Emirates

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Emirates Air Line.
Emirates
Logo de cette compagnie
AITA OACI Indicatif d'appel
EK UAE Emirates
Repères historiques
Date de création 1985
Généralités
Basée à Aéroport international de Dubaï
Autres bases

Aéroport Sydney-Kingsford Smith

Aéroport de Bangkok-Suvarnabhumi
Programme de fidélité Emirates Skywards
Taille de la flotte 235 (+15 cargo)
Nombre de destinations 140
Siège social Drapeau des Émirats arabes unis Dubaï (Émirats arabes unis)
Société mère Groupe Emirates
Filiales Arabian Adventures, Congress Solutions International, Emirates Holidays, Emirates Tours
Effectif 62 697
Dirigeants Sheikh Ahmed bin Saeed Al-Maktoum
Site web www.emirates.com
Données financières
Chiffre d'affaires en augmentation 2013 (+17% vs 2012)
Résultat net en augmentation 1,2 milliard de dollars - 2014 (+ 60% par rapport à 2013)

Emirates (en arabe : الإمارات) est une compagnie aérienne basée à Dubaï, actuellement la plus importante compagnie des Émirats arabes unis et du Moyen-Orient.

Fondée en 1985, elle est aujourd'hui l'une des compagnies aériennes au développement le plus rapide au monde[1], mais elle est aussi et surtout un élément clé dans la stratégie de développement touristique de l’émirat de Dubaï. La compagnie est internationalement reconnue pour la qualité de son service puisque plus de 400 distinctions lui ont été attribuées au cours de ces vingt dernières années[2]. Selon l'IATA, Emirates figure parmi les 10 premières compagnies aériennes mondiales par le nombre de passagers internationaux en 2013, avec environ 43 millions de passagers contre 30 millions environ en 2011.

L'appellation Fly Emirates n'est pas le deuxième nom de la compagnie, mais une accroche destinée aux partenariats d'évènements extra-aériens (sponsoring sportif : football, rugby, cricket, golf, courses hippiques et également d'autres événements tels le Dubai Shopping Festival ou le West Australian Symphony Orchestra).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le terminal de l'aéroport de Dubaï entièrement réservé à Emirates.

Fondée en mai 1985 par le gouvernement de l’émirat de Dubaï, elle acheté plusieurs 727 et A300 à Boeing et Airbus. La compagnie s'est rapidement développée pour desservir plus de 100 destinations en 2006 sur les cinq continents. Elle appartient à Emirates Group. Son hub est l’aéroport international de Dubaï (IATA : DXB). Le cap des 30 millions de voyageurs a été franchi en 2011. L’activité cargo est l’apanage d’Emirates SkyCargo. Le , Emirates inaugure une nouvelle liaison directe de Dubaï à New York avec l’Airbus A380[3].

En novembre 2012, la compagnie aérienne annonce avoir doublé son bénéfice net au premier semestre en ayant enregistré un résultat net de 346 millions et une hausse du nombre de passagers de plus de 15 %[4].

Un Boeing 727 à Dubai en 1987
Un Airbus A300 Emirates

Emirates a déclaré en septembre 2013 avoir déposé une demande auprès de l'État français pour pouvoir desservir Bordeaux, Marseille et Toulouse. En effet, après Paris, Nice et Lyon, la compagnie a déclaré vouloir s'implanter plus en France. Cependant, elle n'a toujours pas reçu satisfaction, puisque le gouvernement est sous pression d'Air France qui exploite les lignes où Emirates souhaite se développer à un coût plus élevé que son possible futur concurrent[réf. nécessaire]. La compagnie orientale annonce également avoir pour objectif à l'horizon 2020 de transporter 70 millions de passagers avec 250 appareils et de faire de Dubaï le plus grand hub au monde. Elle deviendrait ainsi la première compagnie aérienne au monde en nombre de passagers internationaux transportés. Emirates a lancé la construction d'un nouveau terminal à DXB et la construction d'un nouvel aéroport à Dubai qui sera une fois construit le plus grand au monde.

