Université rhénane Frédéric-Guillaume de Bonn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Université rhénane Frédéric-Guillaume de Bonn
Université de Bonn (logo).svg
University-bonn 2005-11-18.jpg
L’ancien Kurfürstliches Schloss et actuel bâtiment principal de l’université.
Histoire
Fondation
Statut
Type
Nom officiel
Rheinische Friedrich-Wilhelms-Universität Bonn
Régime linguistique
Fondateur
Recteur
Membre de
Association pour le soutien d’un réseau de recherche en Allemagne (en), Hochschulrektorenkonferenz. Allemagne (en), Allgemeiner Deutscher Hochschulsportverband (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Chiffres-clés
Étudiants
35 619 (en 2016)[1]
Enseignants
555 (2016)[1]
Localisation
Pays
Ville
La Koblenzer Tor (la porte de Coblence).

L’université rhénane Frédéric-Guillaume de Bonn (en allemand : Rheinische Friedrich-Wilhelms-Universität Bonn) est une université allemande située à Bonn dans le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie. L'université porte le nom du roi de Prusse Frédéric-Guillaume III et a été fondée en 1818. Elle se définit elle-même comme une université de recherche de renom, respectueuse des traditions et d'envergure internationale. En octobre 2019, plus de 40 000 étudiants y étaient inscrits, ce qui place l'établissement au 13e rang (sur 426) des universités allemandes en termes de nombre d'étudiants.[2]

Elle est le premier employeur de la ville. En 2019, elle est devenue une "université d'excellence".[2] Parmi les diplômés, les docteurs honoris causa et les professeurs, on compte sept lauréats du prix Nobel - dont Harald zur Hausen, Wolfgang Paul, Reinhard Selten, Thomas Mann et Otto Wallach -, quatorze lauréats du prix Gottfried Wilhelm Leibniz, trois lauréats de la médaille Fields ainsi que Joseph Ratzinger (qui deviendra plus tard le pape Benoît XVI). ), Heinrich Heine, Karl Marx, Konrad Adenauer, Robert Schuman, Joseph Schumpeter, Friedrich Nietzsche, Jürgen Habermas, Max Ernst, Karl Barth, August Kekulé, Justus von Liebig, Rudolph Clausius et Heinrich Hertz, mais aussi des leaders nationaux-socialistes comme Joseph Goebbels.

Histoire[modifier | modifier le code]

Académie de Cologne à Bonn[modifier | modifier le code]

Le prédécesseur de l'université de Bonn était l'Académie de Cologne (appelée Maxische Akademie du nom de son fondateur Maximilien-Frédéric de Königsegg-Rothenfels), fondée en 1777 avec quatre facultés pour l'étude de Dieu, du droit, de la médecine et du monde. En 1786, l'empereur allemand Joseph II lui accorda le droit de conférer les grades de licencié et de docteur, reconnus dans tout le Saint Empire romain germanique. L'académie fut ainsi élevée au rang d'université. En 1798, l'université de Cologne fut supprimée après le rattachement de la rive gauche du Rhin à la France.

Période de création[modifier | modifier le code]

Roi Frédéric-Guillaume III de Prusse, fondateur de l'université de Bonn

L'actuelle université de Bonn a ensuite été fondée le 18 octobre 1818 par le roi de Prusse Frédéric-Guillaume III en tant que sixième université prussienne, aux côtés de l'université de Greifswald, de l'université Friedrich-Wilhelm de Berlin, de l'université Albertus de Königsberg, de l'université de Halle (Saale) et de l'université Friedrich-Wilhelm de Breslau en Silésie. La raison de cette création était la volonté de créer un centre de formation universitaire pour les deux nouvelles provinces prussiennes de Rhénanie et de Westphalie. Le même jour, les universités existantes de Münster et de Paderborn ont été supprimées à cet effet. Le choix s'est porté sur Bonn pour plusieurs raisons : tout d'abord, les deux châteaux archiépiscopaux vides offraient suffisamment de locaux pour commencer. Ensuite, on voulait donner un signe clair d'un nouveau départ, également dans le domaine universitaire. C'est pourquoi ni l'université de Cologne ni l'université municipale de Cologne ne furent recréées. De plus, même si l'université de Cologne n'avait duré que quelques années en tant que précurseur, elle était considérée comme une université influencée par les Lumières, ce qui correspondait bien aux idéaux prussiens en matière d'éducation.

