Jérémy Ferrari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ferrari.
Jérémy Ferrari
Description de cette image, également commentée ci-après

Jérémy Ferrari au Salon de la radio à Paris en 2013

Nom de naissance Jérémy Larzillière-Ferrari
Naissance (32 ans)
Charleville-Mézières (Ardennes)
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Humoriste
Autres activités Comédien, auteur, producteur, chroniqueur à la radio et à la télévision
Site internet jeremyferrari.fr

Jérémy Larzillière-Ferrari dit Jérémy Ferrari, né le à Charleville-Mézières (Ardennes), est un humoriste, comédien, auteur et producteur français.

Jérémy Ferrari pratique l'humour noir et dénonce dans ses sketchs des thèmes de société considérés comme tabous, tels que l'obésité, le suicide, le racisme, la xénophobie, la misogynie, l'extrémisme religieux, la misère sociale, le milieu carcéral, la solitude des personnes âgées et d'autres formes de discrimination. Il a été mis en lumière par l'émission quotidienne de Laurent Ruquier, On n'demande qu'à en rire, sur France 2.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Jérémy Ferrari grandit dans les Ardennes, à Charleville-Mézières. Ses parents sont commerçants de proximité dans un magasin d'alimentation[1]. Élève dissipé, il quitte l'école en classe de seconde pour pratiquer le théâtre et la comédie[2].

Remarqué d'abord par Bruno Nion qui le forme à l'école Ludus du théâtre de Charleville-Mézières et qui met ensuite en scène ses premiers spectacles, Jérémy Ferrari trouve progressivement sa place sur les planches. Il commence une tournée dans sa région pour jouer « De sketches en sketches », son premier one-man-show (seul en scène), mélangeant des grands classiques de l'humour à des créations personnelles. Il est âgé d'à peine 17 ans lorsqu'il part à Paris pour intégrer le cours Florent[3].

Les débuts[modifier | modifier le code]

À 18 ans, il présente un spectacle intitulé « Moi, méchant ? » à Paris, d'abord au théâtre de la Providence, puis au théâtre Clavel et au théâtre du Temple. Celui-ci est présenté sans interruption pendant deux ans, et près de 300 fois à Paris. À 19 ans, le festival Top In Humour l'intègre à son tremplin de jeunes humoristes. Il parvient en finale et remporte le prix du public. Ceci lui permet de faire sa première représentation hors de Paris, à Chartres en 2005.

À 20 ans, il intègre le temps d'un été l'équipe de l'émission Morning Café sur la chaîne M6 avec un programme court intitulé « Répondez-lui », qui met en scène un personnage au statut indéfinissable (visiblement un fou) proposant des solutions courantes aux problèmes de la vie quotidienne. Des changements dans la programmation des matinales de M6 empêchent la poursuite de ce programme[4]. Jérémy Ferrari se voit alors confier la mise en scène du spectacle « Les Wesh » avec des danseurs hip-hop, joué au théâtre Le Méry à Paris[5].

À 21 ans, Jérémy Ferrari tient le rôle principal dans la pièce « Deux chaises vides », qui raconte la rencontre fictive entre le peintre hollandais Vincent van Gogh et le poète français Arthur Rimbaud (originaire, comme lui, de Charleville-Mézières). Cette pièce de Bertrand Matthieu, mise en scène par Bruno Nion, est présentée pendant plus d'un an[6],[7]. Jérémy Ferrari y incarne le personnage d'Arthur Rimbaud, tandis que Damien Amiot joue le rôle de Vincent van Gogh.

Périodes difficiles[modifier | modifier le code]

Les représentations et les premiers cachets qu'il touche ne lui permettent pas de vivre de son métier. Son style d'humour particulier se heurte à des refus réguliers de la part des programmateurs et des télévisions. Pour gagner sa vie, il est contraint de faire des petits boulots. Son père, adepte d'arts martiaux, le pousse à pratiquer très tôt le judo. Ceinture noire à 18 ans, il devient ensuite professeur de jujitsu pour arrondir ses fins de mois. Il pratique du jujitsu brésilien, du jujitsu traditionnel mais aussi de la boxe[8]. Il travaille également comme agent de sécurité au Stade de France, serveur, groom, coursier, conseiller clientèle chez Orange, vendeur de chemises et manutentionnaire. Il est sur le point d'abandonner la scène lorsque Laurent Ruquier lui propose d'intégrer sa nouvelle émission d'humour On n'demande qu'à en rire en 2010[9].

