Pandémie de Covid-19 en Europe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pandémie de Covid-19 en Europe
Décès mensuels Covid-19 Europe.png
    Décès confirmés mois par mois dus à la Covid-19 en Europe depuis le début de la pandémie en janvier 2020 jusqu'à fin décembre 2021[S 1].
Maladie
Agent infectieux
Origine
Localisation
Tous les pays d'Europe[a]
Principaux foyers européens (au moins 100 000 décès au ) :
Drapeau de la Russie Russie (article)
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni (article)
Drapeau de l'Italie Italie (article)
Drapeau de la France France (article)
Drapeau de l'Allemagne Allemagne (article)
Premier cas
Date d'arrivée

(2 ans et 4 jours)
Bilan
Cas confirmés
98 234 272 ()[S 1],[a]
Cas soignés
Pas de statistique disponible au [b].
Morts
1 614 381 ()[S 1],[a]

La pandémie de Covid-19, due au coronavirus SARS-CoV-2, frappe tous les continents dont l’Europe[a]. Après que l'Asie a été le foyer initial de cette épidémie au début de l'année 2020, l'Europe devient courant mars le nouveau foyer central de l'épidémie devenue pandémie. Celle-ci ralentit ensuite sur le continent européen à partir de la mi-avril et l'Amérique devient son foyer principal en . Au , la pandémie a été la cause d'au moins 5,4 millions de décès dans le monde, dont 1,6 million en Europe, soit 30 % du total mondial.

En Europe, tous les pays sont touchés, avec toutefois d'importantes disparités entre les pays mais aussi au niveau régional. Fin , la pandémie de Covid-19 a provoqué depuis son commencement 305 000 décès confirmés en Russie, 150 000 au Royaume-Uni, 138 000 en Italie, 124 000 en France, 112 000 en Allemagne, 102 000 en Ukraine, 98 000 en Pologne, 90 000 en Espagne. En proportion de la population, la Bulgarie est avec 442 décès pour 100 000 habitants le pays le plus durement touché en Europe, devant la Bosnie-Herzégovine (404), la Hongrie (401), la Macédoine du Nord (383), la Géorgie (373), la Tchéquie (341), la Croatie (308), la Slovaquie (307), la Roumanie (302), la Moldavie (290), la Slovénie (271), l'Arménie (270), la Lituanie (266), la Pologne (257) et la Belgique (248). La France (185) se situe au 34e rang dans le monde. L'Allemagne ne compte que 135 décès pour 100 000 habitants, au 49e rang dans le monde.

Les premiers cas européens sont détectés en France le , puis en Allemagne le et en Italie le . Au , tous les pays européens ont déclaré au moins un cas confirmé. Partout en Europe, des mesures de confinement sont prises à partir de la fin . Premier pays où l'épidémie prend d'inquiétantes proportions, l'Italie place en quarantaine onze villages du Nord le 24 février, tandis que se multiplient en Europe les annonces d'annulation de grands évènements sportifs et culturels. Le 8 mars, 17 millions d'Italiens sont placés en confinement strict, décision étendue le 10 mars à toute l'Italie qui devient ainsi le premier pays de la planète à généraliser sur l’ensemble de son territoire des mesures aussi draconiennes pour tenter d’enrayer la progression de la Covid-19. L'Espagne prend des mesures similaires à compter du , la France en fait autant le , suivie de l'Allemagne le . Le Royaume-Uni est le dernier des cinq grands pays d'Europe de l'Ouest à adopter le des mesures de confinement. Tous les pays d'Europe mettent en place un confinement strict ou partiel dans le courant du mois de mars.

Les pays les moins touchés par cette première vague de la pandémie, comme le Danemark, la Suisse ou l'Allemagne, entament le processus de déconfinement dès le mois d'avril. En Autriche, en Belgique ou encore au Portugal, le déconfinement est entamé le 4 mai. En Espagne comme en France l'essentiel des mesures de déconfinement sont mises en place par étape à partir du . En l'absence de rebond de l'épidémie, la levée des mesures de confinement s'accélère durant la seconde quinzaine de et la première de . La majorité des États membres de l'UE rouvrent le leurs frontières intérieures, sans ou avec certaines restrictions, et le leurs frontières extérieures avec une quinzaine d'États.

En septembre 2020, le nombre de cas confirmés qui est en augmentation depuis près de deux mois, atteint en moyenne 66 cas pour 100 000 habitants[c], soit un niveau trois fois supérieur à celui mesuré fin juillet. Corrélativement, les admissions à l'hôpital ou en soins intensifs ainsi que le nombre de décès imputables à la Covid-19 augmentent dans des proportions qui ne laissent plus de doute à la fin du mois sur l'existence d'une seconde vague. La seconde vague atteint brutalement en octobre et novembre 2020 la majorité des États européens. Au cours de la semaine du 2 au (S45), l'Europe[a] compte plus de 25 000 décès dus à la Covid-19, un nombre très voisin du pic atteint durant chacune des trois premières semaines d'avril. Des mesures de couvre-feu ou de reconfinement plus ou moins strictes sont mises en place par des dirigeants européens confrontés à la difficulté de trouver un point d'équilibre entre maintien de l’activité et mesures sanitaires efficaces. Malgré ces mesures, la seconde vague ne reflue pas et s'installe en et en sur un plateau à un niveau plus élevé que celui du pic de la première vague. Après une nette décroissance de l'épidémie en , une troisième vague atteint l'Europe en et . Depuis son pic à la mi-avril, elle reflue rapidement jusqu'en .

Les effets dévastateurs de la première vague de la pandémie conduisent l'industrie pharmaceutique à développer dans l'urgence des vaccins contre la Covid-19 avec le soutien massif de fonds publics. Les États membres de l'UE concluent à partir de des contrats groupés d’achat anticipé avec différents fabricants de vaccins. Les premiers vaccins sont développés en un temps record. En , le vaccin Pfizer–BioNTech est le premier à recevoir une autorisation conditionnelle de mise sur le marché par la Commission européenne. La Russie développe également des vaccins qu'elle propose à l'exportation. Les campagnes de vaccination commencent au Royaume-Uni, en Russie et dans l'UE en . Fin , 60 % de la population de l'UE est entièrement vaccinée.

La pandémie met à l'arrêt l'économie, obligeant les gouvernements à emprunter massivement pour éviter les faillites en chaîne des entreprises et limiter les conséquences sociales. Les prévisions économiques publiées par la Commission européenne début novembre tablent sur une rdécession de 7,4 % dans lus forte depuis 1945.

La crise met à rude épreuve la solidarité des membres de l'UE, chaque État réagissant initialement de son côté et gardant pour soi les ressources médicales dont il dispose pour faire face au coronavirus. À partir de la mi-mars 2020 toutefois, l'UE s'organise et prend des mesures sanitaires mais surtout économiques et sociales de grande ampleur. Des malades sont transportés de France et d'Italie vers des pays dont les hôpitaux ne sont pas saturés. Les dirigeants de l'UE s'accordent le sur un plan de relance de 750 milliards d'euros, historique de par son montant, mais aussi par son financement solidaire.

Historique[modifier | modifier le code]

Nombre quotidien de décès en Europe, Amérique et Asie
de février 2020 au 31 décembre 2021 - Moyenne mobile sur 7 jours[S 1],[d].

Le nouveau coronavirus SARS-CoV-2 à l'origine de la pandémie de Covid-19 est signalé pour la première fois en décembre 2019 dans la ville de Wuhan, en Chine. Les premiers cas en Europe sont signalés à la fin du mois de janvier 2020[2]. Il est toutefois très probable que des personnes aient été infectées plus tôt mais n'aient pas été diagnostiquées porteuses de ce nouveau virus[e],[3].

De à , l'Europe a été touchée par plusieurs vagues successives d'épidémie de Covid-19. Selon les données publiées par la Johns Hopkins University, la pandémie a causé au au moins 5,4 millions de décès dans le monde, dont 1,6 million en Europe, soit 30 % du total mondial. Les États-Unis avec 825 000 décès, le Brésil avec 620 000 décès et l'Inde avec 480 000 décès officiellement confirmés concentrent à eux trois plus d'une victime sur trois de la Covid-19 dans le monde. Rapporté à la population de chacune des trois grandes régions du monde figurant sur le graphique ci-contre, l'Amérique est la plus touchée avec 238 morts pour 100 000 habitants, suivie de l'Europe (194 morts) et de l'Asie (26 morts)[S 1],[S 2],[S 3],[S 4].

L'article Chronologie de la pandémie de Covid-19 en Europe décrit mois par mois les évènements marquants des vagues successives de l'épidémie depuis .

Première vague[modifier | modifier le code]

L'Europe[a] est touchée par une première vague en et, selon l'OMS[f], en devient rapidement l'épicentre. Le nombre de décès quotidien passe de quelques-uns par jour début mars à plus de 4 000 par jour au cours de la première quinzaine d'avril. En mars et avril, l'Europe est le principal foyer de la pandémie de Covid-19 dans le monde. Le pic du nombre de décès lié à la première vague de la pandémie est atteint courant avril en Europe. Durant ce mois, 3 700 décès sont enregistrés quotidiennement, dont 2 800 dans l'UE et 800 au Royaume-Uni. Les mesures d'endiguement de l'épidémie portent leur fruit après deux ou trois semaines. Le nombre de décès quotidien retombe à 2 500 fin avril, puis 1 500 mi-mai et autour de 700 en juin. La mortalité imputée au coronavirus chute ensuite rapidement et se stabilise dans une fourchette comprise entre 2 000 et 2 500 décès par semaine durant les mois de juin, juillet et août. La première vague est considérée être terminée, et les mesures de restriction des déplacements et des rassemblements sont très largement assouplies ou levées. La pandémie affecte alors surtout l'Amérique du Nord et du Sud[S 1],[S 5],[4].

Depuis le pic atteint début , le nombre de nouveaux cas confirmés diminue semaine après semaine jusque fin en Europe[a] de façon générale mais plus nettement dans les pays de l'UE. Cette situation est liée pour l'essentiel à la Russie où le pic n'est atteint que début et où le nombre de nouveaux cas ne baisse que lentement les semaines suivantes, et à la Suède où le nombre de cas est demeuré stable courant avant d'augmenter fortement début . Dans l'Union européenne, un point bas est atteint début juin : 24 000 cas seulement sont enregistrés au cours de la semaine du . Ce nombre demeure relativement stable, moins de 30 000 cas étant constatés durant chacune des cinq semaines suivantes.

Deuxième vague[modifier | modifier le code]

Nombre de décès cumulés dus à la Covid-19 en Europe, Amérique et Asie au 31 décembre 2021[S 1].

Le nombre de cas détectés par les tests, devenus d'usage répandu, augmente rapidement en Europe à la fin de l'été, passant de 189 000 cas hebdomadaires à 356 000 cas entre la mi-août et la mi-septembre 2020. La seconde vague de la pandémie se propage ensuite rapidement. Le pic est atteint durant la première semaine de novembre avec plus de 2 millions de cas[S 5]. L'augmentation du nombre de cas s'accentue en septembre dans l'UE, avec 162 000 cas en semaine 36 et 282 000 cas en semaine 39. Elle se poursuit en octobre où 642 000 cas sont dénombrés en semaine 42 et 1 270 000 cas en semaine 44 de 2020. Le pic de la seconde vague est atteint durant la première semaine de novembre avec plus de 1,5 million de cas[S 5].

Le nombre de décès demeure en juillet et août au niveau bas touché fin juin, tandis que le nombre de cas augmente à nouveau très fortement durant les mois d'été. Mesurée par le nombre de décès, la deuxième vague commence par atteindre plusieurs pays en septembre avant de se généraliser à presque toute l'Europe en octobre. Fin octobre, 2 500 décès sont déplorés quotidiennement, un nombre très voisin de celui constaté en Amérique. En novembre, le nombre de décès continue d'augmenter très rapidement en Europe, où durant la deuxième quinzaine 5 000 décès sont quotidiennement déplorés. En Amérique et en Asie, le bilan est respectivement de 3 000 et 1 500 décès par jour. En novembre et décembre, le nombre de décès est chaque semaine depuis la semaine du (29 435 décès en semaine 46) supérieur au pic de la première vague (28 686 décès en semaine 15). Au mois de janvier 2021, le nombre de décès constaté chaque semaine demeure aux niveaux les plus élevés depuis la pandémie[S 5].

En et , 160 000 décès sont déplorés chaque mois, soit le plus grand nombre de victimes de la Covid-19 depuis le début de la pandémie. Dans l'Union européenne, la seconde vague est d'une intensité et d'une durée supérieures à la première vague : le nombre de décès est chaque semaine depuis la semaine du (23 375 décès) jusqu'à la semaine du (23 040 décès) à peine inférieur ou supérieur au pic de la première vague (21 372 décès atteint durant la première semaine d').

Au Royaume-Uni, la seconde vague fait beaucoup plus de victimes que la première en raison de la diffusion rapide d'un variant plus contagieux : en , le pays déplore 31 225 décès à comparer aux 22 397 décès enregistrés en avril 2020. En et , le nombre de décès chute dans l'Union et au Royaume-Uni, mais dans des proportions moindres qu'à la fin de la première vague, sous l'effet des mesures de restriction sanitaire[S 5].

La campagne de vaccination s'ouvre début partout en Europe[S 1].

