National-républicanisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Cet article ou cette section adopte un point de vue régional ou culturel particulier et doit être internationalisé(e). (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Merci de l'améliorer ou d'en discuter sur sa page de discussion ! Vous pouvez préciser les section à internationaliser en utilisant {{section à internationaliser}}.

Le national-républicanisme est une tendance politique française, affirmant que l'État-nation est le cadre indépassable de la république et de la démocratie. De ce fait il s'oppose à la construction supra-nationale européenne et à une forte décentralisation de l'État. On peut qualifier ce courant politique de républicain, jacobin et souverainiste.

Histoire[modifier | modifier le code]

En France, le national-républicanisme apparaît avec la chute des régimes communistes en Europe, « qui entraîne celle des logiques binaires d’appartenance politique ayant structuré le monde depuis l’après-guerre »[1]. Sans faire référence à la République, L'Idiot international participe à l'émergence de l'idéologie nationale-républicaine selon laquelle « l’affrontement, ou le compromis, entre capitalisme et communisme, serait dépassé dans une alliance nouvelle redonnant sa centralité au cadre national »[1]. Une première nébuleuse intellectuelle se cristallise notamment autour de la personnalité de Max Gallo et de la première affaire du voile à l’école, à Creil en 1989[1].

En 2001, Étienne Balibar observe la progression et « l'officialisation » du national-républicanisme à travers « la gestion autoritaire du "problème de l'immigration" », à droite comme à gauche et en particulier sous le gouvernement Lionel Jospin[2].

Les nationaux-républicains français[modifier | modifier le code]

Ils sont représentés par Nicolas Dupont-Aignan et son parti gaulliste Debout la France, le Front national présidé par Marine Le Pen, le Mouvement Républicain et Citoyen et dans une moindre mesure le Front de Gauche de Jean-Luc Mélenchon.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph Confavreux et Marine Turchi, « Aux sources de la nouvelle pensée unique: enquête sur les néorépublicains », Revue du Crieur, no 2,‎ (lire en ligne)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Confavreux et Turchi 2015
  2. Étienne Balibar, Nous, citoyens d'Europe ? : Les frontières, l'État, le peuple, La Découverte, coll. « Cahiers libres »,‎ , 324 p. (ISBN 9782707134608, lire en ligne)