Mouvement conservateur (mouvement politique)

Cette page est semi-protégée.
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mouvement conservateur
Logo MC portrait couleurs.png
Histoire
Fondation
Cadre
Zone d'activité
Type
Forme juridique
Domaine d'activité
Activités des organisations politiquesVoir et modifier les données sur Wikidata
Mouvement
Siège
Pays
Organisation
Présidente
Affiliation
UMP/LR (2013-2021)
REC (depuis 2021)
Idéologie
Positionnement
Site web
Identifiants
RNA
SIREN

Le Mouvement conservateur est un mouvement politique conservateur français de droite. Il défend les valeurs conservatrices de la tradition et de la famille, et se dit attaché à la souveraineté nationale et à la protection de la nature.

Il est créé en 2013 sous la forme d'une association, appelée « Sens commun », en opposition à la loi introduisant en France le mariage pour les personnes de même sexe.

Lors de la campagne présidentielle de 2017, le mouvement, alors connu sous le nom de Sens commun, soutient le candidat François Fillon. En 2021, à la suite de l'investiture de Valérie Pécresse pour l'élection présidentielle de 2022 par le parti Les Républicains, le mouvement se rallie à la candidature d'Éric Zemmour.

Histoire

Contre la loi sur le mariage pour les personnes de même sexe en France

Le Mouvement conservateur correspond historiquement à l'association Sens commun qui change de nom en 2020.

L'engagement en politique de certaines figures du mouvement a pris la forme d'une association, Sens commun, dont le nom est emprunté à Antonio Gramsci, théoricien de la guerre culturelle[1].

Créée le , dans le sillage des manifestations contre le mariage de personnes de même sexe[2], Sens commun a été fondé par six personnes issues de la société civile : Arnaud Bouthéon, Faraj Benoît Camurat, Marie-Fatima Hutin, Madeleine de Jessey (également membre du bureau politique des Républicains[2] et cofondatrice du mouvement Les Veilleurs[3]), Gaspard Le Pomellec et Sébastien Pilard. Bien que ces fondateurs soient proches de l'association La Manif pour tous[4], l'association n'« affiche » aucun lien officiel avec cette dernière.

Lors de sa fondation, Sens commun est une association politique intégrée à l'UMP, qui ambitionne de la pousser à revenir sur la loi Taubira et à « restaurer le mariage homme-femme », mais pas seulement. Son objectif est de remettre au premier plan la notion de bien commun en « [réconciliant] la politique avec le réel », estimant que « nous avons trop souvent choisi de nier le réel pour mieux imposer la satisfaction de nos intérêts immédiats »[5]. Lors du lancement officiel de l'association au sein de l'UMP en décembre 2013, ses fondateurs affirment l'ambition de « peser de tout [leur] poids » lors des primaires UMP pour l'élection présidentielle de 2017 pour « qu'émerge un candidat le plus proche possible de [leurs] valeurs ». Ils reçoivent notamment le soutien de Charles Beigbeder[6].

À l'issue des élections municipales de 2014, Sens commun revendique une « cinquantaine d'élus » parmi ses rangs[7]. En , lors d'un meeting tenu au siège de l'UMP à Paris, l'association dévoile son manifeste[8], ayant vocation à devenir une pétition et intitulé « La Droite que nous voulons »[9].

En , peu avant son élection à la tête de l'UMP, Nicolas Sarkozy parle pour la première fois d'abrogation concernant la loi Taubira, lors d'un meeting organisé par Sens commun. En décembre, il nomme au poste de secrétaire nationale de l'UMP Madeleine de Jessey, porte-parole de l'association[10]. Sébastien Pilard explique vouloir « peser sur la primaire ». Organisés en groupe de pression, ses responsables disposent de six postes clés dans la direction des Républicains avec le soutien de Nicolas Sarkozy, dont l'anti-IVG Catherine Giner, déléguée nationale chargée de la famille[11]. Dans le cadre de la primaire, Sens commun soutient François Fillon[12].

Le mouvement obtient cinq investitures des Républicains aux élections législatives de 2017[13].

Le mouvement contractualise ensuite un soutien logistique du principal parti de droite, l'UMP (devenu Les Républicains), plusieurs de ses fondateurs ayant auparavant été élus ou candidats sous les couleurs de ce parti[4]. Le mouvement ne se réclame explicitement d’aucun courant religieux, bien qu'il réunisse, de fait, une partie de la droite catholique[14] attachée aux valeurs sociales chrétiennes et en dépit des nombreuses opinions que ses militants partagent avec le courant chrétien-conservateur de Jean-Frédéric Poisson[15].