Troisième vague[modifier | modifier le code]

Un rebond de la pandémie est constaté au printemps 2021 résultant d'un assouplissement des restrictions sanitaires à un moment où la vaccination ne concerne encore qu'une minorité de la population. De à , la Covid-19 est responsable de plus de 100 000 morts chaque mois, soit autant qu'en , durant le pic de la première vague. Le nombre de décès chute en mai et juin pour se stabiliser en juillet. Le reflux de la troisième vague de la pandémie du printemps 2021 en Europe atteint son étiage durant la troisième semaine de avec moins de 300 000 cas et moins de 7 000 décès[S 1].

Quatrième vague[modifier | modifier le code]

Sous l'effet du variant Delta, l'Europe est touchée par une quatrième vague durant l'été 2021. Après une montée rapide fin juin et début juillet, le nombre de cas est quasiment stable autour de 1 000 000 par semaine en et , soit moitié moins qu'au pic de la seconde vague et un tiers de moins qu'au pic de la troisième vague. Le « passe sanitaire européen » est disponible dans tous les États membres depuis le [5],[6]. En raison de la campagne de vaccination mise en œuvre partout en Europe, le nombre de décès est en proportion du nombre de cas deux fois plus faible pendant l'été 2021 que lors des deux vagues précédentes[S 1].

En juin et juillet, environ 32 000 décès sont déplorés, un nombre qui monte à 46 000 décès en [S 1]. En , la Covid-19 est la cause de 59 000 décès en Europe, soit un taux moyen de 38 décès par million d'habitants sur 14 jours, à nouveau en hausse, avec des situations très contrastées d'un pays à l'autre : ce taux est inférieur à la moyenne en Allemagne (6), en France (19) ou au Royaume-Uni (26), mais supérieur dans des pays peu vaccinés comme la Russie (76) ou la Bulgarie (106)[S 1],[S 5]. En , tandis que la situation demeure stable dans la plupart des pays d'Europe occidentale, l'épidémie est en forte augmentation dans les Balkans[7] et en Europe orientale, portant le nombre de décès à 85 000 en Europe sur le mois. L'Europe est le seul continent où le nombre de victimes de la Covid-19 augmente en [8]. La Russie, où le taux de vaccination est inférieur de moitié à celui de l'UE et qui déplore environ 1 000 décès par semaine, est contrainte de prendre des mesures fortes de restriction sanitaire[9]. Les raisons pour lesquelles l'Europe de l'Est et du Nord est davantage touchée par le regain épidémique sont multiples : moindre couverture vaccinale, restrictions sanitaires plus légères, arrivée de l'hiver favorable au virus et aux contaminations en intérieur, relâchement de l'observation des gestes barrières et baisse de l'efficacité du vaccin après six mois. Mais l'ECDC estime que tous les pays de l'UE seront touchés par cette nouvelle vague. Le taux de décès demeure très lié à la couverture vaccinale et à la qualité du système de santé, très variables d'un pays à l'autre même au sein de l'UE[10].

Cinquième vague[modifier | modifier le code]

Proportion de variants Delta et Omicron du SARS-CoV-2 en Europe sur deux semaines[g],[S 2].

Début , l'Europe occidentale est à son tour concernée par une forte hausse du nombre de cas de Covid-19, au point que les médias français commencent à parler d'une cinquième vague de la pandémie, tandis que certains organismes ou pays d'Europe continuent de parler de quatrième vague[11]. La quasi-totalité des contaminations constatées en Europe est alors due au variant Delta. Toutefois le nouveau variant Omicron du SARS-CoV-2, détecté en pour la première fois, se diffuse rapidement d'abord au Royaume-Uni puis partout en Europe[12],[13]. Selon l'ECDC et l'OMS, le variant Omicron présente un risque très élevé que la vaccination seule ne permettra pas d'enrayer, en raison des déficits toujours existants, et exige donc un renforcement des restrictions sanitaires[14]. Au , le variant Omicron représente en Europe en moyenne sur les deux semaines précédentes 90 % des contaminations par le SARS-CoV-2. Sa grande contagiosité provoque une explosion du nombre de cas.

Comparaison avec la deuxième vague[S 1]
Pays / Ratio Novembre
2020
Novembre
2021
Cas Décès Cas Décès
Union européenne UE
Nbre / 100 000 hab. 1 167 21 1 346 11
Ratio Décès / Cas 1,8 % 0,8 %
Roy.-Uni
Nbre / 100 000 hab. 922 18 1 765 6
Ratio Décès / Cas 2,0 % 0,3 %

En , le taux d'incidence est de 300 cas ou plus sur 7 jours pour 100 000 habitants dans l'UE et en Europe dans son ensemble, bien au-delà du seuil d'alerte renforcée fixé à 150 cas. En , ce taux grimpe à 400 cas en raison de la propagation rapide du variant Omicron. L'Europe atteint un niveau record de contaminations quotidiennes depuis le début de la pandémie, amenant plusieurs pays à renforcer les mesures de restriction sanitaire[15],[16]. La cinquième vague est en novembre 2021 d'une ampleur supérieure au pic de la deuxième vague atteint en novembre 2020, mais elle entraîne en proportion deux à trois fois moins de décès[S 1]. Le taux d'incidence continue de grimper très rapidement jusqu'à être supérieur à 900 en Europe et à 1 200 dans l'UE durant les deux premières semaines de [S 5].

Selon les données des hospitalisations en France, l’épidémie est essentiellement le fait des personnes non vaccinées[17]. Les non-vaccinés hospitalisés ou admis en soins intensifs sont en proportion de la population non-vaccinée huit à dix fois plus nombreux que les patients entièrement vaccinés[S 6].

Nombre de décès depuis le début de la pandémie[modifier | modifier le code]

Le graphique ci-dessous montre le nombre de décès mensuels confirmés dus à la Covid-19 en Europe par groupe de pays (Union européenne, Russie, Royaume-Uni, autres pays d'Europe) de à [S 5].

Décès mensuels Covid-19 Europe par groupe de pays.png

Mesures de restriction sanitaire[modifier | modifier le code]

Indice composite de restrictions sanitaires (Université d'Oxford)[18].

L'université d'Oxford publie un indice composite de sévérité des restrictions sanitaires mises en place par les gouvernements dans le monde. Cet indice s'appuie sur huit indicateurs : fermeture des écoles, fermeture des lieux de travail, annulation des évènements publics, restrictions de rassemblements, fermeture des transports publics, confinement à domicile, restrictions sur les déplacements dans le pays, restrictions sur les déplacements internationaux. L'indice composite est calculé sur la base des valeurs attribuées à chaque indicateur et positionné sur une échelle de 0 à 100[h], la valeur 100 signifiant que la politique la plus restrictive possible aurait été adoptée pour tous les huit indicateurs[18],[19].

Le graphique ci-contre montre la valeur atteinte par cet indice pour les douze pays d'Europe les plus peuplés et pour une sélection de pays à six moments clés de la pandémie : en au plus fort de la première vague, en lorsque la pandémie est à son niveau le plus bas, en et quand la deuxième et la troisième vague sont respectivement à leur pic, en quand la quatrième vague est sur plateau stable durant l'été, ainsi qu'en . La dernière valeur affichée est celle au [18].

À cette dernière date, le Royaume-Uni a mis fin à la plupart des restrictions sanitaires, sauf celles concernant l'entrée sur son territoire à l'instar des autres pays européens, tandis que la France et l'Italie conservent des protocoles plus stricts incluant notamment l'usage du passe sanitaire et le port du masque, l'Allemagne s'inscrivant elle en-dessous de la moyenne des pays européens[20].

Une étude publiée par l'OFCE de Sciences Po met en évidence que deux de ces huit indicateurs, le confinement à domicile et la fermeture des écoles, rendent compte à elles seules des effets des restrictions sur la croissance. Ces deux mesures, qui maintiennent les actifs à domicile, soit directement par l’interdiction de sortie soit indirectement par la nécessité de garder les enfants, apparaissent selon cette étude comme étant les plus pénalisantes pour le fonctionnement de l’économie[21].

Campagne de vaccination contre la Covid-19 en Europe[modifier | modifier le code]

Stratégie de vaccination et de déploiement du passe sanitaire[modifier | modifier le code]

Campagne de vaccination des adultes[modifier | modifier le code]

L'organisation des campagnes de vaccination, alors que les premiers vaccins sont disponibles, devient courant le principal sujet de mobilisation des gouvernements. La campagne de vaccination débute le au Royaume-Uni[22], premier pays au monde à autoriser le vaccin Pfizer-BioNTech[23]. Dans l'UE[24], faisant suite à une recommandation scientifique positive par l'Agence européenne des médicaments (AEM), la Commission délivre le une autorisation de mise sur le marché conditionnelle pour le vaccin mis au point par BioNTech et Pfizer[25],[26]. À la fin , la Commission européenne a délivré cinq autorisations de mise sur le marché conditionnelle pour les vaccins mis au point par BioNTech et Pfizer, Moderna, AstraZeneca, Janssen et Novavax à la suite de l’évaluation positive de l’EMA concernant leur innocuité et leur efficacité[27],[28].

La vaccination débute également en Russie en avec le vaccin Spoutnik V développé dans ce pays[29].

Dose de rappel et vaccination des enfants[modifier | modifier le code]

À l'automne 2021, plusieurs pays européens amorcent une campagne ciblée d'administration d'une dose de rappel de vaccin afin de pallier la diminution progressive dans le temps de la réponse immunitaire. L'ECDC recommande un rappel uniquement pour des personnes dont le système immunitaire est gravement affaibli[30],[31]. L’AEM approuve, en , l’administration d’une troisième dose du vaccin de Pfizer-BioNTech ou de Moderna pour les plus de 18 ans[32],[33]. En , l'usage du vaccin de Janssen en dose de rappel est validé par l'AEM[34].

Fin , l'AEM autorise l'administration du vaccin à ARN messager de Pfizer-BioNTech aux adolescents de plus de 12 ans.

Le , l'AEM approuve l’utilisation d'un premier vaccin, celui à ARN messager de Pfizer-BioNTech, pour les enfants âgés de 5 à 11 ans[35].

Passe sanitaire et vaccination obligatoire[modifier | modifier le code]

Certificat Covid numérique de l'UE, dit passe sanitaire européen.

Jusqu'en , aucun pays européen n'a rendu obligatoire la vaccination de l'ensemble de sa population, mais plusieurs ont adopté cette mesure pour un groupe de personnes. Ainsi, en France les professionnels de santé ont l'obligation d'être vaccinés depuis le [36],[37]. Cette obligation s'applique depuis en Italie, où elle est étendue le aux travailleurs des secteurs public et privé[38]. Premier à franchir le pas, le gouvernement autrichien décide le de rendre la vaccination obligatoire à partir du [39].

Les gouvernements européens ont plutôt adopté une stratégie d'incitation à la vaccination via l'obligation de présenter un « passe sanitaire » pour se rendre dans certains lieux publics fermés. La très grande majorité des pays membres de l'UE l'a adopté ; en , seuls quatre États membres ne l'utilisent pas[i]. Au , près de 600 millions de certificats ont été émis dans l'espace économique européen, dont 137 millions en France[40].

Son déploiement en dehors de l'UE est en revanche limité. Le gouvernement britannique a renoncé à mettre en place un passe sanitaire en Angleterre, les députés de la majorité conservatrice s’y opposant farouchement. En Russie, le passe instauré à Moscou en est aboli trois semaines plus tard en raison de sa forte impopularité ; il est réintroduit en à Saint-Pétersbourg. Sa mise en œuvre est le plus souvent corrélée à l'allègement des restrictions sanitaires : confinement, fermeture des restaurants et des lieux de loisir. Le domaine d'usage du passe est souvent réduit lorsque la campagne de vaccination enregistre des progrès suffisants. En , en réponse au rebond de la pandémie, l'usage du passe sanitaire est à nouveau renforcé en Europe[41],[42],[43].

Avancement de la campagne de vaccination[modifier | modifier le code]

État des vaccinations au [S 7],[S 8]
Pays Doses administrées Dont doses
de rappel
pour 100 hab.
En
millions
Pour 100
habitants
Europe 1 158 154 29
Union européenne 787 176 38
dont France 131 194 42
dont Allemagne 158 189 47
Roy.-Uni 136 200 53
Russie 150 103 5
États-Unis 527 159 24
Chine 2 938 203 ND

Au , selon les tableaux de bord publiés par l'ECDC[S 8] et par Our World in Data[S 7], les États européens ont administré 1 158 millions de doses de vaccin, soit 154 doses pour 100 habitants. Parmi eux, les États de l'Union européenne en ont administré 787 millions depuis fin [44],[45], soit 176 doses pour 100 habitants, sur les 977 millions de doses qu'ils ont reçus ; dans ces pays, 74 % de la population totale a reçu au moins une dose et 70 % est entièrement vaccinée[S 3]. Ces valeurs sont respectivement de 84 % et 80 % pour la population âgée de 18 ans ou plus[S 3]. Avec respectivement 34 % et 49 % de leur population adulte complètement vaccinée, la Bulgarie et la Roumanie affichent les taux de vaccination les plus bas de l’UE[S 8].

Au Royaume-Uni, 76 % de la population totale a reçu au moins une dose et 70 % est entièrement vaccinée[S 7]. Ces proportions sont respectivement de 90 % et 83 % de la population âgée de 12 ans ou plus[46].

