Pandémie de Covid-19 en Autriche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pandémie de Covid-19 en Autriche
Austria COVID-19 cases per capita.svg
Covid-19 - Nombres de cas en Autriche pour 100 000 habitants.
Covid-19 - Austria Death toll per million.svg
Covid-19 - Nombres de décès en Autriche pour 1 million d'habitants (au 16 avril 2020) :
  • 20–40 morts confirmées
  • 40–60 morts confirmées
  • 80–160 morts confirmées
  • 160–320 morts confirmées
  • > 320 morts confirmées
Maladie
Agent infectieux
Origine
Localisation
Premier cas
Date d'arrivée
Depuis le (2 ans, 5 mois et 19 jours)
Site web
Bilan
Cas confirmés
3 987 385 ()[1]
Cas soignés
3 779 116 ()[1]
Morts
16 226 ()[1]

La pandémie de Covid-19 est une crise sanitaire majeure provoquée par une maladie infectieuse émergente apparue fin 2019 en Chine continentale, la maladie à coronavirus 2019, dont l'agent pathogène est le SARS-CoV-2. Ce virus est à l'origine d'une pandémie[note 1], déclarée le par l'Organisation mondiale de la santé. En Autriche, elle se propage à partir du lorsque deux premiers cas sont détectés à Innsbruck[2].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz rapporte que vers le , le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou l'avait averti que l'Europe allait être très durement frappée car elle sous-estimait l'impact de l'épidémie. En conséquence, Sebastian Kurz avait décidé d'agir plus vite que les autres gouvernements européens : les établissements d'enseignement sont fermés le et le confinement chez soi décrété le [3],[4].

Au , le bilan en Autriche est de 14 873 cas, dont 491 morts[5].

Des manifestations contre les mesures sanitaires, auxquelles participe notamment le parti d’extrême droite FPÖ, sont parfois émaillées de violence. Le gouvernement fait interdire tout rassemblement et disperser par la police les manifestants[6]. Le FPÖ s'est également opposé à la vaccination[7].

Un passe sanitaire est instauré au printemps 2021. Seules les personnes vaccinées pourront accéder aux stades et salles de spectacle à Vienne, les personnes non-vaccinées n’y auront plus accès même avec un test négatif[8]. Les personnes au chômage qui se verraient refuser un emploi pour cause de non vaccination encourent une suspension de leurs allocations[9].

De nouvelles restrictions sont imposées aux personnes non vaccinées à partir de novembre 2021. Il leur est notamment interdit d'acheter des produits n'étant pas considérés comme essentiels[10].

Le gouvernement prévoit la vaccination obligatoire à partir de février 2022. Les non-vaccinés seront à cette date soumis à une amende 3 600 euros[11]. Le ministre fédéral des Affaires sociales, de la Santé, des Soins, Wolfgang Mückstein, défend la vaccination obligatoire contre la Covid-19 comme un « acte de solidarité » alors que l'Autriche adopte la législation avec l'exigence de vaccination la plus stricte de l'UE, l'Italie et la Grèce n'ayant que des vaccinations obligatoires pour les personnes âgées[12]. La vaccination obligatoire doit s'appliquer à tous les citoyens âgés d'au moins 18 ans. Des exceptions sont prévues pour les personnes qui ne peuvent être vaccinées pour des raisons médicales. Le FPÖ est le seul parti parlementaire opposé à cette décision. Herbert Kickl, son secrétaire général estime que « l'introduction de cette contrainte est une attaque gigantesque contre la liberté du peuple en Autriche, une attaque contre la dignité humaine de la population »[12].

Nombre de cas (bleu) et nombre de morts (rouge) en échelle logarithmique. Les différences quotidiennes sont indiquées en pointillés.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette pandémie affecte tous les continents, hormis l'Antarctique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Coronavirus Update (live) - Worldometer », sur www.worldometers.info.
  2. (de) « Coronavirus: Zwei Fälle in Tirol bestätigt », sur Österreichischer Rundfunk, (consulté le )
  3. (en) « Austria’s chancellor says Netanyahu ‘shocked’ him into tough moves to stop virus », sur The Times of Israel,
  4. Jean-Marc Gonin, « Confinement: Sebastian Kurz, un chancelier au bout du tunnel », Le Figaro Magazine,‎ 10 et 11 avril 2020 (lire en ligne)
  5. (de) « Aktuelle Informationen: Neuartiges Coronavirus », Federal Ministry of Social Affairs, Health, Care and Consumer Protection (consulté le )
  6. « Covid-19. Violences en Autriche lors d’une manifestation d’extrême droite contre le confinement », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  7. « L’extrême droite, principale force antivax en Autriche », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  8. « Un parti antivax fait une percée en Autriche lors d’une élection locale », sur www.20minutes.fr,
  9. « Emploi. L’Autriche coupe les allocations des chômeurs non vaccinés », sur Courrier international,
  10. « Vaccination. En Autriche, le confinement qui “va accentuer les divisions au sein de la société” », sur Courrier international,
  11. « Obligation vaccinale en Autriche: vers 3.600 euros d’amende pour les non-vaccinés », sur Le Soir,
  12. a et b (de) EU-weit härteste Regel: Österreich führt Corona-Impfpflicht für alle ab 18 ein, handelsblatt.com, 20 janvier 2022