L'université de Duisbourg, fondée le 14 octobre 1655, a été dissoute l'année de la création de la nouvelle université de Bonn. Le sceptre et une grande partie de la bibliothèque de l'université de Duisbourg ont été transférés à Bonn, de sorte que l'université de Bonn est également le successeur de l'université de Duisbourg dans cette mesure.

Au début, l'université était appelée "Université du Rhin". En 1827, les statuts définitifs de l'université de Bonn furent achevés et appliqués l'année suivante par le roi de Prusse. Le 28 juin 1828, Frédéric-Guillaume III donna à l'institution le nom actuel d'"Université rhénane Friedrich-Wilhelm" par un ordre du cabinet.

La première chaire allemande d'histoire de l'art a été créée le 4 mai 1860 à l'université de Bonn. La querelle philologique de Bonn entre les professeurs Otto Jahn et Friedrich Ritschl a attiré l'attention de tout le pays et a conduit au départ de Ritschl pour Leipzig en 1865. En 1868, la faculté de médecine décerna un doctorat honoris causa à Louis Pasteur, qui le rendit en 1870 en raison de la guerre franco-allemande.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale et l'effondrement de l'Empire marquèrent la fin d'une période florissante. Dès 1917, le juriste Ernst Zitelmann et l'industriel Carl Duisberg s'efforcèrent de trouver des sources d'aide privées en vue de la célébration imminente du centenaire avec la Gesellschaft der Freunde und Förderer der Universität Bonn (Geffrub). La situation matérielle de nombreux étudiants était déplorable : le roman Barbaren de Günter Weisenborn, qui était étudiant ici dans les années 1920, en témoigne. L'association Studentenwohl, qui deviendra plus tard le Studentenwerk de Bonn, est née en 1920 d'une organisation d'entraide des étudiants.

Les deuxièmes statuts de l'université ont été adoptés en 1930. Parmi les nouveautés figurait l'association d'étudiants en tant que membre constitutionnel de l'université, avec autogestion et participation à l'administration de l'université. L'Association générale des étudiants (Astag) a été rétablie avant même la remise des statuts de 1930, après avoir été dissoute par un vote des étudiants en 1927. Les membres de l'Astag étaient désignés par les étudiants lors d'un vote à bulletin secret. Contrairement à d'autres universités, les voix nationales-socialistes n'ont jamais été majoritaires.

En 1933, 23% des professeurs étaient membres du NSDAP. Avec l'introduction du Führerprinzip, l'uniformisation a eu lieu : le recteur a été nommé par le ministre, les doyens par le recteur. Leurs décisions n'étaient liées ni à une consultation ni à un vote au sein de comités. 40 professeurs d'université (12,9 % du corps enseignant) furent licenciés parce qu'ils étaient juifs ou qu'ils déplaisaient au nouveau pouvoir. Les philosophes Paul Ludwig Landsberg et Johannes Maria Verweyen sont morts en camp de concentration. Le mathématicien Felix Hausdorff s'est suicidé.

Depuis le semestre d'hiver 1941/1942, la Seconde Guerre mondiale ne permettait pas de garantir un déroulement régulier des cours, car les professeurs et les étudiants avaient été appelés sous les drapeaux et les besoins de l'économie de guerre avaient une influence négative sur la recherche et l'enseignement. Au cours du semestre d'hiver 1944/1945, le ministre du Reich pour la science, l'éducation et la formation du peuple Bernhard Rust ordonna la suspension des cours dans les universités de la rive gauche du Rhin, à l'exception des facultés de médecine. Le 18 octobre 1944 - le 126e anniversaire de la fondation de l'université - un bombardement détruisit le bâtiment principal et le quartier des cliniques situé sur le Rhin. A la fin de la guerre, aucun des cinquante bâtiments appartenant à l'université n'était intact.