En 2018, Laurence Trochu devient présidente du parti politique, qui change de nom en 2020 pour s'appeler le Mouvement conservateur[16].

Élections présidentielles

Élection de 2017

Dans la campagne présidentielle de 2017, le mouvement, alors sous le nom de Sens commun, apporte dès la primaire son soutien au candidat LR François Fillon. Après les accusations gênantes pour le candidat (affaire Fillon) et alors que nombre de ses soutiens font défection, les dirigeants du mouvement font bloc autour de lui, considérant à leurs yeux que son programme serait le plus abouti. Ils prennent une part déterminante dans l'organisation et la réussite de la manifestation parisienne du place du Trocadéro qui conforte François Fillon[17].

En avril, François Fillon n'exclut pas de nommer certains de ses membres dans son éventuel gouvernement. Cette annonce divise une partie des Républicains[18].

Après le premier tour, François Fillon a semblé regretter ce soutien : « Pendant une semaine, je n’ai parlé que de Sens commun. Et ça a occulté tout le reste »[19].

Pour le second tour entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, contrairement à François Fillon, le mouvement refuse le « front républicain »[20] ,[21]. Le mouvement considère que les programmes des deux candidats ne sont pas satisfaisants. Il laisse donc les électeurs libres de choisir en leur âme et conscience. En raison de ce choix, Christian Estrosi[22] et le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde[23] demandent, sans succès, l'exclusion du mouvement des Républicains.

Élection de 2022

Le 4 décembre 2021, à la suite de la défaite d'Éric Ciotti et l'investiture de Valérie Pécresse au sein des Républicains pour l'élection présidentielle de 2022, le mouvement, initialement affilié à LR, se rallie à la candidature d'Éric Zemmour[24].

Idées politiques

Conservatisme

Le Mouvement conservateur souhaite apparaître comme la référence de la « droite conservatrice »[25]. Il se définit comme un mouvement défendant l’affirmation de l’État régalien et la valorisation de la Nation[2] et attaché aux valeurs familiales[15].

Questions sociétales

Le Mouvement conservateur déclare promouvoir la « famille traditionnelle »[2]. Il souhaite « réserver l'adoption aux couples homme-femme », et s’oppose à la procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples de femmes et les femmes célibataires, ainsi qu'à la gestation pour autrui (GPA)[26]. Il veut également « faire de la réduction du nombre d'avortements une grande cause nationale »[27] et se prononce pour la fin du délit d'entrave à l'interruption volontaire de grossesse[28],[29].

Immigration

En ce qui concerne l'immigration, le parti est favorable à un durcissement des conditions d'accès à la nationalité française et à la suppression du droit du sol[15].

Éducation

Dans le domaine de l'enseignement, le Mouvement conservateur plaide pour « garantir la liberté pédagogique des établissements hors-contrat » ainsi que la suppression de l'apprentissage des « langues d'origine »[15]pour ne pas prendre le risque de favoriser le développement du communautarisme, dans le souci de l'unité du pays[réf. nécessaire].

Organisation

Affiliation au parti Les Républicains

Le Mouvement conservateur est affilié au parti Les Républicains. En juin 2014, l'association s'engage à reverser à ce parti sous forme de subvention une quote-part de ses adhésion et dès les élections régionales de 2015, des membres de l'association sont présents sur diverses listes de membres du parti[30].

Après la déclaration au mensuel L'Incorrect de l'ancien président de Sens commun, Christophe Billan, se disant prêt à une « plateforme » politique avec Marion Maréchal-Le Pen, des membres des Républicains ont demandé que l'exclusion du mouvement soit inscrite à l'ordre du jour du bureau national du parti[31]. Les dirigeants des Républicains (Laurent Wauquiez et Bernard Accoyer) se sont fait confirmer que la ligne de leur président n'était pas celle de l'association et on a rappelé que si le mouvement enfreignait cette consigne, ils n'appartiendraient plus aux Républicains[32].
Le , Christophe Billan, se considérant victime d'un procès stalinien, annonce sa démission de la présidence afin de ne plus pénaliser son mouvement et de retrouver sa liberté de parole[33]. Il précise également, à propos de sa déclaration sur Marion Maréchal-Le Pen, qu'elle aurait été conditionnée à sa rupture avec le FN[34].

