Pandémie de Covid-19 à Singapour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pandémie de Covid-19 à Singapour
COVID-19 Cases in Singapore by Planning Areas.svg
Carte des zones avec des cas confirmés (en rouge) de coronavirus (au )
Maladie
Agent infectieux
Origine
Localisation
Coordonnées
Premier cas
Date d'arrivée

(11 mois et 27 jours)
Site web
Bilan
Cas confirmés
58 285 ()[1],[2],[3]
Cas soignés
58 168 ()[1],[2],[3]
Hospitalisations
Morts
29 ()[1],[2],[3]

Le premier cas lié à la pandémie de Covid-19 à Singapour a été confirmé le . Les premiers cas ont été des cas importés, jusqu'à ce que la transmission locale commence à se développer en février et mars. Fin mars et avril, des clusters de Covid-19 ont été détectées dans plusieurs dortoirs de travailleurs étrangers, ce qui a rapidement contribué à augmenter le nombre de nouveaux cas dans le pays.

Pour lutter contre le Covid-19, un comité multi-ministériel a été formé le 22 janvier, avec comme coprésidents le ministre du Développement national Lawrence Wong et le ministre de la Santé Gan Kim Yong, et en tant que conseillers le Premier ministre Lee Hsien Loong et le vice-Premier ministre et ministre des Finances Heng Swee Keat[5],[6]. En réponse au nombre croissant de nouveaux cas, Singapour a annoncé le 3 avril un ensemble de mesures préventives appelées collectivement un « briseur de cycle », à appliquer du 7 avril au 4 mai. Le 21 avril, ces dispositions ont été prorogées jusqu'au 1er juin à la suite d'une transmission continue non détectée au sein de la communauté.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Le 31 décembre 2019, les autorités sanitaires chinoises signalent à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) un groupe de cas de pneumonie virale de cause inconnue à Wuhan, dans la province du Hubei[7],[8]. L'OMS lance une enquête début janvier 2020[9]. Le 30 janvier, après avoir achevé l'enquête à Wuhan et recueilli des preuves que le nouveau coronavirus s'était propagé dans 18 pays, l'OMS déclare que l'épidémie est une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI)[10],[11].

Déroulement de l'épidémie[modifier | modifier le code]

Le taux de létalité du Covid-19 a été bien inférieur à celui du SRAS en 2003[12],[13] mais la transmission a été significativement plus élevée, avec un nombre total de morts important[14].

Vague 1 : cas importés de Chine (janvier 2020)[modifier | modifier le code]

Les autorités nationales ont commencé à signaler les cas suspects le 4 janvier[15], mais le premier cas d'infection confirmé a été signalé le 23 janvier, en la personne d'un touriste de Wuhan[16]. Jusqu'au 30 janvier, il y avait au total 13 cas confirmés, tous des visiteurs chinois de Singapour[17],[18].

Le premier cas impliquant un Singapourien a été confirmé le 31 janvier après son retour de Wuhan[19]. Des procédures de recherche des contacts ont été mises en place pour identifier les personnes qui avaient été en contact étroit avec des cas confirmés ; et ces personnes ont été placés en quarantaine de 14 jours, afin de limiter la propagation potentielle du virus[20],[21] .

Vague 2 : premiers clusters locaux (février à mars 2020)[modifier | modifier le code]

Ces cas importés conduisent finalement à la formation de grappes traçables de transmissions locales, des « clusters ».

Le premier cluster a été signalé le 4 février à Yong Thai Hang, une boutique qui sert principalement des touristes chinois, où quatre femmes sans antécédents récents de voyage en Chine ont contracté le virus[22]. Le magasin avait été touché pendant la visite d'un groupe de touristes du Guangxi, en Chine. Au cours de leur séjour à Singapour, ce groupe de touristes était également passé dans d'autres endroits tels que la Diamond Industries Jewellery Company à Harbor Drive, où un autre cas s'est produit[23]. Le groupe de touristes était retourné en Chine, et les autorités chinoises ont confirmé que deux des membres du groupe étaient infectés.

Les autorités ont ensuite augmenté le niveau de l'état du système de réponse aux épidémies (DORSCON) du pays de jaune à orange après que d'autres cas d'origines peu claires sont apparus le 7 février[24],[25], le Premier ministre Lee exprimant son inquiétude à propos de certains cas sans chaîne de transmission connue les reliant à Wuhan ou à des cas dépistés à Singapour, disant qu'il pourrait devenir « futile d'essayer de retrouver chaque contact »[26],[27].

D'autres clusters ont vu le jour à divers endroits, où il y a eu des rassemblements à grande échelle tels que des conférences d'affaires, des dîners du Nouvel An chinois et des activités liées à l'église[28].

Vague 3 : nouvelle vague de cas importés lors du retour de Singapouriens et de résidents[modifier | modifier le code]

Les cas importés sont également devenus une source d'infection en mars[29],[30].

Vague 4 : extension des clusters et passage potentiel à une transmission communautaire[modifier | modifier le code]

Tout au long de l'épidémie, les cas ont été rattachés à des clusters que plusieurs cas avaient visitées au cours d'une période donnée, avec des lieux comprenant des institutions religieuses[31], lieux de travail[32], des chantiers de construction[33], un certain nombre d'écoles[34], des événements privés[35], commerces de détail[36],[37],[38], et un hôpital[39].

Vague 5 : contamination de la population de travailleurs migrants[modifier | modifier le code]

Depuis début avril, la plupart des nouveaux cas se sont produits dans des dortoirs de travailleurs étrangers et des chantiers de construction, 23 008 des 25 346 cas confirmés étant des résidents de dortoirs au 13 mai[40],[41],[42]. Le plus grand nombre de cas quotidiens a été signalé le 20 avril, avec 1 426, le dernier cas importé le 10 mai[43],[44],[45].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Nombre de cas (bleu) et nombre de morts (rouge) en échelle logarithmique.

