Pandémie de Covid-19 en Suisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pandémie de Covid-19 en Suisse
COVID-19 Outbreak Cases in Switzerland by Canton.svg
    Nombre de cas confirmés par canton (au ) :
  • 1-99 cas
  • 100-499 cas

  • 500-999 cas
  • 1 000-2 499 cas
  • 2 500+ cas
Maladie
Agent infectieux
Origine
Localisation
Coordonnées
Premier cas
Date d'arrivée
Premier cas confirmé le
(9 mois et 6 jours)
Site web
Bilan
Cas confirmés
250 396[a] (au )[1]
Cas soignés
130 000 (au )
Morts
2 863 (au )[1]

La pandémie de Covid-19 se propage en Suisse depuis le , date du premier cas confirmé. Les dix premiers cas détectés de contaminations sont tous en lien avec l'épidémie sévissant en Italie. Au niveau mondial, l'épidémie de Covid-19 devient une pandémie[2],[3] le selon l'OMS, dont l'Europe est l'épicentre de mars à avril[4].

Selon l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), au , le bilan est de 47 179 cas confirmés, dont 2 599 détectés au cours des sept derniers jours, en augmentation constante sur les quatre dernières semaines[1]. Ce dernier chiffre correspond à 30 cas pour 100 000 habitants, très proche de la moyenne européenne de 33[5]. Le nombre d'hospitalisations se montait à 4 665, dont 44 au cours des sept derniers jours, en légère diminution sur les quatre dernières semaines, et le nombre de décès s'élève à 1 747, dont 13 au cours des sept derniers jours, en augmentation sur les quatre dernières semaines[1]. Selon le canton de Zurich, qui rassemble les données des cantons, le nombre de décès confirmés au était de 2 021[6]. Le , le nombre de personnes en quarantaine était de 12 724, dont 1 917 à l'isolement à la suite d'un test positif, 5 473 à la suite du test positif d'un contact, et 5 334 à la suite d'un retour d'un pays à risque[1].

Chronologie de l'épidémie[modifier | modifier le code]

Janvier à mars – les premiers cas et augmentation rapide[modifier | modifier le code]

Une crèche est fermée pour cause de cas suspects dans le canton de Neuchâtel[7], qui finalement se révéleront négatifs.

Le 1er mars, à Spreitenbach, en Argovie, en raison d'un éducateur de 31 ans qui a été infecté lors d'une visite familiale dans le nord de l'Italie, 44 enfants de maternelle, 8 enseignants et un certain nombre de personnes en contact avec lui ont été envoyés en quarantaine[8].

Un premier cas de Covid-19 est détecté le , lorsqu'un homme d'une septantaine d'années habitant le canton du Tessin[9] et ayant séjourné en Lombardie est testé positif[10]. Le , sept nouveaux cas, tous en lien avec l'épidémie sévissant en Italie. sont détectés dans six autres cantons (Argovie, Bâle, Genève, Grisons, Vaud, Zürich), et du au , quatre cantons annoncent également un premier cas[11],[12].

Le , sur la base de la loi sur les épidémies, le Conseil fédéral interdit les rassemblements de plus de 1 000 personnes jusqu'au , décrétant une « situation particulière ». Huit nouveaux cas sont signalés, dont les premiers dans les cantons de Bâle-Campagne[13], Valais (probablement contaminé sur un chantier)[14],[15]. Le 29 février, un premier cas est confirmé dans le canton de Berne, celui d’une lycéenne de 21 ans[16], ce qui mène à la mise en quatorzaine de 45 élèves et 9 enseignants[17]. Le bilan officiel est alors de 22 cas détectés (confirmés ou en attente de confirmation)[18] sur 1 100 personnes testées jusqu'alors[19], dix cantons étant concernés[18].

Le , le canton de Fribourg détecte son premier cas, celui d'un homme de 30 ans qui a probablement été infecté lors d'un voyage en Lombardie[20]. Le , le bilan est de 42 cas et le canton de Neuchâtel annonce un premier cas, un homme de 22 ans de la Chaux-de-Fonds actif dans le canton de Berne et revenu de Milan deux semaines auparavant, testé positif et y a été placé en quarantaine avec sa partenaire à l'hôpital d'Interlaken[21],[22],[23]. Le , le bilan est de 54 cas et de deux guérisons, le septuagénaire tessinois, premier cas de coronavirus signalé en Suisse, et le patient numéro un à Genève[22]. Le canton de Zoug annonce un premier cas, celui d'un homme de 22 ans contaminé lors d'une réunion privée. Le même jour, l'Armée suisse annonce un cas, celui d'un militaire testé à son entrée en service pour un cours de répétition à Wangen an der Aare après avoir indiqué qu'il s'était rendu il y a peu à Milan[24]. Le canton de Schwytz annonce un premier cas, auquel s'ajoutent le jour suivant deux autres cas, un homme et de deux femmes âgés de 26 ans, 43 ans et 55 ans, tombés malades indépendamment les uns des autres[25],[26]. Le , le bilan est de 97 cas, dont 58 cas confirmés et 39 cas testés positifs en cours de confirmation et 200 personnes se trouvent en quarantaine[27]. Au total, quinze cantons sont désormais concernés. Avec l'annonce de la guérison du premier malade du canton de Vaud, un frontalier français[28], le nombre de malades guéris passe à trois. Dans le canton de Saint-Gall, le premier cas est une femme qui présentait de légers symptômes tels que le rhume et avait séjourné à Milan peu auparavant[26]. Le , le bilan est de 114 cas et un premier décès est constaté dans le canton de Vaud ; il s'agit d'une patiente de 74 ans souffrant de problèmes respiratoires chroniques qui s'était rendue en Italie du Nord[29]. Le canton du Jura, qui était le dernier canton suisse romand épargné par le virus, et le canton d'Appenzell Rhodes-Extérieures annoncent chacun un premier cas[30]. Le , l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) annonce 210 cas confirmés, soit presque le double de la veille. De leur côté, les cantons de canton de Thurgovie et de canton de Soleure recensent chacun un premier cas. Au , le nombre de sujets recensés positifs à la maladie dans le pays s'élève à 264 et une seconde personne décède[1]. Au , le nombre de sujets recensés positifs à la maladie dans le pays s'élève à 332, dont 281 ont été confirmés, et 51 autres sont en attente de confirmation après un premier résultat positif[1]. Un troisième décès est recensé, celui d'un patient de 76 ans soigné à l'hôpital cantonal de Liestal à Bâle-Campagne[31]. Au , le nombre de sujets recensés positifs à la maladie dans le pays s'élève à 374, dont 312 ont été confirmés, et 62 autres sont en attente de confirmation après un premier résultat positif[1]. Le , la Suisse compte 651 cas confirmés et 4 morts[32]. Le pays fait donc face à une explosion du nombre de cas détectés, le mettant au au troisième rang des pays d'Europe qui ont le plus de cas confirmés par rapport au nombre d'habitants[33].

Le , le Conseil fédéral annonce le durcissement des mesures sur l'ensemble du pays, avec notamment l'interdiction des rassemblements de plus de 100 personnes, la fermeture des écoles et universités dans tout le pays, jusqu'au 4 avril au moins[34], et l'introduction de contrôles aux frontières ; parallèlement, de nombreux cantons annoncent des restrictions plus strictes. Le même jour, le canton d'Obwald enregistre un premier cas[35].

Mars à avril – pic de l'épidémie et état d'urgence[modifier | modifier le code]

Manchette du 17 mars.
Queue à l’office de poste, 14 avril.

Le , alors que la Suisse compte 3 700 cas détectés, dont plus de 1 000 nouveaux cas ce jour-là, ainsi que 34 décès, dont sept le jour même[36], le Conseil fédéral déclare l'état d'urgence sanitaire dans tout le pays (« situation extraordinaire » selon article 7 de la loi sur les épidémies) qui lui octroie de prendre le pouvoir sur les cantons, en vue de prendre des mesures exceptionnelles pour faire face à l'épidémie.

Par voie d'ordonnance[37], il interdit toute manifestation publique ou privée, et ordonne la fermeture de presque tous les établissements ouverts au public : commerces, restaurants, lieux de divertissement et de loisirs, salons de coiffure et d'esthétique. Seuls peuvent rester ouverts les magasins d'alimentation, les transports, les hôtels, les banques, les bureaux de poste et la restauration à emporter. Il ordonne également le déploiement renforcé de l'armée (et de la Protection civile) en vue de venir en aide au système de santé et aux douanes et rétablit les contrôles aux frontières avec l'Allemagne, la France et l'Autriche - tous membres de l'Espace Schengen. Ces mesures sont initialement prévues jusqu'au 19 avril[38].

Au , le bilan est de 8 838 cas testés positifs. Le nombre de décès s’élève à 86[36]. Au , le bilan est de 13 213 cas testés positifs et le nombre de décès s'élève à 235[1]. Au 31 mars, le bilan est de 17 867 13 213 cas testés positifs et le nombre de décès s'élève à 513[36]. Le pic de l'épidémie est atteint au début du mois d'avril, avec plus de 25 000 nouveaux cas détectés au total, dont jusqu'à 1 300 en un jour.

Fin avril à mi-juin – diminution du nombre de cas et assouplissements[modifier | modifier le code]

Au 14 avril, le nombre quotidien de décès et d'admissions à l'hôpital sont en diminution depuis plusieurs jours[39], et le nombre de cas détectés ce jour est de 254, contre plus 1300 à la fin du mois de mars. Ces chiffrent permettent à l'OFSP d'affirmer que le pic de l'épidémie est passé[40].

Le 16 avril, le Conseil fédéral annonce vouloir progressivement assouplir les mesures prises le 16 mars en trois étapes prévues pour le 27 avril, le 11 mai et le 8 juin[41]. L'OFSP change de stratégie et passe à l' "endiguement" de l'épidémie. Ce changement est justifié par la baisse significative du nombre de malades[42].

Pour chaque étape, les entreprises concernées doivent présenter un plan de protection. Ce plan a pour but de réduire au maximum la contagion et de protéger les clients et les employés des établissements. Les autorités ont le droit de fermer un établissement qui n'a pas de plan de protection ou ne le respecte pas[43]. Chaque habitant doit alors s'efforcer de ne pas transmettre le virus et de ne pas l'attraper en appliquant impérativement les règles d'hygiène - lavage des mains - et de distance sociale. Pour chaque cas suspect, les autorités reprennent la recherche des contacts, interrompue en mars dans la plupart des cantons en raison du nombre trop faible de personnel engagé et de la forte croissance de l'épidémie[44]. Toute personne qui présente des symptômes de la maladie doit se faire dépister, et elle sera alors mise en isolement ainsi que toutes les personnes qu'elle a côtoyé les deux derniers jours[42],[45].

Les salons de coiffure, les magasins de jardinage, les crèches et les physiothérapeutes ont pu rouvrir le 27 avril[46]. Le plan de protection des magasins de jardinage inclus la limitation du nombre de clients dans le magasin, le respect des distances, les zones d'attente balisées, le paiement par carte bancaire et des vitres en plexiglas devant les caisses. Dans les salons de coiffure le nombre de clients est divisé par deux, les clients et les employés doivent porter un masque de protection, et les places doivent être désinfectées après chaque client[47]

File d’attente devant une grande surface, 20 mai.
Message de prévention à Genève, 11 juin.

Les écoles primaires, les commerces, les restaurants, les musées et les bibliothèques ont pu ouvrir le 11 mai. Le plan de protection des restaurants prévoit un groupe de maximum quatre personnes par table - sauf famille nombreuse, les tables espacées, ou isolées par un élément de séparation[48]. Ces mesures sont contraignantes et de nombreux restaurants ont décidé de ne pas ouvrir[49]. Les plans de protection des écoles sont établis par les cantons et adaptés en fonction de la situation locale[48]. Ce plan prévoit que les enfants doivent se laver les mains, que les enseignants resteront à 2 m des élèves, et que les pupitres seront espacés. Les parents n'ont pas le droit de se réunir aux abords des écoles. Dans les cantons de Genève, Vaud, Neuchâtel, Berne, Zurich et Saint-Gall les premières semaines d'école se feront en alternance, en demi-classes, tandis que d'autres cantons c'est le retour à la normale - horaires ordinaires et classes complètes[50].

Au début du mois de , les nouveaux cas diminuent encore, jusqu'à passer sous la barre des 100 cas testés positifs. À la fin du mois de mai, il n'y a plus qu'une dizaine de cas par jour[51]. Au milieu du mois, la santé publique du canton du Jura déclare la première vague épidémique passée[52]. La situation sanitaire est jugée satisfaisante par le Conseil Fédéral, le nombre de malades étant bas et stable depuis plusieurs semaines, et l'état d'urgence est levé le 19 juin[53].

Mi-juin à septembre – fin de l'état d'urgence et augmentation des cas[modifier | modifier le code]

À la fin du mois de mai, vu le nombre de cas devenu très faible, la présidente Simonetta Sommaruga qualifie la situation de « réjouissante » et annonce la fin de l'état d'urgence dès le 19 juin[51]. La fin de l'état d'urgence signifie un retour à la prédominance des autorités cantonales dans la prise de décision sur les mesures de lutte contre l'épidémie[54]. Le 6 juin, de nombreux établissements, notamment dans le domaine du tourisme, sont autorisés à ré-ouvrir: zoos, piscines, remontées mécaniques, campings, casinos et salons érotiques. Les manifestations sont dès lors autorisées jusqu'à 300 participants : mariages, salons, concerts, théâtres ou camp de vacances. Les plans de protection doivent assurer l'hygiène des mains, le respect des distances, le paiement sans contact et les listes de présence - pour permettre le traçage des contacts. Le télétravail reste recommandé[53]. Le secteur du tourisme se prépare à recevoir moins de visiteurs que d'ordinaire durant la haute saison qui débute en juin, en particulier dans les grandes villes en raison d'un tourisme international prévu d'être très faible; un sondage indique que les habitants qui ont annulé leurs projets de voyage sont intéressés en particulier par les régions de montagne[55].

En coordination avec les autres pays, les frontières avec l'Union européenne rouvrent le 15 juin. Les pays se réservent cependant le droit d'ordonner la mise en quarantaine des voyageurs en fonction de leur pays de provenance[56]. La fin de l'état d'urgence le 19 juin est accompagnée par la levée ou l'assouplissement de certaines mesures dont l'objectif est un « retour à une quasi-normalité » selon les autorités: le télétravail est désormais un choix entre entreprises et employés. Les rassemblements sont autorisés jusqu'à 300 personnes dans tout le pays et les autorités des cantons peuvent décider d'abaisser ce plafond si nécessaire. Seuls les grands événements avec plus de 1 000 participants sont toujours interdits. Les manifestations politiques ne sont plus concernées par cette limitation, mais l'utilisation de masques est obligatoire. L'utilisation des masques est recommandée dans les transports publics[57]. Le 25 juin, l'application mobile de suivi des contacts SwissCovid est mise à disposition de la population, son utilisation étant volontaire et recommandée par les autorités[58].

Au cours du mois de juin, le nombre de cas détectés augmente graduellement passant de 18 par jour au début du mois à 58 à la fin du mois[59].

Le 1er juillet 2020, à la suite de la demande des gouvernements de plusieurs cantons, le Conseil Fédéral rend obligatoire l'utilisation des masques dans les transports publics de tout le pays. Cette obligation concerne tous les passagers des trains, des trams, des bus, des remontées mécaniques et des bateaux[60]. Il ordonne également la mise en quarantaine de tout habitant qui revient d'un pays classé "risqué", la liste de ces pays comptant alors une trentaine de pays, la plupart en dehors de l'Europe (les seuls pays européens étant alors la Suède, la Serbie et le Kosovo)[61]. La liste est mise à jour chaque mois. Ces décisions sont destinées à « trouver un nouvel équilibre » à la suite de l'augmentation de la fréquentation des transports et l'ouverture des frontières en Europe, qui a provoqué l'importation et le transport de nouveaux cas[60]. Dans les semaines qui suivent, le Luxembourg, la Belgique, l'Espagne, puis les Îles Baléares sont ajoutés à la liste des pays d'Europe à risque, tandis que la Serbie et la Suède sont retirées de la liste[62]. Mi-août, l'ajout des îles Baléares à la liste provoque une afflut momentané de voyageurs: des résidents écourtent leurs vacances en vue de rentrer au pays avant que la mise en quarantaine devienne une obligation - dans 3 jours[63]. La Norvège inscrit la Suisse sur sa liste des pays à risque[64], et le gouvernement de la Belgique place certains cantons suisses sur sa liste de zones à risque[65].

Le 17 juillet 2020, le chef de la cellule de crise de l'OFSP déclare que « la situation suisse est dangereusement stable », citant une hausse claire du nombre de nouveaux cas par rapport à la mi-juin[66]. Une semaine plus tard, suite à l'augmentation du nombre de cas dans la région, les autorités du canton de Genève rendent le port du masque obligatoire dans les commerces et lorsqu'on est debout au restaurant. Elles ordonnent également la fermeture des lieux festifs: discothèques, dancings et cabarets et rendent obligatoire l'inscription des participants à des fins de recherche des contacts pour les événements de 100 à 1 000 personnes[54].

Au mois d'août, le nombre de cas détectés remonte à entre 100 et 300 par jour, principalement des personnes jeunes[67]. Le nombre est comparable au mois d'avril, mais la situation épidémiologique est différente en raison d'un nombre de tests bien plus élevé et de la plus faible susceptibilité des jeunes à la maladie, ce qui mène à un nombre d'hospitalisations largement inférieur. Les personnes de plus de 60 ans, susceptibles de tomber gravement malades, sont peu touchées, contrairement au mois de mars et d'avril[68]. Le Conseil fédéral décide que les manifestations de plus de 1 000 personnes, interdites depuis le 1er mars, seront de nouveau possibles dès le mois d'octobre, mais chaque manifestation devra préalablement être autorisée par les autorités cantonales[69]. Les premiers concernés par cette interdiction sont les clubs de football et de hockey: l'interdiction limite sévèrement le nombre de spectateurs dans les stades, et met en danger la survie de certain clubs[70]. À la fin du mois d'août, l'utilisation des masques dans les commerces est une obligation dans les cantons de Genève, Neuchâtel, Jura, Vaud, Fribourg, Bâle, Valais et Zürich[71].

Octobre – deuxième vague[modifier | modifier le code]

Manchette de la Tribune de Genève, le 7 novembre 2020.

Le 7 octobre, les autorités du canton du Jura constatent une hausse des infections au covid-19 sur le territoire, qui passe de 24 par semaine à 31 en trois jours. Les autorités qualifient cette hausse d'« inquiétante ». Une des raisons est qu'il n'y a aucun lien entre les différentes personnes infectées[72]. Inquiétude également évoquée quelques jours plus tard par les directeurs de la santé publique, qui mettent en avant le changement de comportement de la population qui, suite à la baisse des températures, passe davantage de temps à l'intérieur[73]. Les autorités du canton de Genève constatent une nette péjoration de la situation sanitaire, et une augmentation des hospitalisations pour covid-19. Selon les autorités les contaminations ont lieu le plus souvent dans la vie privée: lors de fêtes entre amis ou de regroupement familial[74].

Dans un article paru le 14 octobre, la Radio Télévision Suisse (RTS) évoque « quelque chose qui ressemble à une deuxième vague »[75]. L'office fédéral de la santé publique (OFSP) annonce la plus forte hausse du nombre d'infections au SRAS-CoV2 jamais constatée en Suisse: alors que le nombre d'infections était stable à près de 500 par jour depuis plusieurs semaines, au début du mois d'octobre il a augmenté à plus de 1000 par jour en une semaine, et à 2800 par jour la semaine suivante[76].

Le 19 octobre, suite à une forte augmentation du nombre de cas, et sur demande des autorités des différents cantons, le Conseil Fédéral prononce une série de mesures qui s'appliquent à toute la Suisse. L'utilisation des masques, déjà obligatoire dans les transports publics, sera rendu obligatoire dans à l'intérieur de tous les lieux publics: gares, aéroports, magasins, bureaux de poste, restaurants, bars, vestiaires, cinémas, musées, et lieux de culte. Le Conseil Fédéral recommande également le télétravail et introduit des limitations concernant les restaurants, les bars et les rassemblements de plus de 15 personnes [77].

Le 22 octobre, les autorités du canton du Valais, région la plus touchée par la deuxième vague de covid-19, prononcent des mesures sur leur territoire, en plus de celles déjà prononcées par le Conseil Fédéral. L'utilisation d'un masque est désormais une obligation sur le lieu de travail. Les lieux de divertissement doivent fermer: cinémas, théâtres, musées, piscines, etc. La pratique des sports de contact a été interdite - sports de combat, football ou hockey. Les restaurants et les bars doivent fermer à 22 heures. Les hautes écoles comme l'université, doivent fermer et l'enseignement se fait uniquement à distance[78]. L'hôpital du Valais craint la saturation dans les semaines à venir, et l'arrivée d'une situation « très difficile » au début du mois de novembre, délai pour que les mesures prononcées par le gouvernement aient un effet[79].

