denis », sur contactout.com (consulté le 10 avril 2021).
  5. « Arrêté du 22 décembre 2017 portant nomination des élèves de la promotion 2018-2019 de l'Ecole nationale d'administration », sur legifrance.gouv.fr (consulté le 10 avril 2021).
  6. « Sarah Knafo, réseauteuse des droites extrêmes dans l'ombre de Zemmour », sur humanite.fr, (consulté le 10 avril 2021).
  7. « Arrêté du 23 décembre 2019 portant affectation aux carrières des élèves de la promotion 2018-2019 « Molière » de l'Ecole nationale d'administration », sur legifrance.gouv.fr (consulté le 10 avril 2021).
  8. « Décret du 9 janvier 2020 portant nomination et titularisation (Cour des comptes) » (consulté le 10 avril 2021).
  9. « Sarah Knafo, une jeune énarque de droite discrète et influente », sur politiquematin.fr (consulté le 9 avril 2021).
  10. « Eric Zemmour 2022 : qui sont ceux qui veulent le voir devenir président ? », sur tf1.fr (consulté le 6 mai 2021).
  11. « Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites », sur theworldnews.net (consulté le 10 avril 2021).
  12. Paul Laubacher, « Sarah Knafo, l’énarque dans l’ombre d’Eric Zemmour », sur nouvelobs.com, (consulté le 10 avril 2021).
  13. « Association « Alexandre & Aristote » », sur journal-officiel.gouv.fr (consulté le 10 avril 2021).
  14. « "La littérature va vous parler", la plateforme de recommandation Alexandre et Aristote », sur livreshebdo.fr (consulté le 10 avril 2021).
  15. « Au fond des victoires d'Alexandre on retrouve toujours [...] - Charles de Gaulle », sur dicocitations.lemonde.fr (consulté le 20 avril 2021).
  16. « L’ombre d’Eric Zemmour plane sur la médiathèque du Blanc-Mesnil », sur leparisien.fr, (consulté le 10 avril 2021).