Brexit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

On désigne familièrement sous le nom de Brexit la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (en anglais : British exit from the European Union), et plus particulièrement la procédure de retrait entamée le 29 mars 2017 par la notification de l'article 50 du traité sur l'Union européenne.

Le mot Brexit est un mot-valise anglais construit sur Britain (« Grande-Bretagne ») et exit (« sortie »). Il s'oppose au mot Bremain construit sur Britain et remain (« rester »)[1].

On appelle de même :

Dans le contexte du Brexit, et suite à une demande populaire[réf. nécessaire], Eurostat a commencé à publier au sujet de l'économie, du commerce, de la population et de l'industrie, de nouveaux agrégats excluant le Royaume-Uni, sous l’appellation EU27_2019 (European Union, without United Kingdom). Les anciens agrégats continuent pour le moment à être publiés, sous de nouvelles appellations: EU28 (European Union, current composition) et EU27 (European Union, before the accession of Croatia)[2],[3]

Le Brexit doit être commémoré au printemps 2019 par une pièce de cinquante centimes portant la date du 29 mars, frappée par la monnaie royale, avec le slogan « Peace, Prosperity and Friendship with all nations », signifiant « Paix, prospérité et amitié avec toutes les nations »[4]. L'annonce en octobre 2018 est traitée avec dérision sur les médias hostiles au Brexit, tels The Guardian, et sur les réseaux sociaux[5].

Glossaire spécifique[modifier | modifier le code]

Lettre de Theresa May au Président du Conseil européen Donald Tusk invoquant l'article 50.

À la suite du référendum du 23 juin 2016, de nombreuses nouvelles pièces du jargon lié au Brexit sont devenues populaires. Ci-après les définitions les plus utilisées dans le cadre du Brexit:

  • Accord de transistion: l’article 50 porte uniquement sur la procédure de divorce. Les futures relations commerciales ou judiciaires de Londres avec l’UE feront l’objet d’autres négociations qui pourraient prendre de longues années. D’où l’idée d’un accord de transition. Theresa May a dit souhaiter que le processus de sortie se fasse « par étapes », tout en excluant « un statut transitoire sans limites » dans le temps. Bruxelles a toutefois prévenu qu’il était « difficile d’imaginer une période transitoire » avant de définir précisément les termes de la future relation avec l’UE.
  • Article 50: l’article 50, qui prévoit la possibilité de quitter l’UE, fait partie d’un traité élaboré en 2002 et 2003 pour doter l’UE d’un cadre légal lui permettant de s’élargir à l’Europe de l’Est : le traité de Lisbonne. L’inclusion d’une « clause de sortie » était ardemment défendue par les conservateurs britanniques lors de la dernière session de négociations tenue en juillet 2003. Celle-ci s’était achevée avec un article 50 sans retouche, au son des bouchons de champagne qui sautaient et de l’Ode à la joie de Ludwig van Beethoven, hymne européen depuis 1985.
  • Brexit: contraction de deux mots, « British » et « Exit », Brexit signifie le retrait du Royaume-Uni de l’UE. L’étymologie de ce mot remonte à l’apparition en 2012 de « Grexit » inventé par deux économistes du géant financier américain Citigroup pour définir le risque d’exclusion de la zone euro de la Grèce. Brexit débarque quelques mois plus tard sous la plume du président de British Influence, un centre de réflexion pro-UE.
  • Brexit aveugle: en anglais : Blind Brexit. Inventé en septembre 2018 pour décrire un scénario dans lequel le Royaume-Uni quitterait l'UE sans clarifier les termes d'un futur accord commercial[6].
  • Brexiteer/Brexiter: les personnes qui soutiennent le Brexit sont parfois appelés Brexiteers[7] ou Brexiters[8].
  • Coût du divorce: en anglais : Divorce bill. Le Royaume-Uni doit normalement contribuer aux engagements financiers approuvés tant qu'il est toujours membre de l'UE. Au cours de la première phase des négociations, le montant total est désigné sous le nom de «règlement financier unique» ou simplement «règlement». Les médias nomment cela un «projet de loi de sortie» ou un «projet de loi sur le divorce», tandis que l'UE parle de «régler les comptes».
  • DexEU : pour Department for exiting the European Union. C’est le ministère chargé des négociations du Brexit. Créé en juillet 2016, il a dû recruter en urgence des centaines de personnes. À sa tête se trouvait le Secrétaire d'État à la Sortie de l'Union européenne David Davis, qui a fait campagne pour le Brexit. Mais le dossier est piloté au premier chef par la Première ministre Theresa May après la démission de Davis du gouvernement May (2).
  • Falaise: le député conservateur Neil Carmichael déclare en février 2017 que « nous pourrions être confrontés à la perspective d’une sortie brutale de l’Union européenne, en tombant de la falaise comme certains l’ont décrit en évoquant l’absence d’accord, ce qui aurait des conséquences économiques potentiellement désastreuses », dans une tribune publiée par The Mail on Sunday. Boris Johnson, alors ministre des Affaires étrangères, estime pour sa part que ce « saut du haut d’une falaise », ne causerait pas de tort au pays. Theresa May répète régulièrement d’ailleurs que « pas d’accord serait mieux qu’un mauvais accord »[9].
  • Filet de sécurité: en anglais : Backstop. Il maintient l'ensemble du Royaume-Uni dans une union douanière avec l'UE jusqu'à la conclusion d'un traité de libre-échange entre le Royaume-Uni et l'UE, qui doit contenir une solution définitive pour éviter une frontière interirlandaise. Un alignement réglementaire plus poussé est prévu pour l'Irlande du Nord si aucun accord sur la future relation entre Bruxelles et Londres n'est conclu à l'issue de la période de transition post-Brexit de 21 mois prévue le 29 mars 2019.
  • Hard Brexit, soft Brexit: mi-janvier 2017, Theresa May annonce que le Royaume-Uni va s’engager dans un « hard Brexit » Brexit ou « Brexit dur », soit la sortie pure et simple du marché unique. Cela permettrait à son pays de regagner le contrôle de sa politique d’immigration. Ce qui en retour signifiera le retour des barrières tarifaires même si elle plaide pour un futur accord commercial « audacieux et ambitieux » avec l'UE. Le « soft Brexit» signifie le maintien dans le marché unique.
  • Marché unique: également appelé marché intérieur, le marché unique européen permet aux personnes, aux biens, aux services et aux capitaux de circuler librement dans l’ensemble des États membres de l’UE. Soit les fameuses « quatre libertés ». Le Brexit signifie la sortie du marché unique, a affirmé mardi 17 janvier 2017 la Première ministre britannique Theresa May, en défendant une rupture « claire et nette » avec l’Union européenne.
  • Passeport européen: c’est un dispositif qui permet de vendre un produit financier dans l’ensemble de l’UE après l’approbation d’un seul des régulateurs nationaux. Sa perte pourrait pousser certains groupes à déménager ou relocaliser une partie de leurs activités londoniennes sur le continent.
  • Plan de Chequers: livre blanc publié en juillet 2018 par le gouvernement britannique. Il expose le type de relation que le Royaume-Uni cherche à avoir avec l'UE après le Brexit.
  • Remainer: les personnes qui sont en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l’UE sont parfois désignés par le terme Remainers[10].
  • Union douanière: l’Union douanière européenne est la principale union douanière dans le monde. Elle est constituée des 28 États de l’UE – en comptant le Royaume-Uni – auxquels s’ajoutent la Turquie, Andorre, Monaco et Saint-Marin. Ses membres ont non seulement aboli les droits de douane et les restrictions au commerce entre eux mais également adopté une politique commerciale commune vis-à-vis des pays tiers et des droits de douane communs.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marc Roche, Le Brexit va réussir, Albin Michel, , 240 p. (ISBN 978-2226-402219).
  • Martin Belam, « Twitter users mint new jokes over Brexit 50p coin », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  • Romaric Godin, « Brexit or Bremain : le référendum britannique sur l'UE, mode d'emploi », La Tribune,‎ (lire en ligne).
  • AFP et Le Point, « Les Britanniques célèbrent le Brexit avec une nouvelle pièce de monnaie », Le Point,‎ (lire en ligne).

Compléments[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]