Destinations[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Destinations d'Emirates.

Flotte[modifier | modifier le code]

Airbus A330-200 d'Emirates.
Airbus A340-300 d'Emirates.
Airbus A380-800 d'Emirates.
Boeing 777-300ER de la compagnie.

En mars 2016, les appareils suivants sont en service au sein de la flotte d'Emirates[5] :

Flotte Emirates
Appareil En service Commandes Passagers

(First/Business/Economy)

Réseaux Notes
Airbus A330-200 10 237 (12/42/183)

278 (0/27/251)

Court et moyen courrier Seront retirés en 2016
Airbus A340-300 4 267 (12/42/213) Moyen et long courrier Seront retirés en 2016
Airbus A380-800 76[6] 66[6],[7] 489 (14/76/399)

517 (14/76/427)

615 (0/58/557)

Moyen et Long courrier Plus grand opérateur de l'A380-800
Boeing 777-200ER 6 290 (12/42/236) Moyen courrier Seront retirés en 2016
Boeing 777-200LR 10 266 (8/42/216) Ultra long courrier
Boeing 777-300 12 364 (12/42/310) Moyen et long courrier
Boeing 777-300ER 116 36 354 (8/42/304)
360 (8/42/310)
427 (0/42/385)
Long courrier Plus grand opérateur du 777-300ER
Boeing 777-8X 35 non défini Livraisons à partir de 2020
Boeing 777-9X 115 non défini Livraisons à partir de 2020
Total 235 252

Depuis le 2 août 2015, Emirates n'opère plus le Boeing 777-200[8]. L'âge moyen de la flotte d'Emirates est de 6,5 ans.

Flotte Emirates SkyCargo
Appareil En service Commandes Capacité cargo Notes
Boeing 747-400ERF 2 117 000 kg
Boeing 777F 13 2 103 000 kg
Total 15[9] 2
Boeing 747-400ERF de la division fret.

Executive[modifier | modifier le code]

La flotte ‘Executive’ d’Emirates comprend un Airbus ACJ319[10]

Flotte Executive d’Emirates
Avion En service Commandes Passagers
Airbus A319-100CJ 1 19 (10 suites/5 sièges-lits plats/4 sièges inclinables)
Total 1 0

En commande[modifier | modifier le code]

Emirates est devenue une compagnie très reconnue mondialement notamment grâce à sa commande de 140 Airbus A380.
A380 A6-EDC en finale pour la piste 27R à CDG.

Lors du Dubai Air Show 2005, Emirates a commandé 42 Boeing 777 (24 777-300ER, 8 777-200LR, 10 777 Cargo). De plus, la compagnie a converti l’option pour deux A380 Cargo en version passager. Emirates a commandé 10 Boeing 747-8F lors du salon de Farnborough 2006.

Le 11 novembre 2006, Emirates a confirmé l'annulation de 18 A340-600HGW, suivant les déclarations de Tim Clark (en), son président, qui considère l’appareil comme obsolète et trop gourmand en kérosène du fait de ses quatre réacteurs.

Enfin, la compagnie envisage de commander 100 Airbus A350 XWB ou des Boeing 787 et s'est dite intéressée par le Boeing 747-8I.

Lors du Dubaï Air Show de 2007, la compagnie de Dubaï a annoncé la commande de 50 A350-900 XWB ainsi que 20 A350-1000 XWB et 11 nouveaux A380.

Le 8 juin 2010, lors du salon ILA de Berlin, Emirates annonce la super-commande pour 32 A380-800 supplémentaires d'une valeur d'environ 11,5 milliards de dollars au prix catalogue. Airbus affirme que c'est la plus importante commande de l'histoire de l'aéronautique en valeur.

Lors du Dubaï Air Show en novembre 2011, Emirates a commandé 50 Boeing 777-300ER et a posé une option sur 20 autres 777-300ER. La valeur de cette commande est estimée à 18 milliards de dollars.