Le graphique montre le nombre total de cas confirmés en fonction du temps (par date) depuis le 23 janvier 2020, date du premier cas signalé à Singapour. L'axe vertical suit une échelle logarithmique. Dans un tel graphique (connu sous le nom de graphique semi-logarithmique ), une croissance exponentielle du nombre de cas apparaîtra sous la forme d'une ligne droite sur le graphique. La pente de la droite détermine le taux de croissance du nombre de cas, avec une pente plus raide représentant un taux de croissance plus élevé.

On lit bien sur ce graphique L'apparition des premiers clusters locaux (février à mars 2020), qui forme la première marche d'une centaine de cas, puis le retour des Singapouriens et des résidents, portant le nombre de cas à un milliers, puis la contamination de la population de travailleurs migrants formant une troisième marche de l'ordre de 20 000 cas.

La politique de Singapour pour contenir les infections du Covid-19 passe par le traçage et la mise en quarantaine des personnes ayant été en contacts étroits avec les cas avérés, en testant chaque cas de syndrome grippal et de pneumonie. Les forces de police de Singapour, les forces armées de Singapour et le ministère de la Santé se coordonnent pour effectuer un traçage agressif des contacts[46].

On peut noter sur le graphique l'écart important entre le nombre de cas avérés et le nombre de décès. À la date du 17 mars, Singapour avait signalé 27 356 cas avérés mais seulement 22 décès, ce qui correspond à un taux de létalité du virus de 0,08 % ; non pas que la Covid-19 tue moins à Singapour qu'ailleurs, mais essentiellement du fait du « traçage agressif » des cas, permettant de répertorier la quasi-totalité des infections.

Impact domestique[modifier | modifier le code]

Impact économique[modifier | modifier le code]

La pandémie en cours est susceptible d'avoir un impact significatif sur l'économie locale. Le 17 février, le ministère du Commerce et de l'Industrie (MTI) a abaissé la prévision de croissance du PIB de Singapour entre -0,5 % et 1,5 %[47]. Cela est dû en grande partie au ralentissement des marchés d'exportation de Singapour, aux perturbations des chaînes d'approvisionnement mondiales, à une baisse du tourisme et à une baisse de la consommation intérieure. Le 26 mars 2020, MTI a déclaré qu'il pensait que l'économie se contracterait entre 1 % et 4 % en 2020. C'était après que l'économie ait reculé de 2,2 % au premier trimestre 2020 par rapport au même trimestre en 2019[48]. Le 2 avril, l'agence de notation Moody's a dégradé le secteur bancaire de Singapour de perspectives « stables » à des perspectives « négatives » en raison de la hausse des créances douteuses et de la détérioration de la rentabilité à la suite de la pandémie de coronavirus[49]. Il a été estimé par l'économiste Chua Hak Bin, le confinement du « briseur de cycle » à partir du 7 avril pourrait avoir un impact économique de l'ordre de 10 milliards de dollars[50]. Kit Wei Zheng de Citigroup a fait valoir que l'économie se contracterait de 8,5 % en 2020 à la suite de l'extension des mesures annoncée le 21 avril[51]. Avec le confinement imposé aux travailleurs étrangers, certains craignaient que les travaux de construction ne soient retardés jusqu'à 6 mois[52].

Le 6 avril 2020, il a été annoncé au Parlement que le terminal 2 de l'aéroport de Changi serait fermé à compter du 1er mai pour 18 mois en raison de la pandémie de Covid-19 en cours[53]. La fermeture du terminal 2 permettra également aux travaux d'agrandissement en cours annoncés en janvier 2020 d'être achevés jusqu'à 1 an avant la date prévue en 2023 au lieu de 2024[54].

Emploi[modifier | modifier le code]

Les données publiées par le ministère de la Main-d'œuvre ont montré que l'emploi total avait perdu 19 900 travailleurs au premier trimestre 2020, ce qui était la plus forte baisse depuis le SRAS en 2003[55]. Les travailleurs étrangers étaient susceptibles d'être licenciés pendant la crise, car les mesures de soutien telles que le programme de soutien à l'emploi visaient principalement à subventionner les salaires du personnel local et non de tous les employés. Il y avait environ 22 200 employés étrangers de moins (à l'exclusion des employés de maison) entre décembre 2019 et mars 2020[56].

Inflation[modifier | modifier le code]

L'inflation globale est tombée à 0,3 % en février 2020 sur une base annuelle, la première fois cette décennie que l'inflation est devenue négative. Cela était également dû à la rupture des chaînes d'approvisionnement en raison de la Covid-19[57].

Bourse[modifier | modifier le code]

Le 9 mars, le Straits Times Index a chuté de 6,03 % en raison de l'impact de la Covid-19, aggravé par la guerre des prix du pétrole[58]. L'indice a de nouveau chuté de 3,8 % trois jours plus tard, après l'annonce de nouvelles mesures, l'Organisation mondiale de la santé déclarant une pandémie[59].

Tourisme et événements[modifier | modifier le code]

En tant que l'un des pays les plus touchés par la pandémie, le tourisme à Singapour a chuté, le Singapore Tourism Board prévoyant une baisse de 25 à 30 % des arrivées de visiteurs par rapport à l'année précédente[60]. Plusieurs pays ont imposé des restrictions de voyage à Singapour[61]. Le Premier ministre Lee Hsien Loong a encouragé les Singapouriens à effectuer un séjour local pour atténuer la baisse de la demande touristique[62].

Impact sociétal[modifier | modifier le code]

Shopping local[modifier | modifier le code]

L'industrie du commerce de détail et de l'alimentation a été fortement affectée par la baisse des dépenses de consommation. Le trafic piétonnier dans les centres commerciaux a diminué[63] certains centres commerciaux ayant choisi de réduire leurs heures d'ouverture[64]. Les locataires poussent les propriétaires à obtenir des remises de loyer, invoquant une baisse importante des revenus.[65]

Plusieurs centres commerciaux et propriétaires, dont l'aéroport Jewel Changi et CapitaLand, ont mis en place des remises de loyers[66]. L'Agence nationale pour l'environnement (NEA) a également mis en œuvre des exonérations et des remises de loyer pour tous les commerçants des centres de colportage exploités par la NEA ou des opérateurs désignés par la NEA[67].

Selon CapitaLand en février 2020, le trafic piétonnier dans les centres commerciaux était presque revenu à la normale[63]. Cependant, le 28 mars, après que le gouvernement a rappelé au public de rester chez lui et de ne pas visiter les lieux sauf si cela était essentiel, le Straits Times a indiqué que le quartier commerçant d'Orchard Road était sensiblement plus calme[68].

En réponse aux mesures de confinement du gouvernement pour avril, Suntec City a annoncé qu'elle renoncerait au loyer de tous les locataires pour le mois d'avril[69].

Achat de panique et escroquerie[modifier | modifier le code]

L'achat de panique et la hausse des prix des équipements de protection individuelle (EPI) tels que les masques ont commencé avec le premier cas confirmé de Covid-19 à Singapour le 23 janvier 2020[16]. Le 24 janvier, les masques N95 et chirurgicaux étaient épuisés dans les points de vente[70]. Le ministère de la Santé a assuré au public qu'il y avait suffisamment de masques N95 en cas de forte augmentation de la demande. Cela a incité les détaillants locaux, dont NTUC FairPrice, Watsons et Guardian, à imposer des limites sur le nombre de masques, de désinfectants pour les mains et de thermomètres que chaque consommateur peut acheter[71]. Le gouvernement a exhorté le public à ne porter des masques qu'en cas de malaise, invoquant des modes de consommation non durables et la possibilité d'un faux sentiment de sécurité[72],[73].

La pénurie de masques et d'autres EPI a poussé de nombreux détaillants à faire du profit en faisant des prix et en scalpant[74]. Cela comprenait à la fois les magasins locaux et les détaillants sur les plateformes de commerce électronique[75]. Le gouvernement a applaudi les plateformes Carousell et Qoo10 pour avoir menacé de suspendre les profiteurs. Le contrôleur gouvernemental des prix a également lancé des avertissements aux détaillants qui se livrent à des hausses de prix et ont demandé des informations aux plateformes de commerce électronique sur les profiteurs potentiels. [76],[77]

L'achat de panique et la thésaurisation des produits essentiels tels que le riz, les nouilles instantanées et le papier toilette ont eu lieu avec l'augmentation du niveau DORSCON du jaune à l'orange le 7 février 2020, avec des étagères vides dans les supermarchés en quelques heures.[78] En réponse, le gouvernement et les détaillants locaux ont déclaré qu'il y avait suffisamment de produits essentiels, exhortant les Singapouriens à ne pas accumuler[79],[80]. La chaîne de supermarchés locale NTUC FairPrice a imposé des limites sur la quantité d'articles essentiels que chaque consommateur peut acheter, ces limites étant initialement fixées pour les produits en papier, les produits à base de riz, les paquets de nouilles instantanées et les légumes.[81] NTUC FairPrice et Dairy Farm Singapore ont annoncé qu'elles instaureraient des horaires spécifiques pour les membres de la communauté les plus vulnérables tels que les membres de Pioneer Generation[82] .

Une deuxième vague d'achats de panique et de thésaurisation s'est produite le 17 mars lorsque la Malaisie a annoncé son verrouillage à partir du 18 mars, suscité par les craintes de pénuries alimentaires. Le gouvernement a précisé que le flux de marchandises, de marchandises et de vivres entre Singapour et la Malaisie va se poursuivre, exhortant le public à ne pas paniquer l'achat. Ils ont ajouté que Singapour dispose de diverses sources de produits essentiels et ne fait pas face à une pénurie immédiate de produits alimentaires ou essentiels.[83] NTUC FairPrice a élargi sa liste d'articles limités par consommateur pour inclure les œufs, les légumes et la volaille[84]. 10 jours plus tard, NTUC FairPrice a élargi sa liste pour inclure les aliments en conserve, l'huile de cuisson et la viande congelée, avec des limites d'achat réduites pour les produits en papier[85].

Services religieux[modifier | modifier le code]

Même lorsque DORSCON a été élevé à Orange le 7 février, plusieurs événements religieux ont toujours eu lieu. L'un d'eux était la possession de Thaipusam, qui prenait plusieurs précautions comme la prise de température et la fourniture de désinfectants pour les mains et de masques pour assurer les fidèles.[86] L'événement a fini par attirer 11 500 personnes, le taux de participation le plus élevé depuis 2013[87] Un autre événement a été l'événement du Festival des lanternes à Loyang, qui a attiré la moitié de la participation habituelle à environ 3 000 personnes[88].

L'Église catholique de Singapour a annoncé qu'elle suspendait indéfiniment les messes à partir du 15 février à midi[89]. Elles devaient reprendre le 14 mars[90] mais continuent d'être suspendues indéfiniment à la suite de la déclaration de pandémie de l'Organisation mondiale de la santé[91].

Le Conseil religieux islamique de Singapour a demandé aux musulmans de prendre des précautions pour maintenir l'hygiène personnelle tandis que la Fédération bouddhiste de Singapour a conseillé aux temples d'annuler leurs activités.[92] Certaines églises ont choisi de suspendre les services, de les diffuser en direct à la place. Les institutions religieuses ont intensifié les procédures de désinfection.

Le 12 mars, le Conseil religieux islamique de Singapour a annoncé la fermeture de toutes les mosquées pendant cinq jours à compter du 13 mars pour désinfection, à la suite de l'infection de deux personnes d'un rassemblement en Malaisie. Les prières ont été annulées le 13 mars et les activités ont cessé jusqu'au 27 mars.[93] La fermeture des mosquées est prolongée jusqu'à nouvel ordre[94].

Les temples hindous et les temples sikhs ont également enregistré une baisse de fréquentation. Les temples hindous de Singapour ont renforcé les mesures de précaution telles que la vérification de la température des visiteurs. Certains temples hindous ont mis en place des mesures pour assurer la diffusion en direct de puja pour les fidèles. Certains temples sikhs ont dû suspendre leurs services langar. Cependant, cinq temples privés fournissaient du langar à plus petite échelle. La plupart des processions ont également été annulées[95].

Travailleurs transfrontaliers bloqués basés en Malaisie[modifier | modifier le code]

Le 16 mars, le gouvernement malaisien a annoncé un ordre de contrôle des mouvements (mouvement control order, MCO) qui est entré en vigueur le 18 mars, empêchant les Malaisiens de quitter le pays.[96] Avec environ 300 000 Malaisiens, soit près d'un dixième de la main-d'œuvre singapourienne travaillant à Singapour, le MCO devrait affecter considérablement l'économie de Singapour, y compris les secteurs fournissant des services essentiels.[97]

Les autorités singapouriennes et malaisiennes se sont rapidement efforcées de faire en sorte que les marchandises essentielles puissent toujours franchir les deux points de contrôle terrestres[98] et des ajustements plus poussés des dispositions de transport ont été effectués par la suite, car il y avait encore de la confusion chez certaines des sociétés d'approvisionnement en Malaisie[99],[100].

Le MCO a provoqué de longues files d'attente aux postes de contrôle de l'immigration alors que les travailleurs malaisiens de Singapour se précipitaient pour récupérer leurs affaires et retourner à Singapour, tandis que les Singapouriens rentraient chez eux[101]. Diverses entreprises de Singapour se sont précipitées pour trouver un logement temporaire pour leurs travailleurs avant l'entrée en vigueur du MCO[102]. Le gouvernement de Singapour a conseillé aux travailleurs d'essayer de rester avec des parents, des amis et des collègues et de chercher un logement dans les hôtels, les dortoirs et les appartements de location si cela n'est pas possible[103]. Le gouvernement fournit également 50 $ par travailleur par jour, jusqu'à 14 jours pour aider les employeurs à trouver un logement[104]. Au 17 mars, le gouvernement a annoncé que 10 000 travailleurs malaisiens avaient été jumelés à un logement temporaire. Certains travailleurs n'ont pas pu trouver immédiatement un logement et ont dû dormir dans les espaces publics.[105] En plus de l'offre monétaire ci-dessus, les autorités avaient mis en place d'autres mesures. Le ministère du Développement social et familial a réaffecté le Jurong East Sports Hall dans une zone de secours temporaire pour les travailleurs malaisiens restants qui n'ont pas pu trouver de logement temporaire immédiatement après le MCO, tandis que Le ministère de la Main-d'œuvre a intensifié les patrouilles pour rechercher de tels travailleurs bloqués.[106] Un certain nombre de résidents avaient également décidé de proposer leurs chambres d'amis pour accueillir les travailleurs malaisiens à peu ou pas de frais.[107]

Le MCO a entraîné la suspension de tous les services d'autobus entre Johor Bahru et Singapour. Alors que le service de train (KTMB Shuttle Tebrau) continue de fonctionner entre les deux points de contrôle, seuls les citoyens de retour dans leur pays respectif sont autorisés à monter à bord[108]. Le verrouillage a également suscité des craintes de pénuries alimentaires, déclenchant une deuxième vague d'achat de panique et de thésaurisation d'articles essentiels. Le 26 avril, la Malaisie a annoncé que les Malaisiens souhaitant retourner en Malaisie devront obtenir des permis auprès du Haut-commissariat de Malaisie à Singapour. Mais le nombre de permis délivrés n'est que de 400[109].

Assistance à d'autres pays[modifier | modifier le code]

Le gouvernement de Singapour et le secteur privé ont envoyé des paquets de soutien à la suite de la pandémie de Covid-19 en Indonésie. Cela comprenait des kits de test et des équipements de protection individuelle[110],[111].

Le gouvernement de Singapour a envoyé des écouvillons et d'autres fournitures en Malaisie afin d'aider à la collecte et au test des échantillons.[112]

La Fondation Temasek a fait don de 30 000 kits de test à l'Inde et cela a été confirmé et remercié par le Haut Commissaire de l'Inde à Singapour, M. Jawed Ashraf[113]. Spicejet, un transporteur à bas prix basé en Inde, exploitait des vols en provenance et à destination de Bangalore, Chennai et Singapour pour livrer les kits de test.

Critiques et réactions[modifier | modifier le code]

Politique de traçage systématique[modifier | modifier le code]

Les 18 février et 10 mars, l'OMS a salué les efforts de Singapour pour contenir les infections de Covid-19 par le traçage et la mise en quarantaine de contacts étroits, en testant chaque cas de syndrome grippal et de pneumonie, et « l'approche pangouvernementale » de Singapour pour contenir la Covid-19. Les forces de police de Singapour, les forces armées de Singapour et le ministère de la Santé se coordonnent pour effectuer un traçage agressif des contacts[46]. Alors que de nombreux experts médicaux internationaux ont salué les efforts de Singapour pour contrôler l'épidémie à Singapour, The New York Times a fait valoir que cela pourrait bien être la poursuite de l'érosion des libertés civiles[114].

Conditions de vie dans les dortoirs des travailleurs étrangers[modifier | modifier le code]

La pandémie a attiré l'attention des médias sur les conditions de vie dans les dortoirs des travailleurs étrangers. Les dortoirs seraient insalubres et surpeuplés, ce qui rendrait difficiles les mesures préventives comme la distanciation sociale[115]. Le diplomate à la retraite Tommy Koh a critiqué les conditions de vie, le qualifiant de « tiers monde » et de « bombe à retardement en attente d'explosion »[116]. Amnesty International a qualifié la situation de « recette du désastre »[117]. La ministre de la Main-d'œuvre, Joséphine Teo, s'est engagé à améliorer les conditions de vie des travailleurs étrangers après le traitement de la quarantaine[118].