En décembre 2021, le Mouvement conservateur quitte sa famille politique pour soutenir la candidature d'Éric Zemmour à l'élection présidentielle française de 2022[24]. Christian Jacob, président des Républicains, indique alors qu'« il met fin au contrat avec le Mouvement conservateur (ex-Sens commun) et que ses membres sont exclus des instances »[35].

Présidents

Période Nom Notes
2013-2016 Sébastien Pilard
2016-2017 Christophe Billan
2017-2018 Madeleine de Jessey par intérim[36]
depuis 2018 Laurence Trochu

Laurence Trochu, professeur de philosophie, élue conseillère municipale de Guyancourt en 2014 et conseillère départementale du canton de Montigny-le-Bretonneux de 2015 à 2021, ancienne porte-parole de François Fillon pendant la campagne présidentielle de 2017, est désignée présidente du mouvement en [37].


Adhérents et élus locaux

Le mouvement est apparu en 2013 et revendiquait environ 9 000 membres en [38] puis en [25].

Résultats électoraux

En 2017, le mouvement revendique « quelque 10 000 adhérents et plus de 200 élus locaux »[2].

Élections législatives 2017

À l'occasion des élections législatives de 2017, le mouvement voit six de ses membres obtenir l'investiture Les Républicains[39] :

Cinq de ces candidats sont éliminés dès le premier tour et un sixième est en ballottage très défavorable face à La République en marche[40]. À l'issue du second tour, aucun des candidats n'entre à l'Assemblée nationale.

Conseillers régionaux

A l'issue des élections régionales de 2015, le mouvement obtient 10 élus[41] :

  • Île-de-France : Caroline Carmantrand, Arnaud Le Clere et Sylvie Piganeau

Depuis, Roch Brancour a quitté le mouvement en janvier 2019[42] et Anne Lorne, installée à New York, a démissionné en septembre 2019[43].

Conseillers départementaux

Le mouvement obtient 7 élus à la suite des élections départementales de 2015[44],[45] :

