Solidarity Trial

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Solidarity Trial est un essai clinique international initié en 2020 par l'Organisation mondiale de la santé et ses partenaires pour comparer l'effet de divers traitements sur des patients hospitalisés atteints de maladie à coronavirus 2019 (Covid-19). Il a permis de conclure que quatre molécules repositionnées (remdésivir, hydroxychloroquine, lopinavir et interféron) n'avaient pas d'effet significatif notable sur ces patients.

Déroulement[modifier | modifier le code]

L'essai doit étudier l'efficacité des médicaments et des combinaisons de médicaments contre le nouveau coronavirus SARS-CoV-2[1]. Depuis , plus de cent pays participent à l'essai[2], ces pays qui ont confirmé leur participation à l'essai sont l'Argentine, le Bahreïn, le Canada, la France, l'Iran, la Malaisie, la Norvège, l'Afrique du Sud[3], l'Espagne, la Suisse et la Thaïlande[4],[5].

Les experts de l'OMS ont sélectionné les molécules sur la base de la probabilité qu'elles aient un effet bénéfique, de leur non-toxicité et de leur disponibilité (pour le cas où elles devraient être utilisées pour soigner un grand nombre de personnes). Les médicaments choisis sont le remdésivir, la chloroquine et l'hydroxychloroquine (initialement écartés de l'étude, puis inclus après la médiatisation de ce potentiel traitement dans de nombreux pays), ainsi que les combinaisons ritonavir/lopinavir (déjà testée et abandonnée dans un autre essai[6]) et ritonavir/lopinavir/interféron bêta[7]. En Europe, l'essai Discovery a un objectif similaire[8], et teste les mêmes molécules[7].

Selon le directeur général de l'OMS, l'objectif de l'essai est de « réduire considérablement le temps nécessaire pour générer des preuves solides sur les médicaments efficaces »[9].

Le premier patient à entrer dans l'essai était un Norvégien de l'hôpital universitaire d'Oslo[9].

Fin mai, en cours d'essai, le comité directeur annonce que « la partie hydroxychloroquine de l’essai clinique Solidarity [est suspendue] le temps que la question de la sécurité soit examinée. Les autres essais cliniques se poursuivent »[10],[11]. Cette décision fait suite à la publication dans The Lancet[12] de résultats selon lesquels ce traitement augmente la mortalité des patients[13],[14], mais cet article est critiqué[15] puis rétracté[16], et l'OMS reprend les essais[17].

Le est annoncé l’arrêt du « bras » testant l’hydroxychloroquine[18].

Le , l'OMS met fin aux essais cliniques l’association lopinavir-ritonavir, avec ou sans interféron bêta[19],[18]. La décision est prise collégialement avec les responsables de l'essai français Discovery, qui fait de même[18].

Le , le rapport intérim de l'essai conclut que le remdésivir, l'hydroxychloroquine, le lopinavir et l'interféron n'ont pas d'effet significatif notable sur les patients hospitalisés pour la Covid-19, que ce soit au niveau de la mortalité, de l'initiation de la ventilation ou de la durée d'hospitalisation[20],[21]. L’essai continue à enrôler 2 000 patients par mois, et doit évaluer d’autres traitements tels que des anticorps monoclonaux, des immunomodulateurs et des nouveaux antiviraux[21].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « UN health chief announces global 'solidarity trial' to jumpstart search for COVID-19 treatment », UN News, (consulté le 2 avril 2020)
  2. (en) « WHO Solidarity Trial: How a Spanish doctor joined the race for a COVID-19 treatment », sur www.who.int (consulté le 26 mai 2020)
  3. « « Non, l’Afrique n’est pas, ni de près ni de loin, la cible privilégiée des essais cliniques » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 9 avril 2020)
  4. (en) « WHO Director-General's opening remarks at the media briefing on COVID-19 - 27 March 2020 », www.who.int (consulté le 2 avril 2020)
  5. (en) « Malaysia starts global “Solidarity Trial” - a research effort to test possible treatments for COVID-19 - 5 April 2020 », www.who.int (consulté le 8 avril 2020)
  6. (en) Bin Cao, Yeming Wang, Danning Wen et Wen Liu, « A Trial of Lopinavir–Ritonavir in Adults Hospitalized with Severe Covid-19 », New England Journal of Medicine,‎ , NEJMoa2001282 (ISSN 0028-4793 et 1533-4406, PMID 32187464, PMCID PMC7121492, DOI 10.1056/NEJMoa2001282, lire en ligne, consulté le 19 avril 2020)
  7. a et b (en) Kai Kupferschmidt et Jon CohenMar. 22, « WHO launches global megatrial of the four most promising coronavirus treatments », sur Science | AAAS, (consulté le 9 avril 2020)
  8. Par Nicolas BerrodLe 23 mars 2020 à 14h28 et Modifié Le 23 Mars 2020 À 18h50, « Chloroquine : comment vont se dérouler les essais cliniques », sur leparisien.fr, (consulté le 9 avril 2020)
  9. a et b (en) Anna Medaris Miller, « A patient in Norway is the first to enroll in a global 'solidarity trial' testing 4 coronavirus treatments », sur Business Insider (consulté le 9 avril 2020)
  10. « Coronavirus : l’OMS suspend temporairement les essais cliniques avec l’hydroxychloroquine », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mai 2020)
  11. (en-GB) Staff et agencies, « WHO halts hydroxychloroquine trial for coronavirus amid safety fears », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 26 mai 2020)
  12. (en) Mandeep R. Mehra, Sapan S. Desai, Frank Ruschitzka et Amit N. Patel, « Hydroxychloroquine or chloroquine with or without a macrolide for treatment of COVID-19: a multinational registry analysis », The Lancet, vol. 0, no 0,‎ (ISSN 0140-6736 et 1474-547X, DOI 10.1016/S0140-6736(20)31180-6, lire en ligne, consulté le 25 mai 2020)
  13. « Covid-19 : une étude internationale suggère un risque accru de mortalité sous hydroxychloroquine », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mai 2020)
  14. Nicolas Martin, « Hydroxychloroquine, acte 4 scène 28 » [audio], sur France Culture, (consulté le 26 mai 2020)
  15. « Hydroxychloroquine : « The Lancet » met en garde contre une étude publiée dans ses colonnes », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2020)
  16. « « The Lancet » annonce le retrait de son étude sur l’hydroxychloroquine », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 5 juin 2020)
  17. « L’OMS reprend ses essais sur l’hydroxychloroquine comme traitement potentiel contre le coronavirus », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2020)
  18. a b et c « Covid-19 : deux pistes thérapeutiques abandonnées par l’OMS », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juillet 2020)
  19. « L’OMS met fin aux essais cliniques sur l’hydroxychloroquine et l’association lopinavir-ritonavir », sur ouest-france.fr,
  20. (en) WHO Solidarity Trial Consortium, Hongchao Pan, Richard Peto et Quarraisha Abdool Karim, « Repurposed antiviral drugs for COVID-19; interim WHO SOLIDARITY trial results », medRxiv,‎ , p. 2020.10.15.20209817 (DOI 10.1101/2020.10.15.20209817, lire en ligne, consulté le 16 octobre 2020)
  21. a et b « Traitements du Covid-19 : résultats négatifs pour l’essai Solidarity, confirmant l’inefficacité du Remdesivir et de l’hydroxychloroquine », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 17 octobre 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]