Le 28 octobre, le Conseil fédéral décide de nouvelles mesures de restrictions des contacts sociaux et d'hygiène, notamment une interdiction des événements rassemblant plus de 50 personnes, hormis pour les compétitions sportives et les manifestations artistiques professionnelles. Les réunions dans le cercle privée sont limitées à 10 personnes, et les consommations dans les bars et les restaurants doivent se faire assis à des tables rassemblant au maximum 4 personnes, excepté pour les parents avec enfants. Les boîtes de nuits sont fermées dans tout le pays et les bars et les restaurants doivent être fermés entre 23h et 6h. Les sports de contact sont interdits à partir de 16 ans. L'enseignement dans les universités et hautes écoles doit obligatoirement se faire à distance. Le port du masque est étendu en extérieur dans les commerces, restaurants et lieux culturels, les zones très fréquentées, et partout où la concentration de personnes ne permet pas de respecter une distance physique, comme au travail par exemple. Les enfants de moins de 12 ans sont exceptés de cette obligation. Les assemblées législatives peuvent continuer à siéger et les votations du 27 novembre peuvent avoir lieu. Les critères de classification des pays à risque pour les voyages sont changés pour que seuls les pays et régions qui ont un taux d'incidence supérieur à la Suisse soit considérés comme à risque, ce qui laisse la Belgique, la République tchèque, Andorre et l’Arménie et trois zones en France sur la liste[80].

Alain Berset qualifie ces mesures de « draconiennes », mais néanmoins moins fortes qu'en mars, tout en affirmant qu'il s'agit du dernier moment pour éviter des mesures plus strictes tel qu'un nouveau confinement, et appelle à « limiter les contacts interpersonnels ». Il exprime aussi un regret que les restaurants ne suivent pas systématiquement l'obligation de traçage des clients[80],[81].

À partir du 2 novembre, les tests rapides sont autorisés. Ils seront accessibles aux personnes qui présentent des symptômes et ne font pas partie d’une catégorie à risques. En cas de test négatif, la personne avec des symptômes doit rester en quarantaine jusqu'à 24 heures après la disparition de ceux-ci[80]. Sur le plan du soutien à l'activité économique, les RHT pourront être prolongée, de manière rétroactive au 1er septembre, et la possibilité est ouverte pour les petits indépendants de demander des indemnités pour perte de gains. Il est envisagé des aides à fonds perdus pour la culture[80].

Ces mesures font suite à de fortes critiques du Conseil fédéral[82]. Le lobby des multinationales Économiesuisse et la Fédération des entreprises suisses disent soutenir les mesures pour lutter contre l'épidémie, affirmant qu'elles sont difficiles mais nécessaires[80].

Au début du mois de novembre, certains hôpitaux craignent la saturation d'ici une à deux semaines. Les cantons de Vaud, Jura, Neuchâtel et Fribourg prononcent l'état de nécessité et la fermeture de nombreux établissements publics, notamment les restaurants, les bars, les cinémas, les théâtres, les centres de loisirs, les fitness et les piscines[83],[84].

Propagation du virus[modifier | modifier le code]

Cas de COVID-19 en Suisse
(augmentation journalière en %)
    morts   autres cas confirmés/tests positifs   

    Fév FévMars MarsAvr AvrMai MaiJuin JuinJuil JuilAout AoutSept SeptOct OctNov Nov

Date Nombre de cas*
5
9 (+80 %)
19 (+111 %)
31 (+63 %)
38 (+23 %)
56 (+47 %)
70 (+25 %)
100 (+43 %)
146 (+46 %)
223 (+53 %)
1
287 (+29 %)
2
336 (+17 %)
2
435 (+29 %)
5
595 (+37 %)
7
838 (+41 %)
10
1 156 (+38 %)
11
1 494 (+29 %)
14
1 914 (+28 %)
22
2 220 (+16 %)
33
3 048 (+37 %)
40
3 826 (+26 %)
49
4 918 (+29 %)
60
5 990 (+22 %)
81
7 226 (+21 %)
101
8 175 (+13 %)
116
8 709 (+7 %)
145
9 925 (+14 %)
164
11 050 (+11 %)
199
12 186 (+10 %)
241
13 253 (+9 %)
277
14 626 (+10 %)
328
15 456 (+6 %)
376
16 062 (+4 %)
429
17 112 (+7 %)
486
18 104 (+6 %)
545
19 170 (+6 %)
605
20 237 (+6 %)
662
21 219 (+5 %)
724
21 806 (+3 %)
771
22 238 (+2 %)
827
22 932 (+3 %)
884
23 610 (+3 %)
947
24 275 (+3 %)
991
24 897 (+3 %)
1 043
25 335 (+2 %)
1 082
25 785 (+2 %)
1 139
26 035 (+1 %)
1 169
26 276 (+1 %)
1 207
26 616 (+1 %)
1 253
26 926 (+1 %)
1 296
27 237 (+1 %)
1 340
27 549 (+1 %)
1 374
27 797 (+1 %)
1 399
27 969 (+1 %)
1 439
28 170 (+1 %)
1 479
28 343 (+1 %)
1 507
28 560 (+1 %)
1 537
28 765 (+1 %)
1 565
28 950 (+1 %)
1 591
29 099 (+1 %)
1 607
29 174 (+0 %)
1 627
29 316 (+0 %)
1 649
29 443 (+0 %)
1 660
29 583 (+0 %)
1 677
29 726 (+0 %)
1 693
29 837 (+111)
1 707
29 908 (+71)
1 714
29 967 (+59)
1 720
30 020 (+53)
1 732
30 083 (+63)
1 738
30 166 (+83)
1 747
30 235 (+69)
1 756
30 299 (+64)
1 765
30 344 (+45)
1 773
30 380 (+36)
1 776
30 437 (+57)
1 778
30 483 (+46)
1 782
30 527 (+44)
1 784
30 569 (+42)
1 789
30 616 (+47)
1 790
30 648 (+32)
1 795
30 664 (+16)
1 800
30 691 (+27)
1 802
30 722 (+31)
1 803
30 757 (+35)
1 808
30 785 (+28)
1 810
30 806 (+21)
1 811
30 826 (+20)
1 812
30 836 (+10)
1 815
30 843 (+7)
1 816
30 864 (+21)
1 817
30 877 (+13)
1 817
30 898 (+21)
1 817
30 927 (+29)
1 818
30 968 (+41)
1 818
30 978 (+10)
1 818
30 981 (+3)
1 818
30 998 (+17)
1 818
31 016 (+18)
1 818
31 040 (+24)
1 818
31 062 (+22)
1 818
31 078 (+16)
1 819
31 085 (+7)
1 821
31 103 (+18)
1 821
31 114 (+11)
1 822
31 132 (+18)
1 822
31 156 (+24)
1 824
31 184 (+28)
1 824
31 196 (+12)
1 824
31 212 (+16)
1 824
31 236 (+24)
1 825
31 263 (+27)
1 827
31 287 (+24)
1 827
31 303 (+16)
1 827
31 331 (+28)
1 827
31 363 (+32)
1 828
31 377 (+14)
1 830
31 409 (+32)
1 830
31 440 (+31)
1 830
31 506 (+66)
1 830
31 549 (+43)
1 830
31 617 (+68)
1 830
31 660 (+43)
1 830
31 699 (+39)
1 831
31 791 (+92)
1 831
31 896 (+105)
1 831
32 014 (+118)
1 831
32 162 (+148)
1 831
32 261 (+99)
1 831
32 311 (+50)
1 831
32 364 (+53)
1 832
32 445 (+81)
1 832
32 544 (+99)
1 834
32 645 (+101)
1 834
32 734 (+89)
1 834
32 825 (+91)
1 834
32 900 (+75)
1 834
32 967 (+67)
1 834
33 051 (+84)
1 834
33 176 (+125)
1 835
33 321 (+145)
1 836
33 421 (+100)
1 836
33 546 (+125)
1 836
33 615 (+69)
1 836
33 663 (+48)
1 839
33 766 (+103)
1 840
33 909 (+143)
1 840
34 038 (+129)
1 842
34 185 (+147)
1 843
34 329 (+144)
1 843
34 431 (+102)
1 844
34 479 (+48)
1 845
34 633 (+154)
1 845
34 802 (+169)
1 846
35 032 (+230)
1 846
35 240 (+208)
1 848
35 393 (+153)
1 849
35 536 (+143)
1 849
35 624 (+88)
1 849
35 749 (+125)
1 850
35 888 (+139)
1 851
36 096 (+208)
1 852
36 258 (+162)
1 852
36 430 (+172)
1 854
36 554 (+124)
1 854
36 643 (+89)
1 855
36 833 (+190)
1 856
37 101 (+268)
1 856
37 334 (+233)
1 857
37 619 (+285)
1 858
37 839 (+220)
1 860
38 053 (+214)
1 860
38 174 (+121)
1 862
38 391 (+217)
1 862
38 660 (+269)
1 862
38 965 (+305)
1 862
39 275 (+310)
1 863
39 598 (+323)
1 863
39 802 (+204)
1 865
39 977 (+175)
1 866
40 222 (+245)
1 866
40 499 (+277)
1 866
40 875 (+376)
1 868
41 216 (+341)
1 868
41 601 (+385)
1 869
41 866 (+265)
1 870
42 068 (+202)
1 871
42 304 (+236)
1 871
42 632 (+328)
1 874
42 995 (+363)
1 874
43 413 (+418)
1 875
43 841 (+428)
1 876
44 182 (+341)
1 879
44 416 (+234)
1 879
44 763 (+347)
1 881
45 162 (+399)
1 884
45 584 (+422)
1 885
46 090 (+506)
1 889
46 572 (+482)
1 893
46 930 (+358)
1 893
47 216 (+286)
1 893
47 578 (+362)
1 894
48 015 (+437)
1 901
48 514 (+499)
1 905
49 037 (+523)
1 908
49 499 (+462)
1 913
49 824 (+325)
1 913
50 075 (+251)
1 915
50 410 (+335)
1 916
50 801 (+391)
1 918
51 182 (+381)
1 923
51 515 (+333)
1 924
51 853 (+338)
1 925
52 124 (+271)
1 926
52 275 (+151)
1 929
52 539 (+264)
1 931
52 876 (+337)
1 931
53 385 (+509)
1 935
53 920 (+535)
1 937
54 471 (+551)
1 937
54 967 (+496)
1 938
55 478 (+511)
1 939
56 107 (+629)
1 940
57 062 (+955)
1 941
58 257 (+1 195)
1 945
59 513 (+1 256)
1 947
61 018 (+1 505)
1 949
62 349 (+1 331)
1 952
63 292 (+943)
1 958
65 096 (+1 804)
1 965
67 270 (+2 174)
1 971
69 876 (+2 606)
1 977
72 787 (+2 911)
1 986
76 265 (+3 478)
1 992
79 146 (+2 881)
2 002
81 493 (+2 347)
2 014
85 177 (+3 684)
2 030
89 580 (+4 403)
2 048
95 481 (+5 901)
2 066
101 368 (+5 887)
2 089
108 293 (+6 925)
2 115
113 747 (+5 454)
2 140
118 097 (+4 350)
2 162
125 477 (+7 380)
2 191
133 544 (+8 067)
2 227
142 172 (+8 628)
2 287
150 957 (+8 785)
2 322
159 840 (+8 883)
2 373
166 681 (+6 841)
2 426
171 678 (+4 997)
2 491
179 343 (+7 665)
2 568
187 510 (+8 167)
2 652
196 730 (+9 220)
2 724
205 816 (+9 086)
2 809
214 341 (+8 525)
2 873
219 721 (+5 380)
2 957
223 879 (+4 158)
3 053
230 425 (+6 546)
3 160
237 277 (+6 852)
3 262
244 420 (+7 143)
3 355
250 639 (+6 219)
3 447
256 451 (+5 812)
3 528
260 888 (+4 437)
3 604
263 809 (+2 921)
3 717
268 459 (+4 650)
3 813
273 561 (+5 102)
3 914
278 819 (+5 258)
4 012
283 507 (+4 688)
4 096
288 007 (+4 500)
4 164
291 501 (+3 494)
4 242
293 629 (+2 128)
4 337
297 550 (+3 921)
4 423
301 909 (+4 359)
4 511
306 571 (+4 662)
4 581
310 278 (+3 707)
4 605
313 070 (+2 792)
4 633
314 404 (+1 334)

Source : corona-data.ch[85].

* Nombre total de cas : morts, guéris et malades ; augmentation journalière en pourcentage.

Source alternative (pour information) : Office fédéral de la santé publique[86].

Chronologie des cas confirmés et des décès[modifier | modifier le code]

Affiche officielle expliquant les règles d’hygiène et les bons réflexes en cas de symptômes. Le 5 mars, l'affiche est mise à jour avec un pictogramme recommandant de garder ses distances[87].

Estimations de la propagation réelle du virus[modifier | modifier le code]

Au début du mois d'août, la Task force scientifique de la Confédération estime que le nombre réel d'infections se situerait entre 250000 et 400000, soit 3 à 5% de la population, pour seulement 36 000 cas confirmés en laboratoire. Ainsi, 80 à 90% des personnes infectées ne seraient pas retrouvées, Le nombre de décès, 1709, pourrait également être plus élevé, et une étude menée à Genève estimerait la mortalité à 0.64%, soit dans la norme du consensus scientifique international qui la place entre 0.5% et 1%[88].

À Genève, les Hôpitaux Universitaires (HUG) débutent en avril 2020 une étude de séroprévalence afin d'obtenir des statistiques plus complètes sur le taux d'infection au sein de la population. Selon ses auteurs, il s'agit de la première étude de séroprévalence répétée du virus dans le monde, avec des tests sérologiques chaque semaine pendant au moins huit semaines. Des résultats préliminaires indiquent qu'à la troisième semaine de l'étude (20-24 avril), 6,1% à 13,1 % (intervalle de confiance/IC de 95 %) de la population genevoise avait développé des anticorps et donc été infectée par le virus, avec une estimation moyenne à 9,7 %, soit une personne sur dix. Le nombre de cas d'infection réelle au SARS-COV-2 serait donc environ dix fois supérieur au nombre de cas confirmés. L'étude relève très peu de différence entre le taux d'infection des femmes et des hommes. Les enfants de 5 à 19 ans sont légèrement moins souvent infectés (6,0 %, IC de 95 % de 2,3 à 10,2 %) que les adultes de 20 à 49 ans (8,5 %, IC de 95 % de 4,9 à 11,7 %), et les adultes de plus de 50 ans sont le groupe le moins infecté (3,7 %, IC de 95 % de 0,9 à 6,0 %)[89],[90],[91].

Mesures de lutte contre l'épidémie[modifier | modifier le code]

Communiqué du Conseil fédéral interdisant les grandes manifestations ().

Contexte - La loi sur les épidémies[modifier | modifier le code]

Le champ d'action du Conseil fédéral en matière de lutte contre une épidémie d'une maladie transmissible est défini par la loi fédérale sur la lutte contre les maladies transmissibles de l'homme, connue sous le nom de loi sur les épidémies (LEp). La révision actuelle de cette loi, adoptée par référendum facultatif le [92], a été motivée par les précédentes épidémies de maladie à coronavirus de 2002-2004 (SRAS) et de Grippe A (H1N1) de 2009[93]. Elle confie l'essentiel de la prise de décision dans ce domaine aux autorités fédérales, c'est-à-dire avant tout le Conseil fédéral et l'OFSP, généralement après consultation des autorités cantonales.

Confédération[modifier | modifier le code]

Le , le conseiller fédéral Alain Berset, chargé du Département fédéral de l'intérieur indique lors de sa première conférence de presse concernant cette épidémie que 300 cas suspects ont été analysés au total, qu'un certain nombre de personnes sont placées en quarantaine et qu'aucun cas n'a été avéré à ce stade. Le lendemain, la Confédération prévoit de mettre sur place des tests dans le canton du Tessin (frontalier de l'Italie, particulièrement touchée par l'épidémie) et Pascal Strupler, directeur de l'OFSP, précise que des experts du Centre national de référence pour les infections virales émergentes (CRIVE) (Laboratoire de virologie des Hôpitaux universitaires de Genève), se rendront au Tessin[94].

Le , le Conseil fédéral fait recours à la Loi sur les épidémies (Lep) et déclare l'état de « situation particulière » (article 6). Il prend à partir de cette date des mesures spéciales dans deux ordonnances successives :

  • Ordonnance sur les mesures destinées à lutter contre le coronavirus (Covid-19) du 28 février 2020[95] ;
  • Ordonnance 2 sur les mesures destinées à lutter contre le coronavirus (Covid-19) du 13 mars 2020[37], qui abroge la première.

Le , le Conseil fédéral déclare l'état de « situation extraordinaire » (article 7 de la loi sur les épidémies) et met à jour son ordonnance avec de nouvelles mesures, dont la fermeture des commerces non essentiels (y compris restaurants et établissements de loisirs) et le déploiement renforcé de l'armée. L'ordonnance 2 est ainsi modifiée les 16, 17, 19, 21, 25, 26 et 28 mars ainsi que le 2 avril 2020[37].

Politique de tests, d'isolement et de quarantaine[modifier | modifier le code]

Le , Daniel Koch affirme qu'il y a assez de tests pour le moment[96].

Le , face à une importante progression de l'épidémie (160 nouveaux cas et un décès enregistré en une journée), l'OFSP change ses règles de tests, d'isolement et de quarantaine pour éviter la paralysie du pays. Seules les personnes ne présentant que des symptômes importants, particulièrement vulnérables ou devant être hospitalisées, ainsi que le personnel des établissements médicaux, sont contrôlés. En cas de test positif, leur médecin traitant les met en isolement pendant au moins dix jours. Les contacts proches des personnes infectées sont mis en quarantaine pendant au moins cinq jours et non plus 14[97].

En octobre 2020, la Neue Zürcher Zeitung écrit que le capacité de test a été relativement peu étendue après la première vague de contagions, en particulier au vu de la richesse du pays. Les arguments principaux contre le développement d'une plus grande capacité de test auraient été son coût immédiat[98].

Recherche des contacts[modifier | modifier le code]

La recherche des contacts des personnes infectées est une des tâches des médecins cantonaux, qui la pratiquent de manière habituelle dans la lutte contre les maladies infectieuses comme la rougeole[99]. Les recommandations générales sont données par l'OFSP[100].

À la mi-octobre, alors que le nombre de cas est à nouveau en très forte augmentation, les centres de traçages cantonaux ont des difficultés à faire leur travail, avec une qualité et une quantité d'enquêtes d'entourage diminuée. Pour faire face à la situation, plusieurs cantons engagent et forment du personnel, Genève doublant ses capacités, Neuchâtel engageant des civilistes, et le Jura étudiant la possibilité de recourir à des prestataires privés pour le suivi des quarantaines et des isolements[101].

Pour assurer le traçage face à la très forte augmentation des cas lors de la seconde vague d'infections à l'automne 2020, il est envisagé d'engager des personnes actives en service civil, celles-ci étant mobilisables plusieurs mois, ce qui n'est pas le cas de tous les militaires, notamment[102].

Application fédérale de suivi de proximité[modifier | modifier le code]

En Suisse, des chercheurs des écoles polytechniques fédérales de Lausanne (EPFL) et Zurich (EPFZ) travaillent depuis mars[103] en collaboration internationale sur un protocole de suivi des contacts par traçage numérique (aussi dit "traçage des contacts"). La démarche vise à accélérer et compléter la recherche des contacts des personnes testées positives, basée sur une recherche prospective, c'est-à-dire des contacts que la personne aurait pu infecter. L'objectif est de créer un système qui préserve au maximum la vie privée, et l'effort mène au Decentralized Privacy-Preserving Proximity Tracing (en) (DP-3T), un protocole de traçage de proximité utilisant le Bluetooth et basé sur une approche décentralisée. L'entreprise de développement Ubique, qui a déjà réalisé des applications officielles suisses comme AlertSwiss et les applications officielles des CFF et de Météosuisse, développe fin mars un prototype inspiré par certaines de ces idées, avant de s'associer au projet[104],[105].

Un intérêt de la Confédération pour une potentielle application mobile officielle de suivi des contacts est rapporté au début du mois d'avril[104]. Le 23 avril, l’EPFL et l’EPFZ annoncent que la Confédération soutient leur projet[106]. Le , le parlement fédéral décide que la mise à disposition de l'application officielle de suivi des contacts SwissCovid par la Confédération devra faire l'objet d'une loi spécifique et non d'une simple ordonnance du Conseil fédéral. Cette décision repousse sa publication officielle au moins jusqu'à la session parlementaire de juin[107]. Le , l'administration fédérale annonce le lancement de la phase de test de l'application officielle de suivi de contacts SwissCovid[108], et publie son code source le pour faciliter la détection d'éventuelles failles de sécurité ou problèmes de fonctionnement[109]. La Confédération et les développeurs de l'application affirment être les premiers à lancer une application à grande échelle basée sur le système de suivi Exposure notification de Google et Apple, qui est lui-même fortement inspiré du projet DP-3T[103].

6 semaines après sa sortie, l'application avait été téléchargée par 2,1 millions d'habitants, soit 25% de la population. Début août, elle avait transmis plus de 300 avertissements[110].