Notes et références

Notes

Références

  1. Alexandre Devecchio, « Mariage pour tous : Nicolas Sarkozy a-t-il lu Le Mai 68 conservateur ? », sur Le Figaro.fr, (consulté le ).
  2. a b c d et e « Sens commun : quel est ce mouvement derrière Fillon ? », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. Paul Piccarreta, « Les Veilleurs : “Cultive-toi et marche” », sur lavie.fr, .
  4. a et b Laura Motet, pour Les Décodeurs, « Qu’est-ce que Sens commun, l’association qui entend peser à droite ? », LeMonde.fr,‎ (lire en ligne)
  5. « Ces jeunes de La Manif pour tous qui veulent noyauter l'UMP », sur Le Point.fr, (consulté le ).
  6. « L'UMP surprise par le succès de Sens commun », sur Le Point.fr, (consulté le ).
  7. Stéphane Kovacs, « Une antenne de la Manif pour tous à l'UMP », sur Le Figaro.fr, (consulté le ).
  8. Madeleine de Jessey, « La droite que nous voulons : les jeunes de “Sens commun” interpellent l'UMP », sur Le Figaro.fr, (consulté le ).
  9. Antoine Pasquier, « Sens Commun interpelle les leaders de l’UMP », sur Famille chrétienne.fr, (consulté le ).
  10. AFP, « Une militante de La Manif pour tous nommée secrétaire nationale à l'UMP », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. Valérie Hacot, « Sens commun, ce lobby ultra-conservateur qui infiltre la droite », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  12. « Primaire à droite : Sens Commun choisit Fillon », sur Le Figaro, .
  13. Le Point.fr, « Législatives : Sens commun décroche au moins cinq investitures LR », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. lexpress.fr
  15. a b c et d lesechos.fr : Sens commun : trois questions sur le mouvement qui soutient François Fillon.
  16. Laurent de Boissieu, La Croix, « Présidentielle 2022 : une droite écartelée entre le centre et l’extrême droite », sur https://www.la-croix.com,
  17. Émilie Trevert, « Sens commun-Fillon, pour le meilleur et pour le pire », lepoint.fr, (consulté le ).
  18. « Fillon : Sens Commun divise la droite », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. lelab.europe1.fr du 26 avril 2017 : Défait au premier tour de la présidentielle, François Fillon regrette que Sens commun ait « totalement plombé » sa fin de campagne.
  20. Libération.fr du 24 avril 2017 : Sens commun refuse de choisir pour le second tour entre Macron et Le Pen.
  21. mediapart.fr du 24 avril 2017 : Sens commun refuse le front républicain de Fillon.
  22. Libération.fr : Christian Estrosi demande l'exclusion de Christine Boutin, Françoise Hostalier et des membres de Sens commun.
  23. laprovence.com : Lagarde (UDI) demande à LR d'exclure Boutin et Sens commun.
  24. a et b « Présidentielle 2022 : le Mouvement conservateur, affilié à LR, rejoint Eric Zemmour après la défaite d'Eric Ciotti », France Info,‎ (lire en ligne, consulté le )
  25. a et b « Sens commun veut redonner de la voix contre la PMA et incarner le « mouvement conservateur » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  26. rtl.fr Sens Commun : quel est ce mouvement évoqué pour le gouvernement de Fillon ?.
  27. « Le nouveau secrétaire d'État Jean-Baptiste Lemoyne, soutien zélé des anti-mariage pour tous », BuzzFeed,‎ (lire en ligne)
  28. « Le délit d’entrave à l’IVG définitivement adopté par le Parlement », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  29. Agnès Leclair, « Le «délit d'entrave à l'IVG» adopté à l'Assemblée dans un climat houleux », lefigaro.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. CNEWS Matin du 18 avril 2017 : Tout savoir sur Sens Commun, que Fillon veut dans sa majorité.
  31. l'espres.fr du 24 10 2017 : Exclure ou garder Sens commun? L'autre dilemme de LR.
  32. BFMTV du 25 10 2017 :Sens commun: Wauquiez lâche le président, mais pas le mouvement.
  33. « Christophe Billan : «Je démissionne de la présidence de Sens commun» », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  34. Christophe Billan, interviewé par Marion Mourgue, « Christophe Billan : "Je démissionne de la présidence de Sens commun" », Le Figaro, vendredi 10 novembre 2017, page 6.
  35. « LR : Guillaume Peltier et Gaël Perdriau démis de leurs fonctions de vice-présidents du parti », sur 20 minutes, (consulté le )
  36. « Madeleine de Jessey annonce son retrait de la direction de Sens Commun. - L'Incorrect », L'Incorrect,‎ (lire en ligne, consulté le )
  37. « Laurence Trochu nommée présidente de Sens Commun », sur Europe 1,
  38. Jean-Sébastien Soldaïni, « Qui est le groupuscule "Sens commun", soutien de François Fillon ? », europe1.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. Législatives 2017 : investitures LR / Sens Commun.
  40. Paul Laubacher, « Législatives : la déroute de Sens commun, émanation de la Manif pour tous », L'Obs, 12 juin 2017.
  41. Elections régionales : présentation des élus Sens Commun
  42. Angers. Roch Brancour et le mouvement Sens commun, c’est fini !
  43. Démission d'Anne Lorne (LR) de la Région: "Je n'ai commis aucune faute"
  44. Neuf élus aux élections départementales de 2015
  45. Sept succès électoraux pour Sens Commun
  46. Laurence Trochu désignée présidente de Sens commun Valeurs Actuelles, 9 avril 2018

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

Presse

  • Laura Motet, « Qu’est-ce que Sens commun, l’association engagée dans la campagne de François Fillon ? », lemonde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Articles scientifiques

  • Yann Raison du Cleuziou, « Un ralliement inversé ?: Le discours néo-républicain de droite depuis la Manif pour tous », Mil neuf cent, 2016, n° 34, nᵒ 1, p. 125
  • Yann Raison du Cleuziou, « Sens commun : un combat conservateur entre deux fronts », Le Débat, 2018, vol. 199, nᵒ 2, p. 105 
  • Philippe Portier, « Norme démocratique et loi naturelle dans le catholicisme contemporain: Retour sur la mobilisation contre le « mariage pour tous » », Société, droit et religion, 2016, Numéro6, nᵒ 1, p. 39.
  • Matthieu Rougé, « Situation politique des catholiques: Au terme de l’année électorale 2016-2017 », Le Débat, 2018, vol. 199, nᵒ 2, p. 78.
  • Laurent de Boissieu, « Qu’est la génération « Manif pour tous » devenue ? », Le Débat, 2016, vol. 191, nᵒ 4, p. 89.

Articles connexes

Liens externes