La Business Class chez Emirates

Le 17 novembre 2013, lors du Dubaï Air Show de 2013, Emirates a commandé 150 Boeing 777x, répartis entre 35 B777-8X et 115 B777-9X ainsi que 50 Airbus A380-800 pour une valeur de 23 milliards de dollars [11]. Le 9 juillet 2014, Boieng annonce qu’Emirates a finalisé sa commande de 150 777X. Cette commande a une valeur estimée à 56 milliards de dollars. Emirates détient également des droits d’achat pour 50 appareils supplémentaires qui porteront la valeur totale de l’accord à 75 milliards de dollars s’ils sont convertis[12].

La Première Classe chez Emirates

Partages de codes et Alliances[modifier | modifier le code]

Emirates réalise actuellement des vols à partage de code avec :

  • Air India : quatre vols hebdomadaires entre Dubaï et Chennai, cinq vols hebdomadaires entre Dubaï et Cochin opérés par Emirates ;
  • Air Malta : cinq vols hebdomadaires entre Malte et Larnaca opérés par Emirates ;
  • Classe économique chez Emirates
    Air Mauritius : dix-huit vols hebdomadaires programmés et trois vols hebdomadaires supplémentaires entre Dubaï et l'île Maurice opérés par Emirates ;
  • Continental Airlines : certains vols entre Dubaï et Londres Heathrow opérés par Emirates et entre Londres Heathrow et Newark et Houston opérés par Continental ;
  • Japan Airlines : outre les vols Emirates sans escale vers Osaka et Nagoya, le partage de code est disponible sur certains vols opérés par des compagnies japonaises entre Osaka et Tokyo (Haneda), Fukuoka et Sapporo, et entre Nagoya et Sapporo et Fukuoka ;
  • Jet Airways : vols journaliers entre Dubaï et Mumbaï. Vols journaliers entre Dubaï et Delhi ;
  • Korean Air : vols quotidiens sans escale entre Dubaï et Séoul, opérés par Emirates. Vols sans escales, trois fois par semaine, opérés par Korean Air ;
  • Oman Air : partage de code entre Emirates et Oman Air, sur tous les services de l'autre compagnie entre Dubaï et Muscat ;
  • Philippine Airlines : dix vols hebdomadaires entre Dubaï et Manille opérés par Emirates ;
  • Royal Air Maroc : services quotidiens entre Dubaï et Casablanca opérés par Emirates ;
  • South African Airways : trois vols quotidiens entre Dubaï et Johannesburg opérés par Emirates. Services quotidiens entre Dubaï et Le Cap opérés par Emirates ;
  • Portugal : tous les vols entre Lisbonne et Barcelone, Faro, Funchal, Madrid, Porto et Séville de la compagnie portugaise.[pertinence contestée] Ceux entre Dubaï et Lisbonne, Bangkok, Singapour (via Colombo sans arrêt possible[C'est-à-dire ?]), Hong Kong et Kuala Lumpur d'Emirates ;
  • Thai Airways : outre les vols Emirates directs à destination de Bangkok, le partage de code Emirates et Thai Airways sur chacun de leurs sept vols hebdomadaires entre Dubaï et Bangkok.

Le 5 septembre 2012, Emirates signe un accord stratégique d'une durée de dix ans avec la compagnie australienne Qantas. Cet accord, qui est entré en vigueur en avril 2013, stipule que tous les passagers de Qantas, à destination de l'Europe, transiteront par Dubaï, pour continuer leur voyage sur les appareils d'Emirates. Qantas ne conserve plus qu'une seule destination européenne en propre - Londres - qu'elle continue à desservir deux fois par jour en A380 au départ de Sydney et Melbourne, via Dubaï. La desserte de Francfort a été fermée. Avec cet accord, Emirates rompt l'isolement dans lequel les compagnies européennes s’efforcent de la maintenir[13].