Applications de listes de passage[modifier | modifier le code]

Diverses applications sont développées pour dresser des listes de passage dans des lieux publics comme des restaurants, des bars et des boîtes de nuit, à l'aide notamment de codes QR. Elles aident à remonter à la source des infections (traçage rétrospectif) et à retrouver les personnes exposées à d'éventuels foyers de contagion et les mettre en quarantaine, voire les tester. Ces applications sont parfois développées en partenariat avec les médecins cantonaux[111].

Limitation des rassemblements[modifier | modifier le code]

Le , la Suisse étant passée à 15 cas en seulement trois jours, le Conseil fédéral interdit les manifestations de plus de 1 000 personnes jusqu'au [112],[113]. Le carnaval de Bâle, le Salon international de l'automobile de Genève 2020 et le salon horloger Baselworld à Bâle sont notamment annulés[112]. Pour les manifestations de moins de 1 000 personnes, les risques doivent être évalués par les organisateurs en collaboration avec l’autorité cantonale compétente. C'est cette dernière qui décide si la manifestation peut avoir lieu ou non[114].

Le , le conseiller fédéral Alain Berset convoque à Berne les membres du Comité directeur de la Conférence des directrices et directeurs cantonaux de la santé (CDS) afin de convenir des critères d’application concernant l’interdiction de manifestations du 28 février 2020. Ils prévoient notamment que les organisatrices et organisateurs sont dispensés de requérir l’accord des autorités cantonales concernant le coronavirus pour les manifestations de moins de 150 participants, mais déconseillent la participation aux personnes à risque, soit aux personnes de 65 ans ou plus et aux personnes atteintes de maladies chroniques[115].

Le , le Conseil fédéral interdit les manifestations de plus de 100 personnes jusqu’au [116]. Le 20, il interdit tous rassemblement de plus de cinq personnes, mais refuse de prononcer un confinement total comme dans les pays voisins[117].

Recommandations d'hygiène[modifier | modifier le code]

Fin février 2020, l'OFSP lance sa campagne de communication, se focalisant essentiellement sur deux gestes : le maintien d'une distance physique avec les autres personnes et une bonne hygiène des mains. Le port du masque est recommandé uniquement aux personnes ayant des symptômes apparentés à la Covid-19. En juin 2020, la Task force scientifique publie un rapport affirmant qu'il faut prendre des mesures contre le risque de transmission par aérosols[118], et en juillet, l'OMS reconnaît officiellement que la transmission par aérosols existe[119]. En juillet, Stefan Kuster, chef de la division Maladies transmissibles de l'OFSP, affirme que ce risque « est sur les radars » mais que « les aérosols ne sont pas un grand vecteur de la pandémie, sinon il y aurait beaucoup plus d'infections dans les boîtes de nuit »[118]. Mi-octobre 2020, lors de la deuxième grande vague de l'épidémie dans le pays, et du renouvellement de la campagne de prévention de l'OFSP, celle-ci est critiquée par les scientifiques suisses pour son absence de mesure de prévention contre la transmission par les aérosols à plus de 1,5 m. L'OFSP ne change pas sa stratégie et Stefan Kuster affirme que si « les aérosols jouent probablement un rôle dans la transmission, [...] l’OFSP ne considère pas que cela soit assez significatif pour s’y intéresser ». Néanmoins, l'OFSP commande un nouveau rapport à la Task force scientifique, après notamment une affirmation de son chef selon laquelle il y aurait de nouvelles données sur le sujet[120].

Frontières[modifier | modifier le code]

Le 11 mars, neuf postes-frontières avec l'Italie sont fermés pour canaliser le trafic frontalier et faciliter le contrôle vers les principaux passages frontières[121].

Le , le gouvernement réintroduit, au cas par cas, des contrôles Schengen à toutes ses frontières. L'entrée en Suisse depuis l'Italie n'est autorisée qu’aux citoyens suisses, aux personnes ayant un permis de séjour, aux personnes voyageant en Suisse pour des raisons professionnelles, ainsi qu'à celles ayant des raisons impérieuses à entrer en Suisse depuis l'Italie. Le transit et le transport de marchandises restent autorisés. Cette restriction d’entrée est conforme à celle mise en place par le gouvernement italien. Outre protéger la population suisse et préserver les capacités du système de santé du pays, cette mesure permet aussi de renforcer l’efficacité de la réglementation italienne visant à freiner la propagation du virus[122].

Douane entre Tägerwilen et Constance (Allemagne) fermée ().

Le , dans le cadre de la « situation extraordinaire », le Conseil fédéral décide d'établir dès minuit, des contrôles aux frontières italiennes, allemandes, françaises et autrichiennes et d'interdire partiellement l'entrée sur le sol suisse. Depuis ces quatre pays, l'entrée sur le territoire n'est plus possible que pour les citoyens suisses, les personnes ayant un permis de séjour ainsi que pour les personnes qui doivent voyager en Suisse pour des raisons professionnelles. Le transit et le transport de marchandises restent autorisés. Enfin, les personnes ayant des raisons impérieuses seront elles aussi autorisées à entrer en Suisse. Cette mesure vise à protéger la population suisse et à préserver les capacités du système suisse de santé. Dans cette optique, les douanes secondaires (environ 130) sont totalement ou partiellement fermées à toutes les frontières, de manière à canaliser le trafic sur les douanes principales. Une liste de celles-ci est publiée par l'Administration fédérale des douanes[123].

Au , quelque 11 000 personnes ont été refoulées sur les frontières en raison des nouvelles restrictions. Le trafic de personnes aux frontières a reculé de 68 % en un mois. Les dispositifs de sécurité aux frontières seront rehaussés en raison de tentative de franchissement et de dégradations de barrages. L'armée est présente en renfort. Des lignes dédiées, ou des douanes secondaires, ont été mises en place pour les frontaliers qui travaillent dans le domaine de la santé. Un système similaire sera mis en place pour le trafic de marchandises[124].

Établissements éducatifs[modifier | modifier le code]

Masque obligatoire, université à Genève, 14 octobre.

Le vendredi 13 mars 2020, en conférence de presse à 15 h 30, les Conseillers fédéraux Alain Berset, Karin Keller-Sutter, Guy Parmelin et Simonetta Sommaruga ont annoncé la fermeture officielle de tous les établissements éducatifs (écoles obligatoires et post-obligatoires, universités) dès le 16 mars 2020 jusqu'au 4 avril 2020, et ce si la situation ne s'aggrave pas d'ici cette date[125]. Certains cantons (notamment Vaud, Neuchâtel, Fribourg et Valais) ont décidé d'étendre la fermeture des établissements jusqu'au 30 avril 2020.

Les établissements éducatifs obligatoires, en majorité, finissent par rouvrir leurs portes à la mi-mai. Les établissements post-obligatoires (Lycées, écoles techniques, universités...) rouvrent, pour la grande majorité, en début juin.[réf. souhaitée]

Lors de la rentrée 2020-2021, il est alors question du port du masque et de mesures de sécurité pour lutter contre la pandémie. Comme le virus commence à reprendre du terrain en Suisse, certains cantons (notamment Neuchâtel, Genève, Vaud, Valais, Jura et Fribourg) mettent en place des mesures dans les établissements scolaires.[réf. souhaitée]

Dans les établissements post-obligatoires (étudiants de plus de 15 ans), le port du masque est obligatoire en cours, quand la distance de sécurité ne peut être respectée. Désinfection des tables, du matériel scolaire et des mains se fait à chaque entrées/sorties/changement de classes au sein des établissements.[réf. souhaitée]

Dans les établissements d'écoles obligatoires (enfants de 14 ans et moins), le port du masque n'est pas de vigueur. Les distanciation sociales sont respectées au maximum. Les mesures sont plus légères du fait que les autorités et les cantons partent du principe que les enfants en bas-âge sont moins susceptibles de transmettre la Covid-19.[réf. souhaitée]

Situation extraordinaire[modifier | modifier le code]

Message invitant la population à ne pas sortir de chez elle.

Le , le Conseil fédéral qualifie la situation en Suisse de « situation extraordinaire » au sens de la loi sur les épidémies, ce qui lui octroie le droit de prendre des mesures immédiates et temporaires concernant tout le pays. Il déclare que tous les magasins, marchés, restaurants, bars, établissements de divertissements et de loisirs tels que les musées, les bibliothèques, les cinémas, les salles de concert, les théâtres, les centres sportifs, les piscines et les domaines skiables sont fermés pour une durée d'un mois. Doivent également fermer leurs portes les établissements dont les prestations impliquent un contact rapproché avec les clients, comme les salons de coiffure et autres centres esthétiques, ainsi que les écoles jusqu’au 19 avril 2020. Ceux qui peuvent rester ouverts sont les magasins d'alimentation, les cantines d'entreprises, les services de petite restauration à l'emporter et de livraison de repas ainsi que les pharmacies, de même que les stations-service, les gares, les banques, les offices de poste, les hôtels, les administrations publiques et les services du domaine social. Les ateliers de réparation de moyens de transport ne doivent pas non plus fermer leurs portes. Le Conseil fédéral précise que l'approvisionnement de l'ensemble de la population en denrées alimentaires, en médicaments et en biens de consommation courante est assuré, les stocks étant suffisants[123].

Un sondage effectué pour la SSR et publié le 24 mars 2020 révèle que les mesures sont bien acceptées par la majorité des sondés[126].

Le 25 mars, l'OFSP annonce qu'il collectera des données issues de l'opérateur Swisscom de façon rétroactive et anonyme, afin de déterminer les rassemblements sur les lieux publics sur la base des téléphones mobiles[127].

Engagement de l'armée[modifier | modifier le code]

Le , le Médecin en chef de l'armée émet un communiqué d'information et de conseils au personnel du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS} concernant la Covid-19[128]. Le , l'armée publie un communiqué annonçant qu'elle est prête à apporter un appui aux autorités civiles en fournissant des prestations logistiques et sanitaires (contrôles dans les aéroports, transports, tâches de désinfection et soins médicaux). Des mesures internes ont été prises afin de réduire le plus possible tout risque d’exposition des militaires au virus. Le personnel médical militaire est notamment soumis à des restrictions de sortie dans toutes les places d’armes de Suisse, comme c'était déjà le cas sur celles du Tessin[129].

En situation particulière[modifier | modifier le code]

Le , un militaire entré au service à Wangen an der Aare pour un cours de répétition avec le bataillon 3 de la police militaire a été contaminé au Covid-19. Après avoir annoncé s'être rendu peu auparavant à Milan lors du contrôle sanitaire d’entrée, il a été testé positif par le Laboratoire ABC de Spiez. Il a été isolé à l’infirmerie de la place d’armes et ses camarades de chambre mis en quarantaine. Les restrictions de sortie ont été étendues à tous les militaires en service. Par ailleurs, plusieurs événements ont été annulés, tout comme les journées portes ouvertes organisées dans les écoles de recrues[130]. Le , afin de réduire la probabilité d’une contagion, le commandement émet une interdiction de congé de fin de semaine pour certaines unités, principalement des militaires en service long des domaines sanitaire et logistique, et des laborantins en biologie du laboratoire de défense NBC.

Le , le Conseil fédéral décide de mettre à disposition des cantons le service d'appui de l'armée, notamment pour épauler les services hospitaliers civils[131]. Jusqu'à 800 militaires pourront épauler les hôpitaux civils et le système de santé éventuellement surchargé[132]. Deux ambulances sont immédiatement allouées au canton du Tessin. À partir du vendredi , l'armée apporte une aide en personnel et en matériel aux hôpitaux San Giovanni à Bellinzone (17 militaires du service sanitaire, quatre systèmes d’aide respiratoire et de surveillance[133], brancards, tentes universelles et conteneurs de traitement) et Civico à Lugano (six militaires, tente universelle)[134].

Le , le commandant de corps Thomas Süssli annonce l'engagement dans les cantons, dès le , du bataillon d'hôpital 5 de l'Armée suisse[135], qui a notamment comme tâche « le soutien des hôpitaux civils en personnel et en matériel en cas de situations extraordinaires », pour faire face au coronavirus[132]. Le même jour, l'armée indique stopper le recrutement dès le dans les six centres de recrutement de Suisse[136].

En situation extraordinaire[modifier | modifier le code]
Un poste sanitaire de secours en conteneur de l'armée (2006).

Le , le Conseil fédéral qualifie la situation en Suisse de « situation extraordinaire » au sens de la loi sur les épidémies, et approuve le recours à l'armée[137]. Le service d'appui pourra compter jusqu’à 8 000 militaires afin d’appuyer les cantons au niveau des hôpitaux, de la logistique et de la sécurité, et ce, jusqu'à fin juin 2020. Ce sont les autorités civiles qui assument la responsabilité des affectations et donnent mandat en concertation avec le DDPS. L'armée appuie le personnel hospitalier dans les domaines des soins, de la surveillance des patients, des transports sanitaires et de la logistique hospitalière (désinfection des lits, cuisine, buanderie, nettoyage). Pour assurer ces tâches, 3 000 militaires disponibles vont immédiatement être mis à disposition, notamment issus des bataillons d'hôpital 2, 5 (déjà partiellement engagé), 66 et 75, dépendant de la brigade logistique 1[138] et de cinq compagnies de sanitaire. L'évolution de la situation et les demandes des autorités compétentes détermineront l'ampleur du recours à l'armée[139]. À cette date, 50 militaires sont déjà engagés au Tessin pour ces tâches.

L'armée peut également fournir un appui dans le domaine de la logistique (notamment transport des vivres si les canaux civils venaient à faire défaut) et dans le génie, pour monter des infrastructures improvisées, comme des tentes médicales. Les forces armées peuvent également apporter un soutien renforcé au niveau de la protection des ambassades, afin de décharger les corps de police cantonaux, mais aussi aux frontières et aux aéroports pour soutenir le corps des gardes-frontière[139].

Lors du point presse de la Confédération du , le brigadier Raynald Droz, Chef d’état-major du commandement des Opérations, annonce la seconde phase de la mobilisation, avec deux bataillons hôpital et deux compagnies sanitaires. En plus des troupes mobilisées, le bataillon 3 de la police militaire, entré au service pour un cours de répétition le , voit son service prolongé de deux semaines. À ce jour, l'armée a reçu 63 demandes d'aide de douze cantons, 28 ont été satisfaites et six sont achevées. Environ 700 militaires seront engagés pour répondre à toutes ces demandes[140]. Les mesures pour assurer la santé des soldats mobilisés ont été intensifiées : les logements dans des infrastructures souterraines sont interdits pour privilégier des bâtiments tels que halls et salles de sport, le nombre de personnes dans les cantines est réduit, chaque soldat est équipé de règles de comportement (pocket card). Le respect de ces règles et les emplacements de stationnement sont contrôlés[140]. En outre, les jours de congés (week-end) sont supprimés pour toutes les troupes, en écoles de recrues comme en cours de répétition. Le même jour, l'armée, qui dispose de 204[133] (ou 100[140]) respirateurs artificiels et appareils de contrôle, annonce la commande de 900 appareils supplémentaires qui seront en premier lieu utilisés dans les hôpitaux civils. Fabriqués en Suisse, leur livraison par tranches débute le [140].

Engagement du service civil[modifier | modifier le code]

Parallèlement à la mise sur pied de l'armée (en particulier les bataillons Hôpitaux et les compagnies sanitaires), le Conseil fédéral a décrété la mobilisation de la Protection civile (PCi) pour la première fois de son histoire – la PCi ayant été créée en 1963[141]. Ainsi, à fin mars 2020, c'est environ 5 500 membres de la PCi qui avaient été mis sur pied[142], dans pratiquement l'ensemble des cantons. À la mi-avril, on comptait 7 500 astreints PCi engagés rien que dans les six cantons de Suisse romande[143].

En date du , l'Office fédéral du service civil annonce que plus de 4 112 civilistes sont mobilisés dans diverses missions d'engagement dans des hôpitaux, des homes et autres établissements de soins pour lutter contre le coronavirus[144]. En outre, le Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche dont dépend l'Office fédéral du service civil annonce que des civilistes peuvent être engagés jusqu'à atteindre l’effectif maximal de civilistes prévu par la loi lors d'une affectation[145].

Dans le canton de Genève, les diverses organisations régionales et communales ont été mobilisées par le Conseil d'État dès le 13 mars. Parmi les missions reçues, il y a l'accueil et le tri des patients à l'entrée des Hôpitaux Universitaires de Genève et de diverses cliniques et d'établissements médico-sociaux (EMS), la prévention et la surveillance dans les zones habituelles de forte affluence en fin de semaine[146], l'encadrement et le tri des passagers à l'Aéroport, l'encadrement d'hébergement d'urgence pour les sdf[147], le renfort de l'IMAD[148] et plus généralement le soutien aux autres partenaires de la sécurité.

Dans le canton de Vaud, 350 membres sont mobilisés au 20 mars, un effectif encore jamais atteint. La PCi vaudoise déclare pouvoir mobiliser de 4 000 à 5 000 personnes sur un effectif total de 7 100 personnes. Pour cette crise, elle accomplit principalement quatre tâches : l’organisation et la planification des besoins, la logistique, l’appui aux hôpitaux et celui aux EMS et soins communautaires en général. Le commandement est assuré depuis une salle de conduite des opérations « coronavirus » située au Centre de compétence de la protection de la population (CCPP) à Gollion[149].

En Valais, la Protection civile a été sollicitée dès début mars, notamment par les hôpitaux de Sion, Martigny et Viège, qui ont mis en place un parcours spécial coronavirus à l'aide de conteneurs aménagés[150]. Dès le 24 mars, la PCi livrera aux pharmacies du canton des solutions hydro-alcooliques produites par Lonza sur demande du Conseil d'État[151].

Cantons[modifier | modifier le code]

Lors de cette épidémie, les cantons suisses ont pris, en parallèle des mesures fédérales, différentes décisions à l'échelle de leur canton pour protéger la population, comme notamment la fermeture des écoles, des commerces, le nombre de personnes maximales lors de rassemblement qui pouvaient différer d'un canton à l'autre. Le 16 mars 2020, le Conseil fédéral applique dès minuit l'article 7 de la Loi fédérale sur la lutte contre les maladies transmissibles de l'homme qui précise que si une situation extraordinaire l’exige, le Conseil fédéral peut ordonner les mesures nécessaires pour tout ou partie du pays. De ce fait, l'Ordonnance 2 sur les mesures destinées à lutter contre le coronavirus (Covid-19) du 16 mars 2020 s'applique à l'ensemble du pays[37] comme compétence concurrente : les cantons ne peuvent plus régler les domaines qui l'ont été par la Confédération. Les cantons sont classés par ordre d'apparition d'un premier cas de contamination.

Canton du Tessin[modifier | modifier le code]

Le canton du Tessin comprend les hôpitaux régionaux (Ospedale Regionale) suivant : Civico à Lugano, San Giovanni à Bellinzone, Mendrisio et Locarno[152].

À la frontière avec l'Italie, un foyer majeur de la pandémie mondiale, le Tessin a été le premier canton touché par la Covid-19 le . À ce titre, il a été meneur dans la prise de mesures à l'encontre du virus.

Le , le canton du Tessin interdit les manifestations de plus de 150 personnes, jusqu'au moins au 15 mars[153].

Le , le Tessin est le canton le plus touché, et compte 120 cas de Covid-19 sur son territoire. Le Conseil d’État annonce la fermeture de toutes les écoles non obligatoires du canton, privées et publiques, et, à compter minuit le mercredi de tous les cinémas, théâtres, piscines, boîtes de nuit, centres de sport et autres établissements similaires. Il s'agit du premier canton en Suisse à prendre des mesures aussi drastiques[154].

Le , le Conseil d’État annonce la fermeture des restaurants, cafés, bars et commerces, à l'exception des magasins d'alimentation et des pharmacies[155].

Le , le Tessin annonce le transfert de tous les patients atteints à l'hôpital de Locarno, où 800 collaborateurs, dont 200 médecins, en prendront soin. L'armée aide à transférer les patients et le matériel nécessaire à Locarno. Par ailleurs, le groupe hospitalier cherche du personnel, notamment en faisant appel à plus de cent personnes à la retraite ou à l'école d'infirmières, et augmentent le nombre de lits à disposition, comme les hôpitaux de tout le pays[156].

Canton de Genève[modifier | modifier le code]

Quai du Mont-Blanc vidé de ses voitures, 25 mars.
Place de jeux condamnée, .

Dans le canton de Genève, Mauro Poggia est le conseiller d'État chargé du département de l'Emploi, des Affaires sociales et de la Santé (DEAS). Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) à Genève sont le principal hôpital public du canton de Genève.

Le canton de Genève est l'un des premiers cantons à avoir été touché par la Covid-19.

Dans le cadre des mesures prises par la Confédération le , notamment l'interdiction des rassemblements de plus de 1 000 personnes jusqu'au , des manifestations ont été annulées au 28 février : le Salon international de l'automobile de Genève 2020 (5 au 15 mars), le Salon de l'horlogerie Watches & Wonders Geneva (ex-SIHH) (25 au 29 avril), la messe catholique devait se dérouler à la cathédrale Saint-Pierre (une première depuis 500 ans) ; elle a été reportée au 30 mai.