En Russie, 51 % de la population totale a reçu au moins une dose de l'un des quatre vaccins nationaux administrés, et 47 % est entièrement vaccinée[S 7].

À cette date, 73 % des doses administrées dans les États de l'UE sont le vaccin de Pfizer-BioNTech, 14 % celui de Moderna, 9 % celui d'AstraZeneca et 2 % celui de Janssen. La Hongrie est le seul pays de l'Union à avoir administré massivement des vaccins non homologués par l'Agence européenne des médicaments : le BBIBP-CorV du laboratoire chinois Sinopharm et le Sputnik V russe. Ces deux vaccins comptent pour 4,0 millions de doses sur les 15 millions administrées en Hongrie. La Slovaquie a aussi administré des doses du vaccin Sputnik V en très faible quantité[S 8],[47].

Le graphique ci-dessous montre le nombre cumulé de doses de vaccin contre la Covid-19 administrées pour 100 habitants.

Nombre de doses de vaccin contre la Covid-19 administrées en cumul pour 100 habitants[S 2].

Impact de la campagne de vaccination[modifier | modifier le code]

Une étude du Bureau régional de l'OMS pour l'Europe et de l'ECDC, publiée en , estime que 470 000 vies ont été sauvées parmi les personnes âgées de 60 ans et plus depuis le début du déploiement de la vaccination COVID-19 dans 33 pays d'Europe[j]. Dans ces pays, de à , 430 000 personnes de plus de 60 ans sont mortes de la Covid-19. D'après cette étude, la campagne de vaccination a permis de diviser par deux le nombre de décès. Concernant la France, 48 000 personnes de plus de 60 ans sont décédées et 39 000 vies ont été sauvées[48].

Traitements autorisés dans l'UE[modifier | modifier le code]

Fin , l'UE avait autorisé plusieurs traitements contre la Covid-19 après évaluation par l'AME[49]. Le dernier en date est le Paxlovid de Pfizer, premier traitement par voie orale qui ne nécessite donc pas d'hospitalisation pour être administré[50]. Le Paxlovid est un antiviral qui a pour effet d'empêcher le SARS-CoV-2 de se répliquer en ciblant et neutralisant sa protéase, une protéine virale cruciale pour le coronavirus. Parmi les autres médicaments autorisés, la plupart sont des anticorps monoclonaux conçus pour reconnaître la pointe de la protéine de surface du SARS-CoV-2, celle qui rentre en contact avec les cellules humaines pour lui permettre de les infecter[51].

Bilan sanitaire de la pandémie en Europe[modifier | modifier le code]

Principaux pays touchés en Europe où la population est d'au moins un million d'habitants (Bilan au )[S 6]
Pays Décès Cas
Rg.
Monde
Décès
/ 1 M. hab.
Nbre Nbre
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie 2 4 417 31 027 749 540
Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herz. 3 4 044 13 442 291 313
Hongrie 4 4 011 39 186 1 300 000
Macéd. du N. 5 3 829 7 975 225 730
Géorgie 6 3 727 13 905 937 640
Drapeau de la Tchéquie Tchéquie 7 3 409 36 219 2 500 000
Croatie 8 3 083 12 609 720 951
Slovaquie 9 3 066 16 701 1 400 000
Roumanie 10 3 019 58 796 1 800 000
Moldavie 12 2 902 10 290 376 602
Drapeau de la Slovénie Slovénie 13 2 710 5 603 466 554
Arménie 14 2 702 7 977 345 007
Lituanie 15 2 660 7 420 522 884
Pologne 18 2 570 97 592 4 100 000
Belgique 20 2 480 28 331 2 100 000
Italie 25 2 278 137 646 6 300 000
Royaume-Uni 26 2 246 149 324 13 300 000
Russie 28 2 106 304 284 10 400 000
France 34 1 850 123 942 10 300 000
Allemagne 49 1 353 112 161 7 200 000

L'Europe paie un lourd tribut aux vagues successives de la pandémie : à fin , quinze pays d'Europe[a] figurent parmi les vingt pays les plus touchés dans le monde sur le critère du nombre de décès confirmés par million d'habitants. Sur le critère du nombre de décès confirmés en valeur absolue, dix pays d'Europe figurent parmi les vingt pays les plus touchés : la Russie, le Royaume-Uni, l'Italie, la France, l'Allemagne, l'Ukraine, la Pologne, l'Espagne, la Turquie et la Roumanie. Sur le critère du nombre de cas confirmés, dix pays européens dénombrent plus de trois millions de cas : le Royaume-Uni, la Russie, la France, la Turquie, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, la Pologne, l'Ukraine et les Pays-Bas[S 6].

Selon une étude menée par des épidémiologistes et des mathématiciens de l'Imperial College London, le bilan de la première vague au printemps 2020 aurait été bien plus considérable si les gouvernements européens n'avaient pas pris dans le courant du mois de mars des mesures de confinement et plus généralement de réduction des contacts interpersonnels afin de réduire drastiquement la circulation et la propagation du virus. Cette étude estime qu'elles ont permis d'éviter autour de 3,1 millions de décès entre le début de l'épidémie et le dans les onze pays d'Europe étudiés[k],[52],[53],[54].

De mi-mars à mi-mai 2020, l'afflux de malades de la Covid-19 conduit à la saturation des services de santé de la plupart des pays européens, ou du moins au risque de leur saturation. Les mesures de strict confinement prises alors répondent en premier lieu à cette situation d'urgence, résultant du fait que les États européens ne s'étaient pas sérieusement préparés à une crise épidémique de grande ampleur. Cette double situation de saturation des systèmes de santé et de confinement a des effets sur la santé de la population qui vont au-delà de ceux résultant directement de la Covid-19 : l'offre de soins diminue car de nombreux actes sont reportés dans le temps par les établissements hospitaliers, et dans le même temps la demande de soins diminue par crainte du coronavirus. Le confinement a aussi des impacts sur la santé psychique d'une partie de la population, notamment les personnes âgées privées de visites[55].

Taux de létalité et comorbidités[modifier | modifier le code]

Bilan des décès au 31 août 2020
(rapport de l'OMS[l])
Rubrique Valeur
Age médian 81 ans
Hommes 58 %
Au moins un facteur de risque sous-jacent
dont :
95 %
Maladie cardiovasculaire 76 %
Diabète 40 %
Maladie pulmonaire 26 %
Maladie rénale 24 %

Selon un bilan publié par l'OMS fin , 88 % des personnes décédées sont âgées de plus de 65 ans et 95 % des personnes décédées étaient atteintes d'une maladie sérieuse. 76 % des personnes décédées souffraient d'une maladie cardiovasculaire, et 40 % du diabète. Les hommes représentent 58 % des décès[56]. Une étude américaine publiée début 2021 et consistant en une analyse de nombreuses publications sur ce sujet conclut que l'hypertension, le diabète, l'insuffisance rénale et l'obésité sont les facteurs de comorbidité les plus importants[57],[58]. Une étude menée en France confirme ces constats, tout en mettant en évidence que les personnes souffrant de certaines maladies chroniques comme la trisomie 21 ou la mucoviscidose sont les plus fragiles[59],[60].

À l'échelle de l'UE, l'ECDC publie dans son bulletin de surveillance de la Covid-19 du une analyse des facteurs de risques. qui porte sur plus d'un million de cas. Près de 30 % des décès sont survenus chez des personnes ne comportant pas de facteur de risque supplémentaire identifié. Les maladies associées à la Covid-19 induisant une probabilité élevée de décès des autres patients sont l'insuffisance rénale (taux de décès de 26 % chez les 7 445 patients concernés), les maladies neurologiques (23 % de 11 012 patients), l'hypertension (19,4 % de 13 986 patients) et le cancer (15,6 % de 37 086 patients)[61].

Le taux de létalité réel du SARS-CoV-2 est difficile à évaluer, faute de disposer de données précises sur le nombre réel de personnes contaminées. Une étude publiée en situe le taux de létalité dans une fourchette comprise entre 0,5 % et 1,8 %, un niveau très supérieur à celui de la grippe saisonnière compris entre 0,04 % et 0,5 %. La particularité du SARS-CoV-2 est que son taux de létalité varie fortement avec l'âge : presque nul en dessous de 45 ans, il est de 0,5 % entre 45 et 64 ans, de 3,1 % entre 65 et 74 ans, pour atteindre 11,6 % au-delà de 75 ans. Une étude menée en Espagne aboutit à des résultats comparables : un taux de létalité moyen de 0,8 %, qui croît très fortement avec l'âge, et plus élevé chez les hommes que chez les femmes[62]. En outre, en s’insinuant dans de multiples organes, le SARS-CoV-2 engendre des atteintes dont la durée et la réversibilité ne sont pas encore connues : même chez des personnes non hospitalisées, y compris jeunes et sans facteurs de co-morbidité, il peut provoquer un affaiblissement général associé à des symptômes dont le spectre et la sévérité commencent tout juste à être appréhendés[63].

Surmortalité[modifier | modifier le code]

L'analyse de la surmortalité est l'indicateur le plus fiable de l'impact de la pandémie de Covid-19 car elle est indépendante de la méthode de comptabilisation des décès dus à la Covid-19 d'un pays à l'autre[64]. La surmortalité constatée dans plusieurs pays européens n'est pas totalement imputable à la Covid-19, mais cette maladie en est de très loin la première responsable[m],[55]. Les données de surmortalité calculées par Eurostat sont l'écart entre la moyenne du nombre de décès durant les années 2016 à 2019 et le nombre de décès constaté en 2020 et 2021, mois par mois.

Taux de surmortalité dans l'Union européenne
(pourcentage de décès en excès par rapport au nombre attendu)[64].

L'Union européenne et l'EEE comptent une surmortalité de 580 000 décès entre mars et [65]. Le graphique montre que moins de décès qu'en moyenne sont survenus en janvier et février 2020 (- 5,7% et - 2,7% respectivement dans l'Union européenne). Un premier pic de surmortalité est constaté pour l'UE dans son ensemble en mars 2020 (+ 13,7%), puis en avril (+ 25,3%). Après une descente progressive durant les mois de mai à juillet, une poussée de la surmortalité réapparaît en août (+ 7,6%), septembre (8,0%) et octobre (+ 17,3%), suivie d'un pic élevé en novembre (+ 40,0%). Si une surmortalité est observée dans toute l'UE pendant l'année 2020, le pic des décès est atteint à différents mois et avec une intensité variable d'un pays à l'autre[64],[65].

Lors du premier pic de mortalité, en avril 2020, trois pays dépassent les 50 % de surmortalité : l'Espagne (+ 80,5 %), la Belgique (+ 73,1 %) et les Pays-Bas (+ 53,8 %), dans le même temps trois autres pays voient une augmentation supérieure à 35% de leur mortalité : l'Italie (+41,7%) où le pic a eu lieu en mars (+ 49,6 %), la Suède (+ 38,2 %) et la France (+ 36,4 %). Durant la seconde moitié de 2020, une deuxième forte augmentation de la surmortalité apparaît dans la plupart des États membres de l'UE, même dans ceux qui n'ont pas été particulièrement concernés par le pic du printemps. À partir de septembre, la surmortalité devient plus forte et généralisée, atteignant de nouveaux sommets en novembre. Elle diminue ensuite fortement de décembre 2020 à février 2021. Concurremment avec la troisième vague de la pandémie, elle croît à nouveau en mars et avril 2021, puis diminue à partir du mois de mai. Durant l'été 2021, elle connaît un rebond modéré avec la quatrième vague qui touche davantage l'Europe de l'Est et les pays baltes, où cette tendance haussière s'amplifie en et [66],[64].

La France a connu en 2020 la plus importante mortalité de son histoire récente, avec près de 667 400 décès enregistrés, soit 9 % de plus qu’en 2018 ou 2019. L’excédent de mortalité, toutes causes confondues, s’établit à 53 900 morts[67],[68].

La Russie connaît depuis longtemps un solde naturel négatif de sa population. La pandémie aggrave cette situation au point que, selon Rosstat, le nombre des décès a dépassé de 945 000 celui des naissances au cours des onze premiers mois de 2021, contre près de 575 000 pour la même période de l’année précédente[9],[69],[70].

Sous-estimation des décès imputables à la Covid-19[modifier | modifier le code]

Estimation des décès imputables à la Covid-19
(de janvier 2020 à novembre 2021)
Pays Estimation par The Economist (A) Statistique officielle (B) Ratio
(A) / (B)
Drapeau de la Biélorussie Biélorussie 51 107 4 876 10,5
Drapeau de la Turquie Turquie 312 427 73 955 4,2
Drapeau de la Russie Russie 919 244 252 999 3,6
Drapeau de l'Ukraine Ukraine 160 061 82 633 1,9
Drapeau de la Pologne Pologne 136 598 79 048 1,7
Drapeau de la Roumanie Roumanie 86 188 53 575 1,6
Espagne 108 825 87 743 1,2
Roy.-Uni 133 481 143 533 0,9
France 80 857 119 213 0,7

L'OMS estime que la surmortalité réelle liée au nouveau coronavirus est très supérieure aux chiffres fournis par les États[71].

