Mireille d'Ornano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ornano.

Mireille d'Ornano
Illustration.
Mireille d'Ornano en 2019.
Fonctions
Conseillère municipale de Grenoble
En fonction depuis le
(5 ans, 7 mois et 7 jours)
Maire Éric Piolle

(6 ans, 2 mois et 30 jours)
Maire Alain Carignon
Députée européenne

(5 ans)
Élection 25 mai 2014
Circonscription Sud-Est (France)
Législature 8e
Groupe politique NI (2014-2015)
ENL (2015-2017)
ELDD (2017-2019)
Conseillère régionale de Rhône-Alpes

(4 ans, 3 mois et 3 jours)
Circonscription Isère
Président Jean-Jack Queyranne
Biographie
Nom de naissance Mireille Morino-Gallone[réf. nécessaire]
Date de naissance (68 ans)
Lieu de naissance Angoulême (Charente)
Nationalité française
Parti politique RPR (1986-v. 1990)
FN (v. 1990-1998)
MNR (1998-1999)
FN (1999-2017)
LP (depuis 2017)
Profession secrétaire de direction

Mireille d’Ornano, née le à Angoulême, est une femme politique française.

Membre du Rassemblement pour la République (RPR), du Front national (FN), du Mouvement national républicain (MNR), puis des Patriotes, elle est conseillère régionale de Rhône-Alpes de 2010 à 2014, conseillère municipale de Grenoble de 1989 à 1995 et depuis 2014, ainsi que députée européenne de 2014 à 2019.

Biographie[modifier | modifier le code]

Engagée en 1986 au Rassemblement pour la République (RPR)[1], elle adhère ensuite au Front national (FN), pour le compte duquel elle se présente à partir des années 1980, dans plus de vingt scrutins locaux, et devient la responsable départementale du parti dans l'Isère.

Elle est élue pour la première fois au comité central du FN lors du congrès de 1990, puis réélue en 1994 et 1997[2]. Elle rejoint le Mouvement national républicain (MNR) lors de la scission du parti en 1998-1999[2].

Aux élections européennes de 1999, elle est candidate sur la liste MNR[3]. Elle revient au FN l'année suivante et réintègre les instances dirigeantes du FN en 2007[2].

À l'issue des élections régionales de 2010, elle est élue conseillère régionale de la région Rhône-Alpes sur la liste FN conduite par Bruno Gollnisch. Elle se présente aux élections législatives de 2012 dans la première circonscription de l'Isère et obtient 7,7 % des suffrages exprimés, derrière Geneviève Fioraso, Jean-Claude Peyrin, Marie-Christine Tardy et Éric Piolle.

Elle conduit la liste FN à Grenoble pour les élections municipales de 2014. Elle obtient 12,6 % des suffrages exprimés au premier tour et décide de maintenir sa liste au second tour[1]. Elle perd plus d'un millier d'électeurs en l'espace d'une semaine et recule de quatre points entre les deux tours, mais décroche néanmoins deux sièges au conseil municipal de Grenoble et un siège à la métropole, dans l'opposition dans les deux cas.

Elle devient députée européenne lors des élections européennes de 2014, élue dans la circonscription Sud-Est sur la liste conduite par Jean-Marie Le Pen.

Elle se porte candidate, en binôme avec Éric Guironnet de Massas, aux élections départementales de 2015 dans le canton de Charvieu-Chavagneux, dans l'Isère rhodanienne. Elle arrive en tête du premier tour avec 35,5 % des suffrages exprimés, puis est battue au second tour par un binôme UMP avec 41,5 %.

Le , contre l'avis de la direction du FN, elle participe au rassemblement en hommage à Jeanne d'Arc organisé par Jean-Marie Le Pen, s'exposant ainsi à d'éventuelles sanctions[4]. Elle est alors écartée de ses fonctions de responsable départementale du FN en Isère[5].

Elle annonce, le 25 septembre 2017, son départ du Front national pour rejoindre Les Patriotes, parti politique créé par Florian Philippot, démissionnaire du parti[5]. L'association devient peu après un parti politique, dont elle est la référente pour l'Isère et référente nationale pour l'écologie[6]. Elle figure en deuxième position sur la liste des Patriotes, conduite par Philippot, lors des élections européennes de 2019, mais celle-ci n’obtient que 0,65 %, ce qui ne lui permet pas de conserver son mandat de députée[7].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Mère de cinq enfants, Mireille d'Ornano a été secrétaire de direction chargée du recouvrement à la médecine du travail interentreprises de l'Isère (MT2I)[1],[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Qui sont les 24 eurodéputés du Front national ?  », sur le Figaro, .
  2. a b et c Laurent de Boissieu, « Les raisons des multiples départs du Front national », sur la-croix.com, (consulté le 23 janvier 2018).
  3. « Partis représentés au PE ou affiliés a l'un de ses groupes / parties currently represented in EP or affiliated to one of its groups  », sur europarl.europa.eu.
  4. Camille Romano et Olivier Faye, « Jean-Marie Le Pen appelle à l’« unité » du FN, avec trois députés européens frontistes à ses côtés », sur le Monde, .
  5. a et b « FN. Une eurodéputée et des conseillers régionaux rejoignent Les Patriotes », sur Ouest-France.fr, (consulté le 27 avril 2018).
  6. « Référents locaux et thématiques », sur www.mouvement-lespatriotes.fr (consulté le 2 décembre 2017).
  7. « Proclamation des résultats de l'élection des représentants au Parlement européen », Journal officiel de la République française, no 125,‎ (lire en ligne).
  8. « Mireille d'Ornano - Député Français au Parlement Européen | Votre député », sur mireilledornano.eu (consulté le 3 juin 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :