Pandémie de Covid-19 au Mexique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pandémie de Covid-19 au Mexique
COVID-19 Outbreak Cases in Mexico.svg
Nombre de cas confirmés par état
COVID-19 Outbreak Deaths in Mexico.svg
Nombre de morts confirmés par état
Maladie
Agent infectieux
Origine
Localisation
Coordonnées
Premier cas
Date d'arrivée
Site web
Bilan
Cas suspectés
42 151 (au )
Cas confirmés
275 003 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Cas sévères
378 (au )
Cas soignés
152 362 (au )
Morts
32 796 ()Voir et modifier les données sur Wikidata

La pandémie de Covid-19 atteint le Mexique le , importée par un Mexicain qui revenait d'Italie.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Après plusieurs cas suspects s'étant révélés être négatifs durant les mois de et de , 3 premiers cas confirmés de la COVID-19 sont recensés au Mexique le , apparemment importés par un Mexicain de 35 ans s'étant rendu en Italie pour une conférence[3]'[4]. Au , il y avait 5 cas confirmés dans le pays, dans les États de Sinaloa, Coahuila, et Chiapas et dans la ville de Mexico, ainsi que 21 cas suspects dans d'autres États[4] ; de plus, au moins 8 porteurs asymptomatiques du SARS-CoV-2 ont été détectés le dans la ville de Mexico[4], et 1 autre à Tlalnepantla[5]. Toujours le , 122 personnes ayant été en contact avec les 5 cas confirmés étaient placées sous surveillance[6]. Ce même jour, le premier patient détecté peut quitter l'hôpital[3]. Au , le nombre de cas suspects dans le pays monte à 39, mais seule une femme de 44 ans est hospitalisée[7]. Au , un cas est confirmé à Huixquilucan, un homme de 71 ans revenant d'Italie et mis-en-quarantaine dans un hôpital, ce qui en fait le sixième cas confirmé au Mexique, et deux autres cas suspects sont détectés aussi à Huixquilucan et à Metepec, correspondant à deux individus ayant voyagé en Europe[8]. Au , 7 cas étaient confirmés et le nombre de cas suspects était tombé à 37[9]. Le , le nombre de cas confirmés monte à 12 (les 5 nouveaux cas revenant tous d'Espagne, de Chine, d'Allemagne ou des États-Unis) et celui de cas suspects à 49[10]. Au , le nombre de cas confirmés était monté à 82, et le nombre de cas suspects à 171, répartis dans tous les États du Mexique sauf Campeche[11]. 87 % des cas confirmés sont traités par soins ambulatoires, c'est-à-dire qu'ils ne nécessitent pas d'hospitalisation[12]. Parmi les cas graves se trouvent l'entrepreneur José Kuri, proche de Carlos Slim Helú, contaminé lors d'un séjour au Colorado, et qui se trouvait dans un état critique le [13]. De plus, le même jour, environ 200 Mexicains se retrouvent bloqués à Lima, au Pérou, lorsque l'état de siège y est déclaré. Plusieurs de ces cas sont des personnes - mexicaines ou américaines - revenant des États-Unis[14]. Au , il y avait 93 cas confirmés et 206 cas suspects au Mexique[15] ; 86 % de ces cas pouvaient être traités par soins ambulatoires, 9 % étaient hospitalisés dans un état stable, 2 % étaient hospitalisés dans un état délicat, 3 % des patients diagnostiqués avaient guéri[15].

À partir du premier décès[modifier | modifier le code]

Cas de Covid-19 recensés au Mexique
    décès   autres   

    Fév FévMars MarsAvril AvrilMai MaiJuin JuinJuillet

    Juillet
Date
Nb de cas*
3
4
5
6
7
11
15
26
41
53
82
93
118
1
164
2
203
2
251
2
316
4
367
5
405
6
475
8
585
12
717
16
848
20
993
28
1 094
29
1 215
37
1 378
50
1 510
60
1 688
79
1 890
94
2 143
125
2 439
141
2 785
174
3 181
194
3 441
233
3 844
273
4 219
296
4 661
332
5 014
406
5 399
449
5 847
486
6 297
546
6 875
650
7 497
686
8 261
712
8 772
857
9 501
970
10 544
1069
11 633
1221
12 872
1305
13 842
1351
14 677
1439
15 529
1569
16 752
1732
17 799
1859
19 224
1972
20 739
2061
22 088
2154
23 471
2271
24 905
2507
26 025
2704
27 634
2961
29 616
3160
31 522
3353
33 460
3465
35 022
3573
36 327
3926
38 324
4220
40 186
4477
42 595
4767
45 032
5666
54 346
7179
65 856
8597
78 023
9930
90 664
12545
105 680
14053
120 102
16448
139 196
18310
154 863
20781
175 202
24324
196 847
26648
216 852
29189
238 511
31119
261 750
Source : Secrétariat à la Santé du Mexique[16].
v · m

Le , un premier décès lié au Covid-19 est enregistré, celui d'un homme de 41 ans atteint de diabète qui a probablement été contaminé lors d'un concert de rock s'étant tenu le [17]. À cette date, plus de 100 cas sont confirmés au Mexique[18], et l’État le plus touché par la Covid-19 est celui de Nuevo León avec 25 cas confirmés[19]. Le même jour, après des achats de panique ayant épuisé les supermarchés en Californie, des Américains traversent la frontière pour effectuer d'autres achats de panique au Mexique, épuisant plusieurs supermarchés de Tijuana[18]. Le 20 mars, un deuxième décès lié au Covid-19 était enregistré, le nombre de cas confirmés était monté à 203 (c'est-à-dire 11 % des personnes venant se faire dépister) et celui de cas suspects à 606[20]. Toujours le 20, les États-Unis et le Mexique se mettent d'accord pour fermer leur frontière à tous les voyages non essentiels[21]. À partir du 20 mars, l'Université Autonome de San Luis Potosí suspend ses cours, et le 21 l’État de San Luis Potosí est placé en quarantaine[22]. Au 22 mars, il y avait 316 confirmés de Covid-19 au Mexique[23]. Au 23 mars, deux nouveaux morts portaient le nombre total de décès à 4, le nombre de cas confirmés montait à 367 - dont 280 avaient contracté le virus à l'étranger[24] - et celui de cas suspects à 1 865[25].

Stade 2 de l'épidémie[modifier | modifier le code]

Le matin du 24 mars, le Sous-secrétaire à la Prévention et à la Promotion de la Santé, Hugo López-Gatell, annonce que l'épidémie passe au stade 2 au Mexique, pour une durée estimées entre 30 et 40 jours[25]. Le même jour, un Mexicain qui était hospitalisé au Pérou depuis le 20 mars à cause du covid-19 en décède[26]. Au 25 mars, il y avait au Mexique 6 décès liés au covid-19, et 475 cas confirmés[27]. López-Gatell prévient que le gouvernement fédéral mexicain décide de suspendre toutes ses activités à partir du 26 mars, à l'exception de celles nécessaires pour le maintien des hôpitaux, de la production de carburant et d'électricité, des services d'hygiène, et de la sécurité publique[27]. La maire de Mexico, Claudia Sheinbaum, débloque 800 millions de pesos mexicains pour soutenir l'économie familiale et les micro-entreprises[27]. Au 26 mars, il y avait 8 décès (3 à Mexico, 2 dans l’État de San Luis Potosi, 2 dans celui de Jalisco et 1 à Durango), 585 cas confirmés, 2 156 cas suspects et 4 porteurs asymptomatiques du SARS-CoV-2 détectés[28]. Toujours le 26 mars, le gouverneur du Yucatán, Mauricio Vila Dosal, émet un décret où il déclare l'état d'urgence dans son État. Concrètement, ce décret donne au gouvernement de cet État l'autorisation d'utiliser le Fonds de Prévention des Urgences et des Désastres de l’État du Yucatán ; et un Conseil Fédéré de Protection Civile se rajoute au Conseil Fédéré des Urgences pour mieux coordonner les actions envers la pandémie[29].

Au 28 mars, il y avait 16 décès provoqués par la Covid-19, 848 cas confirmés, et 2 623 cas suspects[30]'[31]. Parmi les cas confirmés se trouve Omar Fayad, gouverneur de l'État d'Hidalgo, placé en quarantaine chez lui[32]. Avec l'augmentation brusque du nombre de cas confirmés - +131 en 24 heures[30] - le Secrétaire à la Santé Jorge Alcocer, le Secrétaire aux Relations étrangères Marcelo Ebrard et le Sous-secrétaire à la Prévention et à la Promotion de la Santé, Hugo López-Gatell, demandent aux habitants du Mexique de rester chez eux pour freiner la progression de la pandémie[30] et permettre aux hôpitaux de pouvoir recevoir progressivement les patients[31].

État d'urgence sanitaire[modifier | modifier le code]

Le 30 mars, il y avait 28 décès provoqués par la Covid-19 et 1 094 cas confirmés[33],[34]. Parmi eux se trouvait toujours Omar Fayad, le gouverneur d'Hidalgo, et deux autres gouverneurs : celui de Tabasco Adan Agosto Lopez diagnostiqué la veille[35], et celui de Querétaro Francisco Dominguez Servién diagnostiqué le jour-même[36]. De plus, la Secrétaire à la Santé de Santé de Tabasco, Silvia Roldan Fernandez, est également diagnostiquée positive le 30[37]. Elle et son gouverneur sont placés en quarantaine chacun dans leur maison[35]'[37]. En outre, deux personnes sont admises aux urgences après s'être gargarisées avec du chlore et du pinol, un détergent mexicain bon marché, car on leur avait conseillé de le faire pour se protéger du Covid-19[38] ; ils peuvent ressortir de l'hôpital le jour-même sans problème grave, et le directeur du Centre Régulateur des Urgences Médicales, Carlos Casillas, doit émettre un avertissement pour prévenir la population de Querétaro que ce genre de pratique peut provoquer des empoisonnements et des pneumonies chimiques[38].

Devant la progression de l'épidémie, et en prenant en compte l'exemple d'un individu de Tabasco testé positif au Covid-19 mais qui n'avait pas été mis en quarantaine et qui s'était retrouvé en contact avec 280 personnes différentes, le Conseil de la Salubrité Générale décide de décréter l'état d'urgence sanitaire au niveau national[33],[34]. Concrètement, cela étend les mesures de quarantaines à tout le pays et jusqu'au 30 avril 2020[33] (alors qu'elles n'étaient jusque-là prévues que jusqu'au 20 avril et appliquées dans certains États). Toutes les activités, privées ou publiques, non essentielles sont suspendues du 30 mars au 30 avril[33],[34]. Les réunions de plus de 50 personnes sont interdites[33],[34]. Les habitants du Mexique sont fortement encouragés à passer le plus de temps possible à leur domicile, encore plus les personnes de plus de 60 ans et/ou atteintes d'hypertension, de diabètes, ou de maladies cardiaques ou pulmonaires[33],[34]. Le recensement national (qui avait lieu durant le mois de mars) et toutes les enquêtes statistiques sont suspendues[33]. Et toutes les mesures précédemment citées doivent être appliquées tout en respectant les droits de l'homme[33]. Cependant, la possibilité d'un couvre-feu est rejetée par le Secrétariat à la Santé[33].

Vendeur ambulant de gel hydroalcoolique, le 1er avril 2020, sur le parking d'un supermarché de San Luis Potosí (San Luis Potosí, Mexique).

Au 31 mars, il y avait 29 décès, 1 215 cas confirmés et 3 511 cas suspects[39]. Au 1er avril 2020, il y avait 37 décès, et 1 378 cas confirmés[40]. Parmi les décès se trouve Walberto Reyes, médecin à l'Hôpital Général de la Zone #7 de Monclova (Coahuila), qui avait contracté la Covid-19 en s'occupant des malades[41]. À ce moment, 48 % des individus morts du Covid-19 souffraient d'hypertension, et 45 % de diabète[40] ; parmi les cas confirmés, 46 % étaient en rémission, 51 % étaient maintenus à l'isolement et 3% étaient décédés[40]. Le même jours, 280 Mexicains qui étaient bloqués en Argentine à cause de la pandémie sont rapatriés[42]. Le 3 avril, le Sous-secrétaire à la Prévention et à la Promotion de la Santé, Hugo López-Gatell, demande aux Mexicains de ne pas acheter de masques médicaux manufacturés, afin de les laisser au personnel soignant, et de plutôt fabriquer leurs propres masques de protection artisanaux[43].

Au 5 avril, il y avait 2 143 cas confirmés de Covid-19 et 94 décès provoqués par cette maladie au Mexique[44]. Le président Andrés Manuel López Obrador mobilise l'Armée mexicaine pour rajouter 1 399 lits de réanimation et du matériel de soin intensif aux 6 425 lits de soin intensifs équipés de respirateurs déjà présents dans les hôpitaux publics[45]. Au 6 avril, il y avait 125 décès, 2 439 cas confirmés - dont 1 779 en soins ambulatoires, 221 hospitalisés en état stable, 330 en soins intensifs et 89 en réanimation - et 6 295 cas suspects[46]. Ce jour-là, les entreprises de production de matériaux industriels acceptent de ne faire travailler que leurs employés jugés indispensables, et pour cela de réduire leur production au minimum[47] ; par exemple, les entreprises de productions d'acier, de ciment et de verre acceptent de ne produire que ce qui est immédiatement utile aux gros chantiers d'importance nationale qui restent maintenus malgré la pandémie, ou les mines de charbon n'acceptent d'extraire que la quantité demandée par la Commission Fédérale de l’Électricité et de n'assurer que le transport et la logistique nécessaire à sa distribution[47]. Au 7 avril, il y avait 141 décès, 2 785 cas confirmés (dont 27 % hospitalisés), et 7 526 cas suspects[48]. Dans la soirée, le Parti révolutionnaire institutionnel accepte de renoncer à ses subventions pour 4 mois, c'est-à-dire à 298,6 millions de pesos, à condition qu'ils soient envoyés à des représentants de la Société civile pour aider à gérer l'épidémie[49]. Au 9 avril, il y avait 194 décès, 3 441 cas confirmés et 10 105 cas suspects[50]. Parmi les décès se trouvent le médecin Miguel Ángel Girón Guzmán (59 ans, diabétique) de l'Hôpital Général La Perla à Nezahualcóyotl (État de Mexico)[51], et deux femmes enceintes qui n'avaient pas de problèmes de santé préalables ce qui choque l'opinion publique mexicaine[50]. L'on peut également rajouter que 108 Mexicains étaient morts du Covid-19 aux États-Unis[52]. À cette date, 8 635 citoyens mexicains étaient bloqués en-dehors du Mexique, dont 461 en Europe[52]. Le gouvernement fédéral demande aux supermarchés de déterminer des horaires pour les personnes âgées et/ou souffrant de conditions pouvant compliquer les soins si elles sont contaminées, certains réservés à elles, et d'autres au contraire interdites à elle, pour diminuer le risque de contamination - ce qui amène des craintes d'âgisme[53]. Au 10 avril, il y avait 233 décès, 3 844 cas confirmés, et 10 300 cas suspects[54]. À cette date, 68,2 % des cas étaient traités en soins ambulatoires, et 42 % des cas avaient guéri[54]. Au 11 avril, il y avait 273 décès et 4 219 cas confirmés[55]. À Tepic (capitale régionale de Nayarit), la Protection Civile Municipale découvre que le corps d'un homme veillé dans un funérarium avait été contaminé par le SARS-CoV-2, ce qui amène à fermer ces pompes funèbres et à désinfecter l'entièreté du quartier de Heriberto Casas où elles se trouvaient[56]. Au 12 avril, il y avait 296 décès, 4 661 cas confirmés, les cas suspects avaient diminués à 8 697, et à ce jour les laboratoires étaient en train d'analyser presque 37 000 personnes supplémentaires[57]. Le président López Obrador diffuse une vidéo sur les réseaux sociaux où il annonce qu'un accord a été conclu avec les associations d'hôpitaux privés pour qu'ils mettent à disposition un peu plus de la moitié de leurs lits dans l'effort de lutte contre la Covid-19, ce qui permet au système de santé public mexicain de gagner 3 300 lits supplémentaires[58].