Le bilan officiel de 5 millions de morts dans le monde à fin serait en réalité de 17 millions de morts selon l'hypothèse médiane établie par The Economist. En Europe, l'écart serait moindre, de l'ordre de 1,2 million en plus des 1,4 million officiellement recensés à fin [72],[73]. Les données régulièrement publiées par l'Institute for Health Metrics and Evaluation vont dans le même sens, avec toutefois un écart moindre entre les statistiques officielles de décès liés à la Covid-19 et une estimation selon un modèle basé sur l'excédent de mortalité et plusieurs autres critères afin d'estimer la part de l'excédent de mortalité due à la Covid-19[74],[75].

Les pays européens dont l'écart entre l'estimation de The Economist et les statistiques officielles est le plus élevé sont la Biélorussie (ratio de 10,5 entre les deux nombres), la Turquie (ratio de 4,2), la Russie (ratio de 3,6), l'Ukraine (ratio de 1,9), la Pologne (ratio de 1,7) et la Roumanie (ratio de 1,6). Pour les grands pays d'Europe de l'Ouest ce ratio est sensiblement plus faible, voire négatif : il est de 1,2 pour l'Espagne et l'Italie, de 0,9 pour le Royaume-Uni et l'Allemagne, de 0,7 pour la France[73].

En Russie, selon l'agence Rosstat la pandémie a été la cause directe ou indirecte de 626 000 décès d' à , soit plus du double des chiffres publiés par le gouvernement qui reposent sur une définition très restrictive des morts dus au coronavirus[70].

Conséquences de la pandémie en Europe[modifier | modifier le code]

Le , Gita Gopinath, la cheffe économiste du FMI, qualifie de « Grand Confinement » la crise mondiale résultant de cette pandémie, par référence à la Grande Dépression des années 1930 et à la Grande Récession des années 2010[76],[n].

Conséquences économiques[modifier | modifier le code]

Plus forte récession depuis 1945[modifier | modifier le code]

Variation du PIB dans l'Union européenne de T3 2019 à T4 2020[77].

En 2020, le PIB baisse de 6,1 % dans l'UE à Vingt-sept[78]. Au Royaume-Uni, le PIB enregistre une chute en 2020 de 9,8 %, la plus forte des pays du G7[79]. La situation est assez hétérogène entre les pays du Nord et de l'Est moins touchés et ceux du Sud déjà plus fragiles avant la pandémie, plus endettés et davantage sensibles à l'effondrement du tourisme : ainsi le PIB de l'Italie baisse en 2020 de 8,9 %, celui de l'Espagne de 10,8 %, tandis que la France voit sa richesse nationale baisser de 8,1 % et l'Allemagne de 4,8 %[78].

Les prévisions économiques publiées par la Commission européenne en tablent sur un retour à la croissance de 3,7 % en 2021 et 3,9 % en 2022. La plupart des pays de l'Union devraient avoir retrouvé leur niveau d'activité de fin 2019 d'ici la fin de 2021 ou le début de 2022, à l'exception de l'Espagne et de l'Italie très affectées par la chute des activités de services[80].

Creusement du déficit et bond de l'endettement public[modifier | modifier le code]

Pour limiter les impacts économiques et sociaux, les États européens ont engagé des moyens financiers d'une ampleur jamais vue en vue de soutenir les entreprises et les ménages. Selon le FMI, les plans de soutien mis en œuvre représentent 16 % du PIB au Royaume-Uni, 11 % en Allemagne, 8 % en France et 7 % en Italie. Il en résulte un creusement considérable des déficits publics et une augmentation corrélative des niveaux d'endettement[81],[82].

Ce retour de l'« État-providence » entraîne en 2020 un creusement spectaculaire du déficit budgétaire et corrélativement un bond de l'endettement des États européens. Ainsi, en un an, de fin 2019 à fin 2020, l'endettement des 27 pays de l'UE est passé de 77,6 % à 90,8 % du PIB. Dans sept pays, la dette publique dépasse 100 % du PIB : Grèce (206 %), Italie (156 %), Portugal (134 %), Espagne (120 %), Chypre (118 %), France (116 %) et Belgique (114 %). L'accroissement moyen de 13 points recouvre une disparité très importante d'un pays à l'autre. Il est plus élevé dans les pays déjà très endettés avant la pandémie : il est de 25 points en Espagne, de 21 en Italie et de 18 en France[83].

Cette situation inédite depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale est à l'origine d'un débat entre les économistes qui recommandent une annulation de tout ou partie de cette dette et ceux qui la jugent irréaliste[84].

Secteurs économiques touchés de plein fouet[modifier | modifier le code]

Nombre de passagers aériens en Europe en 2019 et 2020 (en millions)[85]
Graphique des ventes de voitures particulières en Europe (UE + AELE + GBR) trimestre par trimestre, sur les douze mois de 2020, comparées aux mêmes périodes de 2019[86].

Les mesures de confinement ont un lourd impact sur la consommation. En , par rapport à , l'indice des ventes de détail (corrigé des effets de calendrier) recule de 19,6 % dans la zone euro et de 18,0 % dans l'Union européenne[87].

Avions de la KLM stationnés à l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol, le 15 avril 2020.

Le transport aérien est touché de plein fouet par la pandémie de Covid-19[88]. La réduction des échanges avec la Chine entraîne une légère baisse du nombre de passagers en et , puis la fermeture des frontières se traduit par un effondrement du trafic dans le courant du mois de mars et un quasi arrêt au mois d'avril. Selon une étude publiée le par l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), le nombre de passagers a baissé en Europe en 2020, par rapport à l'année précédente, de 53 % en et de 96 % en . Dans cette étude, le scénario central élaboré par l'OACI prévoit sur l'ensemble de l'année 2020 une diminution de plus de 50 % du trafic passager[89],[85]. Les données hebdomadaires publiées par l'Airports Council International concernant le nombre de passagers passant par les aéroports européens montrent que la chute est brutale durant la seconde quinzaine de mars, au cours de laquelle la plupart des pays ont désormais des mesures strictes de confinement et de fermeture des frontières : la baisse constatée est de 10 % pour la semaine du , puis de 23 % pour la suivante, de 52 % durant celle du , et de 88 % pour celle du . En , la baisse est en moyenne de 98,6 %[90].

Secteur économique stratégique pour l'Europe, l'industrie automobile fournit 13,8 millions d'emplois directs ou indirects soit environ 6,1 % des emplois dans l'UE. Elle compte pour 7 % du PIB de l'UE[91]. Le secteur, déjà marqué par des ventes en recul au cours des deux premiers mois de 2020, est terriblement affecté par la pandémie. En , les ventes de voitures particulières enregistrent une baisse de plus de 50 % et s'effondrent de 78,3 % en . Sur les six premiers mois de l'année 2020, elles baissent de 40 % par rapport à la même période en 2019, et sur les neuf premiers mois de près de 30 %[86].

Le tourisme est durement affecté par les mesures de restriction des déplacements. Le nombre de nuitées dans les établissements de toutes natures recevant des hôtes payants s'établit à 353 millions de janvier à avril 2020 dans l'Union européenne, soit une baisse de 44 % par rapport à 2019. La baisse est de 62 % en mars et de 95 % en avril[92],[93].

La pandémie a aussi d'importantes conséquences sur la chaîne alimentaire en fragilisant la production et la récolte des produits alimentaires et en aggravant l'insécurité alimentaire des consommateurs les plus fragiles. Beaucoup de pays de l’ouest de l’Europe dépendent d’une main-d’œuvre saisonnière migrante, venant notamment de Roumanie, de Bulgarie ou de Pologne ; la fermeture des frontières au sein même de l'Union européenne perturbe les récoltes. Avec la fermeture des écoles et des restaurants, beaucoup de producteurs voient s’interrompre les possibilités d’écouler leurs produits. Dans certains pays d'Europe, les banques alimentaires sont devenues une partie intégrante du paysage de la protection sociale[94],[95].

Conséquences sociales[modifier | modifier le code]

Au printemps 2020, pour faire face à la première vague de Covid-19 et à la récession liée au confinement, les gouvernements européens instaurent de généreuses mesures d’urgence : prêts garantis aux entreprises, reports de charges, moratoires sur les crédits aux sociétés ou aux particuliers, et surtout, généralisation du chômage partiel. Au Royaume-Uni, pourtant depuis des décennies terre d'orthodoxie libérale en économie, le gouvernement fait le choix du modèle européen en protégeant les employés et les entreprises pendant le confinement, à l’opposé du modèle américain qui laisse le chômage exploser : la mesure la plus spectaculaire est la création dans l'urgence d'un système de chômage partiel qui permet début à six millions d’employés de percevoir 80 % de leur salaire. Au plus fort de la crise, 45 millions de personnes dans les cinq grandes économies européennes bénéficient du chômage partiel[96],[97],[98].

Pourcentage de la population de l'UE sans emploi (douze mois de 2020)[99].

Le taux de chômage dans l'UE était en moyenne de 6,7 % en 2019, en baisse constante depuis 2013. Dès le mois d' le chômage augmente dans l'Union européenne : selon Eurostat, le taux de chômage s'établit à 6,6 % en , pour atteindre 7,8 % en puis redescendre à 7,3 % en décembre[99].

Les gouvernements européens cherchent à éviter une vague de licenciements massive à l'automne 2020, alors que de nombreux plans sociaux sont annoncés. Les plans de relance par l'investissement n’auront pas d’effet dopant sur l’activité avant la mi, voire la fin 2021. Aussi, les mesures d'urgence sont-elles prolongées sous la forme d'allocations de chômage partiel ou de partage de l'activité entre les salariés d'une entreprise. En Allemagne, où les marges de manœuvre budgétaires sont les plus larges, le gouvernement a prolongé le chômage partiel de deux ans, jusqu’en 2022. En Suède, le chômage partiel est prolongé jusqu’au 2020, ainsi que la prise en charge des congés maladie par l’État et la suppression des jours de carence. En France, les mesures de chômage partiel et les prêts garantis par l’État sont prolongés jusqu'à la fin de l'année 2020, selon des modalités durcies afin de limiter les abus[98].

Réponse des institutions de l'Union européenne[modifier | modifier le code]

Depuis le mois de , les institutions et les organismes de l'Union européenne réagissent au développement de la pandémie par des recommandations et des actions qui concernent pour une part sa dimension sanitaire mais se concentrent surtout sur ses conséquences économiques et sociales[100],[101].

Face à la pandémie, les États décident dans le courant du mois de mars 2020 des mesures d'urgence sanitaires et de limitation des déplacements sans coordination au niveau de l'UE et sans manifestation de solidarités fortes entre ses membres. Le , la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen reconnait le manque de solidarité au sein de l'Union européenne, et présente ses excuses à l'Italie durement touchée par la pandémie de Covid-19[102]. La présidente de la Commission critique sévèrement les États membres pour leur manque de coordination et de solidarité au début de la pandémie, qui frappe dramatiquement l’Italie, l’Espagne et la France[103],[104].

En revanche, depuis la mi-mars, les États membres ont pris des mesures réglementaires et financières d'une grande ampleur pour limiter les conséquences sociales et économiques de la pandémie. Mais la mise en place d'un « Fonds de relance » à hauteur des enjeux pour sortir de la crise fait toujours débat fin avril, les différences de points de vue étant grandes entre les « pays du Nord », Pays-Bas en tête, et « pays du Sud ». Devant la gravité de la situation économique et sociale de l'UE, les dirigeants sont convenus le 23 avril de la nécessité d'une relance forte mais sont encore loins d'un consensus sur ses modalités[105].

À l'occasion de la journée de l'Europe, le 9 mai, dans une initiative inédite les 27 chefs d'État et de gouvernement, ainsi que les dirigeants des trois institutions de l'Union européenne, prônent la solidarité pour sortir « plus forts » de la crise du coronavirus[106].

Participation de l'Union européenne à la gestion de la crise du coronavirus[modifier | modifier le code]

L'Union européenne dispose de moyens de gestion des crises[107] qui peuvent être mobilisés à tout moment par un ou des États membres et qui sont coordonnés par Janez Lenarčič, commissaire à la gestion des crises, chargé de la politique de protection civile et d’aide humanitaire[108] dans la commission von der Leyen.

Le mécanisme de protection civile de l'UE est activé le à la suite d'une demande d'assistance de la France pour le rapatriement des citoyens de l'UE bloqués à Wuhan par la pandémie de Covid-19 en Chine. Le dernier week-end de janvier, deux avions français et un avion allemand, cofinancés par l’Union européenne via le mécanisme de protection civile, rapatrient 558 personnes depuis Wuhan[109].

Depuis, au , le mécanisme de protection civile de l’UE[110] a facilité le rapatriement en Europe de plus de 53 500 citoyens de l’UE venus du monde entier. À cette même date, depuis le début de la pandémie, plus de 520 000 personnes ont été rapatriées en Europe grâce à des vols organisés par les États membres[111].

Par ailleurs, l'UE crée, dans le cadre de RescEU[112], une nouvelle réserve européenne commune de matériel médical d'urgence, comprenant notamment des ventilateurs, des masques de protection et du petit matériel de laboratoire, afin d'aider les pays de l'UE qui en ont besoin.

Action de l'Union européenne dans le domaine de la santé[modifier | modifier le code]

La santé ne fait pas partie des domaines de compétences exclusives ou partagées de l'Union européenne, mais des domaines où elle dispose d'une compétence pour mener des actions pour appuyer, coordonner ou compléter l'action des États membres, selon les termes de l'article 6 du TFUE. L’UE complète les politiques de santé nationales « en aidant les autorités nationales à atteindre des objectifs communs, à mettre en commun les ressources et à surmonter les défis communs ». L'action de l'UE se déploie notamment via deux agences spécialisées, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) et l'Agence européenne des médicaments (EMA). Ce contexte institutionnel explique pourquoi l'action de l'UE en réponse à la crise provoquée par le coronavirus est surtout d'ordre économique[113],[114].

Ainsi, les mesures sanitaires pour freiner la propagation du virus et adapter dans l'urgence le système de santé pour qu'il puisse faire face à l'afflux de malades ont été prises par chaque État sans souci de cohérence et de solidarité européenne. De même, les plans de déconfinement progressif sont décidés par chacun, sans souci de cohérence et sans qu'à fin avril des décisions soient prises concernant la circulation des personnes au sein de l'Union européenne[115].

Désireuse de tirer les leçons de la pandémie, l'UE lance en un programme ayant vocation à étudier les mutations du Covid-19, sous le nom de Hera Incubator, qui réunira les laboratoires, les autorités sanitaires, les scientifiques et la Commission européenne, avec d’importants fonds dédiés, afin d'aider les industriels à développer des capacités de production des vaccins de deuxième génération. Ce programme est une première étape vers la création d'une troisième agence spécialisée dans le domaine de la santé, la Health Emergency Response Authority (HERA), afin de lutter contre les futures pandémies et de mieux se coordonner entre les Vingt-Sept[116],[117].

Recommandations du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies[modifier | modifier le code]

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) publie le son premier document d'évaluation des risques résultant de l'épidémie de coronavirus SARS-CoV-2 en Chine[118]. Ce document est depuis actualisé tous les dix jours environ. La neuvième mise à jour est publiée le [119].

Le , l'ECDC publie un document recommandant de promouvoir la distanciation sociale, en évitant les poignées de mains et les embrassades, les transports bondés, ainsi que les réunions et rassemblements non nécessaires[120].

À partir du 12 mars, les publications de l'ECDC soulignent la gravité de la situation et la nécessité que les États prennent des mesures d'urgence fortes, comme les fermetures d'école, les journées de congés maladie, ou les fermetures des lieux de travail. Des pays comme la Chine ou l'Italie ont également développé des restrictions de voyages également connues sous la dénomination de « cordon sanitaire » à de vastes bassins de populations. La Chine estime que ce genre de mesure pourrait réduire la mortalité de 66 % à 95 %[121].

Actions engagées par l'UE pour promouvoir la recherche sur des traitements et des vaccins[modifier | modifier le code]

En appui des actions engagées par chaque État, l'UE a engagé plusieurs actions de financement[122] :

  • Financement de la recherche sur la Covid-19 : l'UE mobilise 140 millions d'euros, répartis entre 48,5 millions d'euros pour 18 projets de vaccins et de traitement au titre du programme de recherche Horizon 2020, et 90 millions d'euros de fonds publics et privés pour les traitements et les diagnostics au titre de l'initiative en matière de médicaments innovants.
  • Financement par le Conseil européen de l'innovation à hauteur de 164 millions d'euros (annonce du 25 mars) et de 150 millions d'euros supplémentaires (annonce du 30 avril) pour les PME et les jeunes entreprises en vue de solutions innovantes pour lutter contre l'épidémie de Covid-19[123].
  • Octroi jusqu'à 80 millions d'euros d'aide financière en faveur de CureVac, développeur européen de vaccins hautement innovant, au moyen d'une initiative commune de l'UE et de la Banque européenne d'investissement.

Un pas supplémentaire est franchi en avec la mise en place d'une stratégie d'achat anticipé de vaccins par l'UE au nom des États membres auprès de laboratoires pharmaceutiques. En échange du droit d’acheter un nombre défini de doses de vaccin dans un délai donné et à un prix donné, une partie des coûts initiaux supportés par les laboratoires est financée par l'UE[124]. Le financement en est assuré par l'« instrument d'aide d'urgence » activé par le Conseil en et doté d'une enveloppe de 2,7 milliards d'euros[125].

Entre août et , six contrats sont signés par la Commission au bénéfice de tous les États membres pour la fourniture de plusieurs centaines de millions de doses de vaccin contre la Covid-19. Les contractants sont AstraZeneca, Sanofi / GlaxoSmithKline, Janssen Pharmaceutica NV, l'alliance germano-américaine BioNTech / Pfizer, CureVac et Moderna[126],[127]. La signature du contrat avec BioNTech / Pfizer pour la fourniture de 300 millions de doses de vaccin contre la Covid-19 intervient le , deux jours après que les deux sociétés aient annoncé que leur candidat-vaccin, administré en deux injections, était efficace à plus de 90 %, au vu des résultats obtenus au cours des essais de phase 3, entamés le 27 juillet 2020[128]. En 2021, deux contrats supplémentaires sont conclus avec Novavax et Valneva[129].

L’Agence européenne des médicaments (EMA), qui examine les demandes d'autorisation déposées par les laboratoires pharmaceutiques, a mis sur pied une procédure accélérée, qui lui permet d'examiner les données de sécurité et d'efficacité des vaccins au fur et à mesure de leur parution, avant même qu'une demande formelle d'autorisation soit déposée par le fabricant[o] ,[130]. Sur la base de l'évaluation scientifique menée selon cette procédure, l'EMA et la Commission autorisent le la mise sur le marché de l'Union européenne d'un premier vaccin, le Cominarty développé par BioNTech / Pfizer[131].

Feuille de route européenne pour la levée des mesures de confinement[modifier | modifier le code]

La Commission souhaite que l’assouplissement des mesures de confinement soit graduel, coordonné entre les États membres et fondé sur des preuves[103]. Le , la Commission publie Une feuille de route européenne pour la levée des mesures de confinement liées à la pandémie de coronavirus, préparée avec l'ECDC et le groupe consultatif de la Commission sur le coronavirus. Ce document présente un ensemble de recommandations pour que la levée graduelle des mesures de confinement ne se traduise pas par une nouvelle flambée incontrôlable de l'épidémie[132].

La Commission souhaite également un cadre pour les applications de géolocalisation volontaire. La feuille de route européenne pour la levée des mesures de confinement note que le suivi rapproché des citoyens par leurs smartphones doit s’effectuer de façon volontaire, reposer sur le consentement et respecter les normes de confidentialité et de protection des données de l’UE. Elle ajoute que de tels logiciels de géolocalisation peuvent uniquement exploiter les données anonymes et doivent être désactivés dès la fin de la crise sanitaire[103].

Coordination de la libre circulation au sein de l'UE[modifier | modifier le code]

Le Conseil de l'UE adopte le des recommandations visant à coordonner les mesures ayant une incidence sur la libre circulation au sein de l'Union. L'ECDC publie chaque semaine une carte quadricolore (vert, ambre, rouge, gris) classant les régions de l'UE en quatre catégories selon le taux cumulé de notification de cas de COVID-19 sur 14 jours[133], auxquelles sont liées des règles de circulation [134].

L'UE définit le certificat covid de l'Union européenne.

Mesures de soutien budgétaire et économique[modifier | modifier le code]

Le , la Commission européenne propose une série de mesures budgétaires et économiques. Il s'agit de[135] :

  • mobiliser des ressources disponibles du budget 2020 de l'UE,
  • permettre aux États d'utiliser « au titre de la politique de cohésion pour lutter contre la crise provoquée par le coronavirus » 37 milliards de Fonds structurels et 800 millions du Fonds de solidarité.

Les et , la Commission propose d'utiliser des dispositions des traités pour permettre aux États membres de prendre des mesures pour faire face à la crise. Il s'agit :

  • de mettre en place des règles temporaires facilitant l'octroi des aides d'État aux entreprises sous forme de subvention, de prêt ou de garantie, en se fondant sur l' article 107 paragraphe 3 alinéa b du TFUE[136],[137],[138]
  • d'activer la clause dérogatoire générale du pacte de stabilité et de croissance (PSC), permettant ainsi aux États de prendre des mesures budgétaires en dérogeant aux obligations qui s'appliquent normalement au titre du cadre budgétaire européen[139].

Le , la Commission européenne propose une série de nouvelles mesures économiques[140] :

  • protection contre le chômage : création de SURE[p], un nouvel instrument de solidarité à l’échelle de l’Union visant à aider les travailleurs à conserver leur revenu et les entreprises à rester à flot et à garder leur personnel. L’instrument SURE apportera une assistance financière à hauteur de 100 milliards d’EUR sous forme de prêts de l’UE[141],
  • aide aux plus démunis : adaptation du Fonds européen d’aide aux plus démunis afin de garantir que l’aide alimentaire puisse continuer à être fournie là où elle est nécessaire,
  • aide aux agriculteurs et au pêcheurs : mesures de flexibilité exceptionnelles dans le cadre du Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche,
  • utilisation de chaque euro disponible des trois Fonds de la politique de cohésion : le Fonds européen de développement régional, le Fonds social européen et le Fonds de cohésion avec une souplesse maximale,
  • utilisation des ressources disponibles du budget 2020 de l'UE, soit environ 3 milliards d'euros, pour contribuer à répondre aux besoins des systèmes de santé européens.

Le , l'Eurogroupe va au-delà des propositions de la Commission en proposant trois filets de sécurité immédiats d'un montant de 540 milliards d'euros pour :

  • l'emploi et les travailleurs, avec l'instrument de solidarité SURE,
  • les entreprises, avec la création d'un fonds de garantie paneuropéen par la Banque européenne d'investissement (BEI), à concurrence de 200 milliards d'euros, sous forme de prêts aux entreprises,
  • les États membres, avec la mise en place d'une ligne de crédit, dans le cadre du mécanisme européen de stabilité, de précaution existante, utilisable sous la forme de prêts pouvant être octroyés à tous les États membres de la zone euro, à concurrence de 2 % de leur PIB cumulé, soit 240 milliards d'euros[142],[143].

Le , le Parlement européen vote une résolution qui « demande à la Commission de proposer un ensemble massif de mesures de relance et de reconstruction pour l’investissement afin de soutenir l’économie européenne au sortir de la crise, au-delà de ce que font déjà le mécanisme européen de stabilité (MES), la Banque européenne d’investissement (BEI) et la Banque centrale européenne (BCE), dans le cadre du nouveau cadre financier pluriannuel (CFP) »[144]. Cette résolution appuie, sans utiliser le vocable « eurobonds », l'idée d'un plan de relance qui repose sur un endettement collectif par tout ou partie des États membres, mais dont les modalités ne font consensus ni entre les partis au Parlement européen, ni entre les dirigeants des États membres[145].

Le , l'Eurogroupe définit les conditions auxquelles les pays qui le souhaiteraient pourront bénéficier d'une ligne de crédit via le mécanisme européen de stabilité (MES). Les dix-neuf pays de la zone euro peuvent solliciter un prêt via le MES à un très bas taux d'intérêt (0,1 %) et sur une durée maximale de dix ans, à hauteur de 2 % de leur PIB, dès lors qu’ils sont en mesure de prouver qu’il finance des dépenses de santé liées au coronavirus[146],[147].

Le , le Parlement européen approuve une résolution qui appelle la Commission à présenter un plan de relance d'un montant de 2 000 milliards d'EUR en addition au cadre financier pluriannuel 2021-2027[2].

Réunions de Conseil européen[modifier | modifier le code]

En mars et avril 2020, le Conseil européen tient quatre réunions exceptionnelles en vidéoconférence, les 10 mars, 17 mars, 26 mars et 23 avril. Le 10 mars, les dirigeants européens identifient quatre priorités à l'échelle de l'UE : limiter la propagation du virus Covid-19, fournir du matériel médical à tous les États membres, promouvoir la recherche, et faire face aux conséquences socio-économiques.

Le 17 mars, concernant les frontières extérieures de l'UE, le Conseil européen approuve les propositions de la Commission européenne visant à interdire les déplacements non essentiels à destination de l'UE pour une période de 30 jours. Concernant les frontières intérieures de l'UE, l'objectif commun est d'assurer la circulation des médicaments, des denrées alimentaires et des biens, et de permettre aux citoyens européens d'être en mesure de se rendre dans leur pays d'origine. Enfin, les dirigeants européens soutiennent les propositions faites le 13 mars par la Commission, dont l'approbation relève de la compétence du Conseil de l'Union européenne et du Parlement européen. La réunion du 26 mars ne débouche pas sur des décisions concrètes mais les dirigeants demandent que des mesures plus fortes soient étudiées par la Commission et l'Eurogroupe pour faire face à la récession annoncée[148],[149].

Le 23 avril, les dirigeants européens approuvent le « paquet » de 540 milliards d'euros en faveur des travailleurs, des entreprises et des États, adopté par l'Eurogroupe le 9 avril dernier[142],[143]. Ils mandatent la Commission européenne pour faire des propositions relatives à un Fonds pour la relance et à son articulation avec le Cadre financier pluriannuel (CFP) 2021-2027[150],[151].

Lors du Conseil européen extraordinaire du 17 au 21 juillet 2020, les dirigeants de l'UE s'accordent sur un plan de relance de 750 milliards d'euros, rendu nécessaire par la pandémie de Covid-19 et sur le cadre financier pluriannuel de l'UE pour la période 2021-2027. Pour financer ce plan, la Commission européenne empruntera sur les marchés au nom de tous les États membres. Sur les 750 milliards d’euros affectés au plan de relance, 360 milliards seront prêtés aux États membres qui devront les rembourser, et 390 milliards leur seront transférés d’ici à 2023, sous forme de subventions qui, elles, seront remboursées par les Vingt-Sept. Ces moyens financiers, qui viendront abonder le budget communautaire de 1 074 milliards sur la période 2021-2027, aideront en priorité les pays les plus touchés par la crise, l’Italie, l’Espagne, et dans une moindre mesure la France[152].

Actions de la Banque centrale européenne[modifier | modifier le code]

Le 18 mars 2020, la Banque centrale européenne (BCE) lance un plan d’urgence historique pour calmer les marchés en annonçant des rachats de titres pour 750 milliards d’euros[153],[154].

Le 22 avril, la BCE annonce qu'elle pourra accepter des obligations dégradées en catégorie « spéculative » ou « pourrie » (en anglais « junk ») en garantie des crédits accordés aux banques, une nouvelle mesure destinée à maintenir la capacité des banques à prêter pour « continuer de mettre à disposition des ressources financières pour l'économie de la zone euro », indique la BCE dans un communiqué. Pour un émetteur, public ou privé, dont la dette avait une qualité suffisante le 7 avril dernier, la BCE va de fait geler cette appréciation et ainsi neutraliser d'avance une possible dégradation par les agences de notation[155],[156],[157].

Le 30 avril, la BCE annonce que son plan d'urgence pour faire face à la pandémie (Pandemic Emergency Purchase Programme), via des rachats massifs de dette, pourrait être prolongé au-delà de la fin 2020 ; la BCE est prête à revoir la répartition et le volume des rachats de dette publique ou privée effectués par la BCE « autant que nécessaire » et « aussi longtemps » qu’il le faudra, indique le communiqué de décision de politique monétaire. En outre, la BCE annonce une baisse des taux d'intérêt relatifs à certaines de ses opérations de refinancement[158].

Le , la BCE annonce un nouveau plan de soutien à l’économie de l'UE. Elle ajoute 600 milliards d’euros au programme de 750 milliards d’achat de dettes annoncé en mars. Son plan, qui devait se terminer fin 2020, est prolongé jusqu’à la mi-2021[159].

Statistiques de propagation de la Covid-19 en Europe[modifier | modifier le code]

Données de la pandémie par pays et territoire[modifier | modifier le code]

Cas et décès par pays[modifier | modifier le code]

Des données quantitatives relatives à la Pandémie de Covid-19 par pays et territoire sont très régulièrement publiées par les institutions nationales et consolidées par des organisations comme l'université Johns-Hopkins qui met en ligne des données et des analyses au niveau mondial[160] ainsi qu'un tableau de bord graphique[161], ou comme le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC)[162] qui publie également des données mondiales et des analyses plus détaillées au niveau européen[163]. La comparaison de ces chiffres entre les États européens, et même au sein de l'UE selon l'ECDC, doit être effectuée avec précaution en raison des différentes approches de comptage.

Presque tous les pays ont pris des mesures très importantes pour contenir l'épidémie, aussi la trajectoire de l'épidémie présente-t-elle d'importantes similitudes d'un pays à l'autre. En début de crise, l’épidémie de COVID-19 présente une augmentation exponentielle du nombre de décès selon un même rythme journalier. Puis, après la mise en place de mesures de distanciation physique et de confinement, les courbes entament une inflexion, le nombre de décès quotidiens atteignant un plateau qui débute autour du trentième jour[164].

Disparités territoriales durant la première vague du printemps 2020[modifier | modifier le code]

L'analyse de la surmortalité durant la première vague à la maille du découpage territorial de chacun des pays de l'Union européenne met en évidence de grandes disparités à l'intérieur même de la plupart des pays[165],[166].

Surmortalité dans l'Union européenne durant la première vague :
répartition des régions par taux de surmortalité (mars-juin 2020)[165],[166]
.

Dans chaque pays, la population n'est pas soumise avec la même intensité partout au risque de décéder de la Covid-19. Ce risque est beaucoup plus élevé dans les régions où l’épidémie a flambé du fait de la combinaison d’un événement déclencheur — comme de grands rassemblements — et de facteurs d’attisement : densité des populations, circulation ou rencontres[164]. En moyenne dans l'UE, la surmortalité entre mars et juin 2020 est inférieure à10% dans la moitié des entités territoriales. Dans quelques pays peu touchés, comme l'Allemagne ou la Pologne, aucune des entités ne connaît une hausse de la surmortalité supérieure à 10%. En revanche, dans l'Union, 13 % des entités territoriales sont confrontées à une hausse de la mortalité supérieure à 50 % par rapport à la moyenne des trois années précédentes ; les pays les plus concernés sont l'Espagne, l'Italie, la France et les Pays-Bas[165],[166].

En Italie, la Lombardie concentre 49% des décès italiens et compte à la mi-mai 149 décès pour 100 000 habitants. Près de la frontière française, le Val d'Aoste en compte près de 111, plus du double de la moyenne nationale. En comparaison, le sud de la botte italienne est plutôt épargné : la Calabre et la Basilicate comptent respectivement 4,7 et 4,8 décès pour 100 000 habitants, et la Sicile 5,1[167].

En Espagne, la communauté de Madrid concentre 33% des décès et la Catalogne 21% des décès. Trois régions affichent à la mi-mai un taux de mortalité au moins deux fois plus élevé que la moyenne nationale : la Communauté de Madrid avec 137 décès pour 100 000 habitants, la Castille-La Manche avec 131 et la région de La Rioja avec près de 110 décès[167],[164],[168].

En France, l’Île-de-France et le Grand Est sont les plus touchés avec 39% et 19% des décès français à la mi-mai[164],[167]. À Paris et dans le Val-de-Marne, on compte 75 morts pour 100 000 habitants, alors que la France en compte en moyenne 42. Dans le Grand Est, le Territoire de Belfort et le Haut-Rhin sont les plus touchés avec respectivement 120 et 98 morts pour 100 000 habitants[S 6].

Disparités territoriales durant la seconde vague fin 2020[modifier | modifier le code]

Durant la seconde vague, une disparité similaire à celle constatée durant la première vague est observée entre les régions d'un même pays. Les cartes et données publiées par l'ECDC relatives au taux d'incidence par région administrative des pays de l'UE mettent en évidence des écarts d'un facteur 4 en France et en Italie, et d'un facteur 2,5 en Espagne entre les régions les moins touchées et celles les plus touchées par la pandémie[S 9].

Distribution des entités territoriales selon le taux d'incidence sur 14 jours pour 100 000 habitants au [S 9]
Pays 0-99 100-199 200-299 300-399 400-499 500-599 600-699 700-799 800-899 900-999 >1000
Drapeau de la France France Corse Bretagne
Pays de la Loire
Occitanie
Nouv. Aquitaine
Île de France
Normandie
Centre-Val de Loire
PACA
Hauts-de-France
Grand Est
Bourg. Fr. Comté
Auv. Rh. Alpes
Drapeau de l'Espagne Espagne Canaries Îles Baléares
Com. de Madrid
Galice
Estrémadure
Catalogne
Navarre
Rég. de Murcie
Aragon
Cantabrie
Com. valencienne
Ceuta
Andalousie
Castille-La Manche
Asturies
La Rioja
Melilla
Pays basque
Castille-et-León
Drapeau de l'Italie Italie Calabre
Sardaigne
Marche
Sicile
Pouilles
Ligurie
Molise
Ombrie
Trente
Basilicata
Lazio
Toscana
Abruzzes Campanie
Emilie-R.
Lombardie
Vénétie
Piémont
Val d'Aoste
Frioul
Bolzano

Nombre de cas confirmés hebdomadaires[modifier | modifier le code]

Le graphique ci-dessous montre le nombre de cas mensuels confirmés dus à la Covid-19 en Europe par groupe de pays (Union européenne, Russie, Royaume-Uni, autres pays d'Europe) de à [S 5].

Le nombre de cas confirmés doit être interprété séparément pour la première vague et pour les vagues suivantes pour la raison que le nombre de tests effectués, très faible durant le premier semestre 2020, est devenu très important depuis lors. Il en résulte que la proportion de cas détectés est depuis l'été 2020 très supérieure à celle durant la première.

Cas mensuels Covid-19 Europe par groupe de pays.png

Taux d'incidence[modifier | modifier le code]

En épidémiologie, le taux d'incidence rapporte le nombre de nouveaux cas d'une pathologie observés pendant une période donnée à la population dont sont issus les cas[169]. Le graphique ci-dessous montre le nombre de cas par semaine pour 100 000 habitants, selon la norme adoptée par Santé Publique France[170]. Les cartes et graphiques publiés par l'ECDC montrent le nombre de cas sur 14 jours pour 100 000 habitants[171].

Taux d'incidence sur une semaine (depuis le 29 juin 2020 jusqu'au )[S 5]

Ces données sont calculées sur la base du nombre de cas confirmés par les tests pratiqués sur la population. Le graphique ci-dessus n'inclut pas les données relatives au premier semestre 2020 dans la mesure où le nombre de tests pratiqués était généralement trop faible pour que le taux d'incidence soit représentatif de la réalité de l'ampleur de l'épidémie.

Taux de prévalence[modifier | modifier le code]

L'étude de la prévalence a pour objet d'évaluer la part de la population qui a été infectée par la Covid-19 depuis le début de la pandémie[172]. Un grand nombre de personnes infectées par le SARS-CoV-2 sont asymptomatiques et ne réalisent pas de test sérologique. La connaissance du nombre de cas confirmés ne suffit donc pas à estimer la proportion de la population qui a été infectée. Pour ce faire, les épidémiologistes recourent à des modèles statistiques pour compléter les données disponibles[173].

Taux d'infection de la population estimé au 31 août 2020[173]
Pays Part
population
infectée
Taux
d'incidence
cumulé
Taux de
détection
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 1,48% 0,29% 19,7%
Drapeau de la Belgique Belgique 11,41% 0,75% 6,5%
Drapeau de l'Espagne Espagne 8,44% 0,99% 11,7%
Drapeau de la France France 6,10% 0,41% 6,8%
Drapeau de l'Italie Italie 7,77% 0,44% 5,7%
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni 8,23% 0,50% 6,1%
Drapeau de la Suède Suède 7,52% 0,82% 11,0%

Une étude publiée en par la Royal Society britannique a pour objet d'estimer le taux réel de prévalence dans la population de 15 pays, dont 11 situés en Europe, à fin . Malgré la forte augmentation du nombre de tests réalisés au fur et à mesure du développement de la pandémie, cette étude conclut que, pour ce panel de 15 pays, le nombre de personnes ayant été infectées est en moyenne 6,2 fois supérieur au nombre de cas confirmés. Ce facteur varie entre 2,6 pour la Corée du Sud et 17,5 pour l'Italie[173].

Fin , moins de 10 % de la population a été infectée dans la plupart des pays européens par le SARS-CoV-2. Ce taux est très variable d'un pays à l'autre et au sein d'un même pays d'une région à l'autre. Ainsi, à la mi-mai 2020 au Royaume-Uni, une étude publiée par l'université de Cambridge estime que l’Angleterre est la plus touchée, avec notamment 10% d'infectés à Londres, et seulement 4% d'infectés dans le reste du pays soit au total environ 7 millions d'individus, alors qu'à la même date le nombre de cas confirmés s'élève à moins de 240 000[174],[175]. En Espagne, au , d'après les données de prévalence de l'Institut Carlos III, 5,2% de la population espagnole a été infectée. Parmi les provinces les plus touchées, on trouve Soria 14,7%, Cuenca 14,2% et Ségovie 12,6%, et Albacete 11,6%, alors que dans la province de Madrid, le taux de contamination n'est que de 11,4%. Les endroits les plus ciblés par la pandémie sont les villes de plus de 100 000 habitants[176].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h La délimitation de l'Europe ne repose pas sur des critères exclusivement géographiques puisque rien ne la sépare nettement de l'Asie sur ses marges orientales. Les différentes organisations internationales adoptent chacune des définitions un peu différentes en fonction de leurs membres et de leur périmètre d'activité. L'ONU elle-même peut suivre différentes approches : Les 44 États codés par la division de la statistique sont 43 États membres de l'ONU et le Vatican. Certains pays par ailleurs considérés européens n'y figurent pas : Kosovo, Caucase, Azerbaïdjan, Arménie et Géorgie ainsi que Turquie et Chypre.
    Les listes de 47 États figurant dans cet article sont les 44 États européens selon la définition de la division de la statistique de l'ONU, plus le Kosovo, la Turquie et Chypre.
    Pour les chiffres officiels, le périmètre de l'Europe est à considérer en fonction des institutions qui fournissent les statistiques. Ainsi, dans le contexte des institutions de l'Union européenne (UE), l'Europe s'entend le plus souvent comme ses 27 États membres.
  2. L'université Johns Hopkins ne publie plus cette donnée depuis le
  3. Données ECDC sur le périmètre Union européenne, Espace économique européen et Royaume-Uni.
  4. Ces données ne prennent pas en compte les décès survenus en Chine avant le .
  5. Le 4 mai 2020, en France des médecins annoncent avoir détecté a posteriori un patient positif au SARS-CoV-2 prélevé le 27 décembre 2019, âgé de 53 ans et qui n’avait pas voyagé
  6. Les États membres de l'OMS sont regroupés en six régions. Il existe un bureau régional pour chaque région. L'Europe au sens de l'OMS compte 53 États. Ce sont les 44 États classés en Europe par l'ONU (M49), sauf le Liechtenstein et le Vatican, plus Chypre, la Turquie, trois États du Caucase — Arménie, Azerbaïdjan et Géorgie — et cinq États d'Asie centrale — Ouzbékistan, Kazakhstan, Kirghizistan, Tadjikistan et Turkménistan — et Israël.
  7. Les pourcentages figurant pour une date donnée sont calculés sur les deux semaines la précédant. Ils sont basés sur les données de neuf pays de l'UE (Belgique, Danemark, France, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Pologne, Espagne, Suède) et du Royaume-Uni.
  8. La sévérité des huit indicateurs utilisés par les chercheurs de l’Université d’Oxford et de la Blavatnik School of Government est quantifiée sur une échelle ordinale allant de 0 en l’absence de mesure jusqu’à 4 pour les plus contraignantes. L'indicateur composite de sévérité des restrictions est obtenu en agrégeant les mesures par une moyenne arithmétique simple des indicateurs élémentaires.
  9. La Bulgarie, l'Espagne, la Pologne et la Suède.
  10. Ces 33 pays sont : Islande, Israël, Norvège, Malte, Espagne, Finlande, Irlande, Angleterre et Écosse, Chypre, Portugal, Grèce, France, Autriche, Belgique, Italie, Luxembourg, Suède, Hongrie, Lituanie, Suisse, Estonie, Macédoine du Nord, Monténégro, Slovénie, Pologne, Tchéquie, Croatie, Lettonie, Roumanie, Slovaquie, Moldavie, Ukraine.
  11. Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, France, Italie, Norvège, Royaume-Uni, Suède et Suisse.
  12. Ces données issues du rapport hebdomadaire de l'OMS Europe relatif à la semaine 35, du 24 au 31 août, sont basées sur l'analyse de 96 800 décès.
  13. L'étude publiée par McKinsey présente des données de surmortalité pour les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la France, la Suisse, l'Espagne et la Suède.
  14. En 2009, selon la Banque mondiale, la baisse du PIB est de 2,2 % dans le monde, de 4,1 % dans la zone euro.
  15. Oxford/AstraZeneca, Pfizer/BioNTech et Moderna sont les trois premiers vaccins à bénéficier de cet examen continu.
  16. Support to mitigate Unemployment Risks in an Emergency