Le 9 avril, le MOM a déclaré dans un communiqué de presse qu'il améliorerait la qualité des repas des travailleurs étrangers pendant la quarantaine et a constitué un groupe de travail pour améliorer les conditions de vie des travailleurs étrangers[119]. Au 25 avril, 25 dortoirs étaient classés dans la zone d'isolement[120]. Certains travailleurs en bonne santé sont également progressivement déplacés vers de nombreux locaux vides tels que les camps SAF, les blocs HDB, les hôtels flottants et le parc des expositions de Changi[121]. Le 16 avril, la ministre de la Main-d'œuvre, Joséphine Teo, a déclaré qu'il y aurait une « stratégie à trois volets »; contenir la propagation, imposer des verrouillages et séparer les travailleurs des services essentiels[118].

Le ministre du Développement national, Lawrence Wong, a déclaré que le niveau de vie dans les dortoirs s'était régulièrement amélioré au fil des ans, et a suggéré que le problème était les dortoirs conçus pour la vie communautaire, où les travailleurs migrants mangeaient, vivaient et cuisinaient ensemble, et que le les précautions et garanties mises en place pour réduire certaines des activités non essentielles n'étaient pas suffisantes[122].

Distanciation sociale dans les transports publics[modifier | modifier le code]

De nombreux navetteurs ont reproché aux opérateurs des transports publics et à l'autorité des transports terrestres de ne pas contrôler la foule et manquaient de distanciation sociale dans les transports publics[123]. C'était avant que le décret de contrôle Covid-19 (mesures temporaires) 2020 ne soit promulgué par la loi, qui exige la fermeture des écoles et des lieux de travail non essentiels. Le 9 avril 2020, LTA a annoncé qu'elle avait collé des autocollants dans les bus, les gares routières, les trains et les gares pour faire appliquer les mesures avec des officiers auxiliaires et des ambassadeurs des transports pour les faire respecter[124]. La distance sociale continuera d'être maintenue après la levée des mesures du disjoncteur et le port du masque restera obligatoire[125].

Évolution vers des restrictions de mobilités intérieures et transnationales[modifier | modifier le code]

De janvier à octobre 2020, après avoir refusé de « s'isoler », Singapour a progressivement restreint ses mobilités intérieures et internationales, aboutissant en avril-juin 2020 à des restrictions généralisées, notamment de l'aéromobilité (concernant les touristes, hommes d'affaires, expatriés et citoyens d’outre-mer…)[126].
Selon Lin et Yeoh (décembre 2020), la réponse de Singapour à la Covid-19 a mis en évidence une « inégalité de distribution des ressources, et des droits de citoyenneté, parmi les différents groupes transnationaux », et des dangers de bifurcation discriminatoire de flux transnationaux dans le monde post-pandémique[126].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) « worldometers.info » (consulté le 30 mars 2020).
  2. a b et c (en) « COVID-19 Dashboard » (consulté le 5 avril 2020).
  3. a b et c (en) « Corona Tracker Overview » (consulté le 30 mars 2020).
  4. « https://www.moh.gov.sg/news-highlights/details/2-new-cases-of-locally-transmitted-covid-19-infection-18Jan-updated » (consulté le 19 janvier 2021)
  5. (en) Timothy Goh, « Wuhan virus: MOH sets up multi-ministry taskforce, advises against non-essential trips to Wuhan », sur The Straits Times, (consulté le 22 janvier 2020).
  6. (en) « Multi-Ministry Taskforce on Wuhan Coronavirus: Terms of Reference (TORs) and Composition » (consulté le 21 mars 2020).
  7. (en) « Novel Coronavirus », sur who.int (consulté le 6 février 2020).
  8. (en) « 27 cases of viral pneumonia reported in central China's Wuhan City », sur news.cgtn.com (consulté le 19 avril 2020).
  9. (en) « Mystery pneumonia virus probed in China », sur BBC News, (consulté le 29 janvier 2020).
  10. (en) hermesauto, « Wuhan virus: WHO declares China virus outbreak an international emergency », sur The Straits Times, (consulté le 13 mai 2020).
  11. (en) hermesauto, « WHO declares Wuhan virus a 'global health emergency': What does that mean? », sur The Straits Times, (consulté le 13 mai 2020).
  12. (en) « Crunching the numbers for coronavirus », sur Imperial News (consulté le 15 mars 2020).
  13. (en) « High consequence infectious diseases (HCID); Guidance and information about high consequence infectious diseases and their management in England », sur GOV.UK (consulté le 17 mars 2020).
  14. (en) « World Federation Of Societies of Anaesthesiologists – Coronavirus », sur www.wfsahq.org (consulté le 15 mars 2020).
  15. (en) Ai-Lien Chang, « Wuhan pneumonia: First suspected case reported in Singapore », sur The Straits Times, (consulté le 15 janvier 2020).
  16. a et b (en) Zhaki Abdullah, « Singapore confirms first case of Wuhan virus », sur CNA, (consulté le 23 janvier 2020).
  17. (en) « Singapore confirms 3 new cases of Wuhan virus; total of 10 infected », sur CNA (consulté le 13 mai 2020).
  18. (en) hermesauto, « Wuhan virus: 3 more confirmed cases in Singapore, bringing total to 13 », sur The Straits Times, (consulté le 13 mai 2020).
  19. (en) Timothy Goh, « Wuhan virus: First Singaporean case confirmed; she was on Scoot flight from Wuhan », sur The Straits Times, (consulté le 13 mai 2020).
  20. (en) hermes, « Wuhan virus: Close contacts to be quarantined as MOH begins contact tracing », sur The Straits Times, (consulté le 13 mai 2020).
  21. (en) hermes, « Coronavirus: How contact tracers track down the people at risk of infection », sur The Straits Times, (consulté le 13 mai 2020).
  22. (en) Ai-Lien Chang et Salma Khalik, « Coronavirus: S'pore reports first cases of local transmission; 4 out of 6 new cases did not travel to China », sur The Straits Times, (consulté le 4 février 2020).
  23. (en) « FOUR MORE CONFIRMED CASES OF NOVEL CORONAVIRUS INFECTION IN SINGAPORE », sur www.moh.gov.sg, (consulté le 13 mai 2020).
  24. (en) Ai-Lien Chang et Salma Khalik, « Coronavirus: Singapore ups outbreak alert to orange as more cases surface with no known links; more measures in force », sur The Straits Times, (consulté le 4 avril 2020).
  25. (en) « Novel coronavirus: S'pore moves to Dorscon Orange, as 3 new cases confirmed with no apparent link to previous trimcases or recent travel to China », sur TODAYonline (consulté le 7 février 2020).
  26. (en) « PM Lee Hsien Loong on the Novel Coronavirus (nCoV) Situation in Singapore on 8 February 2020 », sur Prime Minister's Office (Singapore), (consulté le 15 février 2020).
  27. (en) Julia Belluz, « Why the coronavirus outbreak might be much bigger than we know », sur Vox, (consulté le 14 février 2020).
  28. (en) hermes, « Two of Singapore's earliest clusters no longer active and are officially closed », sur The Straits Times, (consulté le 13 mai 2020).
  29. (en) « 23 new cases in Singapore, with 18 of them imported », sur The Straits Times, (consulté le 20 avril 2020).
  30. (en) Sin Yuen, « 42 new coronavirus cases in S'pore including 24 imported; new cluster at Yishun bridal salon », sur The Straits Times, (consulté le 29 mars 2020).
  31. (en) « Eight More Confirmed Cases of COVID-19 Infection », sur MOH, (consulté le 13 février 2020).
  32. (en) Timothy Goh et Karamjit Kaur, « New coronavirus cluster at company in Science Park II with 4 staff infected, including 2 new cases announced », sur The Straits Times, (consulté le 28 février 2020).
  33. (en) « Construction at Seletar Aerospace Heights halted since first COVID-19 case reported », sur CNA, (consulté le 20 avril 2020).
  34. (en) « Singapore reports 73 new COVID-19 cases, new cluster involving PCF Sparkletots centre linked to 18 cases », sur CNA (consulté le 25 mars 2020).
  35. (en) Yun Ting Choo, « 5 new Covid-19 cases in S'pore: 4 linked to new cluster involving Safra Jurong private dinner », sur The Straits Times, (consulté le 5 mars 2020).
  36. (en) Clement Yong, « 35 new Covid-19 cases in S'pore, 3 new clusters - a bar in Circular Road, a dormitory in Seletar North Link and a serviced apartment in Wilby Road », sur The Straits Times, (consulté le 30 mars 2020).
  37. (en) « 233 new COVID-19 cases in Singapore, 7 new clusters including MBS restaurant and McDonald's », sur CNA (consulté le 20 avril 2020).
  38. (en) Clement Yong, « 7 new Covid-19 clusters in S'pore, including Northpoint City in Yishun; 597 of 618 new cases are workers in dormitories », sur The Straits Times, (consulté le 25 avril 2020).
  39. (en) Charmaine Ng et Jean Iau, « 58-year-old S'porean woman dies from coronavirus, the 15th death here; 12 new clusters identified, including IMH », sur The Straits Times, (consulté le 30 avril 2020).
  40. (en) « Singapore facing two separate outbreaks: in the community and in foreign worker dormitories », sur The Straits Times, (consulté le 6 mai 2020).
  41. (en) « COVID-19: Cases at dormitories, construction sites and other linked clusters », sur CNA (consulté le 20 avril 2020).
  42. (en) « 13 May 2020 Daily Report on COVID-19 », sur Ministry of Health, Singapore, (consulté le 15 mai 2020).
  43. (en) « 1,426 new COVID-19 cases in Singapore, mostly foreign workers in dormitories », sur CNA, (consulté le 20 avril 2020).
  44. (en) « MOH | News Highlights », sur www.moh.gov.sg (consulté le 30 avril 2020).
  45. (en) « 10 May 2020 Daily Report on COVID-19 ».
  46. a et b (en) « Coronavirus: Police helping MOH in contact tracing », (consulté le 21 mars 2020).
  47. (en) « Singapore cuts 2020 GDP forecast range to -0.5% to 1.5% due to COVID-19 outbreak », sur channelnewsasia.com (consulté le 5 mars 2020).
  48. (en) Yen Nee Lee, « Singapore expects its economy to shrink in 2020 due to the coronavirus pandemic », sur CNBC, (consulté le 26 mars 2020).
  49. (en) « Moody's cuts outlook for Singapore banks on COVID-19 fallout », sur CNA (consulté le 2 avril 2020).
  50. (en) Abhishek Vishnoi, « Singapore Partial Lockdown to Cost Economy S$10 Billion », sur www.bloomberg.com (consulté le 9 avril 2020).
  51. (en) hermesauto, « Singapore economy to shrink by steeper 8.5% this year with extended circuit breaker period: Citigroup », sur The Straits Times, (consulté le 22 avril 2020).
  52. (en) « COVID-19: Construction projects could be delayed months, as contractors fear manpower crunch when clearing backlog », sur CNA (consulté le 26 avril 2020).
  53. (en) Ting Wei Toh, « Parliament: Changi Airport T2 operations to be suspended for 18 months amid coronavirus outbreak », sur The Straits Times, (consulté le 6 avril 2020).
  54. (en) Kai Yi Wong, « Changi Airport's Terminal 2 to get extensive makeover with more space, nature-inspired design », sur The Straits Times, (consulté le 7 avril 2020).
  55. (en) « Singapore's total employment plunges in Q1, sharpest drop since SARS », sur CNA (consulté le 29 avril 2020).
  56. (en) hermes, « Singapore firms trying to retain foreign staff, but this group likely first to go », sur The Straits Times, (consulté le 11 mai 2020).
  57. (en) Sue-Ann Tan, « Singapore core inflation turned negative in February, 1st time in decade, as coronavirus upends travel », sur The Straits Times, (consulté le 23 mars 2020).
  58. (en) See Kit Tang, « Singapore stocks near 4-year low as oil rout, COVID-19 fears send investors 'dumping everything' », sur CNA, (consulté le 10 mars 2020).
  59. (en) « Global stocks plunge into bear market with pandemic declared, Trump travel ban; STI down 3.8% », sur The Straits Times, (consulté le 13 mars 2020).
  60. (en) Tiffany Fumioko Tay, « Singapore's visitor arrivals down by about 20,000 a day amid coronavirus outbreak », sur straitstimes.com, (consulté le 3 mars 2020).
  61. (en) « Coronavirus: Which countries have imposed travel restrictions? », sur straitstimes.com, (consulté le 1er mars 2020).
  62. (en) « Netizens appreciate PM Lee's call to supporting local tourism; but some say it's too expensive », sur The Online Citizen, (consulté le 6 mars 2020).
  63. a et b (en) « Singapore malls foot traffic almost back to normal: CapitaLand », sur businesstimes.com.sg, (consulté le 13 mars 2020).
  64. (en) « F&B sector hit hard by early mall closures during outbreak », sur tnp.sg, (consulté le 24 février 2020).
  65. (en) « 'If this goes on, I might quit': Mall tenants want rental rebates soon to counter COVID-19 hit », sur channelnewsasia.com (consulté le 5 mars 2020).
  66. (en) Melissa Heng, « Coronavirus: CapitaLand to give 1,000 tenants rental rebates », sur The Straits Times, (consulté le 5 mars 2020).
  67. (en) « About 14,000 hawkers to get a month's worth of rental fees waived amid COVID-19 outbreak », sur channelnewsasia.com (consulté le 5 mars 2020).
  68. (en) hermesauto, « Coronavirus: Crowds thin at Orchard Road as safe distancing measures take effect », sur The Straits Times, (consulté le 28 mars 2020).
  69. (en) « Suntec City waives April rent for all tenants amid enhanced 'circuit breaker' rules », sur CNA (consulté le 6 avril 2020).
  70. (en) « N95, surgical masks run out at retail outlets; MOH assures public there is enough stock », sur CNA, (consulté le 5 mars 2020).
  71. (en-US) Rachel Genevieve Chia, « 'Which outlet has stock?': Furious netizens are slamming Watsons, Guardian and NTUC for posting about surgical mask stocks, claiming stores have totally run out », sur Business Insider Singapore, (consulté le 5 mars 2020).
  72. (en) Timothy Goh, « Wuhan virus: Masks should be used only by those who are unwell », sur The Straits Times, (consulté le 5 mars 2020).
  73. (en) « Masks may offer 'false sense of security' against Wuhan virus, say medical experts », sur CNA, (consulté le 5 mars 2020).
  74. (en) « Retailer Deen Express asked to explain high prices for masks: MTI », sur CNA (consulté le 30 janvier 2020).
  75. (en) Janice Heng, « Singapore retailers, e-commerce platforms asked to cooperate in stopping mask profiteering », sur The Business Times, (consulté le 5 mars 2020).
  76. (en) « Retailer 3 Stars asked to explain high prices for masks following public complaints: MTI », sur CNA, (consulté le 5 mars 2020).
  77. (en) Tiffany Fumioko Tay, « Wuhan virus: Authorities crack down on profiteering by mask sellers », sur The Straits Times, (consulté le 5 mars 2020).
  78. (en) « No need to rush for supplies, says Chan Chun Sing, amid reports of surge in demand », sur CNA (consulté le 5 mars 2020).
  79. (en) « Enough supply of essentials, Govt assures S'poreans after panic buying at supermarkets », sur Today Online (consulté le 5 mars 2020).
  80. (en) « Coronavirus: Ample stock in Singapore, no need to hoard, says FairPrice group CEO », sur Straitstimes, (consulté le 7 mars 2020).
  81. (en) Michelle Jamrisko, « Singapore Grocery Chain Starts Limiting How Much People Can Buy », sur Bloomberg, (consulté le 5 mars 2020).
  82. (en) « COVID-19: Supermarkets launch dedicated shopping hours for 'vulnerable segments' of community », sur CNA (consulté le 24 mars 2020).
  83. (en) « COVID-19: There's no need to rush to buy essential items », sur www.gov.sg (consulté le 18 mars 2020).
  84. (en) Hwee Min Ang, « Purchase limits imposed at FairPrice supermarkets on vegetables, rice, toilet paper and other products », sur CNA, (consulté le 17 mars 2020).