Les 13 et 14 avril, 300 médecins et infirmières (150 de chaque, sur un total d'environ 2 000 aspirant(e)s) sont recrutés par les hôpitaux publics mexicains pour les aider à lutter contre la pandémie[59]. Au 14 avril, il y avait 406 décès dont le lien avec la Covid-19 était confirmé, 5 399 cas de Covid-19 confirmés, et 10 792 cas suspects[60]. Ce à quoi on peut rajouter 90 morts « suspectes » dont le lien avec la Covid-19 n'avait pas été prouvé mais qui ne pouvait pas non plus être écarté[60]. Parmi les cas confirmés se trouvaient 24 médecins et infirmières de l'Hôpital Régional de Tijuana, qui ont tous contracté le virus en-dehors de leur service[61]. Toujours le 14 avril, 455 Mexicains qui se trouvaient à l'étranger sont rapatriés, dont 268 d'Espagne, et le reste depuis Cuba, le Honduras ou le Salvador[62]. Le même jour, Hugo López-Gatell annonce que les corps des personnes mortes du Covid-19 ne seront pas incinérés, en vertu de la Loi Générale des Victimes, qui interdit la crémation d'un corps sans l'avoir préalablement montré à la famille du défunt, dont l'objectif est de lutter contre les disparitions forcées[60].

Le SEP (secrétariat de l'éducation au Mexique) a suspendu les cours en face à face et les étudiants ont commencé à suivre des cours en ligne.

Le 15 avril, la pandémie s'accélère au Mexique, le nombre de décès augmente à 449, celui de cas positifs à 5847, celui de cas suspects à 11 717, et celui de personnes examinées à 42 702[63]. La zone la plus touchée à cette date est la ville de Mexico (1686 cas confirmés), suivie par son État, puis par l’État de Basse-Californie[63]. Au 17 avril, il y avait 546 décès provoqués par le SARS-CoV-2, 6875 cas confirmés de covid-19 répartis dans 501 municipalités, 13 364 cas suspects, et 48 265 personnes étaient examinées[64]. L'épicentre de l'épidémie au Mexique semblait être l'arrondissement d'Iztapalapa à Mexico, avec 193 cas confirmés ici, ce qui en fait la partie de la capitale la plus touchée[65]. Le président AMLO annonce dans sa conférence de presse quotidienne du matin que les entrées et les sorties des villes seront filtrées, mais en précisant qu'il ne sait pas encore de quelle manière, bien que le sous-secrétaire Hugo López-Gatell exclut déjà de demander à l'Armée de s'en occuper[66]. Dans la journée, AMLO téléphone à son homologue américain Donald Trump, et ils se mettent d'accord pour que le Mexique puissent acheter 1000 respirateurs aux États-Unis, avec la possibilité d'en racheter d'autres plus tard si le besoin s'en fait sentir[67]. Le soir, l'un des présentateurs de TV Azteca, la deuxième chaîne de télévision la plus regardée au Mexique, accuse le gouvernement d'exagérer les chiffres de l'épidémie, et appelle à ne pas le croire et à ne pas respecter les consignes de quarantaine ; il est découvert le lendemain qu'il ne faisait que suivre la ligne éditoriale fixée par le propriétaire de la chaîne, Ricardo Salinas Pliego, le deuxième homme le plus riche du Mexique, qui a financièrement intérêt à ce que les Mexicains ne respectent pas la quarantaine, ce qui va déclencher une forte polémique (lire ci-dessous).

Au 18 avril, il y avait 650 décès liés au covid-19, 7497 cas confirmés, 12 369 cas suspects, et 49 167 personnes étudiées[68]. Les zones les plus touchées à cette date sont la ville de Mexico (2299 cas confirmés) puis son État (796), suivis par les États de Basse-Californie (610), de Sinaloa (413), de Puebla (330), de Quintana Roo (315) et de Tabasco (278)[68]. Sur les cas confirmés, 63.11% pouvaient bénéficier de soins ambulatoires, 10.83% étaient hospitalisés dans un état stable, 21.3% étaient hospitalisés dans un état grave et 4.76% avaient besoin d'un respirateur[68]. La plupart des 650 personnes décédées souffraient aussi d'hypertension, de diabètes, d'obésité, de tabagisme, de bronchopneumopathie chronique obstructive, d'insuffisance rénale chronique, d'immunosuppression, d'asthme ou du sida[68]. Le taux de létalité par tranche d'âge était de 19.8% pour les plus de 60 ans, 6.3% pour les personnes entre 25 et 59 ans, et 0.2% pour les moins de 25 ans[68]. Le même jour, les présidents AMLO et Trump conversent à nouveau, et se mettent d'accord sur une prolongation de la fermeture partielle de la frontière entre les États-Unis et le Mexique[69]. Toujours le 18, deux jours avant la fin des vacances de pâques (dont la date de début avait été avancées dans plusieurs États afin de pouvoir fermer les écoles), le Secrétaire à l'Éducation publique du Mexique, Esteban Moctezuma Barragán, annonce que le programme Aprende en Casa ("Apprend chez toi") mis-en-place jusque-là, un programme d'enseignement à distance basé sur la distribution de manuels gratuits et sur des plateformes d'enseignement numérique, avaient permis aux élèves de Basique et de Moyenne Supérieure (les équivalents mexicains des niveaux primaires et secondaires) et aux professeurs de pouvoir compléter environ 75% du programme scolaire, et qu'Aprende en Casa serait donc reconduit à partir du 20 avril[70]. A Mexico, le juge administratif Jonathan Bass ordonne au gouvernement municipal de régulariser les migrants illégaux vulnérables présents dans la ville, en leur accordant un visa de résidence temporaire, afin de leur garantir le respect des Droits Humains, l'accès à l'eau potable et aux mesures d'hygiènes nécessaires afin qu'ils ne contractent pas la Covid-19, et s'ils sont infectés l'accès aux soins doit leur être garantis comme aux citoyens mexicains[71].

Au 19 avril, il y avait 686 morts, 8261 cas confirmés, 10 139 cas suspects et 49 570 personnes étudiées[72]. Ce jour-là, le Mexique reçoit un chargement médical de la Chine, contenant 3 millions de masques chirurgicaux et 60 000 paires de lunettes de sécurité[73]. Un nouveau protocole de sécurité pour éviter la transmission du SARS-CoV-2 est mis-en-place, concernant principalement la gestion des vêtements de travail sales du personnel de santé et la désinfection des objets qu'ils ont manipulé[74]. Après plusieurs cas d'agressions et de discrimination envers le personnel de la santé à travers tout le Mexique depuis le début de la crise, le Parquet Général de Justice de l’État de Sonora inscrit dans le Code Pénal de Sonora une peine maximale de 3 ans de prison ou de 300 jours de travail d'intérêt général pour quiconque commettrait un de ces actes[75]. Dans le quartier de Tlatelolco, à Mexico, des proches de patients souffrant du covid-19 manifestent devant l'Hôpital Général 27 car ils disent ne pas avoir reçu de leurs nouvelles depuis leur hospitalisation ici ; quelques-uns entrent de force dans l'hôpital, avant d'être stoppés par le service de sécurité[76].

Au 20 avril, il y avait 712 morts et 8772 cas confirmés de covid-19[77]. Au cours de la conférence de presse quotidienne du Secrétariat à la Santé du Mexique, qui fait état de l'évolution de la pandémie au Mexique chaque jour, il est également fait mention de 21 agressions d'infirmières dans 12 États[77]. Le Sous-Secrétaire à la Prévention et à la Promotion de la Santé Hugo López-Gatell annonce que la stratégie mise-en-place porte ses fruits, car la vitesse de contagion diminue et que la courbe s’aplanit[78]. En conséquence, bien que la fin de la quarantaine à l'échelle nationale soit prévue pour le 30 mai, il annonce que dans les municipalités les moins touchées (pas ou très peu de cas de covid-19 détectés), elle prendra fin le 18 mai[77]'[78]. A la date du 20 avril, Zoé Robledo, le directeur de l'Institut Mexicain de Sécurité Sociale, annonce que depuis le début de la pandémie 9000 personnes avaient été recrutées comme personnel soignant, et qu'ils en cherchaient encore 9000 supplémentaires pour combler les besoins provoqués par l'urgence sanitaire[79].

Fermeture des espaces publics à Tlatelolco, Mexico, le .


Stade 3 de l'épidémie[modifier | modifier le code]

Nombre de cas (bleu) et nombre de morts (rouge) en échelle logarithmique. Bien que fortement ralentie par rapport à mars, la croissance de l'épidémie reste exponentielle en mai.

Malgré ces résultats encourageant, le 21 avril 2020, le passage au stade 3 l'épidémie au Mexique par le Sous-Secrétaire à la Prévention et à la Promotion de la Santé Hugo López-Gatell[80]. En effet, cela signifie que la vitesse de contagion va augmenter, or le pic au Mexique est prévu entre le 8 et le 10 mai, bien que les estimations du pic le revoient à la baisse[80]. Il redemande aux Mexicains de respecter les distances de sécurité et les gestes barrières[80] ; l'interdiction des événements massifs dans l'espace public, et la fermeture des écoles et des entreprises où des cas de covid-19 ont été confirmés sont prolongées jusqu'au 1er juin[80]. A cette date, il y avait 857 décès liés au covid-19, et 9501 cas confirmés dont 3185 cas actifs (les cas confirmés dont qui ont présenté des symptômes durant 14 derniers jours)[81]. Les zones les plus touchées étaient la ville (883 cas actifs) et l’État de Mexico (491 cas actifs)[81].

La Chine a envoyé au Mexique une cargaison de 11 tonnes de matériel médical[82].

Au 23 avril, il y avait 1069 décès avec un lien confirmé avec la Covid-19, 11 633 cas confirmés de covid-19 dont 4127 cas actifs, et 7588 cas suspects[83]. Parmi les cas confirmés, il y avait environ 2800 malades hospitalisés dans un état grave[83]. Le même jour, le président Andrés Manuel López Obrador (AMLO) envoie à la Chambre des députés une réforme à la loi de budget fédéral, afin de réorienter des crédits supplémentaires pour lutter contre la pandémie et maintenir les chantiers prioritaires d'importance nationale[84]. A partir de cette date, les 20% des stations du Métro de Mexico les moins fréquentées sont fermés, afin de réorienter leurs moyens vers les autres 80%, dans le but d'y permettre des passages de métro plus fréquents et donc d'avoir moins de passagers dans chaque wagon[85]. A Guadalajara, des policiers arrêtent un individu dénommé José Ángel “N”, car il avait insulté, menacé, agressé et uriné sur une infirmière[86] ; un juge ordonne l'ouverture de son procès le 26 avril. Au 24 avril, il y avait 1021 décès, 12 872 cas confirmés dont 4502 cas actifs, et 7889 cas suspects[87]. Le président AMLO hôpitaux de la Marine sont mis-à-disposition des civils pour aider à la lutte contre la pandémie, en plus des hôpitaux de l'Armée qui étaient déjà mobilisés[88]. Selon le général Luis Cresencio Sandoval, Secrétaire à la Défense nationale, les hôpitaux de l'Armée accueillent déjà 481 cas confirmés de covid-19 (dont 82 militaires actifs, 8 à la retraite et 14 ayant-droits) aucun dans un état grave et 397 cas suspects, et 4 militaires sont morts de la maladie, et selon l'amiral Rafael Ojeda, Secrétaraire à la Marine, 26 de ses éléments sont internés dans un état grave dont 4 avec respirateurs et un en était mort[88]. Dans les deux cas, hôpitaux de l'Armée ou de la Marine, de nombreux lits restaient disponibles pour accueillir les civils[88]. Toujours le 24, le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme, l'Organisation panaméricaine de la santé, l'Organisation mondiale de la santé, le Secrétariat à la Santé du Mexique et le Secrétariat du Gouvernement du Mexique concluent un accord pour garantir que les corps des personnes décédées du covid-19 soient d'abord tous identifiés par des proches (mais au maximum seulement 2 d'entre-eux peuvent voir le corps par mesure de biosécurité) et soient traités avec dignité et respect avant les funérailles[89]. Au 25 avril, il y avait 1305 décès en lien confirmé avec la Covid-19, 13 842 cas confirmés de covid-19 dont 4798 cas actifs, 8239 cas suspects, 65 500 personnes étudiées[90]. Ce à quoi on peut rajouter 72 décès "suspects", c'est-à-dire dont le lien avec la Covid-19 n'avait pas pu être confirmé mais pas non plus écarté[90]. Le même jour, le Tribunal Supérieur de Justice de Mexico ordonne de la prison préventive contre Sandra Méndez Puente et Antuan Olguín Padilla, les deux principaux suspects dans une affaire de tentative d'homicide contre une infirmière à cause de son travail, Francia López[91]. Le Secrétariat aux Affaires étrangères du Mexique et le Ministère des Relations extérieures du Brésil se coordonnent et parviennent à rapatrier dans leurs pays respectifs 91 Mexicains bloqués au Brésil et 159 Brésiliens bloqués au Mexique à cause de la pandémie[92]. Au 26 avril, il y avait 1305 décès, 13 842 cas confirmés dont 4798 cas actifs, et toujours 8239 cas suspects 65 500 personnes étudiées[93]. A Huixquilucan de Degollado (État de Mexico), 4 membres de la famille "N" sont arrêtés par la police municipale car ils avaient refusé d'annuler une fête malgré la pandémie, ils bloquent la route Naucalpan-Huixquilucan et blessent un policier municipal durant leur arrestation[94] ; durant la première semaine de mai, le Parquet Général de l’État de Mexico ouvre des informations judiciaires contre eux pour de nombreuses accusation, dont "attaque contre des voies et des moyens de transports"[94]. La maire de Mexico, Claudia Sheinbaum rend le port des masques médicaux dans l'espace public obligatoire, et interdit l'accès du marché de gros aux femmes enceintes, enfants et personnes âgées, à partir du 27 avril[95]. Au 27 avril, il y avait 1434 décès, 15529 cas confirmés dont 5009 cas actifs et 8614 cas suspects et 71 103 personnes avaient été étudiées[96]. Il est révélé le 27 que la Secrétaire à la Fonction publique Irma Eréndira Sandoval a été diagnostiquée positive SARS-CoV-2 le 20 avril, et qu'elle s'est elle-même placée en quarantaine, et qu'elle ne présente que des symptômes légers[97]. Le 27 avril également, le personnel de santé manifeste à Mexico pour demander plus de moyens matériels et humains[98]. Ce jour-là, AMLO et le Secrétariat aux Finances et au Crédit public du Mexique refusent le plan d'aide aux entreprises proposé par la Banque interaméricaine de développement, car ils refusent de donner plus d'argent public aux banques et aux grandes entreprises (lire ci-dessous). Au 28 avril, il y avait 1569 décès, 16752 cas confirmés cumulés dont 5329 cas actifs (des cas ayant présentés des symptômes durant les 14 derniers jours), 11 220 cas suspects et 77 005 personnes étudiées[99]. Ce à quoi on peut rajouter les décès de 615 Mexicains en-dehors du territoire (566 aux États-Unis et 49 pour le reste du monde)[100]. Parmi les décès du jour sur le territoire mexicain, se trouvent le médecin Salvador Ramos Olmos et son épouse Lilia Magdalena Soto, morts à Caborca (Sonora), tandis que leur fille Suzel Ramos est également un cas confirmé[101]. Ce jour-là, un septième avion de matériel médical provenant de Chine atterrit, apportant 57 600 visières de protection et 100 000 lunettes de protection pour les cliniques et les hôpitaux publics[102]. Le département du santé du Tec de Monterrey annonce qu'il est en train de travailler sur 4 nouveaux protocoles de dépistage clinique du covid-19[103]. Au 29 avril, il y avait 1763 morts, 17 799 cas confirmés cumulés de covid-19 dont 5444 cas actifs, et 13 263 cas suspects[104]. Au 30 avril, il y avait 1859 décès, 19 224 cas confirmés cumulés, et 15 520 cas suspects[105]. 39.45% des cas confirmés à cette date avaient eu besoin d'une hospitalisation, et 60.55% avaient pu être traités en soins ambulatoires[105]. Parmi les cas confirmés du jour se trouve Miguel Ángel Osorio Chong, coordinateur des sénateurs du PRI, ancien Secrétaire du Gouvernement (sous le gouvernement d'Enrique Peña Nieto) et ancien gouverneur de l'État d'Hidalgo, qui est placé en quarantaine chez lui[106]. Parmi les décès du jour se trouve le chanteur militant Óscar Chávez, très apprécié au Mexique surtout de la part de la gauche contestataire[107]'[108]. Il était soigné à l'Hôpital 20 de Noviembre à Mexico depuis le 28 avril, pour des troubles respiratoires sévères, qu'on pensait alors provoqués par une infection pulmonaire chronique causée par son tabagisme, et il meurt d'une pneumonie deux jours plus tard[107] ; des tests post-mortem prouveront qu'il était atteint du covid-19, qui a provoqué la pneumonie qui lui a été fatale[107]. Un hommage lui est rendu sur les réseaux sociaux et par la Secrétaire à la Culture Alejandra Frausto Guerrero[107].