Sources[modifier | modifier le code]

Références statistiques principales[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m et n (en) « COVID-19 Dashboard by the Center for Systems Science and Engineering (CSSE) at Johns Hopkins University (JHU) », Université Johns-Hopkins, .
  2. a b et c (en) « Coronavirus Pandemic (COVID-19) », sur Our World in Data,
  3. a b et c (en) « COVID-19 Country Overviews », sur ECDC, .
  4. (en) « Joint ECDC-WHO Regional Office for Europe Weekly COVID-19 Surveillance Bulletin », sur ECDC / WHO, .
  5. a b c d e f g h i et j (en) « Data on 14-day notification rate of new COVID-19 cases and deaths », ECDC, .
  6. a b c et d Raphaëlle Aubert, Jérémie Baruch , Pierre Breteau , Gary Dagorn , Maxime Ferrer , Agathe Dahyot et Léa Sanchez, « Covid-19 : le tableau de bord de l’épidémie », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  7. a b c et d (en) « Coronavirus (COVID-19) Vaccinations », sur Our World in Data, .
  8. a b c et d « ECDC Vaccine Tracker », sur ECDC, .
  9. a et b (en) « Data on the daily subnational 14-day notification rate of new COVID-19 cases », sur ECDC, .

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « 2019 Novel Coronavirus (2019-nCoV) Situation Summary » [archive du ], sur Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), (consulté le ).
  2. a et b Agnès Faure, « Coronavirus : chronologie de la pandémie en Europe », sur Toute l'Europe, (consulté le ).
  3. « Deux médecins disent avoir identifié un patient Covid-19 en France dès décembre, avant les premiers cas », sur www.franceinter.fr, France Inter, (consulté le ).
  4. « Crise du coronavirus : retrouvez tous les « lives » publiés par le « Monde », jour après jour », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  5. « Covid-19 : feu vert définitif pour le passe sanitaire européen », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. « Certificat COVID numérique de l’UE », sur Commission européenne,
  7. Mirel Bran et Jean-Baptiste Chastand, « Covid-19 : dans les Balkans, déni et refus vaccinal provoquent une hécatombe », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  8. « Covid-19 : la pandémie a causé la mort d’au moins 5 millions de personnes dans le monde », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  9. a et b Benoît Vitkine, « La Russie recourt à nouveau aux confinements régionaux », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  10. Bénédicte Lutaud, « Covid-19 : pourquoi l'Europe de l'Est et du Nord est davantage touchée par le regain épidémique », Le Figaro,‎ (lire en ligne Accès payant)
  11. Idèr Nabili, « Covid-19 : faut-il parler de quatrième ou de cinquième vague de l'épidémie ? », LCI,‎ (lire en ligne)
  12. Léa Sanchez, « Covid-19 : visualisez la part des variants du SARS-CoV-2 qui circulent en France », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  13. Antoine Flahault, « Covid-19 : « Il faut endiguer la vague Delta avant que ne déferle la vague Omicron » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  14. « Le variant Omicron entraîne des risques « très élevés », selon une agence sanitaire européenne qui incite à un « renforcement » des restrictions », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  15. Hugues Maillot, « Covid-19 : l'Europe atteint un record de contaminations quotidiennes depuis le début de la pandémie », Le Figaro,‎ (lire en ligne Accès payant)
  16. Jeanne Sénéchal, « Nouvelle vague de Covid-19 : quelles sont les mesures de restriction chez nos voisins européens ? », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  17. Pierre Breteau, « Cinquième vague de Covid-19 : les non-vaccinés sont toujours les plus nombreux en soins critiques », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  18. a b et c (en) « Covid-19: Stringency index », sur Our World in Data,
  19. (en) « Covid-19 Government Response Tracker », sur University of Oxford,
  20. Cécile Ducourtieux, « Covid-19 : depuis cet été, le Royaume-Uni a décidé de « vivre avec le virus » et les cas ont explosé », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  21. Sabine Le Bayon, Hervé Péléraux, « Estimer l’impact des mesures de restriction sur l’activité », Revue de l'OFCE, no 172,‎ , p. 1-23 (lire en ligne)
  22. « Covid-19 : « V-Day » pour l’utilisation des vaccins Pfizer-BioNTech au Royaume-Uni », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  23. Cécile Ducourtieux, « Covid-19 : le Royaume-Uni devient le premier pays au monde à autoriser le vaccin Pfizer-BioNTech », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  24. « Des vaccins sûrs contre la COVID-19 pour les Européens », sur Commission européenne,
  25. (en) « EMA recommends first COVID-19 vaccine for authorisation in the EU », sur European Medicines Agency, .
  26. « La Commission européenne autorise le premier vaccin sûr et efficace contre la COVID-19 », sur Commission européenne, .
  27. « Des vaccins sûrs contre la COVID-19 pour les Européens », sur Commission européenne,
  28. « Covid-19 : Novavax devient le cinquième vaccin autorisé en Europe », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  29. « Covid-19 : Moscou commence à distribuer son vaccin », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  30. « Covid-19 dans le monde : une troisième dose pour les personnes vulnérables en Allemagne », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  31. « Covid-19 : la campagne de troisième dose lancée en France pour les plus vulnérables, l’étendre à tous n’est « pas un besoin urgent » selon l’ECDC », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  32. « Troisième dose de Pfizer-BioNTech pour les plus de 18 ans : l’AEM donne son accord », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  33. « Covid-19 : l'Agence européenne des médicaments autorise Moderna en dose de rappel pour les adultes », France Bleu,‎ (lire en ligne)
  34. « Covid-19 : l'Agence européenne des médicaments valide le vaccin de Johnson & Johnson pour les doses de rappel », France Bleu,‎ (lire en ligne)
  35. Nathaniel Herzberg et Virginie Malingre, « Vaccination contre le Covid-19 : le feu vert européen accélère les réflexions sur la vaccination des enfants », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  36. « Vaccination obligatoire : jour J pour le personnel soignant », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  37. Pierre Breteau et Gary Dagorn, « Covid-19 : des premiers vaccins à la troisième dose, chronologie de neuf mois de stratégie vaccinale en France », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  38. « Covid-19 : l’Italie instaure le passe sanitaire obligatoire pour tous les travailleurs », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  39. « Covid-19 : l'Autriche va rendre la vaccination obligatoire à partir du 1er février, une première dans l'UE », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  40. « Rapport de la commission au parlement européen et au conseil présenté conformément à l'article 16, paragraphe 1, du règlement (UE) 2021/953 du Parlement européen et du Conseil relatif à un cadre pour la délivrance, la vérification et l’acceptation de certificats COVID-19 interopérables de vaccination, de test et de rétablissement (certificat COVID numérique de l’UE) afin de faciliter la libre circulation pendant la pandémie de COVID-19 » (consulté le ).
  41. « Covid-19 : dans quels pays d'Europe un pass sanitaire national est-il en vigueur ? », sur Toute l'Europe, (consulté le )
  42. Grégor Brandy, « Un passe sanitaire a été mis en place dans 27 pays d’Europe », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  43. Stéphanie Le Bars, « Covid-19 : le passe sanitaire se généralise à travers l’Europe », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  44. Elisabeth Pineau et Chloé Aeberhardt, « Covid-19 : après l’aval de l’Europe, le défi logistique du vaccin Pfizer-BioNTech en France », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  45. Béatrice Jérôme, « Covid-19 : les premiers vaccins seront distribués dimanche à Sevran et à Dijon », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  46. (en) « Coronavirus (COVID-19) in the UK », sur Gov.UK,
  47. Hélène Bienvenu, « Hongrie: Viktor Orban impatient d’en finir avec le Covid-19 », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  48. (en) « WHO/ECDC: Nearly half a million lives saved by COVID-19 vaccination in less than a year », sur ECDC,
  49. (en) « COVID-19 treatments: authorised : Treatments authorised in the European Union (EU) to treat COVID-19, following evaluation by the European Medicines Agency (EMA) », sur Agence européenne du médicament (AME),
  50. « L'Agence européenne des médicaments approuve la pilule anti-Covid de Pfizer », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  51. Gary Dagorn, « Covid-19 : comment les antiviraux luttent contre l’infection au SARS-CoV-2 », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant)
  52. (en) Kate Wighton, « Lockdown and school closures in Europe may have prevented 3.1m deaths », sur Imperial College London, (consulté le ).
  53. (en) Chercheurs du Imperial College London, « Estimating the effects of non-pharmaceutical interventions on COVID-19 in Europe », Nature,‎ (lire en ligne).
  54. « Le confinement a évité 3 millions de morts dans 11 pays européens », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  55. a et b (en) Giles Colclough, Penelope Dash, and Lieven Van der Veken, « Understanding and managing the hidden health crisis of COVID-19 in Europe », sur McKinsey, .
  56. (en) « COVID-19 weekly surveillance report - Data for the week of 24 - 30 August 2020 (Epi week 35) », sur OMS Région Europe, (consulté le ).
  57. (en) « Comorbidities in SARS-CoV-2 Patients: a Systematic Review and Meta-Analysis », American Society for Microbiology,‎ (DOI https://doi.org/10.1128/mBio.03647-20, lire en ligne).
  58. (en) « Features of 20 133 UK patients in hospital with covid-19 using the ISARIC WHO Clinical Characterisation Protocol: prospective observational cohort study », BMJ,‎ (DOI https://doi.org/10.1136/bmj.m1985, lire en ligne).
  59. « Victimes du Covid-19 en France : profil-type, 7 maladies à risque », Le Journal des Femmes - Santé,‎ (lire en ligne).
  60. « Covid-19 : facteurs de risques d’hospitalisation et de décès à l’hôpital », sur EPI-PHARE, (consulté le ).
  61. (en) « Covid-19 Surveillance Report Week 05, 2021 », sur ECDC, (consulté le ).
  62. (en) « The coronavirus is most deadly if you are older and male — new data reveal the risks », Nature,‎ (lire en ligne).
  63. Maxime Vaudano , Adrien Sénécat et Assma Maad, « Les idées claires sur le Covid-19 : la dangerosité du virus », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  64. a b c et d (en) « Excess mortality - statistics », sur Eurostat, (consulté le ).
  65. a et b (en) « 580 000 excess deaths between March and December 2020 », sur Eurostat, (consulté le ).
  66. (en) « Excess mortality increased again in November 2021 », sur Eurostat,
  67. William Audureau, Pierre Breteau et Léa Sanchez, « La France a connu en 2020 la plus importante mortalité de son histoire récente », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  68. « Mission indépendante nationale sur l'évaluation de la gestion de la crise Covid-19 et sur l'anticipation des risques pandémiques - Rapport d'étape », sur Vie-publique.fr, .
  69. (en) « Russia’s population undergoes largest ever peacetime decline, analysis shows », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  70. a et b « Covid-19 dans le monde : près de 90 000 morts en Russie en novembre, Israël lance une quatrième campagne vaccinale », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  71. Stéphane Foucart, « Selon l’OMS, le bilan du Covid-19 est largement sous-estimé et l’épidémie a fait plus de six millions de morts dans le monde », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  72. Delphine Roucaute, « Covid-19 : le bilan officiel est de 5 millions de morts dans le monde, mais il pourrait être en réalité trois fois plus élevé », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  73. a et b (en) « The pandemic’s true death toll », The Economist,‎ (lire en ligne)
  74. (en) « COVID-19 resources », sur IHME, (consulté le )
  75. (en) « Excess mortality during the Coronavirus pandemic (COVID-19) », sur Our World in Data, (consulté le )
  76. Gita Gopinath, « Le « Grand confinement » : pire récession économique depuis la Grande dépression », sur Fonds monétaire international (consulté le ).
  77. « Eurostat - PIB et principaux composants (production, dépenses et revenu) - NAMQ_10_GDP », sur Eurostat, .
  78. a et b « Taux de croissance du PIB réel en volume - Variation par rapport à l'année précédente (%) - TEC00115 », sur Eurostat,
  79. « Royaume-Uni: la chute du PIB en 2020 désormais estimée à 9,8% », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  80. « Prévisions économiques de l'hiver 2021 : après un hiver difficile, la lumière au bout du tunnel », sur Commission européenne, (consulté le ).