Accusations de Jean-Cyril Spinetta[modifier | modifier le code]

Le , Jean-Cyril Spinetta accuse la compagnie Emirates de bénéficier d'un soutien sans faille des Émirats arabes unis[14]. Le , Tim Clark (en), le président d'Emirates, répond aux accusations de concurrence déloyale de Spinetta et affirme qu'« Emirates ne bénéficie d'aucune subvention »[15].

En mars 2011, Spinetta s'insurge à nouveau contre la « menace » des compagnies du Golfe devant la mission d'information sur la compétitivité de l'économie française de l'Assemblée nationale[16]. Une analyse détaillée, faite par un professionnel reconnu du transport aérien, des comptes respectifs d'Emirates et d'Air France fait ressortir une série continue de ratios à l’avantage d’Emirates. L'expert constate des écarts importants de compétitivité entre les deux compagnies au niveau des frais de personnel et du rendement de chaque salarié. Ces ratios fournissent une explication de l’écart durable entre les deux transporteurs en faveur d'Emirates[17].

Publicité et sponsoring[modifier | modifier le code]

Emirates devient à partir de l'été 2013 le sponsor principal du Real Madrid CF. Emirates est également sponsor du Paris Saint Germain, de l'AC Milan, d'Arsenal, du SL Benfica, et de Hambourg SV mais aussi de tournois de tennis comme Roland Garros ou encore de la Formule 1.

En 2015, Jennifer Aniston conclut un contrat de 5 millions de dollars avec la compagnie[18]. Le , une première publicité mettant en scène la comédienne est dévoilée[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr)« La compagnie Emirates se pose à Lyon après Paris et Nice », Reuters, 12 octobre 2012
  2. Les meilleures compagnies aériennes au monde, Challenges, 19 juin 2013
  3. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2008/08/01/01011-20080801FILWWW00306-a-emirates-relie-dubai-a-new-york.php
  4. http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20121112.REU0472/un-a380-d-emirates-fait-demi-tour-apres-une-panne-de-moteur.html
  5. (en)« Emirates Fleet Details », sur planespotters.net
  6. a et b « L’A380 Emirates | Notre flotte | L’Expérience Emirates | Emirates France », sur Emirates France (consulté le 24 février 2016)
  7. « Emirates commande deux nouveaux Airbus A380 - France 3 Midi-Pyrénées », sur France 3 Midi-Pyrénées (consulté le 13 avril 2016)
  8. « Emirates retire de sa flotte son dernier Boeing 777-200 (vidéo) » (consulté le 29 août 2015)
  9. « Emirates Fleet Details and History - Planespotters.net Just Aviation », sur www.planespotters.net (consulté le 2 septembre 2015)
  10. (en) « Emirates Executive - Our Fleet », emirates-executive.com (consulté le 22 septembre 2013)
  11. « Emirates achète 150 B777X et… 50 A380 », sur Air Journal,‎ (consulté le 19 novembre 2015)
  12. « Emirates finalise sa commande de 150 Boeing 777X », sur www.journal-aviation.com,‎ (consulté le 19 novembre 2015)
  13. (fr)Bruno Trevidic, « L'alliance de Qantas et Emirates rebat les cartes du ciel », LesEchos.fr, 6 septembre 2012
  14. Le Figaro - interview de Spinetta : « Les compagnies du Golfe tuent notre industrie »
  15. «Emirates ne bénéficie d'aucune subvention», sur Le Figaro,‎ (consulté le 19 novembre 2015)
  16. « Assemblée Nationale : Air France et la SNCF à la barre », sur Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels,‎ (consulté le 19 novembre 2015)
  17. JL Baroux, « Air France KLM versus Emirates : la guerre…des chiffres », sur deplacementspros.com,‎ (consulté le 19 novembre 2015)
  18. (en) « Jennifer Aniston lands $5 million with Emirates Airlines », sur Mail Online (consulté le 19 novembre 2015)
  19. https://www.youtube.com/watch?v=kwYr4LAIUjk

Liens externes[modifier | modifier le code]