Au 1er mai, il y avait 1972 décès, 20 739 cas positifs cumulés de covid-19 dont 6390 cas actifs, 15 446 cas suspects cumulés et 91 118 personnes étudiées[109]. Les zones avec le plus de cas actifs sont alors la ville de Mexico, et les États de Mexico, Tabasco, Sinaloa, Veracruz et Puebla[109]. La ville de Mexico connaissait une hausse de 7.9% des cas confirmés en un jour[109]. A cette date, il restait 14 042 lits disponibles dans les hôpitaux du pays[109]. Au 2 mai, la barre des 2000 morts dus à la pandémie était dépassée, avec 2061 décès, et 22 088 cas confirmés cumulés dont 6580 cas actifs, 14 536 cas suspects, et 93 791 personnes étudiées[110]. Parmi les cas confirmés se trouve le Procureur du Consommateur, Ricardo Sheffield Padilla, alors qu'il s'était connu aux côté du président AMLO la veille[111]. Et parmi les cas suspects se trouvent le chanteur Yoshio, qui est admis à l'Hôpital Xoco à Mexico pour des examens[112]. Dans l’État de Querétaro, après avoir dénoncé les habitants de son État qui ne prenait pas les mesures sanitaires au sérieux et en se basant sur l'exemple de 4 frères étant morts du covid-19 qu'ils avaient contracté lors d'une réunion familiale, ainsi que sur les statistiques des déplacements qui augmentent à chaque fin de semaine, le gouverneur Francisco Domínguez Servién annonce une série de 12 mesures pour durcir les contrôles, notamment l'interdiction d'être plus de deux passages à bord d'une voiture (les mineurs nécessitant une aide et une surveillance n'étant pas comptés dans ce quota), des contrôles de police contre les déplacements non-essentiels et non-nécessaires avec des sanctions administratives pour les récidivistes, mais aussi une aide économique aux personnes ayant perdu leur emploi ou une partie de leurs revenus, et le port obligatoire du masque dans l'espace public[113]. A Ecatepec de Morelos, des membres de famille de malades potentiellement atteints de covid-19 entrent de force dans le service nosocomial de l'Hôpital Las Américas, agressent du personnel de santé et se battent plusieurs minutes avec le service de sécurité avant d'être expulsés, 30 membres de la Garde nationale du Mexique et 40 policiers municipaux et de l’État de Mexico sont ensuite déployés et une grille est installée autour de l'hôpital[114]. Au 5 mai, il y avait 2507 décès liés au covid-19, 26 025 cas actifs cumulés dont 6708 cas actifs, 16 099 cas suspects cumulés et 105 664 personnes étudiées[115]. Au niveau national, à cette date 31% des lits d'hôpitaux étaient occupés et 69% disponibles, et spécifiquement pour les lits équipés de respirateurs 42% étaient occupés et 58% disponibles[115]. En se basant sur une projection faite par l'Université d'Oxford sur la dynamique épidémique qu'aurait pu avoir le Mexique si le gouvernement n'avait pas mis en place les règles de distanciation sociale, et en les comparant aux chiffres réelles de la pandémie, il semble que la vitesse d'expansion de la maladie soit inférieure de 60% à 75% à ce qu'elle aurait été sans l'action du gouvernement fédéral, ce qui amène le sous-secrétaire Hugo López-Gatell à affirmer que la courbe a bien été aplanie[116]. Au 6 mai, il y avait 2704 décès, 27 634 cas confirmés cumulés dont 7149 cas actifs, 17 533 cas suspects, et plus de 110 000 personnes avaient été étudiées[117]. Dans la nuit du 6 mai, le sous-directeur du gouvernement de Huixquilucan (État de Mexico ; l'équivalent mexicain de premier adjoint au maire) Luis Fabián Heredia est blessé par arme à feu par un habitant du village de Santa Cruz Ayotuxco en état d'ébriété car il lui avait demandé d'annuler une fête à cause du covid-19, et doit être hospitalisé dans un état stable[94] ; le tireur présumé, identifié comme Miguel N., était toujours recherché par la police le lendemain[94].

Au 7 mai, il y avait 2961 décès, 29 616 cas positifs cumulés dont 7802 cas actifs, 18 812 cas suspects et 117 211 personnes avaient été étudiées[118]. Le taux d'incidence au niveau national était de 6.1 pour 100 000 habitants[118]. A cette date, les zones les plus touchées étaient la ville (2051 cas) et l’État de Mexico (1203 cas), les États de Tabasco et Veracruz (329 cas chacun) et ceux de Basse-Californie (309) et du Yucatán (296)[118]. Le Réseau des Infections Respiratoires Aigües Graves signalait qu'au niveau national le taux d'occupation de ses lits de thérapie intensive était de 33% sur son total de 13 688 lits disponibles, tandis que les autres structures hospitalières avait un taux d'occupation de 27% au niveau national - 64% dans la ville de Mexico et 48% dans l’État éponyme[118]. Parmi les malades confirmés du jour se trouvent 4 membres du personnel paramédical de la Base Fénix de la Protection Civile municipale de Tlalnepantla de Baz (État de Mexico)[119]. A Ciudad Juárez (Chihuahua), le photoreporter Alejandro Sánchez Rodríguez pour le site internet La Verdad est agressé, ce qui lui cause des contusions sur tout le corps et une profonde lésion au front, et son matériel est détruit, car il prenait en photo le convoi funéraire d'une victime du covid-19 alors qu'il faisait un reportage sur un groupe religieux qui chantait des prières à l'extérieur de l'Hôpital Régional 66 en soutien aux infirmières[120]. Son agresseur mais aussi Sánchez Rodríguez sont tous les deux arrêtés par la police municipale, et le journaliste ne reçoit pas de soin avant qu'il ne soit relâché deux heures plus tard[120]. L'agresseur semblant avoir agit sur le coup de l'émotion car dans la même semaine il avait perdu sa mère, sa soeur, et le jour de l'agression son père à cause du covid-19, la police municipale tente de persuader Sánchez Rodríguez de ne pas porter plainte, mais s'il dit comprendre la situation le reporter maintient sa plainte au nom du fait qu'il a été agressé dans le dos puis au sol, qu'il a été blessé et que son matériel professionel a été détruit[120].

Au 8 mai, proclamé Journée Nationale de la Distance Sanitaire, il y avait 3160 décès dont le lien était confirmé avec la Covid-19, 31 522 cas confirmés cumulés dont 8048 cas actifs, 20 571 cas suspects et 123 446 personnes avaient été étudiées par des laboratoires[121]. Ce jour-là, le chancelier Marcelo Ebrard, sur demande du président AMLO, réunit des représentants de l'Université nationale autonome du Mexique, l'Institut National de Nutrition, Texsalud-Monterrey, l'Université de Querétaro et d'autres institutions de l'enseignement supérieur, pour discuter des modalités et des destinataires d'un versement d'un fond de 1 million d'euros pour financer la recherche d'un vaccin contre le SARS-CoV-2[122]. L'Institut National de Nutrition se met de plus en lien direct avec l'Organisation mondiale de la santé à propos d'une expérimentation menée sur 7 patients mexicains[122]. En même temps, plusieurs laboratoires privés mexicains se joignent à la rechercher sur le Remdésivir, l'un des médicaments les plus prometteurs contre la Covid-19[122]. Le 8 mai, sans lien avec cette réunion, Margarita Hernández Ortiz la Coordinatrice Générale de la Recherche, des Post-doctorats et de la Mise-en-relation de l'Université de Guadalajara annonce au cours d'une vidéoconférence que des étudiants de son universités ont mis au point un nouveau respirateur artificiel de type "ambu bag", destiné à lancer un production nationale au Mexique afin de ne pas dépendre de la production et de la vente de respirateurs artificiels cinq fois plus chers produits aux États-Unis, et que l'université était en attente de l'approbation de la Commission Fédérale pour la Protectection contre les Risques Sanitaires avant de lancer la production[123]. Ce nouveau modèle de respirateur a été inventé par des étudiants et des chercheurs de l'Université de Guadalajara, de l'Hôpital Civil de Guadalajara Fray Antonio Alcalde, du Centre Universitaire de Tonalá et des entreprises PROMEYCO et Atlas NanoTech, sous la direction du docteur David Alejandro López de la Mora (qui travaille à la fois pour le Centre Universitaire de Tonalá et Atlas NanoTech)[123]. Dans l'État de San Luis Potosí, toutes les opérations de transplantations d'organes sont annulées à cause du risque sanitaire[124].

Au 10 mai, il y avait 3645 décès avec un lien confirmé avec la Covid-19, 35 022 cas confirmés cumulés dont 8457 cas actifs, 19 979 cas suspects, et 130 956 personnes avaient été étudiées[125]. Ce à quoi on peut rajouter 247 décès dont un lien avec le SARS-CoV-2 est suspecté mais pas confirmé[125]. Les zones les plus touchées étaient par ordre décroissant : la ville de Mexico puis les États de Mexico, Tabasco, Veracruz, Basse-Californie, Morelos et du Yucatan[125].

Au 13 mai, il y avait 4220 décès, 40 186 cas confirmés cumulés dont 9378 cas actifs, 24 856 cas suspects, et 1478 497 personnes avaient été étudiées[126]. A cette date, il restait 15 086 lits d'hôpitaux disponibles dans le pays. Au 14 mai, il y avait 4477 décès, 42 595 cas confirmés cumulés dont 10 057 cas actifs, 26 746 cas suspects et 155 932 personnes avaient été examinées[127]. Au niveau national, le taux d'occupation des lits d'hôpitaux était de 35%, mais dans la ville de Mexico il était de 73% et dans l’État éponyme 53%[127]. A Mexico, un hôpital de campagne, installé dans la cour de l'Institut National des Maladies Respiratoires, commence à fonctionner, géré par la Croix-Rouge et des fondations privées, ce qui permet à l'institut de pouvoir accueillir 50 lits avec respirateurs supplémentaires[128]. Le même jour, l'Ambassade de France au Mexique et la Fondation Axa offrent 15 000 masques au Parquet Général de Justice de la Ville de Mexico et proposent des services de télémédecines aux victimes de violences de genre ou familiales[129]. L'Institut Mexicain de Sécurité Sociale et la mairie de Mexico commencent à mettre en place le plan de relance économique prévu par le gouvernement fédéral et plusieurs gouvernements fédérés (lire ci-dessous).

Au 17 mai, au Mexique il y avait 5177 décès, 49 216 cas confirmés cumulés de covid-19 dont 11 105 cas actifs, 27 507 cas suspects et 172 294 personnes avaient été étudiées[130]. Dans le Chiapas, avec 44 nouveaux cas confirmés et 5 décès en 24 heures, l'épidémie y entame son "étape la plus critique" selon le Secrétaire à la Santé du Chiapas, José Manuel Cruz Castellanos, ce qui porte le bilan dans cet État à 53 décès et 654 cas confirmés cumulés (245 guéris, 240 en soins ambulatoires, 38 hospitalisés dans un état stable, 37 hospitalisés dans un état grave, 41 sous respirateur et les 53 décès)[131]. Un dixième avion de matériel médical arrive de Chine, amenant 288 respirateurs, 300 000 tests PCR, 500 000 gants et de la toile spéciale pour fabriquer des masques médicaux[132]. Au 18 mai, il y avait 5332 décès, 51 633 cas confirmés cumulés dont 11 300 cas actifs, 26 933 cas suspects cumulés et 177 133 personnes avaient été testées[133]. L'on peut rajouter la mort à cause du covid-19 sur le territoire des États-Unis de 959 Mexicains à cette date[134]. Le sous-secrétaire Hugo López-Gatelll demande aux États mexicains de prendre exemple sur celui de Quintana Roo, où la politique de réduction de mobilité a permis d'y faire décroître l'épidémie[133]. 269 des 323 municipalités connues comme les "Municipalités de l'Espoir" (principalement celles de Oaxaca, Jalisco, Puebla, Guerrero et Chihuahua) décident de ne pas faire redémarrer les activités économiques et scolaires[135]. Au 19 mai, il y avait 54 346 cas confirmés cumulés dont 11 767 cas actifs, et 29 450 cas suspects[136]. Le Secrétaire à la Santé Jorge Alcocer annonce que les tests menés conjointement par le Mexique et l'OMS sur l'utilisation du Remdésivir pour soigner les patients atteints du covid-19 ont donné de bons résultats, diminuant de 20% à 25% leur durée de séjour en soins intensifs[137].

Au 20 mai, il y avait 6090 décès, 56594 cas confirmés cumulés dont 12 085 cas actifs, 31 866 cas suspects et 193 586 personnes avaient été examinées[138]. Parmi les décès du jour se trouve Gloria Cabrera González, une infirmière qui travaillait à l'hôpital général “Ernesto Meana San Román” de Jojutla (Morelos)[139]. Et parmi les nouveaux cas détectés se trouvent 8 footballeurs du Club Santos Laguna, tous des porteurs asymptomatiques du SARS-CoV-2[140]. A cette date, le taux d'occupation des lits d'hôpitaux à l'échelle nationale était de 39%, et ceux des lits dans les services de réanimation de 32%[138]. A Mexico, une tentative de séquestration de 14 infirmiers et infirmière est déjouée (lire ci-dessous). Sans lien avec cet incident, deux ambulanciers de la Croix-Rouge Mexicaine sont agressés à Huixquilucan par les membres de la famille d'un homme de 53 ans qui souffrait d'insuffisances respiratoires graves à cause du covid-19, car la famille voulait l'envoyer au centre médical le plus proche qui se trouvait à Toluca, alors que selon l'état du patient les ambulanciers recommandaient plutôt de l'envoyer à l'hôpital général de Naucalpan qui était mieux équipé pour ces symptômes, ce qui provoque une dispute et fait déjà perdre du temps[141] ; le patient meurt dans l'ambulance durant son transfert vers Naucalpan, et à l'arrivée à l'hôpital la famille accuse les ambulanciers de ne pas avoir été assez rapides et les agresse alors, des membres de la Garde nationale qui gardaient l'hôpital doivent s'interposer et exfiltrer les membres de la Croix-Rouge[141].