Premiers spectacles[modifier | modifier le code]

Jérémy Ferrari à Avignon en 2012.

En 2008, il écrit un spectacle intitulé « Mes 7 péchés capitaux » qui a pour thème les principales religions monothéistes. La première version de ce spectacle naît à l'issue de lectures assidues des textes sacrés et de textes théologiques, et après des échanges avec les différents représentants religieux[réf. nécessaire].

Le spectacle est représenté d'abord au théâtre Clavel à Paris et l'accueil du public est positif[réf. nécessaire], mais le spectacle n'est cependant pas arrivé encore à son apogée. Alors qu'il est en discussion avec le théâtre du Temple pour y reconduire son spectacle, Jérémy Ferrari se fait voler l'ordinateur portable qui contenait l'intégralité des textes. Il est contraint, après une pause dans son spectacle et afin d'en assurer la reprise notamment dans sa ville natale, d'en faire une réécriture complète. Il en profite pour l'améliorer et lui donner plus de maturité. Naît alors « Hallelujah Bordel ! », nouvelle version de « Mes 7 péchés capitaux », destiné à répondre aux attentes d'un théâtre comme celui du Temple[10].

Dans cette nouvelle version, Jérémy Ferrari amène avec lui sur scène les textes sacrés et évoque des faits d'actualité réels avec des personnalités religieuses. Mélangeant interactions avec le public, sketchs et mise en scène d'histoires puisées dans les textes sacrés, il donne une vision par l'absurde de la religion et de ses dérives.

Porté par l'émission de Laurent Ruquier de laquelle il est l'un des principaux humoristes, Hallelujah Bordel ! rencontre un vif succès puisqu'il est joué plus de 700 fois à Paris avant de partir en tournée début 2012 dans toute la France et dans quelques villes de Suisse et de Belgique. Dans le cadre du Festival d'Avignon 2012, il affiche complet sur l'ensemble de ses 22 représentations[3] et bat le 20 juillet le record du nombre de spectacles complets dans la salle du Palace (alors de 14 spetacles)[11],[12]. En 2013, le spectacle aura réuni plus de 250 000 spectateurs. Face au succès, la tournée est reconduite en 2014.

Ce spectacle connaît une continuité fin 2013 par l'édition d'un DVD et la parution d'un livre illustré qui porte le même nom[13].

En janvier et février 2013, Jérémy Ferrari participe à La Tournée du trio[14] aux côtés des humoristes Arnaud Tsamere et Baptiste Lecaplain. Cette tournée a lieu dans les salles Zénith de France et se prolonge en février 2014[15].

Spectacle « Vends 2 pièces à Beyrouth »[modifier | modifier le code]

En 2016, Jérémy Ferrari entame la tournée de son one-man show « Vends 2 pièces à Beyrouth » qui traite de la guerre et dans lequel il revient notamment sur les attentats de 2015 en France. Pour écrire ce spectacle, il suit des cours de géopolitique avec Jean-Antoine Duprat, professeur à la Sorbonne[16]. Le , le spectacle reçoit le Q d'or du spectacle de l'année sur TF1. Le tournage du DVD est prévu le au Zénith de Lille[17].

Divers[modifier | modifier le code]

Jérémy Ferrari est coauteur du spectacle de Constance « Les mères de famille se cachent pour mourir », joué un an à guichets fermés à la Comédie de Paris[18], avant de se produire en tournée dans le reste du pays.

Il est également coauteur et metteur en scène du spectacle de Guillaume Bats « Attention à la tête », joué à Paris jusqu'en novembre 2014 au théâtre République après avoir été joué au théâtre du Gymnase[19]. Il a coécrit également le spectacle de la jeune humoriste Laura Laune « Le Diable est une gentille petite fille ».

Par ailleurs, Jérémy produit un festival d'humour et de musique à Louvain-la-Neuve en Belgique, le Festival Smile and Song, qui réunit les grands noms de l'ancienne et de la nouvelle génération de l'humour dans des duos inédits[20].

En 2012, un film écrit par Jérémy Ferrari avec les humoristes d'On n'demande qu'à en rire est annoncé[21],[22]. En 2014, le projet se précise, il s'agit d'une « comédie cruelle et sociale sur le chômage »[23]. Après écriture, la société JS Productions acquiert les droits du scénario pour produire le film. Celui-ci sort le sous le nom Les Têtes de l'emploi, avec Franck Dubosc dans le rôle principal. Quelques mois plus tard, Jérémy fait part de son « profond désaccord sur la réécriture du texte » qui s'éloigne « trop de son projet initial », et attaque la production en justice[24].

