Recovery (essai clinique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Recovery est un essai clinique randomisé et contrôlé conduit par l'Université d'Oxford, qui a pour but de tester des traitements contre le coronavirus SARS-CoV-2, responsable de la maladie à coronavirus 2019. L'essai conclut entre autres à l'efficacité de la dexaméthasone et à l'inefficacité de l'hydroxychloroquine.

Historique[modifier | modifier le code]

L'essai démarre en , avec initialement la participation de 132 hôpitaux au Royaume-Uni[1], puis s'étend pour devenir le plus large essai au monde de traitement de la COVID‑19, impliquant 5400 personnes infectées dans 165 hôpitaux le [2].

Objectifs[modifier | modifier le code]

L'essai teste différents médicaments pour leur capacité à traiter des infections sévères: lopinavir/ritonavir, dexaméthasone (un anti-inflammatoire stéroidien), tocilizumab, plasma de convalescents, hydroxychloroquine, et azithromycine (un antibiotique)[3].

Méthodes[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une étude ouverte. Le patient et son médecin hospitalier sont informés du traitement attribué par la randomisation[3].

Résultats[modifier | modifier le code]

Le , les responsables de l'essai concluent que le traitement par l'hydroxychloroquine n'est pas un traitement efficace pour les patients hospitalisés atteints de Covid-19, et décident de stopper cette branche de l'essai. Martin Landray déclare que ces résultats préliminaires devraient « changer les pratiques médicales à travers le monde »[4],[5],[6].

Selon un rapport publié le , la dexaméthasone réduit d’un tiers la mortalité chez les patients les plus atteints par la Covid-19[7]. C'est le premier médicament dont un vaste essai clinique randomisé montre qu’il améliore la survie des patients gravement atteints[8]. Environ 2000 personnes admises à l'hôpital ont reçu de la dexaméthasone et ont été comparées à plus de 4000 patients d'un groupe contrôle.[9] Pour les patients ventilés, le traitement réduit la mortalité de 40 à 28% (une personne sur 8 n'est pas morte grâce au traitement). Pour les patients sous oxygène, la mortalité décroit de 25 à 20% (une personne sur 5 bénéficie du traitement). Le traitement dure 10 jours et coûte l’équivalent de 60 euros[10],[11],[7],[8].Les résultats préliminaires sont publiés le dans le New England journal of medicine [12].

Concernant l'effet de l'hydroxycholoroquine, les résultats sont publiés le dans le New England journal of medicine: la molécule n'a pas d'effet sur la mortalité à 28 jours de patients hospitalisés[13],[14].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « RECOVERY trial rolled out across the UK », Nuffield Department of Population Health, (consulté le )
  2. (en-GB) Sarah Boseley, « Coronavirus: world's biggest trial of drug to treat Covid-19 begins in UK », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  3. a et b « RECOVERY Trial », Nuffield Department of Population Health, (consulté le )
  4. « No clinical benefit from use of hydroxychloroquine in hospitalised patients with COVID-19 — RECOVERY Trial », sur www.recoverytrial.net (consulté le )
  5. Le Monde avec AFP et Reuters, « Covid-19 : l’hydroxychloroquine n’a « pas d’effet bénéfique », selon l’essai clinique Recovery », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. (en-GB) Sarah Boseley Health editor, « Hydroxychloroquine does not cure Covid-19, say drug trial chiefs », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  7. a et b (en) Heidi Ledford, « Coronavirus breakthrough: dexamethasone is first drug shown to save lives », Nature,‎ (DOI 10.1038/d41586-020-01824-5, lire en ligne, consulté le )
  8. a et b « Coronavirus : un corticoïde réduit d’un tiers la mortalité chez les patients les plus atteints par le Covid-19 », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. Nicolas Martin, « La dexaméthasone, un remède miracle… encore ? », sur France Culture (consulté le )
  10. « Dexamethasone reduces death in hospitalised patients with severe respiratory complications of COVID-19 », Communiqué de Oxford University,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. « Low-cost dexamethasone reduces death by up to one third in hospitalised patients with severe respiratory complications of COVID-19 », (consulté le )
  12. « Dexamethasone in Hospitalized Patients with Covid-19 — Preliminary Report », New England Journal of Medicine, vol. 0, no 0,‎ , null (ISSN 0028-4793, DOI 10.1056/NEJMoa2021436, lire en ligne, consulté le )
  13. « Effect of Hydroxychloroquine in Hospitalized Patients with Covid-19 », New England Journal of Medicine, vol. 0, no 0,‎ , null (ISSN 0028-4793, DOI 10.1056/NEJMoa2022926, lire en ligne, consulté le )
  14. « Coronavirus : "Pas d'effet bénéfique" de l'hydroxychloroquine, selon l'essai clinique Recovery, conduit sur 1 542 patients », sur Franceinfo, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]