Au 26 mai, il y avait 8134 décès, 74 560 cas confirmés cumulés dont 14 718 cas actifs, 31 878 cas suspects 235 129 personnes avaient été étudiées[142]. A cette date, l'OMS félicite le Mexique pour sa gestion de la pandémie[143].

Fin de la quarantaine[modifier | modifier le code]

Fermeture des espaces publics à Tlatelolco, Mexico, le .

A 1er juin, il y avait 10 167 décès, 93 435 cas confirmés cumulés dont 16 303 cas actifs (des cas positifs qui ont présenté des symptômes dans les 14 derniers jours), 38 497 cas suspects cumulés et 282 089 personnes avaient été examinées[144]. C'est à cette date que la quarantaine nationale prend fin, il est observé que dans la plupart des États une partie importante de la population arrête en même temps de respecter la distanciation sociale (sauf dans les États de Quintana Roo, Tabasco, Sinaloa, Tlaxcala et Sonora)[145]. Au 2 juin, il y avait 10 637 décès, 97 326 cas confirmés cumulés dont 16 940 cas actifs, 42 151 cas suspects cumulés et 293 078 personnes avaient été étudiées[146]. Au 3 juin, il y avait 11 729 décès, 101 238 cas confirmés cumulés dont 16 289 cas actifs, 44 869 cas suspects cumulés et 403 461 personnes ont été examinées[147]. Ce jour-là, le président Andrés Manuel López Obrador prévient que si de nouveaux foyers d'infection apparaissent, la quarantaine sera rétablie dans les régions concernées[148].

Le 4 juin, le Sous-Secrétaire à la Prévention et à la Promotion de la Santé Hugo López-Gatell revoit le bilan de l'épidémie fortement à la hausse, et estime le nouveau nombre de décès entre 30 000 et 35 000[149]. Cette augmentation subite vient de deux choses : des décès suspects dont le lien avec le covid-19 n'était pas encore prouvé auparavant et qui l'ont été ensuite, et le délai de 20 à 25 jours du Secrétariat à la Santé du Mexique pour prendre en compte tous les décès qui lui avaient été signalés et les traiter[150]. La Commission Nationale des Droits Humains se dit préoccupée par le taux de létalité du covid-19 en prison, où en 2020 il est devenu la première cause de mortalité[151]. A Guadalajara (capitale de Jalisco), des émeutes éclatent et sont durement réprimées, après que des policiers aient battus à mort à Ixtlahuacán de los Membrillos (agglomération de Guadalajara) un jeune parce qu'il ne portait pas de masque médical (lire ci-dessous).

Au 6 juin, il y avait 13 511 décès confirmés, 113 619 cas actifs cumulés dont 19 279 cas actifs (soit 23% de cas actifs), 48 273 cas suspects, et 332 326 personnes avaient été examinées[152]. Au 7 juin, il y avait 13 511 décès confirmés, 113 619 cas confirmés cumulés dont 19 278 cas actifs, 48 273 cas suspects et 332 326 personnes avaient été étudiées[153]. A cette date, au niveau national 44% des lits d'hôpitaux généralistes et 38% des lits avec respirateurs étaient occupés[153]. Parmi les nouveaux malades du covid-19 se trouvent Zoé Robledo, le directeur de l'Institut Mexicain de Sécurité Sociale, largement impliqué dans la lutte contre la pandémie[154]. 113 personnes qui ont guéri du covid-19 vont donner leur plasma à la Banque du Sang, pour en faire don à des patients toujours malades et ainsi les aider à guérir[155]. Rosa María Wong Chew, la cheffe de la Sous-Division de Recherche Clinique de la Faculté de Médecine de l'Université nationale autonome du Mexique, estime que la proportion de la population mexicaine exposée au coronavirus SARS-CoV-2 est très petite, alors qu'il faudrait qu'entre 60% et 70% de la population l'ait été pour pouvoir compter sur l'immunité collective, ce qui fait qu'entre 80% et 95% de la population est susceptible d'être contaminée[156]. A Mexico, des restaurateurs distribuent de la nourriture aux personnes qui ont perdu leur emploi à cause de la pandémie et qui ont donc des problèmes pour acheter à manger[157]. Un avion arrive de Chine, avec 85 respirateurs VG70[158]. A Morelia (capitale du Michoacán), les cinémas rouvrent à condition de respecter les distances sanitaires, les contrôles sanitaires et d'utiliser du gel hydroalcoolique[159]. Au 8 juin, il y avait 14 053 décès avec un lien confirmé avec le covid-19, 120 102 cas confirmés cumulés dont 18 416 cas actifs, 46 398 cas suspects, et 344 375 personnes avaient été étudiées[160]. Parmi les morts tués par le covid-19 ce jour-là se trouve le peintre Manuel Felguérez (es)[161]. Au 9 juin, il y avait 14 629 décès avec un lien confirmé avec le covid-19, 124 301 cas confirmés cumulés dont 18 904 cas actifs, 50 677 cas suspects, 357 055 personnes avaient été examinées[162]. Ce jour-là, un premier cas est confirmé à Tzeltal de Chilón (Chiapas) dans un camps de réfugiés mexicains qui fuient la violence du crime organisé d'autres parties du pays, alors que ce camps est particulièrement exposé à la pauvreté et toujours au crime organisé local[163]. Au 10 juin, il y avait 15 357 décès avec un lien confirmé avec le covid-19, 129 184 cas confirmés cumulés dont 19 897 cas actifs, 53 608 cas suspects cumulés et 369 362 personnes avaient été examinées[164]. A Mexico, la mairie de l'arrondissement d'Azcapotzalco lance une application, Azcapotzalco Covid-19, qui permet de mettre en contact par appel vidéo avec le Centre d'Azcapotzalco de Réponse aux Urgences (Centro Azcapotzalco de Respuesta a Emergencias - CARE) en cas de suspicion[165]. Au 11 juin, il y avait 15 944 décès avec un lien confirmé avec le covid-19, 133 974 cas confirmés cumulés dont 20 832 cas actifs, 55 700 cas suspects cumulés et 381 139 personnes avaient été examinées[166].

Au 14 juin, il y avait 17 141 décès avec un lien confirmé avec le covid-19, 146 837 cas confirmés cumulés de covid-19 dont 22 398 cas actifs, 52 636 cas confirmés cumulés, et 406 549 personnes ont été examinées[167]. Parmi les morts provoqués par le covid-19 du jour, se trouve le footballeur professionnel Aarón Padilla Gutiérrez, qui souffrait aussi d'alzheimer[168]. La mort du général Daniel Elpidio Nicolás Camacho, hospitalisé à cause du covid-19, est annoncée par erreur puis démentie[169].

Au 16 juin, il y avait 18 310 décès avec un lien confirmé avec le covid-19, 154 863 cas confirmés cumulés de covid-19 dont 21 159 cas actifs, et 56 843 cas suspects[170]. Le port de Mazatlán (Sinaloa) et les lieux de commerce de la ville commencent à rouvrir progressivement, avec obligation de respecter les mesures sanitaires[171]. Au 17 juin, il y avait 19 080 décès avec un lien confirmé avec le covid-19, auxquels on peut rajouter 1846 autres décès avec un lien suspecté avec le covid-19, 159 793 cas confirmés cumulés dont 22 209 cas actifs, 59 076 cas suspects et 441 670 personnes avaient été examinées[172]. Un bilan est dressé à cette date spécifiquement sur les communautés indigènes du Mexique, qui toutes confondues ont connu 327 décès, 1760 cas confirmés cumulés dont 222 cas actifs et 428 cas suspects de covid-19[173] ; parmi les indigènes décédés, 40% souffraient de diabète, 40% d'hypertension, 27% d'obésité et seuls 22% étaient morts uniquement du covid-19[173]. Pour la totalité des communautés rurales, indigènes ou non, à cette date il y avait 507 décès, 4075 cas confirmés cumulés et 1069 cas suspects de covid-19[173]. Au 18 juin, il y avait 19 747 décès avec un lien confirmé avec le covid-19, 165 455 cas confirmés cumulés de covid-19 dont 23 528 cas actifs, 59 778 cas suspects et 453 481 personnes avaient été étudiées[174]. Une baisse du nombre de cas de covid-19 à Mexico, au début épicentre du volet mexicain de la pandémie faible mais qui dure sans discontinuer depuis le 25 mai est constatée[175].

Le 5 juillet 2020, il y avait 30 366 décès avec un lien avéré et 252 165 cas confirmé de covid-19[176]. Ceci fait qu'en nombre absolu de morts (mais pas en proportion de la population) le Mexique devient le cinquième pays le plus touché au monde, surpassant la France, et le troisième pays le plus touché d'Amérique après les États-Unis et le Brésil[176].

Le 12 juillet 2020, avec 35 006 décès et 299 750 cas confirmés, le Mexique devient le quatrième pays avec le plus de décès liés au covid-19 au monde (derrière les États-Unis, le Brésil et le Royaume-Uni)[177].

Épidémie de rougeole en parallèle[modifier | modifier le code]

Durant la pandémie de Covid-19, le Mexique doit de plus gérer le retour de la rougeole sur son territoire et tenter d'en limiter l'épidémie[178]'[179]. Le premier cas connu de rougeole au Mexique, alors que très peu de cas s'y étaient déclarés au cours des vingt dernières années, remonte au 28 février, soit exactement le même jour où le premier cas connu de Covid-19 au Mexique est repéré[180]. Il semblerait que l'absence de couverture vaccinale contre la rougeole ait permis à cette maladie de revenir, via des personnes infectées à l'étranger[181]. Au 28 mars, il y avait 81 cas connus de rougeole au Mexique, dont 77 à Mexico, la majorité n'ayant pas été vaccinés contre cette maladie[182]. Au 10 avril, il y avait 127 cas connus de rougeole au Mexique[180]. Si l'épidémie se concentre surtout dans la ville et l'État de Mexico, elle touche également celui de Campeche au sud-est du Mexique[180]. Le principal foyer est une prison au nord de Mexico, l'une des plus grandes du pays qui détient 5 000 prisonniers, où le virus a été importé par un visiteur, et où il s'est facilement répandu[180].

Pour mettre fin à cette épidémie, le gouvernement fédéral fait vacciner 26 000 personnes et distribue 168 000 vaccins dans les centres de santé, entre le 31 mars et le 10 avril[180]. A cette date, les médecins de l'Hôpital Infantile de Mexico appelaient à intensifier la stratégie de vaccination, afin d'éviter d'ajouter les patients infectés par la rougeole à ceux par la Covid-19 aux hôpitaux de Mexico, qui commence alors à être surchargés, afin d'éviter une « catastrophe sanitaire »[180]. Cependant, la stratégie de vaccination massive contre la rougeole, qui nécessite que les individus se déplacent dans un centre de santé ou qu'il y ait de nombreuses visites de personnels de santé dans de nombreuses maisons pour effectuer les vaccins, se heurte directement à la stratégie de quarantaine et de confinement mise en place contre la Covid-19[180].

La conjonction de l'arrivée du Covid-19 et de la rougeole à Mexico amène parfois les médecins de la ville à désigner la situation sous le nom de coronampión, mot-valise entre « coronavirus » (pour le SARS-CoV-2 souvent appelé simplement « coronavirus » dans le langage courant) et « sarampión » (le nom espagnol de la rougeole)[180].

Impact[modifier | modifier le code]

Rupture de stock de boîtes de conserve dans un supermarché de la ville de San Luis Potosí, le 20 mars 2020, la veille de la mise-en-quarantaine de l'État de San Luis Potosí.

Achats de panique et pillages[modifier | modifier le code]

Comme dans de nombreux pays, des achats de panique provoquant des ruptures de stock fait par une partie des Mexicains sont observés en mars 2020.

Cependant, le cas mexicain connaît quelques particularités, comme l'implication de ressortissants des États-Unis, au moins dans la ville-frontière de Tijuana le 19 mars, où ils vont épuiser plusieurs supermarchés[18]. Dans d'autres cas, l'on remarque l'implication du crime organisé. Ainsi, le 20 mars, un commando attaque à la voiture-bélier un supermarché de Tecámac, blessant gravement une employée, pour le piller[183]. Le pick-up qui a renversé l'employé sera retrouvé plus tard à Ecatepec de Morelos[183].

Du 23 au 26 mars, 73 personnes sont arrêtées par la police, soupçonnées d'être impliquées dans des vols et des pillages commis contre au moins 30 restaurants et magasins dans 16 arrondissements de Mexico[184]. Au 28 mars, il y avait 83 personnes détenues à Mexico pour des faits de vols ou de pillages (41 pour vols avec violence, 19 pour vols sans violence, 12 pour avoir revendu des produits volés pour le compte des cartels, et 6 pour avoir dégradé le bien d'autrui), et des enquêtes étaient ouvertes contre 33 d'entre-eux[185].

Le 4 avril, des achats de panique de carburant sont effectués dans des stations-services de plusieurs villes de l’État de Sonora, après avoir mal interprété une déclaration Conseil Fédéré de la Santé [de Sonora] qui avait annoncé que certains commerces importants pour l'économie de Sonora allaient devoir fermer[186]. Le Conseil a par la suite démenti que les stations-services étaient concernées[186]. En début mai, à Hermosillo, la capitale de Sonora, de larges files d'attentes de plus d'une heure se forment pour acheter de la bière, souvent des packs de 24 canettes (le maximum que la plupart des magasins acceptent de vendre par individu à Sonora dans ce contexte), après que le gouvernement de l’État ait fait fermer les brasseries, en estimant qu'elles ne constituaient par une activité dont le maintien était essentiel durant la pandémie[187].

Relations avec les États-Unis[modifier | modifier le code]

Plusieurs dizaines de cas confirmés de Covid-19 au Mexique sont des individus - Mexicains ou Américains - revenant des États-Unis[14]. Le 20 mars, les États-Unis et le Mexique se mettent d'accord pour fermer leur frontière à tous les voyages non essentiels[21]. L'association Usuarios Unidos por Sonora ("Usagers Unis par Sonora") manifeste le 26 mars à Nogales, Sonora, ville-frontière avec les États-Unis au niveau de l'Arizona, pour demander la fermeture totale de la frontière[188], alors que les États-Unis sont devenus à cette date le pays le plus atteint par la pandémie en nombre de cas.

Libération de prisonniers[modifier | modifier le code]

Le Parlement vote le 20 avril une loi d’amnistie visant à désengorger les prisons pour éviter les contagions. Plusieurs milliers de condamnés pour délits mineurs (« vol sans violence », « production, transport ou possession de drogue, sans visée de distribution », « interruption volontaire de grossesse ») seront libérés. L’amnistie concerne aussi les membres des communautés indigènes qui n’ont pas eu accès à un procès équitable. Alors que le parti au pouvoir, le Mouvement de régénération nationale, défend « un geste d’humanité », l'opposition de droite dénonce la mesure[189].

Prévu pour 170 000 détenus, le système pénitentiaire mexicain en accueille près de 210 000. Au total, 63 % des prisons ne respectent pas les normes d’hygiènes, selon la Commission mexicaine des droits de l’homme. « Dans ces conditions, la distanciation physique et le confinement sont pratiquement impossibles », a averti Michelle Bachelet, la haute-commissaire pour les droits de l’homme des Nations unies, qui a soutenu l’initiative[189].