  81. Éric Albert, Cécile Boutelet, Marie Charrel et Béatrice Madeline, « Covid-19 : les sept (r)évolutions déclenchées par l’urgence économique », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  82. Anne Cheyvialle, « Covid-19: la dette mondiale proche de 100% du PIB, alerte le FMI », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  83. « Dette publique trimestrielle », sur Eurostat,
  84. « Dette publique : « Cantonnement ou annulation, un débat sans issue » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  85. a et b (en) « Effects of Novel Coronavirus (COVID-19) on Civil Aviation: Economic Impact Analysis », sur ICAO, (consulté le ).
  86. a et b (en) « Passenger car registrations: -23.7% in 2020; -3.3% in December », sur Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA), .
  87. « Mai 2020 comparé à avril 2020 - Le volume des ventes du commerce de détail en hausse de 17,8% dans la zone euro », sur Eurostat, (consulté le ).
  88. (en) « Economic Impacts of COVID-19 on Civil Aviation », sur ICAO, (consulté le ).
  89. (en) « Effects of Novel Coronavirus (COVID‐19) on Civil Aviation: Economic Impact Analysis », sur ICAO, (consulté le ).
  90. (en) « European airport passenger traffic: 1 March - 17 May 2020 », sur Airports Council International, (consulté le ).
  91. (en) « Automotive industry », sur Commission européenne, .
  92. (en) « Tourism nights dropped sharply in March and April 2020 », sur Eurostat,
  93. Florentin Collomp, « Italie, Espagne, Grèce: catastrophe industrielle pour le tourisme européen », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  94. Mathilde Gérard, « Crise alimentaire : « C’est l’occasion ou jamais de réorienter notre système vers un développement plus durable » », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  95. Mathilde Gérard, « Coronavirus : après la pandémie, une grave crise alimentaire menace au Nord comme au Sud », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  96. Eric Albert, « Face à la pandémie, le Royaume-Uni a choisi un modèle économique européen », sur Le Monde, .
  97. « Covid-19 : les différents systèmes d’indemnisation du chômage partiel en Europe », sur Unédic, (consulté le ).
  98. a et b « Les pays européens face à la délicate sortie du chômage partiel », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  99. a et b « Le taux de chômage à 8,1% dans la zone euro et à 7,3% dans l'UE », sur Eurostat, (consulté le ).
  100. « Pandémie de coronavirus COVID-19: la réaction de l'UE », sur Consilium, (consulté en ).
  101. « Réaction face au coronavirus », sur Commission européenne, (consulté en )
  102. « Coronavirus en Italie. Von der Leyen « présente ses excuses » pour le manque de solidarité de l’UE », Ouest France, 2 avril 2020, lire en ligne (consulté le 2 avril 2020).
  103. a b et c Beatriz Rios, « La Commission européenne appelle à une sortie coordonnée du confinement », sur Euractiv.fr, EURACTIV.fr, .
  104. Jean-Pierre Stroobants , Sylvie Kauffmann et Virginie Malingre, « Les « somnambules » de l’Europe face à la crise due au coronavirus », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  105. Virginie Malingre, « Plan de relance européen : les chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE restent très loin d’un accord », le Monde,‎ (lire en ligne).
  106. (fr + en) « Europe Day messages by the leaders of the European Union », sur Consilium, .
  107. « Protection civile et opérations d'aide humanitaire européennes », sur Commission européenne, .
  108. (en) « Janez Lenarčič », sur Commission européenne, .
  109. « La crise du coronavirus bouscule l’Europe (Dossier N° 80) », sur B2Pro, .
  110. « Mécanisme de protection civile de l’UE », sur Commission européenne, .
  111. « Gestion de la crise et solidarité », sur Commission européenne, .
  112. « RescEU », sur Site de la Commission européenne, (consulté le ).
  113. « Soutenir la santé publique en Europe », sur Europa.eu, (consulté le ).
  114. « A quoi sert L’Europe dans la crise du coronavirus ? », Franceinfo:,‎ (lire en ligne).
  115. Alain Barluet, « À travers l’Europe, un déconfinement en ordre dispersé », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  116. « Bruxelles lance « Hera Incubator », un programme consacré aux mutations du Covid-19 », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  117. (en) « Von der Leyen announces the start of HERA Incubator to anticipate the threat of coronavirus variants », sur Commission européenne, .
  118. (en) « Risk assessment: Outbreak of acute respiratory syndrome associated with a novel coronavirus, Wuhan, China; first update », sur ECDC, .
  119. (en) « Risk assessment on COVID-19, 23 April 2020 », sur ECDC, (consulté le ).
  120. (en) « Guidelines for the use of non-pharmaceutical measures to delay and mitigate the impact of 2019-nCoV », sur ECDC, (consulté le ).
  121. (en) European Centre for Disease Prevention and Control, « Risk assessment on COVID-19, 6th update » [PDF], sur www.ecdc.europa.eu, (consulté le ).
  122. (en) « Coronavirus research and innovation - EU supported research and innovation projects and initiatives to tackle the spread of coronavirus and preparedness for other outbreaks. », sur Commission européenne, .
  123. (en) « Additional €150 million for the European Innovation Council to fund breakthrough ideas tackling coronavirus », sur Commission européenne, .
  124. Commission européenne, « Stratégie de l’Union européenne concernant les vaccins contre la COVID-19 », sur Eur-Lex, .
  125. « Instrument d’aide d’urgence », sur Commission européenne (consulté le ).
  126. « Coronavirus: La Commission approuve un contrat avec BioNTech-Pfizer pour garantir l'accès à un vaccin potentiel », sur Commission européenne, .
  127. « Coronavirus: La Commission approuve un contrat avec Moderna pour garantir l'accès à un vaccin potentiel », sur Commission européenne, .
  128. Chloé Aeberhardt, « Pfizer relance l’espoir d’un vaccin rapide contre le Covid-19 », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  129. « Coronavirus: la Commission approuve un contrat avec Valneva en vue de se procurer un nouveau vaccin potentiel », sur Commission européenne,
  130. « Covid-19 : l'Agence européenne des médicaments pourrait autoriser un vaccin d'ici la fin de l'année », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  131. « Covid-19 : la Commission européenne donne son feu vert au vaccin de Pfizer et BioNTech », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  132. « Une feuille de route européenne pour la levée des mesures de confinement liées à la pandémie de coronavirus », sur Site de la Commission européenne, .
  133. https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=CELEX:32020H1475&from=EN
  134. « COVID-19: Le Conseil adopte une recommandation visant à coordonner les mesures ayant une incidence sur la libre circulation », sur Consilium, .
  135. Commission européenne, « COVID-19: la Commission présente une réponse européenne coordonnée pour lutter contre l'impact économique du coronavirus », sur ec.europa.eu, .
  136. Commission européenne, « Aides d'État: la Commission adopte un encadrement temporaire pour permettre aux États membres de soutenir davantage l'économie face à la flambée de COVID-19 », sur ec.europa.eu, .
  137. (en) Commission européenne, « Stability and Growth Pact », sur ec.europa.eu.
  138. Union européenne, « Version consolidée du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne - troisième partie: les politiques et actions internes de l'union - titre vii: les règles communes sur la concurrence, la fiscalité et le rapprochement des législations - Chapitre 1: Les règles de concurrence - Section 2: Les aides accordées par les États - Article 107 (ex-article 87 TCE) », version consolidée au , sur EUR-Lex, l'accès au droit de l'Union européenne, géré par l'Office des publications de l’Union européenne, (consulté le ).
  139. Commission européenne, « Coronavirus: La Commission propose d'activer la clause dérogatoire générale du cadre budgétaire pour faire face à la pandémie », sur ec.europa.eu, .
  140. « Réaction face au coronavirus - Utiliser chaque euro disponible par tous les moyens possibles pour protéger les vies et les moyens de subsistance », sur ec.europa.eu, .
  141. (en) « A European instrument for temporary Support to mitigate Unemployment Risks in an Emergency (SURE) », sur ec.europa.eu, .
  142. a et b (en) Mário Centeno, « Remarks following the Eurogroup videoconference of 9 April 2020 », sur Consilium, .
  143. a et b (en) Eurogroup, « Report on the comprehensive economic policy response to the COVID-19 pandemic », sur Consilium, .
  144. « Résolution du Parlement européen du 17 avril 2020 sur une action coordonnée de l’Union pour combattre la pandémie de COVID-19 et ses conséquences (2020/2616(RSP)) », sur Parlement européen, .
  145. Maxime Vaudano, « « Coronabonds » : comprendre la bataille des mots qui cache le vrai débat sur la solidarité européenne », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  146. Virginie Malingre, « La zone euro se protège face à une crise de la dette », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  147. « Vidéoconférence de l'Eurogroupe », sur Consilium, (consulté le ).
  148. « Vidéoconférence des membres du Conseil européen, 26 mars 2020 », sur Consilium, .
  149. Virginie Malingre, « Coronavirus : au Conseil européen, les Vingt-Sept ébauchent la suite », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  150. Cadre financier pluriannuel (CFP).
  151. Secrétariat général du Conseil, « Conclusions du président du Conseil européen faisant suite à la visioconférence sur la Covid-19 tenue avec les membres du Conseil européen le 23 avril », sur Consilium, .
  152. « Conclusions du Conseil européen, 17 au 21 juillet 2020 », sur Consilium, .
  153. Eric Albert, « Coronavirus : la BCE lance un plan d’urgence historique pour calmer les marchés », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  154. (en) BCE, « ECB announces €750 billion Pandemic Emergency Purchase Programme (PEPP) », sur Banque centrale européenne, .
  155. (en) BCE, « ECB takes steps to mitigate impact of possible rating downgrades on collateral availability », sur Banque centrale européenne, .
  156. « Coronavirus : la BCE annonce de nouvelles mesures de soutien aux banques », Europe1,‎ (lire en ligne).
  157. « La BCE prend des mesures afin de réduire l’impact d’éventuelles dégradations de notations sur la disponibilité des garanties », sur Banque de France, .
  158. (en) « Monetary policy decisions », sur BCE, .
  159. Éric Albert, « La Banque centrale européenne annonce un nouveau et énorme plan de soutien à l’économie », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  160. (en) « Coronavirus Resource Center », sur Johns Hopkins University, .
  161. (en) « COVID-19 Dashboard by the Center for Systems Science and Engineering (CSSE) at Johns Hopkins University », sur Johns Hopkins University of Medicine, .
  162. (en) « European Centre for Disease Prevention and Control », sur ECDC, .
  163. (en) « ECDC Covid-19 », sur ECDC, .
  164. a b c et d « La démographie des décès par Covid-19 », sur INED, (consulté le ).
  165. a b et c Clara Guibourg, « Covid-19 : une majorité de morts dans une minorité de régions européennes », Alternatives économiques,‎ (lire en ligne).
  166. a b et c (en) « A fraction of regions account for a majority of deaths », Newsworthy,‎ (lire en ligne).
  167. a b et c Sophie Amsili et Florian Maussion, « Coronavirus : pourquoi le taux de mortalité par pays ne dit rien de la propagation de la maladie », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  168. François Robin-Champigneul, « Trajectoires épidémiques comparées du COVID-19 dans 7 pays (Chine, Corée du Sud, Italie, France, Espagne, Allemagne et Suède) « Brève » n°12 » », sur INED, (consulté le ).
  169. « Taux d'incidence », sur INSEE,
  170. « Taux d'incidence France par département », sur Santé Publique France - Géodes, .
  171. (en) « COVID-19 situation update for the EU/EEA », sur ECDC.
  172. « Prévalence d’une maladie », sur INED, 2020.
  173. a b et c (en) Steven J. Phipps, R. Quentin Grafton et Tom Kompas, « Robust estimates of the true (population) infection rate for COVID-19: a backcasting approach », sur Royal Society Open Science, (consulté le ).
  174. (en) Hannah Devlin, « Regional differences in Covid-19 transmission rate emerge in England », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  175. (en) « Nowcasting and Forecasting of COVID-19 », sur University of Cambridge, (consulté le ).
  176. Oriol Güell, « La segunda ola de la encuesta de prevalencia ratifica la escasa circulación del virus pese a la desescalada », El País,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]