Le , le Conseil d’État interdit les manifestations de plus de 100 personnes[157],[158]. Le 16 mars, ce sont les rassemblements de plus de cinq personnes qui sont interdits[159].

Le , le Conseil d’État place le canton en état de nécessité. Cela implique de la fermeture dès le lendemain de tous les établissements publics (restaurants, bars) et des magasins ne vendant pas de denrées alimentaires jusqu’au 29 mars. Les rassemblements de plus de cinq personnes sont également interdits. L'État prie les citoyens de rester chez eux le plus possible pour protéger les plus vulnérables parmi la population[160],[159].

Le , le médecin cantonal genevois Jacques-André Romand est déclaré positif au coronavirus[161].

En raison d'une baisse de fréquentation de 40 % par rapport à la normale, les Transports publics genevois (TPG) réduisent leur offre de plus de 40 % dès le [162],[163].

Le , dès 19 heures, le canton décrète l'état de nécessité et repasse en semi-confinement avec notamment la fermetures des bars, des restaurants, des coiffeurs et autres commerces non-essentiels jusqu'au 29 novembre[164].

Canton d'Argovie[modifier | modifier le code]

Le , le canton d'Argovie exige que les événements avec 150 personnes ou plus soient soumis à autorisation[165].

Canton de Vaud[modifier | modifier le code]

Le quartier du Flon à Lausanne en temps normal (à gauche) et pendant l'épidémie (à droite).

Dans le canton de Vaud, Rebecca Ruiz est la conseillère d'État chargée du Département de la santé et de l'action sociale (DSAS). Le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) à Lausanne et les hôpitaux membres de la Fédération des hôpitaux vaudois constituent l’ossature de l’organisation hospitalière cantonale. Elle est complétée par les cliniques privées et par certains établissements situés hors du canton de Vaud. Les hôpitaux publics régionaux de la Fédération des hôpitaux vaudois sont[166] : Ensemble hospitalier de la Côte à Morges (Aubonne, Gilly), Groupement hospitalier de l'Ouest lémanique à Nyon et Rolle, Établissements hospitaliers du Nord vaudois à Yverdon-les-Bains (St-Loup, Orbe, Chamblon, Le Sentier), Hôpital Riviera-Chablais à Rennaz (Vevey, Aigle, Monthey VS), Hôpital intercantonal de la Broye à Payerne (Estavayer FR), Hôpital de Pays-D'Enhaut à Château-d'Œx, Réseau Santé Balcon du Jura à Ste-Croix.

Après avoir interdit la plupart des déplacements professionnels de ses employés, le CHUV annonce le une annulation des vacances jusqu'au [167].

Le , le Conseil d'État prend des mesures urgentes de protection de la population et active le plan ORCA (Organisation en cas de catastrophe). Le chef de l’État-major cantonal de conduite (EMCC) et le médecin cantonal assurent la direction des opérations. Jusqu'au 30 avril les mesures suivantes sont notamment prises : passage à l’enseignement à distance pour tous les lieux de formation du canton avec service d’accueil scolaire sous condition de 7 h – 18 h 30 ; maintien de la prestation d’accueil de jour des enfants ; interdiction des manifestations de plus de 50 personnes. À cela s'ajoute la fermeture des lieux de divertissements (cinémas, théâtres, musées, centres de jeunesse, centres sportifs, centres de fitness, piscines, centres de bien-être, discothèques, pianos-bars, boîtes de nuit, clubs érotiques). Toutes les autres activités commerciales ouvertes au public doivent veiller à ce que la distance sociale soit respectée et informer des recommandations en vigueur. Les cafés, restaurants et bars sont également limités à 50 personnes, personnel compris. En parallèle, le Conseil d’État prend des mesures pour soutenir les entreprises et le monde culturel et entend activer le Fonds cantonal de lutte contre le chômage[168].

Le , le Conseil d’État ordonne aux bars, cafés et restaurants de fermer dès 22 h « avec effet immédiat »[155].

En septembre, le canton fait face à la reprise de l'épidémie la plus forte du pays[169] et décide le 15 septembre de fermer les boîtes de nuit, interdire les manifestations privées de plus de 100 personnes, et rendre obligatoire le masque dans tous les lieux publics fermés. Les grandes manifestations publiques de plus de 1 000 personnes restent autorisées sous réserve d'une autorisation, données par un Bureau cantonal temporaire des manifestations créé pour l'occasion. Rebecca Ruiz affirme que les hôpitaux vaudois «tournent à plein régime» et qu'un pic de cas pourrait amener une surcharge, expliquant que les cantons ont prévu des transferts de patients en cas de nécessité. Le conseiller d'État en charge de l'économie Philippe Leuba affirme que près de 2 000 personnes sont en quarantaine, ce qui représenterait un « handicap sévère pour l’économie »[170].

En ce qui concerne le traçage de contacts, le canton disposerait à la mi-septembre d'un pool d’une centaine de traceurs, l’équipe ayant connu des difficultés selon Rebecca Ruiz et les effectifs ayant été doublés depuis le 10 septembre[170]. Le système de traçage vaudois est critiqué et qualifié de défaillant par des médias alémaniques comme le Blick et le Tages-Anzeiger[171], accusation dont le médecin cantonal se défend[169]. En raison de la hausse du nombre de cas qui déborde les équipes, et dans l'attente d'effectifs supplémentaires, les consignes de traçage sont changées et la recherche des contacts est limitée aux contacts les plus « étroits »[172].

Manifestations annulées

Dans le cadre des mesures prises par la Confédération le , notamment l'interdiction des rassemblements de plus de 1 000 personnes jusqu'au , les manifestations suivantes étaient annulées au 2 mars : Les Dominicales et Découvertes, les concerts de l'Orchestre de chambre de Lausanne, le concert d'Agnes Obel et le spectacle de Jérémy Ferrari à la salle Métropole à Lausanne, les Brandons de Payerne, d'Yverdon-les-Bains et de Moudon, les concerts de I Muvrini et de Maxime Le Forestier à Montreux, les matchs de la Coupe de Suisse de football 2019-2020 Lausanne-Sport - FC Bâle et LS - FC Vaduz au stade de la Pontaise à Lausanne, la fête du personnel HRC à Montreux, la soirée MAD Village à Oron-la-Ville et le Festival Artiphys à l'École polytechnique fédérale de Lausanne[173]. Le match du championnat de Suisse de hockey sur glace 2019-2020 LHC - CP Berne du 29 février s'est déroulé, selon décision de la ligue Suisse de hockey sur glace, à huis clos. L'édition 2020 d'Habitat-Jardin, prévue du 18 au 22 mars, est reportée. Le , le Cully Jazz Festival annonce annuler sa 38e édition et craindre une possible faillite[174].

Canton de Berne[modifier | modifier le code]

L'Hôpital universitaire de Berne (Hôpital de l'Île) est le principal hôpital public du canton de Berne. Les autres hôpitaux du Groupe de l'île sont à Tiefenau (de), Münsingen, Aarberg et Riggisberg. Les autres hôpitaux régionaux sont : Interlaken et Frutigen (Spitäler fmi), Thoune et Zweisimmen (Spital STS), Berthoud et Langnau (RSE), Langenthal (SRO), le Centre hospitalier Bienne, l'Hôpital du Jura bernois à Saint-Imier, et l'Hôpital de Moutier[175].

Le , le canton de Berne décide que les manifestations de moins de 1 000 personnes qui ne peuvent pas respecter les conditions supplémentaires fixées par les autorités de la confédérations peuvent être interdites[18]. Aucune personne ne doit venir des régions touchées par la Covid-19 au cours des deux dernières semaines, et l'identité de toutes les personnes doit être connue[176].

Canton du Valais[modifier | modifier le code]

Dans le canton du Valais, Esther Waeber-Kalbermatten est la conseillère d'État chargée du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture. L'Hôpital de Sion est le principal hôpital public du canton de Valais. D'autres hôpitaux publics régionaux complètent le système de santé dans le canton : L'Hôpital du Valais (HVS) intègre le Centre hospitalier du Haut-Valais (SZO), qui comprend les hôpitaux de Brigue et de Viège, ainsi que le Centre hospitalier du Valais Romand qui comprend, outre l'Hôpital de Sion, les hôpitaux de Sierre et de Martigny. L'Hôpital Riviera-Chablais Vaud-Valais (HRC) comprend, outre le Centre hospitalier de Rennaz (VD), les sites hospitaliers de Monthey et Vevey (VD)[177].

Le 16 mars, le Conseiller d'État Frédéric Favre annonce être infecté par le virus[178].

Canton de Fribourg[modifier | modifier le code]

Dans le canton de Fribourg, Anne-Claude Demierre est la conseillère d'État chargée du département de la santé et des affaires sociales. L'HFR Fribourg est le principal hôpital public du canton.

Le , le Festival international de films de Fribourg (FIFF) est annulé. Certains films sélectionnés seront quand même diffusés au long de l'année[179].

Le , le Conseil d'État a édicté une directive relative aux critères applicables aux organisateurs de manifestations dans le canton, le document précise la question de la responsabilité des organisateurs, ainsi que les conditions-cadres et les critères pour les manifestations de moins de 1 000 personnes[180].

Une « Centrale Conduite Sanitaire Covid-19 » a été mise en place, elle a pour mission de coordonner l'ensemble des acteurs du domaine sanitaire dans le but de conserver une vision globale de l'évolution de la situation[180].

Une importante campagne de communication pour informer la population a été déployée, principalement dans les écoles et les différents services de l'État de Fribourg[180].

Canton de Neuchâtel[modifier | modifier le code]

Dans le canton de Neuchâtel, Laurent Kurth est le conseiller d'État chargé du Département des finances et de la santé. Le Réseau hospitalier neuchâtelois (RHNe), un établissement autonome de droit public, assure les soins aigus à l'hôpital de Pourtalès à Neuchâtel, à l'hôpital de La Chaux-de-Fonds et à la permanence de l'antenne du Val-de-Travers à Couvet[181].

Au même titre que d'autres cantons romands, le Conseil d’État prend le des mesures qui vont plus loin que celles ordonnées par la Confédération. Dès le lundi , les écoles et les crèches ferment jusqu'au [182]. Le , le Conseil d'État décide de placer le canton en état d'urgence. Dès minuit, les commerces, les établissements publics ainsi que les établissements de divertissement et de loisirs ferment. Seuls les commerces d'alimentation, les marchés de fruits et légumes, les pharmacies, les commerces d’alimentation pour les animaux, les kiosques, les stations-services et les banques ont pu ouvrir le lundi matin . Les restaurants ont pu demeurer ouverts jusqu'à lundi 14 h[183].

Canton du Jura[modifier | modifier le code]

L'Hôpital du Jura (H-JU) est un établissement cantonal public et subventionné réparti sur 4 sites : Delémont, Porrentruy, Saignelégier et la Résidence La Promenade à Delémont (EMS)[184].

Le , les cantons du Jura, de Bâle-Campagne, de Neuchâtel et des Grisons[185] adoptent les mêmes mesures[186].

Canton de Nidwald[modifier | modifier le code]

Le , le canton de Nidwald interdit les événements de 200 personnes ou plus, le canton de Schwyz soumet les événements entre 150 et 999 personnes à approbation[187].

Système de santé[modifier | modifier le code]

La directrice de Office fédéral de la santé publique est Anne Lévy depuis le 1er octobre 2020. Elle succède à Pascal Strupler qui a dirigé l'OFSP pendant dix ans et au début de la pandémie[188]. C'est la division maladies transmissibles qui est en première ligne lors cette épidémie. La partie communication est formée par un duo formé de Virginie Masserey et Patrick Mathis. Au début de l'épidémie, la division maladies transmissibles était dirigée par Daniel Koch depuis 2002, qui se chargeait également de la communication sur cette épidémie[189],[190] avant qu'il prenne sa retraite à la fin du mois de mai. Puis c'est Stefan Kuster qui l'a remplacé pour quelques mois avant qu'il annonce sa démission le 23 septembre 2020[191].

Plusieurs semaines avant le premier cas détecté en Suisse, des plans d’accueil de personnes contaminées ont été réactivés par les hôpitaux. Ils ont été établis de longue date lors d'épidémies antérieures comme le SRAS entre 2002 et 2003[192].

En Suisse, il y a cinq CHU : les Hôpitaux universitaires de Genève, le Centre hospitalier universitaire vaudois à Lausanne, l'Hôpital de l'Île à Berne, l'Hôpital universitaire de Zurich et l'Hôpital universitaire de Bâle.

Le , le Conseil fédéral décide de mettre à disposition des cantons jusqu'à 800 militaires afin d'épauler les hôpitaux civils et le système de santé surchargé[132]. À partir du vendredi 13 mars, l'armée apport une aide en personnel et en matériel aux hôpitaux San Giovanni à Bellinzone (17 militaires du service sanitaire, systèmes d’aide respiratoire et de surveillance, brancards, tentes universelles et conteneurs de traitement) et Civico à Lugano (6 militaires, tente universelle)[193]. Le commandant de corps Thomas Süssli annonce l'engagement dans les cantons, dès le , du bataillon d'hôpital 5 de l'Armée suisse[135], qui a notamment comme tâche « le soutien des hôpitaux civils en personnel et en matériel en cas de situations extraordinaires », pour faire face au coronavirus[132].

Le , le Conseil fédéral décide par ordonnance la flexibilité temporaire du temps de travail du personnel du secteur de la santé. Cette décision est notamment critiquée par le Syndicat des services publics (SSP-VPOD)[194].

Le 17 août 2020, Amnesty International a demandé au Conseil fédéral de mener une évaluation indépendante des conséquences de la pandémie de coronavirus sur du personnel de santé. L’organisation cherchait à se pencher sur la gestion de la crise par le gouvernement[195].

Compréhension de la maladie[modifier | modifier le code]

D'abord considérée comme une pneumonie virale, une "grippette" ou au pire une grippe compliquée, la Covid-19 s'est rapidement révélée comme une atteinte grave plus globale, pouvant impliquer de nombreux organes, en particulier le système cardiovasculaire, les reins, le système digestif et le cerveau. Des chercheurs de l'Hôpital universitaire de Zurich (USZ) ont examiné au microscope les tissus de patients décédés. Ils ont constaté une inflammation de la paroi interne des vaisseaux sanguins irrigant divers organes. Le virus a pu être détecté dans l'endothélium lui-même, où il provoque la mort des cellules, puis des tissus et organes touchés. Ceci explique les décès par défaillance d'organes vitaux comme le cœur. Selon le directeur de la clinique de cardiologie, le virus cause une endothélite. Cette découverte, publiée dans The Lancet, contribue à une prise en charge plus appropriée, qui ne se borne pas à contrer les virus et assister la respiration, mais devient plus efficace lors de défaillances cardio-vasculaires et d'autres organes touchés[196].

Le virus SARS-CoV-2[modifier | modifier le code]

Le virus SARS-CoV-2 est l’agent de la Covid. C’est un virus à ARN de la famille des Coronaviridae. Il a été repéré fin 2019 à Wuhan, en République populaire de Chine[197]. Son séquençage montre le plus de parenté avec un virus de chauve-souris. Plusieurs hypothèses non-prouvées essaient d’élucider les modalités de son passage à l’être humain.

Depuis l’été 2020, des instituts de recherche ont mis en évidence des variants du SARS-CoV-2, qui semblent s’être répandus en Europe à partir de l’Espagne[198],[199].

Équipement médical[modifier | modifier le code]

Approvisionnement[modifier | modifier le code]

L'absence de stocks suffisants de certains équipements et les blocages des exportations depuis de nombreux pays mènent à un manque de matériel médical peu de temps après le début de l'épidémie[200],[201]. Le , le Conseil fédéral décide de restreindre les exportations de matériel médical[202].

Le , le Conseil fédéral demande au parlement un crédit de 2,1 milliards de CHF pour financer l'achat de matériel sanitaire par l'armée, notamment des masques pour la population et le personnel soignant (plus de 500 millions d'unités), des solutions hydro-alcooliques (48 millions d'unités), des tests (8 millions d'unités), des vaccins (1 million d'unités), des équipements de protection individuelle pour les soignants (gants, blouses, etc.), des appareils respiratoires (1000 unités), et d'autres équipements. À cette occasion, le Conseil fédéral révèle qu'un crédit partiel urgent de 700 millions a été accepté par la Délégation des finances du parlement le 14 avril[203],[204].

Vaccin[modifier | modifier le code]

Le 7 août 2020, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a annoncé un premier résultat concluant avec Moderna, où il délivrerait 4,5 millions de doses à la Suisse. En raison du manque de doses, un accord a été avec Moderna afin qu'au moins un quart de la population puisse être vacciné. La distribution devait dépendre des caractéristiques du vaccin (capacité de protection des anticorps, qualité de l'immunité) ainsi que des quantités disponibles, dans une certaine mesure[205].

Masques[modifier | modifier le code]
Vieille ville de Berne, 29 mars.

À la fin février, la Confédération distribue des masques professionnels de ses stocks aux cantons pour que ces derniers les redistribuent aux médecins et aux patients traités. Certains cabinets médicaux se plaignent toutefois d'en manquer encore. Les pharmacies se retrouvent souvent en rupture de stock. Daniel Koch affirme que le problème d'approvisionnement est mondial et que tous les pays y sont confrontés[206]. Le , Daniel Koch annonce le lancement d'une production de masques en Suisse et affirme qu'elle pourrait atteindre une capacité de 40 000 pièces par jour[202].

Soins intensifs[modifier | modifier le code]

Pour une population d'environ 8,5 millions d'habitants, la Suisse dispose selon la Société suisse de médecine intensive durant cette épidémie, de 82 stations de soins intensifs reconnues. Entre 950 et 1 000 lits, dont 800 à 850 sont équipés de respirateurs artificiels et entre 400 et 450 lits sont également disponibles dans des stations d'observation[207]. L'armée, dispose également de 204 (ou 100[140]) systèmes d'aide respiratoire et de suivi, depuis le quatre d'entre eux se trouvent au Tessin[133]. Le , l'armée annonce la commande de 900 respirateurs artificiels et appareils de contrôle qui seront en premier lieu utilisés dans les hôpitaux civils. Fabriqués en Suisse, la livraison par tranches débute le [140].

Solution hydro-alcoolique[modifier | modifier le code]

Le canton du Valais a demandé à l'entreprise Lonza à Viège de produire des solutions hydro-alcooliques pour l'hygiène des mains. Dès le 24 mars, la Protection civile les livrera aux pharmacies du canton où elles seront vendues au prix coûtant. Les hôpitaux, les homes et d'autres établissements en reçoivent déjà 1 000 litres par semaine. L'entreprise Arval à Conthey livre également depuis le début de la semaine du 16 mars, par fûts de 25 kg, des hôpitaux, des sociétés et des pharmacies dans les cantons du Valais, de Vaud et de Fribourg[151].

À Genève, le fabricant de parfums Firmenich offre 20 tonnes de gel aux HUG[208].

Opinion publique et critiques[modifier | modifier le code]

Autorités fédérales[modifier | modifier le code]

L'institut de sondage Sotomo est mandaté par la radiotélévision publique (SSR) pour effectuer une enquête d'opinion par sondage en plusieurs vagues sur la crise.

Le 25 mars, un premier sondage de l'institut Sotomo relève qu'une moitié de la population considère que la réaction du Conseil fédéral à la progression de l'épidémie a été trop lente, et que l'autre moitié pense qu'elle a été appropriée. Une proportion très faible de la population (2 %) considère que la réaction a été trop rapide. Les différences seraient assez fortes entre régions linguistiques, avec 68 % des sondés en Suisse italienne et 64 % en Suisse romande qui trouvent que les autorités ont agi trop tardivement, contre 42 % seulement en Suisse alémanique[209]. Une forte majorité (70 %) d'Alémaniques auraient confiance dans les autorités, contre une légère minorité (45 %) de Romands et de Tessinois. Un Romand sur quatre et un Tessinois sur cinq n'auraient pas confiance, contre seulement un Alémanique sur dix. Concernant les mesures qui restreignent les libertés individuelles, les Romands seraient une majorité et beaucoup plus nombreux à penser qu'elles ne vont pas assez loin, contre un peu plus qu'un tiers parmi les Tessinois et un peu moins qu'un tiers parmi les Alémaniques. Très peu de personnes (3 % ou moins) considèrent qu'elles vont trop loin, toutes régions linguistiques confondues. Selon le directeur de Sotomo Michael Hermann et le conseiller d'État tessinois Norman Gobbi, ces différences seraient dues au fait que les cantons latins seraient plus durement touchés par l'épidémie[210].

Fin octobre 2020, un nouveau sondage Sotomo est publié, montrant que la confiance de la population dans les autorités a nettement diminué à travers le pays et est plus basse qu'en mars, les sondés étant désormais une minorité à avoir confiance dans la gestion de la crise par le Conseil fédéral[211].

Sur les mesures limitant les contacts physiques[modifier | modifier le code]

Février – mars : Introduction des mesures[modifier | modifier le code]

La décision du Conseil fédéral, le , alors que la Suisse a détecté 15 cas dont 10 nouveau ce jour et aucun décès, d'interdire tout rassemblement de plus de 1 000 personnes est critiquée par une partie des milieux politiques. L'ex-conseiller aux États et chef du groupe PDC aux chambres fédérales Filippo Lombardi notamment affirme que les mesures « contribuent à faire paniquer bien des gens »[212].

