Renaud Dély

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dély.
Renaud Dély
Renaud Dély par Claude Truong-Ngoc juin 2013.jpg

Renaud Dély le 15 juin 2013.

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (48 ans)
BeauvaisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Renaud Dély, né le à Beauvais, est un journaliste français.

Après avoir été rédacteur en chef de l'Obs de 2011 à 2016, il est directeur de la rédaction de Marianne[1] depuis juin 2016.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il se forme d'abord par une hypokhâgne, une khâgne histoire, puis une maîtrise d'histoire politique contemporaine et enfin au Centre de formation des journalistes de Paris d'où il sort en 1993[2].

Entré à Libération en 1994, Renaud Dély devient rapidement le « spécialiste » de l’extrême-droite ; il rédige notamment une enquête sur le service de sécurité du Front national, et est à ce titre auditionné par la commission d’enquête parlementaire sur le sujet le 10 février 1999[3].

Il dirige le service politique de 2002 à janvier 2006. Puis il est devenu rédacteur en chef, éditorialiste, et enfin directeur adjoint de la rédaction de Libération jusqu'en septembre 2007. Il est ensuite devenu rédacteur en chef adjoint et responsable des pages « politique » du Parisien de septembre 2007 à janvier 2008. Il rejoint alors l'hebdomadaire Marianne, dont il est le directeur-adjoint de la rédaction, chargé de l'actualité (France-Monde) jusqu'en mars 2010, date à laquelle il intègre la rédaction de France Inter[4]. Il y est d'abord rédacteur en chef de la matinale, avant de devenir directeur-adjoint de la rédaction en septembre 2010.

En 2011, il est pressenti un temps pour devenir directeur de la publication du journal Libération[3], puis, finalement, le , Renaud Dély annonce qu'il quitte France Inter pour l'hebdomadaire Le Nouvel Observateur, où il devient directeur de la rédaction, sous l'autorité de Laurent Joffrin[5]. C'est sous sa direction que paraissent les « bonnes feuilles » du roman transparent de Marcela Iacub sur la vie privée de DSK qui fait affirmer à un collectif d'éditeurs et journalistes dans Le Monde, que l'hebdomadaire est « prêt à tout pour vendre » et pour lesquelles le magazine sera condamné[6].

Il a collaboré par ailleurs au mensuel So Foot et fut l'un des chroniqueurs de l'émission On refait le match, sur RTL, d'août 2008 à mars 2010. Pendant la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud, il anime sur France Inter l'émission Footballeurs du dimanche, le dimanche de 18 à 19 heures.

Renaud Dély est coauteur (scénariste) avec Aurel (dessinateur), de quatre BD-enquêtes: en 2010, la bande-dessinée Sarkozy et ses femmes, qui met en scène les relations de Nicolas Sarkozy avec la gent féminine, en 2011, Sarkozy et les riches, qui dévoile les liens de Nicolas Sarkozy avec ses amis patrons fortunés, puis en 2013, de Hollande et ses deux femmes qui raconte l'histoire de François Hollande avec Ségolène Royal puis Valérie Trierweiler, et enfin en 2014, de La République des couacs qui raconte les coulisses de la première moitié du quinquennat de François Hollande. Il a publié, en mai 2011, dans la collection Le Poulpe, La Vacance du petit Nicolas, en collaboration avec Pierre Cherruau. Il a publié, en octobre 2011, chez Calmann-Lévy, Tous les coups sont permis. De Mitterrand à Sarkozy, la violence en politique, en collaboration avec Henri Vernet.

Il est intervenu régulièrement de 2006 à 2012 dans l'émission C dans l'air, présentée par Yves Calvi et diffusée sur France 5, émission où selon l'OJIM, il « fait montre d'un antisarkozysme militant »[3]. Il a été invité 16 fois sur le plateau de cette émission en 2010, 28 fois en 2011. Il se place en deuxième position des personnalités les plus invitées à cette émission en 2011, après le directeur de L’Express, Christophe Barbier (45 fois)[3]. En mars 2012, il est nominé aux Bobards d'Or, pour une erreur d'arithmétique sur le résultat du Front national aux élections cantonales[3],[7]

Renaud Dély a participé en 2008 à la réalisation d'un rapport de Terra Nova, laboratoire d'idées proche du Parti socialiste, sur la situation de la presse en France, son financement et les conditions de son indépendance. Il soutient l'opinion que « la gauche parviendra mieux à retrouver une identité en assumant son ancrage dans une société libérale »[8].

En septembre 2012, il rejoint l'émission 28 minutes sur Arte, à laquelle il participe tous les jeudis et vendredis, en tant que co-interviewer aux côtés de la présentatrice Élisabeth Quin et de Nadia Daam.

Il est l'auteur ou coauteur de onze ouvrages politiques dont Besancenot, l'idiot utile du sarkozysme (2009) dans lequel il reproche au porte-parole du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) d'affaiblir le Parti socialiste et ainsi d'être le « meilleur auxiliaire » de Nicolas Sarkozy[9] et La Droite brune. UMP-FN, les secrets d'une liaison fatale (2012) où il dénonce un « rapprochement » des idées de l'UMP avec celles du Front national[10].

Publications[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

Roman[modifier | modifier le code]

Bandes dessinées (scénario)[modifier | modifier le code]

  • Sarkozy et ses femmes, en collaboration avec Aurel pour les dessins, éditions Drugstore, .
  • Sarkozy et les riches, en collaboration avec Aurel pour les dessins, éditions Drugstore, .
  • Hollande et ses deux femmes, en collaboration avec Aurel pour les dessins, éditions Glénat, 23 avril 2013.
  • La République des couacs, en collaboration avec Aurel pour les dessins, éditions Glénat, 19 novembre 2014.
  • La Dynastie Le Pen, en collaboration avec Frédéric Coicault, éditions Delcourt, 1er mars 2017.
  • Clemenceau, en collaboration avec Jean Garrigues, Stefano Carloni et Christophe Regnault, éditions Glénat-Fayard, 7 juin 2017.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Julien Bellver, « Renaud Dély quitte "L'Obs" pour "Marianne" » sur PureMédias, 12 mai 2016.
  2. « Dély Renaud | Biographie », Groupe Glénat.
  3. a, b, c, d et e « Renaud Dély, le mètre-étalon du politiquement correct - Ojim.fr », Ojim.fr,‎ (lire en ligne)
  4. L’objet du Dély, causeur.fr, 17 mars 2010
  5. « Renaud Dély quitte France Inter pour Le Nouvel Observateur », Le Point, 28 mars 2011.
  6. le livre de Marcela Iacub sur DSK : les coulisses du coup médiatique controversé, telerama.fr, 26 février 2013.
  7. « Calvi, Dély, Cayrol et Barbier (France 5) | Les Bobards d'Or – à Paris le 20 mars 2012 », sur www.bobards-dor.fr (consulté le 23 juillet 2017)
  8. Renaud Dély, Les Tabous de la gauche, Bourin, 2006
  9. Besancenot, l'idiot utile du sarkozysme, dissidences, Numéro 2 - Automne 2011, 10 juillet 2011
  10. Christophe Forcari, « L’extrême danger de l’alliance des droites », Libération,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]