Économie[modifier | modifier le code]

Finances[modifier | modifier le code]

En mars 2020, les investisseurs étrangers revendent leurs bons de valeurs gouvernementales à d'autres étrangers pour s'en débarrasser et faisant ainsi sortir des milliards de pesos mexicains du pays, alors qu'en même temps seul l'équivalent 2.01 milliards de pesos entrent au Mexique (une aussi faible rentrée n'étant pas arrivée depuis novembre 2016), ce qui provoque la perte de l'équivalent de 166,54 milliards de pesos mexicains pour le pays, ce qui constitue une perte record historique[190]. Le comportement des investisseurs est causé par les incertitudes autour de l'économie mexicaine, dont ils craignent qu'elle souffre de la pandémie de covid-19, mais aussi de la chute des cours du pétrole qui avait lieu au niveau mondial en même temps[190].

La Confédération patronale du Mexique a réclamé une prise en charge par l’État d’une partie des salaires des employés du secteur privé pour éviter les licenciements[191].

Le 26 avril, la Banque interaméricaine de développement (BID) et le Conseil Mexicain du Négoce (CMN) proposent un plan de soutien aux entreprises de 12 milliards de dollars[192]. Cependant, le président Andrés Manuel López Obrador et le Secrétariat aux Finances et au Crédit public du Mexique refusent d'approuver ce plan, et ordonnent à la Banque du Mexique de ne pas verser d'argent public aux grandes entreprises et aux banques, le président expliquant qu'il préfère le réserver aux affaires publiques, et pour soutenir les travailleurs indépendants, les paysans, les étudiants et les peuples indigènes[192]'[193]. La BID et le CMN maintiennent leur plan, mais se mettent à chercher de l'argent privé pour le financer[194].

Tourisme[modifier | modifier le code]

En mars 2020, 645 hôtels ou centres d'hébergements touristiques ferment à travers tout le Mexique, à cause de la baisse du nombre de touristes[195]. Avec la suspension annoncée des activités touristiques en Basse-Californie du Sud et à Sinaloa, 995 hôtels supplémentaires doivent fermer début avril[195]. Au cours du mois de mars, les flux touristiques au Mexique diminuent de 34.4%[196]. Début avril, 75 % des vols internes et 80 % des vols internationaux arrivant au Mexique sont annulés[197].

Industrie[modifier | modifier le code]

En avril, la production de véhicules se réduit de 98.7%, et les exportations du secteur automobile chutent de 90.2%[198]. En mai, les exportations d'automobiles diminuent de nouveau de 95%[199].

Plans de relance économique[modifier | modifier le code]

A partir du 12 mai, des plans de relance économique de la part du gouvernement fédéral et des gouvernements fédérés commencent à être mis-en-place.

Le 14 mai, l'Institut Mexicain de Sécurité Sociale (IMSS) approuve les 916 premiers versements de microcrédits de 25 000 pesos à des femmes de ménages déclarées, ce qui marque le début d'un plan dont l'objectif est de soutenir 22 300 femmes de ménage indépendante[200]. A cette date, l'IMSS avaient également approuvé le recours à un autre plan de soutien économique par 157 249 entreprises, ce qui avait coûté à cette institut 3 milliards 443 millions de pesos[200]. Le même jour, la maire de Mexico, Claudia Sheinbaum, met en place un système de "feu tricolore" basé sur la vitesse de la propagation de la maladie dans les différentes zones de l'agglomération de Mexico, divisé entre vert, jaune et rouge, qui indique à partir de quel moment les activités économiques peuvent reprendre dans quels quartiers : si la situation d'un quartier passe de rouge à orange ou de orange à vert les activités économiques peuvent reprendre, mais si au contraire elle se dégrade et qu'il passe de vert à orange ou de orange à rouge, elles doivent être suspendues temporairement[201].

Au 18 mai, le Secrétariat à l'Économie du Mexique signale que 252 15 micro-entreprises ont bénéficié du programme Crédito à la Palabra ("Crédit sur Parole"), recevant 25 000 pesos chacun, pour un total de 6 milliards 300 millions de pesos distribués[202]. L'objectif à terme est d'aider un million de micro-entreprises[202].

Pauvreté[modifier | modifier le code]

Les plus démunis ont été les principales victimes de la crise économique. Selon le Conseil national pour l'évaluation des politiques de développement social (Coneval), le nombre de pauvres a augmenté de 10 millions entre le début de l’épidémie et la mi-juin, atteignant 62,2 millions de personnes. L'extrême pauvreté pourrait passer de 11,1 % à 15,9 % en 2020[203].

Polémiques autour de TV Azteca et de sa maison-mère Grupo Salinas[modifier | modifier le code]

Le soir du 17 avril, le présentateur de TV Azteca, la deuxième chaîne de télévision la plus regardée du Mexique, Javier Alatorre accuse le Sous-secrétaire à la Prévention et à la Promotion de la Santé, Hugo López-Gatell (devenu l'un des hommes politiques les plus connus et les plus populaires au Mexique durant la pandémie) de mentir sur les chiffres de l'épidémie, pointant des différences entre les chiffres communiqués le matin par López-Gatell et ceux dans la journée par Jaime Bonilla, le gouverneur de Basse-Californie, à propos du nombre de morts sur cet État[204]'[205]. En plus d'accuser López-Gatell de mentir, il demande également aux Mexicains de ne pas le croire et de ne pas respecter les consignes de sécurité et d'hygiène demandées par le gouvernement[204]'[205]. Alatorre réitère ensuite ses propos sur une chaîne d'information en continu du même groupe, Azteca Noticias[204].

Les accusations d'Alatorre, et surtout ses appels à ne pas suivre les consignes d'hygiène en pleine pandémie, sont très mal reçues sur les réseaux sociaux mexicains, où il est extrêmement moqué et critiqué[204]. Les hashtags #TVAztecaCriminal ("#TVAztecaCriminelle") et #AztecaTerrorista ("#AztecaTerroriste") deviennent populaires parmi les utilisateurs mexicains de Twitter le lendemain[204].

Dans la journée du 18, il apparaît très vite par témoignages d'employés de TV Azteca et des appels téléphoniques ayant filtrés qu'Alatorre ne faisait que suivre la ligne éditoriale fixée par le propriétaire de la chaîne, Ricardo Salinas Pliego, le deuxième homme le plus riche du Mexique (après Carlos Slim Helú)[204]'[205]. Celui-ci étant le propriétaire du Grupo Salinas, qui inclut entre-autres les chaînes de télévision Azteca, qui risque de voir ses bénéfices diminués à cause des mesures de quarantaine prises dans tout le pays, et à donc intérêt à ce que les Mexicains ne les respectent pas[204]'[205]'[206]. Dans la ville de Oaxaca de Juárez (capitale de Oaxaca), l'organisation Oaxaca Comuna manifeste pacifiquement devant les locaux de TV Azteca, puis y collent des banderoles "Fermeture, pour avoir attenté à la santé des Mexicains"[207]. Une association d'immigrants mexicains lance un appel aux Mexicains qui travaillent en-dehors du territoire national, en particulier ceux présents aux États-Unis, de ne pas envoyer leur argent au Mexique via Banco Azteca ou Elektra, qui appartiennent aussi au Grupo Salinas, et de boycotter les magasins Elektra[206]. L'association lance les hashtags #ApagaTVAzteca ("#ÉteintTVAzteca"), #BoycotElektra et #BoycotBancoAzteca, et diffuse un communiqué où elle accuse "le fond du problème est que franchement [Salinas Pliego] accorde plus d'importance à l'argent qu'à la vie des gens[206]. C'est une attitude criminelle."[206]

Le 19 avril, il est révélé que des employés travaillant pour TV Azteca, Banco Azteca et ADN 40 (une autre télévision du Grupo Salinas) présentant des syndromes du covid-19, dont au moins un d'entre-eux a été un cas confirmé par la suite, ont été obligés de se rendre à leur poste aux contacts des autres salariés, sans autre mesure d'hygiène autre que celles de recruter plus de personnel pour les équipes de nettoyage[208]. Le même jour, le Secrétariat à l'Intérieur du Mexique émet un avertissement public envers TV Azteca qui l'enjoint de respecter publiquement les consignes d'hygiènes et de sécurité émises par le Secrétariat à la Santé du Mexique et le Conseil de Salubrité Générale, sous peine d'engager des procédures en justice[209]. Le 20 avril, l'ONG Mexicanos contra la corrupción y la impunidad ("Mexicains contre la corruption et l'impunité") publie des photos d'employés de TV Azteca et d'Elektra forcés à se rendre sur leurs lieux de travail, alors que leurs activités sont considérées comme non-essentielles et/ou sont réalisables en télétravail, et sans que des mesures d'hygiène n'aient été prises au sein de ces entreprises, malgré le fait que le stade 3 de l'épidémie ait été déclaré, ainsi que des photos du personnel de nettoyage portant des tenues de protection et des masques qu'ils ont dû fabriquer eux-mêmes à partir de sac-poubelles, puisque leur employeur ne leur en a fourni aucune[210].

Le Secrétariat au Travail et à la Prévision sociale du Mexique (STPS) demande à plusieurs reprises de fermer les locaux d'Elektra et de Banco Azteca, en estimant que ces entreprises n'étaient pas assez nécessaires pour rester ouvertes durant la pandémie[211]. A chaque fois depuis début avril, ces entreprises saisissent la justice des États concernés pour rester ouvert, et à chaque fois les juges leur ordonnent de fermer leurs locaux[211]. Au 6 mai 2020, elles avait saisies la justice fédérale[211]. Ce qui pousse Elektra à promettre au STPS de fermer 1200 points de vente durant la semaine pour le reste de la pandémie[212]. Le 18 mai, un tribunal de Mexico rejette le recours de Banco Azteca, et continue de l'obliger à rester fermer[213]. Le 7 juin, une ministre de la Cour suprême de justice de la Nation refuse de plus un recours d'Elektra sur une autre affaire, qui doit forcer la compagnie à rembourser 3 078 721 pesos d'impôts immobilier non-payés depuis 2013 plus les intérêts[214].

Violences de genre[modifier | modifier le code]

Alors que le premier trimestre de 2020, déjà avant l'arrivée du covid-19 dans le pays, était celui répertorié le plus violent envers les femmes au Mexique, avec 964 femmes assassinées entre janvier et mars 2020 (dont 720 meurtres classés en homicides généraux et 244 spécifiquement des féminicides)[215], il semble que la quarantaine nationale empire encore la situation de violence envers les femmes, puisque pour le seul mois de mars 2020 les services d'urgence reçoivent 26 171 appels liés aux violences domestiques, dont 21 768 sont des appels à l'aide ou pour demander une intervention policière[216]. Il s'agit du plus important nombre d'appels de ce type sur un seul mois, depuis le début des statistiques sur ce sujet en 2016[216]. De plus, il est estimé que seulement 11% des femmes victimes de violence domestique ont pu passer un appel[216]. De janvier à mars, les zones les plus touchées sont la ville et l'État de Mexico et celui de Chihuahua, avec un peu plus de 10 000 cas chacun[216]. Le 7 mai, la Commission Nationale des Droits Humains appellent les autorités municipales, fédérées et fédérales à mettre en place des plans d'urgence pour lutter contre les violences faites aux femmes, après avoir une « grave augmentation » des meurtres de femmes et des appels liés à des violences familiales[217]. En effet, selon les chiffres du Secrétariat Exécutif du Système National de Sécurité Publique, il y avait en moyenne 10.5 meurtres de femmes par jour en 2019, contre 10.6 par jour durant le premier trimestre 2020, et sur cette période 170 214 appels urgences avaient été passés à cause de violences familiales[217].

Le 14 mai, l'officine pour l'Amérique Latine et les Caraïbes du Programme des Nations unies pour le développement révèle que durant le premier mois de quarantaine au Mexique, les appels passés aux services d'aides aux femmes victimes de violence ont augmenté de 80%[218]. Le même jour, l'Ambassade de France au Mexique offre des services de télémédecines aux victimes de violence de genre ou familiales[128].

Émeutes de Guadalajara et mouvement JUSTICIA para Giovanni[modifier | modifier le code]

Le 4 juin 2020, quelques jours après la fin de la quarantaine nationale, à Ixtlahuacán de los Membrillos (agglomération de Guadalajara, capitale de Jalisco), au moins 10 policiers municipaux[219] tirent dans les jambes d'un jeune maçon, Giovanni López, puis le battent à mort car il ne portait pas de masque médical[220]. L'homicide est filmé et diffusé sur les réseaux sociaux[219]. Dans un contexte où la difficulté à se procurer les masques est vu par une grande partie de la population de Jalisco comme est vue comme un échec de l'administration du gouverneur Enrique Alfaro, et où le pays voisin les États-Unis sont secoués par des grandes manifestations et des émeutes à la suite de la mort de George Floyd à cause de violences policières, l'affaire provoque des émeutes à Guadalajara[220]'[221]'[222]. Les manifestants et émeutiers font eux-mêmes le parallèle avec les États-Unis, et surnomment López "le George Floyd mexicain"[220]. Au centre de Guadalajara, deux voitures de police sont incendiées, la porte du palais du gouverneur est défoncée et certaines de ses fenêtres sont brisées[222]. Les manifestation et les émeutes sont ensuite violemment réprimées par la police[221]. Le procureur de l’État de Jalisco Gerardo Octavio Solís annonce qu'une enquête est ouverte sur la mort de López, et le gouverneur Enrique Alfaro se dit indigné et renvoit la responsabilité de la bavure sur les autorités municipales[221]. La famille López semble confirmer la version du gouverneur Alfaro, et accusent le maire d'Ixtlahuacán de los Membrillos Eduardo Cervantes d'avoir offert au moins 200 000 pesos mexicains pour ne pas diffuser la vidéo de l'agression[219].

Durant la manifestation, un hastag apparaît pour la couvrir, #JusticiaParaGiovanni ("#JusticePourGiovanni")[222], qui est ensuite repris comme titre d'une pétition sur Change.org. Plusieurs célébrités dénoncent la bavure, dont Guillermo del Toro (qui est la première célébrité à réagir)[221], les membres du groupe musical Molotov, l'acteur José Ron, le chanteur Alfonso Herrera, l'actrice Zuria Vega, l'actrice Paulina Goto et l'actrice Salma Hayek[223], et réutilisent le hashtag comme le nom du mouvement JUSTICIA Para Giovanni qu'ils fondent, dont Hayek est la porte-parole[219].

Le lendemain, dans la matinée 5 juin, une autre manifestation a lieu à Guadalajara pour continuer d'exiger la Justice pour Giovanni López[224]. Au cours de la manifestation, des heurts ont lieu, trois voitures de police sont brûlées, une manifestante tente de mettre le feu à un policier mais échoue[224], et 28 personnes sont arrêtées[225]. Après ces incidents, le gouverneur Alfaro accuse le président Andrés Manuel López Obrador de les avoir organisé[224]. Ce-dernier répondra simplement en lui demandant d'apporter des preuves de ses dires, et en profite pour condamner les violences des policiers et des manifestants[226]. A cette date, le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme condamne le meurtre de López[227]. A midi, 3 policiers de Ixtlahuacán de los Membrillos sont arrêtés, soupçonnés d'avoir participé au meurtre[225]. De plus, Amnesty International et la Cour interaméricaine des droits de l'homme dénoncent les atteintes aux droits humains durant la répression des manifestations des 4 et 5 juin à Guadalajara[228]. Plusieurs dizaines de personnes avaient été arrêtées durant les manifestations. Au 7 juin, 42 avaient été libérées, mais 28 toujours pas et la police n'avaient diffusées aucune information à propos de celles-ci[229]. Ce qui amène les ONG de défense des droits humains à exiger d'être informées sur ces 28 personnes[230], et le Haut-Commissariat craint qu'il ne s'agissent de cas de disparitions forcées[231].