Des personnes âgées de plus de 65 ans se sont senties plus ou moins stigmatisées, ont souffert de devoir rester dans leur appartement et racontent comment elles ont trouvé des ressources pour garder le moral. Leurs témoignages sont recueillis et rassemblés dans un film[213].

Avril – mai : Levée des mesures[modifier | modifier le code]

Le plan de levée des restrictions annoncé le 16 avril, alors que la Suisse comptait plus de 27 000 cas détectés dont plus de 300 ce jour contre plus de 1 300 au plus fort du pic épidémique, crée une division au sein de l'opinion. Le plan en trois étapes prévoit une levée des restrictions simultanées dans toute la Suisse, la première le 27 avril (réouverture des services de soin à la personne, jardineries, magasins de bricolage), la deuxième le 11 mai (écoles obligatoires, autres commerces, installations sportives) et la troisième le 8 juin (écoles secondaires et supérieures, lieux de divertissement comme les musées et les bibliothèques). Pour une partie de la population, les mesures sont trop rapides, et pour une autre, trop lentes, et certaines mesures sont jugées comme défavorisant sans raison certains secteurs. La date de levée des mesures pour le secteur de la restauration, non précisée, suscite des plaintes du secteur et des critiques de politiciens à l'égard du Conseil fédéral[214].

La troisième vague de l'enquête Sotomo, publiée le 7 mai, indique qu'autour de 40 % de la population juge la levée des mesures trop rapide, contre environ 20 % qui la jugeraient trop lente. Les personnes plus jeunes auraient plus tendance à la trouver trop rapide, tout comme les personnes de la Suisse italienne, suivi de la Suisse romande. Les Suisses allemands seraient proportionnellement presque trois fois plus nombreux que les autres Suisses à trouver le calendrier trop lent, tandis que les personnes de plus de 65 ans seraient significativement plus satisfaites par le calendrier de manière générale. Les électeurs de gauche (Verts, Socialistes) et ceux sans affinité partisane seraient plus nombreux à trouver le calendrier trop rapide, les électeurs du PDC seraient les plus satisfaits et ceux de l'UDC et sans parti les moins satisfaits. Le domaine où la levée des restrictions serait le plus souvent jugés trop lente serait celui des magasins, suivi des restaurants, également le domaine où elles sont le plus souvent jugées trop rapides[215].

Octobre : Réintroduction de mesures[modifier | modifier le code]

La majorité de la population soutient les mesures décrétées le 28 octobre 2020 par le Conseil fédéral, mais les deux tiers de la population estiment qu'une centralisation plus forte est nécessaire, contre seulement un cinquième qui désire plus de marge de manœuvre pour les cantons. L'idée d'un « mini-confinement » comme dans certains pays voisins est controversée, avec autour d'une moitié de la population pour et une moitié contre, les personne retraitées et les sympathisants des partis de gauche étant davantage favorables à la mesure et les jeunes et les sympathisants des partis de droite y étant plutôt opposés[216].

Mobilisation contre les mesures sanitaires[modifier | modifier le code]

Comme dans d'autres pays d'Europe et du monde, la Suisse connaît un mouvement de mobilisation contre les mesures sanitaires, généralement appelé « anti-masque ».

Le , une manifestation organisée à Zurich rassemble 1 000 personnes, dont beaucoup de Suisses romands[217], tandis qu'une manifestation à Delémont rassemble 120 personnes[218]. Les deux manifestations sont autorisées et à Zurich, une contre-manifestation réunit une centaine de personnes. Le non-respect par des participants de l'obligation de port du masque et de distance physique, imposés aux manifestants par la ville de Zurich, mène à des contrôles et des évacuations par la police, mesures qui concernent environ 50 personnes[réf. nécessaire].

Le 12 septembre 2020, une manifestation organisée à Genève rassemble 1 000 personnes aux profils hétérogènes, au cri notamment de « liberté ». Le mouvement est rejoint par certains représentants du monde de la nuit à Genève, qui se plaignent de restrictions excessives, les boîtes de nuit étant fermées dans le canton de Genève. Les différents orateurs se sont défendus d'être d'extrême droite, d'être des complotistes, des racistes ou des psychopathes. Le port du masque, imposé pour le rassemblement, n'est que très peu respecté par les participants[219],[220],[221].

Interrogé sur le mouvement et sur le scepticisme vis-à-vis de la Covid-19, le conseiller fédéral responsable de la santé Alain Berset affirme qu'il est accueille volontiers les discussions « basées sur les faits » à propos des dangers du virus et des mesures prises par la Suisse. Il affirme que le mouvement se construit contre « contre notre société démocratique basée sur les faits », et qu'il a « peu de sympathie » pour la « tendance actuelle à nier le virus ». Le mouvement serait d'ailleurs selon lui partiellement importé de l'étranger. Il qualifie d'« absurdes » les accusations de comportement dictatorial lancées contre les autorités suisses, le pays étant selon lui plutôt libéral en matière de mesures en comparaison internationale[222],[223].

Le 31 octobre, un rassemblement d'une centaine de « coronasceptiques » organisé à Zurich est dispersé par la police avant le départ de la manifestation, le port obligatoire du masque n'étant pas respecté. Neuf personnes sont arrêtées, dont le détenteur d'autorisation de manifester[224]. Le même jour à Berne, une manifestation de 1000 professionnels de santé sur la Place Fédérale est accompagné d'une contre-manifestation non autorisée d'une centaine de coronasceptiques qui tentent de perturber le rassemblement. La police les empêche d'entrer sur la place fédérale[225].

Début novembre 2020, la police fédérale (Fedpol) se déclare préoccupée par l'« augmentation de la propension à la violence sur la scène du coronascepticisme », qui se concrétiserait par une forte augmentation du nombre de signalements concernant des menaces et de la violence en lien avec l'opposition aux mesures de lutte contre la propagation de la pandémie, passant d'une centaine à plus d'un millier, avec 40 directement en lien avec la pandémie. Les signalements concerneraient en général des expressions de mécontentement et des injures, avec parfois des menaces. Fedpol affirme avoir réévalué et renforcés les mesures de protection dans les mois précédent[226].

Statistiques[modifier | modifier le code]

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) recueille des données dans le monde entier. Les diagrammes suivants sont basés sur ces chiffres publiés par l'OMS. Se basant sur la base des données des autorités locales, ces chiffres sont mis à jour avec un retard d'environ un jour[227].

Pour les données concernant la Suisse, l'OMS se base sur les chiffres publiés par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP)[36]. L'OFSP n'était cependant pas préparé à cette tâche, il utilise notamment encore des fax. Débordé, il ne peut pas fournir des nombres précis au jour le jour[228]. Selon le magazine en ligne Republik (de), les premières statistiques ont même été compilées à partir de sources de presse et Wikipédia[229], l'OFSP allant jusqu'à peser les formulaires reçus pour en estimer le nombre[230].

À la mi-mars, l'informaticien et chercheur en biochimie Daniel Probst crée le site Corona-data.ch répertoriant en détail les cas de Covid-19 en Suisse, sur la base des chiffres des cantons, ce qui mène à des statistiques différentes de l'OFSP, donnant généralement un nombre de cas et de décès plus élevés que cette dernière. Le site rencontre un certain succès et crée une controverse en raison de ses statistiques divergents de celles des autorités fédérales[231],[232]. Au début du mois de mai, le site est l'un des 250 les plus activement visités de Suisse, selon le service Alexa d'Amazon[233]. En comparaison, le site de visualisation de données sur l'épidémie de l'OFSP est moins visité à la même période, rentrant dans les 1 500 sites les plus activement visités en Suisse[234]. Parallèlement à Daniel Probst, l'unité « données ouvertes » du canton de Zurich crée également un recueil de données sur la plateforme collaborative Github, où elle ajoute les statistiques répertoriées sur les sites des cantons. Divers médias, dont la Radio Télévision Suisse (RTS)[235], Le Temps[236], Heidi.news[237] et Swissinfo[238], décident ensuite d'utiliser ces statistiques jugées plus à jour.

Nouveaux cas Covid-19 par jour en Suisse [239][modifier | modifier le code]

4e trimestre octobre, novembre, décembre 2020[modifier | modifier le code]

3e trimestre juillet , août, septembre 2020[modifier | modifier le code]

2e trimestre avril, mai, juin 2020[modifier | modifier le code]

1er trimestre 2020 février, mars (premier cas en Suisse le 25 février)[modifier | modifier le code]

Nombre d'Hospitalisations par jour [239][modifier | modifier le code]

Taux de croissance [239][modifier | modifier le code]

Cas détectés et décès au niveau national[modifier | modifier le code]

Nombre de cas (bleu) et nombre de morts (rouge) en échelle logarithmique. Les différences quotidiennes sont indiquées en pointillés.
Personnes décédées en Suisse par âge[240],[241](Statut : 12 mai 2020)
Classe d'âge Cas confirmés Cas décédés Taux de létalité
0–9 ans 151 1 0,66 %
10–19 ans 845 0 0 %
20–29 ans 3 789 0 0 %
30−39 ans 4 089 5 0,12 %
40–49 ans 4 756 4 0,08 %
50–59 ans 6 161 34 0,55 %
60–69 ans 3 630 114 3,14 %
70–79 ans 2 867 320 11,16 %
≥ 80 ans 4 037 1 084 26,85 %


Localisation des cas[modifier | modifier le code]

De nombreuses personnes porteuses du virus ne sont pas comptées comme contaminées, car ne présentant pas de symptômes, ou présentant des symptômes légers (petite toux, fièvre) sans détresse respiratoire. Pour les personnes concernées, des tests ont permis de dénombrer des cas avérés.

Cantons Cas
(chiffres de Rédaction NXP)[242]
Dont décédés
(chiffres de Rédaction NXP)[242]
Nombre de cas confirmés
pour 100 000 habitants
(chiffres des cantons)[243]
Date du 1er cas Date du 1er décès Remarques
Drapeau du canton du Tessin Tessin 3257 334 922
Drapeau du canton de Genève Genève 4971 260 1004
Drapeau du canton des Grisons Grisons 818 45 412
Drapeau du canton d'Argovie Argovie 1149 37 169
Drapeau du canton de Zurich Zurich 3545 125 233
Drapeau du canton de Vaud Vaud 5363 389 671
Drapeau du canton de Bâle-Ville Bâle-Ville 966 50 496
Drapeau du canton de Bâle-Campagne Bâle-Campagne 834 34 289
Drapeau du canton du Valais Valais 1905 146 554 29 février
Drapeau du canton de Berne Berne 1818 90 176
Drapeau du canton de Fribourg Fribourg 1117 81 350
Drapeau du canton de Neuchâtel Neuchâtel 701 77 394
Drapeau du canton de Zoug Zoug 192 8 151
Drapeau du canton de Saint-Gall Saint-Gall 798 35 157
Drapeau du canton de Schwytz Schwytz 305 23 192
Drapeau du canton du Jura Jura 202 7 275
Drapeau du canton d'Appenzell Rhodes-Extérieures Appenzell Rhodes-Extérieures 97 3 176
Drapeau du canton de Lucerne Lucerne 713 19 174
Drapeau du canton de Thurgovie Thurgovie 374 17 134
Drapeau du canton de Soleure Soleure 406 15 149
Drapeau du canton de Glaris Glaris 125 12 309
Drapeau du canton de Schaffhouse Schaffhouse 76 6 93
Drapeau du canton de Nidwald Nidwald 115 3 266
Drapeau du canton d'Appenzell Rhodes-Intérieures Appenzell Rhodes-Intérieures 25 0 150
Drapeau du canton d'Uri Uri 92 7 253
Drapeau du canton d'Obwald Obwald 79 0 209 13 mars
Total 30 043 1 823 352
Cas : mise à jour le 9 mai 2020 à h 32[244]
Décès : mise à jour le 9 mai 2020 à h 32[244]
Indice des cas confirmés pour 100 000 habitants : mise à jour le
à h 5[243]

Hospitalisations[modifier | modifier le code]

Le rapport de l'OFSP du 27 mars sur la situation épidémiologique fournit les statistiques sur le profil des cas de Covid-19 en Suisse suivants : l’âge des cas confirmés en laboratoire allait de 0 à 102 ans, avec un âge médian de 52 ans (50 % des cas sont plus jeunes et 50 % sont plus âgés que cet âge). 49 % des cas étaient des hommes, 51 % des femmes. Les adultes étaient nettement plus touchés que les enfants. Chez les adultes de 60 ans et plus, les hommes étaient plus touchés que les femmes, et chez les adultes de moins de 50 ans, les femmes que les hommes. L’âge des hospitalisés allait de 0 à 101 ans, avec un âge médian de 70 ans. 60 % des personnes hospitalisées étaient des hommes et 40 % des femmes. Parmi les personnes décédées au 27 mars des suites du Covid-19, on comptait 120 hommes (61 %) et 77 femmes (39 %). L’âge des personnes décédées allait de 32 à 100 ans, avec un âge médian de 83 ans. Parmi les moins de 49 ans (2), entre 50 et 59 ans (5)[1],[245].

Sous la pression de l'épidémie, un registre en ligne des lits de soins intensifs dans les différents hôpitaux, cantons et régions du pays, icumonitoring.ch, est mis en place en mai 2020 par des chercheurs de différentes universités, avec le soutien des divers partenaires publics. Les données y sont accompagnées de prédictions pour les jours à venir, basées sur différents modèles[246],[247].

Impacts et réactions[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Cours du Swiss Market Index (SMI) depuis le début de l'épidémie ( - ).

L'épidémie du coronavirus affecte fortement l'économie mondiale et les marchés financiers, les cours boursiers vivant leurs pires semaines depuis la crise de 2008, la Suisse n'étant pas épargnée par ce phénomène[248],[249].

D'autres secteurs subissent aussi des ralentissements, le président de Gastrosuisse annonçant le 6 mars notamment que certaines entreprises actives de l'hôtellerie et la gastronomie engrangent des pertes entre 60 % et 80 %[250]. Des centaines d'entreprises actives dans l'industrie des machines ont, de leur côté, déjà demandé le chômage partiel[251].

Les compagnies aériennes sont, elles aussi, durement touchées ; SWISS a annoncé une réduction massive de ses vols, jusqu'à 50 %. Les importants plans de développement de la compagnie sont gelés, dont l'ouverture d'une nouvelle ligne en direction de Washington DC et l'embauche de 1 000 personnes[252].

Le , la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) a estimé que les exportations suisses, la chimie en particulier, seraient impactés à hauteur d'un milliard de dollars du seul fait du décrochage des exportations chinoises de composants clés en février 2020. Le 6 mars, le média financier Bloomberg LP avançait une récession possible des États-Unis, de l'Europe et du Japon, l’épidémie pouvant coûter 2 700 milliards de dollars à l'économie mondiale, soit l'équivalent du PIB annuel du Royaume-Uni[253].

Le , une réunion avec différents acteurs économiques et partenaires sociaux est organisée par le conseiller fédéral Guy Parmelin, chef du Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche, qui qualifie la situation de « sérieuse »[249].

Le , l'indice SMI de la bourse de Zurich enregistre une baisse de 4 %. Depuis l'annonce des premiers cas en Chine, le SMI a perdu de plus de 8 %. Valeur refuge, le franc suisse ne cesse de prendre de la valeur pour se rapprocher des 1,05 CHF pour 1 euro, ce qui est problématique pour l'économie suisse, fortement dépendante des exportations[253]. La Banque nationale suisse continue alors sa politique de stabilisation du franc, en achetant massivement des devises sur le marché[254].

Les Jeunes socialistes ont avancé une proposition d’initiative populaire donnant lieu à un référendum afin de taxer les 1 % de Suisses les plus riches. Le conseil fédéral a rejeté l'idée au nom de « l’attractivité économique ». Le Parti suisse du travail-Parti ouvrier populaire (PST-POP) a présenté au Parlement un projet de « prélèvement unique de 2 % sur les fortunes et patrimoines de plus de 3 millions » (2,85 millions d’euros) pour « percevoir environ 17,5 milliards de francs » (16,62 milliards d’euros)[255].

Le 12 août 2020, le Conseil fédéral a décidé d'accorder un soutien financier de 700 millions de francs aux entreprises de transports publics, fortement affectées par la pandémie de Covid-19[256].

Réactions à l'annonce des mesures[modifier | modifier le code]

Les marchés de fruits et légumes n'ayant pas bénéficié de la même exception de fermeture que les magasins d'alimentations (articles 6.2a et 6.3a de la loi sur les épidémies (LEp)[37], des agriculteurs ont exprimé leurs interrogations et leur inquiétude[257],[258].

Transports[modifier | modifier le code]

Les décisions des autorités : la fermeture des frontières en Suisse ainsi que dans d'autres pays ; la fermeture des domaines skiables et des hôtels ; ainsi que les recommandations d'éviter les transports publics ainsi que de recourir au télétravail ont eu d'importantes répercussions sur la fréquentation des avions, des trains, des bus et des autoroutes.

Fermeture des frontières[modifier | modifier le code]

Dès le 16 mars, l'entrée en Suisse depuis les pays voisins que sont l'Italie, la France, l'Allemagne, l'Autriche ainsi que depuis l'Espagne, depuis le 18 mars, n'est plus autorisée. Sont explicitement interdites les visites touristiques ainsi que l'immigration. L'octroi de visa Schengen est suspendue pour une durée de 3 mois. Seuls les ressortissants suisses, les ressortissants du Liechtenstein, les personnes ayant un permis de séjour ainsi que pour les personnes qui doivent voyager en Suisse pour des raisons professionnelles (frontaliers) sont autorisés à entrer sur le territoire. Le transit et le transport de marchandises, ainsi que le transit dans les aéroports restent autorisés. Le contrôle est effectué aux douanes routières ainsi que dans les aéroports[259],[260]. De nombreuses douanes ont été fermées afin de canaliser le trafic vers les douanes principales, et des embouteillages se forment devant celles-ci. Des voies prioritaires ont été aménagées pour les frontaliers travaillant dans le domaine de la santé[261].

Baisse du trafic aérien[modifier | modifier le code]

Avions Swiss immobilisés à Dübendorf, 28 mars.

Le 20 mars, quatre jours après l'instauration de l'état d'urgence, la fréquentation de l'aéroport international de Genève a momentanément augmenté, en raison des départs causés par la fermeture avancée des domaines skiables[262].

Trois jours plus tard, la fréquentation de l'aéroport de Genève n'est plus que de 10 % de ses capacités, et continue de baisser. Deux vols sur trois sont annulés. La compagnie EasyJet Switzerland, qui opère 45 % des vols au départ de Genève, a immobilisé une partie de sa flotte. Il en va de même pour SWISS, qui a diminué son activité de 80 %. L'aéroport de Genève, qui en temps normal opère plus de 100 vols par jour, a opéré seulement 15 vols le dimanche 22 mars. Les vols d'affaires sont en augmentation et les demandes proviennent principalement de nouveaux clients. Parmi les clients, il y a des étudiants chinois qui rentrent au pays où la situation sanitaire s'est améliorée[263].

Le 23 mars, jour de son 15e anniversaire, la compagnie SWISS est presque à l'arrêt. Sur 89 avions, seuls 6 sont encore en activité[264]. Le 2 avril, EasyJet annoncent qu'ils immobilisent tous leurs avions jusqu'à nouvel ordre[265].

Le 1er avril, l'aéroport de Genève est au ralenti. Il a vu passer 600 passagers en un jour, contre 60 000 il y a un an. Le terminal, où la plupart des commerces sont fermés, ressemble à une ville fantôme. Sur le tarmac, des avions immobilisés stationnent depuis plusieurs jours. Après la suspension des activités d'Emirates, plus aucun vol long courrier n'a lieu[266].

À la fin du mois de mai, Easyjet, dont la flotte a été immobilisée, annonce que certains vols seront de nouveau possibles dès le 15 juin, au départ de Genève, Barcelone, Nice, Lisbonne ou Porto. L'utilisation du masque sera obligatoire dans ses avions[267]. En raison de la baisse d'activité, la compagnie annonce également une importante baisse d'effectifs, passant de 15000 à 11000 collaborateurs[268]. Swiss Airlines annonce également que 15 à 20% des vols seront de nouveau disponibles dès le 15 juin, soit 140 vols par semaine au départ de Zürich et 40 vols au départ de Genève[269].

L'aéroport de Genève a fonctionné au ralenti pendant 3 mois, opérant 4 ou 5 vols par jour jusqu'à la réouverture des frontières le 15 juin. Le trafic reprend progressivement dès le lendemain, mais le directeur de l'aéroport n'envisage pas de retrouver la fréquentation de 2019 avant 2 ou 3 ans[270]. Un mois plus tard, l'aéroport a vu passer 16 000 passagers soit 30% de l'activité de l'an passé[271]. Situation comparable à l'aéroport de Zürich: en juillet le nombre de passagers a triplé en un mois, cependant, avec 560 000 passagers par mois, l'activité n'est que de 25% de celle de l'an passé[272]. Faute de passagers, certains avions Boeing 777, les plus gros appareils de la compagnie Swiss, ont été transformés en cargo pour une durée de 3 ans[270].

