National-populisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'expression « national-populisme » a été introduite en politologie dans les années 1970 par le sociologue argentin Gino Germani pour désigner les régimes de type nationaliste et populiste de l'Amérique latine des années 1930-1950[1], par exemple le péronisme. Par la suite, l'expression a été reprise et popularisée par le politologue et historien des idées français Pierre-André Taguieff pour décrire la forme de populisme xénophobe représentée par le Front national[2],[3]. Le poujadisme passerait pour une forme de national-populisme[réf. souhaitée].

Le phénomène se répand dans le monde au cours des années 2010 : Jacques Rupnik évoque « une vague nationale-populiste planétaire qui, de l’élection de Donald Trump à la Maison Blanche à celle de Narendra Modi en Inde, ébranle les démocraties »[4].

D'après Christophe Jaffrelot, directeur de recherches au CERI Sciences Po et au CNRS, la défense des hindous face aux minorités intérieures et aux puissances étrangères, rejet des élites et concentration du pouvoir sont les principales expressions du « national-populisme » exercé par le premier ministre indien Narendra Modi[5].

Pour Vincent Coussedière, le rapprochement fréquent du mot « populisme » avec les termes « extrême droite » et « nationalisme » serait peu précis et non dénué d'ambiguïtés[6]. Il réfute « l'extrémisation à tout va de mouvements qui n'ont rien d'extrême » et met en doute le caractère seulement « protestataire » que l'on se plait à appliquer à ces mouvements et que les médias opposent de manière factice à des « partis de gouvernement » alors même que ces mouvements peuvent se trouver au pouvoir dans certains pays[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Pierre Blanchard, Aux sources du national populisme, Maurice Barrès, George Sorel, L'Æncre.
  • Vincent Coussedière, Éloge du Populisme, Elya Éditions, .
  • (en) Gino Germani, Authoritarianism, Fascism ans National Populism, New Brunswick (N.J.), Transactions Books, .
  • Pierre-André Taguieff, « Populisme », sur universalis.fr, Encyclopædia Universalis (consulté le 5 novembre 2018)
  • Pierre-André Taguieff, « La rhétorique du national-populisme I », Cahiers Bernard Lazare, no 109,‎ , p. 19-38.
  • Pierre-André Taguieff, « La rhétorique du national-populisme II », Mots, no 9,‎ , p. 113-139.
  • Pierre-André Taguieff, L'Illusion populiste : de l'archaïque au médiatique, Paris, Berg International, coll. « Pensée politique et sciences sociales »,
  • Pierre-André Taguieff, L'Illusion populiste : Essais sur les démagogies de l'âge démocratique, Paris, Flammarion, coll. « Champs », (ISBN 978 2 08 120365 5) — Réédition revue et augmentée et précédée d'une nouvelle préface
  • Pierre-André Taguieff (dir.), Le Retour du populisme : Un défi pour les démocraties européennes, Paris, Encyclopædia Universalis, coll. « Le tour du sujet », (ISBN 2-85229-780-9)
  • Christophe Jaffrelot, L'Inde de Modi : national-populisme et démocratie ethnique, Fayard, (ISBN 9782213714479, lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopædia Universalis, « POPULISME », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 28 avril 2019)
  2. Un néo-populisme à la française: Trente ans de Front national, La Découverte, (ISBN 9782707172808, lire en ligne), p. 343 (note 6)
  3. Pierre-André Taguieff, « La rhétorique du national-populisme : Les règles élémentaires de la propagande xénophobe », Mots. Les langages du politique, vol. 9, no 1,‎ , p. 113–139 (DOI 10.3406/mots.1984.1167, lire en ligne, consulté le 28 avril 2019)
  4. Jacques Rupnik, « Spécificités et diversité des populismes en Europe centrale et orientale », sur sciencespo.fr, (consulté le 27 octobre 2018).
  5. « Christophe Jaffrelot : « Depuis Indira Gandhi, il n’y a jamais eu une telle personnalisation du pouvoir » », sur lemonde.fr, .
  6. a et b Vincent Coussedière, « «Populisme» : et si on arrêtait avec les poncifs ? », sur lefigaro.fr, (consulté le 5 novembre 2018).