Pandémie de Covid-19 en Malaisie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pandémie de Covid-19 en Malaisie
COVID-19 Outbreak Cases in Malaysia (Density).svg
Carte de répartition des cas confirmés de Covid-19 par État (territoire)
COVID-19 Outbreak Cases in Malaysia (Density and Districts).svg
Carte de répartition des cas confirmés de Covid-19 par district (ville)
COVID-19 outbreak Malaysia per capita cases map.svg
Carte de densité des cas confirmés par Covid-19 par état (territoire)
Maladie
Agent infectieux
Origine
Localisation
Coordonnées
Premier cas
Date d'arrivée
Depuis le
Site web
Bilan
Cas confirmés
74 294 ()[1],[2]
Cas soignés
62 306 ()[1],[2]
Morts
384 ()[1],[2]

La pandémie de Covid-19 est une crise sanitaire majeure provoquée par une maladie infectieuse émergente apparue fin 2019 en Chine continentale, la maladie à coronavirus 2019, dont l'agent pathogène est le SARS-CoV-2. Ce virus est à l'origine d'une pandémie[note 1], déclarée le par l'Organisation mondiale de la santé. En Malaisie, elle se développe officiellement à partir du lorsque les trois premiers cas sont confirmés sur le territoire.

Diffusion du virus[modifier | modifier le code]

Le premier cas de contamination est constaté le [3].

Dès le 7 février, douze cas de personnes contaminées par le coronavirus sont dénombrés[3].

Lutte contre les fake news[modifier | modifier le code]

Dans un pays où les citoyens d’origine chinoise représentent plus de 20 % de la population[3], les émeutes raciales de 1969 ont laissé un douloureux souvenir[3], amenant le gouvernement à se mobiliser et faire condamner par la justice, dès le 6 février, des personnes accusées avoir propagé de fausses informations concernant l'épidémie[3]. La journaliste Wan Noor Hatati Wan Alias comparaît ainsi devant le tribunal de première instance pour avoir posté sur son compte Facebook un message accessible au public affirmant que le nombre de personnes décédées du coronavirus est bien plus important que celui des versions officielles[3].

Principaux foyers de contagion[modifier | modifier le code]

Le principal foyer de contagion s'est révélé être, selon les chercheurs, une réunion internationale de près de 20 000 personnes par le mouvement musulman piétiste Tablighi Jamaat[4]. Deux tiers des cas de coronavirus en Malaisie ont été causés lors de cette réunion.

Le 27 février, un « Ijtima Tabligh » réunit pendant jours 18 000 fidèles de 20 nationalités asiatiques différentes[5] dans une banlieue de Kuala Lumpur[5]. À cette date, la Malaisie ne compte encore que 22 cas dépistés[5]. Le pays passe de 50 à 500 cas en une semaine[5], d'autres estimations parlant de plus de deux cents participants contaminés[4], et tente retrouver et tester les 16 000 personnes présentes vivant sur son sol[5], désormais éparpillés aux quatre coins de la Malaisie, parmi lesquels environ 2 000 réfugiés ou travailleurs migrants birmans, qui ne parlent souvent pas malais[5], dont plusieurs centaines de Rohingyas[5]. Faisal Islam Muhammad Kassim, président de la « Rohingyas Society in Malaysia » a participé à l'effort pour les retrouver et les dépister[5]. La Malaisie a fermé les lieux de culte après cet épisode[5]. Des ressortissants de Brunei et du Cambodge ont aussi été infectés[6] lors de ce rassemblement.

Avec 1 300 cas d'infection au 23 mars, qui ont causé 10 décès du coronavirus[4], la Malaisie devient le plus touché des pays de l'Asie du Sud-Est.

Mesures de protection[modifier | modifier le code]

La Malaisie a fermé les lieux de culte après l'épisode du rassemblement international dans la banlieue de Kuala Lumpur[5].

L'armée a été mobilisée le 23 mars, pour faire respecter le principe d'un seul conducteur par véhicule et le port d'un masque[4], quand le ministre de la défense, Ismaïl Sabri a révélé que plus de la moitié de la population avait plus ou moins ignoré les ordres de restrictions de mouvement décrétés le 18 mars[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette pandémie affecte tous les continents, hormis l'Antarctique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) « Covid-19 (Maklumat Terkini) », sur moh.gov.my
  2. a b et c (en) « Coronavirus Statistics in Malaysia », sur worldometers.info
  3. a b c d e et f « Coronavirus: la Malaisie lutte contre les fake news sur les réseaux sociaux », sur RFI, (consulté le 7 avril 2020)
  4. a b c d et e Bruno Philip, « Coronavirus : les contaminations dangereusement à la hausse en Asie du Sud-Est », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 7 avril 2020)
  5. a b c d e f g h i et j Gabrielle Maréchaux, « Asie du Sud-Est: la ferveur religieuse longtemps plus grande que la peur du coronavirus », sur RFI, (consulté le 7 avril 2020)
  6. « Indonésie : des milliers de pèlerins musulmans se rassemblent malgré le coronavirus », sur www.cnews.fr (consulté le 7 avril 2020)