Le , invité dans On n'est pas couché, il se fait remarquer en tenant tête au Premier ministre Manuel Valls au sujet de la « récupération politique » des attentats et de la défense du gouvernement français au président du Gabon Ali Bongo, dont les victoires aux élections sont contestées[25],[16].

Jérémy Ferrari prépare aussi un biopic sur Philippe Croizon, sportif amputé des quatre membres[26].

Carrière[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • 2002 : De sketches en sketches
  • 2003-2005 : Moi, méchant ?
  • 2006 : Jérémy Ferrari (suite de Moi, méchant ?)
  • 2007 : Les Wesh
  • 2007 : Deux chaises vides, pièce de Bertrand Matthieu, où il incarne le personnage du poète Arthur Rimbaud[7]
  • 2008-2009 : Mes 7 péchés capitaux
  • 2011-2014 : Hallelujah Bordel !
  • 2013-2014 : La tournée du trio, avec Arnaud Tsamere et Baptiste Lecaplain
  • Depuis 2015 :Vends 2 pièces à Beyrouth

Télévision[modifier | modifier le code]

Participation à On n'demande qu'à en rire et au ONDAR Show[modifier | modifier le code]

En octobre 2010, Jérémy Ferrari participe à l'émission d'humour On n'demande qu'à en rire sur France 2 présentée par Laurent Ruquier.

Son humour noir provocateur divise le jury régulièrement lors de ses premiers passages, mais il parvient à s'imposer comme l'un des principaux humoristes de l'émission avec 83 sketchs écrits et interprétés lors des deux premières saisons, et un score moyen de 80/100 par sketch.

Il termine premier au prime-time du 4 février 2012 avec 191 points sur 200 pour son sketch « Intouchables, forcément une suite vu le succès » et provoque de nombreuses réactions sur Internet[28]. Le 19 mars 2012, avec son sketch « Une femme accouche de jumeaux à 66 ans », il obtient en direct le score de 19/20 de la part du public pour la première fois de la deuxième saison. Le 20 avril 2012, pour son sketch intitulé « L'adoption pour les nuls » avec la participation de l'humoriste Guillaume Bats, Jérémy est le premier humoriste à obtenir le score de 100 points en « solo ».

Il est également le grand vainqueur du prime-time du 29 juin 2012[29] en totalisant 194 points sur 200 avec son sketch « La première interview du dépeceur québécois », et est ainsi élu Meilleur humoriste de la saison.

À partir d'octobre 2012, Jérémy participe au ONDAR Show, émission qui regroupe les principaux humoristes d'On n'demande qu'à en rire. Il y anime notamment la rubrique « Handicap, Handi pas cap » en compagnie de personnalités handicapées auxquelles il lance des défis impossibles (successivement Philippe Croizon, Sophie Vouzelaud, André Bouchet, Bruno de Stabenrath, Guillaume Bats et Grégory Cuilleron). Cette émission est suspendue le , la chaîne estimant que ses audiences ne sont pas assez élevées.

Le , il revient dans On n'demande qu'à en rire pour une émission spéciale où (avec Nicole Ferroni, Arnaud Tsamere et Florent Peyre) il note les sketchs des jurés habituels, Jean-Luc Moreau, Jean Benguigui, Laurent Ruquier et Jean-Marie Bigard.

Touche pas à mon poste ! et L'émission pour tous[modifier | modifier le code]

À partir du 5 septembre 2013, il intervient deux fois par semaine dans l'émission Touche pas à mon poste !, présentée par Cyril Hanouna sur D8. Dans ses chroniques, il revient à sa façon sur l'actualité de la semaine et du week-end[31]. Il quitte l'émission d'un commun accord avec Cyril le car son humour ne correspond pas au public de l'émission.

Du au , Jérémy Ferrari participe en tant qu'humoriste et/ou chroniqueur trois fois par semaine à L'Émission pour tous, animée par Laurent Ruquier et diffusée tous les jours de la semaine à 18 h 30 sur France 2.