Le 12 avril 1945, un conseil d'administration se constitua sous l'initiative de Theodor Brinkmann, qui reçut le 1er juin une confirmation officielle du gouvernement militaire et la mission de rouvrir l'université. Après la démission de Brinkmann, Heinrich Konen fut élu nouveau président, ce qui le plaçait pour la troisième fois à la tête de l'université. L'activité universitaire reprit au semestre d'hiver 1945/46, le rectorat s'installa provisoirement dans un bâtiment de la Joachimstraße. En raison des dommages de guerre et de l'augmentation du nombre d'étudiants, d'importantes mesures de construction furent nécessaires. Un nouveau bâtiment pour la bibliothèque universitaire a été construit sur l'Adenauerallee et, en face, un bâtiment pour la faculté de droit et de sciences politiques. Ce bâtiment porte le nom de Juridicum. Les cliniques universitaires ont été en grande partie déplacées du centre-ville vers le quartier de Venusberg. En 1980, l'école supérieure de pédagogie de Rhénanie, jusqu'alors indépendante, a été intégrée avec le site de Bonn. De ce fait, la formation des enseignants pour l'école primaire et secondaire était également devenue une tâche de l'université.

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

En 2001, le gouvernement du Land a ordonné à l'université de mettre fin à la formation des enseignants, ce qui a été mis en œuvre par l'université l'année suivante. Avec le passage des études d'enseignement en Rhénanie-du-Nord-Westphalie aux cursus de bachelor et de master, l'université a pu réintroduire les études d'enseignement au semestre d'hiver 2011/12. Le Centre de formation des enseignants de Bonn (Bonner Zentrum für Lehrerbildung, BZL) est responsable de la formation des enseignants au sein de l'Université de Bonn.

Chantier du campus de Poppelsdorf

En février 2012, la construction d'un nouveau campus dans le quartier de Poppelsdorf a débuté. Le terrain de construction d'environ 40.000 m² situé entre la Carl-Troll-Straße et les Endenicher- et Nussallee était auparavant utilisé par la faculté d'agriculture comme site d'un champ expérimental et n'était donc pas construit. Une succursale de la bibliothèque universitaire et régionale, quelques instituts de l'université ainsi que l'ancien restaurant universitaire de Poppelsdorf (aujourd'hui : CAMPO) étaient déjà installés à proximité immédiate du terrain à bâtir. Ces installations universitaires ont été complétées par un centre d'auditoriums (ouverture : semestre d'hiver 2017/2018) et par le Bonn-Aachen International Center for Information Technology (ouverture : semestre d'été 2018). En outre, des locaux sont en cours de construction sur le site pour les instituts de simulation numérique, de nutrition et de sciences alimentaires ainsi que d'informatique.

Facultés[modifier | modifier le code]

  • Faculté de droit et d’économie (Rechts- und Staatswissenschaftliche Fakultät), l’une des plus réputées d’Allemagne.
Le doyen actuel (en 2005) est le Prof. Dr Johannes Köndgen.
  • Faculté de théologie catholique (Katholisch-Theologische Fakultät)
Le doyen actuel (en 2005) est le Prof. Dr Georg Schöllgen.
  • Faculté de théologie protestante (Evangelisch-Theologische Fakultät)
Le doyen actuel (en 2005) en est le Prof. Dr Michael Meyer-Blanck.
  • Faculté de philosophie (Philosophische Fakultät), qui comporte de nombreux instituts et compte des enseignants renommés
Le doyen actuel (en 2005) est le Prof. Dr Georg Rudinger.
  • Faculté de médecine (Medizinische Fakultät)
Le doyen actuel (en 2005) est le Prof. Dr Reinhard Büttner.
  • Faculté de mathématiques et de sciences naturelles (Mathematisch-Naturwissenschaftliche Fakultät)
Le doyen actuel (en 2005) est le Prof. Dr Armin B. Cremers.
  • Faculté d’agronomie (Landwirtschaftliche Fakultät)
Le doyen actuel (2005) en est le Prof. Dr Ernst Berg.