Vols de rapatriements

Le gouvernent recommande aux ressortissants suisses en voyage dans le monde de rentrer immédiatement au pays en vue d'éviter d'être bloqué par la fermeture des aéroports. Le 20 mars, plus de 7 000 personnes sont bloquées, notamment au Maroc, au Costa Rica, en Colombie et au Pérou. Les ambassades négocient des vols charters de rapatriement avec les pays hôtes et les compagnies EasyJet, Swiss et Edelweiss Air[273],[274]. Entre le 20 mars et le 14 avril, il y a eu 8 vols de rapatriement depuis l'Amérique du Sud, dont 3 au départ de Lima[275]. Les derniers vols de rapatriement sont partis de Calcutta en Inde le 24 avril, ainsi qu'un vol circulaire en Afrique passant par Accra, Abidjan et Ouagadougou[275],[276].

Au total, les 33 vols organisés par le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) ont permis de rapatrier 6 950 personnes. Parmi lesquelles 3 975 ressortissants suisses. 1 500 ressortissants suisses ont été rapatriés par des vols organisés par d'autres pays. Les vols sont payés à 80 % par les passagers et à 20 % par le DFAE ; le prix varie entre 400 et 1 700 francs selon la distance[275].

Réduction de la cadence des trains et des autobus[modifier | modifier le code]

L'Office fédéral des transports reconnaît[Quand ?] que les transports publics - en particulier quand ils sont bondés - favorisent la propagation des virus. Il recommande à la population d'éviter de se servir des transports publics et de privilégier, dans la mesure du possible, la marche ou le vélo. Il recommande également aux employeurs de recourir au télétravail en vue de diminuer le nombre de pendulaires[277].

Les mesures prises par les autorités ont entraîné une baisse de fréquentation des trains. Le 15 mars, avant l'instauration de l'état d'urgence, la fréquentation a déjà diminué de 50 % et devrait continuer de baisser. Les principales compagnies nationales que sont les Chemins de fer fédéraux suisses et CarPostal s'adaptent au changement en réduisent progressivement le nombre et la cadence des trains et des bus. Les liaisons internationales sont supprimées - les trains s'arrêtent à la frontière. La longueur des trains n'est pas modifiée, en vue de permettre aux passagers de respecter la distance minimale prescrite par le Conseil fédéral. Les CFF envisagent des convois supplémentaires pour les marchandises[278]. Quelques jours plus tard, la fréquentation de certains trains a diminué de plus de 80 %[279].

Le nombre et la cadence des autobus urbains a également été adaptée. En ville de Lausanne, la cadence a été réduite sur toutes les lignes urbaines sauf la ligne M2 qui dessert le Centre hospitalier universitaire vaudois[280].

La cadence ordinaire des trains a été restaurée au début du mois de mai, en prévision de l'augmentation attendue du nombre de pendulaires lors de la réouverture des écoles. Le plan de protection des transports publics fait débat, en particulier en ce qui concerne l'usage des masques d'hygiène dans les trains. Un sondage révèle que 45% des pendulaires avant la pandémie entendent privilégier le télétravail plutôt que les transports publics[281]. Craignant pour leur santé, certains usagers privilégient dorénavant les transports personnels: voiture, vélo, ou scooter électrique, selon ce sondage[282].

Alors qu'au mois de mars et avril la fréquentation des trains avait diminué de 80 à 90%, celle-ci remonte durant le mois de mai. Au début du mois de juin la fréquentation est de 55%: Les trains sont encore à moitié pleins, mais le nombre de voyageurs augmente chaque jour. Dans les autocars 5 à 20% des passagers portent un masque[283]. Le 1er juillet, le gouvernement rends obligatoire l'utilisation des masques dans tous les transports publics - train, trams, bus, remontées mécaniques et bateaux. Cette décision est motivée notamment par l'augmentation de la fréquentation des trains et des bus[284]. Cette obligation est très largement respectée par la population dès le premier jour, ce qui contraste avec les jours précédant l'obligation[285].

Baisse de fréquentation des routes[modifier | modifier le code]

Les mesures prises par le gouvernement ont provoqué une baisse de fréquentation des autoroutes de plus de 50 %[286]. Les mesures prises dans plusieurs pays en Europe touchent également les routiers : près de la moitié de leurs camions sont à l'arrêt[287].

Dans le tunnel routier du Saint-Gothard, où se produit un embouteillage chaque année lors des vacances de Pâques, cet embouteillage n'a pas eu lieu cette année et la fréquentation a baissé de 90 % par rapport à l'année précédente. La police était présente pour sensibiliser les voyageurs concernant la sitation sanitaire sévère au canton du Tessin, du côté sud du tunnel. Sans grand succès : aucun des voyageurs interpellés n'a fait demi-tour[288],[289].

Limitations de déplacements[modifier | modifier le code]

En , des entreprises prennent des mesures : Novartis conseille par exemple à ses employés chinois de travailler depuis chez eux, et Nestlé interdit à ses collaborateurs les voyages non indispensables en Chine[290].

Le , le Touring Club Suisse (TCS) indique avoir reçu plus de 250 appels téléphoniques et porté assistance à 81 de ses membres depuis le début de la crise. En collaboration avec le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), le TCS délivre des conseils médicaux, organise le retour en Suisse et annule les voyages vers les zones touchées par l’épidémie.

Le , des citoyens de trente nationalités différentes, dont cinq Suisses et trois de leurs proches parents chinois, ont été rapatriés depuis Wuhan, en Chine, alors foyer de l'épidémie. L'A380 d'Hi Fly Malta a atterri à la base aérienne d’Istres-Le Tubé près de Marseille. Ses passagers ont été mis en quarantaine pendant 14 jours, notamment à Aix-en-Provence[291].

Le , en provenance de Wuhan, 28 Français et 36 ressortissants d'autres pays européens, dont cinq Suisses et deux de leurs proches chinois, ont atterri à l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle. Les ressortissant suisses et leurs proches chinois, pris en charge par le DFAE, ont été soumis à une quarantaine en Suisse[292]. Vingt personnes sont alors en quarantaine dans plusieurs cantons, y compris des croisiéristes du MS Westerdam débarqués à Sihanoukville au Cambodge[293]. Ces derniers, testés négativement à plusieurs reprises, avaient pu prendre l'avion. Mais ils ont été mis en quarantaine en raison d'un autre passager qui avait été testé positivement après le débarquement. Leur quarantaine a été levée le [294].

Le , le DFAE annonce que quatre ressortissants suisses se trouvent à bord du bateau de croisière Grand Princess, immobilisé au large de San Francisco en raison de cas de coronavirus détectés à bord[295].

Le , alors que la Suisse est en état de situation extraordinaire et que le Conseil fédéral demande d'éviter tout déplacement à l'étranger, le voyagiste TUI Suisse suspend son programme mondial de voyages jusqu'au 27 mars. La société travaille au rapatriement des voyageurs en Suisse, la plupart d'entre eux peuvent rentrer sur des vols réguliers[296].

Le , le Maroc a suspendu les liaisons aériennes avec 25 pays supplémentaires, dont la Suisse. Bien que les vols de retour soient toutefois autorisés, des dizaines de milliers de touristes, dont des centaines de Suisse, se retrouvent en grande difficulté pour regagner leur pays. Le Département fédéral des affaires étrangères déclare vouloir favoriser leur retour. Dès le , au moins cinq vols affrétés par des compagnies aériennes basées en Suisse ont pu être effectués au départ de Marrakech et des vols supplémentaires ont été prévus par ces compagnies dans le courant de la semaine. S’agissant de vols commerciaux, les voyageurs suisses doivent effectuer les réservations nécessaires et prendre à leur charge les frais correspondants. Par ailleurs, le DFAE rappelle que selon la loi, les ressortissants suisses ne peuvent pas revendiquer le droit à une prise en charge par la Confédération lors d'une situation de crise. Celle-ci peut apporter une aide et un soutien subsidiaire, dans le respect du principe de proportionnalité et dans la mesure de ses moyens. Les voyageurs suisses portent la responsabilité de la préparation et de l'exécution d'un voyage à l'étranger. Par ailleurs, ceux-ci doivent s'informer en tout temps sur une situation particulière et entreprendre les démarches pour trouver des solutions alternatives (hébergement à l'hôtel, changement de réservation, annulation et option de retour alternatif) avec l'aide de leur propre assurance de voyage, compagnie aérienne et tour-opérateur[297].

Qualité de l'air[modifier | modifier le code]

Sur la base des résultats de stations de mesures en Suisse, le Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche (EMPA) a comparé les taux de pollution de l'air par des oxydes d'azote (NOx) avant, en période de transition et pendant les mesures de confinement. Les premières observations montrent une chute de la pollution dès le 17 mars. Une étude était en cours au début du mois d'avril[298].

Politique[modifier | modifier le code]

Le , les Chambres fédérales prennent la décision d'interrompre la session parlementaire de printemps[299].

Le , le Conseil fédéral annonce le report des votations fédérales et cantonales du . D'ici la fin du mois de mai, il décidera l'éventuelle inscription des objets soumis à votation au prochain scrutin fédéral, le 27 septembre[300]. Les récoltes de signatures pour les différentes initiatives populaires sont également suspendues, jusqu'au 31 mai[300],[301].

Le , les bureaux des deux chambres du Parlement ont annoncé une session extraordinaire, consacré aux défis de la pandémie. La session extraordinaire aura lieu le 4 mai 2020[302]. Vu que les chambres du Palais fédéral ne permettent pas aux 246 parlementaires de respecter les distances sociales, cette session aura lieu dans une salle de 6 000 m2 — la superficie d'un terrain de football — louée pour l'occasion au palais d'exposition de Berne[303],[304].

Médias[modifier | modifier le code]

Le , le parlement fédéral décide de subventionner fortement les médias, à hauteur de 50 millions de francs environ, ces médias ayant été perçus comme indispensables par ces temps de pandémie, parce qu'ils informent et accompagnent la population[305].

Sport[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de la décision prise par la Confédération le 28 février d'interdire les manifestations de plus de 1 000 personnes, puis celle du 13 mars d'interdire les manifestations de plus de 100 personnes, de nombreux événements sportifs ont été annulés, reportés ou encore suspendus en Suisse ou à l'étranger[306].

Le , l'Association suisse de football (ASF) décide de suspendre ses championnats jusqu'au [307]. Le , l'ASF suspend tous les matchs de football de toutes les catégories et de toutes les catégories d'âge[308]. Les championnats de Super League et de Challenge League sont suspendus jusqu'à au moins fin avril avec comme objectif de terminer la saison d'ici l'été. Du 23 au 30 mars l'équipe de Suisse devait participer à un tournoi amical au Qatar, avec des matches contre la Belgique et la Croatie, qui a été annulé.

Le , une assemblée extraordinaire de la National League de hockey décide de suspendre ses matchs jusqu'au [309],[310]. Au , les playoffs de National League et de Swiss League sont annulés. Cette saison ne verra pas le titre de champion de Suisse attribué et il n'y aura aucune relégation ni aucune promotion. Tous les championnats de hockey (MySports League, ligue féminine, relève, seniors) sont également annulés.

En athlétisme, les championnats suisses de cross prévus le sont annulés[311], tout comme les championnats suisses de semi-marathon prévus le . La course de Chiètres, les 20 km de Lausanne et le Grand Prix de Berne entre autres sont annulés[312]. Le marathon de Zurich qui devait accueillir les championnats suisses de marathon est reporté[313] et les championnats sont annulés. Le , la Fédération suisse d'athlétisme décide d'annuler tous les meetings et toutes les manifestations prévus en mars et en avril[314]. Les championnats suisses d'athlétisme prévus les 26 et à Bellinzone sont repoussés à une date ultérieure[315].

Le , la SwissBasketball décide de l'annulation des matchs de LNA et LNB messieurs, et LNA et LNB dames de la saison 2019-2020. Le titre de champion de Suisse sera peut-être attribué. L'arrêt des compétitions concerne également les Coupes de Suisse messieurs et dames, les championnats des juniors CSJ, U13, U15, U17 et U20 filles et garçons. La fédération de basket demande également à ses clubs d'annuler tous leurs tournois, leurs matches et leurs entraînements[316],[317]. Le même jour, la fédération suisse de volleyball décide de l'annulation des championnats de LNA dames et messieurs, LNB dames et messieurs, 1re ligue, ligues régionales et juniors. L'attribution éventuelle des titres de champion de Suisse et de la Coupe de Suisse, dont les finales sont également annulées, doit encore être discutée[318]. La Fédération suisse de handball a décidé de l'arrêt de tous les championnats de handball dès le . Les finales de la Coupe de Suisse sont annulées[319]. La Fédération suisse de natation annule les championnats de Suisse en grand bassin, prévus aux Vernets à Genève du 2 au 5 avril. En badminton, les playoffs de LNA sont suspendus. Les matchs de tennis de table ont été suspendus jusqu'à fin avril par Swiss Table Tennis.

Le Swiss ski décide de l'annulation des finales de la Coupe du monde de ski cross prévues le 14 mars à Veysonnaz[320] ainsi que les épreuves de Coupe du monde de ski freestyle de Silvaplana agendées les 21 et 22 mars. Au niveau national, les championnats suisses de ski alpin, qui devaient se dérouler au Val d'Anniviers du 30 mars au 5 avril 2020, et de ski de fond à Realp du 27 au 29 mars, sont annulés.

En ski-alpinisme, la Patrouille de la Maya à Saint-Martin prévue le 1er mars, le Défi des Faverges à Crans-Montana prévu le 21 mars, les Trophées du Muveran prévu le 5 avril, sont annulés. Le 13 mars, le commandement de la Patrouille des glaciers, prévue du 27 avril au 3 mai, décide de son annulation[321].

La grande finale du Freeride World Tour, l’Xtreme de Verbier, qui devait se dérouler entre le 31 mars et le 8 avril, est annulée[322].

Le , est annoncé l'annulation de l'édition 2020 du Tour de Romandie. Auparavant l'Union cycliste internationale (UCI) avait décidé de suspendre toutes les épreuves « dans les territoires identifiés à risque par l'Organisation mondiale de la santé ». Le parcours de l'édition 2020 sera si possible reprise en 2021[323].

Le , est annoncée l'annulation de l'édition 2020 du Tournoi de tennis de Genève qui devait se dérouler de 16 au [324].

Le 21 mars, les Championnats du monde de hockey sur glace qui devait se dérouler en Suisse durant le mois de mai sont officiellement annulés.

Le , est annoncée l'annulation de l'édition 2020 du Tour de Suisse, une première depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale[325].

Le 29 mai, la Swiss Football League décide de reprendre les championnats de Super League et Challenge League à partir du 19 juin 2020.

Impact psychologique[modifier | modifier le code]

La pandémie semble augmenter le nombre de pensées suicidaires[326]. Selon le responsable de l'antenne lucernoise de la Main tendue, la tendance suicidaire chez les plus de 65 ans a augmenté de manière "dramatique" durant le semi-confinement[327]. L'association Stop Suicide lance une campagne adaptée à la crise[328].

Des mesures sont prises: Une fondation suisse présidée par David de Rothschild créé le site web Covid-Out pour remédier aux difficultés de santé mentale dues notamment au confinement[329].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Y compris le Liechtenstein.

Références[modifier | modifier le code]