Les 5 et 6 juin, des manifestations du pour demander justice pour López ont lieu dans plusieurs autres États du Mexique. Parfois pacifiquement, comme à Nayarit[232] et Aguascalientes[233]. Et parfois des incidents éclatent, le 5 juin des manifestants dans la ville de San Luis Potosí entrent dans le Congrès de l'État éponyme, endommagent l'intérieur et taguent l'extérieur[234]. Le 5 juin, une manifestation pour demander justice à la fois pour López et Floyd devant l'Ambassade des États-Unis au Mexique ; quelques incident éclatent et des vitres de l'ambassade sont brisées[235]. Les policiers mexicains répriment la manifestation, et le lendemain la maire de Mexico Claudia Sheinbaum demande le lendemain d'ouvrir une enquête sur l'agression d'une jeune manifestante de 14 ans par les policiers[236], qui l'ont frappé à coups de pieds au point qu'elle a dû être hospitalisée[237]. Le 7 juin, deux policiers impliqués dans cette affaire sont incarcérés préventivement par le Tribunal Supérieur de Justice de Mexico[238].

Le 7 juin, une manifestation a lieu à Tijuana pour protester contre les violences policiers aux États-Unis et au Mexique, et demander justice à la fois pour López et Floyd[239].

Le 10 juin, trois autres policiers d'Ixtlahuacán de los Membrillos sont reliés au meurtre de López et placés en détention, dont l'ancien commissaire de la ville José Manuel Becerra Santacruz et l'ancienne commandante Guadalupe Elizabeth “N”, accusés du délit de torture[240]. Le 11, le Commission des Droits Humains de Jalisco estime que Giovanni López a été victime d'une exécution extrajudiciaire, et met directement en cause la police d'Ixtlahuacán de los Membrillos, en utilisant les enregistrements de vidéosurveillance du commissariat pour prouver qu'il n'a pu être battu à mort que durant sa garde à vue[241].

Le 14 juin, une nouvelle manifestation a lieu à Guadalajara, organisée par des collectifs citoyens et des organisations de défense des Droits Humains, afin de réclamer la justice pour López et la démission du gouverneur Alfaro, et celle du procureur général Gerardo Octavio Solís car celui-ci avait refusé d'ouvrir des enquêtes sur des potentielles disparitions forcées qui ont eu lieu durant les manifestations précédentes à Guadalajara[242].

Autres[modifier | modifier le code]

Hystérie collective et chasse au loup-garou à Coita[modifier | modifier le code]

A partir du 10 avril, et durant au moins les 4 jours suivants[243]'[244], les habitants du village de Coita (Chiapas) commencent à se croire attaqués par un loup-garou[244] ou un nahual[243], un sorcier qui dans la mythologie préhispanique peut se transformer en animal, et dans le folklore particulier de Coita un homme qui peut se transformer en coyote[243]. Les villageois évoquent la mort d'un chien pour des causes indéterminées, disant qu'il aurait été tué par la créature, et parlent d'apparition de flaques de sang sur le sol[244]. Une partie des villageois passent alors les nuits suivantes sans dormir, et à tirer des coups de feu en l'air, en pensant faire fuir l'éventuelle créature[243]. Selon le psychologue Rosemberg Román, il s'agit d'un cas d'hystérie collective, provoqué par le stress généré par l'impact de la pandémie sur la vie quotidienne, avec les incertitudes et l'anxiété que cela entraîne[244]. Román précise que les épidémies n'ont pas de manifestations aussi visibles et tangibles que d'autres catastrophes naturelles, comme les séismes, et que l'impossibilité de lier le stress à quelque chose d'incarné pour l'évacuer aurait amené les villageois à créer une menace qui leur paraissait plus concrète[244]. La psychothérapeute Dulce Boniza ajoute l'insomnie provoquée par la peur, les chasses nocturnes et les coups de feu comme facteur aggravant de l'hystérie[243]. L'enseignant-chercheur à l'Université Autonome du Chiapas Mario Nandayapa fait également remarquer que cela s'ajoute dans une mémoire historique locale, basée sur une "épidémie" de catalepsie qui avait touché la ville de Chiapa de Corzo, proche de Coita, au début du XXe siècle, et dont la très forte mortalité et l'observation des séquelles chez les survivants qui leur donnait une rigidité cadavérique avait déjà suscité alors des craintes autour de forces surnaturelles[244].

Tentative de séquestration de 14 infirmiers à Mexico[modifier | modifier le code]

Le 20 mai 2020, Mexico, des individus non identifiés tentent de séquestrer 14 infirmiers et infirmières qui se trouvaient dans plusieurs hôtels[245]. Les délinquants ont appelé par téléphone plusieurs membres du personnel soignant, en leur disant qu'ils contrôlaient les caméras des hôtels, et qu'ils les tueraient s'ils sortaient dans la rue, puis ils appellent des proches des infirmiers pour essayer de leur soutirer une rançon[245]. Ceux-ci appellent la police, et des membres de la Garde nationale du Mexique et de la Police Judiciaire Anti-enlèvement de Mexico viennent chercher les soignants, et les emmènent dans les locaux du parquet spécialisé dans les enlèvements, où des soins médicaux et une assistance juridique leur sont fournis. L'enquête de la police privilégie la piste d'un individu originaire de Chiapas déjà emprisonné à Mexico[245].

Failles du système de santé[modifier | modifier le code]

La crise sanitaire a mis en exergue l’extrême corruption du système hospitalier. Le gouvernement mexicain reconnait un « désastre », faisant état de graves irrégularités dans l’achat de fournitures et de médicaments, des professionnels sans formation adéquate, de nouveaux hôpitaux jamais achevés, des patients abandonnés à la mort faute de soins. Devant l’urgence, des hôpitaux militaires ont été réquisitionnés, tandis que les autorités ont fait appel à des médecins cubains pour assurer le fonctionnement de certaines unités de soins intensifs dans les zones les plus touchées[246].

Dans les régions concernées par les séismes de 2017, des hôpitaux sont restés en ruine, les budgets dédiés à leur reconstruction s'étant évaporés. Au début du mois de mars 2020, le président Andrés Manuel López Obrador, en fonction depuis décembre 2018, a lancé de graves accusations contre ses prédécesseurs, en évoquant « des politiciens qui vendaient des médicaments ou protégeaient les distributeurs », multipliant par dix le prix de certains produits[246].