  85. (en) Clement Yong, « NTUC FairPrice lowers paper product limit, adds cooking oil, canned food, frozen poultry to shopping cap list », sur The Straits Times, (consulté le 28 mars 2020).
  86. (en) Yan Han Goh, « Coronavirus: Thermal scanners, extra hand washing points for Thaipusam procession in Singapore », sur The Straits Times, (consulté le 11 mai 2020).
  87. (en) Yiying Ang, « Devotees turn up for Thaipusam procession, temples take extra measures », sur The Straits Times, (consulté le 11 mai 2020).
  88. (en) Yan Han Goh, « Coronavirus: Turnout halved to about 3,000 at Lantern Festival celebrations at Loyang temple », sur The Straits Times, (consulté le 11 mai 2020).
  89. (en) Hariz Baharudin, « Coronavirus: Catholic Church to suspend mass indefinitely, advises public events to be suspended too », sur The Straits Times, (consulté le 6 mars 2020).
  90. (en) « Catholic Church to resume mass, puts necessary COVID-19 precautionary measures in place », sur CNA, (consulté le 6 mars 2020).
  91. (en) « COVID-19: Catholic masses to remain suspended, says Archbishop of Singapore », sur CNA, (consulté le 12 mars 2020).
  92. (en) Rachel Genevieve Chia, « Event cancellations and livestreaming announced by religious sites after virus cases linked to churches hits 23 », sur Business Insider - Business Insider Singapore, .
  93. (en) Hariz Baharudin, « All mosques here to be closed for five days for cleaning, Friday prayers cancelled », sur The Straits Times, (consulté le 12 mars 2020).
  94. (en) Hariz Baharudin, « All Singapore mosques to be closed until further notice given higher risk of community spread », sur The Straits Times, .
  95. (en) « Coronavirus and religious worship in Singapore: Attendance at Hindu, Sikh temples drop », sur The Straits Times, (consulté le 22 mars 2020)
  96. (en) John Bunyan, « PM: Malaysia under movement control order from Wed until March 31, all shops closed except for essential services », sur The Malay Mail, (consulté le 16 mars 2020).
  97. (en) « Singapore Faces Bigger Contraction as Malaysia Shuts Borders », sur Bloomberg, (consulté le 18 mars 2020).
  98. (en) « Malaysia assures Singapore of flow of essential goods -- Azmin », sur The Edge Markets, (consulté le 16 avril 2020).
  99. (en) « MCO: Companies delivering goods to S'pore should apply to Transport Ministry | The Star Online », sur www.thestar.com.my (consulté le 16 avril 2020).
  100. (en) « Firms want clear directive on cargo supply to Singapore | The Star Online », sur www.thestar.com.my (consulté le 16 avril 2020).
  101. (en) « Coronavirus: Mad rush for Malaysian workers to go home to Johor Baru and then return to S'pore », (consulté le 17 mars 2020).
  102. (en) « Singapore firms rush to house Malaysian workers before COVID-19 travel restrictions kick in », sur channelnewsasia.com, (consulté le 18 mars 2020).
  103. (en) « Accommodating Workers Affected By Lockdown in Malaysia », sur mom.gov.sg, (consulté le 18 mars 2020).
  104. (en) « Malaysia lockdown: About 10,000 Malaysian workers matched with temporary housing, says Josephine Teo », sur todayonline.com, (consulté le 18 mars 2020).
  105. (en) « With no place to stay, some Malaysian workers sleeping rough near Kranji MRT Station », sur TODAYonline (consulté le 20 mars 2020).
  106. (en) hermesauto, « MOM, police step up patrols to check for stranded Malaysian workers », sur The Straits Times, (consulté le 20 mars 2020).
  107. (en) « S'poreans offer to house stranded Malaysian workers, as S'pore authorities step up patrols to look out for them », sur TODAYonline (consulté le 20 mars 2020).
  108. (en) « KTM enforces restrictive movement order on passengers, train services », sur New Straits Times, (consulté le 7 août 2020)
  109. (en) « Malaysians returning from Singapore will need an entry permit, only 400 allowed to return daily », The Straits Times, (consulté le 27 avril 2020)
  110. (en) « Indonesia receives 58 foreign aid packages for COVID-19 relief: Foreign Minister », sur The Jakarta Post (consulté le 10 avril 2020).
  111. (en) « Singapore sends additional medical supplies to support Indonesia's fight against COVID-19 », sur CNA (consulté le 10 avril 2020).
  112. (en) « COVID-19: Singapore donates 5,000 flocked swabs to Malaysia », sur The Edge Markets, (consulté le 10 avril 2020).
  113. (en) Dipanjan Roy Chaudhury, « Singapore, South Korea, key suppliers of Covid-19 gear », sur The Economic Times (consulté le 8 décembre 2020)
  114. (en-US) Natasha Singer, « As Coronavirus Surveillance Escalates, Personal Privacy Plummets », sur The New York Times, (consulté le 24 mars 2020).
  115. (en) Joyce Lim, « Coronavirus: Workers describe crowded, cramped living conditions at dormitory gazetted as isolation area », sur The Straits Times, (consulté le 6 avril 2020).
  116. (en-US) Anna Maria Romero, « Tommy Koh: The way Singapore treats its foreign workers is not First World but Third World », sur theindependent.sg (consulté le 8 décembre 2020)
  117. (en) « Over 20,000 migrant workers in crowded quarantine in Singapore », sur www.amnesty.org (consulté le 8 avril 2020).
  118. a et b (en) « 3-pronged strategy in place to stop coronavirus spread in dorms », sur The Straits Times, (consulté le 8 décembre 2020)
  119. (en) Yen Nee Lee, « Singapore is not yet halfway through its coronavirus outbreak, says minister », sur CNBC, (consulté le 8 décembre 2020).
  120. (en) « COVID-19: Four more foreign worker dormitories declared as isolation areas », sur CNA, (consulté le 24 avril 2020).
  121. (en) « 1,300 healthy foreign workers move into vacant premises at Jurong & Bedok camps », sur mothership.sg (consulté le 9 avril 2020).
  122. (en) Yen Nee Lee, « Singapore is not yet halfway through its coronavirus outbreak, says minister », sur CNBC, (consulté le 6 mai 2020).
  123. (en) « Social distancing needed on buses and trains, too », sur TODAYonline (consulté le 8 décembre 2020).
  124. (en) « COVID-19: Additional safe distancing measures implemented on public transport », sur CNA (consulté le 8 décembre 2020).
  125. (en) « Safe distancing on public transport to 'largely remain in place' after COVID-19 circuit breaker ends », sur CNA, (consulté le 6 mai 2020).
  126. a et b (en) Weiqiang Lin et Brenda S. A. Yeoh, « Pathological (Im)mobilities: managing risk in a time of pandemics », Mobilities,‎ , p. 1–17 (ISSN 1745-0101 et 1745-011X, DOI 10.1080/17450101.2020.1862454, lire en ligne, consulté le 24 décembre 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) « MOH », sur moh.gov.sg (consulté le 21 mai 2020)