(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « COVID-19-Fälle in der Schweiz und Liechtenstein » (voir la liste des auteurs).
  1. a b c d e f g h i et j [PDF]Office fédéral de la santé publique, Unité de direction Santé publique, « Maladie à coronavirus 2019 (Covid-19) - Rapport sur la situation épidémiologique en Suisse et dans la Principauté de Liechtenstein », sur bag.admin.ch (consulté le 10 septembre 2020)
  2. « L'OMS qualifie désormais l'épidémie de Covid-19 de «pandémie»: les nouvelles du 11 mars », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mars 2020)
  3. « L'OMS classe officiellement le Covid-19 comme pandémie », RTS Info,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mars 2020)
  4. « L'Europe est désormais "à l'épicentre" de la pandémie de Covid-19, dit l'OMS », RTS Info,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mars 2020)
  5. (en) Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, « Week 36, 2020 - Covid surveillance report », sur https://ecdc.europa.eu/, (consulté le 14 septembre 2020) : « As of 9 September 2020, the 14-day case notification rate for the EU/EEA and the UK was 66 (country range: 4–244) per 100 000 population. »
  6. « Le coronavirus en chiffres et en cartes », sur rts.ch, Radio télévision suisse, (consulté le 30 mai 2020)
  7. Bayron Schwyn et Nicolas Willemin, « Coronavirus: une crèche neuchâteloise fermée après des cas suspects », ArcInfo,‎ (lire en ligne)
  8. (de) SRF, « Spreitenbach: Ein ganzer Kindergarten muss in Quarantäne », sur srf.ch, (consulté le 17 mars 2020)
  9. Andrée-Marie Dussault, « Il y a six mois, un dentiste tessinois infecté lors d’un colloque à Milan introduisait le coronavirus en Suisse Le jour où le Covid-19 est arrivé », Le Courrier,‎ , p. 7 (www.lecourrier.ch)
  10. « Le Tessin a enregistré le premier cas de coronavirus en Suisse », RTS Info,‎ (lire en ligne)
  11. « Huit cas de coronavirus en Suisse, dont deux malades en Suisse romande », sur rts.ch, (consulté le 28 février 2020)
  12. « Neuf cas détectés, dont un dans le canton de Vaud », 24 Heures,‎ (lire en ligne, consulté le 16 mars 2020)
  13. « Coronavirus: toutes les nouvelles du vendredi 28 février », La Côte,‎ 28 février 2020, 9h49 (lire en ligne, consulté le 17 mars 2020)
  14. « Valais: un premier cas de coronavirus détecté », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mars 2020)
  15. Dimitri Mathey, « Coronavirus: le patient valaisan aurait été contaminé sur son lieu de travail », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mars 2020)
  16. « Un premier cas de coronavirus décelé dans le canton de Berne », La Liberté,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mars 2020)
  17. « Bienne: 45 élèves en quarantaine dans un lycée technique », La Liberté,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mars 2020)
  18. a b et c Deux nouveaux cas de coronavirus annoncés dans le canton de Genève, , Radio télévision suisse.
  19. Nouveau coronavirus - Situation actuelle en Suisse, , Office fédéral de la santé publique OFSP
  20. « Un premier cas de coronavirus en Gruyère », La Gruyère,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mars 2020)
  21. Lea Gloor et Nicolas Willemin, « Un premier cas de coronavirus dans le canton de Neuchâtel », ArcInfo,‎ (lire en ligne)
  22. a et b « Une dizaine de nouveaux cas de Covid-19 annoncés en Suisse », La Liberté,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mars 2020)
  23. « Mesures renforcées contre le Covid-19 et nouveaux événements annulés », sur rts.ch, (consulté le 15 mars 2020)
  24. « Coronavirus: le nombre de personnes infectées en Suisse se porte à 37, douze cantons touchés », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mars 2020)
  25. (de) Canton de Schwytz, « Coronavirus: Drei bestätigte Fälle im Kanton Schwyz » [PDF], sur sz.ch, (consulté le 17 mars 2020)
  26. a et b « Coronavirus: un cas confirmé dans le canton de Saint-Gall », Agefi,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mars 2020)
  27. Radio télévision suisse, « La situation sur le front du Covid-19 est sérieuse, estime l'OFSP », sur rts.ch, (consulté le 15 mars 2020)
  28. « Plusieurs nouveaux cas d'infection dans le canton de Vaud », 24 Heures,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mars 2020)
  29. « Un premier décès lié au coronavirus enregistré en Suisse, dans le canton de Vaud », sur rts.ch, (consulté le 5 mars 2020)
  30. RTS Info, « La première victime du coronavirus souffrait de problèmes respiratoires », sur rts.ch, (consulté le 15 mars 2020).
  31. « Direct - Coronavirus », Tribune de Genève,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2020)
  32. (de) « New coronavirus », sur bag.admin.ch (consulté le 11 mars 2020)
  33. « Pas de fermeture de frontière entre la Suisse et la France pour l'instant », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  34. Stéphanie Schmidt, « Coronavirus : la Suisse décrète l’état de nécessité dans l'ensemble du pays », sur Trust My Science, (consulté le 13 mars 2020)
  35. (de) « Erster Corona-Fall in Obwalden », sur luzernerzeitung.ch, Luzerner Zeitung, (consulté le 15 mars 2020)
  36. a b c et d OFSP, « Nouveau coronavirus : Situation en Suisse et à l’étranger - Situation en Suisse », sur bag.admin.ch (consulté le 10 septembre 2020).
  37. a b c d et e Ordonnance 2 du 13 mars 2020 sur les mesures destinées à lutter contre le coronavirus (COVID-19), RS 818.101.24. (page consultée le 17 mars 2020).
  38. Radio Lac, « Coronavirus - toutes les infos du lundi 16 mars »
  39. ATS, « La Suisse a vraisemblablement passé le pic de l'épidémie », 24 heures, (consulté le 23 octobre 2020)
  40. « La Suisse a vraisemblablement passé le pic de l’épidémie de Covid-19 », sur rts.ch (consulté le 6 juin 2020).
  41. La Liberté, « Coronavirus: le résumé du 16 avril »
  42. a et b Keystone-ATS, « La Suisse à l'heure de l'"endiguement strict" », Lausanne FM, (consulté le 23 octobre 2020)
  43. Conseil fédéral - SECO, « Plans de protection »
  44. Radio télévision suisse, « Grâce à la baisse du nombre de nouveaux cas, l'OFSP veut mieux tracer les contaminations », sur rts.ch, (consulté le 29 mai 2020)
  45. Grégoire Baur, « La suisse passe en mode "endiguement strict" », Le Temps, (consulté le 23 octobre 2020)
  46. LFM, « Coronavirus - Un déconfinement coordonné en 3 étapes »
  47. 24 Heures, « Les jardineries, coiffeurs et bricos sont prêts »
  48. a et b LFM, « Coronavirus - Magasins, restos et musées pourront ouvrir le 11 mai »
  49. Le Temps, « Les restaurants rouvriront en petit comité »
  50. Le Nouvelliste, « Coronavirus: les plans des cantons suisses pour le retour à l'école »
  51. a et b LFM, « Coronavirus - Fin de l'état de situation extraordinaire »
  52. RFJ, « La première vague est derrière nous »
  53. a et b Le Conseil Fédéral, « Coronavirus : le Conseil fédéral décide un large assouplissement pour le 6 juin », sur admin.ch, (consulté le 23 octobre 2020)
  54. a et b République et canton de Genève, « COVID-19 - 6. Restrictions et fermetures »
  55. Arcinfo, « Vacances d’été en Suisse: les villes pénalisées, les montagnes favorisées »
  56. Le Nouvelliste, « Coronavirus: la Suisse rouvre ses frontières avec tous les pays de l’UE le 15 juin »
  57. OFSP - Office fédéral de la santé publique, « Coronavirus : retour à la quasi-normalité et simplification des règles de protection de la population »
  58. Radio Lac, « CORONAVIRUS - Les Suisses pourront télécharger l’appli Swisscovid dès jeudi »
  59. Agefi, « La Suisse a enregistré 58 nouveaux cas de coronavirus »
  60. a et b « Coronavirus: masques obligatoires dans les transports publics en Suisse », sur Bilan (consulté le 27 novembre 2020)
  61. Le Temps, « En quarantaine après des vacances en Suède, dans les Balkans ou en Amérique »
  62. Office fédéral de la santé publique - OFSP, « Nouveau coronavirus : quarantaine obligatoire pour les voyageurs entrant en Suisse »
  63. Le Matin, « Les Suisses écourtent leurs vacances aux Baléares »
  64. https://www.lenouvelliste.ch/articles/suisse/coronavirus-les-suisses-qui-se-rendent-en-norvege-seront-places-en-quarantaine-10-jours-962660
  65. « Grisons/Schaffhouse/Zoug – Bruxelles place trois cantons suisses sur sa liste orange », sur 24 heures (consulté le 27 novembre 2020)
  66. «La situation suisse est dangereusement stable», (consulté en la tribune de genève)
  67. Le Temps, « Covid-19: on ne soigne pas des tests, mais des personnes malades! »
  68. RTS, « Les cas de Covid-19 augmentent, mais pas les hospitalisations: pourquoi? »
  69. « Coronavirus: les grandes manifestations seront de nouveau autorisées dès octobre, sous certaines conditions », sur www.letemps.ch, (consulté le 27 novembre 2020)
  70. « Angoisse des milieux sportifs sur la limite à 1000 personnes », sur rts.ch, (consulté le 27 novembre 2020)
  71. Le Temps, « Les masques seront obligatoires dans les commerces de Fribourg et du Valais »
  72. « COVID-19: hausse inquiétante des cas positifs - République et Canton du Jura », sur www.jura.ch (consulté le 27 novembre 2020)
  73. « Coronavirus: "L'inquiétude est le mot du moment" », sur lfm.ch (consulté le 27 novembre 2020)
  74. Judith Monfrini, « Covid-19: une nette péjoration de la situation à Genève », sur radiolac.ch (consulté le 27 novembre 2020)
  75. « Covid-19: la deuxième vague en Suisse? Les hospitalisations en hausse », sur rts.ch, (consulté le 27 novembre 2020)
  76. « La Suisse face à une nouvelle déferlante de coronavirus », sur www.letemps.ch, (consulté le 27 novembre 2020)
  77. « Pourquoi le Conseil fédéral se contente d'uniformiser les mesures contre Covid-19 », sur www.heidi.news (consulté le 27 novembre 2020)
  78. https://www.rts.ch/info/suisse/11694688-canton-par-canton-la-liste-des-nouvelles-mesures-anticovid19.html
  79. https://www.lenouvelliste.ch/dossiers/coronavirus/articles/coronavirus-et-hopitaux-valaisans-le-risque-de-saturation-existe-les-solutions-aussi-994548
  80. a b c d et e « Coronavirus : Le Conseil fédéral a pris des mesures « draconiennes » », Le Matin,‎ (ISSN 1018-3736, lire en ligne, consulté le 28 octobre 2020)
  81. Radio télévision suisse, « Nouvelles mesures anti-Covid19: interview d'Alain Berset - Radio », sur Play RTS, (consulté le 28 octobre 2020)
  82. Annick Chevillot, « Les nouvelles mesures du Conseil fédéral seront-elles suffisantes pour juguler l'épidémie? », Heidi.news,‎ (lire en ligne, consulté le 28 octobre 2020)
  83. « Coronavirus – Les cantons romands ferment les uns après les autres », sur Tribune de Genève (consulté le 27 novembre 2020)
  84. https://www.agefi.com/home/politique/detail/edition/online/article/le-jura-ferme-des-lundi-ses-bars-restaurants-musees-et-cinemas-les-reunions-publiques-et-privees-de-plus-de-5-personnes-sont-interdites-499570.html
  85. « Informations COVID-19 Suisse », fichier Excel (covid_19_data_switzerland.xlsx), téléchargeable en bas de page (lien My GitHub Repo).
  86. Office fédéral de la santé publique (OFSP), « Nouveau coronavirus : Situation en Suisse et à l’étranger » (les nombres indiqués sur le site de l'OFSP n'incluent que les cas et décès dont la date est connue).
  87. « Nouveau coronavirus : Voici comment nous protéger », sur www.bag.admin.ch (consulté le 15 mars 2020)
  88. ATS, « Coronavirus: entre 250’000 et 400’000 personnes auraient été infectées en Suisse », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne)
  89. (en) Silvia Stringhini, Ania Wisniak, Giovanni Piumatti, Andrew S. Azman et al., « Repeated seroprevalence of anti-SARS-CoV-2 IgG antibodies in a population-based sample from Geneva, Switzerland », medRxiv,‎ , p. 2020.05.02.20088898 (DOI 10.1101/2020.05.02.20088898, lire en ligne, consulté le 9 mai 2020)
  90. Marc Renfer, RTS, « Un Genevois sur dix a été exposé au Covid-19, selon une nouvelle étude », sur rts.ch, (consulté le 9 mai 2020)
  91. HUG - Hôpitaux Universitaires Genevois, « Séroprévalence COVID-19 : Première estimation de la prévalence d’anticorps anti-SARS-CoV-2 IgG dans la population genevoise », sur www.hug.ch, (consulté le 9 mai 2020)
  92. Loi fédérale du 28 septembre 2012 sur la lutte contre les maladies transmissibles de l’homme (Loi sur les épidémies, LEp), État le 1er janvier 2017, RS 818.101. (page consultée le 14 mars 2020).
  93. [PDF] Message du 3 décembre 2010 concernant la révision de la loi fédérale sur la lutte contre les maladies transmissibles de l’homme 10.107, FF 2011 291, (page consultée le 30 mars 2020).
  94. Alain Berset: «Aucun cas» de coronavirus identifié en Suisse, Le Temps (quotidien suisse), 24 février 2020
  95. Ordonnance sur les mesures destinées à lutter contre le coronavirus (COVID-19) du 28 février 2020 (page consultée le 14 mars 2020).
  96. Agence télégraphique suisse, « L'OFSP apporte des précisions après les mesures annoncées vendredi », sur rts.ch, (consulté le 31 mai 2020)
  97. « Propagation du Covid-19 en Suisse: trois morts et près de 500 cas », La Liberté,‎ (lire en ligne, consulté le 15 mars 2020).
  98. (de) Florian Seliger, « «Testen, testen, testen»? – Kaum ein anderes europäisches Land hat das Testing so schleppend ausgebaut wie die Schweiz », NZZ,‎ (lire en ligne)
  99. Luigi Jorio, « Des «détectives sanitaires» pour freiner le coronavirus en Suisse », sur swissinfo.ch, Swissinfo, (consulté le 31 mai 2020)
  100. Office fédéral de la santé publique OFSP, « Nouveau coronavirus : traçage des contacts », sur www.bag.admin.ch (consulté le 31 mai 2020)
  101. François Ruchti et Dimitri Zufferey, « Les centres de traçage cantonaux sont saturés », sur Radio télévision suisse, (consulté le 19 octobre 2020)
  102. Aïna Skjellaug, « Pour l’aide au traçage, doit-on aligner les civilistes? », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 26 octobre 2020)
  103. a et b Anouch Seydtaghia, « Exposée au niveau mondial avec SwissCovid, l’EPFL est sous pression », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 31 mai 2020)
  104. a et b « App pour tracer les contacts: utilité, fonctionnement, arbitrages, applicabilité, risques », sur www.ictjournal.ch (consulté le 31 mai 2020)
  105. (de) Felisa Peral, « Die Geschichte der SwissCovid App aus unserer Sicht », sur www.ubique.ch, (consulté le 31 mai 2020)
  106. Rodolphe Koller, « L'app de traçage fédérale pourrait être déployée dès le 11 mai », sur www.ictjournal.ch, ICTJournal, (consulté le 31 mai 2020)
  107. Anouch Seydtaghia, « Application de traçage: le parlement exige une base légale solide », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 29 mai 2020)
  108. « Test de SwissCovid possible sur tous les smartphones Android », sur swissinfo.com, Swissinfo, (consulté le 29 mai 2020)
  109. Agence télégraphique suisse, « Coronavirus: l’application SwissCovid testée par le grand public », ArcInfo,‎ (lire en ligne)
  110. Agence télégraphique suisse, « SwissCovid: près de 330 cas positifs ont été annoncés sur l'app », Le Nouvelliste,
  111. Florian Delafoi, « Traçage dans les restaurants: le canton de Vaud redouble de vigilance », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 26 octobre 2020)
  112. a et b RTS Info, « Les manifestations d'ampleur interdites en Suisse en raison du coronavirus », sur rts.ch, (consulté le 15 mars 2020)
  113. « Coronavirus : le Conseil fédéral interdit les grandes manifestations », sur www.admin.ch (consulté le 28 février 2020)
  114. Nouveau coronavirus - Interdiction des grandes manifestations : explications, , Office fédéral de la santé publique OFSP
  115. Nouveau coronavirus: Critères d’application de l’interdiction de manifestations, Conférence des directrices et directeurs cantonaux de la santé, 5 mars 2020
  116. RTS Info, « Écoles fermées, réunions de plus de 100 personnes interdites: le suivi en direct des nouvelles mesures », sur rtsinfo.ch, (consulté le 13 mars 2020).
  117. Boris Busslinger, « Contre le coronavirus, la discipline suisse », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 21 mars 2020)
  118. a et b (de) « Kampf gegen Corona-Aerosole - Lüften, lüften, lüften », sur Schweizer Radio und Fernsehen (SRF), (consulté le 30 octobre 2020)
  119. « L'OMS reconnaît une possible transmission du Covid-19 par l'air », sur RTS, (consulté le 30 octobre 2020)
  120. « Coronavirus en Suisse: Des spécialistes critiquent l’OFSP pour ses mesures de protection », sur 20 minutes, (consulté le 30 octobre 2020)
  121. Neuf postes-frontières fermés au Tessin à cause du Covid-19, 11 mars. 2020, La Liberté.
  122. Mise en place des contrôles aux frontières prévus dans l’accord de Schengen, 15h31, 13 mars 2020, Le suivi de l'épidémie de coronavirus, Radio télévision suisse.
  123. a et b Coronavirus : le Conseil fédéral qualifie la situation de « situation extraordinaire » et renforce les mesures, Chancellerie fédérale (Suisse), 16 mars 2020
  124. « EN DIRECT - Coronavirus: Près de 11’000 personnes refoulées aux frontières », Le Nouvelliste,‎ 19 mars 2020, 16h46 (lire en ligne, consulté le 19 mars 2020)
  125. « Écoles fermées, réunions de plus de 100 personnes interdites: la Suisse durcit ses mesures », sur rts.ch/info, .
  126. « Sondage SSR sur les mesures de restriction de liberté prises par le Conseil Fédéral: réaction de Laurent Kurth - Radio », sur Play RTS (consulté le 24 mars 2020)
  127. Anouch Seydtaghia, « Swisscom aidera la Confédération à détecter les attroupements via les téléphones », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 25 mars 2020)
  128. Armée suisse, « Information du Médecin en chef de l'armée au personnel du DDPS concernant COVID-19 », sur vtg.admin.ch, (consulté le 18 mars 2020)
  129. Armée suisse, « COVID-19 : l’armée prête à apporter son appui », sur vtg.admin.ch, (consulté le 18 mars 2020)
  130. Armée suisse, « Premier cas d’infection au coronavirus à l’armée », sur vtg.admin.ch, (consulté le 18 mars 2020)
  131. Armée suisse, « Coronavirus: Soutien de l'armée par l'intermédiaire du service d'appui », sur vtg.admin.ch, (consulté le 18 mars 2020)
  132. a b c et d Radio télévision suisse, « L'armée déployée dès lundi pour soutenir les hôpitaux face au Covid-19 », (consulté le 15 mars 2020)
  133. a b et c « L'armée va se déployer dès lundi en Suisse », 24 Heures,‎ (lire en ligne, consulté le 19 mars 2020)
  134. Armée suisse, « Engagement de l’armée CORONA 20 : élargissement de l’aide apportée au canton du Tessin », sur vtg.admin.ch, (consulté le 18 mars 2020)
  135. a et b Armée suisse, « Bataillon d'hôpital 5 », sur vtg.admin.ch (consulté le 15 mars 2020)
  136. Armée suisse, « L'armée stoppe le recrutement dans toute la Suisse », sur vtg.admin.ch, (consulté le 15 mars 2020)
  137. Armée suisse, « L'armée a pris des mesures contre le coronavirus », sur vtg.admin.ch, (consulté le 18 mars 2020)
  138. Armée suisse, « Brigade logistique 1 », sur vtg.admin.ch (consulté le 18 mars 2020)
  139. a et b Confédération suisse, « Coronavirus : le Conseil fédéral qualifie la situation de « situation extraordinaire » et renforce les mesures », sur admin.ch, (consulté le 18 mars 2020)
  140. a b c d e et f Dimitri Mathey, « Coronavirus: l’armée suisse va acheter 900 respirateurs dans les prochains jours », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne, consulté le 19 mars 2020)
  141. « Histoire de la protection civile », sur www.babs.admin.ch (consulté le 26 avril 2020)
  142. « Engagement de la protection civile dans le cadre de la crise du coronavirus », sur www.babs.admin.ch (consulté le 17 avril 2020)
  143. « La protection civile engagée depuis un mois pour une mobilisation historique », sur rts.ch, (consulté le 18 avril 2020)
  144. Radio télévision suisse, « Militaires et civilistes font front commun pour renforcer les hôpitaux », sur rts.ch (consulté le 26 mars 2020)
  145. DEFR, « Informations sur le Coronavirus », sur admin.ch (consulté le 26 mars 2020)
  146. « COVID-19 - Maintien des restrictions de circulation pour le weekend », sur GE.CH – République et canton de Genève, (consulté le 17 avril 2020)
  147. « La caserne des Vernets au cœur du plan pour les SDF », sur 20 Minutes (consulté le 17 avril 2020)
  148. « Toujours plus de repas livrés à domicile », sur 20 Minutes (consulté le 17 avril 2020)
  149. « Gollion: 350 membres de la protection civile à pied d’œuvre », La Côte,‎ (lire en ligne, consulté le 21 mars 2020)
  150. Gregory Cassaz et Sabine Papilloud, « Un parcours spécial coronavirus mis en place à l’Hôpital du Valais », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne, consulté le 21 mars 2020)
  151. a et b Jean-Yves Gabbud et Gregory Cassaz, « Coronavirus: du désinfectant pour les mains à prix coûtant dès mardi en Valais », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne, consulté le 21 mars 2020)
  152. (it) Ente Ospedaliero Cantonale (EOC), « Ospedali e Istituti », sur eoc.ch (consulté le 15 mars 2020)
  153. « Plus de 200 cas de coronavirus en Suisse, annonce le Conseil fédéral », sur rts.ch, (consulté le 7 mars 2020)
  154. RTS Info, « Près de 50 nouveaux cas de coronavirus en Suisse en 24 heures », sur rts.ch, (consulté le 7 mars 2020).
  155. a et b RTS Info, « Au Tessin, fermeture des cafés et des commerces non-alimentaires », sur rts.ch, (consulté le 15 mars 2020)
  156. Jérôme Cachin, « Tous les patients atteints sont transférés à Locarno », 24 heures,‎ (lire en ligne, consulté le 15 mars 2020).
  157. Lorraine Fasler, « Coronavirus: manifestations de plus de 100 personnes interdites à Genève », sur Tribune de Genève, (consulté le 11 mars 2020).
  158. « Genève: manifestations limitées à 100 personnes au maximum », sur laliberte.ch, La Liberté, (consulté le 11 mars 2020)
  159. a et b Sébastien Telley, « Le Conseil d’Etat place le canton en « état de nécessité » », sur radiolac.ch, (consulté le 16 mars 2020)
  160. « La stratégie de Genève pour combattre le coronavirus », sur tdg.ch, Tribune de Genève, (consulté le 11 mars 2020)
  161. « Genève : le médecin cantonal testé positif au coronavirus », sur tdg.ch, Tribune de Genève, (consulté le 17 mars 2020)
  162. « Sur fond d'épidémie et d'inquiétude, les TPG rabotent leur réseau », sur tdg.ch, Tribune de Genève, (consulté le 19 mars 2020)