Le système d’achat public de médicaments a été réorganisé en 2019 et les accords avec les fournisseurs suspectés de corruption suspendus, mais ces mesures ont favorisé des pénuries de traitements vitaux, certains distributeurs jouant la carte du boycott. Le système de santé a par ailleurs connu une privatisation rampante : l’investissement privé dans le secteur de la santé s’est envolé, tandis que le Mexique consacre à présent moins de 6 % de son PIB aux dépenses de santé. Pour Hugo Lopez-Gatell, responsable de la lutte contre le Covid-19, « contrairement à ce que suggérait l’optimisme des administrations précédentes, notre système a accumulé au cours des 3 ou 4 dernières décennies un énorme retard sur des aspects fondamentaux pour garantir le droit à la protection de la santé »[246].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Confirman siete casos de coronavirus en México », sur informador.mx, (consulté le 17 mars 2020)
  2. (es) Gobierno de México, « La @SSalud_mx confirmó dos casos de coronavirus en México, el primero en la capital y el segundo en Sinaloa. Se trata de pacientes de bajo riesgo que están siendo atendidos. Invitamos a la población a seguir informada y tomar medidas de prevención », sur @GobiernoMX, (consulté le 28 février 2020)
  3. a et b (es) « Dan de alta a primer paciente por coronavirus en México », sur eluniversal.com.mx, El Universal, (consulté le 3 mars 2020)
  4. a b et c (es) « Asi fue como los Mexicanos se contagiaron de coronavirus en Italia », sur eluniversal.com.mx, El Universal, (consulté le 3 mars 2020)
  5. (es) Silvia Chávez González, « Confirman que paciente asintomático de Covid-19 vive en Tlalnepantla », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 3 mars 2020)
  6. (es) Ángeles Cruz Martínez, « Sin cambio en cifra de casos confirmados de Covid-19: Ssa », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 3 mars 2020)
  7. (es) « Contabiliza Ssa 39 casos sospechosos de Covid-19 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 3 mars 2020)
  8. Israel Dávila, « Primer caso de coronavirus en Edomex; es el sexto en México », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 6 mars 2020)
  9. (es) Angeles Cruz Martínez, « Se mantiene México sin transmisión local de Covid-19: Ssa », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 10 mars 2020)
  10. (es) « Coronavirus en México: 12 casos confirmados hasta este miércoles », sur unotv.com, (consulté le 11 mars 2020)
  11. (es) « Salud confirma 82 casos de coronavirus en México », sur eluniversal.com.mx, El Universal, (consulté le 16 mars 2020)
  12. (es) Ángeles Cruz Martínez, « Confirma Ssa 82 casos positivos de Covid-19 en el país », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 16 mars 2020)
  13. (es) « El empresario José Kuri se encuentra en estado crítico a causa de coronavirus », sur elsoldehermosillo.com.mx, El Sol de Hermosillo, (consulté le 16 mars 2020)
  14. a et b (es) César Arellano García, « Cientos de mexicanos permanecen varados en Lima por Covid-19 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 16 mars 2020)
  15. a et b (es) Laura Poy Solano, « Confirma Ssa 93 casos de Covid-19 en México », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 18 mars 2020)
  16. (es) « SALUD — Prensa », sur gob.mx, Secrétariat à la Santé (consulté le 30 mars 2020).
  17. (es) « Coronavirus | México registra el primer muerto por covid-19: un hombre de 41 años que acudió a un concierto de rock », sur bbc.com, (consulté le 19 mars 2020)
  18. a b et c (es) Nayeli Párraga, « En medio de la pandemia, estadounidenses cruzan a México por un rollo de papel », sur elsoldemexico.com.mx, El Sol de México, (consulté le 19 mars 2020)
  19. (es) David Carrizales, « Coronavirus: Con 25 casos, Nuevo Leon es el estado con mas coronavirus en mas coronavirus en México », sur eluniversal.com.mx, El Universal, (consulté le 19 mars 2020)
  20. (es) Laura Poy Solano, « Registra Ssa 203 casos positivos de Covid-19; confirman segunda muerte », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 20 mars 2020)
  21. a et b « Trump n’envisage pas de confinement pour l’ensemble des États-Unis », sur lapresse.ca, La Presse, (consulté le 21 mars 2020)
  22. (es) Ruth Berrones, « Inicia la cuarentena en San Luis Potosí por Covid 19 », sur sanluispotosi.quadratin.com.mx, Quadratin, (consulté le 22 mars 2020)
  23. (es) « VIDEO| Hay 316 casos confirmados de coronavirus en México », sur pulsoslp.com.mx, Pulso, (consulté le 22 mars 2020)
  24. (es) Ángeles Cruz Martínez, « Sube a 4 la cifra de muertos por Covid-19 en México », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 23 mars 2020)
  25. a et b (es) Alma E. Muñoz, Alonso Urrutia, « Entra México en "fase 2" de la pandemia », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 24 mars 2020)
  26. (es) « Confirma SRE fallecimiento de mexicano en Perú por coronavirus », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 24 mars 2020)
  27. a b et c (es) « México reporta 475 casos de coronavirus; van 6 muertos », sur eluniversal.com.mx, El Universal, (consulté le 25 mars 2020)
  28. (es) Ángeles Cruz Martínez, « En un día se sumaron 110 positivos de Covid-19 en México; ya son 585 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 27 mars 2020)
  29. (es) « Yucatán emite declaratoria de emergencia por Covid-19 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 27 mars 2020)
  30. a b et c (es) Laura Poy Solano, « Ya son 16 los muertos por Covid-19: Ssa », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 28 mars 2020)
  31. a et b (es) « Últimas cifras: México suma 16 muertes por COVID-19 y 848 contagios », sur unotv.com, (consulté le 28 mars 2020)
  32. (es) Alma E. Muñoz, Juan Ricardo Montoya, « Omar Fayad da positivo de Covid-19 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 28 mars 2020)
  33. a b c d e f g h et i (es) « México, en emergencia sanitaria; supera mil casos de coronavirus », sur eluniversal.com.mx, El Universal, (consulté le 30 mars 2020)
  34. a b c d et e « Coronavirus : le Mexique en état d'urgence sanitaire », sur france24.com, (consulté le 31 mars 2020)
  35. a et b (es) « Gobernador de Tabasco da positivo a Covid-19 », sur eluniversal.com.mx, El Universal, (consulté le 30 mars 2020)
  36. (es) Marittza Navarro, « Suman 3 gobernadores con Covid-19; ahora contagiado el de Querétaro », sur eluniversal.com.mx, El Universal, (consulté le 30 mars 2020)
  37. a et b (es) Leobardo Pérez Marin, « Secretaria de Salud de Tabasco da positivo a coronavirus », sur eluniversal.com.mx, El Universal, (consulté le 30 mars 2020)
  38. a et b (es) Paulina Rosales, « Atienden a dos que hicieron gárgaras con pinol y cloro », sur diariodequeretaro.com.mx, Diario de Querétaro, (consulté le 30 mars 2020)
  39. (es) « Aumentan a 1, 215 casos confirmados y 29 muertos por coronavirus », sur news.culturacolectiva.com, Cultura Colectiva, (consulté le 31 mars 2020)
  40. a b et c (es) Perla Miranda, « México suma mil378 casos de coronavirus; ya hay 37 muertos », sur eluniversal.com.mx, El Universal, (consulté le 1er avril 2020)
  41. (es) Perla Miranda, « Médico del IMSS que murio en Coahuila si contrajo Covid-19 al ejercer su trabajo », sur eluniversal.com.mx, El Universal, (consulté le 1er avril 2020)
  42. (es) Cesar Arellano García, « Arriban al AICM 280 mexicanos varados en Argentina », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 1er avril 2020)
  43. (es) Carlos Guevara, Sarahi Uribe, « López-Gatell, a favor de que ciudadanía use mascarillas caseras », sur elsoldehermosillo.com.mx, El Sol de Hermosillo, (consulté le 5 avril 2020)
  44. (es) Ángeles Cruz Martínez, « Suman 94 muertos por Covid-19 en México », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 5 avril 2020)
  45. (es) Alma E. Muñoz, Enrique Méndez, « México, preparado para enfrentar el Covid-19: AMLO », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 5 avril 2020)
  46. (es) Ángeles Cruz Martínez, « Registra Ssa 296 nuevos casos de Covid-19, son ya 2 mil 439 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 6 avril 2020)
  47. a et b (es) « Por Covid-19, empresas de producción mantendrán mínima actividad », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 6 avril 2020)
  48. (es) « Registra Ssa 310 nuevos casos de Covid-19; son ya 2 mil 785 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 7 avril 2020)
  49. (es) « PRI, dispuesto a renunciar a financiamiento ante crisis por Covid-19 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 7 avril 2020)
  50. a et b (es) Laura Poy Solano, « Aumenta tendencia de contagio: van 3,441 positivos y 194 muertos », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 9 avril 2020)
  51. (es) René Ramón, « Neza: Muere de Covid-19 titular de urgencias del Hospital La Perla », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 9 avril 2020)
  52. a et b (es) Alonso Urrutia, Alma Muñoz, « Aún varados dos mil mexicanos en el extranjero: SRE », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 9 avril 2020)
  53. (es) « Conapred pide a supermercados no distinguir horarios de atención por edades », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 9 avril 2020)
  54. a et b (es) Laura Poy Solano, « Suman 233 muertos por Covid-19 en México; hay 3,844 contagios », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 10 avril 2020)
  55. « Se mantiene tendencia de contagio: van 4,219 y 273 muertos », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 11 avril 2020)
  56. (es) Myriam Navarro, « Nayarit: Autoridades desinfectan colonia debido a muerto por Covid-19 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 11 avril 2020)
  57. (es) « Aumenta la tasa de incidencia de casos confirmados, van 4,661 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 12 avril 2020)
  58. (es) Alonso Urrutia, « AMLO anuncia acuerdo con hospitales privados para atender Covid-19 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 12 avril 2020)
  59. (es) « En dos dias, México contrata a 300 médicos y enfermeras por Covid-19; demanda rebasas expectativas », sur eluniversal.com.mx, El Universal, (consulté le 14 avril 2020)
  60. a b et c (es) Diana Lastiri, « Muertos por coronavirus en México llegan a 406; hay casi 5 mil 400 casos », sur eluniversal.com.mx, El Universal, (consulté le 14 avril 2020)
  61. (es) Antonio Heras, « Confirman 24 médicos infectados por Covid-19 en hospital de Tijuana », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 14 avril 2020)
  62. (es) Ariadna Garcia, « Retornan 455 mexicanos a territorio nacional por coronavirus », sur eluniversal.com.mx, El Universal, (consulté le 14 avril 2020)
  63. a et b (es) Laura Poy Solano, « Hay un proceso acelerado de contagios; van 449 muertes: López-Gatell », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 15 avril 2020)
  64. (es) Laura Poy Solano, « Casi 7 mil casos confirmados de Covid-19 en México; hay 546 muertos », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 17 avril 2020)
  65. (es) « Iztapalapa, la alcaldía con más casos de covid-19 en CDMX », sur new.culturacolectiva.com, Cultura Colectiva, (consulté le 19 avril 2020)
  66. (es) Fabiola Martínez, Roberto Garduño, « No se contempla la militarización para enfrentar al Covid-19: López-Gatell », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 17 avril 2020)
  67. (es) Fabiola Martínez, Roberto Garduño, « En llamada con AMLO, acepta Trump vender a México mil ventiladores para Covid-19 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 17 avril 2020)
  68. a b c d et e (es) « Van 650 muertos y 7 mil 497 casos confirmados de coronavirus », sur news.culturacolectiva.com, Cultura Colectiva, (consulté le 19 avril 2020)
  69. (es) « Acuerdan México y EU mantener restricciones de viajes en frontera », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 19 avril 2020)
  70. (es) « Pese a pandemia, se cumplirá satisfactoriamente ciclo escolar: SEP », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 19 avril 2020)
  71. (es) Fernando Camacho Servín, « Migrantes vulnerables de contagio obtendrán residencia temporal: juez », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 19 avril 2020)
  72. (es) Angélica Enciso, « Ssa reporta 686 muertos por Covid-19 y 8,261 contagios », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 19 avril 2020)
  73. (es) César Arellano, Angélica Enciso, « Arriba nuevo embarque de material médico procedente de China », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 19 avril 2020)
  74. (es) « Crea IMSS protocolo contra contagio del Covid-19 para personal médico », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 19 avril 2020)
  75. (es) Cristina Gómez Lima, « Sonora: Cárcel a quien ataque o discrimine a trabajadores de la salud », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 19 avril 2020)
  76. (es) « Protestan familiares de enfermos de Covid-19 en IMSS Tlatelolco », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 19 avril 2020)
  77. a b et c (es) « México suma 712 muertos por Covid-19; van 8mil 772 contagios », sur eluniversal.com.mx, El Universal, (consulté le 21 avril 2020)
  78. a et b (es) Jessica Xantomila, « Hemos logrado disminuir los contagios por Covid-19: López-Gatell », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 21 avril 2020)
  79. (es) Alonso Urrutia, Néstor Jiménez, « Contrata IMSS a 9 mil médicos para enfrentar emergencia por Covid-19 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 21 avril 2020)
  80. a b c et d (es) « ¿Qué significa la Fase 3 de pandemia por COVID-19? », sur unotv.com, (consulté le 21 avril 2020)
  81. a et b (es) Angeles Cruz Martínez, « Se suman 145 nuevos decesos por Covid-19; el total hasta ahora: 857 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 21 avril 2020)
  82. (es) Sergio Rodríguez Gelfenstein, « Pensamiento crítico. Diez curiosidades en tiempos de coronavirus », sur Resumen Latinoamericano,
  83. a et b (es) Laura Poy Solano, « Registra Ssa 11 mil 633 casos de Covid-19; son mil 069 los decesos », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 24 novembre 2020)
  84. (es) Roberto Garduño, Enrique Méndez, « Envía AMLO al Congreso iniciativa para reformar Ley de Presupuesto », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 24 avril 2020)
  85. (es) « ¿Qué estaciones del metro cerrarán por Fase 3 del coronavirus en la CDMX? », sur news.culturacolectiva.com, Cultura Colectiva, (consulté le 24 avril 2020)
  86. (es) « Vinculan a proceso a agresor que orinó a enfermera en Guadalajara », sur news.culturacolectiva.com, Cultura Colectiva, (consulté le 26 avril 2020)
  87. (es) Laura Poy Solano, « Cifras de Covid-19 en México: 12 mil 872 casos y mil 221 fallecidos », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 24 avril 2020)
  88. a b et c (es) Alma Muñoz, Roberto Garduño, « Aún hay camas disponibles en hospitales de Ssa y Semar: López Obrador », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 24 août 2020)
  89. (es) « ONU DH celebra acuerdo en México sobre trato a fallecidos por Covid-19 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 24 avril 2020)
  90. a et b (es) Laura Poy Solano, « Decesos por Covid-19 llegan a 1,305 y 13,842 contagios: Ssa », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 25 avril 2020)
  91. (es) Elba Mónica Bravo, « Dictan prisión preventiva a agresores de enfermera en GAM », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 25 avril 2020)
  92. (es) « Repatrian a 91 mexicanos varados en Brasil, anunció la SRE », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 25 avril 2020)
  93. Lau Almaraz, « México ya suma mil 305 muertos por coronavirus », sur news.culturacolectiva.com, Cultura Colectiva, (consulté le 26 avril 2020)
  94. a b c et d (es) Silvia Chávez González, « Edomex: atacan a funcionario quien pedía respetar medidas sanitarias », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 7 mai 2020)
  95. (es) « Declara CDMX uso obligatorio de cubrebocas en el espacio público », sur news.culturacolectiva.com, Cultura Colectiva, (consulté le 26 avril 2020)
  96. (es) Ángeles Cruz Martínez, « 852 nuevos casos de Covid-19, son ya 15 mil 529 y mil 434 decesos », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 27 avril 2020)
  97. (es) « La secretaria Irma Eréndira Sandoval da positivo a Covid-19 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 27 avril 2020)
  98. (es) « Trabajadores del IMSS protestan por falta de insumos y personal », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 27 avril 2020)
  99. (es) Ángeles Cruz Martínez, « Registra Ssa mil 223 nuevos casos de Covid-19, son ya 16 mil 752 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 28 avril 2020)
  100. (es) Alonso Urrutia, Alma E. Muñoz, « Suman 615 mexicanos fallecidos en el exterior por Covid-19: SRE », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 28 avril 2020)
  101. (es) Leonor Hernández, « Médico y su esposa fallecen por Covid-19 », sur elimparcial.com, El Imparcial, (consulté le 28 avril 2020)
  102. (es) César Arellano García, Angélica Enciso, « Arriba al AICM séptimo avión con insumos médicos procedentes de China », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 28 avril 2020)
  103. (es) José Antonio Román, « Tec de Monterrey desarrolla 4 protocolos de investigación clínica para Covid-19 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 28 avril 2020)
  104. (es) Ariadna Garcia, « México llega a mil 732 muertos, con 17,799 casos confirmados de Covid-19 », sur eluniversal.com.mx, El Universal, (consulté le 29 avril 2020)
  105. a et b (es) Ángeles Cruz Martínez, « Mil 425 nuevos casos de Covid-19 y ya son mil 859 decesos », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 30 avril 2020)
  106. (es) Víctor Ballinas, « Miguel Ángel Osorio Chong da positivo a Covid-19 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 30 avril 2020)
  107. a b c et d (es) « Reporte médico confirma que Óscar Chávez murió de Covid-19 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 30 avril 2020)
  108. « Le chanteur et compositeur mexicain Oscar Chavez est mort », sur france24.com, (consulté en 30 avril 2020 (avec le décalage horaire))
  109. a b c et d Laura Poy Solano, « Mil 972 decesos y 20 mil 739 contagios por Covid-19 en el país », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 1er mai 2020)
  110. (es) Laura Poy Solano, « Muertes por Covid-19 rebasan las 2 mil; suman 22 mil 88 contagios », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 2 mai 2020)
  111. (es) Alejandro Alegría, « Procurador del Consumidor da positivo al Covid-19 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 2 mai 2020)
  112. (es) « Yoshio es hospitalizado por sospecha de Covid-19 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 2 mai 2020)
  113. (es) Mariana Chávez, « Covid-19: en Querétaro sólo podrán viajar en autos dos personas », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 2 mai 2020)
  114. (es) Javier Salinas Cesáreo, « Familiares de enfermos de Covid-19 entran por la fuerza a hospital de Ecatepec », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 2 mai 2020)
  115. a et b (es) « Van 2 mil 507 muertos y 26 mil 25 casos confirmados de coronavirus », sur news.culturacolectiva.com, Cultura Colectiva, (consulté le 6 mai 2020)
  116. (es) Lau Almaraz, « 'Hemos aplanado la curva', dice Hugo López-Gatell en la mañanera », sur news.culturacolectiva.com, Cultura Colectiva, (consulté le 6 mai 2020)
  117. (es) Ángeles Cruz Martínez, « Muertes por Covid-19 llegan a 2 mil 704 en México: Ssa », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 6 mai 2020)
  118. a b c et d (es) Laura Poy Solano, « Mil 982 nuevos casos de Covid-19 en un día; suman 29,616: Ssa », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 7 mai 2020)