Personnalités célèbres liées à l'université[modifier | modifier le code]

Prix Nobel ou équivalent[modifier | modifier le code]

Professeurs célèbres[modifier | modifier le code]

Étudiants célèbres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Friedrich von Bezold (de): Geschichte der Rheinischen Friedrich-Wilhelms-Universität von der Gründung bis zum Jahr 1870. A. Marcus & E. Webers Verlag, Bonn 1920.
  • Thaddäus Anton Dereser: Entstehung und Einweihungsgeschichte der Kurkölnischen Universität zu Bonn unter der glorreichen Regierung Maximilian Franzens, von Gottes Gnaden Erzbischofs zu Köln, des H.R. Reichs durch Italien Erzkanzlers und Kurfürsten … im Jahre 1786, den 20ten November und folgende Tage. Abshoven, Bonn ca. 1786
  • Ralf Forsbach (de): Die Medizinische Fakultät der Universität Bonn im „Dritten Reich“. München 2006 (ISBN 978-3-486-57989-5).
  • Manfred Groten (de), Andreas Rutz (Hrsg.): Rheinische Landesgeschichte an der Universität Bonn. Traditionen – Entwicklungen – Perspektiven. Göttingen 2007.
  • Hans-Paul Höpfner: Die Universität Bonn im Dritten Reich. Akademische Biographien unter nationalsozialistischer Herrschaft (= Academia Bonnensia. Band 12). Bonn 1999.
  • Dietrich Höroldt (de): Stadt und Universität. Rückblick aus Anlass der 150-Jahr-Feier der Universität Bonn (= Veröffentlichungen des Stadtarchivs Bonn. Band 6). Bonn 1969.
  • Paul Egon Hübinger (de): Thomas Mann, die Universität Bonn und die Zeitgeschichte. Drei Kapitel deutscher Vergangenheit aus dem Leben des Dichters 1905–1995, München/Wien 1974.
  • Gerhard Kirchlinne: Die Rheinische Friedrich-Wilhelms-Universität zu Bonn. Geschichte und Geschichten aus zwei Jahrhunderten. Eigenverlag, Bonn 2017 (ISBN 978-3-00-057968-4).
  • Josef Niesen: Bonner Personenlexikon. 3., verbesserte und erweiterte Auflage. Bouvier, Bonn 2011 (ISBN 978-3-416-03352-7) (mit einer Vielzahl an Professoren-Biographien).
  • Karl Theodor Schäfer (de): Verfassungsgeschichte der Universität Bonn 1818 bis 1960. H. Bouvier u. co./Ludwig Röhrscheid, Bonn 1968.
  • Mathias Schmoeckel (de) (Hrsg.): Die Juristen der Universität Bonn im „Dritten Reich“ (= Rechtsgeschichtliche Schriften. Band 18). Köln u. a. 2004.
  • Rektor und Senat der Rheinischen Friedrich-Wilhelms-Universität (Hrsg.): Die Rheinische Friedrich-Wilhelms-Universität. Ihre Rektoren und berühmten Professoren. (= Karl F. Chudoba (de) (Hrsg.): Kriegsvorträge Universität Bonn (de). Band II). Bonner Universitäts-Buchdruckerei, Bonn 1943.
  • Heinz Schott (de) (Hrsg.): Medizin, Romantik und Naturforschung. Bonn im Spiegel des 19. Jahrhunderts. Anlässlich der 175-Jahrfeier der Universität Bonn (= Studium Universale. Band 18). Bonn 1993.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (de) « Zahlen und Fakten : Website der Universität Bonn. Abgerufen am 16. August 2016 » [« Chiffres et faits de l’Université de Bonn »], (consulté le ).
  2. a et b (de) « Zahlen und Fakten », sur Universität Bonn (consulté le )