  163. « COVID-19 | Point de situation sur le réseau des tpg | tpg », sur www.tpg.ch, (consulté le 4 mai 2020)
  164. « Genève décrète l'état de nécessité et repasse en semi-confinement », sur rts.ch, (consulté le 2 novembre 2020)
  165. (de) « Aargauer Veranstalter brauchen ab 150 Personen eine Bewilligung: So setzt der Kanton das Verbot des Bundes um. », sur aargauerzeitung.ch, Aargauer Zeitung, (consulté le 7 mars 2020)
  166. La Fédération des hôpitaux vaudois, fhv.ch.
  167. Jérôme Cachin, « Les 27 000 employés du Canton au travail pendant l'épidémie », 24 heures,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2020).
  168. Le Conseil d’État (Vaud) prend des mesures urgentes de protection de la population, canton de Vaud, 13 mars 2013
  169. a et b Laurent Antonoff, « Crise du coronavirus – «Le système de traçage des Vaudois n’est pas défaillant» », 24 Heures, (consulté le 18 septembre 2020)
  170. a et b « Le canton de Vaud referme les boîtes de nuit dès jeudi », Le Matin,‎ (ISSN 1018-3736, lire en ligne, consulté le 18 septembre 2020)
  171. Arthur Grosjean, « Crise du Coronavirus – «Vaud est un danger Covid pour toute la Suisse» », 24 Heures, (consulté le 18 septembre 2020)
  172. Marie Nicollier, « Traçage du Covid-19 – Le point sur la quarantaine à la vaudoise », 24 heures, (consulté le 18 septembre 2020)
  173. Liste des manifestations annulées ou reportées – état de situation : lundi 02.03.2020 à 16h00, Hotline et Informations sur le Coronavirus, État de Vaud
  174. Stéphane Gobbo, Le Cully Jazz annule sa 38e édition et craint une possible faillite, 9 mars 2020, Le Temps.
  175. Listes des hôpitaux, Direction de la santé, des affaires sociales et de l’intégration, Canton de Berne.
  176. (de) « Der Kanton Bern greift besonders hart durch. », sur srf.ch, Schweizer Radio und Fernsehen, (consulté le 7 mars 2020)
  177. Service de la santé publique, Canton du Valais, « Hôpitaux et cliniques », sur vs.ch (consulté le 15 mars 2020)
  178. Romain Carrupt, « Le médecin pense que j’ai été contaminé ce week-end : La réaction de Frédéric Favre testé positif au coronavirus », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne)
  179. Stéphane Gobbo, « Le FIFF ne s’avoue pas vaincu et dévoile une édition « 34 et demi » », Le temps,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2020).
  180. a b et c État de Fribourg, « Covid-19 : le Conseil d’État édite une directive et renforce sa stratégie sanitaire », sur fr.ch, (consulté le 15 mars 2020)
  181. Service de la santé publique, République et canton de Neuchâtel, « Réseau hospitalier neuchâtelois », sur ne.ch (consulté le 15 mars 2020)
  182. RTN, « Les écoles et les crèches neuchâteloises ferment jusqu’au 30 avril », sur rtn.ch, (consulté le 17 mars 2020)
  183. RTN, « Neuchâtel aussi en état d'urgence », sur rtn.ch, (consulté le 17 mars 2020)
  184. Service de la santé publique (SSA), République et canton du Jura, « Etablissements hospitaliers », sur jura.ch (consulté le 15 mars 2020)
  185. La Liberté, « Les Grisons ferment à leur tour commerces et restaurants », sur liberte.ch, (consulté le 16 mars 2020)
  186. RTS Info, « Le canton de Neuchâtel ordonne aussi la fermeture des commerces non-alimentaires », sur rts.ch, (consulté le 16 mars 2020)
  187. (de) « Nidwalden verbietet Anlässe mit mehr als 200 Personen. », sur luzernerzeitung.ch, Nidwaldner Zeitung, (consulté le 7 mars 2020)
  188. Anne Lévy nommée directrice de l’Office fédéral de la santé publique, Office fédéral de la santé publique, 3 avril 2020
  189. « Division Maladies transmissibles », sur www.bag.admin.ch (consulté le 3 avril 2020)
  190. Daniel Koch, « Monsieur coronavirus" à la Confédération », sur radiosregionales.ch,
  191. Stefan Kuster, le "Monsieur Corona" de la Confédération, démissionne de l'OFSP, Radio télévision suisse, le 23 septembre 2020
  192. Valérie Hauert, « Comment les hôpitaux suisses se préparent à faire face au coronavirus », RTS Info,‎ (lire en ligne)
  193. Armée suisse, « Engagement de l’armée CORONA 20 : élargissement de l’aide apportée au canton du Tessin », sur vtg.admin.ch, (consulté le 15 mars 2020)
  194. « On enlève toute protection au personnel soignant », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mars 2020)
  195. « La Grèce accusée d’avoir abandonné plus de 1 000 migrants en Méditerranée depuis mars », sur 20 Minutes (consulté le 17 août 2020)
  196. ATS, « Zurich – Non, le Covid-19 n'est pas qu'une pneumonie virale », Tribune de Genève,‎ 21.04.2020, 14h12 (ISSN 1010-2248, lire en ligne, consulté le 19 août 2020)
  197. « COVID-19 : ce qu'il faut savoir », sur www.who.int (consulté le 6 novembre 2020)
  198. « Scientists warn of new coronavirus variant spreading across Europe », sur swissinfo.ch, (consulté le 6 novembre 2020)
  199. (en) « Spread of a novel SARS-CoV-2 variant across Europe in summer 2020 », sur ethz.ch (consulté le 6 novembre 2020)
  200. « La Suisse fait face à une pénurie de matériel médical - Radio », sur rts.ch, Radio Suisse romande 1, (consulté le 31 mai 2020)
  201. « "Le manque de matériel médical en Suisse? C'est une catastrophe!" », sur rts.ch, (consulté le 31 mai 2020)
  202. a et b « Le Conseil fédéral restreint les exportations de matériel médical », sur SWI swissinfo.ch, Swissinfo, (consulté le 31 mai 2020)
  203. Pierre Nebel et Didier Kottelat, « La Suisse veut acheter des centaines de millions de masques, à quel prix? », sur rts.ch, Radio télévision suisse, (consulté le 31 mai 2020)
  204. Conseil fédéral (Suisse), « Mesures visant à atténuer les conséquences de la pandémie de coronavirus sur l’économie et la société – deuxième annonce tardive concernant le supplément l au budget 2020 », sur parlament.ch, (consulté le 31 mai 2020)
  205. « La Suisse s’assure l’accès à 4,5 millions de doses d’un vaccin », sur La Tribune de Genève (consulté le 7 août 2020)
  206. Michel Guillaume, « Coronavirus: face à la peur de la population, la leçon d’hygiène des autorités suisses », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 31 mai 2020)
  207. « Les hôpitaux suisses doivent annoncer leurs places en soins intensifs », sur Agefi, .
  208. « Firmenich va offrir 20 tonnes de gel aux HUG », 20 Minutes,‎ (lire en ligne)
  209. Victorien Kissling et Tybalt Félix, « Santé, quotidien, autorités, ce que pensent les Suisses du coronavirus », sur rts.ch, Radio télévision suisse, (consulté le 31 mai 2020)
  210. Victorien Kissling, « Le röstigraben entre Romands et Alémaniques face aux mesures contre le Covid-19 », sur rts.ch, Radio télévision suisse, (consulté le 31 mai 2020)
  211. Victorien Kissling, « La confiance dans la gestion du Covid par les autorités chute, selon un sondage SSR », RTS, (consulté le 30 octobre 2020)
  212. Michel Guillaume, « Coronavirus: le Conseil fédéral provoque un séisme », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 31 mai 2020)
  213. « Film "Paroles de seniors sur le confinement" », sur Fondation Leenaards - Favoriser la dynamique créatrice (consulté le 7 novembre 2020)
  214. Radio télévision suisse, « Le plan de déconfinement progressif du Conseil fédéral continue de faire grincer des dents », sur rts.ch, (consulté le 31 mai 2020)
  215. Didier Kottelat, Radio télévision suisse, « La stratégie de déconfinement du Conseil fédéral fait une majorité de mécontents », sur rts.ch, (consulté le 31 mai 2020)
  216. ATS, « Coronavirus: une majorité de Suisses soutient les mesures du gouvernement », Swissinfo,‎ (lire en ligne)
  217. « Les rebelles du Covid ont manifesté à Zurich: «Ce masque est une muselière» », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 29 août 2020)
  218. « Des centaines de personnes défilent contre le masque à Delémont et Zurich », sur Radio télévision suisse, (consulté le 29 août 2020)
  219. Agence télégraphique suisse, « Genève: un millier de personnes manifestent contre les mesures de protection contre le coronavirus », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne)
  220. « Un rassemblement anti-masque réunit 1000 personnes à Genève », sur rts.ch, (consulté le 13 septembre 2020)
  221. « Covid-19. Manifestation anti-masques à Genève : pourquoi ils se mobilisent ? », Le Dauphiné libéré, (consulté le 13 septembre 2020)
  222. (de) Denis von Burg, Mischa Aebi, Raphael Moser Foto, « Interview mit Alain Berset – «Es ist unsinnig, uns diktatorisches Verhalten vorzuwerfen» », Tages-Anzeiger, (consulté le 13 septembre 2020)
  223. (en) SonntagsZeitung/sb, « Swiss health minister warns over ‘imported’ anti-coronavirus movement », sur Swissinfo, (consulté le 13 septembre 2020)
  224. ATS, « Zurich: la police disperse un rassemblement de «corona-sceptiques» », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne)
  225. ATS, « Le personnel de la santé, sur la Place fédérale, a dû être protégé par la police », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne)
  226. ATS, « Les coronasceptiques se radicalisent en Suisse », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne)
  227. (en) Organisation mondiale de la santé (OMS), « Coronavirus disease (COVID-2019) situation reports », sur who.int (consulté le 7 mars 2020).
  228. (de) « Schweiz: Ärzte melden Corona-Fälle per Fax », Tages-Anzeiger (consulté le 21 mars 2020)
  229. (de) Adrienne Fichter, « Die Zahl der Todesfälle haben wir aus Wikipedia entnommen », Republik (de),‎ (lire en ligne)
  230. Steven Wagner, « Les lacunes aberrantes de la collecte de données à l’OFSP », sur ICT Journal, (consulté le 21 mars 2020)
  231. « COVID-19 Information Switzerland », sur www.corona-data.ch (consulté le 30 mars 2020)
  232. « L’informaticien qui défie la Berne officielle », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 30 mars 2020)
  233. « corona-data.ch Competitive Analysis, Marketing Mix and Traffic - Alexa », sur www.alexa.com (consulté le 8 mai 2020)
  234. « bagapps.ch Competitive Analysis, Marketing Mix and Traffic - Alexa », sur www.alexa.com (consulté le 8 mai 2020)
  235. « Le coronavirus en chiffres et en cartes », sur rts.ch, (consulté le 8 mai 2020)
  236. Paul Ronga, « L’expansion du nouveau coronavirus dans le monde – Le Temps », sur LeTemps.ch (consulté le 8 mai 2020)
  237. « 66 nouveaux cas en 24 heures: les grandes étapes de la pandémie », sur www.heidi.news (consulté le 3 août 2020)
  238. S. R. F. Data, « Coronavirus: les chiffres en Suisse », sur SWI swissinfo.ch (consulté le 8 mai 2020)
  239. a b et c « OFSP », sur www.covid19.admin.ch (consulté le 5 novembre 2020)
  240. (de) « Todesfälle in der Schweiz nach Altersgruppen », sur dwcdn.net/OFSP, (consulté le 7 mai 2020)
  241. « Données du rapport de situation pour le coronavirus (XLS) », sur OFSP, (consulté le 7 mai 2020)
  242. a et b « Le coronavirus en chiffres et en cartes », sur rts.ch, (consulté le 18 avril 2020)
  243. a et b Daniel Probst, « COVID-19 Information for Switzerland », sur corona-data.ch (consulté le 9 mai 2020)
  244. a et b Rédaction NXP - 24 Heures, « Cas d'infection au Sars-CoV-2 en Suisse », sur 24heures.ch (consulté le 21 mars 2020)
  245. Quel est l'âge et le sexe des victimes en Suisse ?, 24 Heures (Suisse), 27 mars 2020
  246. (en) Cheng Zhao, Burcu Tepekule, Nicola G. Criscuolo et Pedro D. Wendel Garcia, « icumonitoring.ch: a platform for short-term forecasting of intensive care unit occupancy during the COVID-19 epidemic in Switzerland », Swiss Medical Weekly,‎ (ISSN 1424-3997, DOI 10.4414/smw.2020.20277, lire en ligne, consulté le 19 octobre 2020)
  247. Arnaud Chiolero et Stéphane Cullati, « Informer en temps d’épidémie: comment faire mieux », Bulletin des médecins suisses, vol. 101, no 35,‎ , p. 1040–1042 (DOI 10.4414/bms.2020.19063, lire en ligne, consulté le 19 octobre 2020)
  248. « Les bourses américaines connaissent leur pire semaine depuis 2008 », lapresse.ca,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mars 2020)
  249. a et b « Table ronde de Guy Parmelin sur les répercussions économiques », RTS Info,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mars 2020)
  250. Swissinfo, « L'économie suisse est affectée par le coronavirus. Les entreprises ont recours au chômage partiel et demandent une aide. », sur swissinfo.ch, (consulté le 15 mars 2020)
  251. « L'économie suisse est affectée par le coronavirus. Les entreprises ont recours au chômage partiel et demandent une aide. », sur Play RTS, (consulté le 15 mars 2020)
  252. RTS Info, « Swiss gèle ses 1000 engagements en raison de l'épidémie de coronavirus », sur rtsinfo.ch, (consulté le 15 mars 2020).
  253. a et b Pierre-Alexandre Sallier, « La Bourse plonge, craignant une récession liée au Covid-19 », Tribune de Genève,‎ (lire en ligne, consulté le 7 mars 2020)
  254. Mathilde Farine, « Fâcher Washington, le ‹ cadet des soucis › de la BNS », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 18 mars 2020)
  255. Thomas Lemahieu, « Peu à peu, la « taxe corona » sur les fortunes s’impose en Europe », sur L'Humanité,
  256. « Aide de 700 millions de francs aux entreprises de transports », sur La Tribune de Genève (consulté le 12 août 2020)
  257. Maxime Kissou, « Les marchés à l'arrêt », Le Courrier,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  258. Chams Iaz, « Les supermarchés poursuivent leurs activités au détriment des marchés », Le temps,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mars 2020).
  259. Le Conseil fédéral, « Coronavirus : La Suisse étend les contrôles aux frontières et n’octroie plus de visas jusqu’à nouvel ordre », (consulté le 30 mars 2020)
  260. Secrétariat d'Etat aux migrations, « FAQ refus d'entrée »
  261. « Les frontaliers de la santé ont leur propre douane », 24 Heures,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mars 2020)
  262. « Cointrin limite plus sévèrement l’accès à sa plateforme », 24 Heures,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2020)
  263. « Deux tiers de vols en moins à Genève Aéroport », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2020)
  264. « Le grounding a commencé, Berne doit sauver Swiss », 24 Heures,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2020)
  265. Easyjet, « Les vols Easyjet sont cloués au sol jusqu’à nouvel ordre »
  266. 24 Heures, « L'aéroport tourne au ralenti »
  267. https://www.arcinfo.ch/dossiers/coronavirus/articles/coronavirus-easyjet-reprend-des-vols-depuis-geneve-des-le-15-juin-940158
  268. https://www.lenouvelliste.ch/dossiers/coronavirus/articles/crise-du-coronavirus-easyjet-supprime-4500-postes-soit-pres-d-un-tiers-de-ses-effectifs-941891
  269. « Swiss veut reprendre son envol à partir de juin », sur Bilan (consulté le 27 novembre 2020)
  270. a et b « "Pas de retour à la normale avant 2-3 ans" à l'aéroport de Genève », sur rts.ch, (consulté le 27 novembre 2020)
  271. « Aéroport de Genève: un bilan encourageant un mois après la reprise des activités », sur radiolac.ch (consulté le 27 novembre 2020)
  272. « L’aéroport de Zurich remonte la pente », sur www.lematin.ch, (consulté le 27 novembre 2020)
  273. « Coronavirus: la course contre la montre des Suisses bloqués à l’étranger », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2020)
  274. « Le DFAE rapatrie des touristes d'Amérique latine », 24 Heures,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2020)
  275. a b et c 24 Heures, « Le 8e vol de rapatriement d'Amérique latine a atterri »
  276. Le Nouvelliste, « Coronavirus: Le dernier vol de rapatriement a atteri à Zurich »
  277. Office fédéral des transports, « Le coronavirus et les transports publics », (consulté le 30 mars 2020)
  278. « Coronavirus, Les CFF et CarPostal vont réduire leurs prestations », Le Matin,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2020)
  279. « Coronavirus: le point sur l’offre de transports publics en Valais », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2020)
  280. Transports publics de la région lausannoise (TL), « Coronavirus : la santé est la priorité absolue des tl », (consulté le 30 mars 2020)
  281. « Transports publics, le casse-tête du déconfinement en Suisse », sur www.letemps.ch, (consulté le 27 novembre 2020)
  282. https://www.lenouvelliste.ch/dossiers/coronavirus/articles/coronavirus-les-suisses-veulent-moins-utiliser-les-transports-en-commun-a-l-avenir-942983
  283. https://www.arcinfo.ch/dossiers/coronavirus/articles/coronavirus-les-trains-cff-et-les-bus-postaux-a-moitie-remplis-946109
  284. « Le masque obligatoire dans les transports dès lundi », sur www.lematin.ch, (consulté le 27 novembre 2020)
  285. « Les Suisses voyagent désormais masqués », sur www.letemps.ch, (consulté le 27 novembre 2020)
  286. RTS, « L'impact très net des mesures contre le coronavirus sur le trafic dans les villes suisses »
  287. 24 Heures, « Les seigneurs des routes d'Europe broient du noir »
  288. Tribune de Genève, « Coronavirus: Aucun automobiliste ne fait demi-tour au Gothard »
  289. Le Matin, « Coronavirus: Pas de bouchon au Gothard à Pâques »
  290. « Les entreprises s'arment face au coronavirus », Tribune de Genève,‎ (lire en ligne, consulté le 21 mars 2020).
  291. Dimitri Mathey, « Coronavirus: les Suisses évacués de Chine ont atterri près de Marseille », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne, consulté le 19 mars 2020)
  292. « Cinq Suisses sont rapatriés de Chine », 24 Heures,‎ (lire en ligne, consulté le 19 mars 2020)
  293. « Suisses en quarantaine et lieux publics fermés en Italie à cause du coronavirus », sur rts.ch, RTS Info, (consulté le 19 mars 2020)
  294. « Coronavirus: la Suisse ne prend pas de mesures supplémentaires, mais le Tessin tremble », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 19 mars 2020)
  295. RTS Info, « Ecoles postobligatoires, cinémas et théâtres fermés au Tessin, bistrots en sursis », sur rts.ch, (consulté le 15 mars 2020).
  296. « Coronavirus: la Suisse entière en état d'urgence jusqu'au 19 avril », Agefi,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mars 2020)
  297. « Le DFAE rappelle qu'il n'existe pas de droit au rapatriement en Suisse », sur rts.ch, RTS Info, (consulté le 19 mars 2020)
  298. « Empa - Air Pollution / Environmental Technology - COVID-19 », sur www.empa.ch (consulté le 9 avril 2020)
  299. RTS Info, « Reports et retards: les conséquences de l'arrêt de la session parlementaire », sur rts.ch, (consulté le 16 mars 2020)
  300. a et b Yan Pauchard et Bernard Wuthrich, « La démocratie suisse se met en mode pause », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 20 mars 2020)
  301. Ordonnance du 20 mars 2020 sur la suspension des délais applicables aux initiatives populaires fédérales et aux demandes de référendum au niveau fédéral du , RS 161.16.
  302. RTS Info, « Le parlement tiendra une session extraordinaire à Bernexpo », sur parlement.ch, (consulté le 7 avril 2020)
  303. 24 Heures, « Coronavirus - Parlement en session extraordinaire à Bernexpo »
  304. LFM, « La session parlementaire dédiée au Covid-19 coûtera 3,4 millions »
  305. Brulhatour, « Suisse : plus de 20 millions de francs pour les radios régionales », sur www.lalettre.pro, (consulté le 12 mai 2020).
  306. RTS Sport, « Coronavirus: le sport à l'arrêt, petit état des lieux », sur rts.ch, (consulté le 16 mars 2020)
  307. « Suisse: la SFL suspend les championnats jusqu'au 23 mars », sur laliberte.ch, La Liberté, (consulté le 7 mars 2020)
  308. « Coronavirus: toutes les nouvelles du vendredi 13 mars », sur www.arcinfo.ch, (consulté le 15 mars 2020)
  309. « National League/Swiss League: pas de matches avant le 17 mars », sur rts.ch, Radio télévision suisse - Sport, (consulté le 7 mars 2020)
  310. « Face au virus, le sport en ordre dispersé », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 7 mars 2020)
  311. « CS de cross : annulés », sur www.swiss-athletics.ch, (consulté le 23 mars 2020)
  312. « Courses pédestres: plus de 70 courses pédestres annulées | Promosports », sur promosports.ch, (consulté le 23 mars 2020)
  313. (de) « Information zum Coronavirus | ZüriLaufCup 2020 », sur zuerilaufcup.ch (consulté le 23 mars 2020)
  314. « Mesures face au coronavirus : les conséquences pour l’athlétisme suisse », sur www.swiss-athletics.ch, (consulté le 23 mars 2020)
  315. « Les CS élite de Bellinzona sont repoussés », sur swiss-athletics.ch, (consulté le 8 avril 2020)
  316. « Coronavirus - Situation au 12.03.2020 », sur swiss.basketball, (consulté le 16 mars 2020)
  317. Hugo Da Custodia, « Coronavirus: le basket suisse bientôt à l'arrêt », sur rhonefm.ch, Rhône FM, (consulté le 16 mars 2020)
  318. « Annulation totale des championnats pour les volleyeurs et les volleyeuses », sur arcinfo.ch, ArcInfo, (consulté le 16 mars 2020)
  319. « Le championnat de handball est annulé dès maintenant », sur handball.ch, (consulté le 16 mars 2020)
  320. RTS Sport, « Skicross: les finales à Veysonnaz annulées », sur rts.ch, (consulté le 16 mars 2020)
  321. Commandant de la Patrouille des Glaciers - Armée suisse, « La Patrouille des Glaciers 2020 est annulée » [PDF], sur pdg.ch, (consulté le 16 mars 2020)
  322. Gregory Cassaz, « L’Xtreme de Verbier, qui devait célébrer sa 25e édition fin mars, n’aura pas lieu. », sur lenouvelliste.ch, (consulté le 16 mars 2020)
  323. « Cyclisme: édition 2020 du Tour de Romandie annulée », sur rts.ch, RTS - Sport, (consulté le 17 mars 2020)
  324. « Le Geneva Open 2020 officiellement annulé », sur www.tdg.ch, (consulté le 3 avril 2020)
  325. « Pas de Tour de Suisse en 2020! », sur tourdesuisse.ch, (consulté le 7 avril 2020)
  326. « Coronavirus: la pandémie a augmenté le nombre de pensées suicidaires », sur arcinfo.ch (consulté le 27 novembre 2020)
  327. « La tendance suicidaire des seniors a augmenté pendant le confinement », sur rts.ch, (consulté le 27 novembre 2020)
  328. « Stop Suicide lance une nouvelle campagne adaptée à la crise actuelle », sur rts.ch, (consulté le 27 novembre 2020)
  329. « Le confinement a laissé des traces psychiques - Paris Match Suisse », sur paris-match.ch, (consulté le 27 novembre 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]