Radio[modifier | modifier le code]

Web-série[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Livre[modifier | modifier le code]

  • Hallelujah Bordel !, illustré par Ludovic Févin, Le Passeur, 2013[13]

DVD[modifier | modifier le code]

  • Hallelujah Bordel !, France Télévisions, novembre 2013, 110 minutes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guillaume Gendron, « Jérémy Ferrari, Terrorires » sur Libération, 15 février 2016
  2. Cyril Calsina, Humour : Jérémy Ferrari : "Que les gens aient mal aux abdos d'avoir trop ri" dans Midi libre, le 5 février 2013
  3. a et b Jérémy Ferrari sur www.cineart.fr
  4. Jérémy Ferrari - Répondez lui - 2006 sur YouTube, publié le 2 novembre 2011
  5. Vidéo « les Wesh » sur Google Vidéo
  6. Deux chaises vides sur Dailymotion, publié le 23 février 2011
  7. a et b Sa biographie, sur le site de l'Olympia.
  8. « Cinq infos sur... Jérémy Ferrari », sur www.programme.tv, (consulté le 14 mai 2017)
  9. Jérémy Ferrari, l'humour pour religion dans Paris Match, le 12 mai 2013
  10. Le nouveau titre Hallelujah Bordel ! lui est suggéré par le journaliste ardennais Patrick Flaschgo
  11. Tweet de 20h40 Productions, sur Twitter le 20 juillet 2012
  12. Tweet du Théâtre le temple sur Twitter, le 21 juillet 2012
  13. a et b Fiche du livre Hallelujah Bordel !, sur le site de l'éditeur.
  14. Teaser - la tournée du Trio sur Dailymotion, le 30 juillet 2012
  15. Page du spectacle 2014, sur le site du producteur, 20h40.
  16. a et b Jérémy Ferrari, l'humoriste politiquement incorrect révélé par un clash avec Manuel Valls sur www.francetvinfo.fr, le 3 décembre 2016
  17. La captation DVD du spectacle de Jérémy Ferrari aura lieu au Zénith de Lille le 14 mars 2017 sur www.zoomsurlille.fr, le 23 février 2017
  18. [PDF]Dossier de presse - Constance "Partouze sentimentale" sur www.comediedeparis.com
  19. Spectacle Attention à la tête de Guillaume Bats sur le site du théâtre du Gymnase
  20. Site officiel du festival « Smile and Song »
  21. On n'demande qu'à en rire : bientôt le film ? sur www.labandearuquier.com, le 28 avril 2012
  22. On n'demande qu'à en rire : encore un prime et un film pour les pensionnaires ! sur premiere.fr, le 30 avril 2012
  23. Nathalie Chuc, Jérémy Ferrari : « Si Laurent Ruquier veut faire appel à moi pour Les Grosses Têtes, ce sera avec joie » sur tvmag.lefigaro.fr, le 27 juillet 2014
  24. Simon Tenenbaum, Jérémy Ferrari et Franck Dubosc s'affrontent en justice sur le site de BFM Business, le 6 janvier 2017
  25. Échange entre Jeremy Ferrari et Manuel Valls sur le rassemblement du 11 janvier 2015 sur YouTube, le 16 janvier 2016
  26. Anthony Floc'h, Jérémy Ferrari va écrire un film sur Philippe Croizon dans La Nouvelle République, le 30 juin 2016
  27. Gaëlle Guitard, On n’est pas couchés : Ça déménage chez Ruquier ! sur francesoir.fr, 20 septembre 2011
  28. Morandini Zap : Le nouveau sketch de Jeremy Ferrari sur Intouchables chez Ruquier sur le blog de Jean-Marc Morandini, le 5 février 2012
  29. Patrice Le Nen, On n'demande qu'à en rire : le sketch trash (direct), et drôle, de Jérémy Ferrari, sur www.programme-tv.net, le 30 juin 2012
  30. Par manque de temps à la suite du sketch des Lascars Gays Les 27 ans des Restos du cœur, d'une durée de presque un quart d'heure, les notes du public n'ont pu être dévoilées pour les sketchs d'Artus, Arnaud Cosson et Jérémy Ferrari
  31. Touche pas à mon poste : Le petit nouveau, Jérémy Ferrari, va-t-il trop loin ? sur www.purepeople.com, le 24 septembre 2013
  32. On va s'gêner - Laurent Ruquier sur le site d'Europe 1
  33. « Jérémy Ferrari arrive aux Grosses Têtes ! », sur RTL, (consulté le 2 avril 2015)
  34. Hand of the Devil: Jérémy Ferrari & Igor Sandman sur YouTube, posté le 31 mai 2011
  35. Hand of the Devil (2012) Trailer sur YouTube, posté le 14 août 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]