  119. (es) Silvia Chávez González, « Cuatro paramédicos dan positivo de Covid-19 en Tlalnepantla », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 7 mai 2020)
  120. a b et c (es) Ruben Villalpando, « Atacan a periodista que documentaba funeral por Covid-19 en Chihuahua », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 7 mai 2020)
  121. (es) Laura Poy Solano, « Ya son 3 mil 160 decesos y hay 31 mil 522 infectados por el Covid-19 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 8 mai 2020)
  122. a b et c (es) Fabiola Martínez, Alma E. Muñoz, « México invierte 1 millón de euros en creación de vacuna anti Covid-19 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 8 mai 2020)
  123. a et b (es) Isaura López, « Estudiantes de UdeG desarrollan ventilador para pacientes graves por Covid-19 », sur elsoldesanluis.com.mx, El Sol de San Luis, (consulté le 8 mai 2020)
  124. (es) Patricia Calvillo, « Suspenden en el estado realización de trasplantes de órganos », sur elsoldesanluis.com.mx, El Sol de San Luis, (consulté le 8 mai 2020)
  125. a b et c (es) Ángeles Cruz Martínez, « Defunciones por Covid-19 en México llegan a 3,465: Ssa », sur jornada.com, La Jornada, (consulté le 11 mai 2020)
  126. (es) Ángeles Cruz Martínez, « Suman 4 mil 220 muertes por Covid-19 y 40 mil 186 contagios: Ssa », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 13 mai 2020)
  127. a et b (es) Ángeles Cruz Martínez, « Se registran 257 nuevas defunciones por Covid-19 en 24 horas: suman 4 mil 477 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 14 mai 2020)
  128. a et b (es) Ángeles Cruz Martínez, « Instalan en INER hospital de campo para 50 pacientes de Covid-19 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 14 mai 2020)
  129. (es) Laura Gómez Flores, « Embajada de Francia dona 15 mil cubrebocas a la FGJ CDMX », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 14 mai 2020)
  130. (es) Angeles Cruz Martínez, « Covid-19 en México: 49 mil 219 casos y 5 mil 177 fallecidos », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 17 mai 2020)
  131. (es) Elio Henríquez, « Inició la etapa más crítica de Covid-19 en Chiapas », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 17 mai 2020)
  132. (es) César Arellano García, « Llega al AICM undécimo avión con insumos médicos », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 17 mai 2020)
  133. a et b (es) Ángeles Cruz Martínez, « Suman 5 mil 332 defunciones y 51 mil 633 contagiados por Covid-19 en México », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 19 mai 2020)
  134. (es) « Reporta SRE 959 mexicanos fallecidos en EU por Covid-19 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 19 mai 2020)
  135. (es) « La mayoría de los "municipios de la esperanza" no retoma actividades », sur politica.expansion.mx, (consulté le 1er juin 2020)
  136. (es) Ángeles Cruz Martínez, « Registra Ssa 2 mil 713 nuevos casos de Covid-19, son ya 54 mil 346 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 20 mai 2020)
  137. (es) Alma E Muñoz, Alonso Urrutia, « En pruebas, Remdesivir da buenos resultados contra Covid-19: Alcocer », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 20 mai 2020)
  138. a et b (es) Laura Poy Solano, « Reporta Ssa 2 mil 248 nuevos casos de Covid-19; registra 6 mil 90 defunciones », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 20 mai 2020)
  139. (es) Rubicela Morelos Cruz, « Muere por Covid-19 otra enfermera en Morelos », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 20 mai 2020)
  140. (es) « Ocho jugadores de Santos dan positivo a Covid-19; son asintomáticos », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 20 mai 2020)
  141. a et b (es) Israel Dávila, « Parientes de muerto por Covid-19, golpean a paramédicos de la Cruz Roja », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 20 mai 2020)
  142. (es) Angeles Cruz Martínez, « Registran 501 muertes por Covid-19 en 24 horas; 3 mil 455 casos nuevos », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 26 mai 2020)
  143. (es) Angélica Enciso L., « Felicita OMS a México por estrategia contra Covid-19 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 26 mai 2020)
  144. (es) Ángeles Cruz Martínez, « Registra Ssa 2 mil 771 nuevos casos de Covid-19, son ya 93 mil 435 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 1er juin 2020)
  145. (es) Patricia Calvillo, « Potosinos salen del confinamiento sin tomar medidas », sur elsoldesanluis.com.mx, El Sol de San Luis, (consulté le 1er juin 2020)
  146. (es) « https://www.unotv.com/noticias/estados/distrito-federal/detalle/roban-de-un-banco-10-millones-de-pesos-utilizan-cinturon-bomba-y-videollamada-320974/ », sur unotv.com, (consulté le 2 juin 2020)
  147. (es) Ángeles Cruz Martínez, « Registra Ssa más de mil muertes por Covid-19 en las últimas 24 horas », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 3 juin 2020)
  148. (es) « Si hay rebrote, rectificamos, es una pandemia muy dañina: AMLO », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 3 juin 2020)
  149. (es) Horacio Jiménez, « López-Gatell sube a 35 mil la estimación de muertos por Covid-19 en México », sur eluniversal.com, (consulté le 5 juin 2020)
  150. (es) « Coronavirus en México: ?qué hay detras del subito aumento de muertes por Covid-19? », sur eluniversal.com, (consulté le 5 juin 2020)
  151. (es) « Preocupa a CNDH índice de letalidad de Covid-19 en prisiones », sur jornada.com.mx, (consulté le 5 juin 2020)
  152. (es) Laura Poy Solano, « Casos por Covid-19 en México rebasan 113 mil; hay 13 mil 511 muertos », sur jornada.com.mx, (consulté le 7 juin 2020)
  153. a et b (es) Laura Poy Solano, « Decesos acumulados llegan a 13 mil 511 », sur jornada.com.mx, (consulté le 8 juin 2020)
  154. (es) « Zoé Robledo da positivo a Covid-19 », sur jornada.com.mx, (consulté le 8 juin 2020)
  155. (es) « Se han recuperado de Covid-19, 113 personas que donaron su plasma », sur jornada.com.mx, (consulté le 8 juin 2020)
  156. (es) Arturo Sánchez Jiménez, « Muy pequeña, proporción de mexicanos en contacto con Covid-19 », sur jornada.com.mx, (consulté le 8 juin 2020)
  157. (es) Fernando Camacho Servín, « Iniciativas ciudadanas buscan frenar la “pandemia del hambre” », sur jornada.com.mx, (consulté le 8 juin 2020)
  158. (es) « Llega vuelo 17 procedente de China con insumos médicos », sur jornada.com.mx, (consulté le 8 juin 2020)
  159. (es) Ernesto Martínez Elorriaga, « Reabrirán cines en Morelia bajo medidas sanitarias », sur jornada.com.mx, (consulté le 8 juin 2020)
  160. (es) Ángeles Cruz Martínez, « Ya son 14 mil 53 decesos y 120 mil 102 contagiados por Covid-19 », sur jornada.com.mx, (consulté le 8 juin 2020)
  161. (es) Merry MacMasters, « Muere Manuel Felguérez, un grande del arte abstracto mexicano », sur jornada.com.mx, (consulté le 8 juin 2020)
  162. (es) Ángeles Cruz Martínez, « Aumenta contagio de Covid-19; suman 4 mil 199 casos en el país », sur jornada.com.mx, (consulté le 9 juin 2020)
  163. (es) Hermann Bellinghausen, « Covid-19 alcanzó a desplazados de Chiapas en medio de la precaridad », sur jornada.com.mx, (consulté le 9 juin 2020)
  164. (es) Ángeles Cruz Martínez, « Confirman 4 mil 883 casos nuevos de Covid-19 en las últimas 24 horas », sur jornada.com.mx, (consulté le 10 juin 2020)
  165. (es) Laura Gómez Flores, « Azcapotzalco lanza aplicación para apoyar a la población por Covid-19 », sur jornada.com.mx, (consulté le 10 juin 2020)
  166. (es) Ángeles Cruz Martínez, « Ssa reporta 133 mil 974 casos totales de Covid-19 y 15 mil 944 muertes », sur jornada.com.mx, (consulté le 11 juin 2020)
  167. (es) Ángeles Cruz Martínez, « Covid-19 no cede y hoy suman 146 mil 837 casos positivos: Ssa », sur jornada.com.mx, (consulté le 14 juin 2020)
  168. (es) « Muere de Covid-19 Aarón Padilla, ex mundialista y pilar de Pumas », sur jornada.com.mx, (consulté le 14 juin 2020)
  169. (es) Eduardo Murillo, « Desmienten muerte de general por Covid-19 », sur jornada.com.mx, (consulté le 14 juin 2020)
  170. (es) Ángeles Cruz Martínez, « Reportan 4 mil 599 nuevos casos de Covid-19; suman más de 154 mil », sur jornada.com.mx, (consulté le 16 juin 2020)
  171. (es) Irene Sánchez, « Reabre el puerto de Mazatlán de forma gradual », sur jornada.com.mx, (consulté le 16 juin 2020)
  172. (es) Ángeles Cruz Martínez, « Registra Ssa 4 mil 930 nuevos casos de Covid-19; son ya 159 mil 793 », sur jornada.com.mx, (consulté le 18 juin 2020)
  173. a b et c (es) Karla Rodriguez, « Hay mil760 casos de Covid-19 en comunidades indigenas: Lopez-Gatell », sur eluniversal.com.mx, (consulté le 18 juin 2020)
  174. (es) Ángeles Cruz Martínez, « Ssa reporta 165 mil 455 casos totales de Covid-19 y 19 mil 747 muertes », sur jornada.com.mx, (consulté le 18 juin 2020)
  175. (es) Fabiola Martínez, « Notable tendencia a la baja en casos de Covid-19 en CDMX: López-Gatell », sur jornada.com.mx, (consulté le 18 juin 2020)
  176. a et b « Covid-19 : le Mexique compte désormais plus de morts que la France », sur france24.com, (consulté le 6 juillet 2020)
  177. « Coronavirus : le Mexique devient le quatrième pays le plus endeuillé », sur francetvinfo.fr, (consulté le 13 juillet 2020)
  178. (es) « Confirman cuatro casos de sarampión en CDMX », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 18 mars 2020)
  179. (es) « Sarampión en CDMX: Ya suman 16 casos detectados », sur unotv.com, (consulté le 18 mars 2020)
  180. a b c d e f g et h (es) Georgina Zerega, « El sarampión, el otro virus que enciende las alarmas en México », sur elpais.com, El País, (consulté le 11 avril 2020)
  181. (es) « Falta de vacunación provocó resurgimiento de sarampión », sur eluniversal.com.mx, El Universal, (consulté le 11 avril 2020)
  182. (es) « Casos de sarampión en México: ya son 81 pacientes confirmados », sur unotv.com, (consulté le 28 mars 2020)
  183. a et b (es) Fernando Cruz, « Edomex: comando arrolla a mujer y saquea supermercado en Tecámac », sur unotv.com, (consulté le 27 mars 2020)
  184. (es) Elba Mónica Bravo, « Suman 73 los detenidos por saqueos en al menos 30 tiendas en CDMX », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 27 mars 2020)
  185. (es) Elba Mónica Bravo, « CDMX: Abren investigación contra 33 de los 83 detenidos por saqueo », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 28 mars 2020)
  186. a et b (es) Judith Teresita León, « Onexpo Sonora llama a no hacer compras de pánico de combustible », sur elsoldehermosillo.com.mx, El Sol de Hermosillo, (consulté le 5 avril 2020)
  187. (es) Cristina Gómez Lima, « Largas filas para comprar cerveza en Sonora », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 6 mai 2020)
  188. (es) Cristina Gómez Lima, « Protestan en Nogales para exigir se prohíba la entrada de extranjeros », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 27 mars 2020)
  189. a et b « Au Mexique, une loi d’amnistie pour freiner la propagation du coronavirus dans les prisons », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  190. a et b (es) Braulio Carbajal, « Extranjeros sacaron del país $166 mil millones en marzo », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 17 avril 2020)
  191. « Mexique : une confédération patronale appelle à une prise en charge par l’Etat d'une partie des salaires pour éviter les licenciements », sur Planet Labor,
  192. a et b (es) Alonso Urrutia, Néstor Jiménez, « Rechaza AMLO respaldar plan de BID-IP; "no me está gustando el modito" », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 27 avril 2020)
  193. (es) Alonso Urrutia, Néstor Jiménez, « Pide AMLO al BdeM evitar rescate de grandes empresas o bancos », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 27 avril 2020)
  194. (es) Braulio Carbajal, « Plan para empresas, sólo con fondos privados, precisan BID y CMN », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 27 avril 2020)
  195. a et b (es) Julio Reyna Quiroz, « En las últimas semanas cierran 645 hoteles por Covid-19 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 1er avril 2020)
  196. (es) Roberto Garduño, Enrique Méndez, « Covid-19 cayó "como balde de agua fría" en turismo mexicano: Torruco », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 14 mai 2020)
  197. (es) Julio Reyna Quiroz, « Calculan golpe al turismo por más de 240 mil mdp por Covid-19 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 6 avril 2020)
  198. (es) Alejandro Alegría, « Por Covid-19 cae 90 % exportación de autos en abril: Inegi », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 8 mai 2020)
  199. (es) Alejandro Alegría, « Exportaciones de autos se desploman en mayo por segundo mes consecutivo », sur jornada.com.mx, (consulté le 8 juin 2020)
  200. a et b (es) Braulio Carbajal, « Aprueba IMSS primeros 916 microcréditos a trabajadoras del hogar », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 14 mai 2020)
  201. (es) Alejandro Cruz, « CDMX adoptará sistema de semáforo para reactivación: Sheinbaum », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 14 mai 2020)
  202. a et b (es) Braulio Carbajal, « Registra Economía entrega de 6 mil 300 mdp en microcréditos », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 19 mai 2020)
  203. « Au Mexique, la pandémie appauvrit encore plus les démunis », sur TV5MONDE,
  204. a b c d e f et g (es) Lau Almaraz, « 'No le crean a López-Gatell', las polémicas palabras de TV Azteca contra el subsecretario de Salud », sur news.culturacolectiva.com, Cultura Colectiva, (consulté le 19 avril 2020)
  205. a b c et d (es) Alejandro Alegría, « Pide TV Azteca no hacer caso a la autoridad sanitaria por Covid-19 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 19 avril 2020)
  206. a b c et d (es) Fernando Camacho Servín, « Migrantes piden boicotear Banco Azteca, tras dichos de Javier Alatorre », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 19 avril 2020)
  207. (es) Jorge A. Pérez Alfonso, « Ciudadanos clausuran simbólicamente Tv Azteca en Oaxaca », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 19 avril 2020)
  208. (es) Zedryk Raziel, « Trabajadores de Grupo Salinas denuncian casos de COVID-19 tras ser obligados a ir sus oficinas », sur animalpolitico.com, Animal Político, (consulté le 19 avril 2020)
  209. (es) Fabiola Martínez, « Apercibe Segob a Tv Azteca por desafiar a la Ssa », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 19 avril 2020)
  210. (es) « Empleados de TVAzteca y Elektra usan bolsas de basura para protegerse del coronavirus », sur news.culturacolectiva.com, Cultura Colectiva, (consulté le 24 avril 2020)
  211. a b et c (es) César Arellano García, Eduardo Murillo, « Grupo Elektra y Banco Azteca se amparan para no cerrar sucursales », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 6 mai 2020)
  212. (es) Néstor Jiménez, « Elektra cerrará mil 200 puntos de venta por Covid-19 », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 7 mai 2020)
  213. (es) César Arellano García, « Tribunal niega recurso de Banco Azteca contra cierre de actividades », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 19 mai 2020)
  214. (es) Eduardo Murillo, « Proponen negar amparo a Grupo Elektra por adeudo de más de 3 mdp », sur jornada.com.mx, (consulté le 8 juin 2020)
  215. (es) Fabiola Martínez, « Primer trimestre de 2020, el más violento contra las mujeres », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 25 avril 2020)
  216. a b c et d (es) Fabiola Martínez, « Covid-19: Llamadas por violencia doméstica superan las 26 mil en marzo », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 25 avril 2020)
  217. a et b (es) « Pide CNDH frenar violencia contra mujeres durante emergencia sanitaria », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 7 mai 2020)
  218. (es) « Se incrementa en 80% llamadas de auxilio de mujeres por violencia: PNUD », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le 14 mai 2020)
  219. a b c et d (es) « Salma Hayek y otros famosos exigen justicia para Giovanni López, víctima de brutalidad policiaca », sur infobae.com, (consulté le 5 juin 2020)
  220. a b et c (en) « Violent protests in Guadalajara over man killed by police for not wearing a mask », sur vallartadaily.com, (consulté le 5 juin 2020)
  221. a b c et d (es) Juan Carlos G. Partida, « Fuera de control, protesta en Jalisco por asesinato de Giovanni López », sur jornada.com.mx, (consulté le 5 juin 2020)
  222. a b et c (es) Raul Torres, « Queman patrullas en Jalisco por muerte de Giovanni López », sur eluniversal.com, (consulté le 5 juin 2020)
  223. (es) « Famosos demandan justicia para Giovanni, el joven asesinado en Jalisco », sur eluniversal.com, (consulté le 5 juin 2020)
  224. a b et c (es) « Video. Prenden fuego por la espalda a policia en protestas en Jalisco », sur eluniversal.com, (consulté le 5 juin 2020)
  225. a et b (es) « Detienen a tres policías por asesinato de Giovanni López », sur jornada.com.mx, (consulté le 5 juin 2020)
  226. (es) « Lamenta AMLO violencia en Jalisco; rechaza acusaciones de Alfaro », sur jornada.com.mx, (consulté le 5 juin 2020)
  227. (es) « ONU-DH condena asesinato de Giovanni a manos de la policía », sur jornada.com.mx, (consulté le 5 juin 2020)
  228. (es) « Jalisco: AI pide indagar violaciones a derechos humanos en protestas », sur jornada.com.mx, (consulté le 6 juin 2020)
  229. (es) Juan Carlos G. Partida, « Derechos Humanos exige indagar "desapariciones forzadas" en operativo policial en Guadalajara », sur jornada.com.mx, (consulté le 8 juin 2020)
  230. (es) « ONG’s exigen informe de detenidos por protestas en Jalisco », sur jornada.com.mx, (consulté le 8 juin 2020)
  231. (es) « ONU-DH alerta posible desaparición forzada en Jalisco por protestas », sur jornada.com.mx, (consulté le 8 juin 2020)
  232. (es) Myriam Navarro, « En Nayarit también se manifiestan por Giovanni López », sur jornada.com.mx, (consulté le 7 juin 2020)
  233. (es) Claudio Bañuelos, « Hacen eco en Aguascalientes a la exigencia de justicia para Giovanni », sur jornada.com.mx, (consulté le 7 juin 2020)
  234. (es) « [Video] Así se vivió la marcha contra la brutalidad policíaca en SLP », sur elsoldesanluis.com, (consulté le 7 juin 2020)
  235. (es) Eduardo Cabrera, « Vidrios rotos, choques con policías, así fueron las manifestaciones violentas en la CDMX », sur razon.com.mx, (consulté le 7 juin 2020)
  236. (es) Rocío González Alvarado, « Solicita Sheinbaum investigación por agresión a joven durante protesta », sur jornada.com.mx, (consulté le 7 juin 2020)
  237. (es) Elba Mónica Bravo, « Dan de alta a menor golpeada en manifestación en Casa Jalisco », sur jornada.com.mx, (consulté le 8 juin 2020)
  238. (es) « Prisión preventiva a policías agresores de una joven », sur jornada.com.mx,
  239. (es) Antonio Heras, « Protestan en Tijuana por abuso en arrestos policíaco en México y EU », sur jornada.com.mx, (consulté le 8 juin 2020)
  240. (es) Juan Carlos G. Partida, « Vinculan a tres policías de Ixtlahuacan por caso Giovanni », sur jornada.com.mx, (consulté le 11 juin 2020)
  241. (es) Juan Carlos G. Partida, « Muerte de Giovanni, ejecución extrajudicial, concluye CEDHJ », sur jornada.com.mx, (consulté le 11 juin 2020)
  242. (es) Juan Carlos G. Partida, « Sigue exigencia de justicia para Giovanni en Guadalajara », sur jornada.com.mx, (consulté le 14 juin 2020)
  243. a b c d et e (es) « Un presunto hombre lobo aterroriza a los pobladores de Coita, Chiapas; llevan 2 noches buscándolo », sur sinembargo.mx, Sin Embargo, (consulté le 27 avril 2020)
  244. a b c d e et f (es) Christian González, « Hombre lobo chiapaneco, el mito inventado por el estrés colectivo », sur lasillarota.com, La Silla Rota, (consulté le 27 avril 2020)
  245. a b et c (es) « Rescatan a personal médico secuestrado en hoteles de la CDMX », sur adn40.mx, (consulté le 20 mai 2020)
  246. a b et c « Amérique latine. Au Mexique, un système hospitalier rongé par la corruption », sur L'Humanité,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]