Université d'été (politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Université d'été.

Université d'été est le nom généralement donné, en France, à un rassemblement de militants et de responsables d'un mouvement politique ou associatif sur quelques jours à la fin des vacances d'été, en général fin août début septembre. Y sont souvent conviés des universitaires, des intellectuels, des chercheurs et/ou des acteurs de la société civile pour des sessions de conférences, de débats et de formation. Ces journées ont pour but d'apprendre, d'approfondir ou de réfléchir aux projets du mouvement en question dans un cadre informel et détendu. Pour les partis, l'université d'été marque souvent la rentrée politique après la trêve estivale.

D'après La Croix, les universités d'été sont nées aux États-Unis « dans les années 1870 lorsque les universités ont décidé d'ouvrir leur campus l'été pour permettre aux professeurs des écoles primaires et secondaires de pousser leurs connaissances[1] ». En France, « l'initiative prend une ampleur nouvelle quand dans les années 1970 dans la foulée de Mai 68 et pour redonner toute sa place au politique par une autre manière d'en faire, des réunions, des forums, des colloques où peuvent se rendre tous les militants sont mis en place »[1]. Les Jeunes giscardiens sont les premiers à en organiser une, en août 1975, à Montpellier[2],[3]. Rémi Lefebvre indique qu'il s'agit de « trois semaines de formations de 400 jeunes, en présence de responsables nationaux comme Jean-Pierre Soisson ou Jean-Pierre Raffarin. L'objectif est alors principalement de former les futurs cadres de l'organisation, de leur apprendre à « parler aux Français » et de donner une image d'ouverture et de modernité à des partis déjà discrédités »[3].

France[modifier | modifier le code]

Universités d'été politiques[modifier | modifier le code]

Universités d'été catholiques[modifier | modifier le code]

Universités (autres)[modifier | modifier le code]

Suède[modifier | modifier le code]

En 1968, alors qu'il est en vacances sur l'île de Gotland, Olof Palme interpelle les électeurs dans un parc de Visby, donnant naissance à un évènement politique annuel très populaire en Suède, l'Almedalen. Depuis, tous les partis de l'échiquier politique, les syndicats et des entreprises s'y retrouvent pendant quelques jours en été, prenant successivement la parole devant le public, illustrant là le modèle de consensus démocratique suédois[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Il y a cent quarante ans, historique des universités d'été », sur la-croix.com, (consulté le 3 juillet 2016).
  2. « Université d'été du PS, la fin d'une époque », Le Figaro Magazine, semaine du 25 août 2017, page 14.
  3. a et b « Les universités d'été sont-elles sur le déclin ? », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 1er septembre 2018).
  4. « Pourquoi l'université d'été du PS quitte La Rochelle et part à Nantes », sur lejdd.fr, (consulté le 23 août 2017)
  5. Anne-Sophie Lechevallier, « Dans les coulisses de 20 universités d'été du MEDEF », Paris Match, semaine du 30 août au 5 septembre 2018, p. 30.
  6. « France: le Medef fait sa rentrée avec son université d'été », sur RFI, (consulté le 28 août 2019)
  7. « Inscrivez-vous à l’université d’été d’E&R du 25 au 31 août 2019 dans les Pyrénées-Orientales ! », sur egaliteetreconciliation.fr, .
  8. « Universités d’été « cathos », un tremplin pour s’engager », sur la-croix.com, (consulté le 23 août 2017)
  9. Rédaction Anticor, « Université d’Anticor, à Nantes » (consulté le 31 août 2019)
  10. Frédéric Faux, « L'Almedalen, le Woodstock démocratique suédois », Le Figaro, samedi 7 / dimanche 8 juillet 2018, p. 19.